Tag Archives: Italie

Nouvelles réglementations pour les futures mosquées en Italie du Nord

Nouvelles réglementations pour les futures mosquées en Italie du Nord

31/01/2015 – MILAN (NOVOpress) - Jeudi dernier le président de Forza Italia Liguria (FI), Marco Melgrati (photo), a présenté un projet de loi pour réglementer la construction de lieux de culte inspiré de ce qui se fait déjà dans la région de Lombardie (Italie du Nord). Le représentant de FI nous explique : « ce type de proposition aujourd’hui en Italie et en Ligurie est plus que jamais nécessaire vu la prolifération de lieux principalement islamiques souvent dissimulés sous l’appellation de centres culturels. Il semble indispensable à la suite des derniers évènements de prendre toute une série de mesures préventives vis-à-vis de ces lieux de rencontres et d’organisations islamiques où pourraient se retrouver des extrémistes. »

« Par ailleurs – poursuit Melgrati – on sous-estime presque toujours les divers impacts environnementaux dans les zones où s’ouvrent ces lieux de culte : ce sont des éléments incontournables si vous voulez vraiment vous occuper de la qualité de vie des italiens et de la sécurité de nos régions. C’est un aspect du problème qu’il ne faut absolument pas ignorer vu la prolifération de ces centres culturels qui sont en fait de véritables lieux de culte : en particulier pour ce qui concerne l’Islam, ces centres peuvent amener certains effets malheureux dans le quotidien des habitants. Il est donc nécessaire de prévoir des textes réglementaires qui régissent ces structures. »

« Nous devons fixer des normes plus strictes, comme on l’a fait en Lombardie, en particulier sur les constructions de mosquées plus ou moins cachées : l’introduction du référendum pour chaque projet qui devra également inclure la construction d’un parking du double de la surface du lieu de culte, les caméras de vidéosurveillance en collaboration avec la police (ndlr : en Lombardie il y a des caméras à l’intérieur des mosquées reliées à la police), du respect du cadre de vie jusqu’à l’introduction de l’obligation de prier dans les mosquées en Italien. Ces lieux de cultes sont urbains et impactent le paysage et donc relèvent nécessairement de l’aménagement urbain. Il est nécessaire que la législation de la région de Ligurie ne comporte ni vide ni lacune. Le problème a un caractère de grande urgence car les gens ont peur. Les institutions italiennes doivent prendre en considération nos demandes et appuyer les revendications de la Ligurie, vu le nombre élevé d’immigrés, en particulier de musulmans, pour enfin disposer d’une loi capable de rassurer les citoyens ».

Source : Genova 24

Italie : le haut clergé se voile la face après une profanation dans une église

Italie : le haut clergé se voile la face après une profanation dans une église de Pérouse

27/01/2015 – PÉROUSE (NOVOpress) - Quelques jours seulement après l’attaque de Charlie Hebdo à Paris, une bande de cinq jeunes immigrés a profané, la cassant et urinant dessus, une statue de la Vierge Marie dans la paroisse de San Barnaba, dans la ville italienne de Pérouse. Le pasteur de l’église, le père Alessandro Scarda, affirme que les voyous ont brisé la statue en deux et ont commencé à la frapper “à coups de pied comme dans un ballon de football”, après quoi ils ont uriné sur les morceaux éparts, qui ont été par la suite récupérées, nettoyées et collées. La statuette est maintenant retournée dans sa grotte, un lieu où les habitants se retrouvent souvent dans la prière.

Quand les jeunes gens sont arrivés, un homme priait au pied de la statue, tenant à la main la photo de son épouse décédée. Les assaillants lui ont arraché et déchiré sa photo avant de la bruler sur la Madonnina.

D’après des témoins oculaires l’acte de vandalisme a été perpétré par « un petit groupe de personnes d’origine nord-africaine». Les coupables sont toujours en liberté et n’ont pas été identifiés.

L’évêque local s’est empressé de dissocier ces actes de violence d’une quelconque motivation religieuse.

« Nous devons condamner ces actes de vandalisme, » a-t-il déclaré, « mais pas leur attribuer une signification qu’ils n’ont pas, » mais il a également reconnu d’autres « épisodes récents d’intolérance envers les chrétiens de notre ville. » « Nous ne pouvons pas attribuer cet acte de vandalisme, » dit-il, « à la haine religieuse. »

L’évêque a souligné l’importance de ne pas alimenter la « méfiance réciproque » entre musulmans et chrétiens. Pourtant certains habitants ont critiqué le pape François pour son discours conciliant envers les immigrés — pour la plupart musulmans — et de nier les dangers de la violence à motivation religieuse. De son côté le pape a déclaré mercredi dernier que « Nous prions pour que le sentiment religieux ne devienne jamais une occasion de destruction, d’oppression et de violence. Vous ne pouvez pas faire la guerre au nom de Dieu ! »

Sources : Perugia Today / imolaoggi.it / umbria24.it

Kyenge en orang-outan : quinze mois de prison et 150 000 euros d’amende

Kyenge en orang-outan : quinze mois de prison et 150 000 euros d’amende

18/01/2014 – ROME (NOVOpress)
Enfoncée, Taubira ! Surclassés, les juges de Cayenne qui, le 15 juillet 2014, avaient condamné Anne-Sophie Leclère à neuf mois de prison et 50 000 euros de dommages et intérêts ! Les petits joueurs ! En Italie, le tarif pour un photomontage associant une femme politique « de la diversité » à un représentant de la gent simiesque, c’est un an et trois mois, et 150 000 euros.

Un an et trois mois de prison, 150 000 euros d’amende, c’est réellement la peine que le tribunal de Rome vient d’infliger, pour « diffamation aggravée de discrimination raciale », à Fabio Rainieri, ancien député, actuellement secrétaire de la Ligue du Nord dans la région Emilie-Romagne et vice-président du conseil régional. En octobre 2013, sa page Facebook avait publié pendant quelques heures un photomontage (image en Une) représentant le ministre Kyenge Kashetu – reconnaissable à l’élégant tailleur bleu prisé par cette grande cliente des boutiques de haute couture –, avec une tête d’orang-outan et la légende « Devinez qui c’est ? »

Kyenge en orang-outan : quinze mois de prison et 150 000 euros d’amendeC’était l’époque où Kyenge Kashetu (photo ci-contre), ministre de l’intégration du gouvernement de gauche d’Enrico Letta, se vantait d’être entrée illégalement en Italie, d’être la fille d’un père polygame et d’avoir 38 frères et sœurs, protestait que, quoique naturalisée, elle n’était pas Italienne « mais Italo-congolaise », et clamait : « On dit que je suis le premier ministre de couleur. Je ne suis pas de couleur, je suis noire et fière de l’être ». Autant de provocations délibérées pour susciter des réactions « racistes », faire oublier toutes les victimes de l’immigration clandestine et permettre au système de durcir toujours davantage la répression contre ses adversaires.

Matteo Salvini, secrétaire national de la Lega, s’est étonné sur twitter de la lourdeur de la peine infligée à Rainieri : « Mais la liberté de satire ? », a-t-il demandé. Dans une première version, il avait souligné : « Même à un voleur ou à un trafiquant de drogue, on ne donne pas une condamnation pareille ».

Lire la suite

Un "Camp des Saints" par jour... (Présent 8266)

Un “Camp des Saints” par jour… (Présent 8266)

06/01/2014 – ROME (NOVOpress)
Il y a eu l’Ezadeen et ses 360 émigrants. Et avant lui, le Blue Sky M embarquant 900 passagers. Et encore avant, un cargo sans nom, transportant 850 réfugiés… En tout, plus de 2.000 clandestins débarquant en moins de deux semaines sur les côtes italiennes. Près de 200.000 depuis le début de l’année 2014 ! Dénoncé par les bien pensants comme totalement délirant à l’époque de sa parution, “Le Camp des Saints”, l’ouvrage ô combien prophétique de Jean Raspail était, en fait, bien en deçà de la réalité.

Une du numéro 8266 de "Présent"

Une du numéro 8266 de “Présent”

Déferlement continu

Dimanche, les gardes-côtes italiens auront donc réussi à secourir les 360 clandestins entassés dans la cale de l’Ezadeen, navire poubelle abandonné au large de la Calabre par son équipage de passeurs. Le mercredi précédent, ils avaient déjà porté secours aux 900 migrants du Blue Sky M, un autre cargo épave qui dérivait rapidement en direction des côtes italiennes. Un épisode qui s’était déjà produit quelques jours plus tôt avec un autre navire.

Fort heureusement, la catastrophe aura chaque fois été évitée. Débarqués sur les côtes italiennes, les clandestins, majoritairement syriens et érythréens, auront été immédiatement pris en charge par les autorités transalpines. Et, dans quelques jours, ceux-ci s’éparpilleront en Europe. En France notamment, renforçant encore les inquiétudes de la Police aux frontières qui, dans une note confidentielle adressée au ministre de l’Intérieur en juillet dernier, s’inquiétait vivement de « l’accentuation de la pression migratoire sur la frontière avec l’Italie ». Une pression qui n’est pas près de diminuer puisque les pompes aspirantes de l’immigration restent toutes grandes ouvertes.

Lire la suite

Italie : Son immeuble transformé en centre pour clandestins, un homme tente de s’immoler par le feu

Italie : Son immeuble transformé en centre pour clandestins, un homme tente de s’immoler par le feu

11/12/2014 – NAPLE (NOVOpress)
C’est la dernière protestation en date, et la plus extrême, des Italiens qui se voient dépossédés de leur pays. Dimanche soir, à Cardito (photo : Piazza Centrale de la petite ville), dans la province de Naples, Giuseppe, un père de famille de 50 ans, s’est aspergé d’essence et a tenté de s’immoler par le feu.

La cause de ce geste désespéré ? L’arrivée de vingt immigrés clandestins, tout juste débarqués – vraisemblablement dans le cadre de l’opération Triton, qui a remplacé Mare nostrum –, et dont la prise en charge a été confiée par la préfecture à l’association L.E.S.S. spécialisée dans « l’orientation, l’assistance et l’accompagnement aux services pour immigrés non-européens ». La L.E.S.S., à laquelle les moyens ne manquent pas, a loué deux appartements dans l’immeuble de Giuseppe pour y installer les clandestins. D’après le responsable, Giulio Riccio, interrogé par le Mattino de Naples, le grand quotidien régional, « ils sont arrivés avec les derniers débarquements en Sicile, ils ont besoin de repos et de tranquillité ».

Pour Giuseppe, en revanche, c’était la fin de son repos et de sa tranquillité à lui. « Je me trouverais, a-t-il expliqué, à devoir partager beaucoup de nos espaces privés (l’immeuble n’a qu’une seule entrée, et il y a un passage par un balcon commun). Ce n’est pas un problème de racisme mais nous ne parvenons pas à comprendre comment vingt personnes peuvent entrer dans un logement privé ».

Dimanche à 18 heures, les clandestins sont arrivés en autocar. Un détachement de carabiniers patrouillait la zone depuis le début de l’après-midi pour empêcher les protestations des riverains. Quand les immigrés ont commencé à descendre du car, Giuseppe, devant sa femme et ses enfants terrifiés, a vidé sur lui une bouteille d’essence et a tenté de se mettre le feu. Seule la rapide réaction des agents, qui lui ont arraché son briquet, a pu éviter le drame.

« L’autocar est finalement reparti, avec tous les immigrés à bord, pour chercher une nouvelle maison où s’installer ».

Photo : domaine public, via Wikipédia.

Un immigré africain en Italie : “Tous les Italiens sont des racistes de merde”

Un immigré africain en Italie : “Tous les Italiens sont des racistes de merde”

26/11/2014 – ROME (NOVOpress)
La semaine passée lors des manifestations à Tor Sapienza (Rome) un immigré africain crie : “Tous les Italiens sont des racistes de merde, va te faire enculer !” ce qui exacerbe la colère des Italiens. La vidéo démarre à 7min48, la phrase est à 8min20.

Les habitants manifestaient contre les exactions des immigrés clandestins du centre d’hébergement situé dans le quartier.

L’archevêque d’Agrigente : « Si j’étais immigré, moi aussi je deviendrais méchant ! »

L’archevêque d’Agrigente : « Si j’étais immigré, moi aussi je deviendrais méchant ! »

Mise à jour du 04/01/2014 : Dimanche, le pape François a annoncé que Mgr Montenegro, en récompense de son action en faveur des migrants, était nommé cardinal.

24/11/2014 – ROME (NOVOpress)
Ces derniers jours, les quartiers populaires de Rome ont été le théâtre de manifestations contre les centres d’accueil pour immigrés clandestins et les nuisances insupportables qu’ils entraînent pour les habitants. Stanze Vaticane, l’émission religieuse de TGcom24 (une des chaînes du groupe Mediaset de la famille Berlusconi) a interrogé sur le sujet Mgr Francesco Montenegro, archevêque d’Agrigente, président de la commission de la Conférence épiscopale italienne pour les migrations et de la fondation “Migrantes” pour l’accueil des immigrés.

Question : « Il y a eu des affrontements ces jours derniers entre réfugiés [sic] et habitants de Tor Sapienza qui ont attaqué le centre d’accueil. Les migrants [sic] hébergés par l’établissement seraient auteurs de vols, d’actes de vandalisme, de tapage nocturne. »

Réponse de Mgr Montenegro : « Qu’on pense à ces réfugiés, qui doivent rester dans des centres dans toute l’Italie des mois et des mois, certains même des années, avant d’avoir une réponse [à leur demande de statut de réfugié, N.d.T.]. Si moi, par exemple, j’étais un migrant de 20/30 ans, qui doit rester toute la journée sans rien faire, à attendre une réponse sur son propre avenir, après quelques jours moi aussi je deviendrais méchant ! Ce sont des “grands garçons”, qui auraient envie de faire quelque chose avec nos jeunes, et on ne le leur permet pas. Au lieu de ça, ils sont contraints de vivre dans un centre d’accueil sans rien faire pendant des mois, à regarder la route et le ciel. Et nous voudrions en plus qu’ils deviennent impeccables. Ça serait ça l’accueil ? »

Le journaliste insiste : « A propos d’Agrigente et de Lampedusa, nous vivons aussi aujourd’hui le risque que, parmi les migrants qui arrivent sur les bateaux depuis l’Afrique du Nord, il y ait aussi des infiltrés de l’ISIS…
 »

Mgr Montenegro balaie l’objection d’un revers de main: « Nous ne pouvons pas vivre comme si nous étions dans une bulle de savon, comme dit le Pape François ».

Image en Une : copie d’écran du deuxième lien cité. DR

Manifestation à Rome contre le maire et l’immigration

18/11/2014 – ROME (NOVOpress)
En Italie les citoyens commencent à se révolter contre la submersion migratoire organisée par les politiques.
Le reportage du grand média attribue bien sûr cette révolte à “l’extrême-droite” et à la pauvreté, les “sans dents” italiens sans doute.

Publié le
Mario Borghezio : "L’urgence est de stopper les nouvelles arrivées" (Présent)

Mario Borghezio : “L’urgence est de stopper les nouvelles arrivées” (Présent)

09/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Mario Borghezio est député européen, membre de la Ligue du Nord (parti allié au Front national au sein du Parlement européen). Figure charismatique de la droite patriotique et identitaire italienne, francophile, nous avons souhaité recueillir sa position sur la remigration en nous penchant sur la situation au-delà des Alpes. (Entretien initialement paru dans le numéro 8225 de Présent)

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant


Quel constat faites-vous de la situation de l’immigration en Italie ? Le « vivre-ensemble » est-il déjà mort dans la péninsule ?

En Italie, l’immigration – à cause de l’opération catastrophique nommée Mare Nostrum voulue par le ministre Alfano (centre-droite) – est devenue une véritable invasion. Cela risque de rendre impossible une cohabitation pacifique, surtout dans les périphéries urbaines (Milan, Turin, Rome etc.)

L’Union européenne est le principal facteur de l’invasion migratoire et de l’impossibilité pour les peuples de riposter. Pensez-vous que l’union avec les autres formations patriotes telles que le FN ou le FPÖ permettront, à court ou moyen terme, de dénoncer les traités et de retrouver la maîtrise des frontières ? Travaillez-vous déjà en ce sens au Parlement européen ?

Nous sommes en train de donner vie à un groupe européen des formations identitaires, avec évidemment le FN, le FPÖ et d’autres mouvements et partis. Un tel groupe pourra contrer très efficacement la dérive mondialiste de cette Union européenne.

Lire la suite

« Cette ethnie ne nous plaît pas » : les « réfugiés » africains en Italie refusent de vivre ensemble

« Cette ethnie ne nous plaît pas » : les « réfugiés » africains en Italie refusent de vivre ensemble

08/11/2014 – VENISE (NOVOpress) En Italie, les « réfugiés » ne sont jamais contents. Sitôt débarqués par centaines de milliers par la Marine italienne et installés en centres d’accueil, « les réfugiés protestent ». Le titre est devenu récurrent à la une des journaux locaux. Le plus souvent, « les réfugiés protestent » contre leurs conditions d’hébergement ou encore contre les délais nécessaires au traitement de leurs dossiers. Vendredi matin, à Pomezia, dans le Latium, « les réfugiés » ont bloqué la route. « Le motif de cette manifestation n’est pas encore clair, mais il semble que les migrants [sic] protestaient contre le retard mis à leur reconnaître le statut de réfugié politique ; en outre, ils considèrent insuffisante la quantité de nourriture qui leur est fournie quotidiennement, et ils se plaignent de manquer de vêtements d’hiver ».

À Mestre, dans la banlieue de Venise, le motif des plaintes était moins banal. Vingt-deux Nigérians sont arrivés mercredi après-midi : « il s’agissait, explique le journal local en pure langue de bois, d’un transfert classique dans le cadre de l’opération “Mare Nostrum”, dans laquelle toutes les provinces italiennes sont appelées à donner leur aide pour chercher à endiguer l’urgence migratoire ». Les « réfugiés » ont été installés à la Maison sainte Claire, gérée par une des nombreuses coopératives catholiques spécialisées dans l’accueil des frères migrants.

Las, les « réfugiés » se sont immédiatement plaints de la surpopulation. Le pire, à leurs yeux, c’est d’être « contraints de vivre coude à coude avec des gens qui, quoique leurs compatriotes, sont d’ethnie différente. Car, entre eux, les rapports ne sont pas bons [l’italien a une expression beaucoup plus énergique, littéralement : “il n’y a pas de bon sang entre eux”] ».

La colère des « réfugiés » menaçant de devenir violente, la directrice de la Maison sainte Claire, dans la nuit de mercredi à jeudi, a dû appeler la police à la rescousse. « Les agents ont tenté de parler avec les hôtes pour comprendre, malgré les barrières linguistiques, les motifs de cette prise de position [sic]. Puis ils sont repartis ».

Dès le jeudi matin, la directrice a dû les appeler de nouveau : « motif identifique, les migrants ne veulent pas rester dans ces conditions ». La Préfecture cherche actuellement « une solution à l’impasse ». Inutile de dire que le retour au Nigeria ne fait pas partie des options envisagées.

Italie : les Veilleurs Debout agressés par des milices d'extrême gauche

Italie : les Veilleurs Debout agressés par des milices d’extrême gauche

20/10/2014 – ROME (NOVOpress) - Il y a deux semaines tout juste, de nombreuses villes Italiennes ont vu de pacifiques rassemblements de “veilleurs debout” (Sentinelle in Piedi) attaqués par des hordes de militants extrême-gauchistes déchaînés alors qu’ils lisaient tranquillement sur une place publique comme à leur habitude.

La police présente n’a pas tenté de stopper ces violences et a seulement demandé aux Veilleurs de quitter les lieux sous escorte.

Ces brutalités se sont produites dans plusieurs villes, Bologne, Turin, Aoste, Gênes ou encore Pise, et ont fait deux victimes : un prêtre amené à l’hôpital pour un malaise et une femme de 70 ans blessée suite à des coups portés par les contre-manifestants.

Ces opérations d’intimidations ne sont clairement pas le fait du hasard et montrent une véritable volonté de supprimer par la force toute forme de résistance aux lois contre la famille qui touchent toute l’Europe, l’extrême gauche se faisant comme toujours le bras armé du libéralisme.

Et comme toujours c’est au nom de la liberté et de la tolérance que des groupes radicaux veulent interdire aux Veilleurs le droit à une expression non violente. Ces affaires sont pourtant trop nombreuses pour rester étouffées et la chambre des députés a été saisie de ce problème de liberté publique alors que l’opinion commence nettement à se retourner contre l’intransigeance des lobbys homosexuels. C’est sans doute ce sentiment de défaite de la bataille des images et de leur message soi-disant « humaniste » qui pousse les associations homosexuelles à radicaliser leur mouvement.

La bravoure et la persévérance des Sentinelle in Piedi finiront-elles par interpeller les autorités politiques et relancer le débat sur les lois anti familles encouragées par l’Union Européenne ?

Milan : le peuple italien dans la rue contre l'immigration clandestine

Milan : le peuple italien dans la rue contre l’immigration clandestine

19/10/2014 – MILAN (NOVOpress)
« Assez d’immigration ! », « Nous ne voulons plus de centres d’accueil ! », « Pour chaque immigré sous-payé, c’est un italien au chômage ! », « Nous défendons la Nation, nous ne voulons plus d’immigration », tels étaient quelques-uns des slogans qui ont retenti samedi dans les rues de Milan à l’occasion de la grande manifestation nationale organisée par la Ligue du Nord pour dénoncer les ravages de l’immigration clandestine qui frappe l’Italie de plein fouet.

Ce sont ainsi plus de 100.000 personnes, selon les médias italiens, qui ont défilé pour réclamer le contrôle des frontières nationales et exiger l’arrêt immédiat de l’opération de soutien aux clandestins « Mare Nostrum ».

L’Italie, fortement éprouvée par la crise économique et les politiques ultra-libérales imposées par l’Union Européenne et les instances internationales, n’est plus capable de faire face au déferlement continu d’immigrés clandestins africains débarquant sur son sol, notamment via la tête de pont de Lampedusa. Face au « pathos » des médias et à la fausse charité des bien pensants, Matteo Salvini, le chef de la Lega (Ligue du Nord) en appelle au réalisme et à la responsabilité politique pour sauver ce qui peut encore l’être de la nation italienne.

 

 

Au sein de l’immense cortège, on notait la présence de près de 2.000 militants du mouvement Casapound Italia dont la participation à l’événement est le nouveau signe d’un rapprochement avec la Lega. Rapprochement qui fait la une de nombreux journaux transalpins et inquiète fortement l’establishement de la péninsule.

 

 

Autre mouvement italien présent, Generazione Identitaria.

Des militants identitaires avaient également fait le déplacement, notamment Philippe Vardon et Jean-David Cattin, pour marquer leur solidarité avec ce mouvement populaire de réaction à une tragédie qui concerne tous les Européens. Ainsi que des membres de Génération identitaire, au premier rang desquels leur président Arnaud Delrieux.

 

 

 

 

 

Crédit photo Une : DR

Messages entre Roms : « Viens en Italie, on y vole facile »

Messages entre Roms : « Viens en Italie, on y vole facile »

19/10/2014 – ROME (NOVOpress) - « Viens ici, tu es en Italie et pas en Roumanie. Ici on vole ». Et encore : « Si tu te fais prendre en Roumanie, ils te donnent sept ou huit ans pour un survêtement, en Italie c’est différent ». Voilà un échantillon des conversations enregistrées pendant plusieurs semaines par la police italienne et qui lui ont finalement permis de démanteler un gang de cambrioleurs spécialisés dans les beaux quartiers de Rome.

C’est avec des arguments de ce genre que le chef – surnommé « le mafieux » par ses hommes –, recrutait ses compatriotes, parfois en les faisant spécialement venir de Roumanie, souvent après les avoir abordés en Italie même dans les centres de la très immigrationniste Caritas (le Secours catholique italien). « Laisse tomber la Roumanie, là ils te mettent en prison. Viens en Italie : ici on vole facile ». « Apporte le spray au piment, avec ça tu endors les chiens et tu rentres même dans la maison de Berlusconi ».

La bande a commis plusieurs dizaines de cambriolages l’année dernière : le butin était ensuite envoyé en Roumanie par camions entiers. Au terme d’une enquête de près d’un an, depuis novembre dernier, les policiers « déguisés en Roms » ont pu arrêter « le Mafieux » jeudi soir. Il était tellement sûr de l’impunité qu’on a retrouvé à son domicile plusieurs appareils photo (volés comme de juste) avec lesquels il prenait un « selfie » après chaque vol. Sur certaines photos, il est vautré sur un matelas couvert de billets de banque.

Le nom bien choisi de l’opération policière qui a permis son arrestation ? « Roumanie Express ». On attend les réactions indignées de ceux qui dénoncent « le mépris des Italiens pour les Roms ».

Image : copie d’écran du journal “Il Messagero”, un des plus importants quotidiens italiens. DR.

[Art/Non art] Le Pérugin, maître de Raphaël - Musée Jacquemart-André (jusqu'au 1er janvier 2015)

[Art/Non Art] Le Pérugin, maître de Raphaël – Musée Jacquemart-André (jusqu’au 1er janvier 2015)

25/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
S’il est un lieu qui symbolise à lui seul la passion de toute une vie pour les arts et particulièrement pour le Quattrocento, c’est bien le splendide hôtel particulier des collectionneurs acharnés qu’étaient Nélie Jacquemart et Édouard André.

L’une des plus belles façades du boulevard Haussmann accueille donc tout naturellement une rétrospective époustouflante du grand maître de la Renaissance italienne, le peintre de l’école ombrienne Pietro Vannucci, dit le Pérugin.

Une scénographie sobre et élégante met en lumière les points forts de la vie du maître : ses premières années d’apprentissage à Pérouse et Florence dans les ateliers de Verrocchio où il côtoya Léonard de Vinci et Botticelli, ses travaux à la chapelle Sixtine, commande du pape Sixte IV littéralement conquis, ses sujets dit profanes et ses portraits dont l’intensité suscita la plus grande admiration de ses contemporains.

Séduire son public par une cinquantaine d’œuvres venues tout autant de musées florentins, romains, napolitains, viennois, mais aussi de la National Gallery of Art de Washington ne suffisait pas au Jacquemart-André qui nous permet de découvrir également une fresque détachée représentant saint Romain et saint Roch prêtée à titre exceptionnel par la Pinacoteca Comunale de Deruta. L’exposition s’achève avec plaisir par une pièce consacrée au plus célèbre apprenti du maître, le peintre et poète Raphaël.

Lire la suite

Italie : 117.000 clandestins débarqués en un an dont 3% de vrais réfugiés

Italie : 117.000 clandestins débarqués en un an dont 3% de vrais réfugiés

24/08/2014 – ROME (NOVOpress) – Chiffres officiels du ministère de l’Intérieur italien, donnés mi-août lors d’une conférence de presse du ministre Angelino Alfano. Au cours des douze derniers mois (du 1er août 2103 au 31 juillet 2014), les « migrants » qui ont débarqué sur les côtes italiennes ont été au total 116.944, dont 101.480 depuis le 1er janvier – on notera l’emballement consécutif à l’opération dite Mare nostrum. 83% sont arrivés en Sicile. Alfano s’est félicité que l’Italie soit « la championne du monde de l’accueil ».

Sur ces 117.000 clandestins, seuls 35.424 ont pris la peine de déposer « une demande de protection internationale » ; 82.000, soit les deux-tiers, n’ont même pas essayé de se faire passer pour réfugiés. Après examen, 3.784 ont obtenu le statut de réfugié politique. Le méritaient-ils tous ? Il y a lieu d’en douter après des affaires comme celle de l’abbé Sergio Librizzi, directeur de la Caritas de Trapani (d’après le site officiel du diocèse, il avait même le titre de Monseigneur) et membre très influent de la commission préfectorale pour l’examen des demandes d’asile : il a été arrêté en juin dernier pour avoir, des années durant, imposé des rapports homosexuels aux « frères migrants » en échange du statut de réfugié.

Lire la suite

Sicile : Les policiers fuient en masse par peur des immigrés contagieux

Sicile : Les policiers fuient en masse par peur des immigrés contagieux

09/08/2014 – PALERME (NOVOpress) – 90% d’absentéisme lors du dernier débarquement de clandestins à Palerme : c’est le chiffre donné dans un communiqué par la Consap, le syndicat autonome de la police. Le 7 août, alors que la marine nationale venait débarquer 530 clandestins, 90% des agents théoriquement en service se sont fait porter malades. La raison ? La peur d’être « contaminés par les virus dont les réfugiés [sic] seraient porteurs. Tuberculose, gale, Ebola, telles sont les maladies craintes par les hommes des forces de l’ordre ». Beaucoup de policiers employés dans le cadre de l’opération « Mare Nostrum » auraient déjà contracté la tuberculose.

La Consap a annoncé qu’elle allait déposer une action de groupe (l’italien garde le terme anglais de class action) contre le Ministère de l’Intérieur, pour défaut de protection des agents. « Il semble, a déclaré le secrétaire de la Consap Giorgio Innocenti, que l’attention accordée aux forces de l’ordre employées dans le cadre de l’opération « Mare Nostrum » soit inversement proportionnelle à l’attention donnée aux migrants : toujours plus d’attention pour ceux qui arrivent en Italie, et toujours moins pour ceux qui défendent l’Italie et qui en garantissent la sécurité. Voilà la raison pour laquelle le nombre de policiers engagés dans les opérations d’accueil aux réfugiés et qui ont été contaminés par la tuberculose ou décelés positifs au test de Mantoux, augmente de manière inquiétante ».

Lire la suite

Tourisme de masse à Venise : une ONG italienne, « Italia Nostra », tire la sonnette d'alarme

Tourisme de masse à Venise : une ONG italienne, « Italia Nostra », tire la sonnette d’alarme

31/07/2014 – VENISE (NOVOpress) - « Italia Nostra » est une organisation non gouvernementale italienne qui dénonce le tourisme de masse à Venise. En cause, le chiffre de 59.000 touristes par jour, pour un maximum acceptable de 33.000 selon une étude remontant à 1988. En jeu ? L’existence même de Venise et de sa lagune, menacés par les projets immobiliers et les transports, en croissance continue. Conséquence directe : une destruction lente mais certaine de l’écosystème de la lagune, une salinité en hausse et la destruction des plantes aquatiques qui oxygénaient l’eau. Le fond de la lagune s’est également significativement abaissé (1 mètre en 70 ans), mettant en danger la structure même de la ville.

« Il ne faut accepter qu’un nombre très limité de groupes organisés de touristes et seulement sur réservation », propose Italia Nostra, même si l’ONG est consciente qu’une mesure de ce genre « entraînera momentanément une réduction des flux commerciaux et, en apparence, le déclin de l’économie locale ». L’ONG propose de développer d’autres activités (recherche universitaire, écotourisme) pour « créer une économie plus riche que celle basée sur le seul tourisme » de masse. (AFP).

Leur site : www.italianostra-venezia.org
Crédit photo : zskdan viza Flickr (cc)