Tag Archives: Italie

acquaformosa-grand-remplacement

Italie : un village de Calabre à l’heure du grand remplacement

17/11/2016 – ITALIE (NOVOpress avec Le Salon beige et Réinformation.TV: Il y a cinq ans, Novopress, qui lit la presse italienne, avait alerté ses lecteurs sur le Grand Remplacement qui se mettait en place à Acquaformosa, en Calabre, « un village “sauvé“ par les immigrés » selon un reportage dithyrambique du Corriere della Sera du 25 août 2011. Cinq ans plus tard, le quotidien britannique The Daily Telegraph s’enthousiasme à son tour devant ce villagae qui « a trouvé le salut d’une source improbable » : les mêmes qu’il y a cinq ans et qui ont simplement changé de nom et qui sont devenus « les migrants ».

Le quotidien explique, et c’est véridique, qu’Acquaformosa, qui se vidait lentement et sûrement de ses habitants, « revit » grâce à l’arrivée des immigrés. Dans cette petite ville de montagne, qui ne compte guère plus de 1000 habitants, les jeunes sont partis ailleurs, pour trouver du travail. « Les vieux meurent un par un »… Dans cette Italie qui n’a pas de politique familiale, ni par le biais des allocations, ni par l’allègement fiscal, leurs familles ne sont pas nombreuses.

Acquaformosa, comme d’autres bourgades mourantes, a donc adhéré à un plan gouvernemental qui vise à établir les migrants au sein de communautés sous-peuplées, les paese d’accoglienza ou « pays d’accueil ». En l’espace de quelques années, 350 migrants sont arrivés sur place, et la plupart d’entre eux s’y sont établis, formant un ensemble disparate et bigarré. Syriens, Somaliens, pauvres de l’Afrique occidentale, Pakistanais et Soudanais s’y côtoient. Le journaliste du Telegraph ne prend pas la peine de souligner un dénominateur commun : l’islam, dont tout donne lieu à penser qu’il est largement partagé par cette population aux origines diverses mais bien identifiées.

Si les Italiens n’ont pas trouvé de travail à Acquaformosa au point de devoir quitter leur « pays » d’origine, les immigrés y ont intégré un système d’économie circulaire basée sur les besoins des réfugiés, alimenté par les deniers publics. On fait pour ces immigrés, et pour pourvoir à leurs besoins, ce qui n’a jamais été fait pour les Italiens de souche d’Acquaformosa, contraints d’aller chercher fortune ailleurs.

On a laissé les villages historiques se vider, et aujourd’hui les Italiens supportent la charge de leur repeuplement par des étrangers…

malo_56774811

Incompatibilité entre immigration de peuplement et identité : la preuve par Malo

05/11/2016 – ITALIE (NOVOpress)
La commune de Malo, une petite ville de la région de Vénétie, célébrait traditionnellement le 4 novembre, jour de fête des forces armées et de l’Unité nationale, par une messe dans ses écoles.

Le quotidien italien Il Giornale explique que, cette année, cette messe a été supprimée, « par respect pour les élèves des autres religions » (sic).

De fait, 13% des écoliers sont maintenant d’origine extra européenne. D’après la traduction de l’article faite par le site lesobservateurs.ch, « il avait été demandé au curé de seulement bénir la couronne de lauriers, sans célébration religieuse. Mais le prêtre a refusé de se livrer à cette mascarade ».

Les arrivées de clandestins en Italie reprennent de plus belle

L’arrivée d’immigrants est en train de doubler en Italie

05/04/2016 – ROME (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Le quotidien italien de gauche La Repubblica publiait il y a quelques jours des chiffres concernant l’immigration en Italie. Les premiers mois de l’année ont déjà atteint un record : 80 % d’arrivées supplémentaires par rapport à 2015. Ainsi, entre 2015 et 2016, pour la période de janvier à mars, l’immigration a presque doublé. Le ministère italien de l’Intérieur s’attend à ce que près de 300 000 clandestins débarquent encore sur les côtes italiennes. Le journal rapporte également des propos tenus par des fonctionnaires du ministère : « La vague risque de nous engloutir. Le réseau des centres d’accueil ne la supportera pas. » Et les Italiens non plus.

clandestins_emeutes_grece

La situation en Grèce sur le front de l’immigration clandestine se tend

29/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)

Le ministre grec de la Politique migratoire, Yiannis Mouzalas, affirme que 22 000 « réfugiés et migrants » se trouvent actuellement en Grèce.

Un chiffre qui devrait selon lui tripler au mois de mars
Toujours selon le ministre ils devraient en effet être en 50 000 et 70 000 d’ici un mois. Plusieurs facteurs expliqueraient cette hausse. Sous le double effet des contrôles aux frontières et des quotas mis en place unilatéralement par les pays des Balkans, la Grèce se retrouve une impasse pour bon nombre des migrants qui cherchent à rejoindre les pays européens les plus accueillants. Six pays de l’espace Schengen ont rétabli provisoirement — mais pour combien de temps ? — les contrôles à leurs frontières. L’Autriche a décidé la semaine dernière de limiter l’accès à son territoire. Elle ne laisse plus rentrer que 80 demandeurs d’asile par jour et laisse transiter 3 200 personnes. La Macédoine refuse depuis une semaine l’accès aux Afghans et renforce les contrôles pour les Syriens et les Irakiens.

Quatre autres pays ont emboîté le pas des quotas vendredi
La Slovénie et la Croatie, membres de l’U.E. ainsi que la Macédoine et la Serbie ne laissent désormais plus transiter désormais que 580 personnes par jour. Athènes se sent de plus en plus isolée face à ces mesures prises unilatéralement par ses voisins. Le gouvernement grec compte sur la communication en Turquie sur la fermeture du poste-frontière d’Idomeni avec la Macédoine ainsi que sur le déploiement de navires de l’OTAN en mer Égée pour diminuer l’afflux de ces masses migratoires. L’Italie craint à son tour un effet ricochet et une recrudescence de flux, bloqués sur la route grecque. L’espace Schengen semble se craqueler de plus en plus face au poids sans précédent de l’immigration clandestine.

mosquee_lombardie

Italie : une loi « anti-mosquée » invalidée par la Cour constitutionnelle italienne

26/02/2016 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

En janvier 2015, la Lombardie, dirigée par la Ligue du Nord, faisait voter une loi dont les dispositions rendaient de fait impossible toute construction de nouvelles mosquées. Mercredi dernier, la Cour constitutionnelle italienne a invalidé cette loi, sans faire connaître ses motivations. « Maintenant, la gauche exulte en criant « Allah Akbar » », a twitté Roberto Maroni, président de la région et membre de la Ligue du Nord.

clochard 04

Italie : un SDF local mort de froid au pied d’un hôtel 4* réservé aux clandestins

03/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Sources : Trentino / Video 33 / Hotelsclick

Le 1er février, un SDF a été retrouvé mort dans le Centre de Bolzano. Son corps a été retrouvé par des passants sur un lit de fortune fait de boîtes en carton le long du mur de l’Hotel Alpi, qui accueille actuellement les clandestins de la région. Selon les informations préliminaires de la police, le corps de l’homme ne présente pas de traces de violence. Il y a quelques jours, un autre SDF était mort à Bolzano : mais là, il s’agissait d’un meurtre pour lequel était recherché un immigrant illégal. Et ce matin, la police a arrêté un suspect tunisien de 28 ans lors d’une bagarre à l’intérieur d’un centre d’urgence mis en place à Bolzano pour loger les sans-abri en hiver.

NDLR : La tragique ironie de cette histoire est que l’Hôtel Alpi a été « privatisé » début 2015 pour recevoir des immigrants arabes. Ceux-ci se sont d’ailleurs plaints plusieurs fois de leurs conditions d’hébergement, de la nourriture et du peu d’argent qu’ils reçoivent. Un reportage de Video 33, la chaîne locale de Bolzano sur ces manifestations avait d’ailleurs été interdit de diffusion pour ne pas alimenter les réactions « racistes » de la population locale.
clochard 01
Description de l’Hotel Alpi :
L’hôtel dispose de chambres bien aménagées et de nombreux services vous assurant le maximum du confort, y compris un accès Internet Wi-Fi gratuit dans tout l’immeuble, un bar, un restaurant et des salles de réunion. De plus, l’espace bien-être, situé à proximité, vous attend avec un choix varié de soins thermaux, sauna, bain turc et bain hydrothérapeutique. L’hôtel Best Western Alpi est situé idéalement dans le centre de Bolzano, à 100 mètres de la gare, de la cathédrale Duomo, du théâtre et des boutiques élégantes, offrant aux hôtes la solution de logement parfaite que vous séjourniez pour les affaires ou des vacances.
clochard 02
clochard 03


 

enfant_migrant_unicef

Disparition de milliers d’enfants migrants

01/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)

L’agence de coordination policière Europol a révélé la disparition de plus de dix mille enfants migrants, durant les deux dernières années. Il est à craindre qu’une majeure partie de ceux-ci soit désormais réduite en esclavage ou au commerce sexuel par des organisations criminelles. Rien qu’en Italie, la trace de 5 000 enfants a été perdue.
Le ministère de l’Intérieur britannique a justement annoncé jeudi qu’il étudierait l’accueil d’enfants seuls, éloignés de leurs familles par les conflits.
Sur le million de migrants arrivé en Europe en 2015, 27 % d’entre-eux seraient des mineurs.

Crédit photo : UNICEF

family_day

Les Italiens s’opposent au mariage pour tous

01/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)

Samedi 30 janvier, avait lieu en Italie le « Family Day ». Cette manifestation en opposition au projet de loi approuvant le mariage entre les couples de même sexe aurait rassemblé près d’un million de participants, d’après les organisateurs. Ludovine de La Rochère présente lors de la manifestation, a déclaré « Faire volontairement des orphelins de père ou de mère : ce n’est humainement pas acceptable ». Si le vote final de cette loi en faveur du mariage pour tous doit avoir lieu mi-février, rappelons que l’Italie demeure le dernier pays d’Europe à ne pas reconnaître de statut aux couples de même sexe.


maire_et_cure_de_tarente_italie

Italie : un curé dénonce « la discrimination raciale » pro-immigrés

31/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
En Italie, un curé a dénoncé le racisme dont sont victimes… les Italiens, défavorisés par rapport aux clandestins.

Un curé qui s’indigne de la préférence étrangère et a le courage de protester publiquement, voilà qui n’est pas courant. L’altercation, devant les caméras de la chaîne régionale Telenorba, entre le maire de Tarente, dans les Pouilles, Ippazio Stefano, et le curé de la paroisse du Sacré Cœur, l’abbé Luigi Larizza, a donc fait sensation en Italie.

Il faut dire que le maire, qui appartient au petit parti ultra-immigrationniste SEL (Gauche, écologie et liberté), a hautement affiché ses prédilections. D’un côté, il est allé en grande pompe apporter des croissants chauds aux immigrés clandestins dans leur centre d’accueil. De l’autre, il n’a toujours rien fait pour douze familles italiennes de la ville (environ quarante personnes), devenues SDF depuis l’effondrement de leur immeuble, il y a quinze jours, et réduites à dormir sous un porche, dans l’attente d’un relogement.

Le curé, qui avait passé la nuit sur le parvis de l’église avec les SDF italiens, est donc allé voir le maire dans son luxueux bureau de l’Hôtel de Ville et l’a vivement apostrophé, après lui avoir rappelé ses croissants aux clandestins : « C’est de la discrimination raciale au détriment des citoyens italiens ». Le maire tente de le culpabiliser : « Vous parlez un langage qui vraiment me bouleverse, par rapport à votre mission ». Et il a recours à l’habituel canard immigrationniste : les clandestins sont « des enfants qui fuient la guerre et la torture ». Mais le curé ne se laisse pas intimider : « Je parle l’italien et je dis la vérité. Démissionnez de votre mandat de maire ! »

Comme on pouvait s’y attendre, l’archevêque de Tarente a immédiatement désavoué le courageux curé dans un communiqué : « Il n’y a aucun doute que ce qui est arrivé déforme l’attitude de charité du diocèse qui ne voit devant lui que les pauvres, sans distinctions éthiques [sic, pour ethniques ?] et religieuses. Cela se vérifie aisément dans l’activité quotidienne des sections paroissiales de la Caritas [le Secours catholique italien] et des associations. Tarente est une cité accueillante et généreuse. Nous continuerons dans l’assistance aux pauvres et dans l’accueil de ces frères [immigrés clandestins] qui fuient la guerre et la famine ».
Une illustration de plus de l’opposition fondamentale, dans toute l’Europe, entre le catholicisme des gens et celui des prélats, fauteurs de l’invasion.


statues_56a77f29c36188e0538b45a5

Statues couverte à Rome pour plaire à l’Iran: la civilisation européenne trahie

29/01/2016 – EUROPE (NOVOpress via FigaroVox)
Des statues ont donc été camouflées pour la visite à Rome du président iranien. Louis Manaranche, agrégé d’histoire et président du laboratoire d’idées Fonder demain, revient sur ce scandale qui a provoqué une vive polémique en Italie.

Cacher, chez soi, des statues antiques au motif qu’elles ne sont pas tout à fait conformes à la tradition culturelle de l’hôte que l’on accueille, c’est trahir l’identité européenne. Il ne s’agit pas seulement du reniement d’un rapport hérité à sa culture. Il s’agit aussi d’un signe de soumission à l’idée que la culture de l’autre peut légitimement être un absolu à visée hégémonique.


8533-Chard

Les barbus chez Tartuffe

27/01/2016 – EUROPE (8533 Présent)

Ça se dit aussi en italien : « Sottomissione », du nom du livre de Houellebecq qui a connu un grand succès en Italie. Pour la visite du président iranien Hassan Rohani dans le musée du Capitole, la mairie de Rome a accepté de dissimuler toutes les statues antiques représentant des nus : « Par respect pour la culture et la sensibilité de l’Iran ». Elle les a encoffrées dans de grands placards blancs qui, eux, heurtent la vue.
8533P1
Le vin a également été banni du déjeuner et le menu était halal à la demande de l’Iran.
En accueillant son hôte lundi dans ce site prestigieux, où de nombreux accords portant sur des milliards de dollars ont été signés, le chef du gouvernement italien Matteo Renzi a mis l’accent sur la richesse historique des deux pays, assurant qu’ils avaient en commun d’être « deux superpuissances de la beauté et de la culture ».
Et de la démocratie non ? Et des droits de l’homme et de la femme non plus ?

Le régime iranien, premier état islamique basé sur la charia, fondé par Khomeiny en 1979 sur le principe du pouvoir absolu du Guide suprême, a en effet de quoi donner des leçons de morale et de décence aux pays occidentaux. Les ONG ont dénombré 966 pendaisons pour la seule année 2015 en Iran et dénoncé le grand nombre de mineurs qui y sont assassinés.
Sans parler des disparitions, des tortures des prisonniers politiques et de la répression des minorités. Depuis l’élection du « président modéré » Roani il y a deux ans et demi, plus de 2 000 personnes ont été pendues en place publique, conformément à la loi islamique.

Le journaliste italien Giulio Meotti rapproche cette attitude de l’Iran de celle de l’État islamique : « Quand les frères musulmans ont gagné les élections en Égypte, les salafistes ont lancé une campagne pour couvrir les statues antiques, définies comme le produit d’une civilisation corrompue et infidèle. Quand l’État islamique a conquis Mossoul, il a interdit les statues en tant qu’idolâtres, et en a détruit un grand nombre. »
Hassan Roani était attendu au Vatican pour rencontrer le pape François. On espère qu’il a bien voilé tous les crucifix.

Caroline Parmentier

vinaigre

Italie : Le vinaigre, « interdit par l’Islam », supprimé à la cantine

26/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Toujours plus. Avant-hier, c’était le porc qui était banni des cantines, tandis que le crucifix disparaissait des salles de classe italiennes, pour ne pas offenser les musulmans. Hier, c’était au tour des cours de natation ou des instruments de musique. Aujourd’hui, la nouvelle victime des interdits, réels ou supposés, de l’Islam, n’est autre que le vinaigre.

À Vérone, la ville de Roméo et Juliette, la régie des services municipaux, l’Agec, a envoyé lundi 11 janvier à la Sodexo (la société titulaire du marché des cantines scolaires), un ordre de service sur « les dispositions relatives à l’administration du vinaigre dans les réfectoires pour l’assaisonnement des crudités ». Dorénavant, les crudités doivent être assaisonnées à l’huile seulement ; une bouteille de vinaigre sera placée sur les tables ou sur un chariot « pour que les élèves puissent éventuellement s’en servir ». Les cuisiniers ont ordre « de se confirmer rigoureusement aux susdites instructions ». Le motif, « selon la rumeur qui circule avec insistance parmi les enseignants : le vinaigre de vin est haram, interdit par la religion musulmane ou, du moins, il est considéré comme tel par plusieurs jurisconsultes. Certains parents musulmans auraient protesté parce qu’on administrait à leurs enfants des doses infimes d’alcool sous forme d’assaisonnement ». On rappellera que le maire de Vérone, Flavio Tosi, longtemps membre de la Ligue du Nord, en a été exclu l’année dernière : il s’opposait à la ligne « lepéniste » de Matteo Salvini et prônait « une alliance avec les modérés ».
Lire la suite

char_en_libye

Libye, le plan de la conquête

Source : mondialisation.ca (traduction d’un article paru dans Il Manifesto)

« L’année 2016 s’annonce très compliquée au niveau international, avec des tensions diffuses y compris chez nous. L’Italie est là et fera sa part, avec le professionnalisme de ses femmes et de ses hommes et avec l’engagement des alliés » : ainsi Matteo Renzi a-t-il communiqué aux inscrits du Pd la prochaine guerre à laquelle participera l’Italie, celle contre la Libye, cinq ans après la première.

« L’année 2016 s’annonce très compliquée au niveau international, avec des tensions diffuses y compris chez nous. L’Italie est là et fera sa part, avec le professionnalisme de ses femmes et de ses hommes et avec l’engagement des alliés » : ainsi Matteo Renzi a-t-il communiqué aux inscrits du Pd la prochaine guerre à laquelle participera l’Italie, celle contre la Libye, cinq ans après la première.

Le plan est en acte : des forces spéciales SAS — rapporte le Daily Mirror — sont déjà en Libye pour préparer l’arrivée d’environ 1000 soldats britanniques. L’opération — « dans un accord États-Unis, Grande-Bretagne, France et Italie » — impliquera 6000 soldats et marine étasuniens et européens avec l’objectif de « bloquer environ 5000 extrémistes islamistes, qui se sont emparés d’une douzaine des plus grands champs pétrolifères et, depuis le repère Isis de Syrte, se préparent à avancer jusqu’à la raffinerie de Marsa el Brega, la plus grande d’Afrique du Nord ».
Lire la suite

kyenge-by-benny-754810

Kyenge Kashetu en « mission européenne » aux Fidji : 1,2 million d’euros

18/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Kyenge Kashetu, la Congolaise la plus célèbre d’Italie, a organisé un séminaire sur le changement climatique aux îles Fidji. 42 députés se la sont coulé douce, certains ne participant même pas aux travaux, dont 3 députés français.

Ah le bon, l’excellent fromage du Parlement européen ! On en a de temps en temps quelques échos dans les journaux. Le quotidien italien Libero a ainsi raconté, vendredi 15 janvier, « l’excursion de Kyenge aux Fidji ». Cécile Kyenge Kashetu, la Congolaise la plus célèbre d’Italie, désormais chargée de définir la politique d’immigration du Parlement européen, est aussi « vice-présidente de l’assemblée paritaire Union européenne – ACP (Afrique Caraïbe Pacifique) ». C’est à ce titre qu’elle a conduit aux îles Fidji, en juin dernier, une mission de 102 personnes : 42 députés européens, 29 fonctionnaires, 31 traducteurs. Vol en classe affaires pour tout le monde, hôtel quatre étoiles et, en prime, une indemnité de « travail » journalière de 152 euros par député, pour une réunion de trois jours. Le thème des discussions ? « Le changement climatique des mers et des océans », on s’en serait douté.
Lire la suite

lampedusa  Sara Prestianni Noborder Network

Italie : 96 % de jeunes hommes parmi les « réfugiés »

13/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)

Tout le monde sait, même et surtout les journalistes qui mettent en avant des photos de femmes et d’enfants pour apitoyer le bourgeois, que les prétendus réfugiés qui déferlent en Europe sont en écrasante majorité des hommes jeunes. Mais quelle est la proportion exacte ? Les gouvernements européens se gardent bien de la donner.

En septembre dernier, les soi-disant décodeurs du Monde avaient profité de l’absence de chiffres officiels pour prendre à parti Marine Le Pen, qui avait osé parler de 75 %. Selon ces parangons de la rigueur médiatique, s’il y a « effectivement une majorité d’hommes » parmi « les migrants ayant traversé la Méditerranée pour venir en Europe », « la proportion pourrait se rééquilibrer, selon d’autres comptages ».

Or voici que nous disposons enfin de données statistiques précises. Elles concernent la province de Vicence, dans la région Vénétie, et il n’y a aucune raison de supposer que la situation n’y soit pas représentative de l’ensemble de l’Italie. La préfecture de Vicence a révélé les chiffres la semaine dernière : le nombre d’étrangers hébergés dans les centres d’accueil (complètement saturés) de la province est désormais de 1 360, dont 1 309 sont des hommes majeurs. Les femmes (« surtout des Nigérianes », désormais la main d’œuvre préférée des réseaux de prostitution) et les enfants représentent ensemble 51 personnes. Cette écrasante domination masculine ne tend nullement à se réduire. Le dernier arrivage d’immigrés, jeudi, comptait neuf personnes, toutes des hommes : huit Somaliens et un Togolais.
Lire la suite

image-2

Nous venons en paix… mais nous volons la quête de la messe de minuit !

« Nous venons en paix », c’est notre chronique de choses vues sur le web et les réseaux sociaux à propos de nos chers « migrants » / « réfugiés » / « Bisounours »… une petite pastille de vérité dans un océan de propagande aux bons sentiments… mais chut… PADAMALGAM !
Aujourd’hui, retour en Italie, où un curé a été agressé par des immigrés et dépouillé du produit de la quête de la messe de minuit… destinée aux enfants africains.

Triste sortie de messe de minuit pour la paroisse de Mezzana, dans la commune de Prato, près de Florence. Comme le raconte le quotidien local, Il Tirreno, lorsque le curé, l’abbé Massimo Malinconi, est rentré au presbytère après la célébration, il est tombé sur quatre cambrioleurs, qui l’ont jeté par terre et frappé à la tête. « Ils parlaient un italien approximatif, c’étaient des étrangers mais je ne pourrais pas dire de quel pays ils étaient ».
Les immigrés sont finalement partis en emportant tout l’argent qu’ils ont pu trouver : environ deux cents euros, produit d’une quête « pour les enfants africains ». Peut-être se sont-ils dits que, puisque l’Afrique était désormais chez elle en Italie, elle pouvait bien se servir directement.

burqa_02

La Lombardie se prononce à son tour contre la Burqa

21/12/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Mieux vaut tard que jamais, il semble que les uns après les autres, les pays se réveillent face à la montée de l’islamisme. Après La CDU allemande, c’est au tour de la province italienne de Lombardie de bannir la burqa de l’espace public.

La région la plus riche d’Italie a approuvé l’interdiction du port de la burqa dans les hôpitaux et les bâtiments officiels. La loi entrera en vigueur début 2016 et stipule que les quiconque veut entrer dans un hôpital doit être reconnaissable. En conséquence, burqa et niqab sont interdits. C’est la première fois en Italie qu’une loi est spécifiquement dirigée contre les accoutrements islamistes, même si l’Italie dispose déjà d’une législation contre les vêtements couvrant le visage.

santini-autobus-700x357

Bari, capitale de l’accueil aux frères migrants et des tabassages de chauffeurs de bus

17/12/2015 – EUROPE (NOVOpress)

Bari, la capitale des Pouilles, a une longue expérience de l’accueil des frères migrants. C’était au centre d’identification et d’expulsion de Bari qu’avait d’abord séjourné Mada Adam Kabobo, le tueur à la pioche de Milan, après avoir débarqué dans les Pouilles à bord d’un bateau d’immigrés clandestins.

Depuis cet automne, par surcroît, « après l’appel du pape François qui a demandé d’accueillir les migrants dans les structures ecclésiastiques », de nombreuses paroisses de Bari se sont transformées en annexes pour clandestins. « À Bari, s’était alors félicitée l’adjointe au maire, Francesca Bottalico, il y a un réseau de solidarité des citoyens qui sont prêts à accueillir les migrants et à collaborer avec la mairie pour des projets d’intégration ».

Le 6 décembre, le pape François avait du reste fait l’éloge de l’Italie du Sud qui, en accueillant Kabobo et les autres, avait « été un exemple de solidarité pour le monde entier ».

211152349-1676b298-8335-4af8-b4bb-535a5b9d5246

L’abbé Angelo Cassano, l’ami des migrants

Tout n’est pourtant pas encore parfait à Bari, comme l’avait souligné en septembre l’abbé Angelo Cassano, un curé spécialisé dans l’accueil des clandestins. Tout en se réjouissant hautement des propos de François pour « réveiller le sens de la solidarité » dans la ville, il ne s’en disait pas moins « inquiet du niveau d’agressivité », qui se manifestait, à l’en croire, par « les agressions dans la rue contre les frères migrants, les nombreux, trop nombreux, petits épisodes d’intolérance raciale ».

L’ecclésiastique n’avait pas jugé bon d’évoquer la situation des chauffeurs de bus, qui sont en première ligne dans les échanges avec les immigrés. La mise en place, en 2009, d’une navette gratuite réservée à ces derniers entre le Cara (centre d’accueil pour les demandeurs d’asile) et la gare de Bari, n’a pas empêché les autobus et leurs chauffeurs d’être régulièrement pris pour cible.

Lors de la grande émeute de Bari en août 2011 – avec la participation de notre frère migrant Kabobo –, les clandestins avaient pris d’assaut un autobus, faisant de nombreux blessés. On avait échappé de peu à un massacre puisque les Africains allaient mettre le feu au véhicule, où se trouvaient encore le chauffeur et trois femmes, si un policier n’était courageusement intervenu tout seul pour les en empêcher.

Bari rivolta al centro Cara

Emeutes de clandestins à Bari, en 2011. La violence des clandestins à l’encontre de leur pays d’accueil n’est hélas pas une nouveauté

La litanie, depuis lors, est très longue. En décembre 2014, « deux Nord-Africains » s’étaient déchaînés à coups de pied et de poing contre un conducteur, auquel ils reprochaient de ne pas leur avoir ouvert la porte qu’ils voulaient. Ils lui avaient enfoncé les doigts dans les yeux et avaient tenté de les lui crever. Bilan : l’un des deux agresseurs s’était enfui, l’autre, « un Tunisien déjà connu des services de police », avait été arrêté, le chauffeur avait eu quinze jours d’ITT. Le journal local parlait alors « d’épisodes toujours plus fréquents » et citait un représentant syndical : « les chauffeurs vivent dans la terreur, surtout quand ils travaillent de nuit ». Le lendemain même, un autre chauffeur avait été passé à tabac par « un groupe de jeunes de couleur qui retournaient au centre d’accueil ».

Dernier épisode en date, il y a quelques jours, un conducteur a été agressé par un immigré qui réclamait des renseignements. « Le chauffeur, ne parvenant pas à comprendre ce que demandait l’individu, puisque celui-ci ne parlait pas l’italien, n’avait pu fournir les informations demandées ». Furieux, l’immigré s’est jeté sur lui et a tenté de l’étrangler.

Il est décidément urgent de donner aux chauffeurs de bus de Bari – et de toute l’Italie – une formation au bangala, au swahili, au kikongo, au wolof, etc., etc. Les paroisses pourraient peut-être organiser des cours du soir. Il est vrai que les chauffeurs de bus ne sont guère les bienvenus dans les églises italiennes, depuis que le pape François les a plus ou moins excommuniés pour racisme, dans un discours fameux – « Je me souviens de tant d’occasions ici à Rome, je montais dans l’autobus, quelques Tsiganes montaient, et le chauffeur disait : “Attention à vos portefeuilles”. Ça, c’est du mépris. C’est peut-être vrai, mais c’est du mépris. » Et n’avoir toujours pas appris la langue des frères migrants, ça aussi, c’est du mépris.

Flavien Blanchon