Tag Archives: islmaisme

Polémique autour de la convocation au commissariat d’Ahmed, 8 ans

Polémique autour de la convocation au commissariat d’Ahmed, 8 ans

30/01/2015 – NICE (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Mercredi, Ahmed, 8 ans, élève de CE2 dans une école élémentaire de Nice, a été entendu en compagnie de son père dans un commissariat de la ville pour « apologie d’acte de terrorisme ».

Une semaine auparavant, le directeur de l’école était venu faire une déposition au commissariat, rapportant des propos qu’il affirme avoir entendu au lendemain de la tuerie à Charlie Hebdo, dans la bouche de l’enfant : « Il faut tuer tous les Français, je suis dans le camp des terroristes, les musulmans ont bien fait, les journalistes méritaient leur mort ». Autre grief de l’enseignant à l’encontre du jeune Ahmed : ce dernier aurait refusé « de respecter la minute de silence et de faire partie de la ronde de solidarité (sic !) après les attentats ». Notons que sur les réseaux sociaux, les témoignages de cet acabit abondent de la part des enseignants, évidemment moins explicites pour ne pas heurter la sensibilité des braves gens qui pensent encore que l’islam est un long fleuve tranquille.

Le jeune Ahmed n’a très vraisemblablement fait que répéter à l’école les menaces qu’il entend proférer quotidiennement à la maison

Sans, naturellement, tout comprendre. Pressé par l’instituteur et le directeur de dire qu’il « était Charlie », l’enfant, excédé, a fini par répondre qu’il était au contraire « avec les terroristes », du moins si l’on en croit la version du père. Fabienne Lewandowski, directrice adjointe de la sécurité publique des Alpes‑Maritimes, précise par ailleurs : « Ahmed nie catégoriquement avoir dit « à mort les Français ». [A la question :] « C’est quoi, un terroriste, pour toi ? », Ahmed répond : « Je sais pas » ». Comme l’a précisé hier le ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud‑Belkacem, ce ne sont pas les déclarations de l’enfant mais l’attitude « brutale » (sic) du père qui, le 21 janvier, est venu dans l’établissement pour y menacer les enseignants et y tenir des propos également très « problématiques », qui a décidé le directeur de l’école a porté plainte contre le père, et non contre l’enfant.

Lire la suite

Islamisme : le double jeu de leurs mécènes (Présent 8276)

Islamisme : le double jeu de leurs mécènes (Présent 8276)

20/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Poignées de mains et accolades d’un côté, financement et armement des pires islamo-terroristes de l’autre… A l’heure où les Occidentaux, et notamment la France, s’interrogent sur la manière la plus efficace de lutter contre les djihadistes sur leur sol comme à l’étranger, peut-être serait-il temps d’arrêter de faire des « mamours » à ces pétromonarchies du Golfe qui jouent double jeu depuis des années.

Les contrats avant les victimes

Une du numéro 8276 de "Présent"

Une du numéro 8276 de « Présent »

Chacun a encore en mémoire les récentes « condamnations » des abominations de l’Etat islamique par les responsables qatari ou encore saoudiens. Des « condamnations » dont personne n’aura été dupe. Pas même ceux qui, de nos élus à nos grands patrons, préfèrent fermer lamentablement les yeux sur le soutien apporté par ces deux tyrannies wahhabites au terrorisme musulman pour ne penser qu’aux juteux contrats qu’ils pourront signer avec elles. Pire encore : dans l’espoir de lui glisser quelques Airbus et autres Rafales, la France laisse même le Qatar investir massivement sur son sol, et notamment dans ses banlieues ethniques !

Ossature idéologique et financement

Voilà pourtant des années que Qatar et Arabie saoudite se livrent à un véritable concours de financement des groupes djihadistes partout dans le monde. Pour renforcer leurs influences respectives. Mais aussi bien sûr encourager la propagation du salafisme dans le Dar al-Harb. Al-Qaïda, Aqmi, Ansar Dine, Mujao, Frères musulmans, Hamas, Front Al-Nosra, Etat islamique… chacun a reçu ou reçoit, de l’un ou de l’autre, voire des deux en même temps, des fonds considérables pour mener à bien leurs actions criminelles.

Lire la suite