Tag Archives: islam

Eric Zemmour : "La Turquie est décidément bien de l'Europe"

Éric Zemmour : “L’Islam a aussi sa guerre de religions”

16/04/2015 – MONDE (NOVOpress)
“C’est le temps des grandes manœuvres entre l’Iran et l’Arabie Saoudite”, affirme Éric Zemmour, pour qui la guerre dans la région se fait désormais “à visage découvert, Perses contre Arabes, chiites contre sunnites”.

“Les guerres de religions sont les plus inexpiables, car c’est le sort de chacun pour l’éternité et le salut de son âme qui sont en jeu”, poursuit le journaliste. Il rappelle que le christianisme a connu au XVème siècle la lutte entre catholiques et protestants. L’islam a aujourd’hui celle des chiites et des sunnites. “À côté, la Saint-Barthélemy apparaîtra bientôt comme un conte pour enfant”, ironise-t-il.

Avec son nouveau roi, l’Arabie Saoudite a décidé de faire régner l’ordre dans le camp arabe sunnite, et ce n’est pas tâche aisée”. Car le sunnisme n’a pas clergé (…) Et c’est la même anarchie au plan géostratégique. Le pays essaye donc de faire rentrer dans le rang les Al-Qaïda, État islamique, Boko Haram et autres califats islamiques


Sondage : le combat pour la laïcité se joue à droite

Sondage : le combat pour la laïcité se jouerait à droite

13/04/2015 – PARIS (NOVOpress)
Odoxa a réalisé un sondage pour CQFD sur itélé quant aux rapports entre religion et politique en France.

Sur l’influence des religions en France :
- 57% des sympathisants de droite estiment qu’elles en ont trop contre 45% à gauche.
- Ni trop, ni assez, 37% à droite et 45% à gauche.
- Pas assez d’influence, c’est 6% à droite pour 5% à gauche.
- Ne se prononce pas, 1% et seulement à gauche.
- Dans l’ensemble : elles en ont trop pour 52% des sondés, ni trop, ni trop peu pour 42%, pas assez pour 5%.

Le combat de 1905 pour la laïcité a basculé en 2015 des électeurs gauche vers ceux de droite. Les Français sont majoritairement contre l’influence des religions et ont pour opposants des gens neutres. Ceux qui sont pour sont minoritaires de façon écrasante.

Sur le nombre de mosquées :
- 65% des sympathisants de droites trouvent qu’il y en a trop contre 29% à gauche.
- Ni trop, ni pas assez, 29% à droite et 52% à gauche.
- Pas assez d’influence, c’est 5% à droite pour 19% à gauche.
- Ne se prononce pas, 1% et seulement à droite.
- Dans l’ensemble : il y a trop de mosquées pour 46% des sondés, ni trop, ni trop peu pour 43%, pas assez pour 10%.

La demande de Dalil Boubakeur qui est de construire deux fois plus de mosquées en deux ans va à contre-courant de l’opinion de 89% de la population française.

Sur l’engagement de la France dans la défense des chrétiens d’orient et d’Afrique
- 13% des sympathisants de droite trouvent qu’il est trop important contre 9% à gauche.
- Ni trop, ni pas assez, 29% à droite et 52% à gauche.
- Pas assez important, c’est 57% à droite pour 39% à gauche.
- Ne se prononce pas, 1% et seulement à droite.
- Dans l’ensemble : il est trop important pour 11% des sondés, ni trop, ni trop peu pour 42%, pas assez pour 46%.

La dernière question confirme que c’est surtout contre l’islam que s’affirme une opposition entre politique et religion. Et que c’est surtout à droite qu’elle se trouve.

Pour consulter le sondage

Crédit photo : Jean-Pierre Dalbéra via Flickr (cc)

Mosquée de Poitiers : Arnaud Delrieux et Damien Rieu reviennent sur leur mise en examen

Hervé Gattegno : “Construire des mosquées n’est pas un risque mais une chance pour la France”

07/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Hervé Gattegno a donné son point de vue suite aux déclarations de Boubakeur appelant à construire plus de mosquées en France. Il estime que si on veut que l’islam sorte d’une forme de clandestinité, il faut que les musulmans aient plus de lieux de culte.

Mais le journaliste va plus loin en déclarant ceci :

Construire des mosquées n’est pas un risque mais une chance pour la France

Jean-Jacques Bourdin rappelle que favoriser la construction d’édifices religieux est susceptible de constituer une violation de la loi de 1905. Mais Hervé Gattegno s’inscrit en faux :

Non. Ce n’est pas du tout vrai. Cet argument-là, c’est souvent l’argument un peu pervers de ceux qui veulent – non pas défendre la laïcité – mais empêcher le développement de l’islam. Ce qui est un combat d’arrière-garde. Puisque la moitié des musulmans dont on parle, ils sont Français. Et qu’il y a bien longtemps que l’islam est la 2ème religion de France. Qu’on le veuille ou non.



Le parti pris d'Hervé Gattegno : "Construire… par rmc

djellabah

En France, une marque de prêt-à-porter saoudienne veut promouvoir un “islam chic”…

Désormais implantée à Paris, la marque de prêt-à-porter saoudienne Daffah prépare deux ouvertures en province, à Lyon et Lille. Des inaugurations précédées d’une campagne publicitaire au ton inédit.

Un homme à la mise impeccable, barbe soigneusement taillée et cheveux brillantinés, tire négligemment sur la manche de son impeccable qamis, une tunique longue musulmane. Il ne manque que le gratte-ciel et la Porsche pour compléter l’image d’Épinal du Saoudien de cinéma. La publicité a fleuri sur les panneaux de Lille, ces jours-ci. Dans un coin, la marque, Daffah, suivie d’un slogan : « Élégance. Pudeur. Fierté. » La campagne annonce l’ouverture, le 11 avril, d’un Daffah Store, une boutique de prêt-à-porter traditionnelle et masculine, rue Abélard à Lille. À deux cents mètres de la grande mosquée de Lille-Sud.


Boubakeur veut doubler le nombre de mosquées en France d'ici deux ans

Amar Lasfar (UOIF) : “Il faut des mosquées spacieuses, pourquoi pas des mosquées-cathédrales”

06/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Amar Lasfar, président de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), était l’invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1.

Amar Lasfar appelle à la construction de mosquées-cathédrales :

Les 2.200 mosquées (en France), ce sont souvent des salles de prière pour moins de 100 personnes. Il faut des mosquées avec pignon sur rue, des mosquées spacieuses, pourquoi pas des mosquées-cathédrales, qui réunissent les membres de la communauté pratiquante.

Quand Jean-Pierre Elkabbach lui demande si la demande de Boubakeur consistant à multiplier par 2 les mosquées en deux ans ne risque pas de favoriser le vote Front National, Amar Lasfar répond :

Ce sont des Français qui le réclame. La demande d’un Français est légitime. Ce n’est pas parce qu’il est musulman qu’il va cacher ses demandes et ses revendications citoyennes.

Amar Lasfar, qui est également le recteur de la mosquée de Lille, a également appelé les responsables politiques à “accompagner cet islam de France” tout en ajoutant :

L’islam de France est une marque de qualité. (sic)



Lasfar : "Il faut des mosquées avec pignon sur… par Europe1fr

gb_ecole-islam

D’ici 2050, les Musulmans seront presque aussi nombreux que les Chrétiens

03/04/2015 – MONDE (NOVOpress)
D’après une étude réalisée par le Pew Research Center et intitulée “L’avenir des religions dans le monde : projections 2010-2050“, si les tendances continuent, d’ici 2050 dans le monde, “le nombre des Musulmans égalera presque celui des Chrétiens”.

Le Pew Research Center est un think tank américain qui fournit des informations sur les sujets controversés en général relatifs aux attitudes et tendances qui influencent les États-Unis et le monde. Pour établir ce rapport de 245 pages, des chercheurs ont analysé près de 2 500 sources, notamment les recensements, couvrant 175 pays et 95% de la population mondiale. Ils ont ainsi établi des projections en prenant en compte le taux de fertilité, la jeunesse des populations, les migrations ou les tendances aux conversions.

D’ici 2050, grâce à une population jeune au taux de fertilité élevé, l’Islam grandira plus vite que n’importe quelle autre religion.


Nicolas Anelka

Nicolas Anelka : “J’ai une affinité avec l’Algérie. Nous avons beaucoup de choses communes, notamment l’islam”

31/03/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Nicolas Anelka, l’ancien attaquant du PSG et de l’équipe de France s’est récemment confié à Al Arabiya, une chaîne d’information saoudienne, en arabe. Aujourd’hui consultant du club du NA Hussein Dey, à Alger, Nicolas Anelka en a profité pour dénoncer les discriminations dont seraient victimes les musulmans en France. D’après lui, “si vous envoyez un CV avec le mauvais code postal et un nom à consonance musulmane, alors vous ne serez pas considéré et vous n’obtiendrez pas un emploi. C’est seulement en France que vous avez besoin de cacher votre nom et la photo dans l’espoir de trouver du travail. Ce niveau de discrimination est inacceptable“.

Celui qui pense avoir “un caractère algérien” a notamment déclaré :

J’ai une affinité avec l’Algérie, parce que j’ai grandi avec beaucoup d’amis algériens en banlieue parisienne. (…). Nous avons beaucoup de choses communes, notamment l’islam.


Gestion de la barbarie : le livre de chevet des islamistes

Gestion de la barbarie : le livre de chevet des islamistes

27/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Gestion de la barbarie (Abu Bakr Naji) se veut le parfait manuel du djihadiste. Cette « bible » du terroriste musulman, passée inaperçue ou presque en France, est surnommée le « Mein Kampf des islamistes ».

Écrit en arabe et publié sur Internet en 2004, ce livre est traduit en plusieurs langues. Son auteur, Abu Bakr Naji, est l’un des théoriciens les plus lus parmi les chefs djihadistes, aussi bien au sein de l’organisation État islamique que d’Al-Qaïda ou de Boko Haram.

Pendant 248 pages, Abu Bakr Naji décrit la stratégie du chaos nécessaire pour soumettre l’Occident à l’islam. La méthode est simple : viser les touristes occidentaux dans les pays arabes (attentat de Charm el-Cheikh du 23 juillet 2004 – 88 morts) ; assassiner les journalistes (un principe appliqué par l’organisation de l’État islamique) ; kidnapper les employés des compagnies pétrolières (la prise d’otages d’In Amenas en Algérie par un groupe islamiste dissident d’Al-Qaïda au Maghreb) ; commettre des attentats de manière répétée afin de créer un sentiment de peur (Irak depuis la seconde guerre du Golfe, attentats aux USA et en Europe).

L’autre objectif de Gestion de la barbarie est de faire du monde arabe un gigantesque califat islamique. Pour y parvenir, Abu Bakr Naji dit qu’il faut s’appuyer sur la violence et la misère subies par les populations locales pour gagner leur confiance : promettre une sécurité accrue, une protection sociale ou encore l’application de la charia. Abu Bakr Naji projette de voir la Jordanie, l’Arabie saoudite, le Yémen, la Turquie, le Pakistan ou encore le Maroc rejoindre son califat.

Publié en 2007 par les Éditions de Paris, une maison d’édition basée à Versailles et spécialisée notamment dans les ouvrages en lien avec l’islam, le livre est en vente libre. Sur Amazon, où il figure à la 56e place des meilleures ventes dans la catégorie « terrorisme », l’éditeur le présente ainsi : « Ce document hallucinant donne un sens aux informations de la presse. Il faut le lire et le faire connaître pour qu’il ne soit pas dit : Nous ne savions pas ! ». Une bonne formule pour justifier la publication de cette méthode du djihadisme tout en augmentant ses ventes.


Crédit photo : Jean-François Gornet via Flickr (cc)

En France, un prédicateur musulman déclare : “Celui qui mange du porc a tendance à avoir le comportement d’un porc”

[Mise à jour au 26/03/2015] Sans doute gêné par le buzz involontaire généré par ses propos scandaleux, l’utilisateur qui a mis en ligne la vidéo hébergée sur YouTube l’a supprimée ce jour. Mais nous en avons trouvé une sauvegarde sur Gloria TV. Elle est donc toujours accessible.

25/03/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Lors d’un prêche à la mosquée de Villetaneuse, le prédicateur musulman Mehdi Kabir, disciple du cheikh tunisien pro-Ennahdha Béchir Ben Hassen, s’en prend violemment à tous ceux qui – non-musulmans – consomment de la viande de porc :

Celui qui mange du porc a tendance à avoir le comportement d’un porc. C’est pour cela que les consommateurs de viande de porc, tu les trouves parmi les gens les plus sales. Les gens qui n’ont pas de pudeur vis à vis d’Allah. Les gens qui embrassent leur femme devant tout le monde, sans aucune pudeur ni aucune honte. Pourquoi ? Car ils consomment de la viande de porc.

Islam, religion de paix, de tolérance et du Vivre ensemble ?

Publié le
L'intégrisme islamique et la civilisation par Hélios d'Alexandrie

L’intégrisme islamique et la civilisation – par Hélios d’Alexandrie

Source : Poste de veille – « L’intégrisme islamique et la civilisation, par Hélios d’Alexandrie »
Il s’agit de la deuxième chronique de la série d’Hélios d’Alexandrie consacrée à l’intégrisme islamique.

Paradoxe étrange que celui de la civilisation dite islamique, car c’est la seule civilisation qu’on identifie à une religion, et qui fut en même temps la seule où la religion ne joua aucun rôle positif, voire qui prit son essor en dépit de la religion. La civilisation dite islamique fut également la seule où la religion a été le facteur principal de son déclin et de sa disparition.

Cette introduction me semble nécessaire pour bien comprendre les dangers mortels de l’intégrisme islamique. Depuis qu’un certain Samuel Huntington a parlé du « conflit des civilisations », l’islam intégriste, sous ses aspects politique et belliqueux, n’a cessé de gagner du terrain. En tant que « phénomène civilisationnel », il a atteint son « apogée » et sa « parfaite expression » avec l’avènement du Califat islamique. Peut-on sérieusement parler dans son cas de civilisation ? La question se pose, parce que dans la mesure où le Califat islamique reproduit fidèlement l’État musulman fondé par Mahomet et ses successeurs immédiats à Médine, il se trouve à reproduire également la « civilisation islamique » à sa naissance.

La « civilisation islamique » des origines

Ce que le Califat islamique accomplit présentement à petite échelle, la « civilisation islamique » au début de l’islam, l’a accompli à très grande échelle. Les destructions opérées dans tous les pays conquis et l’asservissement de leurs peuples ont eu pour effet d’effacer ou du moins de plonger dans l’oubli une part importante du patrimoine culturel de l’humanité. Les musulmans n’utilisent jamais le mot conquête pour parler des invasions de la Syrie, de la Mésopotamie, de la Perse, de l’Inde, de l’Égypte, de l’Afrique du Nord, du Sud de l’Europe, ils emploient plutôt le terme foutouhat (pluriel de fath) ce qui signifie ouvertures. À en croire l’histoire officielle de l’islam les armées musulmanes n’ont pas envahi ou conquis, elles ont « ouvert » ces pays !

Lire la suite

Crédit photo : Thierry Ehrmann via Flickr (cc)

Attentat au musée du Bardo à Tunis : témoignage d'une Française rescapée

Attentat au musée du Bardo à Tunis : témoignage d’une Française rescapée

19/03/2015 – TUNISIE (NOVOpress)
En complément d’informations, ce qui était communiqué par l’AFP au milieu de la nuit suivante de l’attaque terroriste au musée Bardo en Tunisie ayant eu lieu le mercredi 18 mars vers 12h30 :

- Deux Français ont été tués dans l’attaque, sept autres ont été blessés dont un est dans un état grave.
- L’attaque du musée a tué 17 touristes, selon le ministre tunisien des relations avec les institutions constitutionnelles Kamel Jendoubi.
- Deux assaillants ont été tués, deux ou trois autres personnes recherchées par la police.
- Les deux victimes tunisiennes sont un policier et un civil.



 

Le tube du printemps : la face non cachée de l’Islam

15/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
« On va pas se laisser abattre », cette chanson a été lancée hier par Al Hayat Media, branche média de l’État islamique, à destination de la France et des musulmans français.

Après s’être félicité des meurtres chez Charlie Hebdo les chanteurs annoncent la suite à venir : “Il nous faut taper la France. Il est temps de l’humilier. On veut voir de la souffrance, Et des morts par milliers.”… “On est venu dominer et nos ennemis vont périr.”… “On va rester pour combattre.”

À la fin du morceau, on entend Amedy Coulibaly s’exprimer, il est un des auteurs des attaques terroriste sur Paris en janvier dernier.

https://youtu.be/NuYqPcdRyX8


Deuxième incrustation de la chanson au cas où celle ci-dessus serait supprimée sur YouTube :

Publié le

Akhenaton : “les djihadistes, ça correspond à ce qu’étaient les punks dans ce pays”

“Les djihadistes, ça correspond à ce qu’étaient les punks dans ce pays.”

13/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Décidément lorsqu’un chanteur est invité, il ne faudrait lui demander que de faire son métier : chanter, pour ceux qui savent encore le faire.

Le chanteur de rap marseillais du groupe IAM s’est exprimé sur l’actualité, c’est à dire sur l’islam, religion à laquelle il s’est converti.

Ça a commencé fort lorsque Thomas Sotto l’a interrogé sur la crainte du Premier ministre de voir la France se fracasser contre le mur du Front National. Il a répondu : “je pense qu’il est réaliste, comme nous, il regarde la télévision.”

Plus loin sur le rôle des médias et des politiques en France qui parlent des djihadistes, de l’islamisme et des femmes voilées : “moi, je vivais à New-York, ma banquière était voilée, elle faisait très bien son travail.” [...] “en France, on manque de liberté, d’acceptation, d’ouverture d’esprit.”

Interrogé sur sa réaction si sa fille partait faire le djihad, il répond sereinement : “les djihadistes, ça correspond à ce qu’étaient les punks dans ce pays.”
Si cette mouvance anarchiste plus liée à un phénomène de mode anglo-saxon dans les années 80 qu’à une idéologie construite comme celle de Proudhon est l’antithèse de la panacée politique, on ne peut la taxer des mêmes faits que ceux que l’EI commet en ce moment. De même qu’il est compliqué de comparer son histoire avec celle de la France.

Sur la France qui est islamophobe, il développe :
- “La France a peur de l’islam depuis septembre 2001. [...] C’est une matière, un sujet qui n’est absolument pas enseigné alors qu’on a 7 millions de nos concitoyens qui sont musulmans.”
- “Vous voulez dire que la France a peur d’une partie de sa propre population ?”, lui rétorque Laurent Sotto.
- “Oui absolument.”

À propos de Charlie Hebdo et des caricatures de Mahomet : “les caricatures des Juifs entre les deux guerres. C’est du même acabit.”


Publié le
l'Indonésie, l'heure est au tout-en-un.

Indonésie : une maison et une épouse pour 71 000 euros.

12/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Dans le plus grand pays musulman du monde, l’Indonésie, l’heure est au tout-en-un. Il ne s’agit pas ici d’un ordinateur en vogue, d’un smartphone ou d’un robot ménager, mais d’une maison à vendre clefs en main avec la femme à l’intérieur.
C’est une bonne musulmane voilée jusque la pointe des ongles de pieds et qui fait ses prières comme le montre la vidéo. Voici une annonce pour le moins insolite qu’on ne retrouve pas sur leboncoin.fr


Marseille

Marseille : les rivalités de pays étrangers pour gérer les mosquées

12/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Les musulmans de Marseille font-ils appel aux dons des pays “frères” pour édifier les lieux de culte ? Oui. En 2010, lors de la pose de la première pierre de la grande mosquée, à Saint-Louis (15e à Marseille), l’Algérie a officieusement promis 7 millions d’euros (sur les 21 M€ nécessaires) à celui qui gérait alors le dossier, Nourredine Cheikh, président de l’association La Mosquée de Marseille.

Ensuite, Abdoulaye Wade, chef d’État sénégalais, s’est fendu d’un chèque de 50 000€. Et la communauté comorienne a fait un don de 60 000€. La règle instaurée, par le maire et l’association, stipule que les pays musulmans peuvent donner autour de 20 % pour que personne n’ait la mainmise sur le dossier. Mais tous peuvent participer : le Maroc, le Qatar, l’Indonésie…

Grande mosquée : et soudain, tout s’écroule

Manuel Valls va-t-il engager un bras de fer avec Marseille ? Sûrement pas. Car le projet est mort-né. L’Algérie s’est retirée (après avoir quand même payé les frais de dossiers à hauteur de 160 000€) en apprenant que Abderrahmane Ghoul, “catalogué” pro-Maroc, avait succédé à son “poulain” Nourredine Cheikh. Et manifestement, aucun des autres pays musulmans (qui semblaient prêts à suivre l’Algérie) ne fera le premier pas. C’est une épine en moins dans le pied du Premier ministre Manuel Valls. Pourtant, il existe d’autres projets à Marseille. Mais jusqu’à preuve du contraire, ils sont entièrement financés par des particuliers. “Il y a 200 000 musulmans à Marseille, explique Amar Messikh, qui prépare la mosquée des Cèdres (13e) et qui a déjà en banque 300 000€. Il suffit que chacun donne un euro par mois et on aura de quoi faire la mosquée. Mais même sans ça, je suis confiant. Les musulmans sont généreux. Ma mosquée sera construite.”

Un terrain a été acheté au bailleur HMP aux Cèdres, à Malpassé, et l’édifice cultuel est en bonne voie. C’est également le cas sur l’avenue Camille Pelletan, près de la Porte d’Aix (2e) où la mosquée, une des plus anciennes de Marseille (1975), est entièrement rénovée par les dons des fidèles. À la tête de l’Association Cultuelle Islamique de Marseille, Moussa Bouzenzen et Amar Tazir ont déjà récolté près de… un million d’euros avec des dons de particuliers pouvant grimper jusqu’à 10 000 €.
L’Algérie quand même présente grâce aux imams

D’autres projets de construction s’appuient aussi sur les fidèles. C’est le cas à la Busserine, où la Ville a cédé un terrain par bail à une autre association qui doit bâtir un bâtiment destiné à devenir le grand point de rendez-vous des musulmans du 14e. Pas l’ombre d’un pays étranger dans ces dossiers, ni dans celui de la mosquée des Comoriens de Saint-Mauront (3e) qui ont mis 30 000€ pour acheter un local à la Rue Auphan. Et qui pourront ainsi déménager de leur étroite mosquée perchée en haut de la rue Gaillard.

En fait, l’Algérie est présente dans un autre domaine, celui du prêche : “Trois mosquées, la Capelette, Font Vert et Félix-Pyat ont des imams payés par la Grande Mosquée de Paris, qui représente l’Algérie, explique Amar Tazir, également membre du CRCM, antenne régionale du CFCM créé (par Nicolas Sarkozy) en 2003 pour contrôler le culte en France. D’autres mosquées peuvent en bénéficier si elles veulent. Il faut qu’elles en fassent la demande et si des imams sont disponibles, ils viendront à Marseille.” Mais l’immense majorité des imams appartient à la communauté marseillaise et est payée par une association, par les dons des fidèles (qui peuvent être matériels) quand les imams ne prêchent pas bénévolement. Chaque mosquée a son fonctionnement. Et son imam qui, selon les cas, n’est pas vraiment apte à… prêcher. Mais c’est une autre histoire.

Le financement de l’islam par des pays étrangers est autant une aberration que le piétinement de la loi 1905 pour qu’il soit payé par les contribuables français. Quant à ces divers associations cultuelles maquillées en culturelles, quelle est leur légitimité ?

Une apostate raconte son calvaire de convertie

Une apostate raconte son calvaire de convertie à l’islam

10/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Lors d’un reportage du magazine  Sept à Huit, une jeune française raconte sa conversion à l’islam. Les propos enjoliveurs qu’elle lit des musulmanes sur les réseaux sociaux sont en phase avec ses illusions d’adolescente.

Camille parle de chevalier avec une rose à la main qui l’emmènerait sur son cheval blanc pour décrire l’idée qu’elle se faisait du pieux musulman. On peut dire que comme beaucoup de filles qui sont entrain de devenir des femmes, elle est à cheval entre l’enfance et l’âge adulte. Ce que l’on imagine et espère de la vie ne s’est pas encore heurté au réel. Et elles transposent leurs lectures de petites filles à un monde qui ne ressemble pas à un conte.

Après une conversion cachée à ses parents, l’adolescente alors âgée de 17 ans propose une annonce de mariage sur un site réservé aux musulmans. Elle ne rencontre son futur mari que deux fois une demi-heure avant le grand jour et parle encore avec horreur de sa nuit de noce.

Ses parents qui ont tout tenté pour l’éloigner de cette religion comme de ce mariage sont impuissants, mais restent disponibles dans le but de pouvoir aider leur fille.

Elle, renfermée, endoctrinée se mue rapidement en esclave sexuelle et domestique de son époux, lui aussi, converti. Il ne la laisse sortir que pour aller travailler, il faut bien ramener de l’argent à la maison. Et si elle doit aller acheter du pain, il faut qu’elle lui demande la permission.

Enceinte, usée, apeurée, la jeune femme s’enfuit chez ses parents et demande le divorce après 6 mois d’union. Elle vit depuis dans la crainte de croiser cet homme et s’est éloignée de cette croyance qu’elle affirme sectaire, contrôlant les moindres faits et gestes de ses adeptes.


 

Abu Suyahib, de la conversion au djihadisme

AbuSahib alFaransi, de la conversion au djihadisme

09/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
La révélation de Dieu
Lorsqu’il avait 7 ans dans une église en priant pour Dieu et en occultant les saints, tout ce qui est catholique, AbuSahib alFaransi aurait été enveloppé d’une lumière forte. Convaincu de l’existence de Dieu, il est entré au séminaire. N’ayant pas cependant embrassé la prêtrise, l’homme est entré dans la vie active en trouvant un emploi lui permettant de parcourir le monde afin d’assouvir sa quête de vérité. Bien qu’à l’aise matériellement, il ressent un vide qu’il n’arrive pas à identifier.

La conversion
Un soir en rentrant du travail, il prie vers la Mecque en disant Allah et la lumière l’enveloppe à nouveau. AbuSahib alFaransi a ressenti de la peur et de la sécurité en même temps. Il s’est senti nouveau-né, pur à l’intérieur selon ses propres termes. Et il s’est converti à l’islam.

la radicalisation
Reprochant aux musulmans y compris d’Arabie Saoudite d’être des croyants qui cachent le djihad inscrit dans le coran. AbuShaib a fait un parcours de vérité jusqu’à rencontrer des “frères” qui lui disent ce qu’il avait envie d’entendre parce qu’il l’avait lu : le djihad est une obligation.

Le djihad
Il part alors en direction de la Syrie où l’État islamique recrute pour son califat s’inscrivant dans la vraie parole d’Allah. Le combattant de Dieu se rend compte là-bas que devant l’ennemi au combat la foi augmente. Puisque c’est une obligation qui fait partie du coran et de la sunna, ses derniers doutes se sont envolés. La pléthore de médecins et d’ingénieurs ayant quitté l’Europe, le monde entier lui apparaisse gage de bonne santé mentale au sein du califat. AbuShaib , de la conversion au djihadisme finit d’ailleurs ce reportage sur des paroles de louanges pour le califat et Allah, demandant que ce dernier les guide vers la victoire.


https://www.youtube.com/watch?v=ZdFPcuPTgFQ


boko haram

Boko Haram rejoint l’État islamique

08/03/2015 – PARIS (NOVOpress)Boko Haram prête allégeance à l’organisation État islamique. Dans un communiqué transmis par la plateforme de vidéos SITE, ainsi que sur son compte twitter, Abubakar Shekau a fait part de l’allégeance de son groupe terroriste au califat de l’État islamique.

Sans véritables liens directs, les deux mouvances sont toutefois amenées à être en contact avec de nombreux groupuscules musulmans radicaux servant de relais. Ces derniers “naviguent” entre les deux territoires pour divers trafics. Différents spécialistes avaient d’ailleurs relevé que la communication de Boko Haram se calquait aujourd’hui sur celle d’EI.

L’EI, dont le corps est à cheval entre l’Irak et la Syrie, a étendu ses tentacules jusqu’en Égypte avec le ralliement du groupe armé d’Ansar Beït Al-Maqdis en novembre 2014, il en a un autre dans le chaos libyen, voici le plus puissant jusqu’alors qui entre en Afrique subsaharienne : Boko Haram.

C’est un accord gagnant-gagnant qui se joue entre un califat qui met les pieds dans l’Afrique noire pour étendre son influence, se gonfler, trouver des hommes supplémentaires et un puissant réseau local en difficultés sur le terrain.
C’est aussi – nous l’avons vu en France récemment lors des épisodes islamiques variés dont celui de Charlie-Hebdo – une cristallisation, des repères plus visibles qui marquent les différences de civilisations et leur choc inéluctable.

L’islam est un peu plus l’islam, en attendant que l’Europe ne redevienne un peu plus l’Europe.