Tag Archives: intervention

Intervention française en Centrafrique : le gouvernement socialiste dans l'impasse démocratique

Intervention française en Centrafrique : le gouvernement socialiste dans l’impasse démocratique

09/12/2013 – 13h45
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) –
394 personnes ont été tuées ces trois derniers jours à Bangui. Cette annonce nous vient de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères. Aussi a‑t‑il précisé que les opérations de désarmement devraient bientôt commencer, ce qui semble en cours dès ce lundi. Michel Djotodia (photo), président de la RCA, a quant à lui décrété un deuil national de trois jours à compter de dimanche, en mémoire des victimes de ces exactions. C’est ce même président autoproclamé qui est en ligne de mire de la France : il fédère en effet les groupes armés nordistes et islamisés qui ont récemment pris le pouvoir en Centrafrique.

Récemment, François Hollande s’est exprimé en faveur de la destitution de Michel Djotodia : « On ne peut pas laisser en place un président qui n’a rien pu faire, a laissé faire. (…) Nous en avons parlé avec des Africains qui se mobilisent, avec le Premier ministre et l’idée a été d’aller le plus vite possible vers une élection pour qu’il y ait une autorité légitime ».

Une fois encore, la politique française consiste donc à intervenir militairement et à organiser une élection… qui ne réglera rien. En effet, mathématiquement parlant, une élection démocratique donnera le pouvoir aux peuples de la savane, majoritaires. Les peuples nordistes et les gens du fleuve, dans le sud seront perdants et auront tôt fait de contester le futur pouvoir démocratique.

Crédit photo : BINUCA, via Flickr, (cc).

Centrafrique : ironie de l'histoire l’armée française intervient… pendant les fêtes de l’indépendance

Centrafrique : ironie de l’histoire l’armée française intervient… pendant les fêtes de l’indépendance

07/12/2013 – 16h30
PARIS (NOVOpress/Kiosque Courtois) –
Ironie apparente de l’histoire, cette projection militaire de l’ancienne métropole est déployée en plein milieu de la « fête nationale et de l’indépendance » qui a lieu le 1er décembre.

Après le Mali c’est en Centrafrique que l’armée française intervient avec un millier d’hommes, officiellement pour des raisons humanitaires.

Comme pour le Mali, c’est aussi une conséquence de la guerre en Libye qui a déstabilisé la région du Sahel. Pour l’africaniste Bernard Lugan, derrière l’opposition entre musulmans et chrétiens, il y a l’éternel conflit entre nomades et sédentaires.

Photo en Une : Bangui, image d’archive. Crédit photo : Kayikwamba, via Flickr, (cc).

Le temps des grands bouleversements - par Jean-Yves Le Gallou

Le temps des grands bouleversements – par Jean-Yves Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou lors de la cérémonie des Bobards d’or 2012. Crédit photo : Novopress via Flickr (cc).

28/11/2013 – 13h30
PARIS (via Polémia) –
Voici des extraits de la conclusion de Jean-Yves Le Gallou à la XXIXe Université annuelle du Club de l’Horloge consacré au « Cosmopolitisme, idéologie dominante mondiale ». Il souligne l’épuisement de cycles historiques centennaux et décennaux ; il montre la montée des dissidences numériques, intellectuelles, sociétales et électorales. Pour l’auteur la tectonique des plaques de l’histoire est en marche. La plaque française sera probablement la première concernée car la France reste un pays idéologique, c’est-à-dire un pays qui donne du sens.


François Hollande bat tous les records d’impopularité pour un président de la Ve République. Il y a plusieurs explications à cela :
– sa personnalité ;
– la situation dont il a hérité : un déficit budgétaire qui ne peut plus être financé seulement par la dette et qui doit l’être aussi par l’impôt ; d’où la révolte fiscale ;
– son comportement sectaire et le comportement sectaire de ses ministres sur l’impôt, sur la famille, sur l’école, sur les libertés, qui accroît l’exaspération de l’opinion.
Mais l’essentiel n’est pas là. L’essentiel c’est que Hollande est parvenu au pouvoir alors qu’une série de cycles historiques arrivent à leur terme. Son attitude sectaire apparaît d’autant plus insupportable qu’elle s’appuie sur des tendances en voie d’épuisement.

Lire la suite

Mais c’est où le « Centrafrique » ? Après l’AOF voici le retour de l’AEF

Mais c’est où le « Centrafrique » ? Après l’AOF voici le retour de l’AEF

Rebelles en République centrafricaine.

Dans les atlas anciens, le rose indiquait les territoires immenses de l’empire de la république française. Il y avait en Afrique noire, l’AOF (Afrique occidentale française) et l’AEF, (Afrique équatoriale française). Le Mali c’était l’AOF, le Centrafrique sous un autre nom l’AEF. Dans le premier pays, la colonisation a été motivée par les menaces islamo esclavagistes et dans l’autre par les cruautés tribales. Prétextes peut-être, prétextes sans doute, mais fondés sur des réalités comme les si désintéressées guerres humanitaires de la France socialiste d’aujourd’hui.

Lundi dernier, la France a soumis à ses partenaires du Conseil de sécurité un projet de résolution visant à renforcer la Misca, avec la perspective éventuelle de la transformer en force de l’ONU de maintien de la paix, impliquant le déploiement de casques bleus en Centrafrique.

Lire la suite

La Turquie s’oppose à une intervention en Syrie

La Turquie s’oppose à une intervention en Syrie

17/08/11 – 18h30
ANKARA (NOVOpress)
– C’est par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, que la Turquie a affirmé son opposition à une intervention étrangère en Syrie, tout en dénonçant vivement la poursuite de la répression dans ce pays.

“Nous n’accepterons pas d’opérations contre des civils au cours du mois du Ramadan. Nous prenons toutes les mesures pour l’éviter”, a ajouté le chef de la diplomatie turque.

Lors d’une visite la semaine dernière à Damas, le ministre turc a exhorté le président syrien Bachar al-Assad à mettre fin à la répression contre la population civile et à ouvrir la voie à des réformes politiques.

“Nous lancerons toutes les formes d’avertissement à la Syrie pour que les revendications du peuple syrien soient satisfaites”, a déclaré M. Davutoglu, soulignant qu’il avait évoqué la question syrienne avec le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-Moon, lors d’un entretien téléphonique.

Ankara, dont les liens avec la Syrie s’étaient resserrés ces dernières années, a critiqué avec force la violence de la répression menée par le régime de Damas, mais ne réclame ni la démission du président Assad ni une intervention étrangère qui serait à ses yeux un remède bien pire que le mal.

Pour l’armée, la Roche tarpéienne est toujours proche du Capitole

Pour l’armée, la Roche tarpéienne est toujours proche du Capitole

Chassez l’antimilitarisme, il revient au galop… Saluée et félicitée pour son action « droit-de-l’hommiste » et son sacrifice en Afghanistan depuis 2001, notre armée est simultanément couverte de boue pour son action – pourtant également humanitaire – en 1994 au Rwanda où de nombreuses ONG, dont Médecins sans frontières, avaient exigé son intervention. On voit le danger des théâtres d’opérations extérieures où nos militaires sont enlisés depuis des décennies par des gouvernements dont les initiatives aventurées ne seraient compréhensibles que s’il s’agissait pour eux d’entraîner nos forces à la guerre urbaine qu’ils jugent inéluctable dans l’Hexagone même…

Sublimée par un sinistre temps de Toussaint, la cérémonie qui s’est déroulée le 19 juillet à Saint-Louis des Invalides à la mémoire de sept de nos soldats tués quelques jours plus tôt en Afghanistan fut extrêmement émouvante. Malgré ses arrière-fonds politiciens.

Héros en Afghanistan…

On peut en effet se demander pourquoi cet « hommage de la nation » a été réservé, « ici et maintenant », à ces seuls sept disparus alors que, depuis 2001, soixante-cinq de leurs camarades sont « morts pour Kaboul » dans un quasi-anonymat. S’agissait-il d’une riposte implicite à la candidate verte Gro Eva Farseth, plus connue sous le nom d’Eva Joly, qui venait de se prononcer pour l’abandon du défilé militaire du 14-Juillet au profit d’un « défilé citoyen », sans doute avec groupes de gangsta rap et démonstrations de smurf  ?

Fallait-il rasséréner l’armée après l’accueil triomphal accordé le 30 juin aux deux journalistes de France 3 Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier enfin élargis – à grand prix – des geôles talibanesques et qui, à peine libres, affirmèrent n’avoir pas été avertis par les militaires des dangers auxquels ils s’exposaient en s’aventurant dans une zone non contrôlée, allégation d’autant plus absurde que ces reporters réputés aguerris ne pouvaient ignorer où ils mettaient les pieds ? Nicolas Sarkozy se sentait-il en partie responsable de la meurtrière attaque contre cinq de ces soldats, attentat-suicide perpétré par les Taliban en représailles à sa visite-surprise du 12 juillet en Afghanistan ? A-t-il profité de l’occasion pour légitimer le maintien dans ce pays de quatre mille hommes, présence si contestée que, de Kaboul, le chef de l’Etat avait annoncé le retrait d’ « un quart de nos troupes, c’est-à-dire 1.000 hommes, d’ici à fin 2012, dont une première tranche dès la fin de cette année » ? « Personne ne vous a volé votre destin. Vous avez vécu et vous êtes morts en hommes libres .Vous n’êtes pas morts pour rien, car vous vous êtes sacrifiés pour une grande cause. Vous avez défendu les plus belles valeurs de notre pays », a déclaré le président de la République devant les sept cercueils alignés dans la cour des Invalides après que Mgr Luc Ravel, évêque aux armées françaises, eut lui aussi justifié le sacrifice des combattants : « Alors que certains s’interrogent sur l’opportunité d’aller mourir pour les Afghans, voire, nous l’avons entendu, mourir pour rien, nous répondons inlassablement, c’est pour la France que nous mourons. »

…Criminels contre l’humanité au Rwanda

« Mourir pour la patrie, c’est le sort le plus beau, le plus digne d’envie », professait Rouget de l’Isle mais Montherlant avait corrigé (dans Les Lépreuses) : « Mourir pour une cause ne fait pas que cette cause soit juste » et, ajouterons-nous, ne garantit nullement que l’ « hommage de la nation » reste pérenne. Un premier ministre nommé Jospin ne nous a-t-il pas appris que les vrais héros de la Grande Guerre furent les mutins de 1917 et non les Poilus restés stoïques dans la boue et sous les orages de feu ? Et le 28 juin dernier, France Inter et France Info, fleurons du service public, ont ouvert leurs journaux matinaux sur les atrocités imputées aux deux mille cinq cents paras et légionnaires déployés de juin à août 1994 (avec mandat de l’ONU, résolution 929 du Conseil de Sécurité) à la frontière zaïro-rwandaise dans le cadre de l’opération Turquoise, sous les ordres du général Lafourcade.

Or, loin de « protéger les civils » otages de l’atroce (et séculaire) guerre ethnique entre Hutu et Tutsi – encore attisée par l’assassinat du président rwandais Habyarimana par le Front Patriotique Rwandais dirigé par le Tutsi Paul Kagamé – comme ils en avaient reçu mission, ces « soudards » auraient, selon la nouvelle vulgate, non seulement fraternisé avec les « génocidaires » hutus mais surtout commis des viols de masse à l’encontre des femmes tutsi ; du moins si l’on en croit trois rescapées qui ont déposé plainte contre X pour crime contre l’humanité, complaisamment interrogées et citées par France Inter : « Parfois, il y avait jusqu’à une dizaine de militaires français qui me violaient […] pendant que d’autres faisaient la même chose juste à côté. […] On se retrouvait toutes dans les tentes des militaires. […] C’était comme un repas quotidien. […] Cela a commencé une semaine après leur arrivée, jusqu’à leur départ. »

L’accusation n’est pas nouvelle : elle remonte à 2004. De nombreux militaires et hommes politiques l’ont réduite à néant, tel Jean-Claude Lafourcade dans son livre-témoignage Opération Turquoise – Rwanda 1994 (éditions Perrin 2010) (*), ainsi d’ailleurs qu’un rapport de l’ONU, le rapport Mapping, publié le 1er octobre dernier. Mais il semble, comme c’est devenu la règle dans les drames du XXe siècle, que les imaginations se déchaînent avec le nombre des années. Ce n’est pas nous qui le disons mais le très gauchisant Nouvel Observateur (du 13 juillet) : le récit des pseudo-victimes tutsi est tellement « sidérant » que l’ «on reste perplexe ». En effet, souligne l’hebdomadaire, « dans les versions de 2004, Françoise (**) affirmait avoir été violée une fois par un soldat français, Olive (**) disait avoir été victime de viols collectifs à deux reprises, au cours desquels les militaires de l’opération Turquoise avaient « inspecté » et photographié son sexe. Et Diane (**) aurait subi des violences de la part de miliciens hutu aidés par des soldats français. Mais elles ne disaient nulle part que d’autres femmes avaient subi de tels sévices, ni que ces exactions étaient quasi quotidiennes. On ne trouve pas non plus d’allusion à une pratique systématique du viol par les militaires français »… d’ailleurs parfaitement informés par l’encadrement des risques d’infection en cas de relations trop intimes avec les autochtones d’une région ravagée par le virus du sida.

Du coup, le magazine envisage une « amplification fantasmatique du traumatisme », selon un schéma désormais classique. Mais l’on peut aussi conclure à une manœuvre du très francophobe Kagamé, certes réélu président, mais qui a beaucoup déçu, pour remobiliser les Rwandais autour de sa personne alors qu’Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Balladur au moment de l’opération Turquoise, a retrouvé le Quai d’Orsay.

« Info ou intox ? », ainsi commençait l’article du Nouvel Obs’ commentant le (mauvais) scoop de France Inter. On aurait aimé que les autres médias, et les associations dites humanitaires qui ont aussitôt, et très bruyamment, relayé le nouveau mythe, observent la même prudence. Et l’on espère surtout que, dans dix ans, en cas de victoire des Taliban, des femmes pachtoun, dont les récits horrifiques risquent d’être accueillis ici comme paroles d’Evangile, n’accuseront pas les hommes de notre contingent en Afghanistan de viols collectifs et massifs et de crimes contre l’humanité alors qu’ils y défendent au péril de leur vie « les plus belles valeurs de notre pays», pour reprendre l’expression du chef de l’Etat. Mais, Mitterrand régnant encore (ce qu’oublie un peu vite la gauche « éthique »), n’était-ce pas aussi la mission sacrée de Turquoise ? Pourtant, déplore le général Lafourcade, c’est jusqu’ici en vain qu’il a demandé au président Sarkozy de « ne pas laisser perdurer » la légende noire souillant son honneur et celui de ses hommes.

Claude Lorne

(*) Voir aussi : Général Didier Tauzin, Rwanda : je demande justice pour la France et ses soldats, éditions Jacob-Duvernet, mars 2011, 260 pages, préface de Jean-Dominique Merchet
(**) Prénoms d’emprunt.

Image : Hommage de la Nation – 19/07/2011

[box class= »info »] Source : Correspondance Polémia – 22/07/2011 [/box]