Tag Archives: interdiction de l’islam

Robert-Chardon

Robert Chardon, un retour qui soulève bien des questions

11/06/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Celui qui appelait à interdire le culte musulman en France est de retour après une disparition d’un vingtaine de jours. Robert Chardon entend bien assumer ses responsabilités municipales, malgré les pression d’une partie de son équipe et de celles de son parti. Mais la confusion règne quant à ses propos sur l’islam. A-t-il écrit la lettre de repentance qui aéré diffusée aux venellois ?

Robert Chardon est de retour après une absence qui a suscité les plus vives inquiétudes. Il a été vu sur un marché de Venelles et a repris ses fonctions à la mairie, a détaillé le journal « La Provence » du 10 juin. L’article mentionne les pressions que subit le maire pour quitter ses fonctions, ce qu’il n’entend pas faire. Par ailleurs, dans un courrier à ses administrés, à en-tête de la municipalité, il revient sur son état de santé, sa disparition et ses propos sur l’islam. Il y explique ainsi la gravité de son état de santé et sa volonté de se faire soigner dans un « dans une sphère totalement privée ». Revenant sur ses fameux tweets appelant à interdire le culte musulman, il affirme

Ma volonté n’était de tenir des propos ni xénophobes, ni islamophobes. […] Il me semble indispensable et légitime de présenter ici mes excuses à tous ceux qui ont souffert, de près ou de loin, à la suite de l’expression de ces propos.

Il les justifie par un « épisode aigu et transitoire d’exaltation d’humeur » dû à la lourdeur de son traitement et explique que

Dans ce contexte, j’ai fait l’objet d’une hospitalisation à l’Hôpital Général d’Aix. Cette hospitalisation n’a, à aucun moment, été faite sous contrainte.

Et conclut en prenant

l’engagement vis-à-vis de vous [administrés de Venelles, NDLR] de ne plus évoquer publiquement les sujets concernés par mes propos sur les réseaux sociaux lors de ce week-end.

Bref, ce courrier accrédite de la plume de l’intéressé la thèse du dérangement mental, il demande pardon et dit qu’il ne le fera plus. Tout est bien qui finit bien au pays du politiquement correct ?
Sans doute, sans doute. Quelques questions demeurent pourtant :

• L’article de la Provence indique que la rédaction a joint Robert Chardon au téléphone la veille de la publication. Le maire, nous citons nos confrères « affirme ne pas avoir “entendu parler de ces bruits-là” (la lettre et la réunion, NDLR ». Diantre, il n’a pas entendu parler de la lettre qu’il aurait écrite ? Soit il n’est vraiment pas bien, soit il y a baleine sous gravillon.

• Le coup de folie passager qui justifie son appel à l’interdiction du culte musulman cadre assez mal avec les propos constants, posés et argumentés tenus par Chardon à l’époque. Il expliquait alors être traité pour une grave maladie et que c’est au cours de ce traitement qu’il « avait pris le temps de réfléchir ». Réitérant son souhait d’interdire le culte musulman en France au micro d’Europe 1, il avait aussi expliqué qu’il fallait pour ce faire modifier la Constitution et fait appel à Nicolas Sarkozy.

• Lorsque Robert Chardon écrit dans son (?) courrier que son « hospitalisation n’a, à aucun moment, été faite sous contrainte », cela vient aussi à l’encontre des informations qui avaient circulé à l’époque. L’AFP avait alors appris « d’une source proche du dossier » que « cette demande d’hospitalisation a été formulée par “un tiers compte tenu de l’incohérence de ses propos”. »

• En passant, le courrier ne nous explique pas pourquoi tous les réseaux sociaux du maire ont été fermés après son internement, ni par qui.

• Enfin, les deux courriers postés sur le site de la mairie de Venelles (le courrier aux habitants et le communiqué de presse annonçant le précédent) portent des signatures différentes. Ressemblantes, certes, mais pas identiques. Un détail, bien sûr, mais qui s’ajoute à tant d’autres.

Voudrait-on une fois de plus nous faire prendre des vessies pour des lanternes ? Devant ce véritable exercice d’autocritique à la soviétique, on reste perplexe.
Lire la suite