Tag Archives: institutions européennes

Le président du parlement slovaque s'oppose à l'aide à la Grèce

Le président du parlement slovaque refuse d’aider la Grèce

07/10/2011 – 08h30
BRATISLAVA (NOVOpress) –
Président du parti libéral « Liberté et solidarité » (SaS), président du parlement slovaque, et ancien fonctionnaire du ministère des Finances, Richard Sulík (photo ci-dessus) pourrait paraître comme un modéré. Or, ce n’est pas le cas. Dans un entretien accordé au journal autrichien Der Standard, il indique son refus d’aider la Grèce.

En effet, la Slovaquie est membre de la zone euro, et de ce fait son parlement est tenu de voter (ou non) les plans d’aide à la Grèce (ce qu’a fait le Bundestag allemand).

Pour Richard Sulík, « Le concept de base du sauvetage de l’euro est faux. On essaye de résoudre la crise de la dette avec encore plus de dettes. C’est comme quand quelqu’un essaye d’éteindre un incendie avec un ventilateur. (…) Nous ne ferions que sauver les créanciers de la Grèce, c’est-à-dire les banques. »

Pour le président du parlement slovaque, son pays a pu bénéficier de l’aide de l’Union européenne, car « nous avons prévu des réformes difficiles pour notre population. Nous avons rénové notre maison. Pourquoi la Grèce ne l’a pas fait depuis longtemps et n’a pas créé un système fiscal qui fonctionne ? Pourquoi devrions-nous être solidaires des Grecs ? »

Mais surtout pour Richard Sulík, « il est certainement impossible d’expliquer à un retraité slovaque qu’il devrait payer plus d’impôts, afin que l’argent des actionnaires des banques soit protégé. »

De plus selon lui, « ce sont les 16 autres États [de la zone euro, note de Novopress] qui devraient expliquer pourquoi ils violent les règles », en aidant la Grèce.

Les nationalistes du SNS et le parti de la minorité hongroise soutiennent ce refus d’aider la Grèce.

[box class= »info »]Crédit photo : Pavol Frešo/Wikipédia, sous licence Creative Common[/box]

Une ancienne élue allemande lobbyiste de Facebook au parlement européen

Une ancienne élue allemande lobbyiste de Facebook au parlement européen

03/10/2011 – 12h20
BRUXELLES (NOVOpress) –
Retenez bien ce nom : Erika Mann. Ancienne élue du SPD (les sociaux-démocrates allemands), elle est, depuis le 13 septembre dernier, chargée par Facebook de faire la liaison avec les institutions européennes. En un mot lobbyiste du réseau social.

Le but à peine masqué : revoir la législation européenne sur la vie privée, de telle manière à aller dans le sens du groupe de Marc Zuckerberg. Et ce en s’alignant sur la législation américaine.

Erika Mann n’en est pas à sa première mission de lobbying. Auparavant, elle fut la présidente du Réseau politique transatlantique (Transatlantic Policy Network) qui plaide pour la création d’un espace de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis. Libre-échange à plusieurs niveaux : économique, politique et militaire.

Sans oublier qu’Erika Mann était allée contre ses collègues socialistes au parlement européen en soutenant la directive anti-contrefaçon Acta. Directive très favorables aux multinationales.

[box class= »info »]Photo : parlement européen/DR[/box]

Allemagne : le Bundestag vote le plan de sauvetage de l'euro

Allemagne : le Bundestag vote le plan de sauvetage de l’euro

29/09/2011 – 20h00
BERLIN (NOVOpress) – Les députés de la CDU d’Angela Merkel, du SPD (sociaux-démocrates) et des Verts ont adopté aujourd’hui, par 523 voix pour sur 611 suffrages exprimés, le plan de sauvetage de l’euro.

Ce plan, mis en place en 2010, vise à venir en aide aux pays de la zone euro en difficulté. Notamment, par un élargissement des pouvoirs du Fonds de stabilité financière (FESF) et un accroissement de ses moyens, qui passent de 440 à 780 milliards d’euros.

En adoptant ce plan, Berlin devient le premier contributeur du FESF. C’est ce point qui avait créé beaucoup de tensions en Allemagne et au sien de la majorité d’Angela Merkel. En effet, la « fourmi » germanique ne comprenait pas pourquoi elle devait venir en aide aux « cigales » du sud de l’Europe. Si ce n’est l’impérative solidarité européenne…

Le Parlement autrichien, quant à lui, devrait logiquement suivre le Bundestag lors du vote du même plan demain, vendredi 30 septembre.

A noter que le Bundestage devra prochainement adpoter (ou non) un deuxième plan d’aide à la Grèce, et l’an prochain, un mécanisme de sauvetage permanent qui devrait succéder au FESF.

(Exclusivité Novo) Incident avec Daniel Cohn-Bendit : les explications de Jean-Marie Le Pen [audio]

(Exclusivité Novopress) Incident avec Daniel Cohn-Bendit : les explications de Jean-Marie Le Pen [audio]


15/09/2011 – 13h00
PARIS (NOVOpress) – Nouvel incident hier au parlement européen, entre Jean Marie Le Pen et Daniel Cohn-Bendit (vidéo du Figaro ci-dessous), alors qu’un hommage était rendu par les différents groupes politiques aux victimes de la tuerie norvégienne.

Après avoir été qualifié par Daniel Cohn-Bendit de « honte pour le parlement européen » (suite à ses propos dénonçant notamment  la faiblesse des autorités norvégiennes en termes de sécurité et de surveillance avant la tuerie d’Oslo), Jean-Marie Le Pen a souhaité s’expliquer sur ses propos, ce qui ne lui a pas été permis, puisque son micro a été partiellement coupé. S’en sont suivis de vifs échange, dont France 2 notamment s’est fait l’écho, malgré un montage ne reflétant manifestement pas toute la teneur des évènements.

Explications avec le principal intéressé, Jean-Marie Le Pen, qui revient également sur les attaques dont est victime Bruno Gollnish, suite à sa « rentrée » en tant que professeur à l’Université de Lyon III, 5 ans après en avoir été exclu.

Propos recueillis par Yann Vallerie.

[MEDIA not found]

UE: une nouvelle libéralisation des échanges agricoles repoussée in extremis

UE : une nouvelle libéralisation des échanges agricoles repoussée in extremis

10/08/11 – 07h00
PARIS (NOVOpress)
– La proposition d’accord de libéralisation des échanges agricoles entre le Maroc et l’Union Européenne a été rejetée par la Commission agricole du Parlement européen.

Ce nouvel accord, qui aurait eu pour conséquence une très forte augmentation de la quantité de marchandises agricoles importées exonérées de droits de douane, notamment dans le secteur des fruits et légumes marocains qui aurait représenté une nouvelle concurrence déloyale pour les producteurs européens, a été rejeté par la Commission qui a avancé des motifs de sécurité alimentaire, de protection de l’environnement et des répercussions économiques très négatives .

Cette opposition à un nouvelle vague de libéralisation a été saluée par le syndicat agricole indépendant la Coordination Rurale qui rappelle néanmoins que la situation reste périlleuse !

En effet, malgré leurs efforts pour abaisser leurs coûts de production, les producteurs européens et français, ne sont pas en mesure d’être compétitifs du fait du coût du travail et des contraintes environnementales qui leur sont imposées.

Le Parlement européen se révèle donc le dernier et fragile rempart des agriculteurs face à la libéralisation forcenée que veut appliquer la Commission européenne pour le plus grand profit des multinationales agro-alimentaires.

Italie : 1,3 million de fonds européens pour transformer une église en centre pour immigrés

Italie : 1,3 million de fonds européens pour transformer une église en centre pour immigrés

 23/07/2011 – 16h30
ROME (NOVOpress) — 1 347 751,94 euros : c’est la somme que va toucher la petite commune de Chieuti dans les Pouilles (1761 habitants) au titre du programme opérationnel «Sécurité pour le développement» de la Commission européenne. L’objet de cette manne ? « Un centre polyfonctionnel pour les immigrés non-européens en situation régulière » (comme, par exemple, les immigrés clandestins africains de Lampedusa auxquels ont été accordés des permis de séjour dits temporaires).

« Le Centre aura pour tâche d’informer et d’orienter les immigrés sur les services présents sur le territoire régional et national, en prêtant une particulière attention aux services socio-sanitaires ». « On se concentrera en particulier sur les femmes immigrées non-européennes. On cherchera de favoriser leur autonomie, leur formation professionnelle, leur alphabétisation, de les aider à lancer de petites entreprises ».

Le centre sera abrité dans deux bâtiments contigus: l’église de Santa Maria degli Angeli et l’oratoire paroissial, l’un et l’autre mis gratuitement à disposition de la municipalité par le diocèse de San Severo. L’église, qui date de la première moitié du XVIIIèmesiècle, a été désaffectée et est actuellement en mauvais état. Au terme des travaux de restructuration, elle deviendra le cœur du centre polyfonctionnel avec une salle de 90 places pour colloques, projections, vidéo-conférences. Les trois étages de l’oratoire accueilleront toutes les autres activités : guichet d’information et de secrétariat social, salles de cours, « espace-laboratoire pour la confection de produits agro-alimentaires typiques ».

Le projet est intitulé “Mirësevini – Mirë si na erdhët – Benvenuto” : « Mirësevini » est la traduction de l’italien « Benvenuto » en albanais moderne, tandis que « Mirë si na erdhët » est la forme albanaise du XVIème siècle. Il s’agit de souligner que « Chieuti est depuis toujours une destination pour les immigrés », puisqu’elle avait reçu, entre le XVème et le XVIIIème siècles, des groupes d’Albanais. L’objectif est donc « d’accueillir des immigrés sur une terre étrangère, terre qui, il y a 500 ans, était étrangère aussi pour ceux qui accueillent aujourd’hui ».

On est habitué à voir les immigrationnistes réécrire l’histoire pour transformer tous les Européens en « enfants d’immigrés », mais ils se sont vraiment surpassés cette fois-ci. Les Albanais réfugiés à Chieuti étaient des européens chrétiens fuyant les invasions turques. Les premiers à arriver, dans les années 1460, étaient conduits par le prince Georges Skanderbeg, le champion de la résistance européenne à l’Islam dans les Balkans. Si l’on tient à le prendre pour modèle, c’est à la croisade qu’il appelle plutôt qu’à transformer des églises en centres pour immigrés.

D'après le Conseil de l'Europe : « L’Italie aurait besoin de 3 millions de nouveaux immigrés d’ici à 2020 » !

D’après le Conseil de l’Europe : « L’Italie aurait besoin de 3 millions de nouveaux immigrés d’ici à 2020 » !

08/07/2011 – 12h00
ROME (NOVOpress) – « Étendre les droits et devoirs civiques, y compris le droit de vote au plus grand nombre possible de résidents »et, comme premier pas, accorder à tous les résidents étrangers le droit de vote aux élections locales.

« S’attaquer aux informations trompeuses et aux stéréotypes au sujet des migrations, et donner à leurs citoyens une image plus réaliste de la situation des migrants et des besoins actuels et futurs de l’Europe. »

C’est une partie des recommandations faites aux États européens par un groupe de neuf « personnalités éminentes », ou censées telles, désignées par le Conseil de l’Europe (pour la France, il s’agit du dénommé Martin Hirsch (photo), qui s’était rendu célèbre en expliquant que « la vraie intégration, c’est quand des catholiques appelleront leur enfant Mohamed »).

Leur rapport, intitulé avec originalité, « Vivre ensemble. Conjuguer diversité et liberté dans l’Europe du XXIe siècle », avait été publié le 11 mai et présenté par une tribune inénarrable dans Le Monde. On y lisait notamment que « l’Europe a besoin de davantage d’immigrés. Sans eux, d’après les calculs de la Commission européenne, la main-d’œuvre diminuerait d’environ 100 millions rien que dans l’Union européenne ces cinquante prochaines années. »

Depuis, les auteurs du rapport font le tour des capitales européennes pour en faire la promotion. C’était le cas aujourd’hui à Rome, où il a été présenté aux journalistes par le secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbijorn Jagland, et la parlementaire d’extrême gauche, Emma Bonino, militante historique du « droit à l’avortement », fondatrice du Centre d’information sur la stérilisation et sur l’avortement en 1973, qui fait désormais campagne pour l’euthanasie (et qui représentait l’Italie parmi les « éminentes personnalités »).

Selon Emma Bonino, l’Italie « pour réagir au déclin démographique, aurait besoin d’au moins 260 mille immigrés par an dans les dix prochaines années, soit pratiquement trois millions de nouveaux immigrés d’ici à 2020 ».

Jagland a de son côté lancé l’alarme pour la condition des minorités, en particulier les roms, « laissés aux marges de la société ». Le Conseil de l’Europe a donc « financé un projet pour la formation d’un millier de médiateurs qui puissent servir d’intermédiaires et aider la population rom à s’intégrer. »

On est toujours heureux d’apprendre que nos impôts sont utilisés pour le bien commun !

Le FPOe fonde une alliance européenne

Le FPOe fonde une alliance européenne

04/07/11 – 16h10
VIENNE (NOVOpress)
– Le député européen du FPÖ Andreas Mölzer a bien confirmé que des représentants du FPÖ (Autriche), du Vlaams Belang (Flandre-Belgique), des Démocrates suédois, de Bürger in Wut (Citoyens en colère – Brême – Allemagne), de Ordre et Justice de l’ancien Premier ministre lituanien Rolandas Paksas, ainsi que Krisztina Morvai font partie de Alliance européenne pour la liberté. Le président de cette alliance est Godfrey Bloom de l’UKIP. Le vice-président est le député européen du FPÖ Franz Obermayr.

Cette alliance ne regroupe pas des partis, mais des individus. La reconnaissance de cette alliance par le Parlement européen lui apporte 372.753 euros. Le président du FPÖ Heinz-Christian Strache a rejeté toute alliance avec le Jobbik. Krisztina Morvai a bien été tête de liste du Jobbik lors des élections européennes, mais elle siège au Parlement européen en tant que député indépendant et n’est pas membre du Jobbik.

Le siège de l’Alliance européenne pour la liberté se trouve à Malte.