Tag Archives: ingérence

Le Qatar, un ami qui nous veut du mal

Le Qatar, un ami qui nous veut du mal

La France, un paradis fiscal pour un géant financier : Camille Galic a lu les deux dernières monographies sur le Qatar.

Peuplé de 1.903.447 habitants dont les deux tiers d’étrangers répartis sur 11.586 km2 seulement, soit un peu moins que la région Ile-de-France, le Qatar intrigue, le Qatar inquiète. Il est vrai que son avidité capitalistique et ses ambitions géopolitiques sont inversement proportionnelles à sa population et à sa superficie. Sur les cinq livres qui viennent de lui être consacrés, nous en avons retenu deux : Qatar/ Les secrets du coffre-fort et Le Vilain Petit Qatar. Le premier, plus informatif, le second, plus polémique. C.G.

Lire la suite

Le président Morales expulse l’USAID de Bolivie

Le président Morales expulse l’USAID de Bolivie

04/05/2013 – 17h00
LA PAZ (NOVOpress/Kiosque courtois) –
L’ingérence des USA par l’intermédiaire d’ONG est de plus en plus mal perçue dans le monde (voir par exemple en Russie où l’USAID a été interdite). C’est maintenant le cas en Bolivie où le président Evo Morales a annoncé l’expulsion de l’USAID, l’agence américaine pour le développement international. Il accuse cette organisation « De conspiration et d’ingérence dans la politique intérieure bolivienne ».

Lire la suite

L’immigration, cheval de Troie des puissances étrangères - par Jean-Yves Le GallouL’immigration, cheval de Troie des puissances étrangères - par Jean-Yves Le Gallou

L’immigration, cheval de Troie des puissances étrangères – par Jean-Yves Le Gallou

Charles Hammerman Rivkin, ambassadeur des Etats-Unis pour la France. Très actif pour l’ingérence de son pays au sein des banlieues de l’immigration.

10/01/2013 — 14h00
PARIS (via Boulevard Voltaire) — L’immigration est un boulet. Un boulet pour l’économie : elle pèse sur les déficits, elle aggrave le chômage. Un boulet social : elle tire les salaires à la baisse. Un boulet sécuritaire : inutile d’en dire plus… L’immigration est aussi devenue un vecteur d’influence pour les puissances étrangères.

Lire la suite

Hollande se rêve-t-il en gendarme du monde ?

Hollande se rêve-t-il en gendarme du monde ?

28/09/2012 — 16h00
PARIS (NOVOpress, via le Bulletin de réinformation) —
C’est en effet la question que l’on pourrait se poser après avoir entendu à l’ONU le récent discours de politique internationale du président de la République.

Au-delà des formulations conventionnelles, la plupart vides de sens, ce discours est essentiellement marqué par la volonté brouillonne d’intervenir là où les intérêts du « camp occidental », comprendre des Etats-Unis, sont en jeu, le tout naturellement sous couvert de « démocratie » et de « sécurité internationale ».

En cela, de Sarkozy à Hollande, il y a bel et bien continuité de la politique internationale de la France. Lire la suite

La Russie met l’agence américaine pour le développement international à la porte

La Russie met l’agence américaine pour le développement international à la porte

24/09/2012 — 19h00
MOSCOU (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) —
Le premier octobre, l’USAID, agence des Etats Unis pour le développement international devra avoir cessé ses activités en Russie. Le porte parole du ministère russe des affaires étrangères a confirmé l’information mercredi alors que le secrétaire d’Etat américain, Hillary Clinton, avait été avertie plus tôt en septembre.

La Russie considère en effet que l’USAID a tenté « D’influencer le processus politique, les institutions de la société civile, et les élections aux différents niveaux, à travers la distribution de prêts. »

Au delà de ses missions humanitaires ou de « promotion de la démocratie » et malgré son indépendance revendiquée, l’agence a depuis toujours la réputation d’être un outil d’influence, au service des intérêts des Etats-Unis.

Crédit logo : U.S. Government, domaine public.

“Gay Pride” à Budapest : un effet opposé à celui attendu ?

“Gay Pride” à Budapest : un évènement qui ne fait pas l’unanimité, sur fond d’ingérence américaine

14/07/2012 — 14h00
BUDAPEST (NOVOpress) — Point d’orgue d’une semaine de « jeux olympiques gays », où quelque 3.000 personnes ont défilé sous le soleil brûlant de l’été hongrois, la gay pride de Budapest qui s’est tenue le weekend dernier a, cette année encore, fait du bruit. De quoi ravir les activistes des associations LGBT subventionnées, pas à une provocation près.

Budapest coupée en deux

Budapest coupée en deuxUne des trois lignes de métro fermée, 16 lignes de bus et trams déviées, voire arrêtées, et plusieurs kilomètres de barrières antimanifestation. Voilà la première conséquence de ce défilé, coupant ainsi littéralement la ville en deux sur plusieurs kilomètres. Le dispositif de sécurité du cortège, imposant aux citadins des détours de plusieurs kilomètres à pied sous des températures élevées, ou pour certains, interdits de rentrer chez eux – ou d’en sortir –, et l’obligation de patienter pendant trois heures, n’a pas contribué à rendre l’évènement « sympathique et festif ».

Inutile de compter sur la compréhension ou la capacité d’information de la police. Habitants, passants, badauds, touristes, commerçants… les seuls à bénéficier de l’aide des policiers furent ceux qui « sont manifestement sympathisants de la Gay Pride ».

Réactions hostiles

Nous ne sommes pas en France, et le politiquement correct n’a pas vraiment pied ici : l’on ne pouvait qu’entendre les gens se plaindre de voir leur samedi après-midi gâché par la fête exclusive de quelques-uns. Rendez-vous, promenades, shopping et visites annulés, commerces fermés dans les quartiers les plus touristiques de la ville, un samedi de juillet… La seule réussite de ce défilé semble être d’avoir provoqué l’ire de la population.

Un cortège sous influence américaine

Eleni Tsakopoulos Kounalakis

Eleni Tsakopoulos Kounalakis, ambassadrice des États-Unis en Hongrie © State Department

Bien entendu, la Hongrie n’est pas le dernier des pays en matière de résistance contre la mondialisation et son lot de mascarades et autres éléments culturels importés. En avril, le parlement hongrois voulut interdire la Gay Pride : au final, devant des pressions venant bien plus de l’étranger que de l’intérieur, pour changer, le gouvernement FIDESZ d’Orbán a cédé. Et pas qu’à moitié. Pour assurer la sécurité de la Gay Pride – où a défilé l’ambassadrice des États-Unis d’Amérique, Eleni Tsakopoulos Kounalakis [ingérence étrangère qui n’est pas sans rappeler l’action de l’ambassadeur des États-Unis en France, Sir Charles Rivkin, qui mène une stratégie d’influence envers les « minorités visibles » dans les banlieues ethniques. Vu d’Amérique, gays hongrois / immigrés en France, même combat ?] –, un important dispositif policier, notamment, a été déployé. Selon les organisateurs, pour environ 3.000 manifestants à la gay pride, 2.000 « droïdes » (policiers en tenue anti-émeute), comme les appellent ici les hongrois, ont assuré, avec zèle, l’intégrité du parcours.

Ambassador Kounalakis Participates in Budapest Pride March

L’ambassadrice des États-Unis d’Amérique lors de la Gay Pride (Embassy photo by Bernadett Szabó)

Policiers auxquels s’est ajouté un service d’ordre privé, tsigane, qui avait carte blanche : des journalistes indépendants ont été expulsés et malmenés, l’un d’entre eux ayant même été frappé. Là-dessus, la police a fermé les yeux. Quant aux plus observateurs, ils auront remarqué la présence, aux alentours des barrières de sécurité, de personnels de sécurité privée, armés de pistolets. Nul hasard à leur présence : les officiers de police les placent et leur donnent les ordres.

Incidents et violences policières

Lorsque apparurent une petite dizaine de militants nationalistes hongrois, scandant des slogans hostiles à l’intention de la Gay Pride défilant environ 150 mètres derrière les barrières, il n’a fallu que quelques instants pour répliquer aux 120 « droïdes » équipés de boucliers et bombes lacrymos, accompagnés de 4 policiers à cheval, deux cars d’intervention…

Au final, les contre-manifestants de tous bords se sont réunis devant le Parlement, où la Gay Pride devait se terminer, et ont empêché son arrivée comme prévu. Trois cents hommes de la garde hongroise, des identitaires du Jobbik, et d’autres mouvements patriotes ou non se sont serrés les coudes contre les nouvellement baptisés « gardes des gays », qui dans leurs armures, sous leurs casques, et avec leurs matraques, tazers et chiens, n’attaquaient jamais qu’à au moins dix contre un.

A noter qu’aucun participant à la Gay Pride n’a été attaqué ou blessé, tandis que près de 150 interpellations ont eu lieu parmi les manifestants patriotes et un homme hospitalisé pour passage à tabac.

“Gay Pride” à Budapest : un effet opposé à celui attendu ?Selon les premières estimations, le dispositif de sécurité de la Gay Pride hongroise aura coûté plusieurs dizaines de millions de forints hongrois (10.000.000 HUF = 35.000 €). Cela ne prend bien entendu pas en compte les pertes imposées aux commerçants, ou bien la gêne occasionnée à des dizaines de milliers d’habitants.

Dans un pays où le SMIC, à 280 €, permet difficilement de vivre dans la dignité, où la crise gèle les hausses de salaires depuis 2006, où la pauvreté ne cesse de gagner du terrain touchant petit à petit les cadres et les fonctionnaires, une telle dépense est tout simplement considérée comme une injure et une provocation envers le peuple hongrois.

Crédit photo : szentkoronaradio.com

Vidéo

L'Algérie se préoccupe de la vie religieuse française

L’Algérie se préoccupe de la vie religieuse française…

27/06/2012 — 13h00
ALGER (NOVOPress via le Bulletin de réinformation) — Plus exactement de la vie religieuse des Algériens en France. Le ministre algérien des Affaires religieuses, Bouabdellah Ghlamallah, a annoncé l’envoi au 1er juillet de 50 imams en France. Il s’agit d’encadrer la vie religieuse et l’exercice du culte de la communauté musulmane dans les mosquées françaises gérées par la fédération de la Grande mosquée de Paris. 70 autres imams vont suivre prochainement.

Algérie Presse Service rapporte que le ministre les a enjoints à respecter le pays d’accueil et à ne pas s’immiscer dans les affaires politiques, surtout dans le conflit idéologique entre les partis. Il a souligné l’intérêt qu’accorde l’Etat algérien au sens nationaliste, civique, éthique et religieux dont doit faire preuve l’imam pour qu’il soit le meilleur ambassadeur de son pays. Cet envoi d’imams s’inscrit dans la lutte d’influence auxquelles se livrent l’Algérie et le Maroc pour contrôler l’islam en France en investissant le Conseil français du culte musulman, dont le président actuel est membre d’un Rassemblement proche du Maroc.

L’Occident prépare son ingérence dans les élections russes

L’Occident prépare son ingérence dans les élections russes

01/12/2011- 12h00
MOSCOU (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) – Le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, a officiellement annoncé, dimanche dernier, sa candidature à la présidence de la République. Et la superclasse mondiale est sur le pied de guerre pour discréditer les élections russes et présenter Poutine comme un crypto-dictateur ! Le site internet du journal Le Figaro a, par exemple, mis en place un blog intitulé « Echos de Russie », qui s’inspire du modèle des révolutions arabes : il s’agit de donner un écho en France à des contenus audiovisuels présentés comme confidentiels, voire supposés censurés par le pouvoir russe. Cette opération concerne surtout à mettre en exergue une opposition assez fantomatique.

Qui sont les opposants russes ?

L’ opposition russe au parti de Poutine peut être classée en deux branches : d’un côté les opposants traditionnels, les communistes et les nationalistes, qui ne se privent pas d’exprimer leurs désaccords et ne sont pas diabolisés par les médias russes — à la différence de certains opposants au système en France. D’un autre côté, les partis dits libéraux soutenus par des ONG occidentales sont ultra‑minoritaires. Financés par les Etats-Unis et divers milliardaires dont Georges Soros, leurs rôles consistent à fomenter des « révolutions dites de couleur » sur le modèle ukrainien, pour que les Américains et leurs alliés puissent accuser la Russie d’être un régime autoritaire et donc ennemi.

[box class=info]Phto : Dmitri Medvedev et Vladimir Poutine/DR[/box]

Les Etats-Unis continuent leur offensive de charme en direction des musulmans français

Les Etats-Unis continuent leur offensive de charme en direction des musulmans français

06/08/2011 – 16h00
PARIS (NOVOpress) –
Le partenariat entre l’Ambassade des Etats-Unis en France, la Harvard University et l’Institut des Cultures d’Islam à Paris (1), illustre une nouvelle fois l’offensive de l’Oncle Sam en direction des musulmans français.

Le 6ème festival des cultures d’Islam, « Islam and the city », proposera un regard sur le « croisement d’influence, entre le spirituel ou la musique traditionnelle dite de l’islam et les accords américains », avec notamment la programmation de musique punk, rap et jazz à la sauce islamique. Le but de ce festival est changer le regard des musulmans sur les Etats-Unis, afin « de parler autrement du 11 septembre, de parler autrement d’islam, de parler autrement des Etats-Unis. »

Outre l’Ambassade des Etats-Unis, la Ville de Paris est partenaire de ce festival.

[box class= »info »] (1) L’Institut des Cultures d’Islam à Paris :
« Etablissement culturel de la Ville de Paris, l’Institut des Cultures d’Islam est dédié à la découverte de la diversité des cultures musulmanes actuelles et à la réflexion philosophique et scientifique, dans un esprit de modernité, d’ouverture et de partage. Depuis 2006, l’Institut des Cultures d’Islam s’est installé rue Léon, dans le quartier de la Goutte d’Or (Paris 18e) en attendant d’être accueilli dans les bâtiments définitifs en 2013. » [/box]