Tag Archives: Inde

L’Inde et le Rafale : leçons de souveraineté, par Aymeric Chauprade

Le « président » socialiste en Inde pour vendre le Rafale

25/01/2016 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

François Hollande est arrivé hier dimanche en Inde
Le « président » socialiste a atterri hier dans la ville de Chandigarh au nord de l’Inde. Sa visite se prolongera jusqu’à mardi où il sera à New Delhi. Il y sera l’invité d’honneur de la parade militaire de Rajpath où paradera le 35e RI de l’armée française. Dimanche, avec le chef du gouvernement indien, François Hollande a présidé un forum de chefs d’entreprise franco-indien. Le choix de cette ville est symbolique pour la coopération entre ces deux pays. Elle fut, en effet, construite, en 1947 sur la base de plans dessinés par Le Corbusier.

Le match ne fait pourtant que commencer
Après l’échauffement de ce dimanche François Hollande va devoir affronter le gros dossier qui est celui des Rafales. En avril 2015, le Premier ministre indien, Narendra Modi, avait signé un contrat avec François Hollande pour l’acquisition de 36 Rafales. Si cela n’est pas présenté comme l’objectif principal du voyage présidentiel, c’est néanmoins ce vers quoi tous les yeux sont tournés. François Hollande assistera également à l’inauguration du siège social de l’Alliance solaire internationale, « premier geste de mise en œuvre des décisions de la COP21 » selon un conseiller du président.
Lire la suite

artique

L’Arctique, nouvelle zone stratégique

04/11/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

On voit l’émergence d’une nouvelle zone stratégique
Outre la Syrie et l’Ukraine, une autre zone stratégique cristallise, petit à petit, les futurs enjeux de demain : il s’agit de la région arctique. L’Arctique, qui entoure le pôle Nord de la planète, touche cinq pays : les États Unis, le Canada, le Danemark (via le Groenland), la Norvège et la Russie.

Que signifie l’émergence de cette zone stratégique ?
La fonte des glaces rend la zone arctique de plus en plus praticable pour les navires, jusque là empêchés par la glace. De fait, de nouvelles routes commerciales voient le jour : si, en 2011, un million de tonnes de marchandises a transité par la région, c’est 20 millions de tonnes qui sont attendues pour 2018. De plus, de nouvelles exploitations d’hydrocarbures vont être découvertes dans les années à venir. Or, il se trouve qu’aucun droit international ne délimite un partage de l’Arctique entre ses voisins. Aussi, des tensions commencent à poindre à ce sujet. D’autres pays, tels que la Chine, la Corée du Sud, ou même l’Inde et le Brésil, s’intéressent aussi au potentiel de ces routes commerciales en devenir. Pour la Russie, passer par l’Arctique rendrait son commerce moins dépendant des pays baltes et de l’Ukraine. Quant à la Chine, elle envisage, au vu de la reconfiguration régionale, de faire de l’Islande un futur partenaire privilégié pour répandre ses marchandises en Europe.

Les enjeux sont également militaires
Comme on pouvait s’y attendre, le potentiel militaire de l’Arctique intéresse principalement les États Unis et la Russie. D’ici 2020, cette dernière a pour projet de construire sur sa côte nord des ports, des brise glaces à propulsion nucléaire, ainsi qu’un satellite de surveillance maritime.
Les États Unis, via l’Alaska, sont concernés de près par les tensions nouvelles qui voient le jour. La Russie semble jouer un jeu provocateur dans la région : en 2014, dix vols russes ont été opérés dans la zone d’identification de défense aérienne américaine de l’Alaska. En avril dernier, deux bombardiers russes ont aussi survolé la zone. En outre, le 2 septembre, cinq navires de guerre chinois ont été localisés dans les eaux internationales, non loin des côtes de l’Alaska, et ce pour la première fois. Ces considérations ne sont sans doute pas étrangères à la récente décision étatsunienne de conserver des effectifs militaires conséquents dans la région.

Crédit photo : Emmanuelle Richard via Flickr (CC) = baie de Disko, Groenland


Pour commencer l’année en souriant… par Bernard Lugan

Le retour au réel – par Bernard Lugan

Source : Blog de Bernard Lugan
Comme l’écrit Thomas Flichy dans un article intitulé « Géopolitique : retour aux règles du jeu »[1], les faux paradigmes d’hier ont volé en éclats cependant que les paradigmes prétendument désuets, se sont au contraire révélés opérants.

C’est donc à un retour au réel que nous assistons. Obstinément nié depuis 1945 au nom d’une idéologie désincarnée, ce réel revient en force depuis l’éclatement des blocs à travers la renaissance de la vieille Russie, le retour de l’Iran, l’éveil de la Chine et de l’Inde.
Aveugles à la perte du monopole intellectuel découlant de ce basculement géographique et géopolitique, les responsables « occidentaux » ont continué à vouloir régir le monde au nom de leurs vieilles lunes. Ils y ont même ajouté de nouveaux impératifs catégoriques comme la féminisation de la société et la place réservée aux minorités sexuelles. Sans voir que ces règles, applicables à eux-mêmes, soit à moins de 15% de la population mondiale, sont rejetées par 85% de l’humanité…

Prisonniers de leurs dogmes, autistes et sourds à la fois, ils sont désemparés quand le réel leur explose à la figure. Comme en Syrie où, au nom des « droits de l’homme », ils ont armé les pires fanatiques et mis à bas une société multi-confessionnelle. Or, voilà qu’après avoir parlé du président Assad comme d’un nouvel Hitler, acculés par les évidences, ils se préparent, toute honte bue, à discuter avec lui.

Lire la suite

Chard-Présent-8410

Après les Mistral, les Rafale ?

04/08/2015 – ÉCONOMIE (NOVOpress)

C’est officiel, le gouvernement indien l’a annoncé le 31 juillet : l’Inde abandonne l’appel d’offres remporté par le Rafale en 2012 qui portait sur l’achat de 126 avions du constructeur Dassault, dont 108 auraient été fabriqués en Inde. Il était en fait question de cet abandon depuis le 10 avril dernier, quand New Delhi avait décidé d’acheter 36 Rafale livrés depuis la France. Il semble d’ailleurs que cette acquisition ait aussi servi à négocier la sortie du contrat « MMRCA » sans pénalités pour l’Inde. Si certains, comme « Les Français Libres », un collectif de Français vivant en Russie qui ont lancé un appel publié le 3 août sur le site du Figaro, y voient une marque de défiance envers la France après l’annulation de la vente des navires Mistral à la Russie, côté indien il s’agit surtout d’un problème de coût.
8410-Une
En effet, la fabrication de 108 Rafale en Inde, du fait de la nécessité de mettre en place les chaînes de production et le réseau de sous-traitants, devait porter la facture pour l’Inde à 20 milliards de dollars au lieu des 12 prévus initialement, contre « seulement » 4 milliards pour les 36 Rafale « prêts à l’emploi » fabriqués en France. Autre pierre d’achoppement du contrat MMRCA, la société Dassault n’était pas prête à donner toutes les garanties demandées par le gouvernement indien pour un avion dont elle n’allait pas maîtriser elle-même toutes les étapes de fabrication.

Les discussions traînaient donc, alors que l’Inde a un besoin urgent de ces nouveaux avions. L’armée de l’air indienne en voudrait même 20 de plus, mais, contraintes budgétaires obligent, elle ne les aura pas, ou en tout cas pas pour le moment. Elle compte donc sur les premières livraisons de Rafale d’ici à deux ans pour compléter ses escadrons. Il lui faudrait, d’après ses estimations, au moins 42 escadrons de 18 appareils chacun pour pouvoir faire face à un conflit simultané avec la Chine et le Pakistan, et elle n’en aura plus que 32 à la fin de l’année, avec l’abandon progressif de ses vieux MiG-21 et MiG-27 de fabrication soviétique.

Or la Chine a, de son côté, beaucoup développé ses capacités de fabrication d’avions de chasse modernes, avec l’aide de la Russie. Une Russie qui est également le premier fournisseur d’armements et d’avions de chasse de l’Inde, avec laquelle elle développe un avion de chasse furtif de 5e génération. L’Inde n’a toutefois pas renoncé à construire elle-même une part importante de sa flotte, et un nouvel appel d’offres pourrait être lancé pour un nouveau contrat MMRCA portant sur 90 avions en remplacement du contrat qui n’a pas abouti avec Dassault, ainsi que l’annonçait le Times of India le 2 août. Tous les constructeurs qui avaient perdu la compétition face à l’avion français pourraient être à nouveau mis en concurrence.
Outre ses avions de fabrication russe, l’armée de l’air indienne possède actuellement une cinquantaine de Mirage 2 000 français. Des Mirage 2 000 qui ont été particulièrement appréciés pour leurs performances dans le conflit des Kargil avec le Pakistan en 1999. L’Inde développe aussi son propre avion de chasse, le HAL Tejas, dont le premier exemplaire a été livré à son armée de l’air en janvier dernier.

Olivier Bault

Les chefs d'Etat des BRICS en 2014

Ratification d’un fonds de 100 milliards de dollars pour les BRICS

05/05/2015 -MONDE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation)
Un outil financier au service d’un monde multipolaire, c’est ce que viennent de mettre en place la Russie, l’Inde, le Brésil, L’Afrique du Sud et la Chine.

Vladimir Poutine a ratifié en fin de semaine dernière un accord sur la création d’un fonds commun de réserves de change des pays des BRICS. Ce fonds s’élèverait à 89 milliards d’euros, soit 100 milliards de dollars. La Russie, l’Inde et le Brésil y participeront à hauteur de 18 milliards d’euros. L’Afrique du Sud y mettra cinq milliards, loin derrière la Chine qui promet 41 milliards.

Pourquoi cet accord a-t-il eu lieu et que signifie-t-il ?
Il s’inscrit dans la déclaration signée le 15 juillet 2014, à Fortaleza au Brésil, portant sur la création d’un fonds commun de réserve pour ces pays. Ce fonds commun a été signé pour éviter, je cite : « Les pressions à court terme sur les liquidités ». Fin de citation. Cette déclaration implique aussi la création d’une banque, qui se veut la base d’une nouvelle structure dont la vocation est de contrebalancer le poids des économies occidentales. Cette nouvelle banque sera basée à Shanghai. Elle représentera un capital initial de 50 milliards de dollars dont l’objectif est de financer de grands travaux d’infrastructure. Cette nouvelle institution apparaît comme une nouvelle donne dans le paysage financier mondial, et repose sur des bases solides. Rappelons que malgré une intense campagne financière et médiatique ces derniers mois, le rouble russe a réussi à se maintenir.

Il s’agit d’un pas de plus vers un monde multipolaire ?
Parfaitement. Cet accord entre les BRICS ouvre une solution alternative aux principales institutions financières internationales telles que le Fonds Monétaire International et la Banque Mondiale. Institutions traditionnellement dominées par les États-Unis, de par leur forte contribution. Si ces 5 pays émergents se détachent du FMI, l’hégémonie américaine en prendrait un coup. Le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud représentent 40 % de la population et un cinquième du PIB de la planète.

Crédit photo : Roberto Stuckert Filho via WikiCommons (CC) les chefs d’État des BRICS en 2014, Poutine, Modi, Rousseff, Xi et Zuma.


 

 

L’Inde et le Rafale : leçons de souveraineté, par Aymeric Chauprade

L’Inde et le Rafale : leçons de souveraineté, par Aymeric Chauprade

Source : blog.realpolitik.tv Les annonces décisives que M. Modi, Premier ministre indien, a faites à l’Élysée à Paris le 10 avril portent en elles une leçon essentielle. La France n’est grande aux yeux du monde que lorsqu’elle remplit sa mission historique : celle d’une nation souveraine et d’exception.

M. Narendra Modi, Premier ministre de l’Inde (DR).

M. Narendra Modi, Premier ministre de l’Inde (DR).

Souveraineté diplomatique tout d’abord : c’est en raison de son siège au Conseil de Sécurité aux Nations-Unies que la France peut aujourd’hui proposer à l’Inde son aide pour qu’elle intègre cette instance internationale de règlements des conflits mondiaux; quelle valeur ajoutée aurait eu à offrir la France si elle avait bradé cette position diplomatique majeure à l’Union européenne ? Son domaine maritime propre en Océan Indien en fait un partenaire-clé pour la politique de « l’Acting East » de M. Modi dans les domaines de la sécurité maritime, du renseignement et du maintien de la paix.

Souveraineté culturelle ensuite : La France n’est pas ce pays « moisi » si souvent décrit par tous ceux qui la haïssent tout en bénéficiant de sa générosité, mais au contraire, une nation millénaire dont l’identité culturelle (des monuments historiques au cinéma) séduit au point que l’Inde souhaite engager des partenariats-clés dans ces domaines.

Souveraineté industrielle enfin : c’est uniquement en raison de l’investissement massif de l’État régalien dans les industries de souveraineté (défense, nucléaire) que notre pays peut se poser en partenaire fiable de l’Inde dans la durée (de l’Ouragan au Rafale en passant par le Mirage 2000) ; l’investissement dans nos filières aéronautique (derrière Dassault Aviation) et nucléaire (avec Areva) est non seulement stratégique mais rentable pour notre économie et nos emplois. C’est pour ne pas avoir consenti de pareils efforts financiers et technologiques que d’autres pays européens, comme l’Allemagne, ne peuvent prétendre à de tels partenariats stratégiques, avant-hier avec le Brésil, hier avec l’Égypte, aujourd’hui avec l’Inde et demain, espérons-le, avec les Émirats arabes unis et la Malaisie.

Ce n’est pas l’Eurofighter, mais le Rafale, que M. Modi a choisi ; ce n’est pas vers l’Europe de la défense ou l’OTAN que M. Modi s’est tourné pour assurer sa propre défense, mais vers la capacité française à lui transférer la technologie de ses propres systèmes d’armes (aviation de chasse, missiles et sous-marins); ce ne sont pas les usines à charbon allemandes polluantes mais les centrales nucléaires françaises que M. Modi souhaite acquérir pour garantir l’indépendance énergétique de son pays ; ce n’est pas un Disneyland apatride mais une nation chargée de monuments historiques que M. Modi a voulu visiter en premier.

C’est donc une grande leçon de souveraineté que M. Modi est venu nous apporter et la preuve, du même coup, que seul un projet tourné vers l’indépendance nationale, qu’elle soit diplomatique ou technologique, peut de nouveau rendre à la France le rang qu’elle mérite.

Aymeric Chauprade

Crédit photo : joseluiscel via Flickr (cc)

Après l'Egypte, un deuxième contrat pour le Rafale ?

Après l’Egypte, un deuxième contrat pour le Rafale ?

20/03/2015 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Eric Trappier, PDG de Dassault Avion, avait précisé le 11 mars dernier « Le contrat signé avec l’Egypte est entré en vigueur. Nous avons reçu le premier chèque en début de semaine ».

Cette bonne nouvelle pour le groupe français en cache peut‑être une autre : la conclusion d’un contrat de 126 Rafale avec l’Inde. Les négociations sont plus longues, l’enjeu n’est pas le même.

D’un côté l’armée égyptienne avait un besoin urgent d’appareils de combat polyvalents pour affronter les différentes menaces qui se présentent à ses frontières. Aucun transfert de technologie n’est prévu et le contrat est de moindre importance : 24 avions. De l’autre côté, l’Inde souhaite un transfert de technologie, la construction d’une grande partie de la commande sur son propre sol et par ses propres entreprises.

L’enjeu autour de ce contrat invite les acteurs à beaucoup de prudence et donc de temps.

Crédit photo : Joseph Quan, via Flickr, (cc).

Affaire Fdesouche : suite

Affaire Fdesouche : suite

07/04/2014 – PARIS (NOVOpress) – Il y a deux ans, Novopress publiait en exclusivité un entretien avec le propriétaire du site bien connu « François Desouche », Tilak Raj, un Indien francophone et francophile de New Delhi. Il faut rappeler que « François Desouche », aussi appelé « Fdesouche », est l’un des sites politiques francophones parmi les plus consultés au monde.

Depuis plusieurs années, ce site et ses animateurs subissent une pression judiciaire démente dont l’objectif est de les faire taire. La raison est simple : Fdesouche promeut avec succès une vision politique aux antipodes de celles du pouvoir en place.

Il y a quelques jours tout juste, « l’affaire Fdesouche » vient de connaître un nouveau chapitre : nous avons appris que suite à la publication de notre entretien, INTERPOL a saisi la police indienne afin de rechercher Tilak Raj à New Delhi. Las, les recherches en Inde n’ont rien donné et l’adresse email de Tilak ne répond plus. Mieux encore, les impôts français se sont mis de la partie, en contactant des homonymes de Tilak sur le territoire français (ce qui là encore n’a rien donné).

Tilak Raj, introuvable.

De notre côté, nous n’avons plus de nouvelles de Tilak Raj. Il se dit qu’il est entré dans la clandestinité. Aurait-t-il, tel Edward Snowden, trouvé refuge en Russie ?

L’Inde est le plus gros importateur d’armes au monde

L’Inde est le plus gros importateur d’armes au monde

22/03/2014 – STOCKHOLM (NOVOpress via Kiosque courtois)
C’est ce que révèle le récent rapport du Sipri, un groupe de réflexion suédois. L’importation par l’Inde d’armes importantes a plus que doublé ces dernières années. Le géant asiatique est suivi de ses deux voisins et rivaux : la Chine et le Pakistan, qui a lui aussi doublé ses importations.

Si les Etats‑Unis sont un exportateur d’armes historique, l’émergence de la Chine sur ce marché très fermé est spectaculaire. La deuxième économie mondiale est désormais quatrième exportateur mondial d’armement, prenant la place de la France.

De son côté, l’Europe a diminué ses importations de 25 % sur la même période.

Photo : parade à New-Delhi pour le jour de la République. Crédit : Antônio Milena/ABr, via Wikipédia, (cc).

Le triste sort des chrétiens dans le monde

Le triste sort des chrétiens dans le monde

08/01/2013 – 09h00
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) –
En ce début d’année 2014, le bilan de l’année 2013 est assez triste pour les chrétiens dans le monde. S’il faut saluer l’excellent travail réalisé par l’équipe de l’Observatoire de la christianophobie, c’est par quelques chiffres affligeants que nous commençons cette nouvelle année. En 2013, ce ne sont pas moins de vingt deux opérateurs pastoraux, dont dix neuf prêtres et deux religieuses qui ont été tués, soit près de deux fois plus qu’en 2012. L’Amérique du Sud, l’Afrique, l’Inde, le Proche Orient, les Philippines et l’Italie sont concernés par ces meurtres.

Le triste sort des chrétiens dans le mondeEn dehors des opérateurs pastoraux, la situation s’est considérablement détériorée pour les chrétiens en 2013

En Syrie, en Irak (photo ci-contre), en Egypte (photo en Une) et plus généralement dans le monde musulman, les populations chrétiennes pâtissent de l’influence grandissante des organisations islamistes et de la barbarie des conflits locaux.

Lire la suite

« Pays émergents », une notion remise en question, par Hervé Juvin

La notion « d’émergence » avait rallié tous les suffrages depuis une vingtaine d’années, donnant naissance à ces acronymes, le plus connu étant celui des BRICS, qui traduisait une certitude : le développement ne fonctionne que dans une seule direction, notre avenir sera le leur, et les pays en émergence sont promis à être – à échéance plus ou moins rapide – des pays développés comme nous. Voilà que le tableau se brouille et que des voix éminentes (grands économistes de banques, dirigeants politiques aussi) nous invitent à reconsidérer sur le fond la notion d’émergence.

Continue reading

Publié le
Inde/Pakistan : nouvelle escalade au Cachemire

Inde/Pakistan : nouvelle escalade au Cachemire

Le découpage du Cachemire entre l’Inde et le Pakistan.La ligne rouge indique le territoire traditionnel de l’État princier précédant l’indépendance. Crédit photo : Spiridon Ion Cepleanu via Wikipédia(cc).

16/01/2013 – 08h00
PARIS (NOVopress) – « Répondez au feu par le feu », l’ordre lancé lundi 14 janvier par le chef de l’armée indienne, Bikral Singh, à ses commandants postés dans la région du Cachemire, est on ne peut plus clair. Celui-ci fait suite à l’escalade de violence toute récente dans la région où les accrochages se sont multipliés la semaine dernière. D’un côté comme de l’autre, on affirme que deux soldats de chacune des factions ont été tués par les forces adverses.

Lire la suite

L’envol des commandes pour Airbus

L’envol des commandes pour Airbus

08/01/2013 – 13h00
TOULOUSE (NOVOpress via Bulletin de réinformation) – La série de succès industriels se poursuit pour Airbus. La première firme aérospatiale européenne, a en effet remporté un nouvel appel d’offre lancé par l’Inde.

Il s’agit de livrer près de six avions ravitailleurs militaire A 330 pour un montant supérieur à un milliard de dollars. L’Inde va ainsi suivre plusieurs pays déjà client de cet appareil, à l’image de l’Australie, la Grande‑Bretagne, l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes unis.

Lire la suite

Mondialisation : comment le gaz de schiste américain a ruiné des paysans indiens

Mondialisation : comment le gaz de schiste américain a ruiné des paysans indiens

07/01/2013 – 08h00
JAIPUR (NOVOpress) –
Cela aurait presque pu passer pour un conte de fées : tout à coup les paysans pauvres d’une région semi-désertique de l’Inde (le Rajasthan au nord-ouest du sous-continent) abandonnent leurs huttes en pisé pour des maisons en dur, achètent des voitures et travaillent avec des tracteurs neufs… Mais les contes liée à la mondialisation finissent rarement bien.

Lire la suite

Considérations géo-économiques sur les concepts de pays émergents et de BRICS – Par Hervé Juvin

En cette fin de 2012, en cette annonce compliquée de 2013, le sujet des émergents, le sujet des BRICS, fait de nouveau l’actualité. Il fait l’actualité d’une manière probablement inattendue qui nous conduit à quelques considérations géo-économiques. De quoi s’agit-il ? Il faudrait rappeler dans un premier temps qu’il s’agit d’abord d’une invention d’économistes, de conseillers en investissement, voire de banques en investissement.

Continue reading

Publié le