Tag Archives: immigrés

distribution d’aide alimentaire à Menton

Grand remplacement : le Parlement adopte la réforme du droit d’asile

19/07/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Alors que la tension migratoire est à son comble, la réforme du droit d’asile a été définitivement adoptée mercredi à l’Assemblée nationale, rendant encore plus attirant ce qui constitue l’un de principaux réservoirs d’immigration clandestine, sans pour autant donner les moyens de mieux traiter les vrais demandeurs d’asile.

Sur le papier, le texte prévoit de raccourcir les délais du traitement des dossiers des demandeurs d’asile et d’optimiser leur répartition en désengorgeant l’Île-de-France. Les députés PS, PRG et UDI, malgré des bémols, ont approuvé le projet de loi, traduction d’une promesse de campagne de François Hollande. À l’inverse, les élus LR (UMP) et FN ont voté contre « une occasion manquée », notamment par l’absence d’« organisation systématique et rapide du retour des déboutés », et jugé que le texte allait « encourager des dizaines de milliers de demandeurs supplémentaires ». Front de Gauche et écologistes ont jugé la réforme trop peu ambitieuse.
Pour le gouvernement, le projet de loi visait à « sauver un système à bout de souffle » et mettra la France en conformité avec la législation européenne, alors que les demandes d’asile ont augmenté de 83 % depuis 2007.
Lire la suite

Vu sur Twitter

Le dhimmi du jour est Anne Hidalgo pour qui le ramadan fait partie du patrimoine culturel Français

Publié le

Paris : nouvelle évacuation du camp de clandestins dans le 18e

11/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Sans doute de peur d’une pétition d’artistes, c’est en demandant bien poliment que l’on a évacué une nouvelle fois le camp de clandestins de la halle Pajol. Enfin ceux qui voulaient bien…

Pas de CRS, leur présence énerve les clandestins et les bobos, mais des représentants de la ville de Paris accompagnés du directeur de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). Voilà le nouveau dispositif pour évacuer les camps d’immigrés dans Paris. Ces braves gens ont donc invité les immigrés à monter dans les neuf bus spécialement affrétés pour rejoindre les huit centres d’hébergement mobilisés en banlieue parisienne qui contiennent 100 à 150 places disponibles. Certains n’aiment pas le bus, ou la banlieue, et ont refusé d’obtempérer. A la mi-journée, une vingtaine d’immigrés ayant refusé la solution d’hébergement se trouvait encore dans le camp.

A noter que pendant ce temps, des Français en règle, ayant cotisé et payé leurs impôts se voient refuser des aides… 

Crédit photo : Sylvia Fredriksson via WikiMedias (CC) = halle Pajol


[Tribune] La crise de l’Eglise

Églises et mosquées : faux débat et vraie invasion

10/07/2015 – TRIBUNE (NOVOpress)
Transformer les églises en mosquées ? Ce n’est pas le danger le plus immédiat. L’abandon de nos lieux de culte et de notre identité charnelle l’est bien d’avantage, un péril que laisse soigneusement de côté le manifeste crypto-sarkozyste contre la proposition de Dalil Boubakeur. Par Flavien Blanchon.

Que cherchait exactement Dalil Boubakeur en évoquant par avance, le mois dernier, la phase suivante de l’islamisation de la France – les églises transformées en mosquées ? Il a permis, en tout cas, aux fauteurs et collaborateurs de l’islamisation de se donner à bon compte des allures de résistants. Politiciens qui subventionnent la construction des mosquées, journaleux chantres du vivre-Ensemble, évêques qui souhaitent un bon ramadan, ont été nombreux à expliquer que, bien sûr, il fallait encore plus de lieux de culte pour les musulmans, mais que la transformation des églises n’était pas la bonne solution. Et le bon peuple droitard d’applaudir à tant d’héroïsme.

La manœuvre a si bien marché que Valeurs Actuelles, le magazine de la récupération sarkozyste, vient de la relancer en publiant à grand fracas un appel à la défense des églises, signé des premiers par Sarkozy en personne, le même Sarkozy qui avait fait rentrer chez nous plus de musulmans que jamais et dont on sait la responsabilité criminelle dans l’actuel déferlement migratoire. Rien de plus plat et de plus terne, du reste, que ce manifeste dû à je ne sais quel écrivaillon chiraquien : quelle différence, de pensée, de sentiment, de style, avec l’appel jadis lancé pour les mêmes églises de France par Maurice Barrès ! Dans La grande Pitié des églises de France, Barrès, il y a juste un siècle, était allé avec sûreté aux vrais enjeux. Il avait su – alors que l’Église de France était certes autre chose que ce qu’elle est devenue – placer le débat sur son vrai terrain, non confessionnel, mais identitaire.
Lire la suite

menton

Mineurs, une filière d’immigration clandestine en pleine croissance

08/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Les structures d’accueil d’urgence pour mineurs sont à saturation dans les Alpes-Maritimes. Éric Ciotti demande des tests osseux pour identifier les clandestins vraiment mineurs.

On ne refoule pas les mineurs, c’est sur la base de cette disposition de Schengen que l’Italie demande à la France d’accueillir de plus en plus de jeunes clandestins.
Depuis le début du mois de juin, 170 migrants mineurs isolés ont ainsi été recueillis par des infrastructures du Foyer départemental de l’enfance chargé de l’accueil d’urgence, soit autant que pour l’ensemble de l’année 2014.

Le Foyer de l’enfance est désormais totalement saturé et des migrants mineurs isolés sont accueillis dans des structures hôtelières

a précisé le député Éric Ciotti, qui refuse d’assumer cette charge supplémentaire. Si la protection de l’enfance est l’une des compétences du département, le président du Conseil général des Alpes-Maritimes estime que ce phénomène en progression relève de la lutte contre l’immigration clandestine, du ressort de l’État, qui devrait en assumer le coût.

Éric Ciotti souhaite, avec la police de l’Air et des Frontières, mettre en place des tests osseux par radiographie, à réaliser durant les quatre heures de rétention des clandestins, afin de déterminer s’ils ont plus de 21 ans.
Le député craint que les filières de passeurs exploitent ce filon en séparant les mineurs de leurs familles lorsqu’elles passent la frontière.

Crédit photo : Marco Bernardini via Flickr (CC) = Menton


bresso

Italie : Après avoir obtenu l’air conditionné, les clandestins manifestent contre les moustiques

06/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
Non contents de débarquer illégalement, les clandestins exigent des conditions de séjour optimales… et les obtiennent.

Il est décidément bien douloureux, le sort réservé en Italie à nos frères migrants venus à la recherche, selon la formule consacrée, d’une vie meilleure. Il ne se passe guère de jours sans qu’ils doivent protester contre le standing déplorable de leurs conditions d’accueil.

Le mois dernier, les « réfugiés » hébergés dans le camp de la Croix-Rouge à Bresso (dans la province de Milan, en Lombardie) s’étaient soulevés pour protester contre les températures trop élevées sous les tentes – eh oui, en Italie aussi il fait chaud – ainsi que contre un changement apporté dans les menus. À cause justement de la chaleur, la Croix-Rouge avait cru bien faire en leur servant du riz froid : « une nouveauté, écrivait très sérieusement La Repubblica qui, semble-t-il, n’a pas été appréciée ». Les responsables du camp n’avaient pu rétablir l’ordre, après avoir appelé les carabiniers à la rescousse, qu’en promettant de fournir immédiatement des ventilateurs. On a travaillé en outre, ces dernières semaines, « à l’installation de l’air conditionné sous chaque tente » – le camp en compte 54, dont chacune abrite entre 6 et 8 clandestins.

Las, d’autres tortures restaient réservées aux « réfugiés » de Bresso. Jeudi après-midi, une centaine d’entre eux ont à nouveau marché sur les bureaux de la direction pour exprimer leur mécontentement. « Cette fois-ci, ils dénoncent la piètre qualité du séjour. Il y a trop de moustiques dans les tentes ». Les malheureux immigrés ont donc exigé qu’on leur distribue tout de suite de la lotion antimoustiques,

en menaçant d’élargir leur protestation si leurs revendications n’étaient pas prises en compte.

Crédit photo : il Giornale, ultime notizie (CC) = Nel campo profughi di Bresso (MIlano)

alain de benoist les idees a lendroit 5

Alain de Benoist : « la repentance n’a strictement rien à faire en politique »

Source : Boulevard Voltaire

Peu de temps avant son décès, François Mitterrand avait eu ces mots définitifs vis-à-vis d’un Jean-Pierre Elkabbach éberlué : « La France n’a pas à s’excuser. » Il parlait des fameuses « heures les plus sombres de notre histoire ». Aujourd’hui, la mode est à la « repentance ». Qu’est-ce que cela signifie ?
Réduite à sa plus simple expression,

la repentance peut se résumer ainsi : des gens s’excusent de méfaits qu’ils n’ont pas commis pour complaire à d’autres qui ne les ont pas subis.

Ceux qui se repentent n’ont commis aucun tort, ceux qui reçoivent la demande de pardon n’en ont subi aucun. Tout cela est donc parfaitement ridicule. La repentance consiste, en fait, à faire un choix sélectif dans notre histoire, et à n’en retenir que certaines périodes, toujours les mêmes (esclavage, colonisation, etc.), considérées comme « sombres » au regard des idées actuelles pour s’en repentir officiellement. Une très imaginaire culpabilité collective héréditaire s’ajoute à cet anachronisme majeur qui consiste à « rétrojecter » dans le passé des jugements de valeurs qui n’appartiennent qu’à notre époque. Le passé étant réduit au « devoir de mémoire », le présent devient flottant, autoréférentiel, existentiellement vide.
Lire la suite

fredrik_schulte

Suède : Les propriétaires de garages doivent les transformer en logements pour immigrés

16/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Pour faire face à l’afflux d’immigrés, la Suède envisage d’inciter les habitants à transformer leur garage en habitation… avant de les y forcer ?

Les clandestins ne cessent d’affluer et il devient matériellement impossible de leur trouver un toit. On le constate dans tous les États d’Europe, mais au premier chef en Suède, dont les gouvernants ont mis en œuvre une politique d’« accueil » illimitée. C’est au point que le pape François l’a donnée en modèle, dans son fameux entretien de juillet 2014 au supplément Viva du quotidien argentin El Clarín. Déplorant que l’Europe « ait peur des immigrés », le pape a fait l’éloge de « la Suède qui, ces dernières années, a accueilli 800 000 migrants [sic] pour une population de 9 millions et demi d’habitants ».

Mais où loger ces frères migrants ? Le député suédois Fredrik Schulte a trouvé la solution, qu’il a exposée au Parlement le 5 juin dernier. La vidéo de son intervention, sous-titrée en anglais par The European Guardian est disponible ci-dessous. On notera au passage, à en juger par le nombre de fauteuils vides, que le Riksdag, en fait d’absentéisme, n’a rien à envier à notre Chambre des députés.

Le député est passablement bégayant, mais son propos est sans ambiguïté.
« Nous avons, fait-il observer, un gros problème avec le manque de logements. L’Autorité pour les migrations a, je crois, en ce moment 9000 personnes qui ont obtenu un permis de séjour permanent, mais n’ont aucun endroit où vivre et ne peuvent pas être installées dans des logements municipaux ». Si l’on veut maintenir « l’ouverture suédoise », il faut « faire en sorte que les gens ordinaires, comme on dit, s’impliquent dans l’accueil des nouveaux arrivants dans la société suédoise ». Pour ce faire, il faut mettre en place des incitations fiscales. « Par exemple, si vous avez un garage que vous reconstruisez pour en faire… euh… quelque chose de semblable à un appartement, que vous pouvez louer à une personne qui vient d’arriver ». « Les gens ordinaires » retireraient ainsi « un profit économique » de l’afflux des immigrés et « pourraient aussi servir de pilotes pour les gens qui sont en fuite et sont arrivés en Suède et y ont trouvé refuge ». « Les gens qui sont arrivés ici auraient les meilleures chances pour s’y installer ».

Il faut souligner que cette proposition n’est pas une lubie d’un député Vert ou d’extrême gauche. Le député Fredrik Schulte appartient aux Moderaterna, le Parti du rassemblement modéré, équivalent suédois de l’UMP (Les Républicains), à laquelle elle est associée au sein du Parti populaire européen. Les Moderaterna étaient au pouvoir encore très récemment, sous la direction de John Fredrik Reinfeldt, Premier ministre suédois de 2006 à 2014, qui avait mis en œuvre une politique dite « libérale-conservatrice », qui combinait privatisations massives et immigrationnisme débridé.

À ce stade, il ne s’agit que d’inciter les particuliers à accueillir des clandestins chez eux, en leur faisant miroiter des allégements fiscaux. Mais nul doute que la prochaine étape consistera à rendre cet accueil obligatoire, par exemple en taxant lourdement tous les garages qui n’auront pas encore été transformés en logements pour immigrés.

Crédit photo : capture d’écran de la retransmission des débats au parlement suédois : député “Moderaterna” Fredrik Schulte



les_eparges

La joie secrète du génocide

03/06/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)

C’est une histoire comme il en arrive tous les jours. Un morceau du paysage physique et moral de la France est dévasté sans que personne s’en émeuve – sans que personne en parle. Cette fois-ci, la victime est le monument aux morts des Éparges (le monument du 106e RI), œuvre du grand sculpteur d’Action française, ancien combattant et mutilé de guerre, Maxime Real del Sarte. Maxime Real del Sarte vouait un culte spécial à Jeanne d’Arc, dont le sacrifice était à ses yeux celui même du Christ : dans son œuvre la plus fameuse, la Jeanne au bûcher de Rouen, elle est couronnée d’épines.
Le bas-relief des Éparges, qu’il modela pour ses frères d’armes de la seule main qui lui restait, représente Jeanne, telle une Vierge de Pietà, soutenant le corps d’un soldat ; à ses pieds, le casque du mort est entouré d’une couronne d’épines. Langage alors compréhensible au premier coup d’œil et qui est devenu inintelligible au grand nombre, même né catholique et français, a fortiori aux autres. C’est ce grand bronze qui a été arraché et chargé dans un camion, selon toute vraisemblance pour être vendu au poids du métal.
poilus-bataille-106_modifie-4
La profanation a fait l’objet d’un article mercredi 27 mai dans L’Est Républicain (« Un symbole de la Grande Guerre saccagé aux Éparges en Meuse »). France3 Lorraine lui a consacré une minute le lendemain, en interrogeant le maire des Éparges. Depuis, rien. Pas un écho dans les gros médias, pas une ligne dans Libération, Le Monde ou Le Figaro. Le seul homme politique d’envergure vaguement nationale qui ait réagi est Gérard Longuet, sénateur de l’endroit. Sans le site Fdesouche, qui a immédiatement relayé l’article de L’Est Républicain, personne n’en aurait entendu parler hors du département.
Lire la suite

calais_migrants

Bagarre entre clandestins, Calais sur le fil du rasoir

01/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Nouvelles violences entre clandestins à Calais,dans le camp poétiquement nommé New Jungle : 24 blessés, dont 14 ont été hospitalisés, rassurez-vous, « La situation a été maîtrisée à tout moment », a annoncé sans rire la préfecture.

Alors que la police est au bord de l’explosion, que les habitants n’en peuvent plus et ne reconnaissent plus leur ville, que les chauffeurs routiers Anglais veulent boycotter le port, c’est aussi au sein même des groupes de clandestins que la violence fait rage. Une situation habituelle, qui ne fait les honneurs de la presse que par son inhabituelle ampleur.
La bagarre entre plusieurs centaines de clandestins, qui aurait opposé Soudanais et Erythréens, n’est que le dernier épisode d’une longue litanie de violences entre migrants (voir ici et pour deux exemples récents) et surtout à l’encontre de la population.

Certes, Calais n’est qu’un abcès de fixation, mais il est révélateur du cancer de l’immigration qui ronge la société française. Un cancer qui répand ses métastases un peu partout, avec bien sûr la bénédiction du gouvernement et de l’Europe.

Crédit photo : Jey OH photographie via Flickr (CC) = Calais 27/28mai 2014: expulsions des migrants


aide_aux_rohingya

Malaisie et Indonésie pour le retour des migrants

20/05/2015 – MONDE (NOVOpress)
S’ils ont décidé d’accueillir 7000 immigrés – pas un de plus — La Malaisie et l’Indonésie préviennent qu’il s’agit d’une solution provisoire et que les migrants devront être rapatriés d’ici un an.

La Malaisie et l’Indonésie, dans un communiqué commun, ont décidé de répondre à l’urgence sanitaire que constituent les bateaux chargés d’immigrés qui dérivent entre leurs pays et la Thaïlande.
Pour autant, ils précisent que leurs efforts visent à organiser « une relocalisation et un rapatriement » de ces migrants dans un délai d’un an avec une aide internationale et qu’ils n’ont pas l’intention l’intention d’en accueillir davantage.

Il appartiendra à la communauté internationale d’apporter à la Malaisie, l’Indonésie et la Thaïlande, le soutien, notamment financier, nécessaire à cet asile provisoire et à l’aide humanitaire aux migrants actuellement menacés

Détaille le communiqué. Le ministre malaisien de l’Intérieur, Ahmad Zahid Hamidi a précisé que

Même si une communauté de migrants tente d’entrer illégalement dans le pays, en enfreignant les lois sur l’immigration, leur situation ne peut pas être ignorée

tout en appelant les ONG internationales à prendre en charge les migrants Rohingya.

Cette minorité ethnique, de confession musulmane, vit principalement dans le Sud ouest de la Birmanie et connaît une grave crise sanitaire depuis que le gouvernement birman a chassé l’ONG Médecins sans frontières (MSF) de l’État de Rakhine, en proie aux violence interethniques depuis 2012, ce qui a causé le départ de nombre d’entre eux. Comme la plupart des minorités ethniques en Birmanie (Shan, Karen, Karenni, Mon, Meos, Kachin, Chin, Rakhine…) ils subissent une politique extrêmement répressive de la part du pouvoir birman.

Crédit photo : Mathias Eick, EU/ECHO, via Flickr (CC) ade humanitaire aux Rohingya, Etat de Rakhine, 2013

barque

Immigrés clandestins aujourd’hui, islamistes demain ?

 

28/04/2014 - SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Une tribune de Clément Martin, Conseiller fédéral de Génération identitaire et membre de Nissa Rebela.

Dimanche dernier, 800 immigrés clandestins ont trouvé la mort au large des côtes italiennes en tentant de traverser la mer Méditerranée pour rejoindre l’Europe. S’est alors déclenché un ouragan médiatique contre « l’Europe forteresse », responsable de la mort de tous ceux qui veulent y pénétrer illégalement. La pauvre Europe, il est vrai, n’accueille « que » 300 000 clandestins par an : c’est comme si une nouvelle Nice s’installait en Europe chaque année, entièrement peuplée d’immigrés illégaux. Pour certains, il faut aller encore plus loin. Pour Libération, il faut « légaliser l’immigration ». Remarquons l’approximation sémantique : l’immigration est déjà bien légale en Europe et la France en accueille tristement sa part puisque près de 200 000 titres de séjour sont délivrés chaque année. Pour éviter l’immigration illégale, il faut simplement l’autoriser. De la même manière que pour mettre fin au trafic de drogue, il faut ouvrir des salles de shoot ?
Mais la réalité est toute autre : si les « frontières » de l’Europe sont encore plus ouvertes, les morts vont se multiplier. À moins, bien sûr, que l’Union européenne n’affrète, encore, des bateaux ? Ou creuse un tunnel ? Africastar : la voie rêvée de l’Eldorado, où attendent aides sociales, France Terre d’Asile et allocation premier-enfant, pour tous les clandestins.

Clement-Martin-Generation-Identitaire

Autoriser l’immigration ? Devrons-nous aussi affréter nous-mêmes les bateaux de clandestins ?

Tous les jours, de nouvelles embarcations pleines de clandestins arrivent sur nos côtes, sous le regard de garde-côtes, dont l’unique mission est de les ramener sur notre terre ferme. Et ces clandestins, que l’on ne veut pas renvoyer, peuventtranquillement s’installer chez nous, traverser les frontières et faire venir femmes et enfants un peu plus tard. Une fois les familles réunies aux frais du contribuable, notre administration encourage le « renouvellement de population », soit, en d’autres termes, le remplacement des Européens de souche. Ce sont à ces mêmes « de souche » à qui l’on demande de supporter au quotidien trafics, insécurité et africanisation, mais aussi d’accepter de vivre avec ces nouveaux voisins.

« Combien de terroristes dans ces barques ? » demandait Marine Le Pen, après les attentats de Mohammed Merah. Et, comme souvent, les patriotes avaient raison. Rappelons-nous de la chute de Kadhafi, quand les prisons ont été ouvertes et que beaucoup des anciens détenus ont tenté la traversée : devons-nous les accueillir, ou alors, comme toute personne saine d’esprit le ferait, faut-il les laisser sur le pas de notre porte ? Ajoutons, en sus, que l’État Islamique a menacé l’Europe de l’ensevelir sous des torrents migratoires composés, en partie, de ses moudjahidines. Pour les torrents migratoires, c’est déjà fait. Pour les islamistes, c’est en cours ?

Un risque sécuritaire, économique, social et surtout civilisationnel insupportable

Face à cette déferlante, la fermeté est l’unique solution qui s’offre à nous en ces temps périlleux. Le Camp des Saints de Raspail n’était pas une vue de l’esprit, mais une prophétie, qui se déroule sous nos yeux, aujourd’hui même. Il est temps que les Européens s’unissent pour lutter ensemble contre ce grand remplacement et pour leur identité. Le problème n’est pas « économique », ni « social », mais tout simplement civilisationnel : des peuples sont en train d’envahir l’Europe et nous devons vaincre ou périr. La seule politique migratoire qui vaille est celle qui dissuade et qui repousse les clandestins. L’Australie a suivi cette voie : l’immigration a été réduite de manière drastique et les tentatives d’entrée illégale sont si faibles, qu’en 2015, aucun n’a péri en tentant de rejoindre l’île.
Nous savons que les naufrages en Méditerranée sont des drames. Mais il existe un autre drame qui se déroule tous les jours, c’est celui du remplacement des populations européennes par d’autres, venues essentiellement d’Afrique. Et seul un changement radical de rapport au monde et de conscience politique pourra nous sauver de cette chute. Là est le devoir de chaque homme doté d’une véritable conscience identitaire : nous sommes là pour défendre une civilisation menacée de disparaître. « Chacun de nous est le dernier des Européens » ! Toute autre considération doit être perçue a minima comme une faute grave, si ce n’est une trahison.

Clément Martin,
Conseiller fédéral de Génération identitaire et membre de Nissa Rebela

Vote obligatoire : récupérer l' abstention des musulmans ?

Vote obligatoire : pour récupérer l’abstention des musulmans ?

16/04/2015 – PARIS (NOVOpress)
Rendre obligatoire le vote ? François Hollande, qui a reçu hier matin le rapport de Claude Bartolone sur « l’engagement citoyen et l’appartenance républicaine » dit ne pas avoir tranché en laissant le débat ouvert.

Pour sa part, Jean-Marie Le Guen défend vigoureusement cette idée : « La démocratie ne doit pas être une valeur commerciale: on consomme ou on ne consomme pas, j’y vais si ça me rapporte. La démocratie, ce sont des droits et aussi des devoirs, des gens sont morts pour avoir le droit de vote, que l’on considère aujourd’hui avec trop de légèreté et une vision individualiste ».

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Est-ce pour tenter de récupérer des électeurs qui leur ont fait défaut aux trois derniers scrutins que les socialistes font cette demande de circonstance par la voix de Claude Bartolone ?

Il est à se demander si quelques zélés membres du parti socialiste pour palier au manque d’électeurs n’ont pas compulsé quelques statistiques religieuses, voire ethniques avant de proposer que le vote devienne obligatoire.

En effet, si les musulmans votent traditionnellement surtout à gauche (86% des musulmans ayant voté l’on fait pour Hollande en 2012), c’est une population qui est largement abstentionniste (79%, cf tableau joint).

Crédit photo : Francois Hollande via Flickr (cc)



Lire la suite

Les Français nés à l'étranger dans la politique

Les Français nés à l’étranger dans la politique

15/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Francetv info a fait une vidéo sur les Français de souche en politique, les Français d’origine immigrée en politique.

Alors que François Hollande a fait polémique en utilisant l’expression “français de souche”, fin février, Manuel Valls est revenu sur son parcours et sa naturalisation à l’âge de 20 ans dans une interview au Parisien Magazine, samedi 14 mars.

Le Premier ministre est loin d’être le seul politique à avoir des origines étrangères.
A gauche comme à droite, de nombreuses personnalités ne sont pas nées françaises. Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education, est née au Maroc. Christian Estrosi, député-maire UMP de Nice, et Aurélie Filippetti, député PS de Moselle, sont d’origine italienne. Anne Hidalgo, maire PS de Paris, est née en Espagne et Rama Yade, ancienne ministre UMP, est née au Sénégal.

Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, est d’origine sicilienne par son père et maltaise par sa mère. Il est arrivé en France à l’âge de 10 ans. Selon lui : “lorsque vous vous retrouvez en France, vous êtes encore plus français par passion parce vous vous reconnaissez dans ces mots magnifiques de ‘liberté, égalité, fraternité’, parce que vous savez ce que la République vous a apporté pour vous permettre de l’aimer”.
Il aimerait que cette diversité soit encore mieux représentée aujourd’hui au sein du monde politique français.

France TV Info



<hr<

 

Monde parallèle : « Les immigrés sont les seuls à céder leurs places aux personnes âgées dans le métro »

Monde parallèle : « Les immigrés sont les seuls à céder leurs places aux personnes âgées dans le métro »

13/03/2015 – MILAN (NOVOpress)
En Italie comme en France, les bobos vivent au pays des Bisounours. Dernière illustration de ce décalage, l’actrice Lella Costa, grand soutien du maire immigrationniste et philo-Roms de Milan, Giuliano Pisapia. Confrontée à Matteo Salvini à la télévision, dans la populaire émission-débat Le invasioni barbariche, elle n’a pas craint de déclarer la semaine dernière : « dans le métro les seuls qui se lèvent pour laisser leur place aux personnes âgées sont les immigrés non-européens ».

Matteo Salvini, qui a mis l’extrait en ligne, a commenté sur sa page facebook : « Selon Lella Costa, actrice bonne et solidaire, “les immigrés sont ceux qui te laissent leur place dans le métro”. C’est sûr, et ils oblitèrent tous leurs billets. Mais dans quelle monde vivent les belles âmes de gauche ??? Vous qui prenez le métro ou l’autobus, qu’en dites-vous ? »

Les propos de l’actrice bobo ont été abondamment tournés en dérision sur les réseaux sociaux. « Tous ces Roms et ces immigrés “de luxe” qui se lèvent pour céder leur place à Lella Costa dans le métro à Milan, moi je ne les ai jamais vus… malchance ? »

 

Un autre a tweeté :« Mais où elle vit cette bonne femme ?? Mais quand est-ce qu’elle a rêvé cette histoire ? »

 

Et un autre encore : « Lella Costa se drogue, désormais c’est évident »

 

L’opinion la plus partagée est que l’actrice « Lella Costa a démontré par cette phrase qu’elle n’avait jamais pris le métro ».

Viol collectif sur un bateau Viking : arrestation des Suédois Shakir Mohamed et Abdi Mohamed Ahmed

Viol collectif sur un bateau Viking : arrestation des Suédois Shakir Mohamed et Abdi Mohamed Ahmed

05/02/2015 – STOCKHOLM (NOVOpress)
Dans la nuit de samedi à dimanche, à bord du ferry Amorella, de la compagnie Viking, pendant la traversée entre Stockholm et Åbo, en Finlande, une femme de 45 ans a été violée par un gang de huit hommes d’une vingtaine d’années.

Tous les gros médias locaux ont annoncé dimanche après-midi que « huit Suédois » avaient été arrêtés après ce crime : six l’ont été par la police finlandaise, deux avaient déjà regagné Stockholm, où ils ont été mis en détention. « L’instruction aura lieu en Suède car tous les hommes sont suédois ».

Les témoins cités sur les réseaux sociaux parlent d’une bande de gens à la peau sombre, peut-être Somaliens.

Le rapport de la police suédoise qui a fuité lundi sur Internet et a été reproduit sur plusieurs blogues, livre en tout cas les noms des deux suspects interpellés à Stockholm : Bjar Mhamad Shakir, 27 ans, et Mohamed Ahmed Abdi, 24 ans.

Crédit photo : şi punctum, via Wikipédia, (cc).