Tag Archives: immigration

Mariages forcés mineures Suisse

Inquiétante hausse des mariages forcés de filles mineures en Suisse

02/02/2017 – SUISSE (NOVOpress) : En Suisse, le service contre le mariage forcé s’inquiète du mariage de mineures. L’an dernier, il a eu connaissance de 21 mariages religieux avec des jeunes filles âgées de 14 ans à 17 ans, à Berne, à Zurich ou à Soleure. Dans la majeure partie des cas, il s’agissait d’adolescentes originaires de Syrie, d’Afghanistan, d’Irak, d’Erythrée, de Somalie, du Kosovo et de Macédoine. Trois cérémonies chrétiennes avec des mineures de la communauté Rom ont aussi été signalées.

Anu Sivaganesan, responsable du service contre le mariage forcé, explique : « La tendance est en hausse. Elle s’explique par les nouvelles vagues d’immigration. C’est un nouveau défi. »

Et de poursuivre :

Pour beaucoup de communautés, un mariage religieux revêt plus d’importance que des noces civiles, qui ne sont perçues que comme une démarche administrative. Il s’agit d’une manière de discipliner les jeunes filles, en les mariant tôt et en restreignant leur sexualité.

Elle a également appris « qu’une cérémonie avait été célébrée avec un imam par téléphone » !

Que faire ?, s’interroge-t-on doctement… Voir cette vidéo à partir de 56 secondes.


retraites

Immigration et chômage creusent toujours plus le déficit des retraites

25/01/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie: Le régime des retraites n’est toujours pas à l’équilibre et cela va s’aggraver à l’horizon 2040‑2060. L’Insee prévoit un déficit annuel compris entre 10 et 15 milliards d’euros. Le nombre d’actifs pour un retraité devrait en effet être moindre que prévu, à seulement 1,35 actif pour un retraité.

Au‑delà de ce constat statistique, ce déficit a d’autres causes. Tout d’abord, la seule vraie solution pérenne est la diminution drastique du taux de chômage afin d’augmenter le volume des cotisations. Or le taux de chômage élevé est lui‑même à mettre en lien avec les politiques immigratoires massives voulues depuis 50 ans. Le niveau de chômage élevé des populations immigrées sous‑qualifiées a enfin un autre effet : non seulement les cotisations pour la retraite ne sont pas versées, mais les pouvoirs publics versent diverses prestations dont le minimum vieillesse.

donald-trump

Lutte contre l’immigration : des paroles aux actes avec Donald Trump !

25/01/2017 – ÉTATS-UNIS (NOVOpress)
Il l’a promis, il semble bien vouloir tenir parole. Le 25 janvier, Donald Trump devrait normalement signer plusieurs ordres exécutifs limitant l’immigration en provenance de Syrie et de six autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique.

Il devrait ainsi interdire temporairement l’accès aux Etats-Unis pour les immigrés venant d’Irak, d’Iran, de Libye, de Somalie, du Soudan et du Yémen.

Par ailleurs, Donald Trump a annoncé – via un tweet – qu’un mur allait bien être construit afin d’empêcher le passage des immigrés mexicains :

Un grand jour est prévu demain pour la sécurité nationale. Entre autres choses, nous construirons un mur.


Dupont-Aignan

Immigration : vers le grand remplacement ?, par Nicolas Dupont-Aignan

18/01/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Le texte que nous publions ci-dessous, intitulé « Immigration : vers le grand remplacement », est de Nicolas Dupont-Aignan, qui l’a publié sur son blog. Le président de Debout la France est dans la situation paradoxale du candidat à l’élection présidentielle qui dénonce les « extrêmes » – comprendre Marine Le Pen – mais défend avec une certain vigueur une thèse que la présidente du Front national juge elle-même marquée par le « complotisme ». La campagne présidentielle n’a pas fini de délivrer des surprises.

« Il est de bon ton parmi les « experts » de l’immigration, ceux qui assurent que celle-ci est un bénéfice net pour la communauté nationale quelles que soient son ampleur et les conditions de son intégration – ne leur parlez jamais “d’assimilation” (Hou, le vilain mot !) -, de s’indigner du « grand remplacement ». Et de vouer aux gémonies ceux qui osent en pointer le risque. L’existence d’une immigration de peuplement massif, susceptible de remplacer peu à peu la population de nos quartiers et de nos villes ? “Pouah, un fantasme d’extrême-droite, agité par des ignorants et des démagogues ennemis des valeurs de la République !”

Et pourtant…

Et pourtant les chiffres sont là, qui démontrent au fil de leur publication régulière que cette crainte renvoie à une réalité. Non pas qu’un tsunami migratoire risque de tout emporter du jour au lendemain, laissons ce genre de caricature aux extrêmes, mais bel et bien que l’immigration non maîtrisée (ni sérieusement régulée à l’entrée ni correctement gérée pour ce qui concerne les éloignements du territoire) représente un mouvement de population continu et d’ampleur qui prend une place importante et croissante dans le peuplement de la France. Et qui rend de plus en plus difficile l’assimilation qui demeure la condition du fonctionnement de notre Pacte républicain. L’égalité des droits, quelle que soient l’origine ou la religion, ne peut être opérationnelle si on laisse se multiplier dans tout le pays des ghettos et des « territoires perdus de la République ». C’est parce que je suis un gaulliste, patriote et humaniste, que je tire aujourd’hui la sonnette d’alarme.

Les derniers chiffres disponibles en attestent une fois de plus. En 2016 nous dit le ministère de l’Intérieur, l’immigration légale se traduit par l’entrée de 227 550 personnes sur notre sol, une hausse de 4,6% par rapport à l’année précédente. C’est presque autant que la population de Bordeaux en une seule année ! On apprend aussi que l’immigration déclarée au titre du travail représente 10% de l’effectif, environ 38% étant dus à l’immigration familiale (regroupement familial et mariage avec un conjoint étranger) soit plus de 88 000 personnes, tandis que les étudiants (dont une minorité quitte le pays à la fin de leurs études) pèsent 77 000 entrées. Enfin, les entrées pour motif humanitaire (qui se concrétisent par l’octroi du droit d’asile dans peu de cas) s’élèvent à plus de 32 000, soit 15% du total.

Mais au-delà de ce constat, il faut rappeler que les demandes d’asile sont en forte progression : 85 244 demandes, en hausse de 6,4 %. Or, ils ne sont que 26 351 à avoir obtenu le droit de séjourner en France (taux en hausse de 35 % !). Ce qui implique donc qu’environ 59 000 auraient dû être reconduits à la frontière. Mais seules un peu plus de 10 000 reconduites sont effectuées chaque année : ce sont donc probablement 47 000 personnes qui sont restées clandestinement sur le territoire.

A ces entrées légales s’ajoutent évidemment l’immigration illégale, impossible à quantifier par nature, ainsi que celles des ressortissants clandestins ou irréguliers de l’Union européenne, en provenance pour une large part de l’est du continent. Enfin, s’ajoute donc le solde de tous les ressortissants étrangers (déboutés du droit d’asile et autres), grossissant année après année, censés quitter le territoire national mais ne s’exécutant pas et n’ayant pas grand chose à craindre d’autorités publiques qui ne pratiquent, au plus, que quelques milliers de reconduites à la frontière par an (moins de 13 000 en 2016 !).

Or, rapportés à la démographie nationale, ces chiffres correspondent clairement à une dynamique de remplacement : pour mémoire, la plupart des entrants ont entre 20 et 30 ans, et si l’on comptabilise seulement les 227 550 entrées officielles et les 47 000 « réfugiés » restés clandestinement, on arrive à 274 550 personnes en 2016. A comparer aux 750 000 personnes par génération annuelle que nous avons sur les 20-30 ans ! Nos entrées annuelles légales et semi-clandestines représentent ainsi l’équivalent de 36 % d’une génération annuelle.

C’est inacceptable, et depuis des lustres ! Les Français ne doivent plus se laisser intimider par les docteurs Gribouille de l’immigration, bonnes âmes de gauche qui habitent bien souvent les quartiers centraux des riches métropoles françaises, loin des ghettos et des quartiers excentrés devenus zones de non-droit à cause de leur discours aussi irresponsable que moralisateur.

Alors, va-t-on vers le « grand remplacement » qui pourrait, à la longue, se produire, finir si l’on y prend garde par devenir effectif sur de larges portions de notre territoire ? Oui, de « notre » territoire, l’unique dont nous disposions, nous Français de filiation ou d’adoption.

Bien sûr, la France n’est pas une île qui peut se permettre d’ignorer le monde et ses convulsions. Évidemment, nous ne sommes pas indifférents au sort de tant de malheureux, ballottés par les guerres et la misère. D’ailleurs, quel pays sinon la France peut s’honorer d’avoir accueilli depuis toujours les damnés de la Terre et depuis des décennies une quantité importante d’immigrés qui ont contribué à la bâtir et dont les enfants ont pleinement vocation à se sentir des Français à part entière ?

C’est parce que nous avons fait cet effort par le passé, effort que nous poursuivrons à notre mesure, qu’il faut aussi savoir mettre le holà en ces temps de disette économique et de chômage de masse. L’assimilation de tous à la République française en dépend. C’est pourquoi il faut développer une réelle politique d’aide au développement avec les pays de départ, qui leur permette de maintenir et former leurs forces vives chez eux, au service de leur propre prospérité. C’est aussi pourquoi il faut résoudre les désordres du Proche-Orient, reconstruire une paix durable où les réfugiés auront toute leur place.

C’est pourquoi je veux strictement encadrer l’immigration familiale. De même, il faut expulser toutes les personnes qui ne sont pas en règle au regard de notre droit au séjour, quelles qu’en soient les conséquences, notamment dans nos relations avec les pays de départ : sans cela, l’immigration massive se poursuivra comme un long fleuve plus ou moins tranquille, jusqu’à ce que les Français se révoltent contre une situation devenue absolument intolérable.

La générosité – raisonnable – n’est pas l’ennemi du principe de réalité, bien au contraire. C’est tout le sens de ma candidature à l’élection présidentielle, loin des fantasmes de « l’immigration zéro » et de « l’enfermement obsidional », comme des utopies de suppression des frontières et de table ouverte à tous, tout le temps. »

Nicolas Dupont-Aignan
Député de l’Essonne
Président de Debout la France
Candidat à l’élection présidentielle

La Hongrie de Viktor Orban placera les migrants dans des centres fermés

18/01/2017 – HONGRIE (NOVOpress) : Le premier ministre hongrois Viktor Orban n’a que faire des oukases de Bruxelles comme du politiquement correct. Son seul souci : épargner à la Hongrie les ravages de l’invasion migratoire. Désormais, les demandeurs d’asile, qu’ils soient rentrés légalement ou bien illégalement, ne pourront plus se déplacer librement sur le territoire hongrois. Ils seront systématiquement placés dans des centres fermés. Cela était le cas jusqu’en 2013, mais la Cour européenne des droits de l’homme et l’Union européenne avaient fait fermer ces camps au nom de leur conception des droits de l’homme.

Orban se justifie d’une manière simple :

« Tout règlement juridique qui facilite les actes de terrorisme, doit être modifié dans l’intérêt de notre propre légitime défense. »

Les camps d’internement vont donc être rouverts rapidement et c’est un défi lancé aux institutions prônant l’immigration massive qui pourrait faire office de jurisprudence. En effet, d’autres pays comme la Pologne, la Slovaquie et la République tchèque pourraient suivre l’exemple hongrois.


Immigrés Autriche

Toujours plus d’immigrés en France, et toujours moins d’expulsions !

17/01/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Ce sont les statistiques officielles sur l’immigration, rendues publiques hier, qui le disent, et Le Monde qui en livre le détail : l’an dernier, la France a « délivré 4,6 % de premiers titres de séjours de plus que l’année précédente » et les « sorties forcées du territoire » ont enregistré « une baisse de 16,3 % » : « La France a délivré 227 550 premiers titres de séjour en 2016, soit 4,6 % de plus qu’en 2015 », et ceux qui se présentent comme des réfugiés « en ont été les premiers bénéficiaires, puisque quelque 32 285 leur sont revenus, soit 41 % de plus que l’année d’avant. »

Quant à ce qu’on appelle les « éloignements forcés », il « globalement plongé de 16,3 % » pour ne concerner que 12 961 personnes…

Pïre encore : la Direction générale des étrangers de France (DGEF) « comptabilise plus de 2,3 millions de titres en cours de validité au 31 décembre, soit 20 % de plus qu’en 2010. Ce sont surtout les documents provisoires qui ont explosé (+ 26 % en six ans), pour atteindre quasiment 250 000 ».

« Pourtant, ajoute Le Monde, les naturalisations, notamment par décret, continuent leur remontée engagée en 2012, avec le quinquennat Hollande. En 2016, 68 067 personnes en ont bénéficié (10,6 % de plus qu’en 2015) »…

Propagande médiatique : Cédric Herrou, le passeur de migrants dépassé

Source : OJIM – “Propagande médiatique : Cédric Herrou, le passeur dépassé”

C’est le « buzz » médiatique de ce début d’année 2017 : le procès de 2 passeurs de migrants à la frontière franco-italienne. Dès le 23 novembre, l’avocate de l’un des 2 prévenus l’annonçait à un journaliste de 20 minutes : leur procès est « à dimension nationale ». « Parce qu’aujourd’hui les citoyens français ne savent plus s’ils ont le droit ou non d’accorder une aide humanitaire », avance Maitre Binimelis. Les journaux, les radios et les sites internet d’information ont consacré de nombreux articles sur ce sujet.

Cédric Herrou vers la sanctification

Les titres des articles sur Cédric Herrou, l’un des 2 prévenus, sont laudateurs à l’image des propos de l’invité des « matins » de France Culture le 6 janvier. Serge Slama, maître de conférences en droit public à Nanterre, parlant des actes de Cédric Herrou, cite Edward Snowden et Michel Rocard « qui a dénoncé la torture en Algérie ». Pour Le Parisien on parle de « Huit mois de prison requis contre un agriculteur qui avait aidé des migrants ». Pour Euronews, c’est « le procès de l’agriculteur qui aide les réfugiés. Il est jugé pour avoir porté assistance à des migrants près de la frontière franco-italienne ». 20 Minutes parle d’un « militant du camp de migrants poursuivi pour « aide au séjour » ».

Notre héros de la semaine aura même droit à un duplex lors de l’Émission politique de France 2 jeudi 5 janvier, dont l’invité était l’ancien premier ministre et candidat à l’élection présidentielle, Manuel Valls. Le camp du bien a trouvé une nouvelle figure. À lire les titres de la presse, notre héros du jour se serait limité à aider des personnes en difficulté.
Un faux naïf ?

Mais qu’a fait précisément Cédric Herrou pour être à ce point médiatisé ?

Le Figaro nous informe que « Cédric Herrou était, justement, poursuivi pour avoir aidé des étrangers à entrer en France puis les avoir hébergés dans une colonie de vacances désaffectée de la SNCF ».

L’Obs liste les poursuites dont M. Herrou est l’objet : « aide à l’entrée, à la circulation et au séjour de personnes en situation irrégulière, et occupation illicite de propriété privée ». Le Monde nous indique que « Cédric Herrou a transporté plus de 200 migrants depuis six mois ».

Dans un autre article, L’Obs, dans sa rubrique de storytelling dédiée aux migrants, lui laisse la parole. « En 2015, j’ai commencé à prendre des migrants en stop à Vintimille pour les conduire chez moi. » « Les arrivées ont continué et l’on s’est retrouvé avec 58 personnes à la maison. Mon jardin s’est transformé en camping avec des caravanes, un cabanon, et j’avais casé plein d’autres personnes dans les maisons aux alentours. Un peu perdus et pris au dépourvu, nous avons décidé d’ouvrir un squat désaffecté qui ne dérangeait personne ».

Lire la suite

Macron

Emmanuel, roi de la Jungle : les migrants votent pour Macron

11/01/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Pour l’hebdomadaire Minute, cela ne fait aucun doute : Emmanuel Macron est le candidat des migrants et le symbole de l’alliance libérale-libertaire entre Jacques Attali et Daniel Cohn-Bendit. Avec Macron, « la gauche immigrationniste a trouvé son messie », écrit Philippe Martin, dont nous publions ci-dessous l’article.

En hébreu, Emmanuel signifie « dieu est avec nous ». Il est l’autre nom du messie. Pour les associations qui vivent de l’immigration et des migrants, Emmanuel Macron est l’inattendu, la divine surprise. Alors que tout semblait perdu pour la gauche en avril prochain, il est celui qui redonne l’espoir, celui qui multiplie les intentions de vote. « La chancelière Merkel et la société allemande dans son ensemble ont été à la hauteur de nos valeurs communes ; elles ont sauvé notre dignité collective en accueillant des réfugiés en détresse, en les logeant, en les formant », a proclamé le prophète la semaine dernière.

Message reçu en un temps record. Dimanche dernier, Pierre Henry lui a apporté son soutien. Dans un tweet, il a salué « l’engagement en faveur des réfugiés » d’Emmanuel Macron et sa position en faveur « d’une Europe laïque ». L’influent patron de France Terre d’Asile n’est pas n’importe qui. Il est la quintessence de cette myriade d’associations et de groupuscules qui vivent de l’immigration, via les subventions publiques, et qui, de fait, permettent l’installation, précaire ou non, de l’immigration clandestine et son flux incessant.

Diplômé de l’Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales, licencié de philosophie, Pierre Henry est un ancien militant et élu socialiste. Membre du comité exécutif européen pour les réfugiés et exilés, il a siégé également à l’Office français de l’immigration et à l’Office des migrations internationales. En d’autres termes, Pierre Henry est un homme du système en place, une personnalité habituée à fréquenter les décideurs européens. Si le banquier Macron œuvrait dans le secteur de la libre circulation des capitaux, lui a toujours travaillé dans celui des libres migrations humaines. D’un côté, la fortune anonyme et vagabonde, de l’autre la foule anonyme des vagabonds et autres déshérités de cinquante ans de décolonisation.

Ce rapprochement ne surprendra que les naïfs. L’ascension subite d’Emmanuel Macron, passé de l’anonymat au gouvernement, puis du gouvernement au statut de troisième homme de la présidentielle, relève de la seule décision de ceux qui nous gouvernent vraiment, que ce soit à Bruxelles ou à la Bourse. Alors que l’Allemagne de Merkel annonce vouloir mettre fin au salaire minimum pour mieux intégrer les réfugiés, il est désormais évident que le flux migratoire est indispensable à la finance internationale pour transformer l’Europe en un magma tiers-mondisé enfin exploitable au même titre que n’importe quel pays d’Afrique. Macron ne disait pas autre chose lorsqu’au plus fort de la vague migratoire de 2015, le 7 septembre, il s’enthousiasmait ainsi : « (l’arrivée des réfugiés) est une opportunité économique car ce sont des femmes et des hommes qui ont aussi des qualifications remarquables » ! Trois mois plus tard, c’était Cologne…

En rejoignant Emmanuel Macron, Pierre Henry se retrouve en compagnie de deux symboles : Christine Lagarde, présidente du FMI, Daniel Cohn-Bendit, le septuagénaire soixante-huitard. La liberté du fric et celle du slip. On peut y ajouter Jacques Attali, le prophète du nomadisme, Claude Perdriel, fondateur du « Nouvel Observateur », Roland Castro, grand architecte mitterrandien. Dernière recrue en date, Carla Bruni ! Celle qui évoquait avec répulsion « le vieux sang pourri des Français » s’est découvert une passion pour l’homme de Rothschild.

Cet aréopage souligne à merveille la ligne revendiquée haut et fort par Emmanuel Macron : le libéralisme de gauche. De gauche, pour faire bien, et puisqu’il y a une case de vide sur l’échiquier, libéral, car quand même, on est là pour les affaires. Un libéralisme qui hait les frontières et méprise les peuples. Un libéralisme qui, sous des formes diverses, dirige l’Europe depuis plus de trente ans. Un libéralisme qui est le vieux monde et dont Macron n’est qu’une vergeture.

Dans ce contexte, qu’importe la primaire socialiste opposant les paléo-ringards aux néo-ringards, qu’importe le recul de Fillon dans les sondages, et celui de Marine Le Pen, qu’importe les querelles intestines du Front national, davantage que Mélenchon, Macron est l’homme de l’Internationale, la seule qui existe, celle de l’argent. Dans cette élection, il apparaît comme l’ennemi absolu de la France, de sa souveraineté, de son identité, comme l’ennemi mortel de la véritable Europe.

Au moment où l’Amérique s’est donnée comme chef un Trump, où Poutine commande à la Russie, le choix par les Français d’un Macron ressemblerait fort à une épitaphe sur 2 000 ans d’histoire.

Philippe Martin

Article paru dans Minute n° 2804 du 11 janvier 2017

Belge Tintin

Les Belges se sentent eux aussi abandonnés par leur élite et submergés…

10/01/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie: Le journal le Soir et RTBF ont publié une enquête sur l’état de l’opinion en Belgique. Intitulée « Noir Jaune Blues », elle est à mettre en relation avec l’analyse similaire menée il a 20 ans dans le pays. Les résultats oscillent entre désenchantement et perte de confiance : « Dans les grandes lignes, elle dévoile un citoyen belge qui se sent seul, qui n’a plus confiance dans ses institutions. » Deux tiers des Belges pensent que le système politique actuel est un chaos, la moitié estime même être à la fin d’un système. Les trois quarts se sentent abandonnés par les élites en général.

Le sujet de l’immigration et de l’islam y est abordé et presque un sondé sur cinq affirme qu’il ne se sent plus chez lui comme avant. Plus de la moitié des Belges estiment que « même après plusieurs générations, les descendants d’un immigré ne seront jamais vraiment belges ».

Cet aspect est validé par les musulmans eux‑mêmes. Prenons par exemple cette donnée : bien que la majorité des musulmans, estime adopter un mode de vie occidental, « un tiers des musulmans interrogés disent qu’ils n’aiment pas les mœurs occidentales », qu’ils préféreraient un système politique « inspiré du Coran » et qu’ils estiment que « les lois de l’islam sont supérieures aux lois belges ».

L’étude montre aussi le primat de l’économie dans la vie sociale. La perte de valeurs communautaires et l’isolement prégnant de la société belge puisqu’une majorité écrasante considère que seul avoir un travail permet d’avoir une existence dans la société.

François Fillon Las Vegas

François Fillon se prononce en faveur de quotas migratoires

08/01/2017 – LAS VEGAS (NOVOpress) : On progresse. Un tout petit peu… Depuis Las Vegas, où il visitait le Consumer Electronic Show (CES), François Fillon s’est prononcé en faveur de quotas migratoires, comme le font « le Canada, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne » : « On va essayer d’avoir une politique migratoire, ce qu’au fond on a jusqu’à maintenant rarement eu. »

Le candidat à l’élection présidentielle a ajouté : « Ce qui doit changer, c’est la sécurisation des frontières européennes. Quand on vient ici aux Etats-Unis, on passe deux heures à l’aéroport, au contrôle de sécurité et au contrôle de police. Quand on rentre en Europe, pour le moment c’est un petit peu différent… »

La crise migratoire à l’épreuve de la justice

07/01/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie)

Le procès d’un geste d’humanité
La presse ne tarit plus d’éloges pour Cédric Herrou, cet agriculteur niçois qui était jugé ce mercredi. Il est en effet accusé d’avoir facilité le séjour irrégulier d’étrangers en France. Elan humanitaire nous dira t on ? Le procureur a cependant tranché : Cedric Herrou s’est vu condamné à 8 mois de prison avec sursis. Serait il donc plus coupable que ceux qui mettent tout en place pour les attirer et les accueillir ? La réponse ne nous est pas donnée.

Inquiétude à gauche

Mais à gauche, on s’inquiète de cet acte. Kader Arif, soutien de Vincent Peillon a précisé, en réponse à ce procès qu’il fallait adapter nos lois afin que les élans de générosité ne soient plus punis. Celui ci se dit, je cite : « Troublé et blessé par le manque de générosité et de solidarité de l’Europe ». Nul doute que les calaisiens chargés de nettoyer la jungle deux mois après le démantèlement partagent cet avis.
A contrario, cette générosité semble avoir payé pour le maire de Pouilly en Auxois en Bourgogne, récompensé de la Légion d’honneur. La raison de cette décoration décernée pour les mérites éminents acquis au service de la nation ? La bonne gestion des migrants dans sa ville.

Et en Europe ?

En Italie, ou encore en Allemagne, de récentes échauffourées poussent les dirigeants à revoir leurs politiques d’accueil. Pour exemple, le premier parti italien « cinque stelle » a même demandé à ce qu’aucun nouveau centre d’accueil ne soit ouvert en Italie. Le président du conseil a également exprimé la nécessité de revoir les accords bilatéraux avec les pays africains. A Cologne, la démonstration de force de la police qui a immédiatement encerclé un groupe d’un millier de migrants nord africains se rendant devant la cathédrale, a été vivement critiquée par la classe politique et médiatique. Pourtant ce soir là dans la ville contrairement à l’année passée, aucun viol n’est à recenser…

Un maire récompensé pour avoir soutenu l’invasion migratoire

05/01/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Bernard Milloir, maire de Pouilly-en-Auxois, a intégré la promotion de la Légion d’honneur du Nouvel an. Celui-ci a été récompensé pour services rendus à l’invasion programmée de notre pays en accueillant des migrants dans sa ville.

L’élu espère que « cela ne réveillera pas le flot de mécontents, de détracteurs » (sic).

Un reportage de France 3 datant de 2015 donne la parole à ce maire qui explique vouloir accueillir 60 migrants de Calais dans l’ancienne caserne de gendarmerie de la ville.



mayotte-marine-le-pen-1

En Guyane, Marine Le Pen dénonce l’immigration massive

19/12/2016 – FRANCE (NOVOpress)
La présidente du Front National a achevé dimanche 18 décembre une visite de trois jours en Guyane. Elle en a profité pour dénoncer une situation qui s’est dégradée à cause de l’immigration clandestine massive.

La situation s’est dégradée depuis une dizaine d’années (faute) de résoudre les problèmes de l’immigration clandestine massive”. (…) Ce qui j’ai vu n’est pas rassurant car la situation s’est dégradée depuis une dizaine d’années. Je ressors avec de l’espérance et en même temps un sentiment de gâchis.

Si elle est élue, Marine Le Pen promet de mettre fin aux “pompes aspirantes irrépressibles”, ce qui se traduirait pour les étrangers en situation irrégulière par l’arrêt du droit du sol, de la régularisation, la naturalisation, l’aide médicale d’Etat, les logements sociaux et d’urgence, la scolarisation gratuite et les allocations familiales.


femmes-quartiers-musulmans

Islamisation : ces quartiers musulmans où il ne fait pas bon être une femme

08/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : L’islamisation est bien réelle. Le reportage diffusé hier soir au JT de France 2 est pudiquement intitulé « Quand les femmes sont indésirables dans les lieux publics ». Ce sont ceux, en fait, du « neuf trois » ou du Rhône, où ce sont des immigrés musulmans qui font la loi, comme celui qui, à Sevran, lance que là, en Seine-Saint-Denis, ce n’est pas comme à Paris : « Ici c’est une mentalité différente : c’est comme au bled »…

Filmé en caméra caché, ce reportage, réalisé avec deux militantes associatives, Nadia Remadna, fondatrice de la Brigade des mères, et Aziza Sayah, dont le fils, radicalisé, est mort au djihad, en Syrie, montre comment aller prendre un verre entre copines, au café, est devenu impossible.


Société : quand les femmes sont indésirables dans les lieux publics

manuel-valls-candidat-benetton

L’hebdomadaire Minute voit en Manuel Valls le « candidat Benetton »

07/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Dans son numéro daté d’aujourd’hui, l’hebdomadaire Minute se moque – et s’indigne – de l’image du peuple français qu’a voulu donner Manuel Valls lors de l’annonce de sa candidature à l’élection présidentielle, lundi soir à Evry. Pour Minute, il se fait le « candidat Benetton » et, puisqu’il veut rassembler, cela devrait avoir pour effet de surtout rassembler… les électeurs de droite contre lui ! Extraits.

minute-couv-islamistes-valls« Derrière lui, comme posant déjà pour l’affiche de campagne et symbolisant cette France qui se résume à la gauche, […], du Black, du Rebeu, du Niaquoué à foison, montrant ce qu’entend Valls quand il parle d’Evry comme d’une “ville jeune, populaire“ et d’une “école de la vie“. C’est bien simple : il ne manquait que Leonarda. Retenue par d’autres obligations ?

Au milieu de cette “France d’après“ – celle d’après le Grand Remplacement –, quelques Blancs semblaient jouer le rôle qui est dévolu aux peuples en voie de disparition, discrets, penauds, presque coupables d’être encore là. “On n’a pas un Peau-Rouge à montrer ?“ “Ben si, on a les Blancs !“ “Ah, suis-je bête…“

Comme l’a écrit un journaliste d’un quotidien de gauche […] :

“Ce n’est pas une déclaration de candidature, c’est une pub Benetton sans le talent d’Oliviero Toscani.“

Manuel Valls sera donc le candidat Benetton de la prochaine élection présidentielle – si Jean-Luc Mélenchon, étant revenu de son erreur stratégique de la présidentielle 2012, ne vient pas lui disputer le rôle – et c’est Jacques Bompard, le député-maire d’Orange, qui a eu le mot juste : “Ce que ‪Valls ne comprend pas, c’est que la France n’a aucune envie de devenir Evry.“

On peut trouver 300 000 raisons de critiquer la Creuse, mais, quand on a vu Evry, on aime Guéret. Et Aubusson. Et Saint-Sulpice-les-Champs. Surtout Saint-Sulpice-les-Champs avec ses 377 habitants au dernier recensement, un préfet de la République qui sait à peine où c’est, et, surtout, pas de gare : c’est plus difficile d’en partir mais c’est surtout beaucoup plus difficile d’y venir. Autrefois, on s’installait dans les villes qui étaient desservies par le chemin de fer, c’était plus pratique pour se déplacer. Aujourd’hui, on cherche celles qui n’ont pas de gare : c’est moins pratique mais on y est plus tranquille…

Manuel Valls veut rassembler la gauche, ce qui est une noble ambition, mais il ne veut pas que la France “revive ce traumatisme, celui de 2002, d’une extrême droite au second tour de l’élection présidentielle“. Alors là, faudrait choisir. Parti comme c’est, il faudrait même rétropédaler tout de suite. Parce que si, pour rassembler la gauche, il lui faut donner à sa France – qu’il aime, on n’en doute pas – ce visage de village du monde, c’est d’abord la droite qui va se rassembler, et même la gauche de la France profonde, autour du premier candidat qui lui tombera sous la main et qui lui semblera le plus à même d’empêcher que la France ne devienne comme Evry.

Aux Etats-Unis, la Constitution fait obligation aux candidats à la fonction suprême d’être nés sur le territoire américain. Nous qui aimons tant changer notre Constitution, nous devrions y songer. »

tobias-andersson

Tobias Andersson : « Les Suédois seront minoritaires chez eux dans 20 ans »

06/12/2016 – SUEDE (NOVOpress) : Le parti des Démocrates suédois (Sverigedemokraterna) est, depuis les élections législatives de septembre 2014, la troisième force politique de Suède avec 49 députés. L’émergence des Démocrates suédois s’est notamment faite dans un contexte migratoire de plus en plus difficile pour la Suède. Pour mieux comprendre la situation suédoise et l’émergence des Démocrates suédois, le responsables de la section jeunes du parti, Tobias Andersson, qui est par ailleurs élu municipal à Skövde, a répondu à Stockholm aux questions de Nicolas de Lamberterie pour TV Libertés.

Politique migratoire européenne : le CESE prépare un « kit de communication » pour les attachés de presse

Source : OJIM – “Politique migratoire européenne : le CESE prépare un « kit de communication » pour les attachés de presse”

Le Comité économique et social européen (CESE) organisait les 24 et 25 novembre 2016 un séminaire pour des « attachés de presse de la société civile » destiné à repérer les bonnes pratiques en matière de communication sur le sujet des migrants. Partant du constat que la faible acceptation par les citoyens de la politique migratoire européenne « ouverte » est due à une perception erronée, l’objectif est de la corriger grâce aux relais d’informations en contact avec les médias.

Dans son livre, Assimilation : la fin du modèle français (édition du Toucan, 2013), la démographe Michèle Tribalat a mis en lumière les orientations de l’Union européenne en matière de politique migratoire. À partir, notamment, des communications du Conseil européen, en particulier celles du 19 novembre 2004 (communiqué de presse de la 2618e session du conseil, 19 novembre 2004, cité par M. Tribalat) et de l’Agenda 2011 pour l’intégration des ressortissants des pays tiers (communication de la commission européenne du 20 juillet 2011, citée par M. Tribalat), la démographe déduisait les postulats du Conseil Européen et de la Commission Européenne : l’immigration est inéluctable, elle a un caractère bénéfique sur l’économie, la cohésion sociale et le sentiment de sécurité pourvu que nous sachions la gérer correctement.

Le rapport de prévisions économiques de la Commission Européenne publié le 5 novembre 2015 va dans le même sens : l’afflux prévu de 3 millions de migrants d’ici 2017 devrait avoir un impact « faible mais positif » sur la reprise économique.

Mais les opinions publiques renâclent et de plus en plus d’électeurs portent leur voix sur des candidats hostiles à l’ouverture de frontières. Il importe donc pour le CESE d’agir sur les informations dispensées aux médias et de participer ainsi à la formation des opinions. En premier lieu en sensibilisant les journalistes et ceux qui leur fournissent des informations (Organisations Non Gouvernementales, organisations internationales, etc.).

C’est ce constat qui est à l’origine du séminaire des attachés de presse de la société civile organisé à Vienne (Autriche) les 24 et 25 novembre 2016, avec pour thème : « communiquer au sujet de la migration », organisé par le CESE.

Lire la suite

Focus sur la Corse : 3 mois après les évènements de Sisco

01/12/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Hervé Grandchamp a réalisé un remarquable reportage sur la Corse, 3 mois après les événements de Sisco.

D’Ajaccio à la plage de Sisco, le reporter multiplie les témoignages pour mieux comprendre l’embrasement des Corses face aux actes de racisme anti-Français qui ont ponctué la vie de l’île depuis Noël 2015.

Le document, réalisé pour le compte de la Fondation Polémia et de Jean-Yves Le Gallou, apporte de nombreuses réponses et rétablit la vérité !
Découvrez sans plus attendre, un reportage qui nous plonge au coeur de l’Ile de beauté qui entend conserver son identité et ses spécificités.