Tag Archives: immigration

Le Parlement européen confie la politique d’immigration à Kyenge Kashetu

Le Parlement européen confie la politique d’immigration à Kyenge Kashetu

28/02/2015 – BRUXELLES (NOVOpress)
Elle est l’emblème et la figure de proue du Grand Remplacement en Italie et en Europe. L’Italo-congolaise Cécile Kyenge Kashetu (photo), ancien ministre de l’intégration du gouvernement de gauche d’Enrico Letta, est désormais député européen.

L’ardoise de 54.000 euros en voyages et restaurants qu’elle avait laissée en quittant le gouvernement italien, ses courses avec voiture officielle et gardes du corps dans les boutiques chic de Rome, tout cela a été recouvert d’un voile pudique. Kyenge est plus que jamais une grande autorité morale. Au Parlement européen, elle s’est immédiatement mise à militer pour « une approche prenant en compte le sauvetage des centaines de milliers de personnes tentant d’accoster aux frontières de son continent d’adoption » – car, à l’en croire, Mare nostrum et « Triton » n’allaient pas encore assez loin. Au début du mois, dans un entretien à Jeune Afrique, depuis son luxueux bureau bruxellois « égayé des couleurs mozambicaines de son canapé », elle rappelait son programme, qui est toujours le même : « Il faut ouvrir les frontières, ne pas remettre en cause l’espace Schengen et investir sur l’intégration ».

On comprend l’émoi causé en Italie à l’annonce que le Parlement européen vient de faire de Kyenge un des deux rapporteurs (avec la Maltaise Roberta Metsola) du « rapport d’initiative stratégique sur la situation en Méditerranée et la nécessité d’une approche globale de l’Union européenne vis-à-vis des migrations ». Ce rapport « conduira dans les prochains mois à l’approbation d’une résolution qui constituera la position officielle du Parlement européen sur l’immigration ».

Lire la suite

Attentats de Copenhague : un défi européen – par Vincent Revel

Attentats de Copenhague : un défi européen – par Vincent Revel

16/02//2015 – PARIS (NOVOPress)
Après Londres, Madrid, Bruxelles et Paris, nous avons à présent Copenhague ! Si le sujet n’était pas aussi tragique et si nous n’avions pas la « chance » d’avoir le sauveur du monde libre comme président, nous pourrions dire : « A qui le tour ? »

Pour ne pas citer correctement le problème auquel nous sommes confrontés, nos journalistes et nos politiques nous expliquent avec sérieux que le terrorisme vient encore de frapper le monde libre. En employant ce mot, neutre et impersonnel, en niant l’ampleur et la réalité des faits, nos désinformateurs utilisent ce moyen détourné pour ne pas avoir à nommer précisément la cause et l’origine de ce terrorisme.

Ce déni de réalité, dicté par la pensée unique, nous emmène tout droit vers une prochaine catastrophe. Pourtant, et malgré la propagande officielle du bien vivre ensemble, au Danemark, depuis l’affaire des caricatures de Mahomet, publiées dans le quotidien Jyllands-Posten, les Danois commencent doucement à prendre conscience que les valeurs de l’islam ne sont pas toujours compatibles avec les leurs. Représentant désormais 5% de la population de ce petit royaume scandinave, les musulmans connaissent là aussi de sérieux problèmes d’intégration.

Pour ne pas citer correctement le problème auquel nous sommes confrontés, nos journalistes et nos politiques nous expliquent avec sérieux que le terrorisme vient encore de frapper le monde libre. En employant ce mot, neutre et impersonnel, en niant l’ampleur et la réalité des faits, nos désinformateurs utilisent ce moyen détourné pour ne pas avoir à nommer précisément la cause et l’origine de ce terrorisme.

L’ancien ministre de l’Intégration Rikke Hvilshoj se plaignait en 2006, malgré le politiquement correct qui sévit aussi chez eux, que de nombreuses femmes musulmanes cherchaient avant tout à « bénéficier de tous les avantages sociaux » sans jamais vouloir travailler, mettant en péril l’Etat-providence. Lors de cette crise dite des « caricatures » et face à la menace de boycott des pays musulmans qui s’en suivit, le Danemark se retrouva bien seul. L’éditeur Flemming Rose avoua tristement : « Cette affaire dépasse tout ce que l’on peut imaginer, c’est complètement fou. Tout ce que nous avons fait est de publier douze dessins. »

Lire la suite

Les frontières grandes ouvertes de la Hongrie laissent passer une immigration kosovare musulmane massive

Les frontières grandes ouvertes de la Hongrie laissent passer une immigration kosovare musulmane massive

14/02/2015 – BUDAPEST (NOVOpress)
Au moment de l’éclatement de l’ex-Yougoslavie les États-Unis ont appuyé la création d’une nation musulmane indépendante dans la province Serbe du Kosovo et justifier ainsi leur intervention aérienne de 1999 sans aucun mandat international. Une pression massive a été appliquée par les Etats-Unis pour obtenir des pays européens la reconnaissance de ce nouvel état. L’Espagne, la Grèce et plusieurs nations d’Europe orientale ont refusé.

Cet état artificiel quasi mafieux qui comme actuellement en Syrie a été un pôle d’attraction pour de nombreux djihadistes du monde entier est maintenant en totale décomposition économique.

Cette situation entraine un exode massif des musulmans du Kosovo dont beaucoup vivent maintenant illégalement dans des pays comme la Hongrie et l’Autriche. Depuis l’été dernier on estime que 150.000 Kosovars, pour la plupart musulmans albanais, ont quitté le Kosovo. Soit  8 % de l’ensemble de la population. Ces immigrés en situation irrégulière affluent  à travers la Serbie en particulier vers la Hongrie, l’Autriche, la Suisse et l’Allemagne.

Et alors que dans sa lutte contre la  Serbie chrétienne le Kosovo était un importateur de djihadistes étrangers, il est maintenant devenu exportateur. Le Kosovo a été un des premiers endroits en Europe à voir un grand nombre de musulmans partir pour se battre en Syrie avec l’Etat Islamique et l’Albanais est une des six langues utilisées par l’EI dans ses publications.

Lire la suite

Lois de "lutte contre l'immigration" et le "grand remplacement" : les audacieuses propositions de Jacques Bompard

Lois de “lutte contre l’immigration” et le “grand remplacement” : les audacieuses propositions de Jacques Bompard

05/02/2015 – PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
La semaine dernière, une longue proposition de loi de “lutte contre l’immigration” du député‑maire d’Orange a été renvoyée à la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République. Comportant un total de 95 articles de loi, le texte propose de nombreuses solutions pour réduire drastiquement les flux migratoires.
Parallèlement une proposition de Résolution européenne, du même Jacques Bompard, relative à la “lutte contre le grand remplacement” a été envoyée à la commission des affaires européennes.

Quelles sont les mesures préconisées par Jacques Bompard ?

Prenant acte que l’immigration professionnelle est devenue dans les faits une immigration de peuplement avec les graves conséquences que cela entraîne, le député‑maire a fait le choix de proposer deux types de solutions. D’une part, il souhaite limiter au maximum l’immigration par la suppression de l’Aide médicale de l’Etat attribuée aux clandestins, l’extension des peines d’expulsion pour les étrangers ayant commis de graves délits et des crimes, la révision du droit d’asile et la remise à plat des conditions pour obtenir un titre de séjour. D’autre part, il désire redonner un sens au fait d’être Français et à la solidarité nationale par la mise en place de la préférence nationale concernant l’accès à l’emploi et aux prestations sociales. La proposition de loi demande aussi la révision de la loi de 1905 afin que l’Etat reconnaisse les valeurs chrétiennes de la France. Enfin, le député propose d’interdire les minarets et certaines pratiques telles que l’abattage rituel.

Qu’est‑ce qui justifie des mesures aussi radicales ?

Dans l’exposé des motifs, Jacques Bompard pointe le coût à la fois économique et humain de l’immigration. Il y dénonce le remplacement de population en cours ainsi que le pillage des forces vives des pays les moins développés. Il souligne également les problèmes identitaires et sécuritaires suscités par les désordres migratoires. En outre, il invite les gouvernants à promouvoir une politique nataliste, mettant en parallèle les 225 000 avortements par an en France avec les centaines de milliers d’étrangers qui s’établissent ou naissent sur le sol français chaque année.

Lire la suite

[Tribune] L’apartheid ? Chiche ! - par Ulysse

[Tribune] L’apartheid ? Chiche ! – par Ulysse

01/02/2015 – PARIS (NOVOpress)
Manuel Valls déclarait récemment qu’il y avait en France un « apartheid » (déclaration du 20 janvier 2015 lors de ses vœux à la presse).


Tout cela a conduit à la situation que nous observons aujourd’hui, à savoir, la relégation de la classe moyenne blanche hors des villes et des banlieues, son déclassement professionnel et social, sa victimisation systématique, en bas par le terrorisme du quotidien des racailles, en haut par ces institutions déviantes qui se vantent de défendre les « Valeurs de la République », tandis qu’elles ne font en vérité que trafiquer, tout en bas de l’échelle du Bien, les valeurs du grand patronat et les vains leurres vicieux d’un humanisme prométhéen.

La gauche hallucinogène nous inflige une fois de plus une réalité de substitution, soit un pur et simple mensonge qui la dédouane, au moins en apparence, de ses propres inconséquences coupables, qui la décharge de faire l’épreuve du réel et d’assumer les conséquences nécessaires de ses propres décisions. Comme n’ont pas manqué de le faire remarquer nombre de commentateurs, cette proposition de Manuel Valls, en plus d’être impertinente, niaise et idiote (puisqu’un apartheid désignerait une institution de droit visant à justifier des inégalités de fait) était en plus parfaitement injuste. A tout prendre, s’il y a bien une « institution de l’inégalité » en France, elle est officieuse et non officielle, de facto et non de jure, et elle concerne, non les populations immigrées prétendument « ghettoïsées », mais bien les blancs européens autochtones. En effet, ce sont les populations natives d’Europe qui sont, depuis plus de quarante ans maintenant, soumises contre leur gré à une submersion migratoire sans aucun précédent historique ; submersion organisée et/ou au moins avalisée par les structures étatiques nationales qui se sont imposées, (trahissant par-là toutes les exigences attachées à leur mission), comme les planificatrices du démantèlement et de la liquidation des identités historiques du Vieux Continent.

Regroupement familial, découragement systématique de la natalité autochtone via des politiques eugénistes délirantes, persécution morale du patriotisme, extinction par la force ou la ruse de toute velléité de débat national sur cette question, destruction des repères culturels et moraux traditionnels, saccage de l’instruction publique et de sa méritocratie au nom d’une éducation nationale qui promeut un universalisme abstrait dont la seule vocation est de détruire le sens de l’identité française enracinée… Tout cela a conduit à la situation que nous observons aujourd’hui, à savoir, la relégation de la classe moyenne blanche hors des villes et des banlieues, son déclassement professionnel et social, sa victimisation systématique, en bas par le terrorisme du quotidien des racailles, en haut par ces institutions déviantes qui se vantent de défendre les « Valeurs de la République », tandis qu’elles ne font en vérité que trafiquer, tout en bas de l’échelle du Bien, les valeurs du grand patronat et les vains leurres vicieux d’un humanisme prométhéen.

Eyes Wide Shut : l’immigration de peuplement, le peuplement des immigrés

Mais le pire n’est pas là.

Il n’est pas dans le fait de la persécution du Français de souche blanc et chrétien. Le pire, ce n’est pas d’avoir mal, c’est d’avoir mal et d’être obligé de dire que tout va bien. Le pire, c’est le refus institutionnalisé de l’expérience, son travestissement, sa falsification ; appeler le « fait » un « fantasme », la violence objective un « sentiment d’insécurité », la guerre que nous déclare l’islam une « lutte contre l’obscurantisme », la réalité indiscutable de la relégation des classes populaires blanches un « hoax d’extrême droite ». Le pire, c’est cette invraisemblable pression morale exercée à tous les niveaux de l’échelle sociale pour empêcher les personnes de dire, de nommer ce qui leur arrive, de simplement désigner le fait qui leur advient comme l’épreuve même de leur vie.

Lire la suite

Contre le djihad : un site ! (Présent 8283)

Contre le djihad : un site ! (Présent 8283)

29/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Combattre la propagande djihadiste incitant les « jeunes » candidats au djihadisme en utilisant –détournant– les mêmes armes que les terroristes islamistes est-elle la bonne solution ? C’est du moins ce qu’espère le gouvernement français qui a lancé mercredi un site internet (interdit au moins de 12 ans, la belle affaire !) pour détailler ses mesures antiterroristes et tenter de contrer la propagande djihadiste qui envahit les réseaux sociaux.

Contre le djihad : un site ! (Présent 8283)Contre-discours

Le site en question : http://www.stop-djihadisme.gouv.fr/

Un clic, et ça démarre. Sur un fond sonore censé faire peur, des images extraites de vidéos et de page Facebook de propagande appelant au joyeux djihad pour tous se succèdent. Puis apparaissent des messages écrits destinés aux apprentis « Rambo » prêts à aller se faire tuer pour imposer la charia au monde et aller retrouver les vierges promises au paradis d’Allah.

Des messages du genre « Ils te disent : sacrifie-toi à nos côtés, tu défendras une juste cause » suivi d’un contre-argument où l’on peut lire : « En réalité, tu découvriras l’enfer sur terre et mourras seul loin de chez toi ».

Lire la suite

Elections grecques : une coalition inédite de la gauche radicale et des souverainistes

Elections grecques : une coalition inédite de la gauche radicale et des souverainistes

28/01/2015 – ATHÈNES (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Alexis Tsipras (photo), nommé Premier ministre dès lundi, a constitué son gouvernement hier. Aux côtés des ministres du parti Syriza de la gauche radicale, le nouveau gouvernement grec compte des ministres issus de la droite de conviction. Il s’agit de membres du parti des Grecs indépendants, appelé Anel. On compte parmi eux le chef d’Anel : Panos Kammenos, connu pour son franc‑parler, a été nommé ministre de la Défense.

Anel est clairement un parti souverainiste de droite
Le souverainisme et le populisme d’Anel sont précisément ce qui justifie cette alliance de circonstance entre la gauche radicale et des conservateurs de droite. Le parti des Grecs indépendants a récemment quitté le giron du centre‑droit libéral, par opposition à la politique de maintien dans la zone euro à tout prix.

Syriza et Anel partagent dans l’immédiat un même objectif :
Renégocier les obligations de la Grèce avec l’Union européenne et le FMI, notamment en allégeant et en reportant le paiement de la dette grecque. Ce n’est que si les créanciers de la Grèce refusaient cette restructuration de la dette que la nouvelle coalition grecque devrait se résoudre à quitter la zone euro.

Cette alliance reste néanmoins fragile
Alors que Syriza est favorable à une Europe fédérale, au laxisme migratoire et hostile aux valeurs traditionnelles et à l’Eglise, Anel affirme des convictions opposées : souverainisme, protection contre l’afflux d’immigrés, attachement aux valeurs traditionnelles.

En cas de déception, l’électorat populaire pourrait se reporter sur Aube dorée

Lire la suite

Paris : propagande à tous les étages pour le « vivre-ensemble »

Paris : propagande à tous les étages pour le « vivre-ensemble »

27/01/2015 – PARIS (NOVOpress) - Plus fort que le fameux dogme du “vivre-ensemble”, la Mairie de Paris lance le “Bien vivre-ensemble” pour les locataires de ses logements sociaux lors d’une campagne massive de tractage initiée le 12 janvier 2015.

Voila donc la seule réponse que propose la Ville de Paris pour faire face au communautarisme de son parc social qu’elle a elle même créé au détriment d’une véritable mixité culturelle. Et bien entendu surtout “pas d’amalgame” (autre marque déposée du politiquement correct) en ne donnant aucune précision sur l’origine des terroristes ni de leurs victimes.

Moins ça marche, plus l’incantation est ressassée : bon signe ?

Vu sur Facebook

Il s’agit d’une véritable invasion qu’il est urgent d’arrêter

Publié le
Islam, immigration, intégration : Marine et Valls, même utopie - Par Guillaume Faye

Islam, immigration, intégration : Marine et Valls, même utopie – Par Guillaume Faye

Image en Une : Une utopie, L’Age d’or, par Cranach l’Ancien (1530). Via Wikipédia, domaine public.

Manuel Valls a accusé l’”apartheid” la ”ghettoïsation” et l’”exclusion” des immigrés d’être indirectement responsables des récents attentats djihadistes. Il en a appelé à une politique de force pour imposer aux Français un ”peuplement” par les immigrés, par répartition territoriale. De son côté, Marine Le Pen a censuré Aymeric Chauprade pour ses propos sur une ”guerre de civilisation”, jugés extrémistes. Ces deux positions relèvent d’une même idéologie utopique et du déni de réalité.

Le FN, le cul entre deux chaises

L’Eurodéputé  Aymeric Chauprade a évoqué dans une vidéo la théorie du « choc des civilisations », ce qui a déplu à Marine Le Pen qui a annoncé qu’il ne serait plus conseiller spécial aux affaires internationales, lui signifiant en quelque sorte : ”couvrez ce sein que je ne saurai voir”, comme le Tartuffe de Molière. Dans cette vidéo du 15 janvier (« La France est en guerre »), le géopoliticien pointe le développement d’une « 5e colonne » qui menacerait la France : « la France est en guerre avec des musulmans. Elle n’est pas en guerre contre les musulmans […]  L’argument du fait minoritaire ne tient pas. L’idéologie ressassée du ”pas d’amalgame” est non seulement fausse mais elle est dangereuse. […] Une 5e colonne puissante vit chez nous et peut se retourner à tout moment contre nous en cas de confrontation générale. […] On nous dit qu’une majorité de musulmans est pacifique, certes. Mais une majorité d’Allemands l’étaient avant 1933 et le national-socialisme »

Cette position, qui est une observation de simple bon sens, a été rejetée par la présidente du FN qui a déclaré, exactement comme l’auraient fait Cambadélis, Sarkozy ou Bayrou : « la responsabilité d’un mouvement politique, c’est d’éviter précisément l’engrenage d’un choc de civilisation. Il faut l’éviter, il est très facile de se soumettre à cette logique et je la trouve terrible » Le problème est que si l’autruche met sa tête dans le sable pour ne pas voir le réel, le réel, lui, subsiste. Suivant l’idéologie dominante, Marine Le Pen occulte la réalité, elle l’exorcise. Preuve qu’une tension commence à fissurer le FN, sa nièce, la députée Marion Maréchal Le Pen, lui a désobéi et a diffusé la vidéo de Chauprade. Marine Le Pen semble suivre une voie électoraliste et, exactement comme l’”UMPS”,  commettre un déni de réalité et s’aligner plus ou moins sur la vulgate. C’est un mauvais calcul politicien. Elle prend le risque, pour acquérir une bienséance, de décourager une partie de son électorat. Le recentrage du FN le sort d’une logique d’opposition révolutionnaire au système et le remet dans l’ordre d’un parti politicien comme les autres.

Lire la suite

Jihad contre la France : Bernard Squarcini sur Boualem Bensaïd

« Moi j’ai perdu, mais d’autres viendront. Ici nous sommes chez nous, vos femmes porteront le hijad et on montera jusqu’en Europe du nord.»
Boualem Bensaïd

20/01/2015 – PARIS (NOVOpress) - Extrait de l’émission Faites entrer l’accusé : Khaled Kelkal. « Ennemi public n°1 » sur la chaîne France 2 présentée par Christophe Hondelatte. Témoignage de l’ex-patron du renseignement français Bernard Squarcini à propos de Boualem Bensaïd.

Boualem Bensaïd est un Algérien membre du GIA et l’un des principaux responsables de la vague d’attentats islamistes commis en France en 1995, notamment celui du RER B à St-Michel. Il a été arrêté à l’automne 1995.
Emprisonné depuis son arrestation en novembre 1995, Boualem Bensaïd purge deux autres peines de dix années de prison et de trente années de réclusion criminelle, prononcées pour d’autres faits en rapport avec la campagne d’attentats de 1995.

Publié le
[Lu sur le net] La République n’est pas la France

[Lu sur le net] La République n’est pas la France

N’en déplaise aux gardiens du dogme républicain : la République n’est pas la France. La République est un régime politique alors que la France est une nation. Se pose alors la question de la relation du régime (temporaire) et de la nation (séculaire). Celui-ci peut-il changer celle-ci pour la faire correspondre à l’image falsifiée que lui donne son idéologie ? Certes non. C’est pourtant ce qu’il fait par une politique d’immigration et de naturalisation de masse.

La République produit ainsi environ 140 000 nouveaux « Français » par an, mais en a-t-elle seulement le droit ? Pas si sûr. La République, selon elle, exprime l’universel. C’est pourquoi, toujours selon elle, elle peut faire « vivre ensemble » des hommes venus de toute la terre quels que soient leurs origines, religions, mode de vie…

Le peuple français quant à lui exprime le spécifique. C’est pourquoi un Français se distingue d’un Chinois, d’un Lapon ou d’un Hottentot.

La République « universelle » et la nationalité « française » sont des réalités qui ne se situent donc pas au même niveau. Hormis le fait que l’une et l’autre sont clairement dissociées historiquement (il y avait des Français bien avant la République), le caractère universel de la République ne lui permet pas de définir le particulier : quand on exprime le plus petit dénominateur commun à tous les hommes on ne représente pas leurs différences, et la nationalité en est une. Le principe d’universalité n’autorise pas la République à décider des singularités qui feront qu’un homme sera Français, Chinois ou Sénégalais. Quand on se situe au niveau de l’Homme, on ne peut décider de l’appartenance des hommes. Il faut choisir.

Lire la suite

Nice : une manifestation anti-islamophobie vire au rassemblement islamiste

Nice : une manifestation anti-islamophobie vire au rassemblement islamiste

18/01/2015 – NICE (via Nice-Matin)
Une quarantaine de manifestants s’est rassemblée ce dimanche dans le centre-ville de Nice, près de la place Masséna, brandissant une banderole “Non à l’islamophobie”. Le rassemblement a été perturbé par des personnes criant “Allahou Akbar”. Ces mêmes manifestants pro-islamistes ont perturbé la circulation du tram à Nice. On ya entendu les cris : “Racistes c’est vous les terroristes”.

Nice-Matin précise même que :

Les CRS sont rapidement intervenus afin de disperser la manifestation. La promenade du Paillon s’est vue entourée par les forces de l’ordre. Plusieurs personnes ont été interpellées: “Au moins trois interpellations de personnes ayant été identifiées comme des personnes ayant participé activement à l’attroupement”, rapporte le directeur départemental de la sécurité publique.

L’incapacité de l’Europe à gérer efficacement le problème de l’immigration – par Vincent Revel

L’incapacité de l’Europe à gérer efficacement le problème de l’immigration – par Vincent Revel

10/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
La mondialisation a bouleversé les échanges entre pays. A la suite de la libre circulation des marchandises et des capitaux, les flux migratoires déplacent à présent de plus en plus de personnes et échappent à tout contrôle. En 2005, 200 millions d’individus ont cherché un avenir meilleur en dehors des frontières de leurs pays d’origine. Près de 4 millions d’entre eux l’auraient fait de façons clandestines, dont 500.000 en Europe.

Sur ce continent, 10% des 56 millions de migrants seraient en situation irrégulière. Depuis la disparition des frontières intérieures de l’Union Européenne, la Grèce, l’Italie, Malte et l’Espagne ont la lourde tâche de contrôler les routes de l’immigration provenant d’Afrique et du Proche Orient. Déjà, lors de l’année 2004, rien que pour Melilla, enclave espagnole au nord du Maroc, plus de 55000 tentatives d’entrée illégale ont été enregistrées. Depuis les crises tunisienne et libyenne de 2011, l’île italienne de Lampedusa se voit confronter à une arrivée massive de clandestins (de janvier à août 2014, l’Italie a fait face à 66.000 réfugiés). Ces nations du sud de l’Europe sont dépassées par l’ampleur de ces flux.

Devant cette situation explosive, Brice Hortefeux, ancien ministre français de l’Immigration et de l’Identité nationale, avait demandé un « pacte européen sur l’immigration » pour éviter les politiques personnelles à chaque Etat permettant des régularisations massives, comme ce fut le cas en Espagne avec 600.000 régularisations de sans-papiers offertes par le Premier ministre socialiste Zapatero.

Il serait grand temps que ce thème de l’immigration, enjeu majeur des prochaines années dans l’évolution de notre pays et de notre continent, puisse être analysé sans tabou, en toute liberté.

Cette générosité, qui ne répond qu’à des critères idéologiques, a pour conséquence désastreuse, comme tout le monde le sait, de stimuler les filières clandestines pour le plus grand bonheur des mafias qui les contrôlent. Ce pacte aurait dû prévoir le renforcement de la protection des frontières, une définition commune du droit d’asile et une concertation sur les politiques d’écodéveloppement. En 2015, nous constatons que l’Europe n’a toujours pas pris en compte l’ampleur de ce problème.

Il serait grand temps que ce thème de l’immigration, enjeu majeur des prochaines années dans l’évolution de notre pays et de notre continent, puisse être analysé sans tabou, en toute liberté. A ce jour, comme le disait Jacques Dupâquier, ancien membre de l’Institut, et comme le regrette l’essayiste et économiste Yves-Marie Laulan, il existe « un flou des données officielles disponibles » pour l’étude correcte des flux migratoires en Europe. Lors d’un article diffusé dans les colonnes du Figaro, ces deux hommes nous mettaient en garde en écrivant : « la pression migratoire n’est pas dernière nous, mais bien devant nous. »

Lire la suite

"Charlie Hebdo" : fin d’un mensonge – par Vincent Revel

“Charlie Hebdo” : fin d’un mensonge – par Vincent Revel

09/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
André Malraux ne se trompait pas et l’actualité nous démontre qu’Éric Zemmour était également dans le vrai avant que l’ensemble de la classe politique et médiatique parvienne à le faire taire en le censurant.

Aujourd’hui, notre pseudo-élite est complètement dépassée par l’ampleur du désastre. De nombreux Européens commencent à douter du message tant entendu qui vante en boucle les mérites de la diversité. Ils auraient plutôt tendance à s’éloigner de cette idéologie perçue comme une véritable menace pour leurs nations et leurs libertés. Tout n’est pas à remettre en cause et tout n’est pas à rejeter en bloc.

Pour ces Européens, devenus inquiets, l’islam, surtout, pose vraiment question. Malgré les tabous, les peurs, les menaces et les accusations de racisme et d’islamophobie, beaucoup d’Européens osent enfin critiquer ouvertement la politique multiculturelle de leurs gouvernements en constatant la difficulté d’intégrer à leurs sociétés de nombreux pratiquants de l’islam. Nous commençons à reconnaître et à comprendre, malgré la version officielle, que toutes les religions ne se ressemblent pas. C’est aussi ça, accepter les vraies différences.

Malgré les tabous, les peurs, les menaces et les accusations de racisme et d’islamophobie, beaucoup d’Européens osent enfin critiquer ouvertement la politique multiculturelle de leurs gouvernements en constatant la difficulté d’intégrer à leurs sociétés de nombreux pratiquants de l’islam.

C’est admettre la diversité des cultures pour apprendre à mieux les connaître et éviter de jouer aux apprentis sorciers en mélangeant le tout dans « un melting-pot » à la sauce altermondialiste et libérale. Certaines de ces religions expriment une violence que d’autres canalisent. Tandis que certaines cultivent les libertés individuelles, d’autres créent plus d’obligations à leurs adeptes. Certaines émancipent et d’autres soumettent. Certaines contribuent à créer des utopies délirantes, comme celle du multiculturalisme, pendant que d’autres organisent des sociétés totalitaires comme le nouveau califat.

Appréhender la diversité de l’humanité passe d’abord par l’acceptation de ces différences pour mieux les comprendre et ainsi éviter des scénarios catastrophiques. De l’Espagne, à la Grande-Bretagne en passant par l’Italie, l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, la Suède, la France, la Suisse et le Danemark, toutes ces nations européennes, qui ont généreusement ouvert leurs frontières pour recevoir de nombreux migrants musulmans, sont aujourd’hui victimes de tensions communautaires. Entendons-nous parler des communautés bouddhistes, hindouistes, taöistes..?

Lire la suite

Quand une chanson tirée du film subventionné "La Marche" réclamait "un autodafé pour Charlie Hebdo"

Quand une chanson tirée du film subventionné “La Marche” réclamait “un autodafé pour ces chiens de Charlie Hebdo”

09/01/2015 – PARIS (NOVOpress via Observatoire de l’islamisation)
Réalisé avec l’accord et le soutien de Hugo Sélignac, producteur du long métrage La Marche (sorti en 2013) qui retrace la marche contre le racisme de 1983, un clip de rap (vidéo ci dessus) a été composé par une dizaine de rappeurs (la plupart musulmans) dont Akhenaton, Disiz, Kool Shen et Nekfeu. Dans le 7e couplet qu’il interprète, le rappeur Nekfeu, membre du collectif parisien «1995» (Polydor), beugle notamment: «D’t’façon y’a pas plus ringard que le raciste, ces théoristes veulent faire taire l’islam, quel est le vrai danger : le terrorisme ou le taylorisme ?, les miens se lèvent tôt, j’ai vu mes potos taffer, je réclame un autodafé pour ces chiens de Charlie Hebdo

Soit la terminologie habituelle des islamistes appelant “chiens” les mécréants, en l’occurrence la rédaction de Charlie Hebdo qui avait osé caricaturer Mahomet le prophète de l’islam. Une bombe avait explosé dans les locaux du journal peu après le numéro polémique.

Le clip de rap, auquel participe pourtant le chanteur de IAM “Akénathon” , voix de “l’islam modéré” , constitue une apologie du terrorisme caractérisée, punie pénalement de 5 ans de prison et 45.000 euros d’amende. Mais chantant au nom de l’ “antiracisme” il y a fort à parier que ni Christiane Taubira ni Manuel Valls leur en feront le reproche…

Lire la suite