Tag Archives: immigration

Du terrorisme islamiste au terrorisme intellectuel - par Stella Costanzo

Du terrorisme islamiste au terrorisme intellectuel – par Stella Costanzo

21/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le 17 novembre, Anne-Sophie Lapix soutenait, face à Henri Guaino, que « 80% des jeunes djihadistes proviennent de familles laïques ». Le lendemain, Jean-Jacques Bourdin exigeait de Marion Maréchal-Le Pen qu’elle admette que « la plupart sont issus de familles à 80 % athées ». Sujet décidément en vogue, puisque Rachida Dati était l’invitée de France 2 mercredi matin, et revenait sur la polémique des Français partis faire le djihad en ces termes : « Ceux qui sont engagés dans ces combats barbares ne sont ni liés à l’immigration, ni à l’intégration, et encore moins à l’islam. » Mais d’où viennent ces chiffres et ces affirmations ?

Ce que ces chiffres nous apprennent donc est que les Français de souche sont ceux qui composent majoritairement ce numéro et s’inquiètent le plus de la radicalisation de leurs proches.

La très controversée Dounia Bouzar

Pour y voir un peu plus clair, il faut se pencher du côté de la très controversée Dounia Bouzar, actuellement à la tête de l’Observatoire de la laïcité (connue pour avoir défendu le port du voile en entreprise et réclamé le remplacement d’une fête chrétienne par une célébration musulmane dans le calendrier). Cette dernière affirme que « 70% des 130 familles qui m’ont appelée sont ce que le FN appellerait des “Français de souche” ». Étrange de parler de « Français de souche » quand tous sont habituellement d’accord pour nier leur existence… De plus, ce que cette dernière oublie malhonnêtement de préciser, c’est que l’on estime qu’il y a 1.100 Français impliqués dans les filières djihadistes, cet échantillon en représentant alors une goutte d’eau puisqu’ils constituent uniquement ceux qui ont composé le numéro vert anti-djihad. Ce que ces chiffres nous apprennent donc est que les Français de souche sont ceux qui composent majoritairement ce numéro et s’inquiètent le plus de la radicalisation de leurs proches.

Lire la suite

Terra Nova à l’américaine : Obama courtise l’électorat latino

Terra Nova à l’américaine : Obama courtise l’électorat latino

21/11/2014 – WASHINGTON (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Hier soir, le président des Etats-Unis Barack Obama a annoncé une série de décrets présidentiels visant à régulariser des millions de clandestins. C’était l’une de ses promesses de campagne. Or, depuis plus d’un an, le projet de loi sur l’immigration est bloqué par la Chambre à majorité républicaine. Une opposition que le président Obama a décidé de contourner par la publication de décrets visant à régulariser la situation de cinq millions de clandestins, sur les douze actuellement recensés aux Etats-Unis. Face aux critiques des Républicains, le président a argué de l’échec du système d’immigration : « Tout le monde est d’accord pour dire que notre système d’immigration ne fonctionne plus. Washington a laissé la situation s’envenimer depuis trop longtemps ». Quant aux Républicains, ils dénoncent « une gigantesque amnistie présidentielle ».

En quoi consistent ces décrets ?

La mesure-phare est la création d’une procédure d’accès à la citoyenneté américaine quasi-automatique pour les clandestins vivant sur le territoire américain depuis au moins 5 ans, à la condition de ne pas avoir de casier judiciaire. Les Républicains dénoncent une énorme pompe aspirante pour l’immigration illégale. Les clandestins arrivés enfants sur le sol américain bénéficieront d’une procédure de régularisation similaire. Ils seraient environ un million concernés par cette situation. Pour rappel, en 2012, un programme baptisé Daca (Deferred Action for Childhood Arrival) lancé par Obama avait déjà délivré des permis temporaires de séjour aux mineurs arrivés sur le territoire américain avant l’âge de 16 ans. Près de 600.000 clandestins avaient été concernés par une telle mesure.

Lire la suite

La Remigration ou la guerre, par Renaud Camus

La remigration ou la guerre – par Renaud Camus

Photo : Renaud Camus (à gauche) et Fabrice Robert. © Bloc identitaire.

21/11/2014 – PARIS (via Boulevard Voltaire)
Une des allocutions les plus intéressantes, aux Assises de la Remigration, fut la dernière, celle de l’hôte, Fabrice Robert, le président du Bloc identitaire. Il s’est colleté à une question majeure, à laquelle je suis soumis fréquemment moi aussi, à propos du Grand Remplacement comme de la Remigration :

« Ce sont là des mots très forts, nous dit-on. Est-ce que vous ne craignez pas d’alarmer les gens, avec des termes aussi abrupts ? »

J’ai tendance à répondre, pour ma part, que c’est de fuir la réalité qui est anxiogène : de se repaître de mensonges, de se laisser bercer d’illusions. Ce n’est pas le syntagme Grand Remplacement qui est effrayant, c’est le phénomène qu’il désigne. On peut souhaiter, bien sûr, ne pas s’aviser de ce qui survient, fermer les yeux, n’écouter rien, sinon le rassurant babil des remplacistes. Mais ce babil est de plus en plus difficile à croire, à mesure que la situation se dégrade. Mieux vaut, ce me semble, être averti d’un danger pressant, serait-ce pour se mettre en état de s’en défendre, que d’en ignorer tout de parti délibéré, au risque d’être emporté par lui sans retour. Au demeurant je n’ai pas peur de faire peur, ni ne me sentirais coupable si c’était le cas : celui qui avertit d’un incendie en criant au feu de toutes ses forces, qui songe à lui reprocher d’affoler tout le quartier ?

L’approche de Fabrice Robert est différente. Il est vrai que le Grand Remplacement est une calamité tandis que la remigration, elle, est un remède, une façon de traiter le mal, une solution — c’est même la seule qui ait été proposée jusqu’à présent. L’une des deux appellations est très négative (sauf pour les remplaçants et leurs complices remplacistes), l’autre se présente comme un objectif à atteindre et comme une espérance, au moins pour les victimes avérées ou potentielles de ce que recouvre la première. Sans doute la perspective de certains traitements peut-elle inquiéter presque autant que la maladie, surtout s’il est question d’opération chirurgicale. Mais, à ce stade, il n’est pas sûr qu’on ne puisse pas éviter l’intervention, et de toute façon on n’a guère le choix : il est impossible de ne rien faire.

Lire la suite

Marine Le Pen : "L'immigration massive est le terreau de l'islamisme"

Marine Le Pen : “L’immigration massive est le terreau de l’islamisme”

19/11/2014 – PARIS (via Sud Radio)
Interrogée ce matin par Sud Radio, Marine Le Pen pointe du doigt l’immigration massive comme terreau de l’islamisme et notamment comme cause du nombre massif de “Français” parmi les djihadistes qui agissent pour l’Etat islamique. Elle a également indiqué que ce sont 4.000 “Français” partis faire le djihad et que l’immense majorité sont des bi-nationaux. C’est la raison pour laquelle Marine Le Pen a réaffirmé la volonté du Front national de déchoir de la nationalité françaises ces djihadistes. Marine Le Pen a ensuite attaqué Nicolas Sarkozy quant à son soutien à l’UOIF, organisation membre du Conseil français du culte musulman et classée terroriste ces derniers jours par… les Emirats arabes unis.

 

 

 

Crédit photo : Foto-AG Gymnasium Melle via Wikipédia (cc).

Remigration : comment arrêter toute immigration nouvelle ? par Jean-Yves Le Gallou

Remigration : comment arrêter toute immigration nouvelle ? par Jean-Yves Le Gallou

18/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Les Assises de la remigration tenues samedi 15 novembre à l’initiative du Bloc identitaire ont été un succès. Nos lecteurs trouveront ci-dessous l’intervention de Jean-Yves Le Gallou.


Une bonne nouvelle : chaque année des immigrés repartent volontairement (pour différents motifs : études, emplois, soins, famille, retour au pays). Les chiffres de ces retours sont mal connus mais ils sont de l’ordre de quelques dizaines de milliers par an.

Ce qui signifie que l’arrêt de toute immigration nouvelle serait déjà le début de la remigration.

Cela paraît simple, cela s’appelle « l’immigration zéro » : une proposition au cœur du programme RPR des années 1990 ou, sous une variante atténuée, du programme présidentiel de Marine Le Pen en 2012 projetant de limiter les entrées à 10.000.

Cela paraît simple mais c’est très difficile.

Cela paraît simple, cela s’appelle « l’immigration zéro » : une proposition au cœur du programme RPR des années 1990 ou, sous une variante atténuée, du programme présidentiel de Marine Le Pen en 2012 projetant de limiter les entrées à 10.000.

Le débat politique tourne autour de la révision ou mieux de la dénonciation des accords de Schengen. C’est bien mais au-delà des effets de manche, c’est loin d’être suffisant. Les étrangers qui obtiennent des titres de séjour les obtiennent par des décisions de l’administration française.

Quelques chiffres sur 2013 : provisoires mais officiels (source : ministère de l’Intérieur):
*demandeurs d’asile : 65.894 demandes,
*titres de séjours délivrés en France métropolitaine : 203.996.

Lire la suite

De la remigration - par Renaud Camus

De la remigration – par Renaud Camus

13/11/2014 – PARIS (via Boulevard Voltaire)
Je n’ai pas bien compris pourquoi M. Floris de Bonneville traitait, dans ces colonnes (Boulevard Voltaire, note de Novopress), le mot remigration d’appellation barbare, au seul motif qu’il était « inconnu de l’Académie française et même de Wikipédia ». Il faut laisser un peu de temps à cette vieille dame et à ce jeune savant. Un mot n’est pas barbare parce qu’il est nouveau. Celui-ci ne sonne pas mal, il est parfaitement formé, chacun est bien libre de produire des formes itératives des mots savants qui s’y prêtent ; et si migration est admissible, comme je crois, remigration l’est forcément aussi. Tout juste pourrait-on le chipoter sur son adéquation à ce que ses promoteurs entendent le voir désigner. Je disais pour ma part : renversement des flux migratoires. Mieux vaut un seul terme que trois.

Pour ma part je m’y rendrai avec enthousiasme car quiconque a conscience du Grand Remplacement — et il faudrait être aveugle et sourd, ou M. Gaëtan Dussaussaye, pour n’en être pas conscient… — envisage forcément le retour des colonisateurs sur leurs terres ancestrales. C’est une lutte anticolonialiste que nous menons, et il est sans exemple qu’une décolonisation n’ait pas entraîné le retrait d’une partie, au moins, des conquérants.

Nos amis identitaires convoquent samedi la cour et la ville de l’antiremplacisme à une demi-journée de réflexion sur le thème. Pour ma part je m’y rendrai avec enthousiasme car quiconque a conscience du Grand Remplacement — et il faudrait être aveugle et sourd, ou M. Gaëtan Dussaussaye, pour n’en être pas conscient… — envisage forcément le retour des colonisateurs sur leurs terres ancestrales. C’est une lutte anticolonialiste que nous menons, et il est sans exemple qu’une décolonisation n’ait pas entraîné le retrait d’une partie, au moins, des conquérants.

citation-de-gaulle-francaisOn nous objecte que le métissage est déjà bien avancé et que cela risque de rendre difficile la séparation à l’amiable (de préférence) entre des ethnies, des cultures, des civilisations déjà si étroitement mélangées. Mais ni le Grand Remplacement ni la remigration ne sont des notions racialistes, contrairement à ce qu’affirmait à tout hasard, la semaine dernière, notre jeune ami M. Dussaussaye (décidément… qui veut noyer son chien l’accuse de la race). « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France a une vocation universelle », disait de Gaulle en une envolée fameuse, qui mériterait d’être citée jusqu’au bout, mais tout le monde la connaît. Ce sont les civilisations, les cultures, les façons d’être là, les modes d’habiter la terre et d’occuper le territoire qui ne peuvent pas se mélanger sans que les unes soumettent les autres, ou les intègrent. Et celles qui ne peuvent pas intégrer se font intégrer (ou éliminer). Celles qui ne peuvent pas soumettre se font soumettre.

Lire la suite

Jean-Luc Mélenchon : "Les immigrés cotisent plus qu'ils ne touchent dans notre pays"

Jean-Luc Mélenchon : “Les immigrés cotisent plus qu’ils ne touchent dans notre pays”

13/11/2014 – PARIS (via RTL)
Ne comprenant décidément pas pourquoi l’électorat populaire refuse de voter pour lui, Jean-Luc Mélenchon a continué à défendre de manière irrationnelle l’immigration. Interrogé hier par Jean-Michel Apathie, Jean-Luc Mélenchon a osé affirmé “Les immigrés cotisent plus qu’ils ne touchent dans notre pays”. Allant même jusqu’à affirmer que ce sont les immigrés qui sauvent notre modèle social. Un délire infirmé par nombre d’études sérieuse, publiées notamment par la fondation Polémia. Ensuite, Jean-Luc Mélenchon s’est livré à son activité préférée, à savoir accuser les journalistes de faire le jeu de Marine Le Pen.

Crédit photo Une : Pierre-Selim via Wikipédia (cc).

Tourisme social : l’Europe schizophrène (Présent 8229)

Tourisme social : l’Europe schizophrène (Présent 8229)

12/11/2014 – LUXEMBOURG (NOVOpress)
Un tantinet pressée par plusieurs pays membres croulant littéralement sous le poids croissant de l’immigration et du tourisme social, la Cour de justice européenne, prenant appui sur la directive 2004/38 relative à la libre circulation des biens et des personnes, a jugé mardi que les « Etats membres ne sont pas tenus d’octroyer des aides à des étrangers ne cherchant pas de travail ». Un arrêt qui constitue surtout un rappel à la loi et est largement insuffisant. Car c’est le principe même de la libre circulation qui doit être remis en cause.

Directive 2004/38

Une du numéro 8229 de "Présent"

Une du numéro 8229 de “Présent”

A l’origine de cette décision de justice, la saisie en 2013 par le tribunal social de Leipzig de la Cour de Luxembourg au sujet d’un litige opposant Elisabeta Dano et son fils, deux ressortissants roumains, au Jobcenter de Leipzig. Estimant que cette femme, installée depuis trois ans en Allemagne alors qu’elle n’a aucun lien particulier avec ce pays, ne cherchait pas de travail et préférait vivre des aides de l’Etat, le Jobcenter avait en effet refusé de leur verser certaines prestations sociales prévues par la législation allemande. Or, statuant mardi, la Cour européenne a donné raison aux autorités allemandes, en rappelant notamment que « l’une des conditions (…) pour un permis de séjour est que les personnes économiquement inactives aient des ressources propres suffisantes » et que la directive 2004/38 relative à la libre circulation des biens et des personnes prévoit justement d’« éviter que les citoyens de l’Union ressortissant d’autres Etats membres ne deviennent une charge déraisonnable pour le système d’assistance sociale de l’Etat membre d’accueil ».

Un « mythe » ?

Une décision de justice immédiatement applaudie par le Premier ministre de Grande-Bretagne, David Cameron, qui, confronté à la poussée de l’UKIP et au mécontentement croissant de l’opinion britannique, avait annoncé récemment qu’il souhaitait limiter l’immigration en provenance des autres pays de l’Union, et parlait même de renégocier les conditions d’appartenance son pays à l’Europe.

Lire la suite

Immigration et délinquance

Immigration et délinquance

11/11/2014 – PARIS (NOVOpress) – Le rapport entre immigration et insécurité est un sujet des plus explosifs. Alors qu’il apparaît comme évident à de nombreux Français, qui constatent l’origine ethnique de bandes dealant dans les halls d’immeubles ou celle des personnes recherchées par la police1, ce lien est nié par un certain nombre de personnalités politiques, de médias nationaux et d’associations subventionnées.


Pour celles-ci, la surreprésentation des personnes d’origine immigrée dans les prisons ne serait due qu’à la pauvreté : les pauvres sont plus délinquants que la population générale ; les immigrés sont plus pauvres que la population générale ; il est donc logique que les immigrés soient plus délinquants que la population générale.

Cette question de la pauvreté, et de son lien supposé avec la délinquance, a pendant longtemps parasité l’étude du lien entre immigration et délinquance. Aujourd’hui encore, c’est un argument massue que l’on oppose à ceux qui font un lien entre les deux – quand on n’explique pas que cette sur-délinquance est causée par le soi-disant racisme institutionnel de l’appareil d’État.

Or, deux universitaires réputés ont, depuis plusieurs années déjà, abordés la question de façon sérieuse.

Lire la suite

Immigration : Nicolas Bay (FN) évoque l'opération Triton et l'exemple australien

Immigration : Nicolas Bay (FN) évoque l’opération Triton et l’exemple australien

11/11/2014 – BRUXELLES (NOVOpress)
Nicolas Bay, député français du FN au Parlement européen, revient sur l’opération Triton qui s’inspire de Mare Nostrum s’agissant des clandestins qui débarquent quotidiennement en Europe et indique en contre-exemple la décision de l’Australie. Dans un communiqué, Nicolas Bay précise au sujet de l’opération Triton :

Le Secrétaire d’État aux affaires étrangères britannique, Joyce Anelay, a annoncé que la Grande-Bretagne ne soutiendrait pas cette opération, déclarant : « Nous pensons que (ces opérations) créent un “facteur d’attraction” involontaire, encourageant plus de migrants à tenter la dangereuse traversée de la mer et conduisant donc à plus de morts tragiques et inutiles ».

C’est une évidence : les opérations Mare Nostrum et désormais Triton, constituent de véritables incitations à l’immigration et envoient un message particulièrement néfaste aux candidats à l’immigration clandestine ainsi qu’aux réseaux de passeurs.

Marine Le Pen : "Il faut supprimer le droit du sol"

Marine Le Pen : “Il faut supprimer le droit du sol”

10/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Lors d’une conférence de presse le 7 novembre, Marine Le Pen a détaillé un certain nombre de mesures au sujet de l’immigration légale ou clandestine. Elle a notamment réaffirmé qu’il fallait supprimer le droit du sol, ainsi que les “pompes aspirantes de l’immigration” comme l’aide médicale d’Etat. Marien Le Pen exige également la suppression du regroupement familial. Sans oublier d’autres mesures qui évoquent une possible remigration. Notamment en rendant possible “l’inversion des flux migratoires”, comme l’avait déjà indiqué Nicolas Bay.

Mario Borghezio : "L’urgence est de stopper les nouvelles arrivées" (Présent)

Mario Borghezio : “L’urgence est de stopper les nouvelles arrivées” (Présent)

09/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Mario Borghezio est député européen, membre de la Ligue du Nord (parti allié au Front national au sein du Parlement européen). Figure charismatique de la droite patriotique et identitaire italienne, francophile, nous avons souhaité recueillir sa position sur la remigration en nous penchant sur la situation au-delà des Alpes. (Entretien initialement paru dans le numéro 8225 de Présent)

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant


Quel constat faites-vous de la situation de l’immigration en Italie ? Le « vivre-ensemble » est-il déjà mort dans la péninsule ?

En Italie, l’immigration – à cause de l’opération catastrophique nommée Mare Nostrum voulue par le ministre Alfano (centre-droite) – est devenue une véritable invasion. Cela risque de rendre impossible une cohabitation pacifique, surtout dans les périphéries urbaines (Milan, Turin, Rome etc.)

L’Union européenne est le principal facteur de l’invasion migratoire et de l’impossibilité pour les peuples de riposter. Pensez-vous que l’union avec les autres formations patriotes telles que le FN ou le FPÖ permettront, à court ou moyen terme, de dénoncer les traités et de retrouver la maîtrise des frontières ? Travaillez-vous déjà en ce sens au Parlement européen ?

Nous sommes en train de donner vie à un groupe européen des formations identitaires, avec évidemment le FN, le FPÖ et d’autres mouvements et partis. Un tel groupe pourra contrer très efficacement la dérive mondialiste de cette Union européenne.

Lire la suite

Ces élus UMP qui encouragent la bi-nationalité

Ces élus UMP qui encouragent la bi-nationalité

09/11/2014 – ETAMPES (NOVOpress)
Mama Sy, Maire Adjointe d’Etampes déléguée à la jeunesse, l’apprentissage, la formation et la réussite éducative, s’est illustrée récemment sur sa page Facebook (copies d’écran en Une et ci-dessous) en appelant la communauté sénégalaise à se rendre à une journée de rassemblement, journée pendant laquelle, il sera possible d’obtenir tous les renseignements pour faciliter l’obtention de la bi-nationalité.

Ces élus UMP qui encouragent la bi-nationalité

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Non contents d’avoir obtenu la nationalité française par le droit du sol, voilà que cette élue propose aux Français d’origine “sénégalaise” de devenir Franco-sénégalais !

Tout ceci avec la discrète complaisance du député-maire UMP d’Etampes qui a fait la part belle à la “diversité” au sein de son conseil municipal .

Ces élus UMP qui encouragent la bi-nationalitéLa Ville d’Etampes déjà illustrée dans l’Observatoire du Grand remplacement pourra se glorifier d’avoir désormais une adjointe au Maire qui prône le communautarisme … Et après, certains vous disent qu’ils ne voient pas le Grand Remplacement de Population … A moins que l’initiative de Mama Sy n’ait pour but de proposer aux Français d’origine sénégalaise la carte d’identité sénégalaise pour un retour au pays ?

Lire la suite

Filières jihadistes : Dounia Bouzar ou l'art d'enfumer

Filières djihadistes : Dounia Bouzar ou l’art d’enfumer

05/11/2014 – PARIS (NOVOpress) - Un article paru sur le site du Figaro Madame en date du 04/11/2014 présente le dernier livre de l’anthropologue Dounia Bouzar traitant des filières de recrutement djihadiste en France et intitulé « Ils cherchent le paradis, ils ont trouvé l’enfer ».

Non satisfaite d’avoir déjà proposé par le passé de remplacer deux fêtes chrétiennes par une fête musulmane et une fête israélite (en l’occurrence l’Aïd et le Yom Kippour), Dounia Bouzar tente à travers son nouvel ouvrage de faire croire à ses lecteurs que les filles recrutées pour le jihad viennent du peuple français. Que penser de ces petites phrases : « La plupart d’entre elles ne sont pas d’origine maghrébine et n’ont rien à voir avec l’Islam…» ou encore « Dès qu’elles arrivent là-bas, on les marie, qu’elles soient de familles athées, catholiques, juives ou musulmanes. »

L’objectif de Dounia Bouzar est donc de faire croire qu’une fille élevée dans une famille catholique bretonne ou protestante alsacienne sera pareillement attirée voire plus par ces filières que quelqu’un ayant grandi dans la culture musulmane. Qu’une personne, ayant grandi dans une famille athée et habitant dans des quartiers à majorité musulmane, puisse être touchée par ce phénomène reste parfaitement plausible (bien que dû à la proximité de cette religion). Mais, de là à laisser supposer qu’une majorité de candidates jihadistes sont étrangères à la culture mahométane à la base, cela relève du surréalisme.

Crédit photo : DR

Calais : passeurs pour une passoire (Présent 8222)

Calais : passeurs pour une passoire (Présent 8222)

31/10/2014 – CALAIS (NOVOpress)
Neuf passeurs ont écopé de dix mois à six ans de prison ferme à l’issue d’un procès mardi à Boulogne-sur-Mer qui a permis de jeter un éclairage sur les pratiques de ce type de réseaux.

Une du numéro 8222 de "Présent"

Une du numéro 8222 de “Présent”

Neuf chances pour la France… Les huit Egyptiens et le Tunisien condamnés proposaient aux migrants de les faire entrer clandestinement en Angleterre. Arrivés à Calais, les migrants sont approchés par ces passeurs qui sont en rapport, eux, avec la tête du réseau en Angleterre. Deux options s’offrent aux clandestins : un passage « classique », c’est-à-dire caché dans un camion pris d’assaut, pour lequel il faut compter entre 400 et 1.000 euros ; ou un passage « garanti », dans le coffre d’une voiture complice. Une offre premium qui coûte jusqu’à 5.000 euros. De l’argent trouvé… en volant les téléphones portables et les porte-monnaie des Calaisiens de souche, en fouillant dans les tiroirs-caisses des commerçants.

Le procureur de la République avait demandé aux juges « d’adresser un message aux réseaux d’immigration clandestine pour qu’ils ne continuent pas impunément de gagner énormément d’argent sur la détresse des migrants ». Autrement dit : si les passeurs œuvraient bénévolement, ou pratiquaient des tarifs plus raisonnables, le procureur n’y trouverait rien à redire.

Les passeurs avaient un train de vie intéressant. Les virements de 10.000 euros n’étaient pas rares. L’un des Egyptiens annonçait à sa mère, au téléphone, un envoi d’argent important pour l’acquisition d’un appartement « au pays ». Les enquêteurs ont également découvert que certains prévenus détenaient des machettes, des fusils à pompe. Avaient-ils, comme le Calaisien moyen, un sentiment d’insécurité ? Oui, en raison d’une « guerre de territoire » avec un réseau kurde concurrent. Saine émulation entreprenariale !

Lire la suite

Entre 1990 et 2013, près de millions de Maghrébins se sont installés en France

Entre 1990 et 2013, près de trois millions de Maghrébins se sont installés en France

30/10/2014 – PARIS (via Polémia)
2.780.000, c’est le nombre d’immigrés maghrébins qui se sont installés, légalement ou non, en France entre 1990 et 2013. Se fondant sur les données de l’Office des migrations internationales des Nations Unies, le think tank américain Pew Research center vient de publier une étude démontrant que 2.780.000 immigrés maghrébins (Algérie, Tunisie, Maroc) se sont installés, légalement ou non, en France entre 1990 et 2013, soit 37% des immigrés qui y sont arrivés durant la même période, formant ainsi la communauté maghrébine la plus importante du monde.

L’intérêt de l’étude est de ne pas prendre en compte les chiffres des pays d’immigrations, mais celui des pays d’origine, ceux d’où partent les immigrés. 930.000 Algériens vivaient à l’étranger en 1990, puis 1.040.000 en 2000, 1.710.000 en 2010 et 1.7770.000 en 2013. Le grand départ d’Algérie n’a donc pas eu lieu dans les années 1990 (durant la guerre civile entre armée et islamistes) mais dans la décennie 2000 d’Abdelaziz Bouteflika durant la période dite « de réconciliation » (avec 670.000 départs essentiellement vers la France et le Canada). Toutefois, les années 1994-1995 ont été déclencheurs de ce phénomène qui se poursuit toujours.

Aucun chiffre n’est donné sur la descendance de ces immigrés (souvent naturalisés ou disposant d’une bi-nationalité) mais le taux de fécondité (sur deux générations immigrées) permet d’estimer à au moins quatre fois plus, au minimum, le nombre de personnes s’origine maghrébine en France (soit 12 millions). (Source : Faits & Documents, n° 384, 15-31 octobre 2014.)

Crédit photo : DR

Nicolas Bay : "Nous voulons inverser les flux migratoires"

Nicolas Bay : “Nous voulons inverser les flux migratoires”

29/10/2014 – PARIS (via TV Libertés)
Interrogé récemment, Nicolas Bay, député français du Front national au Parlement européen et conseiller régional de Haute-Normandie, a indiqué : “Nous voulons mettre fin l’immigration qui porte atteinte à notre identité, à notre sécurité et à notre liberté”. “Et nous voulons inverser les flux migratoires. Ceux qui ne sont pas assimilés, il faut leur montrer la porte de sortie”.

"Samba" Le conte de fées migratoire (Présent 8220)

“Samba” Le conte de fées migratoire (Présent 8220)

29/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
Ce cinéma-pommade donne des boutons. Tout le monde il est gentil, désintéressé, irresponsable, dégoulinant de bons sentiments et de tartes à la crème de gauche. Qui priment sur la vraisemblance, la réalité, sur Calais, sur tout quoi…

Une du numéro 8220 de "Présent"

Une du numéro 8220 de “Présent”

Même Télérama a trouvé ça gros (quand tout le reste de la critique déroule des kilomètres de louanges). C’est bien un conte merveilleux. Long et sirupeux. Déconnecté du réel. Parfois drôle mais jamais émouvant. Orienté et tendancieux aussi. Mais pas nul. On sait depuis Intouchables qu’Olivier Nakache et Eric Toledano ne manquent pas de talent. Ils évitent ici la propagande trop évidente façon Welcome et certaines outrances. Comme les Français collabos et les flics qui cognent sur les Blacks et les Arabes.

Samba (Omar Sy qui a sacrément forci), Sénégalais sans papier en France depuis dix ans – frappé d’une OQTF (Obligation de quitter le territoire français) -, collectionne les petits boulots. Alice (Charlotte Gainsbourg) est une cadre supérieure épuisée par un « burn out ». Elle se soigne par le bénévolat dans une association et va avoir une révélation… A noter que l’actrice intello est en décalage complet et assez cucul, peu crédible dans le rôle de la bobo parisienne des beaux quartiers qui va connaître le grand frisson avec un clandestin sénégalais.

Pâle comme une endive, elle incarne une France au bout du rouleau et dépressive. Le gentil clandestin adorable et courageux (mais pourquoi la police le pourchasse-t-elle donc ?) va sauver la jeune Française. Et l’idée dominante c’est bien que c’est à la France tout entière que des centaines de milliers de Samba vont rendre le sourire.

Lire la suite