Tag Archives: Henri Guaino

patrick_buisson

Maurice Gendre : Ce que cache l’opération dite de la Droite « hors les murs »

Source : Agence Info Libre
La démission de Chauprade n’est qu’une étape supplémentaire dans le projet buissonien de Droite « hors les murs » qui se dessine depuis déjà plusieurs semaines.
Le démarrage médiatique de cette opération remonte à la sortie du livre de Philippe de Villiers Le moment est venu de dire ce que j’ai vu voire à la sortie de l’ouvrage de Geoffroy Lejeune intitulé Une élection ordinaire
.

Et depuis des éléments épars, qu’il faut faire l’effort de recouper, vont tous dans cette direction.
Robert Ménard s’en fait le héraut dès qu’on lui tend un micro sur l’air bien connu du : « fédérer toutes les bonnes volontés de la droite patriote et populaire ». Henri Guaino, lui, chante les louanges de Marion Maréchal-Le Pen, cette dernière rencontre Patrick Buisson, Nicolas Dupont-Aignan tempère certaines de ses critiques à l’égard de membres du FN susceptibles d’abandonner Marine Le Pen, Villiers félicite Dupont-Aignan pour son parcours et sa permanence doctrinale, Aymeric Chauprade quitte le FN et demande à Villiers de reconsidérer « son abandon définitif de la politique ».
On peut faire le pari que dans les prochaines semaines des personnages comme Christian Vanneste, Dominique Jamet et des transfuges de la Droite populaire (l’aile droitière de l’UMP) viendront se joindre au cortège.
Le relais médiatique tout désigné de cette opération Droite « hors les murs » sera évidemment Eric Zemmour.
Et l’organe officiel du « parti » : Valeurs actuelles.
On mettra aussi en avant certaines « prises de guerre » venant de la rive gauche du spectre politico-intellectuel, à commencer par Michel Onfray, qui a déjà été approché par plusieurs des personnes précitées.

Leur programme

Maintenant le programme probable de cette Droite « hors les murs » :
– sur le plan économique et social : orientation clairement prolibérale (Guaino et Onfray ne parviendront pas à y faire barrage seuls s’ils s’embarquent dans l’aventure) et campagne ouvertement tournée vers les PME-PMI, les artisans et commerçants.
– en matière de politique étrangère : compromis avec l’UE (soit on garde carrément l’euro comme monnaie unique, au mieux on demande un retour à la monnaie commune), inclination prorusse (en raison de l’influence de Chauprade, Villiers, et des membres de la « Droite pop »), mais malgré tout tempéré par une prise de distance toute relative avec l’OTAN. En effet, cette Droite « hors les murs » aura pour projet de se mettre tout le grand patronat dans la poche qu’il soit proaméricain (d’où paradoxalement un ton aux accents parfois néoconservateurs, parfaitement emblématique dans les discours de Chauprade depuis plus d’un an) ou russo-compatible. Selon le bon vieux principe : ne mettons pas tous nos œufs dans le même panier.
– conservatisme assumé sur le plan des mœurs et les questions de société.
– fermeté affichée en matière d’immigration, reprise en main de la Justice, lutte sans merci contre la délinquance et la criminalité et probablement réforme drastique du Code de la nationalité.

Une épine dans le pied pour Sarkozy et Marine Le Pen

La question est : contre qui sera tournée cette tentative de reconfiguration de la Droite ?
En premier lieu : Nicolas Sarkozy. À l’exception notable de Guaino, les figures de proue de cette Droite « hors les murs » sont tous des opposants affichés de longue date, des amoureux déçus ou des ex-amis désormais en guerre ouverte avec l’ancien locataire de l’Élysée.
En second lieu : Marine Le Pen. Là aussi, on remarque d’anciens soutiens indéfectibles désormais fâchés à mort avec la présidente du FN, des ennemis de toujours et d’autres doutant de sa loyauté ou de sa capacité à gouverner.
Cette Droite « hors les murs » reproche notamment au Front National un programme économique jugé trop « étatiste » ou trop « nostalgique » des Trente Glorieuses. Cette Droite « hors les murs » fustige aussi des choix qualifiés de « démagogiques » (en matière de retraite notamment) et « irréalistes » dans la lutte contre la mondialisation néo-libérale.
Par simple déduction, en sachant à qui cette Droite « hors les murs » risque de coûter très cher (si cette opération ne reste pas lettre morte, ce qui est encore tout à fait possible), on devine aisément à qui elle profitera.
En clair, si la Droite « hors les murs » n’avait pas surgi dans l’esprit de Patrick Buisson, Cambadélis lui aurait soufflé tendrement à l’oreille.

Maurice Gendre

henri_guaino

Guaino dégaine !

29/10/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Henri Guaino n’avait pas sa langue dans sa poche ce matin dans l’émission « Bourdin Direct » sur BFMTV/RMC. Il a persisté et signé dans sa volonté d’interdire le syndicalisme dans la magistrature et de créer une responsabilité des magistrats. Pire encore, il a affirmé respecter Marion Marechal Le Pen et ne refuserait pas de travailler avec elle ! Vite que la police de la pensée l’arrête !

Défense des artisans taxis contre la société Uber, volonté de normalisation des relations diplomatiques avec la Russie, Henri Guaino commence son émission assez fort, refusant l’ultralibéralisme et l’alignement atlantiste.
La meilleure façon pour l’Europe de contribuer à la paix du monde, c’est de parler et d’avoir des relations convenables avec la Russie »

Mais c’est sur la magistrature que Guaino tape fort. Assumant ses propos de mercredi à l’Assemblée sur les juges « pervers » et « psychopathes », précisant sur le plateau qu’il désigne certains d’entre eux, « aveuglés par l’idéologie ». il ne va pas se faire des copains à gauche, puisque non seulement il veut interdire le syndicalisme dans la magistrature », par la voie d’un « référendum », mais il souhaite aussi

créer une responsabilité des magistrats, ça ne peut pas continuer comme ça. Quand la justice fonctionne mal, c’est la fin de la République.

Le député « Les Républicains » des Yvelines aggrave son cas, jugeant que

i jamais le Front national gagne, il gagne, c’est la démocratie, ou alors il faut l’interdire. Mais vous ne pouvez pas dire à un tiers des électeurs « le parti pour lequel vous votez ne gouvernera jamais ».

Un démocrate qui serait prêt à laisser le peuple s’exprimer, mais où va-t-on ?
Lire la suite

Henri Guaino : « Les sanctions ne feront qu’accroître le nationalisme russe »

04/09/2014 – PARIS (via France Inter)
Interrogé sur France Inter par Patrick Cohen, Henri Guaino est revenu sur la suspension de la livraison des deux BPC Mistral à la Russie, suspension décidée par François Hollande hier. Pour Henri Guaino : « la stratégie de la tension et des sanctions envers la Russie n’est pas la bonne ». Interrogé également quant à la polémique causée par la Une de Valeurs actuelles relative à Najat Vallaud-Belkacmen, Henri Guaino a affirmé : « La nomination de Najat Vallaud-Belkacem est une provocation, c’est une idéologue. Le mot ‘Ayatollah’ employé par Valeurs Actuelles n’a aucune connotation ni raciale ni religieuse « .

Publié le
H. Guaino ne votera pas pour "l’Europe dont plus personne ne veut", Juppé l'invite à quitter l'UMP

H. Guaino ne votera pas pour « l’Europe dont plus personne ne veut », Juppé l’invite à quitter l’UMP

14/05/2014 – BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux)
Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a invité dimanche Henri Guaino à quitter son parti après qu’il eut annoncé qu’il ne voterait pas pour la tête de liste UMP aux européennes en Ile-de-France, Alain Lamassoure. « Vous savez je ne pratique pas l’exclusion, mais quand on est à ce point en désaccord avec son propre parti politique, la dignité la plus élémentaire, c’est d’en tirer les conséquences », a-t-il déclaré lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. « On ne peut pas à la fois dire qu’on appartient à un parti et faire campagne contre les candidats investis par ce parti » a-t-il ajouté.

Le maire de Bordeaux est un fervent partisan de l’Europe fédérale, avec les pertes de souveraineté que cela implique. Il partage en l’espèce les positions du Parti socialiste, comme sur de nombreux autres sujets.

Le souverainiste Henri Guaino (photo) a réagi dans une interview vidéo diffusée lundi sur le site du journal L’Opinion, annonçant qu’il ne démissionnerait pas. « L’UMP est ma famille politique depuis trente ans ! J’ai contribué un petit peu, modestement, à l’élection de deux présidents de la République, j’ai énormément donné à ma famille politique, ça ne m’a jamais rien rapporté et ça m’a beaucoup coûté », reprochant à Alain Juppé son « mépris » et son « arrogance ».

L’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy avait affirmé qu’il ne voterait pas pour Alain Lamassoure lors des élections européennes du 25 mai, ce dernier « incarnant l’Europe dont plus personne ne veut ».

Crédit photo : Cheep88, via Wikipédia, (cc).

Vu sur Twitter

Face au FN, le « front républicain » est une « idée folle » pour Henri Guaino

Publié le
Vu sur Twitter

Henri Guaino contre les langues régionales

Publié le
Selon Henri Guaino, le FN est « monstrueusement inhumain »

Selon Henri Guaino, le FN est « monstrueusement inhumain »

17/12/2013 – 08h30
PARIS (NOVOpress) – Henri Guaino n’aime pas le FN, qu’on se le dise. Au point qu’il lui faut une tribune entière dans les pages du Monde pour déverser sa bile et faire part du « malaise indicible » qu’il éprouve face à un parti qu’il juge « populiste », « poujadiste », et avec lequel il ne pactisera jamais car il a « dans sa conception du pouvoir quelque chose de monstrueusement inhumain », « pas une once de considération pour les pauvres existences qui sont en jeu, pour les vies que l’on risque d’abîmer, pour les drames humains auxquels aucune conscience ne devrait rester indifférente, aucun sentiment, aucun doute. »

Rien que ça. À l’instar de ses amis de l’UMP, Henri Guaino ne recule devant aucun qualificatif, aucun superlatif, aucune insulte, pour tenter de discréditer un FN au mieux de sa forme à l’approche des échéances électorales de 2014. Dans chacune de ses lignes, l’ancien conseiller spécial de Sarkozy laisse affleurer son dépit de voir le monopole du gaullisme échapper à l’UMP. Non, Marine Le Pen n’a rien en commun avec le Général, assène-t-il. En filigrane, l’argument est toujours le même : le Front national pose des questions légitimes mais y apporterait de mauvaises réponses. Pire que celles du PS et de l’UMP depuis trente ans ? « Avec les responsables du FN, poursuit-il, il n’y a jamais de débat, seulement des affrontements ». Charlotte Soula, la marraine de son fils, directrice de cabinet de Marine Le Pen et candidate FN aux municipales dans le 15ème arrondissement de Paris, appréciera.

Crédit photo : UMP Photos via Flickr (cc)

Jeu politicien : Nicolas Sarkozy recase ses proches

Jeu politicien : Nicolas Sarkozy recase ses proches

12/05/2012 – 17h00
PARIS (NOVOpress) –
Nicolas Sarkozy est très occupé. A cause de la passation des pouvoirs avec François Hollande le 15 mai ? Ou bien pour préparer son retour au métier d’avocat ? Peut-être, mais il consacre aussi beaucoup de temps à recaser ses ex-conseillers. Selon Europe 1, « pas moins de trois proches du président sortant vont ainsi rejoindre prochainement le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative ». Un conseiller d’ Etat touche un joli salaire d’environ 7 500 euros par mois, payé par les contribuables. D’autres proches de l’UMP et de Nicolas Sarkozy vont devenir également ambassadeurs. Ils gagneront chacun, au minimum et en fonction du lieu d’affectation, un salaire de 18 000 euros par mois.

 D’autres collaborateurs du système vont rejoindre des entreprises privées « à la faveur d’un carnet d’adresses bien rempli », souligne Europe 1. Par ailleurs, Henri Guaino, conseiller spécial et plume de Nicolas Sarkozy, a été investi candidat par l’UMP dans la 3ème circonscription des Yvelines, très marquée à droite. S’il devient député, il devrait toucher un salaire de 13 512 euros bruts par mois, plus des avantages d’un montant de 9 138 euros bruts mensuels : accès gratuit à l’ensemble du réseau SNCF en 1re classe, remboursement des forfaits de cinq lignes téléphoniques et d’un abonnement internet…. Quand la politique n’est plus une vocation, mais un métier.

Crédit photo : World Economic Forum, via Flckr, licence CC.