Tag Archives: harcèlement

twitter-1

Twitter : vers plus de censure de la dissidence politique ?

16/11/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Twitter vient d’annoncer quelques nouveautés afin de mieux combattre les abus en ligne détectés sur sa plateforme.

Le nombre d’abus, d’intimidations, de harcèlement que nous avons vu partout sur Internet a augmenté rapidement ces dernières années. Ces comportements freinent les autres à prendre la parole sur Twitter ou partout ailleurs. Les comportements haineux privent de la chance de voir et de partager tous les points de vue autour d’une question, alors que nous pensons que cela est crucial pour tous nous faire progresser. Dans le pire des cas, ces types d’agissements menacent la dignité humaine alors que nous devons tous ensemble nous engager à la protéger.

Que propose concrètement la plateforme de microblogging ?

Twitter a depuis longtemps une fonctionnalité appelée « masquer » qui permet à l’utilisateur de masquer des comptes dont on ne veut pas voir les Tweets. Mais le réseau social a décidé d’étendre cette fonctionnalité « masquer » aux notifications. Les twittos vont pouvoir masquer des mots et des phrases, et même des conversations entières.

De plus, la politique de Twitter « en matière de comportement haineux interdit des comportements spécifiques qui ciblent des personnes en raison de la race, l’ethnie, l’origine, l’orientation sexuelle, le genre, l’identité de genre, la conviction religieuse, l’âge, le handicap ou la maladie« .
Désormais, Twitter propose d’apporter un moyen plus direct de signaler ce type de contenu afin d’améliorer la capacité du réseau à examiner ces signalements.

Enfin, les équipes d’assistance vont recevoir des formations spécifiques avec « des sessions particulières relatives au contexte culturel et historique des comportements haineux ».

Reste à savoir si ces « améliorations » ne vont pas surtout permettre à certains flics de la pensée unique d’agir et de pousser Twitter à plus de censure…


Deux insultes par seconde sur les réseaux sociaux

09/02/2016 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Selon une analysée publiée hier par Le Parisien, pas moins de 200 000 messages d’insultes et de haine sont déversés chaque jour sur Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux, ainsi que dans les commentaires des sites de journaux nationaux. Un phénomène qui contribue à la banalisation de la violence et à l’exacerbation des rapports sociaux.

Publié le
sara_giromin_ex_femen

Conversion d’une ancienne FEMEN

07/01/2016 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

C’est un retournement total ! Sara Giromin, fondatrice des FEMEN au Brésil, dénonce le féminisme et l’avortement, et s’excuse auprès des chrétiens.
Elle avait lancé le mouvement féministe en 2012. Elle menait des opérations « seins nus » pour protester contre l’exploitation des femmes. En octobre dernier, elle a publiquement renié son engagement…

Elle a dénoncé les abus dont elle a fait l’objet de la part du mouvement féministe
Comme bien d’autres FEMEN, Sara Giromin a quitté le mouvement rapidement après l’avoir intégré, en 2013, dénonçant le « business » qui en était à la base. Elle a alors créé un autre mouvement.
Elle espérait trouver dans ce milieu une aide après être entrée dans la prostitution à l’adolescence. S’en étant ouverte à une universitaire féministe, celle-ci l’avait félicitée pour cette activité… C’est une femme plus âgée, réputée « conservatrice », qui l’a aidée à en sortir.

Elle critique violemment l’idéologie féministe et rejette l’idéologie du genre, « obligatoire » au sein du mouvement
Aujourd’hui, elle dénonce le féminisme comme une « secte » qui utilise les femmes comme des objets, fait la promotion du lesbianisme et « promeut la destruction de la famille traditionnelle et de toutes les valeurs morales de la société ».
Elle écrit encore : « dans le mouvement féministe, les femmes n’ont aucune importance, mais ne servent que de carburant pour alimenter la haine que la secte féministe ne peut pas se permettre de laisser mourir ».

Elle s’est aussi excusée auprès des chrétiens…
… pour avoir échangé un baiser lesbien sur fond de crucifix et d’église, photo devenue un emblème de l’activisme homosexuel et antichrétien au Brésil.
Elle a aussi dit son regret d’avoir avorté jadis, et mis en garde les femmes qui hésitent à avorter.
Ce qui a provoqué ce revirement, c’est la naissance de son enfant, qui lui a fait prendre conscience de la signification de la vie.
L’ancienne FEMEN donne aujourd’hui des conférences pour dénoncer le féminisme, l’idéologie du genre et le marxisme culturel !
En France, ce mouvement sévit toujours…

Haut Conseil à l’Égalité

Novlangue féministe au sommet de l’État

13/11/2015 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Idéologie féministe au sommet de l’État
Le Haut conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes est une institution des plus officielles : installé en l’hôtel de Matignon, cet organisme consultatif est attaché au Premier ministre, et le conseille pour diriger sa campagne idéologique féministe.

Ce Haut conseil a publié, il y a une semaine un guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe qui propose une novlangue officielle féministe
Il se permet en premier lieu de contredire l’Académie française, responsable de la suprématie du genre masculin sur le féminin : pour le Conseil, le neutre n’existe pas. Le masculin ne peut donc servir de genre neutre. Et puis, l’utilisation de mots féminisés comme auteurE, pompièrE, poétessE, officiERE, gouverneurE, RecteurICE éclaircit le texte et ne le rend pas plus laid : pour les auteurs, il n’existe pas de beau ou de laid en soi.

Dix recommandations pratiques sont ensuite émises : bannir toutes les expressions relevant de rôles sociaux « traditionnels » : mademoiselle, nom de jeune fille, nom d’épouse, etc.
Ensuite, accorder les noms de métier : on ne dira plus madame le chef de bureau, mais « madame la chef F E de bureau » ou madame le préfet mais « madame la préfèT E ».

Il faut également adopter une nouvelle syntaxe pour désigner en toutes circonstances les hommes et les femmes : mettre le suffixe masculin, un point, le suffixe féminin, un point, le « s » du pluriel. Par exemple, ne plus écrire : les conseillers municipaux, mais les conseiller.ères.s municipaux.ales.
D’autres conseils viennent renforcer ce catalogue orwellien : il est défendu d’évoquer les qualités « féminines » d’une femme : dire qu’elle est douce, que c’est une mère attentive, ou un cordon bleu. De même il faut éviter « D’organiser des concours de beauté, d’offrir une rose, d’offrir une plante verte au personnel féminin ».

Bref. Le gouvernement gaspille son temps et son argent à colporter la plus grossière des idéologies.


la-campagne-est-declinee-en-affiches-en-video-et-en_3326216_800x400

Campagne anti-sexiste, vers une nouvelle inquisition ?

12/11/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Après le combat contre ceux qui réchauffent, les phobes et l’extrême-droite, le nouveau combat républicain, tendance est celui qui est contre le sexisme.

Pourtant, l’égalité en droit des hommes et des femmes est largement acquise…
Par les textes de loi et les mœurs de la très grande majorité
Le combat contre le sexisme s’essouffle et se cantonne souvent à hurler contre des inégalités, notamment salariales. Pourtant, même en ce domaine, après analyse sérieuse, la parité règne déjà.

Cependant, en France, la lutte continue de plus belle
Le sexisme est mis à toutes les sauces, dans toutes les attitudes, dans tous les objets du quotidien. Rasoirs roses, tampons hygiéniques, jeux pour enfants… Il y a toujours un collectif pour hurler à l’abominable discrimination sexiste.
Dernière campagne en date : « Stop — ça suffit », lancée lundi par le gouvernement, contre le harcèlement sexiste dans les transports. Elle « vise à faire évoluer les comportements », naturellement.

Les comportements des mâles français, donc ?
Comme d’habitude, l’immigration comme cause n’est jamais citée. Cette campagne va culpabiliser encore plus le Français lambda, qui n’y est pas pour grand-chose…
Au lieu d’agir selon ses missions, c’est-à-dire contrôler l’immigration et assurer la sécurité de tous, l’État-maman obèse profite de la situation pour s’étendre et rééduquer le peuple français. L’exact inverse de son rôle authentique.


8431-Chard

Rentrée scolaire : illettrés, incultes, mais… « Charlie » !

02/09/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Source : (Présent 8431)

« Débats citoyens », ateliers dessins « en faveur de la liberté d’expression »… Alors que l’Armée dénombre chaque année pas moins de 40 000 illettrés lors de la Journée d’appel et de préparation à la Défense, le ministère de l’Éducation nationale, loin de se recentrer sur sa mission première, a fait le choix d’accélérer le décervelage des enfants dès la rentrée 2015 en renforçant sa propagande républicaine et laïcarde.

Laïcité à tous les étages

C’est que, explique Najat Vallaud-Belkacem dans la lettre qu’elle a adressée mardi à tous les parents d’élèves, « L’École que nous refondons participe pleinement au combat contre toute forme de discrimination, de violence et de harcèlement. C’est une École forte et fière de transmettre les valeurs républicaines, avec son nouvel enseignement moral et civique qui, dès la rentrée, concernera tous les élèves de la maternelle à la terminale. »
8431-P1
Et quel enseignement ! Ici, pas question d’apprendre à aimer ni à servir notre pays, mais à « être Charlie » en « réfléchissant » sur les attentats qui ont frappé Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennes. Bien orientés par de nouveaux manuels les incitant à réaliser leurs propres dessins « en faveur de la liberté d’expression » et à « désigner des porte-parole » chargés de s’exprimer dans le cadre de « débats démocratiques », tous les élèves auront ainsi droit au lavage de cerveau républicain.

L’hystérie démocratique belge

Un programme qui suscite quand même quelques craintes et réticences chez les enseignants exerçant dans les banlieues et qui ont encore en mémoire les incidents qui ont accompagné l’évocation des attentats, en janvier dernier.

Une crainte et, pour certains, une opposition, auxquelles les Belges sont en train d’apporter une réponse : le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles devrait en effet soumettre le mois prochain à l’approbation du Parlement une nouvelle disposition décrétale, qui imposera aux enseignants qui exprimeraient des opinions « non respectueuses des principes démocratiques », même en dehors de l’exercice de leurs fonctions, un « devoir de loyauté vis-à-vis de la Communauté française », sous peine de sanctions.

Franck Delétraz

sofie_peeters

Vivre ensemble : ces femmes victimes de harcèlement dans la rue

23/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Alors que le gouvernement a lancé le 9 juillet un plan de lutte contre le harcèlement dans les transports, Les Inrocks ont interrogé un certain nombre d’utilisatrices des transports en commun pour qu’elles racontent les remarques et les insultes auxquels elles sont quotidiennement confrontées.

Une initiative qui n’est pas sans rappeler le film en caméra cachée réalisé par Sofie Peeters, dans les rues de Bruxelles. Dans ce reportage, l’on voit la jeune femme se faire copieusement insulter (« Salope, pute, pétasse ») par des étrangers.

Sofie Peeters s’est expliqué :

Je crois que 9 fois sur 10 c’étaient des gens allochtones. Mais, encore une fois, ce n’est pas vraiment typique pour Bruxelles mais c’est typique, je crois, pour les quartiers plus pauvres, les quartiers avec beaucoup d’hommes un peu machos.




Sofie Peeters – Femme de la rue (Bruxelles) par Spi0n

La réforme pénale de Taubira, modèle d'aveuglement gauchiste

Taubira impossible à vivre… mais poète

03/06/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Nous l’évoquions déjà il y a peu de temps, cela se confirme : Christiane Taubira est aussi invivable avec ses collaborateurs qu’elle est agressive avec ses opposants réels ou supposés. La diva du laxisme judiciaire est une rigoriste caractérielle, « intraitable » avec ses équipes, selon la plupart de ses collaborateurs. Les bonnes feuilles du livre de Caroline Vigoureux « Le mystère Taubira — La vérité derrière l’icône », publié chez Plon (2/2) que diffuse Atlantico. Surexploiter ses collaborateurs doit lui laisser le temps de pondre ses poèmes et improbables tirades

 

Attaque de racailles dans le RER D

Roubaix: harcelés par des racailles, ils sont obligés de déménager

11/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Portes arrachées, cambriolages, menaces. A Roubaix, dans le département du Nord, la famille Godefroy se dit harcelée par une bande de racailles.

Après avoir déposé neuf plaintes, elle a été contrainte de quitter son domicile samedi et de dormir à l’hôtel. Les plaintes déposées au commissariat n’avaient jusque-là pas été prises au sérieux.



Gironde : L’ex-numéro un du PS à nouveau condamné, cette fois pour harcèlement homosexuel

Gironde : L’ex-numéro un du PS à nouveau condamné, cette fois pour harcèlement homosexuel

28/03/2015 – BORDEAUX (NOVopress via Infos Bordeaux)
L’ex-numéro un du Parti socialiste en Gironde, toujours vice-président du conseil régional, (au centre sur la photo) a été condamné hier à un an de prison avec sursis et à deux ans d’interdiction de droits civiques pour harcèlement à l’encontre de son jeune directeur de cabinet, Alexandre Metzinger.

Ce dernier avait été assailli de « centaines de courriels amoureux ou sexuels, jusqu’à ce que le collaborateur, à bout, démissionne ». Six mois après l’embauche comme directeur de cabinet du maire du Taillan, d’Alexandre Metzinger, fraîchement diplômé de Sciences Po et âgé de 25 ans, les relations entre les deux hommes changent. «Il y a des envois de mails indécents évoquant des sentiments amoureux et demandant des faveurs sexuelles malgré des refus répétés», constate la présidente du tribunal Cécile Ramonatxo.

Plusieurs passages ont été lus lors de l’audience «Si tu veux essayer avec un garçon, je suis là…» et «J’ai besoin de cette relation physique entre nous». Le procureur Jean-Louis Rey parle de «pratiques relativement hards» évoquées par le prévenu dans ces mails.

Le tribunal correctionnel de Bordeaux est allé au-delà du ministère public, qui avait requis six mois de prison avec sursis contre Ludovic Freygefond, 43 ans, maire de 2001 à 2014 du Taillan-Médoc, dans la grande agglomération bordelaise.

La défense, de celui qui est toujours vice-président du conseil régional, a plaidé « la passion qui chasse la raison », l’élu étant « devenu fou amoureux de ce garçon ».

Ludovic Freygefond devra également verser près de 70 000 euros de dommages et intérêts à l’ex-directeur de cabinet, au titre des préjudices matériel et moral.

En novembre 2014, l’ancien premier secrétaire départemental du parti socialiste était également condamné à 18 mois avec sursis et cinq ans d’inéligibilité pour une affaire distincte de « prise illégale d’intérêt » et de « corruption passive », en lien avec une opération immobilière. Ce dernier a fait appel de ces deux jugements.

Crédit photo : DR.

Rassemblement de soutien pour le boulanger de Grasse le 6 mars

Rassemblement de soutien pour le boulanger de Grasse le 6 mars

05/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Depuis le mardi 3 mars 2015, un boulanger de la ville de Grasse (Alpes Maritimes) est l’objet des persécutions du CRAN. A l’origine de cette chasse aux sorcières : des gâteaux au chocolat nommés Dieux et Déesses ayant été modelés sous les formes d’Africains et d’Africaines. Il n’en fallait pas plus pour le taxer de « racisme colonial ».

Dans son communiqué, l’association antiraciste paradoxale (puisqu’elle ne défend que les Noirs) se fend d’un brulot à la susceptibilité exacerbée. L’infortuné pâtissier Yannick Tavolaro tombé sous les fourches caudines de Louis-Georges Tin, le Président du CRAN a beau se défendre de toute intention raciste, la machine à broyer s’est emballée contre lui. Ainsi, sa création culinaire rappelant plutôt le style Art-Déco aux grandes années du Jazz est qualifiée de « caricatures négrières, obscènes et injurieuses ». Ses pâtisseries se vendaient depuis 15 ans sans problèmes avant de tomber sous le regard d’un professionnel de l’indignation. Et les voici devenues des « fantasmes coloniaux concernant les Noirs (regards ahuris, bouches surdimensionnées, nudité obligée, organes sexuels protubérants) ». Et plus encore : de par leur nom (dieux et déesses ), « ces pâtisseries tournent en ridicule les religions africaines en présentant ces divinités sous un jour grotesque, tout juste bonnes à être croquées. » Il suffit pourtant de visiter le musée des arts premiers à Paris pour se rendre compte que les divinités africaines sont représentées par des statuettes du même acabit.

On pouvait espérer que l’outrance s’en tiendrait là, elle se trouve portée au pinacle dans un crescendo confinant au délire : la boulangerie se trouve à proximité d’écoles, l’auteur de ces gâteaux est le Président d’un club de foot local, tout ceci inquiète le CRAN.

Et les sanctions exigées ne sont pas en reste : « le retrait immédiat de ces pâtisseries racistes, demande au maire de la ville, Jérôme Viaud, de prendre position, et invite les autorités compétentes à s’interroger sur la pertinence de garder comme président du club sportif un individu de cet acabit. Le cas échéant, le CRAN se réserve le droit de porter plainte pour incitation à la haine raciale. »

Face à ce harcèlement, Yannick Tavolaro demande du soutien lors d’un rassemblement prévu le vendredi 06 mars 2015 à 10h avenue du Maréchal Juin à Grasse.

Harcèlement de rue et polémique raciale aux Etats-Unis

Harcèlement de rue et polémique raciale aux Etats-Unis

31/10/2014 – NEW YORK (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
A New York, une jeune femme blanche a voulu témoigner du harcèlement dont elle est régulièrement victime dans les rues de la ville, en réalisant une vidéo. Le résultat en est pour le moins édifiant. Elle a été accostée 100 fois en 10 heures, créant ainsi le « buzz » sur les réseaux sociaux et les sites d’informations.

Cette vidéo, qui interpelle sur la réalité du quotidien des femmes new‑yorkaises, se double d’une polémique raciale. Les hommes qui importunent ou insultent la jeune femme sont en effet en très grande majorité des hommes de couleur, « noirs » ou « latinos ». Si à la fin du montage il est bien précisé « que les expériences de harcèlement ont impliqué des personnes de toutes origines », il n’en fallait pas moins pour que le camp de l’antiracisme monte au créneau, dénonçant une nouvelle « stigmatisation » sur des critères raciaux.

Une expérience similaire avait été conduite dans les rues de Bruxelles en 2012, avec des résultats identiques concernant le profil de la population masculine incriminée, en l’occurrence très majoritairement black ou beur…

Le socialiste Ludovic Freygefond à nouveau devant la justice

Le socialiste Ludovic Freygefond à nouveau devant la justice

30/10/2014 – BORDEAUX (NOVOpress via infos Bordeaux)
Ce 23 octobre 2014, une peine de 18 mois de prison avec sursis a été requise contre l’ex-premier secrétaire fédéral du Parti socialiste en Gironde, Ludovic Freygefond (photo entre Vincent Feltesse et François Hollande), dans une affaire de corruption en lien avec une opération immobilière. Outre la peine de prison avec sursis, le procureur, Anne Kayanakis, a réclamé également une peine d’inéligibilité et la confiscation de la maison, « produit direct des infractions ».

Le socialiste Ludovic Freygefond à nouveau devant la justiceLudovic Freygefond est de nouveau convoqué devant le tribunal correctionnel de Bordeaux au mois de décembre pour « harcèlement moral », suite à une plainte déposée par Alexandre Metzinger (photo), son ancien directeur de cabinet !

L’élu socialiste aurait « tenté d’obtenir une relation avec l’intéressé » ! Pendant plusieurs mois, ce sont près de 5.000 courriels qui lui auraient été adressés, dont 1.500 sur sa boîte personnelle (les enquêteurs ont saisi l’intégralité de la correspondance). Ludovic Freygefond y avouerait son amour et son attirance pour son directeur de cabinet.

Cité par le journal Sud-Ouest, Me François de Contencin, l’avocat du plaignant, précise « ces messages sont connotés sexuellement et insupportables de vulgarité. Ils émanent d’un petit hobereau local qui se croit tout-puissant. Il faut imaginer ce jeune enthousiaste, en début de carrière, coincé entre la volonté de plaire professionnellement et les assauts verbaux répétés de son patron ».

Très impliqué en faveur du « mariage » homosexuel, Ludovic Freygefond a perdu la mairie du Taillan-Médoc lors des dernières élections municipales.

Crédit photos : DR.

Le premier secrétaire du PS de Gironde placé en garde à vue pour harcèlement entre hommes

Le premier secrétaire du PS de Gironde placé en garde à vue pour harcèlement entre hommes

22/05/2014 –  BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux) – Ce sont nos confrères du Sud-Ouest qui ont révélé l’information : « convoqué ce mercredi matin au commissariat central de Bordeaux, Ludovic Freygefond, premier secrétaire fédéral du Parti socialiste de la Gironde et ancien maire PS du Taillan-Médoc, a été placé en garde à vue ».

Cet activiste du « mariage » homosexuel fait l’objet d’une enquête pour harcèlement suite à une plainte déposée en septembre 2012 par Alexandre Metzinger, son ancien directeur de cabinet.

Le premier secrétaire du PS de Gironde placé en garde à vue pour harcèlement entre hommes

L’élu socialiste aurait même « tenté d’obtenir une relation avec l’intéressé » ! Pendant plusieurs mois, ce sont près de 5.000 mails qui lui auraient été adressés, dont 1.500 sur sa boîte personnelle (les enquêteurs ont saisi l’intégralité de la correspondance). Ludovic Freygefond y avouerait de manière explicite son amour et son attirance pour le directeur de cabinet.

Alors que ce dernier est toujours soutenu par le parti socialiste, le Sud-Ouest confirme la mansuétude de la justice « qui a attendu la fin des élections municipales pour entendre l’ancien maire, afin de ne pas interférer dans la campagne électorale ». Cela n’a pas empêché l’élu socialiste de perdre dès le premier tour !

Crédit photos : DR.

Ludovic Freygefond (PS), visé par une plainte pour « harcèlement moral », et plus si affinités

Ludovic Freygefond (PS), visé par une plainte pour « harcèlement moral », et plus si affinités

16/11/2012 –  08h30
BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux)
-C’est un ponte du Parti socialiste en Gironde qui est visé par la justice. Ludovic Freygefond, maire du Taillan, vice-président de la Communauté urbaine de Bordeaux et de la Région, et premier secrétaire fédéral du PS en Gironde, fait l’objet d’une enquête préliminaire menée par la police judiciaire.

Lire la suite

[Lu sur le Net] “Dans le camp des Dupont Lajoie”, par Robert Ménard

[Lu sur le Net] “Dans le camp des Dupont Lajoie”, par Robert Ménard

13/08/2012 — 13h00
PARIS (via le blogue de Robert Ménard) — Revenons sur la polémique autour du documentaire Harcèlement de rue (ci-dessous), tourné en caméra cachée par une jeune étudiante en cinéma belge, Sofie Peeters. Parcourant les rues d’Annessens, un quartier « populaire » de Bruxelles, elle nous montre dans toute leur crudité les « réflexions sexistes et indécentes des hommes croisés dans la rue ». Du « jolies fesses », « bonne à baiser », « l’hôtel, le lit, tu connais : direct » jusqu’aux « chienne », « pute », « salope » : tout y est, et surtout le plus sordide. Une dénonciation salutaire du « machisme ordinaire » selon les féministes.

Et elles ont raison. À ceci près que « le quartier pudiquement qualifié de “populaire” est peuplé d’une large majorité d’immigrés nord-africains. Mais le dire, parait-il, serait raciste. De même qu’il est raciste, en France, d’observer que, dans les cités à forte concentration immigrée, la condition des femmes a plutôt tendance à régresser », explique, avec une saine insolence, Élisabeth Lévy sur le site de Causeur. Et d’ajouter : « Face à cette réalité déplaisante, la première ligne de défense consiste à faire comme si on n’avait rien vu. Machisme ordinaire, vous dis-je. Vient ensuite l’éternelle explication sociologique – employée par la réalisatrice, terrifiée à l’idée de se retrouver dans le camp des Dupont Lajoie : s’ils se comportent ainsi, c’est parce qu’ils sont victimes de l’exclusion, du racisme et du chômage. »

Lire la suite

Chez Free, les licenciements se font en public

Chez Free, les licenciements se font en public

10/04/2012 – 21h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) – Sur Internet, des témoignages d’anciens salariés se multiplient pour dénoncer des pratiques de management « humiliantes » et une « pression constante » au sein du nouvel acteur de la téléphonie mobile. Certains ont raconté comment les employés sont renvoyés pour un oui ou pour un non, jamais dans un bureau, mais toujours devant tout le monde.

Après ses offres tarifaires alléchantes, tout ne serait pas si rose chez Free…