Tag Archives: GPA

lgbt-gaylib

Primaire : le lobby LGBT GayLib apporte son soutien à Alain Juppé

16/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : L’organisation GayLib, « mouvement associé à l’UDI, regroupant les LGBT de droite et de centre droit », a fait son choix pour la primaire de la droite : ce sera Alain Juppé ! Dans un mail adressé ce jour à ses adhérents et sympathisants, GayLib les appelle à « participer à ce moment de démocratie », en suivant l’orientation donnée par le président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, qui, « avec plus de 600 grands élus UDI », à choisi Juppé.

« Nous avons au cours de ces derniers mois rencontré pour vous Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire » et « nous avons échangé sur leurs positions sur les droits et libertés des personnes LGBT », pour l’association, qui ajoute : « Nous n’avons pas souhaité rencontrer les autres candidats. »

Et l’organisation de publier le tableau ci-dessous, qui montre en effet que Juppé, Kosciusko-Morizet et Le Maire, tous trois favorables à l’adoption par les couples homosexuels, sont ses meilleurs alliés, NKM défendant même « la PMA pour toutes » : pourquoi ce sexisme ? pas pour tous ?

primaire-gaylib-juppe

manif-pour-tous-2

La famille résiste

La Manif pour tous a réussi son pari dimanche et compte bien peser plus que jamais dans les débats des présidentielles.

200 000 manifestants ont répondu présent, alors que la communication n’avait pas été aussi importante que les années précédentes. La province est venue grossir en nombre les rangs des Franciliens. Bien entendu, la préfecture de police minimise toujours autant en ne dénombrant que 24 000 personnes. L’éternelle guerre des chiffres, au profit du gouvernement socialiste qui fait tout pour dérouler son agenda mortifère avant la déroute annoncée de 2017 (voir notre entretien du 17 septembre avec la présidente de LMPT, Ludovine de la Rochère) : PMA sans pères, GPA en passe d’être légalisée de fait, idéologie du genre à l’école, prélèvement de l’impôt à la source, suppression du statut d’ayant droit, célébration systématique du PACS en mairie, privatisation du divorce par consentement mutuel… Cette sinistre liste à la Prévert est en passe d’être inscrite dans le marbre, la gauche sachant pertinemment que la droite classique ne revient jamais sur ces « avancées » une fois de retour aux affaires.

Mais les défenseurs de la famille traditionnelle ne s’y trompent plus. LMPT, considérée comme plus ou moins affiliée à l’ex-UMP, notamment via Sens Commun, a pour la première fois élargi son spectre politique en donnant accès à la tribune à des représentants de la droite nationale. Particulièrement bien accueillie dans le cortège aux côtés notamment de Louis Aliot et de Gilbert Collard, Marion Maréchal-Le Pen a été plébiscitée place du Trocadéro lorsqu’elle a évoqué le combat du Front national pour la souveraineté de la France, afin de mieux défendre notre identité face à l’islamisation d’une part, et aux intérêts économiques incluant l’humain dans un monde du tout-marchand d’autre part. Agnès Marion, conseillère régionale FN, a pu également présenter le Cercle Fraternité dont elle est présidente (voir notre entretien page 4).

Les ténors des Républicains n’ont pas subi le même accueil. Guillaume Peltier, soutien inconditionnel de Nicolas Sarkozy, a été copieusement sifflé tout au long de son allocution, la foule lançant des « Trahison! » et autre « Abrogation! » De même Valérie Boyer, député LR, a été mal reçue lorsqu’elle a appelé à voter pour François Fillon. Quant à Hervé Mariton, son ralliement à Juppé ne l’a pas empêché de marcher toute honte bue dans les rangs, alors que son candidat a rappelé lundi matin sur Europe 1 qu’il ne remettrait en cause ni le mariage, ni l’adoption par les personnes de même sexe. Les militants de LMPT ont-ils enfin compris que les tenants de l’UMPS sont les fossoyeurs de leurs intérêts et positions ?

Lire la suite

la-manif-pour-tous-est-de-retour-dans-la-rue

Manif Pour Tous : Pour Marion Maréchal-Le Pen, il y a « de vraies raisons encore aujourd’hui de se battre »

17/10/2016 – FRANCE (NOVOpress)
La Manif pour tous n’avait pas autant mobilisé depuis deux ans. Si une partie des manifestants qui ont défilé dimanche dernier sont opposés au mariage homosexuel en tant que tel, certains ont aussi surtout fait entendre leur voix contre la gestation pour autrui (GPA), la PMA (procréation médicalement assistée) et l’adoption pour les couples homosexuels.

À quelques semaines de la primaire de la droite et du centre, à sept mois de l’élection présidentielle, la Manif pour tous tient aussi à peser sur la présidentielle.

Comme l’a rappelé Ludovine de La Rochère sur BFMTV : « Quatre candidats de la droite et du centre sont favorables à une réécriture ou à l’abrogation de Loi Taubira« .

Au micro d’Europe 1, Marion Maréchal-Le Pen a jugé qu’il y avait encore de vraies raisons encore aujourd’hui de se battre :

Ces thématiques n’ont jamais véritablement quitté le débat. Et même si nous rappelons aujourd’hui notre volonté d’abrogation de la loi sur le mariage homosexuel, il s’agit aussi de traiter le sujet des mères porteuses et de la PMA ‘sans père’ et donc à ce titre, il y a de vraies raisons encore aujourd’hui de se battre, sans parler de toutes les attaques fiscales à répétition que le gouvernement a mené contre les familles durant ce mandat.



Marion Maréchal-Le Pen sur le Mariage pour tous… par Europe1fr


gpa-720x340

Commission européenne : les pro-GPA ne désarment pas

23/04/2016 – PARIS (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie).

Après le rejet en mars dernier du rapport favorable à la gestation pour autrui (GPA) par la Commission des Questions Sociales de la Commission européenne, les pro-GPA n’entendent pas en rester là.

Mme Stella Kyriakidès (PPE, Grèce), présidente de la Commission des Affaires sociale, et Mme Petra De Sutter (socialiste, Belgique), auteures du rapport pro-GPA rejeté il y a un an, ont proposé hier à la Commission l’élaboration d’un nouveau rapport, dont tout laisse penser qu’il sera tout aussi favorable à la GPA. On remarquera que PPE (droite) et Socialistes travaillent une fois encore main dans la main.

La méthode a par ailleurs fait ses preuves : on présente un texte encore et encore, jusqu’à ce qu’il soit adopté par quelque procédé que ce soit…

Ainsi, du traité sur la constitution européenne rejeté par les Français en 2005 et approuvé par voie parlementaire trois ans plus tard. Même protocole pour les Néerlandais. Quant aux Irlandais, après avoir rejeté le traité de Lisbonne par référendum en 2008, ils ont fini par l’adopter en 2009, au terme d’une campagne soviétoïde et mensongère.

Lire la suite

marine_et_marion

Marine répond à Marion sur la loi Taubira

18/03/2016 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

En déplacement en Italie, Marion Maréchal-Le Pen a évoqué le mariage pour tous. Devant le parti local de « La Ligue du Nord », proche du FN, elle affirme que la reconnaissance du mariage homosexuel risque d’« ouvrir la voie à de très nombreuses dérives », notamment la polygamie.
La présidente du Front National a aussitôt réagi sur l’antenne de RTL : « je crois qu’on est très très loin honnêtement de la reconnaissance de la polygamie dans notre pays ». Pour Marine Le Pen, le débat sur la loi Taubira n’est plus d’actualité, des compromis sont faits. Les questions concernant la PMA et la GPA sont plus urgentes.
Une nouvelle fois, les Français assistent à un désaveu familial à la tête du FN.

family_day

Les Italiens s’opposent au mariage pour tous

01/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)

Samedi 30 janvier, avait lieu en Italie le « Family Day ». Cette manifestation en opposition au projet de loi approuvant le mariage entre les couples de même sexe aurait rassemblé près d’un million de participants, d’après les organisateurs. Ludovine de La Rochère présente lors de la manifestation, a déclaré « Faire volontairement des orphelins de père ou de mère : ce n’est humainement pas acceptable ». Si le vote final de cette loi en faveur du mariage pour tous doit avoir lieu mi-février, rappelons que l’Italie demeure le dernier pays d’Europe à ne pas reconnaître de statut aux couples de même sexe.


taubira_bete_noire

Le Monde change son titre après avoir qualifié Taubira de « bête noire »

Source : OJIM
Au lendemain de la démission de Christiane Taubira du ministère de la justice, les journaux ont largement traité le sujet, avec parfois des maladresses involontaires.

En premier lieu, Le Monde a bien compris que le vocabulaire taubiresque était désormais sévèrement balisé. Ainsi, comme le rapporte Le Salon Beige, un article initialement intitulé « Christiane Taubira, égérie et bête noire » a été renommé en catastrophe pour devenir : « Christiane Taubira, encensée et détestée ».

Ayant fait de la couleur de sa peau un puissant bouclier contre les critiques au cours de son mandat, Christiane Taubira n’aurait sans doute pas laissé passé cela, quand bien même cette expression n’a évidemment rien à voir avec un quelconque jugement raciste.

Mais en la matière, mieux vaut être prudent et les expressions de tous les jours ou même l’humour s’effacent devant la hantise du racisme. Minute, condamné pour avoir titré en couverture « Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane » ou encore le dessinateur Miège, poursuivi et relaxé pour avoir dessiné un singe se plaignant d’avoir été « caricaturé en Mme Taubira », pourront en témoigner…

8534-Chard

Taubira s’en va ! Ses lois restent

28/01/2016 – POLITIQUE (Présent 8534)

Elle va manquer aux délinquants, permissionnaires et terroristes. Et aux journalistes dont le concert de louanges dégouline des télés et des radios (mention spéciale à TF1 et France 2 !). À la fois totalement narcissique et horriblement complexée par son physique et ses origines, cette caractérielle parano qui a usé six directeurs de cabinet et on ne sait combien de conseillers, avait déjà menacé plus d’une fois de partir, comptant bien qu’elle serait toujours retenue. Elle qui a bénéficié d’une indulgence gouvernementale perpétuelle.
Mais à ce chantage-là, on risque que ceux qui vous retiennent de plus en plus mollement soient finalement très soulagés de vous voir partir.
8534_Une
Archi-mal à l’aise depuis les attentats, ne parvenant jamais à trouver le moindre accent de sincérité ni pour condamner le terrorisme islamiste ni pour parler au nom de la France massacrée, Taubira a brillé par son absence et son décalage. Directement mise en cause dans sa prise en charge des victimes et son manque de suivi des familles, elle avait choisi la semaine des attentats de janvier 2015 pour envoyer des consignes aux procureurs afin d’aligner le régime des récidivistes sur celui des non-récidivistes en matière de réductions supplémentaires de peines ! (délestant le récidiviste de cette circonstance aggravante)

La descendante d’esclave, victime du racisme pour les siècles des siècles, qui se prenait pour Mandela, était avant tout une idéologue sectaire qui n’a cessé de faire l’apologie de la société multiethnique, fustigeant avec haine le modèle d’une France blanche et identitaire. On retiendra ces dernières semaines son assourdissant silence sur les agressions sexuelles massives des femmes allemandes par des hordes d’immigrés à Cologne.

Évidemment on a sablé le champagne jusqu’à très tard dans les services de police mercredi. Cette démission, les gardiens, les gradés, les officiers et les commissaires étaient allés la réclamer jusque sous les fenêtres de la garde des Sceaux place Vendôme, en octobre dernier. Une délivrance. Et pas seulement pour eux : Elle s’était mis à dos à peu près toutes les professions judiciaires : dysfonctionnement grave de l’application et des remises de peine (un permissionnaire évadé par jour !) grève des avocats, crise de la justice… Son opposition idéologique au milieu carcéral, sa réforme pénale, sa suppression des peines plancher, mais aussi son projet de réforme des tribunaux pour mineurs considérés comme « potentiellement catastrophique » par les syndicats de police, allaient tous dans le même sens : renforcer l’impunité des délinquants et fragiliser les forces de l’ordre.

« La réforme pénale Taubira a envoyé un message d’impunité et d’angélisme à toute une population délinquante. On a multiplié les fenêtres de tirs pour que des gens dangereux puissent sortir », avait déclaré le patron de Synergie-officiers Patrice Ribeiro à Présent.
Les policiers demandent déjà le rétablissement des peines plancher au nouveau ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas. Et « une politique plus répressive », en particulier contre les multirécidivistes qui mobilisent sans cesse les policiers sur les mêmes personnes. Le successeur part avec un atout certain : il ne pourra pas être pire.

Caroline Parmentier

taubira

Taubira, bon débarras !

27/01/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
Enfin ! Enfin Christiane Taubira n’est plus au gouvernement ! Même si les effets de sa politique laxiste se feront encore longtemps sentir, on ne peut bouder son plaisir de voir enfin démissionner ce symbole de l’idéologie pernicieuse qui fait tant de mal à la France.

Idéologue sectaire, patronne brutale, politicienne crainte plus qu’aimée, Christiane Taubira fait l’unanimité contre elle, hormis une frange de la gauche qui continuait à la porter aux nues. Quand la nouvelle de sa démission est tombée, elle a aussitôt fait le « buzz » dans les médias et les réseaux sociaux. La « pire ministre de la Justice de la Ve République » selon Guillaume Larrivé, porte-parole des Républicains (seulement de la Ve ?), le symbole du laxisme pour toute la droite et la chouchoute d’une partie de la gauche et de l’extrême-gauche pour les mêmes raisons a présenté sa démission au « président » ce week-end, qui l’a rendue publique ce matin.

La démission de Christiane Taubira est une bonne nouvelle pour la France, après une action publique à la tête du ministère de la Justice absolument désastreuse pour notre pays. Le laxisme inouï de sa politique pénale, notamment, a si fortement dégradé notre situation sécuritaire et affaibli l’autorité de l’État que cette démission apparaît aujourd’hui comme un soulagement. En outre, madame Taubira incarnait un sectarisme extrêmement violent contre l’opposition démocratique patriote qui ne la rendait pas digne de servir la République.

Explique le Front National dans un communiqué qui brille par sa justesse et son esprit de synthèse.
Lire la suite

petra_de_sutter

Problème d’indépendance pour les rapporteurs du Conseil de l’Europe

26/01/2016 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

La commission des questions sociales du Conseil de l’Europe a confié la rédaction de son rapport sur les « Droits de l’homme et les questions éthiques liées à la gestation pour autrui » au Dr Petra De Sutter…
Cette sénatrice belge doit élaborer un projet de rapport sur les « normes éthiques » en matière de GPA. Mais c’est un tollé : la sénatrice en question est une gynécologue transsexuelle. En outre, elle réalise des GPA à l’hôpital de Gand, notamment pour des clients étrangers, les aidant ainsi à contourner leur loi nationale !

Sans surprise, le projet de rapport du Dr De Sutter est très favorable à toutes formes de GPA, même commerciales et pour les célibataires, et propose d’établir un cadre législatif favorable à la GPA…
Quelques députés ont soulevé la question du conflit d’intérêts du rapporteur ; elle sera tranchée cette semaine. Le code de conduite de l’Assemblée interdit, en théorie, de confier à un député la rédaction d’un rapport en lien direct avec sa profession, mais la majorité pourrait en décider autrement !

8531-Chard

Mariage gay : Sarkozy, l’homme sans convictions

25/01/2016 – POLITIQUE (Présent 8531)

Pour redevenir président de la République, Nicolas Sarkozy est prêt à tout, même à être sincère ou à feindre de l’être. Mais quand l’est-il ? Quand dit-il la vérité, sa vérité, s’il en a une ? Lorsque dans son livre il évoque « le mariage pour tous », il n’est plus question de son abrogation. Ce n’est pas son premier revirement, sera-ce le dernier ? Pourquoi Sarkozy a-t-il renoncé à abolir cette funeste loi ? Si on l’en croit c’est, tenez-vous bien, qu’il a réfléchi, ce qui l’a conduit à changer d’avis : « A la réflexion, je crains que, compte tenu de l’état de tension et de division de la société française auquel a abouti la méthode de François Hollande, le remède soit pire que le mal. »
8531P1
Quand, en 2014, il prônait un « mariage pour les homosexuels », mais différent « dans ses conséquences sur la filiation » du « mariage pour les hétérosexuels », entraînant la « réécriture » du texte, c’était donc qu’il n’avait pas assez réfléchi. Sa réflexion fit un pas de géant quand, exposant cette idée irréfléchie devant les opposants au « mariage pour tous » qui lui crièrent « Abrogation ! Abrogation ! » il leur lança : « Si vous préférez qu’on dise (qu’il faut) abroger la loi Taubira pour en faire une autre… En français, ça veut dire la même chose… Ça aboutit au même résultat. Mais enfin, si ça vous fait plaisir, franchement, ça ne coûte pas très cher. »

Ça lui coûte cher, pourtant : sa crédibilité. Il cède au dernier qui a parlé. Étant sans idée arrêtée sur ce sujet-là, comme sur d’autres, il sombre dans la démagogie, pour « faire plaisir », espérant piper quelques voix des adversaires de la loi Taubira, réunis dans une tendance de LR (UMP à l’époque) Sens commun. Il voulait qu’ils votent pour lui afin qu’il accède à la présidence de sa formation. Maintenant, sa priorité est autre : remporter la primaire. Or, les votants n’auront pas le choix : ses principaux concurrents Juppé, Fillon, Le Maire, refusent aussi de supprimer cette loi, seul Hervé Mariton le propose. Continuer à prôner l’abolition de ce « mariage » lui serait un handicap et non pas un atout, dans le cadre d’un large électorat de 3 millions d’électeurs, pense-t-il. Ses arguments ne sont qu’un emballage improvisé pour justifier cette nouvelle trahison : « Je ne souhaite donc pas qu’on légifère à nouveau, parce que la priorité doit être de rassembler les Français. » Comment peut-il rassembler les Français s’il divise son propre camp sur cette question en méprisant ceux devant lesquels il a promis l’abrogation ?

Mais cette trahison, il a tort de croire que seuls les adversaires du « mariage pour tous » lui en feront grief. Même ceux qui y sont favorables constatent son opportunisme, ses déclarations qui varient en fonction de ses intérêts électoraux. Ce qu’il professe aujourd’hui ne sera pas sa vérité de demain, frappant de suspicion ses engagements et ses promesses dans quelque domaine que ce soit. Ce ne sont que quelques lignes dans son livre, mais elles risquent de réduire à néant son grand dessein, séduire de nouveau les Français en faisant croire qu’il a changé. Or, il est toujours le même, un homme sans conviction gouverné par une seule ambition, exercer le pouvoir.

Guy Rouvrais

sylviane_agacinski

GPA : Sylviane Agacinski dénonce l’esclavage des mères porteuses

19/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Vont-ils légaliser la gestation pour autrui (GPA) ? La Cour de cassation examine vendredi la question des enfants nés à l’étranger d’une GPA. L’institution, qui a toujours rejeté les pourvois relatifs à la transcription à l’état civil d’enfants nés de mères porteuses à l’étranger pourrait changer de position en prenant en compte la décision de la Cour européenne des droits de l’homme. En juin 2014, la CEDH avait condamné la France, estimant qu’elle ne pouvait pas porter atteinte à l’identité des bébés fruits de la GPA en refusant de les reconnaître.

Une telle décision de la Cour de cassation serait vécue comme un scandale par Sylviane Agacinski. La compagne de Lionel Jospin fait partie des personnalités de gauche engagées pour l’interdiction universelle des mères porteuses.

Sylviane Agacinski dénonce ainsi le développement d’un grand marché procréatif où tout se vend, avec trois centres :

À l’Est, aux États-Unis et en Inde. La loi du marché a fait tomber les prix. On va chercher les bébés en Inde. Si on est plus riche, on va en Ukraine et si on est encore plus riche, on va en Californie.
Une personne n’est pas une chose ou un animal. Elle ne peut pas être vendue ou donnée, ses organes ne peuvent être achetés, tout comme les liens de filiation. On encadre l’esclavage ? Non. Une chose indigne ne s’encadre pas



GPA : le double langage de Taubira contraste avec la fermeté Suisse

27/05/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Lors d’une séance de questions à l’Assemblée Nationale, Christiane Taubira se réfugie derrière les décisions de justice, la Cour Européenne des Droits de l’Homme et « l’intérêt de l’enfant » pour justifier que l’on accepte la GPA en France, tout en affirmant que le gouvernement Valls est contre cette pratique.

A l’inverse, la Suisse a une politique cohérente sur le sujet, comme le montre la décision du Tribunal fédéral, qui a annulé un jugement autorisant deux hommes homosexuels à être les pères d’un enfant né d’une mère porteuse.
Selon le jugement rendu le 22 mai dernier, les deux hommes, qui ont eu recours à des mères porteuses à l’étranger, l’ont fait volontairement pour contourner la loi de leur pays qui le leur interdit, et leur acte est tout simplement contraire à « l’ordre public suisse »
La fermeté de la Suisse a été saluée positivement par l’organisation d’aide à l’enfance Terre des Hommes (TDH), qui se réjouit d’une décision qui fait primer

le droit de l’enfant sur le droit à l’enfant.

Crédit photo : capture d’écran de la séance de questions au gouvernement du 19 mai, LCP


Publié le
gpa

Philippe Gosselin sur la GPA: « Nous y sommes, ce n’était pas un fantasme »

17/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Trois enfants nés par gestation pour autrui (GPA) à l’étranger vont être inscrits à l’état civil. Le tribunal de grande instance de Nantes a, en effet, donné raison mercredi dernier, aux parents.
Le TGI condamne également le parquet à rembourser les frais d’avocats des trois familles requérantes à hauteur de 1000 euros.
Les magistrats ont suivi les arrêts rendus par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) dans de précédents dossiers similaires.

Il s’agit d’un véritable scandale car cette décision apparaît tout simplement comme une porte ouverte à la légalisation de la GPA.



TextO’ : Philippe Gosselin : "Nous y sommes, ce… par Lopinionfr

GPA : au Royaume-Uni, elle porte légalement le bébé de son fils

GPA : la décision du tribunal de Nantes relève du déni de justice à l’égard des enfants

17/05/2015 – FRANCE (NOVOpress via Figarovox)
Le tribunal de grande instance de Nantes a condamné le parquet à transcrire à l’état civil les actes de naissance de trois enfants nés par gestation pour autrui à l’étranger. Aude Mirkovic, Maître de conférences en droit privé et auteur de PMA-GPA – Après le mariage pour tous, l’enfant pour tous?, décrypte cet arrêt.

Combien de temps les Français vont-ils supporter de se voir imposer, à petits pas, la gestation pour autrui? La location d’utérus dans le Tiers-monde va-t-elle se pratiquer encore longtemps avant que le gouvernement ne réagisse? Manuel Valls affirmait en octobre dernier que «le gouvernement exclut totalement d’autoriser la transcription automatique des actes étrangers, car cela équivaudrait à accepter et normaliser la GPA» (La Croix, 3 octobre 2014). Pourtant, ce gouvernement persiste depuis dans un mutisme coupable alors que la justice est prise à parti par ceux-là mêmes qui ont enfreint la loi française pour se procurer un enfant au moyen de la GPA à l’étranger, qui ont, délibérément, placé l’enfant dans une situation juridiquement bancale avant de s’indigner de cette situation qu’ils ont eux-mêmes suscitée pour parvenir à leurs fins.

(…)

L’honneur du droit français eut été de résister à la jurisprudence irresponsable de la cour européenne qui, sous prétexte de protéger la vie privée des enfants, entérine la nouvelle forme de traite dont ils sont victimes. En effet, que la mère porteuse vende l’enfant ou qu’elle le donne, l’enfant est traité comme un objet de propriété car on ne peut donner ou vendre que ce qui nous appartient. Or, précisément, le code pénal définit l’esclavage comme le fait d’exercer à l’encontre d’une personne l’un des attributs du droit de propriété (art. 224-1 A). Les bonnes intentions ne changent pas le contenu du contrat de GPA qui prévoit la fabrication et la remise de l’enfant, et planifie à cette fin une situation d’abandon objectivement infligée à l’enfant séparé de sa mère de naissance, quand bien même il serait immédiatement accueilli et choyé.

La suite sur FigaroVox.


La GPA bientôt légalisée en Belgique

LA GPA s’infiltre en France via les tribunaux

15/05/2015 – SOCIETE (NOVOpress)
Officiellement, la GPA est interdite en France, mais sous la pression de Bruxelles et des lobbies, elle s’installe en douce.

La GPA, le gouvernement nous l’avait annoncé lors du passage en force de la loi dite du « mariage pour tous », est et restera illégale en France. Double langage typique d’une certaine gauche, qui savait parfaitement que l’interdiction serait contournée. Que faire en effet d’enfants nés par GPA à l’étranger ?
La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a déjà tranché pour nous en 2014, condamnant la France dans deux affaires de refus de retranscription d’actes d’état civil pour des enfants nés par GPA aux États-Unis. La Cour rappellait la primauté de l’intérêt supérieur de l’enfant sur l’intérêt général, soulignant que si la France a le droit d’interdire la GPA sur son territoire, elle ne peut pas porter atteinte à « l’identité » des enfants nés de mères porteuses à l’étranger en refusant de les reconnaître.
En octobre, le premier ministre Manuel Valls avait assuré que la reconnaissance des enfants nés par ce procédé resterait interdite en France, malgré la condamnation par la CEDH.

Vœu pieux, comme le montre le récent jugement rendu par le TGI de Nantes. S’appuyant sur la jurisprudence de juin 2014 de la CEDH, il a donné raison mercredi à trois familles en enjoignant au procureur de la République de cette ville la transcription sur les registres d’état-civil des actes de naissance de trois enfants nés par gestation pour autrui (GPA) en Ukraine, en Inde et aux États-Unis.

« Derrière ces trois lettres, GPA, se cache un scandale que la France, patrie des droits de l’homme, doit combattre et non avaliser par l’intermédiaire des tribunaux »

a réagi de son côté dans un communiqué la présidente de la Manif pour tous, Ludovine de la Rochère.


gpa

Merci au collectif d’intellectuels de gauche qui s’oppose à la GPA !

Source : Boulevard Voltaire
C’est dans Libération que l’on trouve la dernière tribune contre la GPA. On ne s’en plaint pas !

L’actualité réserve parfois des surprises. Comme celle de ce collectif d’intellectuels de gauche qui signe une tribune dans Libération, le quotidien des bobos qui consomment bio, intitulée « Pour l’arrêt immédiat de la gestation pour autrui ». Eh bien, Mesdames et Messieurs, bravo !
Bravo de publier cela dans le journal le plus libertaire qui soit, directement issu de Mai 68 et de son libéralisme social absolu. On y trouve plutôt des soutiens au mariage homo, aux revendications individualistes et au consumérisme ambiant – mais toujours éco-responsables ! Mais rarement des tribunes opposées à une pratique que certains justifient au nom de la liberté individuelle.
Bravo d’oser rappeler, au milieu d’arguments secondaires, « qu’il n’y a pas de différence entre la pratique commerciale de la GPA et la vente et l’achat d’enfants », c’est-à-dire que la GPA est une forme d’esclavagisme moderne qui exploite le corps des femmes et transforme des êtres humains en marchandises. Vous nous rappelez le combat séculaire des chrétiens contre l’esclavage.
Bravo d’écrire que « le lien biologique entre la mère et l’enfant est indéniablement de nature intime et, lorsqu’il est rompu, les conséquences en sont durables pour les deux parties ». Nous ne disons pas autre chose lorsque nous rappelons qu’un enfant est issu d’une union intime entre deux personnes et a besoin, pour son développement, d’un père et d’une mère.

Bravo de rappeler que « personne n’a droit à un enfant, pas plus les hétérosexuels que les homosexuels ou les individus ayant fait le choix de rester célibataire ». C’est ce que nombre d’entre nous ont clamé dans des manifestations où vous étiez absents, et qui nous a valu le vilain sobriquet d’homophobes.
Merci à vous, hommes et femmes de gauche, féministes, altermondialistes, antilibéraux et écologistes, de nous rappeler quelques évidences qui ne relèvent ni de l’idéologie, ni d’une vision partisane, mais de l’anthropologie la plus simple, de l’évidence de notre nature humaine.
Bien sûr, certains de vos arguments ne nous semblent pas prioritaires : ce n’est pas à cause des risques médicaux qu’il faut interdire la GPA, même si cela n’est pas négligeable. Bien sûr, si vous alliez au bout de votre logique, vous pourriez avoir quelques surprises, de ces remises en cause philosophiques douloureuses pour certains. Évidemment, il est surprenant de la part de féministes de vanter le lien intime entre la mère et l’enfant, qu’elles voient comme un amas de cellules lorsqu’il n’est pas désiré dans un « projet parental ». Mais, quelles que soient les insuffisances de votre argumentation, ce que vous dites est exact : la GPA est une exploitation de la femme par l’homme, au détriment des enfants privés de mère, et fait du corps des femmes une machine commerciale.
Alors, une fois n’est pas coutume : à vous les Bové, Onfray, Roudy, Agacinski, à vous les avorteuses de la CADAC et autres lesbiennes, signataires avec tant d’autres de cette pétition, il faut dire merci. Peut-être que vos voix « progressistes », que tant d’entre nous combattent par ailleurs, et continueront de combattre lorsqu’il le faudra, porteront plus auprès de nos gouvernants que nos manifestations immenses, mais méprisées.
Tant mieux pour les enfants.

Crédit photo : Wzsuzsanna3 via Wikicommons (CC) = dépose de tissus ovariens dans une solution de conservation


femme_enceinte

Grande Bretagne : Une mère porteuse condamnée au silence

08/05/2014 – MONDE (NOVOpress avec le DailyMail)
Une mère porteuse se voit enlever son enfant par la justice au profit du couple gay constitué du père biologique de l’enfant et de son compagnon. La justice lui interdit en plus de parler de l’affaire.

L’interdiction de s’exprimer devant les médias imposée à une mère dont le bébé a été enlevé sur ordre d’une juge et donné à un couple homosexuel est considérée comme « totalement disproportionnée ». La mère est décrite comme dévastée par sa perte – mais ne peut pas donner sa version des faits en raison d’une ordonnance judiciaire draconienne.
Un ami de la mère déclare :

La décision du juge de la Haute Cour de donner le bébé de 15 mois à son père homosexuel et à son amant a été stupéfiante ! Toute accusation selon laquelle elle est homophobe est un non-sens !

La Juge Alison Russell a statué que la mère ne puisse pas garder son propre enfant biologique après qu’un accord de gestation pour autrui, qu’elle avait passé avec les deux homosexuels – dont l’un est le père biologique – ait été remis en cause. Mme la juge Russell a déclaré que la mère était « homophobe » et avait tenté de salir le père homosexuel. Elle a également accusé la femme d’allaiter sa fille de manière à empêcher le contact entre l’enfant et son père. Et bien que sa décision ait été rendue publique hier soir, Mme la juge Russell a rendu une ordonnance qui interdit à la mère de parler de l’affaire.
Elle a déclaré que l’enfant ne devra plus être appelée par le nom de famille de sa mère, mais devra porter celui de son père. Un point polémique, puisque, selon la juge de la Haute Cour, la mère aurait déjà contrevenu à une décision de justice en enregistrant à l’état civil son bébé sous son nom et avec un prénom choisi sans l’accord du père.

La juge a dit que la petite fille est née en janvier 2014 grâce à un accord de GPA dans lequel le couple homosexuel et la mère devaient vivre ensemble et partager la responsabilité parentale.
Arguant que la mère était une menteuse qui voulait uniquement utiliser le père comme donneur de sperme, qu’elle était homophobe et injurieuse à l’égard du couple gay, le juge a rejeté la demande de la mère d’être le parent principal de l’enfant. Selon Mme la juge Russell, bien que le bébé ait reçu tous les soins nécessaires de la part de sa mère, il aurait une éducation plus ouverte et plus saine avec son père et de son partenaire.
Mme la juge Russell a aussi déclaré qu’elle avait imposé ces restrictions à la liberté de parole afin que la jeune fille ne soit pas identifiée par le public. Aucun nom, détail ou photo de l’une des personnes impliquées dans l’affaire ne peuvent mentionnés jusqu’à la majorité de l’enfant en 2032

En décembre 2013, Sir James, président des cours de juridictions familiales et plus ancien juge en Angleterre et au pays de Galles, a dit qu’une mère dépossédée de son enfant par les tribunaux avait le droit de faire partager son cas au public.
Sir James a déclaré que, faire taire une mère dont l’enfant a été enlevé était

Un affront non seulement à la loi, mais aussi, à la dignité humaine et, au-delà, à l’humanité elle-même.

Crédit photo : Guillaume Gautreau via Flickr (CC)