Tag Archives: gouvernement

Gilles-William Goldnadel : « Comment se fait-il qu’il n’y ait pas un clip contre le racisme anti-blanc ? »

21/03/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Les grandes Gueules ont réagi ce lundi à la campagne contre les actes racistes et antisémites lancée par le gouvernement. L’avocat Gilles-William Goldnadel a dit tout le mal qu’il pense de cette campagne à l’un de ses instigateurs, le délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Gilles-William Goldnadel s’est dit révulsé :

Ça s’appelle Tous unis contre le racisme, et c’est principalement contre le racisme anti-juif, anti-arabe et anti-noir. Comment se fait-il qu’il n’y ait pas un clip contre le racisme anti-blanc ou anti-chrétien ? Il arrive même que des blancs se fassent tabassés parce qu’ils sont blancs. On n’a pas pensé à eux », se désole-t-il. Pourtant, selon Gilles-William Goldnadel, « ce racisme, c’est le principal vecteur aujourd’hui de la haine islamiste.

hollande

La popularité de Hollande dans le gouffre

04/02/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
Ce qu’il y a de bien avec les effets « attentats », « Charlie », etc. sur la popularité des politiques, c’est qu’ils sont de courte durée. Hollande et Valls ont chuté respectivement à 19 et 25 % d’opinion favorable.

Est-ce l’influence de la visite successive des dirigeants iraniens et cubains en France ? On a l’impression d’assister à un de ces votes de République populaire ou de dictateur africain… mais à l’envers ! Selon les derniers sondages, Hollande rassemble en effet 74 % des Français contre lui et Valls 66 %. Le gouvernement dans son ensemble bat tous les records d’impopularité avec 76 % d’avis négatifs sur son action.
Le « président » retrouve ses niveaux historiquement bas d’avant les attentats de novembre, preuve que les Français retrouvent leurs esprits après le drame qui a frappé la nation.
On se perd en conjectures sur les 19 %, 25 % et 16 % qui ont encore respectivement une opinion favorable de Hollande, Valls et du gouvernement. Même en additionnant tous les membres de cette fine équipe, leurs familles, leurs amis et leurs débiteurs, le compte n’y est pas.
Naturellement, les rumeurs de remaniement ministériel et le nom de Nicolas Hulot, personnalité populaire, murmuré avec insistance, n’y sont pour rien. Mais attention Nicolas, selon la faculté de médecine, l’impopularité de Hollande ne serait pas vraiment contagieuse, il suffit de pas trop s’approcher… 

C.D.


Projet de loi anti-terroriste : le gouvernement veut étendre les pouvoirs de la police

07/01/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Encore un projet de loi anti-terroriste. Dans les cartons, perquisitions, fouilles et assignations à résidence facilitées même en dehors de l’état d’urgence et plus de latitude pour l’usage des armes par la police. si cette dernière mesure, demandées par la police depuis longtemps ne soulève guère de débat, les premières sont plus inquiétantes tant elles participent d’un contrôle plus fin et permanent de la population et des opposants, pas forcément terroristes.

Publié le
fabius

Fabius et la Syrie : un revirement de plus au gouvernement

29/11/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Revirements en série au sommet de l’État : en politique internationale comme en politique intérieure, c’est virage à 180° pour tout le monde… Dernier en date, Fabius sur la Syrie.

On n’avait pas vu une telle série de retournements de veste depuis le 25 août 1944. C’est Hollande qui annonce la fermeture des frontières, lui qui fustigeait la Hongrie d’en faire autant. C’est Valls qui refuse les excuses sociales au terrorisme, en contradiction avec ses propos post-Charlie sur l’apartheid. Le même qui demande quelques jours plus à Bruxelles l’arrêt de l’immigration de masse, reniant l’immigrationnisme à tout crin de son parti. C’est Cazeneuve qui se lance dans la chasse aux prédicateurs salafistes, lui qui déclarait que prôner le djihad n’est pas un délit. Hollande, encore, qui appelle à pavoiser en hommage aux victimes du terrorisme alors qu’il panthéonise Jean Zay, pour qui le drapeau est un torche-cul…

Maintenant, c’est Fabius qui admet, à la suite du « président » Hollande, que la priorité est de battre Daesh et donc de s’appuyer sur les troupes loyalistes de Bachar El Assad.

Tous ces braves gens ont-ils soudain découvert le fil à couper l’eau tiède, sont-ils tellement paniqués par les conséquences de leurs actes ou plus simplement par la déroute électorale qui s’annonce ?
En tout état de cause, en plus de leur incompétence, un tel comportement confirme leur manque total d’honneur et de respect des électeurs : quand on admet ainsi s’être radicalement trompé, on démissionne.

Charles Dewotine

Crédit photo : Parti socialiste via Flickr (CC) = Laurent Fabius

clip_stop-djihad

Campagne anti-djihad : mais où sont les témoins musulmans ?

07/10/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Le gouvernement lance une campagne anti-Djihad : des témoignages poignants de parents ayant vu leur enfant parti combattre en Syrie… Mais trois sur quatre sont Français de souche. Le PADAMALGAM a-t-il encore frappé ou les les « français » de fraiche date ne se sentent-ils pas concernés ?

Dès aujourd’hui, les chaînes de télévision s’associent à une campagne de sensibilisation pour dissuader des musulmans de rejoindre l’État islamique en Syrie.
Sous l’impulsion de familles dont les enfants sont partis faire le djihad, la productrice Fabienne Servan-Schreiber et sa société Cinétévé font témoigner des parents dans quatre clips de 1 min 26 s, relayant le numéro vert mis en place par le gouvernement, qui a par ailleurs brillé par son inefficacité.

Mais le plus surprenant reste le casting des personnes choisies pour témoigner : trois sur quatre sont des Français de souche et la dernière d’origine étrangère, Saliha, est résidente belge. On peut se demander pourquoi elle n’a pas reçu de demandes de la part de « Français » de fraîche date.
Au vu des profils des djihadistes « Français » partis en Syrie, des témoignages de Mohamed, Souad ou Tareq auraient eu plus d’impact que ceux de Véronique, Baptiste et Jonathan.

Les clips seront diffusés sur les chaînes France Télévisions, TF1, M6, BFMTV, Canal+, TV5 Monde, Arte, France 24, le groupe AB, le groupe Orange ou encore la chaîne Parlementaire. Il est également possible d’en savoir plus sur cette campagne en se connectant au site www.stop-djihadisme.gouv.fr.



Lire la suite

Chard-Présent-8405

Chômage : la courbe de l’esbroufe (Présent 8405)

28/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)

Jean-Marie Le Guen l’a assuré : « C’est une tendance vers l’inversion de la courbe du chômage. » Certes, ce mois-ci, comme tous les autres, le nombre de chômeurs a crû mais un peu moins, c’est donc une baisse de la hausse ou une diminution de l’augmentation. Tel est l’argumentaire du gouvernement devant la montée du flot des sans-emploi. Ces pathétiques acrobaties verbales brodant autour du thème « c’est moins pire qu’hier et ce sera mieux demain » sont supposées rassurer les Français !
8405-Une
Le chef de l’État a donc lié une nouvelle candidature à l’inversion de cette increvable courbe. Il l’a répété une fois encore lundi soir devant la presse présidentielle : « C’est dans l’année 2016 que cette baisse crédible doit apparaître. » Il est peu probable qu’il y arrive. Mais, il fait comme si… À l’évidence, il est déjà dans les grandes manœuvres électorales s’efforçant de rallier les Verts et de dissuader le Front de gauche de telle façon qu’il puisse être, dès le premier tour, le candidat unique de la gauche. François Hollande est un incorrigible optimiste mais à ce niveau et dans ces circonstances cela confine à l’inconscience. Sauf si l’on se souvient qu’il est un politicien roué, roi de l’esbroufe et prince des coups tordus. Et dans ce registre, il n’a pas dit son dernier mot…

On n’a pas fait assez attention aux propos du ministre du Travail Rebsamen, proche du chef de l’État, la semaine dernière sur Europe 1, quand on l’a interrogé là-dessus : « Il ne s’agit pas d’inverser la courbe du chômage, il faut faire diminuer le nombre de chômeurs, c’est ça qui pèse sur le moral des Français. » On a ironisé, à juste titre, sur une courbe du chômage qui continuerait de croître tandis que le nombre des chômeurs, lui, diminuerait. Mais il n’a pas dit n’importe quoi non plus : il a livré la seule manœuvre qui peut permettre à Hollande de faire croire qu’il y a moins de salariés au chômage.

Comment faire disparaître les chômeurs (sans violence physique) ? La formation : un chômeur en formation ne figure plus dans les statistiques du chômage, même si cela n’aboutit pas à un emploi, l’important est que le salarié reste dans ce parking de 2016 à 2017. C’est pourquoi, en mars 2014, le gouvernement a fait voter une loi sur la formation avec un compte personnel pour tous, à partir de 16 ans. Pour les jeunes, il y a le service civique universel, jusque-là limité à 100 000 par an, le Président a décidé qu’il serait désormais ouvert à tous les jeunes : encore des chômeurs en moins ! Et puis, on a le « classique » : la radiation massive des chômeurs des listes de Pôle emploi sous les prétextes les plus divers, on nous expliquera qu’il s’agit là d’une gestion plus rigoureuse des deniers publics. En privé, Hollande, pour sa candidature, dit qu’elle peut passer « dans un trou de souris » qui passe par un gros trou dans les statistiques du chômage, le temps de faire illusion. Mais les Français ne seront pas dupes : depuis qu’il est président, ils savent qu’il y a 600 000 chômeurs de plus.

Guy Rouvrais

Vu sur Twitter

Taxis et éleveurs ont montré que le gouvernement cède à la force. De quoi méditer…

Publié le
Que sont les boîtes noires que le gouvernement veut installer pour surveiller le Web ?

Que sont les boîtes noires que le gouvernement veut installer pour surveiller le Web ?

Source : 20 Minutes.fr (extrait) – « Que sont les boîtes noires que le gouvernement veut installer pour surveiller le Web ? »
Elles pourront, en théorie, tout savoir de nous, mais on en sait très peu sur elles. Les boîtes noires, dont le rôle sera de scanner le Web à la recherche de terroristes en puissance, sont l’un des dispositifs centraux du projet de loi sur le renseignement qui sera examiné à l’Assemblée à partir de lundi. L’un des plus contestés par les opposants au texte, également. Ce vendredi, sept hébergeurs de données informatiques français, dont les deux principaux OVH et Gandi, sont montés au créneau contre ces « boîtes noires aux contours flous » et ont menacé le gouvernement d’exil en cas d’adoption de la loi. 20 Minutes fait le point sur ce que l’on sait de ces systèmes de surveillance.


Duflot

SONDAGE : les Français défavorables au retour des écologistes au gouvernement

14/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Dans l’édition du Parisien – Aujourd’hui en France qui paraît ce samedi 14 mars 2015, près de 6 Français sur 10 se prononcent contre un retour des écologistes au gouvernement.

Ainsi 59% de sondés ne veulent pas que les écologistes réintègrent l’exécutif, après le départ de Cécile Duflot et Pascal Canfin il y a près d’un an, contre 40% qui souhaitent ce retour. 1% ne se prononce pas.

La quasi-totalité (92%) des sympathisants d’EELV souhaiteraient pourtant ce retour selon la même source.

Sans surprise, les sympathisants de droite sont massivement (79%) contre une telle hypothèse. A gauche, alors que les élus s’interrogent dans l’optique d’un remaniement après les élections départementales, les sympathisants de gauche sont 66% à souhaiter le retour des écologistes. Parmi eux, les sympathisants EELV le souhaitent à 92%.

Interrogés sur un risque d’implosion d’EELV, les Français l’estiment possible à 60% (46% « probablement », 14% « »certainement ») contre 39% non (34% « probablement pas », 5% « certainement pas »). 1% ne se prononce pas.
De droite (70%) ou de gauche (54%), les sondés l’envisagent tous. Chez les sympathisants écologistes en revanche, les tenants de ce scénario sont minoritaires (36%). Près des deux tiers ne l’envisagent pas (64%, dont 58% probablement pas et 6% certainement pas).
Les Français pointent également ce risque pour le PS (exactement dans les mêmes proportions en février) et plus encore pour l’UMP (à 68% en novembre dernier) car les crises idéologiques et personnelles sont également intenses au sein de ces deux partis, relève Mme Bracq.

L’enquête a été réalisée par internet les 12 et 13 mars auprès d’un échantillon de 1.008 personnes de la population française de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.


Le courage de Marion (Présent 8313)

Le courage de Marion (Présent 8313)

13/03/2015 – FRANCE (NOVOpress)

Courageuse Marion Maréchal-Le Pen, plus jeune députée de France, qui s’est mesurée frontalement au chef du gouvernement trépignant de rage, devant toute l’Assemblée nationale saisie par la scène (enregistrement vidéo ci-dessous et des copies d’écran en Une).

Le courage de Marion (Présent 8313)« A mesure que la date des élections départementales approche, vos prises de parole obsessionnelles et celles de vos amis du PS se font de plus en plus injurieuses à l’égard des électeurs du Front national et de leurs candidats », a-t-elle commencé. « Quelle image de votre fonction pensez-vous donner, vous qui êtes censé être le Premier ministre de tous les Français et qui allez soutenir les candidats PS aux frais de la princesse ? (…) Vous qui étalez votre angoisse de perdre votre mandat alors que vous devriez vous soucier de l’angoisse de nos agriculteurs, de nos artisans, commerçants, retraités, de l’angoisse de nos cinq millions de chômeurs, gardez donc votre mépris crétin ! »

Puis Marion Maréchal-Le Pen s’en est pris aux différents glorieux représentants du Parti socialiste « qui en trois ans a oscillé entre phobie administrative et faux diplômes ». « Sans doute Cambadélis a-t-il trouvé le sien au fond de sa poubelle», a-t-elle asséné.

Avant la fin de l’envoi qui touche : « Quand comptez-vous vous occuper du sort des Français plutôt que de votre parti qui je l’espère se fracassera sur les urnes à la fin du mois ? »

Rouge et tremblant, devant ses ministres inquiets et livides, le petit monarque de Matignon est apparu au bord du spasme du sanglot qui caractérise les enfants colériques et peut même les faire entrer en syncope :
« Si en deux minutes il fallait résumer l’outrance, la démagogie et le vrai visage de l’extrême droite, vous venez de le démontrer parfaitement. (C’est juste, quel abominable visage !)
« Vous trompez les petites gens, vous trompez les ouvriers, vous trompez les agriculteurs, vous trompez ceux qui souffrent alors il est temps que dans ce pays il y ait un débat, qu’on déchire le voile, la mascarade qui est la vôtre. »

Merci pour les petites gens ! Décidément le Grand d’Espagne a un problème avec ça comme Hollande avec les sans-dents. C’est leur vraie nature qui parle là.

Lire la suite

Contre le djihad : un site ! (Présent 8283)

Contre le djihad : un site ! (Présent 8283)

29/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Combattre la propagande djihadiste incitant les « jeunes » candidats au djihadisme en utilisant –détournant– les mêmes armes que les terroristes islamistes est-elle la bonne solution ? C’est du moins ce qu’espère le gouvernement français qui a lancé mercredi un site internet (interdit au moins de 12 ans, la belle affaire !) pour détailler ses mesures antiterroristes et tenter de contrer la propagande djihadiste qui envahit les réseaux sociaux.

Contre le djihad : un site ! (Présent 8283)Contre-discours

Le site en question : http://www.stop-djihadisme.gouv.fr/

Un clic, et ça démarre. Sur un fond sonore censé faire peur, des images extraites de vidéos et de page Facebook de propagande appelant au joyeux djihad pour tous se succèdent. Puis apparaissent des messages écrits destinés aux apprentis « Rambo » prêts à aller se faire tuer pour imposer la charia au monde et aller retrouver les vierges promises au paradis d’Allah.

Des messages du genre « Ils te disent : sacrifie-toi à nos côtés, tu défendras une juste cause » suivi d’un contre-argument où l’on peut lire : « En réalité, tu découvriras l’enfer sur terre et mourras seul loin de chez toi ».

Lire la suite

oligarques

Lettre à mes frères oligarques, par Michel Geoffroy

« Nous pouvons d’abord nous réjouir de la déstabilisation des pays musulmans, initiée grâce à la guerre contre l’Irak puis renforcée par les « révolutions arabes » et l’élimination programmée des « dictateurs ». Elle a aussi provoqué par contrecoup la progression de l’islamisme, qui sera un puissant facteur de chaos en Afrique, en Asie et dans les pays européens. »


Chers frères et amis,

Permettez-moi de vous appeler ainsi puisque nous nous connaissons tous et que nous partageons les mêmes intérêts et le même projet : celui d’un gouvernement mondial, sous la direction éclairée des Anglo-Saxons.

Chers frères, donc, je vous écris pour faire le point de la situation mondiale et pour vous assurer que nos affaires avancent très bien.

Nous sommes en train de réussir dans la propagation du chaos mondial, qui comme vous le savez constitue le préalable à l’affermissement de notre pouvoir. Puisque le chaos détruit la confiance dans les Etats-nations, il sert aussi à terroriser les peuples et à déstructurer les communautés. Et demain, il nous permettra de nous présenter en sauveurs de l’humanité !

Nous pouvons d’abord nous réjouir de la déstabilisation des pays musulmans, initiée grâce à la guerre contre l’Irak puis renforcée par les « révolutions arabes » et l’élimination programmée des « dictateurs ». Elle a aussi provoqué par contrecoup la progression de l’islamisme, qui sera un puissant facteur de chaos en Afrique, en Asie et dans les pays européens. Nous espérons aussi que cela contribuera à développer les tensions entre l’Inde et le Pakistan et, bien sûr, aussi en Palestine.

L’immigration est, vous le savez, notre grande réussite chaotique en Europe : à la fois parce qu’elle a permis de réduire les salaires et aussi parce qu’elle a contribué à déstabiliser ces Etats-nations qui croulent désormais sous les dépenses sociales et les difficultés d’intégration de ces populations, ce qui nous a permis, en retour, de mettre en accusation ces mêmes Etats au titre des déficits publics que nous avons indirectement provoqués, et d’exiger les réformes que nous réclamons ! Ainsi la privatisation et la désagrégation de ces Etats, au prétexte du rétablissement des comptes publics, avancent vite, ce qui nous laisse entrevoir en outre d’intéressants bénéfices.

Et grâce au vote de différentes législations répressives et grâce aussi aux juges européens et au soutien des Eglises, nous interdisons toute remise en cause de l’immigration de peuplement en Europe. Avec les médias que nous contrôlons, nous sommes en effet parvenus à faire assimiler le refus de l’immigration à du racisme, voire à du nazisme !

L’isolement stratégique de la Russie, suite à l’opération de déstabilisation de l’Ukraine que nous avons lancée, est aussi en très bonne voie. Je crois que nous pouvons dire que nous avons atteint notre objectif de découpler durablement la Russie de l’Europe occidentale. Plus la Russie se rapprochera de la Chine ou de l’Iran, plus cette coupure s’approfondira, en outre. Les Français, qui ont rallié l’OTAN grâce à Nicolas Sarkozy, n’osent même plus honorer les commandes russes de matériel militaire ! Nous avons bon espoir enfin que les sanctions économiques contre la Russie finissent par provoquer aussi le chaos économique là-bas, voire la guerre civile dans la Fédération.

De même nous pouvons nous réjouir de l’orientation prise par l’Union européenne : elle nous a permis de bloquer toute velléité d’indépendance vis-à-vis des Etats-Unis. L’élargissement continu de l’Union la rend de toute façon ingouvernable, comme nous l’avions souhaité. Cet élargissement marginalise au profit de nos fidèles alliés les pays fondateurs de l’Europe et notamment la France qui était l’opposant le plus dangereux à notre projet. Vous savez aussi que la Banque centrale européenne veille à maintenir la zone euro en dépression, ce qui nous garantit durablement contre la concurrence européenne. Et d’une façon générale la progression du chômage et de la précarité, la désindustrialisation que nous initions et les rumeurs persistantes que nous entretenons autour de la solvabilité des Etats et des banques nous assurent aussi de la docilité des Européens.

Le prochain Traité transatlantique permettra enfin de mettre en tutelle définitivement les Etats de l’Union européenne en soumettant leurs législations aux règles d’arbitrage qui préserveront nos intérêts et nos bénéfices.

Nous notons aussi avec satisfaction la situation chaotique du continent africain, qui ne parvient pas à maîtriser la croissance de sa population et qui – plus de 60 ans après la fin des empires coloniaux – ne parvient toujours pas à un développement pacifique. Le chaos africain nous est en tout profitable : il reste en effet le principal moteur de l’immigration en Europe et de la culpabilisation des Européens. Il procure aussi à nos entreprises des matières premières et des débouchés précieux. Il ne permet pas, enfin, à nos concurrents de s’appuyer durablement sur ce continent instable.

La Chine, qui s’obstine à vouloir préserver son identité et ses intérêts stratégiques, reste bien sûr notre principal souci. D’autant qu’elle est en passe de rattraper les Occidentaux au plan militaire et technologique. Aussi nous suivons avec un particulier intérêt tous les facteurs de déstabilisation interne : comme les conflits sociaux, les actions des défenseurs des droits de l’homme ou bien les menées séparatistes de certaines communautés. Nous soutenons tous ces mouvements et nous espérons aussi que les différends frontaliers en Asie, notamment avec le Japon, vont s’amplifier.

Nous avons, bien sûr, encore quelques soucis avec les populations qui refusent l’orientation que nous voulons donner au monde. Il y a encore trop de peuples qui veulent préserver leur identité et leur souveraineté ! Vous savez que sur ce plan notre souci principal concerne l’Europe, qui reste en tout notre priorité.

Mais si certains d’entre nous se sont inquiétés de la progression des sentiments nationaux en Europe comme le montrent toutes les études d’opinion, je crois cependant qu’il nous faut rester optimistes.

D’abord, la population européenne autochtone vieillit très vite, et vous savez que ce ne sont pas les vieux qui font les révolutions ! La jeunesse européenne pourrait constituer une menace ; mais vous savez que la destruction de l’enseignement et la soumission des jeunes aux médias ont permis leur déculturation rapide – et leur reprogrammation dans le sens que nous souhaitons.

Ensuite, l’ensemble de la classe politique européenne nous est acquise. Car nous la tenons du fait de ses innombrables compromissions, que nous avons su encourager habilement au moment de la libéralisation et de la dérégulation de l’économie.

Enfin, nous avons beaucoup investi dans les neurosciences et les nouvelles technologies.

Des dispositifs extrêmement sophistiqués de surveillance de toutes les communications, mis en place au prétexte de garantir la sûreté, nous permettent aujourd’hui de détecter tout mouvement d’opinion qui nous serait hostile – et donc de réagir en temps utile.

Bientôt aussi, grâce à l’ingénierie psychique, nous serons capables de contrôler étroitement les représentations mentales de la population, ce qui renforcera l’effet sidérant de la télévision mondiale et nous permettra d’écarter définitivement toute velléité d’opposition.

Bref, mes chers frères et amis, nous avons toutes les raisons de regarder l’avenir avec optimisme ! Les gouvernements que nous dirigeons « n’échouent » pas, comme disent les naïfs : au contraire, grâce à eux, nous avançons chaque jour un peu plus vers la réalisation de notre grand projet.

Votre dévoué oligarque.

P.S. N’oubliez pas de détruire ce courrier, comme à l’habitude, afin de préserver notre confidentialité.

Michel Geoffroy

Crédit image : DR.

Source : Polémia – 21/11/2014

Le gouvernement s’en prend aux familles françaises - par Gabriel Robin

Le gouvernement s’en prend aux familles françaises – par Gabriel Robin

03/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
Cette semaine, le gouvernement socialiste a dévoilé ses réelles intentions. Jusqu’à présent, seuls les observateurs attentifs de la vie politique avaient compris ce que signifiait la gauche “Terra Nova”, désormais tous les Français peuvent prendre la mesure de ce que cette idéologie implique.

La pièce s’est jouée en deux temps. En premier lieu, le gouvernement a annoncé, ce lundi, une batterie de mesures, sensées combler le trou dans le budget de la Sécurité sociale qui est de 11,7 milliards d’euros pour l’année 2014. Ce déficit devait initialement passer sous les 10 milliards d’euros. Marisol Touraine n’a pas tenu les objectifs fixés, comme l’on pouvait sans douter.

Pour sauver la Sécurité sociale, la ministre de la Santé a trouvé la solution : s’en prendre aux familles !

Il est normal de chercher à réduire les trous dans le budget de la Sécurité sociale, mais certaines mesures interrogent, surtout quand elles visent les familles. La France a un atout par rapport aux autres pays européens, et particulièrement l’Allemagne. Cet atout est notre natalité, et il est le résultat d’une politique volontariste, notamment d’aides aux parents. Pour sauver la Sécurité sociale, la ministre de la Santé a trouvé la solution : s’en prendre aux familles !

Quelques économies de bout de ficelle comme la diminution de la prime de naissance à partir du deuxième enfant, ou la réduction du congé parental (pourtant récemment réformé), ne changeront rien au déficit et auront par ailleurs des conséquences très néfastes, tant sur la natalité que sur le pouvoir d’achat et la confiance des ménages ! Bref, ces réformettes anti-sociales envoient un très mauvais message aux Français et montrent que le gouvernement ne cherche pas à appuyer une politique nataliste.

Lire la suite

Confiance à Valls : le minimum syndical (Présent 8190)

Confiance à Valls : le minimum syndical (Présent 8190)

18/09/2014 – PARIS (NOVOPress) – On ne peut s’empêcher de penser comme l’a suggéré Marine Le Pen que les soi-disant frondeurs ont avant tout pensé au confort douillet de leur fauteuil du palais Bourbon, méprisant l’intérêt supérieur de la nation. Où sont en effet leur courage et leur honneur ? Tous les frondeurs potentiels ne se sont pas abstenus.

Confiance à Valls : le minimum syndical (Présent 8190)Et même deux députés proches d’Arnaud Montebourg ont voté la confiance : Patrice Prat et Arnaud Leroy. Néanmoins la majorité brinquebalante et relative – « C’est le service minimum » a ironisé Gérard Longuet – augure de lendemains difficiles pour le gouvernement au Parlement. Le Premier ministre en costume bleu comme en avril (si c’est sa couleur porte-bonheur, il devrait en changer) a rallié 269 voix (contre 244 et 53 abstentions), soit bien en dessous du seuil des 289 voix de majorité absolue. Les députés lui avaient accordé 306 voix (contre 239 et 26 abstentions) le 8 avril dernier après sa première déclaration.

Si une grande majorité de socialistes et de radicaux de gauche ont voté la confiance, 31 frondeurs du groupe PS et les écologistes se sont abstenus, comme annoncé dès mardi matin, tandis qu’élus UMP, UDI et du Front de gauche ont voté contre. Une femme député PS s’est par ailleurs trompée en votant pour alors qu’elle souhaitait s’abstenir…

Le journaliste du Figaro rapporte cet échange à l’Assemblée entre deux portes entre le « légitimiste » Christophe Borgel et le « frondeur » Pascal Cherki :

— « Tu sais qu’à force, on finit par casser la cruche… »

— « De toute façon il n’y a plus d’eau dedans. »

Lire la suite

Emmanuel Macron : un « champagne socialist » à Bercy - Par Contribuables Associés

Emmanuel Macron : un « champagne socialist » à Bercy – Par Contribuables Associés

31/08/2014 – PARIS (via Contribuables Associés)
« Si l’on comprend que le socialisme n’est pas un programme de partage des richesses, mais est en réalité une méthode pour consolider et contrôler les richesses, alors le paradoxe apparent de ces hommes fortunés qui promeuvent le socialisme n’est plus du tout un paradoxe. »

Arnaud Montebourg « out », Emmanuel Macron « in » ! Le changement de ministre à Bercy peut sembler être une bonne nouvelle, tant Montebourg a marqué son passage au gouvernement par sa soif de dépenses publiques. Mais est-ce si sûr ?

On prend (presque) les mêmes, et on recommence !

Comme nous l’avions prévu, le remaniement ministériel a consisté en un simple jeu de chaises musicales. Exit l’étatiste Arnaud Montebourg, certes, mais Michel Sapin, pas réputé pour être un grand ami des contribuables, est toujours ministre des Finances et des Comptes publics, c’est-à-dire des dépenses et des impôts.

La nomination d’Emmanuel Macron en remplacement de Montebourg à l’Économie est la seule surprise de ce remaniement. L’arrivée à Bercy d’un ancien banquier d’affaires chez Rothschild est vue par l’aile gauche du Parti socialiste et ses alliés d’extrême-gauche comme un « mauvais signal ».

Lire la suite

Valls 2 : sur un air de chaises musicales (Présent 8175)

Valls 2 : sur un air de chaises musicales (Présent 8175)

27/08/2014 – PARIS (Novopress)
Emmanuel Macron remplaçant Arnaud Montebourg au ministère de l’Economie ? C’est la surprise du chef Hollande ! Avant ce mini-remaniement, les services de l’Elysée ont fait courir la rumeur selon laquelle le président de la République ne souhaitait plus pour Bercy une direction bicéphale, et que Michel Sapin, outre les Finances et les Comptes publics, allait sans doute se voir attribuer l’Economie. Une petite manœuvre d’intoxication parfaitement réussie…

Valls 2 : sur un air de chaises musicales (Présent 8175)En tout cas, pour l’aile gauche du PS, Macron rime avec provocation. Conseiller économique de François Hollande (15 mai 2012-juin 2014), ancien inspecteur des Finances hyperdiplômé et ex-dirigeant de la banque d’affaires Rothschild où il a fait une rapide fortune, Emmanuel Macron incarne un social libéralisme décomplexé, tout à fait à l’opposé des options affichées par son prédécesseur. Avec Macron — qui, lui, adore la Finance — Hollande annonce la couleur. Celle de l’économie mondialisée. Fini les ministres alibis comme le « démondialisateur » bidon Montebourg… Les « frondeurs » n’ont qu’à bien se tenir. Ce choix montre aussi la versatilité de François Hollande, dont la doctrine varie allégrement de Montebourg en Macron, en matière économique.

Lire la suite

Valls, Hollande : l’électrochoc (Présent 8174)

Valls, Hollande : l’électrochoc (Présent 8174)

26/08/2014 – PARIS (Novopress)
D’un choc l’autre : après le choc de compétitivité, qui n’a pas fait d’étincelles, voici, beaucoup plus radical, l’électrochoc avec lequel les deux morticoles à la tête du gouvernement ont décidé de soigner le cas Montebourg. Et de sortir par la même occasion du coma dépressif dans lequel s’enfonçait le gouvernement Valls, après seulement 135 jours d’existence tourmentée. L’électrochoc ? Un traitement médicalement recommandé pour soigner certaines affections mentales qui se manifestent notamment par des états « confusionnels et dépressifs ». Ce à quoi tendaient certains membres du gouvernement disparu. Montebourg réclamait, lui, une politique alternative ? Il aura droit à un courant alternatif… « Placé entre deux électrodes » ! Il faut dire que le cas Montebourg était, comme celui du gouvernement, particulièrement « confusionnel ». Et saugrenu : un ministre de l’Economie trouvant mauvais la politique qu’il est chargé de mettre en œuvre et le criant haut et fort, c’était tout de même assez schizophrénique. D’autant plus que, dans le récent entretien qu’il avait accordé la semaine dernière au Monde, François Hollande insistait sur la « cohérence » de sa politique.

Une du n°8174 de "Présent"

Une du n°8174 de « Présent »

A la suite de ce traitement de choc, suggéré par le médecin chef Valls au diafoirus de l’Elysée, les trois principaux contestataires de la ligne Hollande, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti ont annoncé, après avoir pris quelques décharges, qu’ils ne participeraient pas au prochain gouvernement. Les deux premiers avaient pourtant soutenu Manuel Valls dans ses intrigues pour évincer Jean-Marc Ayrault, œuvrant avec lui dans sa conquête de Matignon. Ils avaient reçu en récompense, l’un le ministère de l’Economie, l’autre celui de l’Education… Mais peut-être se sont-ils un peu trop, de ce fait, crus intouchables ? Les détenteurs du pouvoir n’aiment pas trop qu’on leur rappelle trop ostensiblement : qui t’a fait roi ? Le pacte entre les trois hommes n’aura tenu que cinq mois. A peine plus que le pacte de solidarité…

L’imbuvable « cuvée du redressement »

Après le défi que Montebourg et Hamon avaient lancé à Manuel Valls, dimanche dernier, lors de l’épineuse fête de la rose de Frangy-en-Bresse, avec notamment l’aigrelette « cuvée du redressement » jugée imbuvable en haut lieu, le chef du gouvernement n’a pas hésité à dégainer contre ses anciens comparses son épée de matador. « Un ministre de l’Economie ne peut pas s’exprimer ainsi, que ce soit sur la ligne économique du gouvernement auquel il appartient ou à l’égard d’un partenaire européen de la France. » La dernière phrase rappelant les accusations portées à l’encontre de l’Allemagne, que Montebourg juge responsable des politiques d’austérité en Europe. Montebourg souhaitait que François Hollande fonde, tel « un oiseau de la tempête », sur l’Aigle germanique…

Lire la suite

Démission du gouvernement : Valls purge comme au temps de l'URSS - par Gabriel Robin

Démission du gouvernement : Valls purge comme au temps de l’URSS – par Gabriel Robin

26/08/2014 – PARIS (NOVOpress)
Depuis quelques jours les voix discordantes s’élévent contre l’action du president François Hollande, et les orientations prises par le gouvernement dirigé par Manuel Valls.

Cécile Duflot, dans son livre a qualifié Manuel Valls de “mec de gauche qui tient des discours de droite” et François Hollande de “président de personne”, on ne peut lui donner tort mais elle oublie qu’elle est restée deux ans au gouvernement et a été responsable, selon certains experts, de 7.500 pertes d’emplois dans le secteur de la construction (loi ALUR).

Vinrent ensuite les tours de membres du gouvernement ; Benoît Hamon, ministre démissionnaire de l’Education nationale, s’est déclaré pas loin des “frondeurs socialistes”, à la suite d’Arnaud Montebourg, ministre de l’économie, lequel n’a pas hésité à critiquer les orientations générales de son gouvernement, jugeant la politique économique “trop austère” et partiellement (voire totalement) inféodée à celle de la droite allemande. Peut-être fallait-il s’en apercevoir avant, mais la soupe devait être bonne pour la caution souverainiste du gouvernement… Arnaud Montebourg n’est d’ailleurs pas allé au bout de sa critique, car la politique menée est celle de l’Union européenne et non simplement celle de la “droite allemande”. Les choix sont concertés, François Hollande et Manuel Valls se soumettent de bonne grâce aux visées allemandes, tant par idéologie que par habitude.

Le Premier ministre fit déclarer hier, par l’intermédiaire de son entourage qu’« une ligne jaune a été franchie dans la mesure où le ministre de l’Economie ne peut pas s’exprimer dans de telles conditions sur la ligne économique du gouvernement et sur un partenaire comme l’Allemagne ».

Lire la suite