Tag Archives: Gilad Shalit

Libye [exclusif] : sur fond de traité de paix avec Israël, Kadhafi aurait-il pu faire libérer Gilad Shalit ?

Libye [exclusif] : sur fond de traité de paix avec Israël, Kadhafi aurait-il pu faire libérer Gilad Shalit ?

06/09/2011 – 03h00
TRIPOLI (NOVOpress) —
Ultime coup de poker de Kadhafi ? Selon le quotidien pan-arabe Asharq Al-Awsat, dans une interview exclusive accordée au ministre israélien adjoint pour le développement du Néguev et de la Galilée, le politicien druze Ayoob Kara, le colonel Mouammar Kadhafi aurait proposé à Israël la libération du soldat Gilad Shalit, détenu par le Hamas depuis 5 ans. Préliminaire à un traité de paix entre la Libye et Israël, l’offre de Mouammar Kadhafi était également motivée par une intervention de Tel-Aviv auprès de la communauté internationale, afin de faire cesser les attaques de l’OTAN contre la Libye.

Ayoob Kara a ainsi déclaré « j’ai des amis communs avec Saif al-Islam Kadhafi, en Autriche. Il a étudié à Vienne un certain nombre d’années, et mes amis qui étaient ses camarades de classe ont intercédé en sa faveur. Le personnage principal dans la médiation a été David Lasar [membre du Parti autrichien de la liberté] qui est un citoyen juif autrichien qui a pris contact avec nous. »

Ayoob Kara, membre du Likoud, député à la Knesset et ministre adjoint pour le développement du Néguev et de la Galilée

Ayoob Kara, membre du Likoud, député à la Knesset et ministre adjoint pour le développement du Néguev et de la Galilée. Crédit photo : Wikipedia Commons

Kara a également révélé que Kadhafi lui a envoyé une invitation officielle à se rendre en Libye afin de discuter de cette proposition, et qu’il a personnellement voulu se rendre en Libye, mais a été empêché de le faire par les autorités israéliennes pour des raisons de sécurité. Pour cette raison, le vice-ministre israélien a demandé à son ami autrichien de visiter la Libye à sa place. David Lasar, qui est également conseiller municipal de la ville de Vienne, s’est donc rendu en Libye où il a rencontré Saif al-Islam Kadhafi et lui a parlé en détail de l’offre libyenne pour obtenir la libération de Gilad Shalit et de signer un traité de paix avec Israël. Kara a affirmé que Saif al-Islam Kadhafi a même exprimé sa volonté de visiter personnellement Israël – après la libération de Gilad Shalit – et de prendre la parole devant la Knesset, de la même manière que le président égyptien Anouar Sadate en 1977.

Kara a précisé à Asharq Al-Awsat que l’offre libyenne avait été prise très au sérieux à Tel Aviv, qui a demandé à Kadhafi de la formuler par écrit. La situation à Tripoli l’a toutefois empêché de le faire, l’avancée des rebelles décidant les autorités israéliennes à cesser toute communication. En réponse à une question sur la capacité du régime de Kadhafi à obtenir la libération de Gilad Shalit, Kara a déclaré que « nous avons également posé cette question et la réponse que nous avons reçue était que Saif al-Islam et son père ont des relations très poussées avec le chef du Hamas, Meshal Khalid, et avec les autorités syriennes. » Il a ajouté que « il n’y avait aucun doute qu’il [Saif al-Islam] pouvait parler en toute confiance [pour la libération de Shalit] dans ce contexte. »

Répondant à une question concernant ce qu’attendait précisément le régime de Kadhafi en échange, Kara a révélé que « ils voulaient que les forces de l’OTAN cessent leur guerre. Ils ont également demandé à Israël d’intervenir [pour le compte de la Libye] aux États-Unis, ce qui aurait influencé ses alliés en Europe et mis un terme à l’offensive de l’OTAN. » Quant à savoir si Tel Aviv pouvait accepter de telles demandes, Kara a rétorqué à Asharq Al-Awsat que « nous étions de toutes façons intéressés à libérer Shalit et à signer un traité de paix avec un pays arabe. »

Interrogé pour savoir si il était politiquement viable pour Israël de soutenir un régime qui poursuit une politique de violence à l’égard de son propre peuple, le vice-ministre israélien a souligné que « notre politique n’est pas de nous immiscer dans les affaires intérieures des États. Aussi cette question aurait été en effet discutée par le gouvernement avant une prise de décision. Nous n’avons pas atteint ce stade, l’offre est arrivée trop tard. » Kara a également indiqué que Tel Aviv n’est pas actuellement en rapport avec le leader libyen déchu, bien que lorsqu’il lui a été demandé si Israël sait où est Kadhafi aujourd’hui, il ait refusé de répondre.

Crédit photo en une : U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Jesse B. Awalt/Released. Légende : Mouammar Kadhafi au 12ème sommet de l’Union Africaine, le 2 février 2009 à Addis-Abeba
[box class= »info »]Voir (en anglais) : jpost.com et asharq-e.com[/box]