Tag Archives: gender

La croisade anti-gender des vrais écologistes – par Julien Del Greco, animateur d'Academia Christiana

La croisade anti-gender des vrais écologistes – par Julien Del Greco, animateur d’Academia Christiana

01/07/2014 – PARIS (NOVOpress)
Les écologistes « officiels », ceux d’Europe-Ecologie Les Verts, les Barbara Pompili et autres Cécile Duflot, sont à la pointe de tous les combats pour la destruction de l’humanité. PMA et GPA, enseignement du gender, libéralisation totale de l’immigration, etc. Et c’est sans compter l’histoire des Verts allemands avec la pédophilie…

Mais les vrais écologistes, aussi différents des écologistes d’Etat que le pays réel l’est du pays légal, sont de furieux opposants aux offensives libertaires des Cohn-Bendistes. Au nom de l’écologie justement, la vraie !

En janvier, à propos de l’adoption plénière et de la suppression légale de la filiation biologique, le rédacteur en chef de L’Ecologiste Thierry Jacaud condamne « un mensonge anthropologique officiel incroyable dont on imagine aisément les ravages sur les enfants ». Il voit dans les projets du gouvernement « une négation sidérante de la nature, l’aboutissement consternant de notre société industrielle qui détruit la nature non seulement dans la réalité mais aussi dans les esprits ».

En mars, mêmes critiques radicales dans La Décroissance contre la « puissance de la technoscience » et « la folie du “droit à” ». En juin, La Décroissance publie une bande-dessinée qui ridiculise les libertaires (« Appelez moi Mondame ! Il n’y a plus de “il” et de “elle” mais un “ille”. Tout doit être neutre ! Le sexe c’est nul ! C’est mal ! Beuurk ! ») et leur terrorisme de la pensée. C’est d’anthologie. Et la conclusion est magistrale…

Lire la suite

Union des croyants : le débat Philippe Vardon – Christine Boutin

12/06/2014 – PARIS (NOVOpress)
Mardi 10 juin, dans le cadre du Libre Journal des débats sur Radio Courtoisie, Benjamin Blanchard a reçu Philippe Vardon et Christine Bouton. Thème du débat : « L’union des croyants ? », à savoir catholiques et musulmans unis contre les involutions anthropologiques ?

Publié le

« Stop au gender » devant le rectorat de Lyon

25/05/2014 – LYON (NOVOpress) – A l’appel d’un collectif d’associations lyonnaises, 200 personnes en gilets jaunes pour signaler le danger ont demandé le retrait de l’ABCD de l’égalité devant le rectorat de l’académie de Lyon (téléphone : 04 72 80 60 60), mercredi 21 mai.
Le collectif des Gillets jaunes, qui est en train de se répandre dans toute la France, exige davantage d’informations sur l’ABCD de l’égalité et le retrait du programme. Leur objectif est de faire en sorte que l’exaspération des parents remonte au ministère de l’Éducation nationale.

Publié le
Un élève de 6ème voit « Tomboy » au collège malgré le refus de ses parents

Un élève de 6ème voit « Tomboy » au collège malgré le refus de ses parents

11/03/2014 – PARIS (NOVOpress) – Considéré comme un film de propagande par les adversaires de la théorie du genre, Tomboy est un film français réalisé en 2011. Il met en scène une petite fille garçon manqué, qui se prend à jouer au garçon… Le témoignage ci-dessous a été écrit par les parents d’un élève (extrait).


« Notre fils François, qui a 11 ans, est en 6e dans un collège public. Nous avons appris, 3 jours avant, qu’il devait aller au cinéma avec sa classe pour voir le film Tomboy, dans le cadre du programme optionnel collège-cinéma (choisi par l’établissement donc non obligatoire). Nous avons appris que les enseignants avaient eu la consigne d’annoncer cette sortie le plus tard possible, pour qu’il n’y ait pas de discussion, notamment sur le choix du film.

Le Principal a accepté que nos enfants restent à la maison pendant la sortie cinéma. Mais le lendemain, notre fils a été invité par son professeur de français à visionner le film à l’école, avec un camarade de classe qui s’était trompé d’heure et n’avait pas pu voir le film. Notre fils n’a pas osé refuser et a donc vu Tomboy. La semaine suivante, le film a été étudié en classe pendant 3 cours de français, avec contrôle noté à la fin.

L’affaire est remontée jusqu’au Directeur Académique qui a simplement indiqué aux parents que « le processus d’éducation passe effectivement par l’arrachement : comme le dit Mr Peillon, il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix. Je ne crois pas du tout à un ordre moral figé, c’est l’héritage des lumières. » et a conclu l’entretien par : « Nous vous avons écoutés mais pas entendus. »

Lire l’intégralité du témoignage

cerveau-humain

La science contre le gender : des structures cérébrales spécifiques entre hommes et femmes

12/02/2014 – CAMBRIDGE (NOVOpress) – Une équipe de chercheurs de Cambridge vient de publier dans le prestigieux magazine Neuroscience and Biobehavioral Reviews les résultats d’une méta-étude portant sur la recherche des structures des cerveaux de ces 20 dernières années.

Ils ont testé les volumes et répartition cérébrales par sexe à partir d’études publiées en 1990 et 2013, soit 126 articles portant sur des enfants jusqu’à à des personnes de 80 ans. Ils ont constaté qu’en moyenne les hommes avaient des cerveaux plus volumineux de 8 à 13% que les femmes mais répartis de manière inégale selon les emplacements tels que matière grise, matière blanche, cerebrum etc.

Plus spécifiquement les hommes ont des volumes supérieurs et une plus grande densité de tissus sur l’hippocampe, cortex insulaire, le putamen et le lobe droit…..

De leur côté les femmes ont des cerveaux plus développés sur le lobe frontal et droit. « Ces résultats montrent une asymétrie lié au sexe dans le développement du cerveau, souligne Amber Ruigrok, qui a conduit cette partie de l’étude. Pour la première fois nous avons pu compiler un volume de données important et établir qu’il existe des différences structures entre les cerveaux des hommes et des femmes. Cela ne doit plus être ignoré en neuroscience et en particulier dans les traitements de conditions  psychiatriques. »

Le Professeur Suckling ajoute que « ces différences dans le système limbique explique les ratios inégaux en pathologies telles que autisme, schizophrénie et dépression selon le sexe des individus ». La science va-t-elle mettre un terme aux délires des partisans de la « théorie du genre » ?

Source : Neuroscience and Biobehavioral Reviews

 

Crédit photo : curiousexpeditions via Flickr (cc)

Ils veulent l’égalité ? Nous préférons notre identité ! - par Fabrice Robert

Ils veulent l’égalité ? Nous préférons notre identité ! – par Fabrice Robert

08/02/2014 – PARIS (via Boulevard Voltaire)
L’année dernière, devant les succès des rassemblements de la Manif pour tous, Julien Dray avait déjà dénoncé la constitution d’un « bloc droitier » qui apparaissait, à ses yeux, comme un mouvement social et culturel de fond. La gauche devait relever le défi et être capable d’y opposer sa propre vision du monde sans sombrer dans la diabolisation et la reductio ad Hitlerum de l’adversaire politique. Un vœu pieux quand on voit les propos haineux des dirigeants socialistes pour commenter le rassemblement des défenseurs de la famille, le 2 février dernier. François Hollande avait promis une France rassemblée. Mais c’est plutôt au spectacle d’une France fracturée que nous assistons aujourd’hui. Et les grandes consciences de gauche, qui avaient tenté de nous habituer à un discours de tolérance et d’amour du prochain, dévoilent peu à peu leur vrai visage.

500.000 personnes dans les rues de Paris ? Anne Hildago dénonce un « antirépublicanisme inquiétant ». Bruno Julliard, le porte-parole de la candidate PS à la mairie de Paris, diffuse – probablement par « réflexe républicain » – un message appelant à tuer les manifestants de la Manif pour tous. Le député EELV Denis Baupin préfère, pour sa part, se transformer en monsieur météo : « Il va pleuvoir du facho et de l’homophobe dans les rues de Paris cet après-midi. Mettons les familles à l’abri #manifdelahaine. » Mais qui propage un discours d’exclusion ? Qui méprise, stigmatise et diabolise l’autre ? Surtout quand on lit la prose du journaliste Bruno Roger-Petit : « D’un dimanche à l’autre les célébrations du 80e anniversaire du 6 février 34 sont très réussies… »

En réaction au succès de la Manif pour tous, le porte-parole du PS, David Assouline, a appelé à une contre-manifestation : « Il faut certainement que la France de la fraternité se manifeste. Il faut que les valeurs de la République, le vivre ensemble, l’égalité entre tous soient fortement affirmés. » Un rassemblement de la « France de la fraternité » ? Défendre la famille, qui reste tout de même l’un des fondements de notre identité, serait donc synonyme de rejet de l’autre ?

Lire la suite

Le gender à l’école, ou l’imbécilisation nationale, par Flavien Blanchon

Le gender à l’école, ou l’imbécilisation nationale, tribune de Flavien Blanchon

03/02/2014 – 20h40
PARIS (NOVOpress)
– Après ministres, ministricules et gros médias, le Système fait donner les universitaires. Ils se sont mis à cent, en Alsace, pour dénoncer dans le journal les « associations extrémistes » et leurs manœuvres « révoltantes » contre le « genre » à l’école. Leur zèle a plu en haut lieu et ils ont eu depuis les honneurs du Monde, oui du Monde soi-même.

Le principal intérêt de cette tribune est sans nul doute lexicographique puisque, à côté de la « professeure » – monstruosité linguistique aujourd’hui banale –, elle marque l’apparition de la « maîtresse de conférences ». Uniquement, il est vrai, dans la version alsacienne : Le Monde a dû trouver qu’il y avait des limites au ridicule. Sur le fond, nos universitaires alsaciens ont deux arguments. Les études de genre, d’abord, sont payées par nos impôts. « L’ensemble de ces recherches reçoit le soutien académique et financier du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et du CNRS, et ces travaux sont également favorisés par l’Union Européenne ». Après ça, évidemment, qui osera mettre en doute leur légitimité, y compris en maternelle ? Et les études de genre ne sont pas seulement subventionnées comme tout le monde, elles sont même utiles, puisqu’elles « montrent que, selon les lieux et les époques, les rôles des hommes et des femmes ont varié et que l’amour a des formes multiples ». Immense découverte que personne ne soupçonnait et que les études de genre et leurs chercheurs stipendiés révèlent aujourd’hui aux enfants des écoles, pour leur émancipation intellectuelle !

Lire la suite

Un jour un livre : Éduquer autrement. Le regard d'un père sur l'éducation de ses enfants (2)

Un jour un livre : Éduquer autrement. Le regard d’un père sur l’éducation de ses enfants (2)

08/01/2014 – 10h30
PARIS (NOVOpress) – Les rédacteurs de Novopress vous proposent de découvrir périodiquement une sélection de livres à travers des extraits choisis. Dans une société qui saborde les principes même de structuration de l’individu, trouver des clés pour permettre aux jeunes européens de devenir des hommes libres est un enjeu de civilisation. Extrait tiré de l’ouvrage Éduquer autrement. Le regard d’un père sur l’éducation de ses enfants, de Pierre-Henri d’Argenson.


(…) Le structuralisme, issu de théories de la linguistique, est un courant philosophique (mais aussi sociologique et anthropologique) que l’on peut définir approximativement comme une méthode d’analyse tendant à considérer tout phénomène comme le résultat de structures sous-jacentes ou inconsciente qu’il s’agit de mettre en lumière. Le structuralisme est un déterminisme, un mécanisme, dans la droite ligne du rationalisme scientifique né au XIXe siècle.

Je ne condamne pas en soi la pensée structuraliste, qui a apporté une riche contribution à l’histoire des idées, que je souhaite absolument libre, mais je déplore en revanche les conséquences qui en ont été tirées dans le champ social, politique et éducatif. Ce basculement (inévitable) du champ intellectuel au champ politico-social est parfaitement illustré dans cette phrase de Roland Barthes, prononcée à l’occasion de sa leçon inaugurale au collège de France en 1977 : « La langue comme performance de tout langage, n’est ni réactionnaire, ni progressiste ; elle est tout simplement fasciste ; car le fascisme, ce n’est pas d’empêcher de dire, c’est d’obliger à dire. » Autrement dit, comme le langage enferme par nature la réalité dans des significations contraintes et orientées au service d’une idéologie dominante (appréciation philosophique-linguistique, relevant du champ intellectuel), le langage est donc « fasciste » (appréciation politique, qui mobilise l’artillerie lourde de la mise à l’index idéologique). Une formule certes provocatrice, mais à laquelle Barthes croyait réellement. Or qu’elle conséquence a-t-on tiré de cette approche dans le champ éducatif ? Réponse : on a cassé le langage. On a décrété la grammaire et l’orthographe fascistes (années 1970), puis on les a décrétées bourgeoises (années 1980 avec Bourdieu), puis élitistes (années 2000, avec la tentative de réforme de l’orthographe par Lionel Jospin), enfin discriminatoires (c’est un nouveau chantier des années 2010 : après avoir été reconnues coupables de crime contre la démocratie, les classes populaires et la méritocratie égalitaire, grammaire et orthographe ne sont pas loin d’être soupçonnées de racisme et de discrimination contre les immigrés, à l’instar des épreuves de culture générale dans les concours, voire les concours eux-mêmes).

Lire la suite

Vu sur Twitter

Les pro-gender font-ils encore la différence entre les chromosomes XX et XY ?

Publié le
L'idéologie du genre, un phénomène qui nous est tombé du ciel ?

L’idéologie du genre, un phénomène qui nous est tombé du ciel ?

22/04/2013 – 17h10
PARIS (NOVOpress) – La fameuse idéologie du genre… Depuis peu, on ne cesse d’en parler. On s’offusque. On se demande vers quoi l’on va. Comme s’il s’agissait d’un phénomène nouveau et catastrophique qui menace l’avenir des enfants. Cependant, cette théorie est déjà une réalité dans l’éducation, et ce dès l’école primaire.

Et c’est surtout au travers de la littérature de jeunesse qu’elle est véhiculée. Vous savez, ces petites histoires qu’on lit à l’école et qui nous paraissent tellement innocentes !

Lire la suite

La parité ? Oui ! Mais c'est dès le berceau !

La parité ? Oui ! Mais c’est dès le berceau !

01/04/2013 – 21h50
PARIS (NOVOpress) – L’égalité homme-femme, à tous les niveaux, est l’un des combats pour lequel Najat Belkacem, ministre des Droits de la femme s’est engagée. Ce combat rejoint celui qu’elle mène en faveur du « genre » : hommes et femmes sont strictement égaux, et choisissent d’une certaine façon leur nature. Cependant, dans la pratique, les poncifs ont la vie dure !

Lire la suite

Ayrault et les LGBT : une vieille histoire d’amour et d’argent

Ayrault et les LGBT : une vieille histoire d’amour et d’argent

Homosexualité et Socialisme à la Gay Pride nantaise. Côté finances, ça roule. Crédit photo : C. Lanseria, NOVOpress (cc).

11/11/2012 – 14h30
NANTES (NOVOpress Breizh) –
Le Premier ministre a présenté mercredi dernier le projet de loi sur le mariage pour les homosexuels, dénommé « mariage pour tous ». Maire de Nantes, Jean Marc Ayrault a entretenu pendant 15 ans d’étroites relations politiques et financières avec la frange la plus politisée et militante de la « communauté gay  » locale.  Récit.

Lire la suite

La fédération PS du Rhône veut une société asexuée

La fédération PS du Rhône veut une société asexuée

28/07/2012 — 13h30
LYON (NOVOpress) — Sous le titre « Les femmes sont des hommes comme les autres : pour un féminisme solidaire », Cécile Michaux, secrétaire fédérale chargée de la formation des militants à la fédération socialiste du Rhône, et Frédéric Piriou, chargé de la communication de cette fédération, présentent leurs contributions pour le prochain congrès du Parti socialiste des 26, 27 et28 septembre 2012. Les contributions des fédérations départementales ont vocation à être discutées en vue de l’élaboration d’une ligne politique sur tous les thèmes de société pour les prochaines années.

La présente contribution vise, comme l’indique son titre, à mettre en œuvre un « féminisme solidaire » dans la société. Derrière ce terme enjolivé, se cache l’idée d’une destruction des particularités des sexes en vue de la mise en place d’une société niant le genre de chacun, en vue d’une meilleure égalité dans les domaines professionnels et privés entre hommes et femmes. Ainsi, il ne faut plus évoquer les droits de la femme, qui est un terme de nature à les distinguer, mais il faut désormais parler du droit « à l’émancipation des individus ».

L’approche du féminisme proposée, en niant les genres, se veut dès lors une ouverture vers le choix de son genre, mais aussi vers la reconnaissance d’une société asexuée, notamment par l’approbation du mariage entre homosexuels, et transsexuels : « Cette approche universaliste rejoint d’autres combats pour l’égalité. On pense ici notamment aux combats menés par les militants LGBT (Lesbiens, Gays, Bi et Trans) […] Ceux-ci demandent à ce titre le mariage “pour tous”, et non pas le « mariage gay », et se battent donc pour la suppression de la définition sexuée du mariage, vers une dimension plus ouverte d’une union entre “deux individus”. »

Lire la suite

François Hollande va dans le sens du lobby gay

François Hollande va dans le sens du lobby gay

11/01/2012 – 15h00
PARIS (NOVOpress) – Le candidat socialiste François Hollande a rendu sa copie à la communauté homosexuelle. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ses propositions font froid dans le dos !

En décembre dernier, François Hollande a répondu aux dix‑sept questions du club de réflexion « Homosexualité et Socialisme ». Un entretien malheureusement passé inaperçu car il donne une toute autre image du patelin maire de Tulle. Ce ne sont pas des réformes qu’il propose mais une véritable révolution des mœurs. Un exemple : pour François Hollande, « dès le plus jeune âge, l’éducation devra faire une place aux questions de genre et d’orientation sexuelle pour changer la perception sociale de l’homosexualité. » L’intervention des associations homosexuelles en milieu scolaire devra « être soutenue. » Pour lutter contre ce que la novlangue médiatique appelle les discriminations, Hollande propose la création d’une « Autorité indépendante chargée de lutter contre les discriminations et de promouvoir l’égalité ». Sur le modèle de la défunte HALDE, cette Autorité aura « un rôle de sensibilisation, d’alerte, de conseil, d’accompagnement des victimes (y compris sur le plan judiciaire) et pourra émettre des recommandations aux acteurs sociaux ».

François Hollande veut révolutionner la famille !

Au moins les choses sont claires, le candidat socialiste promet aux homosexuels l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, la possibilité d’adopter, l’autorisation de l’assistance médicale à la procréation, la reconnaissance du statut du beau‑parent, l’amélioration du PACS et des textes sur la fin de vie des personnes transsexuelles et l’introduction de « l’identité de genre » dans les motifs de discriminations punis par la loi ! Cerise sur le gâteau, même la diplomatie française devra « défendre les droits des homosexuels et combattre l’homophobie. »

Crédit photo : DR

Bordeaux : des étudiants s’opposent à la remise de diplôme de Judith Butler

Bordeaux : des étudiants s’opposent à la remise de diplôme de Judith Butler

06/10/2011 – 10h15
BORDEAUX (via Info Bordeaux) — Hier soir avait lieu à la faculté de Bordeaux III la remise des insignes docteur Honoris Causa à la très polémique philosophe américaine, Judith Butler. Cette distinction délivrée par Patrice Brun, président de la faculté, est une preuve de plus de la complaisance de l’université française pour la théorie du Genre.

Féministe homosexuelle, celle-ci a élaboré une théorie sur le genre à partir des années 70 et son livre « Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion » (publié en France en 2005). La diffusion de cette idéologie subversive au sein des lycées et des universités fait l’objet d’une réaction sans précédent de la part des parents d’élèves et de près de 200 parlementaires (les personnes ne seraient plus définies comme hommes et femmes, mais comme pratiquants de certaines formes de sexualités : homosexuels, hétérosexuels, bisexuels, transsexuel !).

Hier, une dizaine d’étudiants bordelais ont donc tenu à manifester leur désapprobation en lançant des slogans hostiles à Judith Butler et en agitant des pancartes.

[box class= »info »]Source : info-bordeaux.fr[/box]

Manuels scolaires et identité sexuelle : entretien avec Jacques Myard [audio]

Manuels scolaires et identité sexuelle : entretien avec Jacques Myard [audio]

30/08/2011 20h00
PARIS (NOVOpress) – Une petite centaine de députés UMP ont co-signés une lettre adressée au ministre de l’Éducation nationale, Luc Chatel, lui demandant de retirer des manuels d’enseignements de SVT (1ère L et ES) les passages sur « l’identité sexuelle » faisant la part belle notamment à la théorie du gender (théorie que Facebook fait sienne, photo ci-dessus). Parmi eux, le député Jacques Myard, membre de la Droite populaire.

[MEDIA not found]

[box class= »warning »]Photo : capture d’écran d’une page Facebook…[/box]