Tag Archives: Geert Wilders

eric-zemmour

Eric Zemmour : « Aux Pays-Bas, le multiculturalisme a échoué »

16/03/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Geert Wilders n’a certes pas remporté les élections législatives aux Pays-Bas mais… Mais son parti a encore progressé et, pour Eric Zemmour, il faudrait peut-être commencer à analyser sérieusement les raisons de la montée du « populisme » à travers le monde. Car « quand Donald Trump a gagné, on a dit que les petits Blancs racistes voulaient prendre leur revanche sur un président noir. Quand le Brexit a vaincu, on a dit que les classes populaires britanniques avaient renoué avec l’ancien mépris impérial pour les étrangers. Quand l’extrême droite autrichienne a été à deux doigts de conquérir la présidence du pays, on a dit que le passé nazi remontait à la surface. A chaque fois que le Front national progresse, on rappelle qu’il a hérité du vieux fonds vichyste et que la France n’a jamais digéré la guerre d’Algérie. Pour chacun de ces pays-là et pour d’autres, l’explication économique et sociale est régulièrement avancée : le chômage de masse, les inégalités croissantes et les classes populaires marginalisées, loin des métropoles. »

Or « l’ennui, avec la Hollande, c’est que rien de tout cela ne tient marche. Aucune des explications traditionnelles, au fond si rassurantes, ne tient debout » car la Hollande « est un des pays les plus prospères du monde où le chômage est une des plus bas d’Europe ». Le pays « n’a aucune des tares des autres pays d’Europe, et pourtant elle a la même hantise identitaire ». Alors ? Les explications d’Eric Zemmour, ce matin sur RTL…

geert-wilders

Pays-Bas : la droite populiste continue sa progression électorale

16/03/2017 – PAYS-BAS (NOVOpress)
Aux Pays-Bas avaient lieu hier des élections législatives. A l’issue du scrutin, les libéraux de droite du Premier ministre restent en tête, avec environ 30 sièges. Mais ils en perdent une dizaine. Le parti du populiste Geert Wilders continue sa progression vers le pouvoir, avec 19 sièges, soit 4 de plus qu’aujourd’hui. Au grand soulagement pour les médias et pour les élites oligarchiques !

Ces résultats clôturent une campagne électrique lors de laquelle les thèmes de l’islam, de l’immigration, de l’identité ont été mis au centre du débat. Une campagne qui reflète l’esprit des Néerlandais, qui placent clairement l’immigration, la défense de l’Etat néerlandais et la question de la place de l’islam dans leur société au cœur de leurs préoccupations.

D’où le succès de Geert Wilders, qui exprime une révolte populaire occidentale plus large contre la globalisation, les frontières ouvertes et le multiculturalisme.


Geert Wilders peut-il remporter les législatives néerlandaises ?

13/03/2017 – PAYS-BAS (NOVOpress)
À deux jours du scrutin, Geert Wilders arrive en seconde position des sondages avec 13% des intentions de vote. Il promet, s’il est élu, de fermer les frontières aux musulmans, d’interdire la vente du Coran et de fermer les mosquées.

En tête des sondages, avec 16 % des intentions de vote, le Premier ministre sortant, Mark Rutte, met en garde contre une possible victoire de son adversaire populiste. Le libéral brigue pour sa part un troisième mandat.

Enfin le jeune leader écologiste Jesse Klaver pourrait lui aussi peser dans les urnes. D’origine marocaine, cet homme politique de trente ans est considéré par les analystes comme l’antithèse de Geert Wilders.

Un reportage Euronews.



Geert Wilders veut interdire le Coran aux Pays-Bas

06/03/2017 – PAYS-BAS (NOVOpress)
Dans des Pays-Bas en pleine campagne pour les législatives du 15 mars, Geert Wilders, deuxième dans les sondages, réaffirme ses positions anti-islam.

Outre la fermeture de mosquées, Geert Wilders aimerait interdire le Coran dans son pays :

Je préférerais qu’il n’y ait pas le Coran aux Pays-Bas dans la mesure où nous avons interdit “Mein Kampf”. Cela peut sembler hautement symbolique mais cela aurait un effet important. Si notre pays avait une politique d’immigration plus dure que les autres pays, alors les immigrés iraient dans les autres pays.


Geert Wilders

Le leader néerlandais Geert Wilders s’en prend à la « racaille marocaine »

19/02/2017 – PAYS-BAS (NOVOpress) : En campagne pour les élections législatives qui se tiennent le 15 mars, le leader populiste néerlandais Geert Wilders s’en est pris à la « racaille marocaine » : « Regardez l’islamisation, comment nous laissons le terrorisme entrer dans le pays, comment nous laissons la racaille marocaine agir sans rien faire. » En visite dans la banlieue de Rotterdam, le patron du PVV (Parti pour la liberté) a ajouté :

« Il y a beaucoup de racaille marocaine en Hollande qui rend les rues dangereuses. »

Les sondages donnent actuellement le parti de Geert Wilders en tête des intentions de vote, avec trois à quatre sièges d’avance sur le parti au pouvoir, ce qui serait toutefois insuffisant pour leur permettre de devenir premier ministre : seul le soutien de plusieurs autres formations le lui permettrait et chacune s’y refuse, au nom du « cordon sanitaire ».

Affiche PVV Wilders

Le PVV de Geert Wilders mène campagne sur des thèmes identitaires

31/01/2017 – PAYS-BAS (NOVOpress) : Aux Pays-Bas, les élections législatives approchent. Plus que six semaines savant le scrutin, qui aura lieu le 15 mars. Même s’il se tasse un peu, le score accordé par les sondages au Parti de la liberté, le PVV de Geert Wilders, en fait le favori du scrutin. Nous publions ci-dessous quelques-uns des visuels de la campagne très identitaire qu’il mène, dans leur version anglaise, nettement plus aisée à comprendre que la version néerlandaise.

Affiche PVV Wilders 1

Affiche PVV Wilders 2

Affiche PVV Wilders 3

Affiche PVV Wilders 4

Coblence : 2017 sera-t-elle l’année des patriotes ?

24/01/2017 – EUROPE (NOVOpress)
Les mouvements patriotes européens sont en ordre de bataille à l’approche de scrutins clefs aux Pays-Bas, en France et en Allemagne.
Euronews consacre un reportage au meeting qui a notamment réuni Marine Le Pen, l’Allemande Frauke Petry et le Néerlandais Geert Wilders, samedi 21 janvier, à Coblence, en Allemagne.

Leur mot d’ordre a été clair : “Rendre sa liberté au vieux continent, 2017 est l’année des patriotes !”.

Tous les trois ont tenu un discours similaire sur le grand retour des Etats nations, le contrôle des frontières et la fin des politiques d’accueil aux migrants. Un message qui les place en haut des sondages dans leurs pays respectifs où se tiendront bientôt des élections.


geert-wilders

Procès contre Geert Wilders et la liberté d’expression aux Pays-Bas

Le verdict est attendu pour le 9 décembre. Geert Wilders, le leader du Parti pour la liberté (PVV), le parti national-libéral néerlandais allié du FN au Parlement européen, est poursuivi pour « incitation à la haine raciale » après avoir demandé à ses supporters en mars 2014 à La Haye, après des élections municipales, s’ils voulaient plus ou moins de Marocains dans leur ville et aux Pays-Bas. A la foule qui scandait « Moins ! Moins ! Moins ! », il avait répondu : « Nous allons nous en charger. »

Il avait refusé de comparaître à ce procès qu’il considère politique, mais il est venu faire une déclaration devant les juges à la dernière audience, le 23 novembre dernier. « Je ne suis pas raciste », a-t-il affirmé, s’étonnant que les Marocains soient soudainement, pour les besoins du procès, considérés comme une race. « Des millions de personnes sont d’accord avec moi, des gens normaux qui veulent récupérer leur pays », a-t-il encore prévenu les juges et le procureur qui demande une amende de 5 000 euros.

Et il n’a pas tort, car tous les sondages donnent son parti deuxième ou même premier aux prochaines élections législatives prévues pour le 15 mars 2017, et il n’est donc pas exclu que ses députés puissent être courtisés pour former une coalition.

« La liberté d’expression est la seule liberté qui me reste », a aussi dit Geert Wilders aux juges, se référant aux douze dernières années passées avec sa famille sous protection policière constante, de peur qu’une organisation terroriste islamique ou un « loup solitaire » de confession musulmane n’attente à leur vie. Et cela n’empêche effectivement pas ce courageux patriote de s’exprimer ouvertement pour la défense de son pays. En août dernier, il publiait dix propositions pour les prochaines législatives, sous le titre « Les Pays-Bas doivent être à nouveau à nous ». Parmi ses propositions : interdire toute immigration musulmane, fermer toutes les mosquées et écoles coraniques et interdire le Coran.

Avertissant que sa condamnation serait aussi la condamnation au silence de millions de ses compatriotes par un régime qui s’apparente de plus en plus à celui d’Erdogan en Turquie par sa volonté de museler l’expression dissidente, Geert Wilders à promis aux juges du Système qu’il ne se tairait pas :

« Je dois utiliser la dernière liberté qui me reste pour protéger mon pays contre l’islam et contre le terrorisme, contre l’immigration en provenance de pays musulmans, contre l’énorme problème que posent les Marocains aux Pays-Bas. Je ne peux pas me taire, je dois parler. C’est mon devoir. »

Parmi ses défenseurs, le professeur de droit Paul Cliteur de l’université de Leyde, connu pour n’être pas lui-même d’accord avec les idées de Geert Wilders, a prévenu les juges qu’une sanction, même modérée, pourrait avoir un effet destructeur sur la liberté d’expression aux Pays-Bas. Mais face à ce qu’elles appellent « la montée des populismes », les élites désespérées n’ont sans doute plus d’autre recours que de tenter de transformer la démocratie en tyrannie libérale-libertaire, en attendant la charia.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 30 novembre 2016

Procès de Geert Wilders pour avoir promis “moins de Marocains” aux Pays-Bas

24/11/2016 – PAYS-BAS (NOVOpress)
Accusé d’incitation à la haine pour avoir promis “moins de Marocains” aux Pays-Bas, Geert Wilders a réaffirmé sa position à l’issue de son procès qui s’est tenu hier à La Haye :

Je suis seul devant vous aujourd’hui mais je ne suis pas seul: des millions de personnes sont d’accord avec moi, des gens normaux qui veulent récupérer leur pays.

Il est poursuivi pour des propos sur l’immigration, tenus lors d’une soirée après les élections municipales de mars 2014 à La Haye. Après avoir demandé à ses militants s’ils voulaient “plus ou moins de Marocains dans (leur) ville et aux Pays-Bas”, la foule avait scandé “Moins ! Moins ! Moins !”. Geert Wilders avait alors répondu : “Nous allons nous en charger”.

Le verdict est attendu le 9 décembre.



clash-pays-bas-turquie

Clash au Parlement des Pays-Bas : « Retournez en Turquie ! »

18/11/2016 – PAYS-BAS (NOVOpress) : « Si vous aimez tant votre pays, retournez y vivre, retournez en Turquie ! » : tels sont les aimables propos que Louis Bontes a lancé à Selçuk Öztürk dans l’enceinte du Parlement néerlandais, où ils siègent tous deux comme députés, ce qui est bien leur point commun !

Selçuk Öztürk, un musulman né en Turquie en 1972, est un ancien du PvdA, le Parti travailliste, qu’il a quitté pour fonder sa propre formation avec un autre élu également né en Turquie et tout aussi musulman, Tunahan Kuzu.

Louis Bontes est député lui aussi mais il n’est ni turc ni musulman. Elu sous l’étiquette du Parti pour la liberté (PVV) de Geert Wilders, dont il s’est éloigné depuis tout en continuant à défendre les mêmes convictions, il est même farouchement hostile à l’islamisation de son pays.

Alors quand Selçuk Öztürk a commencé à prôner la suppression de l’armée des Pays-Bas, le sang de Louis Bontes n’a fait qu’un tour. Et il est allé lui parler du pays…

Marine Le Pen à Milan, star de la droite patriote européenne

30/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Star du groupe parlementaire européen « Europe, Nations et Liberté » qui s’est réuni hier à Milan, Marine Le Pen a tiré à boulets rouges sur l’Europe de Bruxelles.

La droite patriote s’est retrouvée hier à Milan à l’invitation de Matteo Salvini, le leader de la Ligue du Nord. Du PVV du Hollandais Geert Wilders au FPÖ Autrichien, en passant par le Vlaams Belang et des partis europhobes polonais et roumains et bien sûr le Front National, le groupe « Europe, Nations et Liberté » tenait sa première convention.

Acclamée telle une star, Marine Le Pen a pu allègrement qualifier le Traité de Schengen « d’infamie » et prédire la fin de l’Europe de Bruxelles.

Manuel Valls en France, Jean-Claude Juncker à Bruxelles, Christine Lagarde à Washington, tous s’affolent de la dislocation en cours de l’Union Européenne. Il est vrai que de toutes parts l’édifice européiste tel qu’ils l’ont eux-mêmes si maladroitement dessiné s’effondre. Mais je veux le faire savoir aux citoyens des nations d’Europe : ils n’ont rien à regretter de la fin de ce monde antique. Au contraire, ils ont tout à espérer du retour des nations et de leurs libertés.

Plaidant pour une refonte de l’Europe, le retour des monnaies nationales à côté d’un euro « monnaie commune », Marine Le Pen a dessiné les contours d’un Eirope des nations, seule à même de lutter contre les dangers qui la menacent, dans le respect de la liberté et de l’identité des peuples qui la composent.

Car Bruxelles ne menace pas seulement la liberté, mais aussi l’existence même des peuples européens, menacée par « la subversion migratoire voulue par Bruxelles et Berlin », a expliqué en substance la présidente du Front National.

C’est l’ultime bras armé de la politique européiste et de son projet funeste : appauvrir et dissoudre les nations européennes, noyer à jamais les civilisations.

Elle a ajouté concernant les évènements de Cologne qu’ils avaient « révélés les menaces que l’immigration de masse faisait peser sur les droits des femmes et la pérennité de la civilisation occidentale ».
Mais s’est réjoui que « les peuples européens commencent enfin à se lever face à cette atteinte majeure à leur sécurité, à leur prospérité, et à leur identité ».

De son côté, Matteo Salvini s’est particulièrement emporté contre une Europe qui « s’écroule sous la faim, les clandestins et le chômage. » Tandis que Marcel de Graaff, du Parti de la liberté néerlandais, a parlé de « l’échec de l’Union européenne qui apporte des centaines de milliers de clandestins lesquels menacent femmes et enfants. »
Sur le diagnostic, ces partis sont tous d’accord dans les grandes lignes. Il leur reste à accéder aux responsabilités.



eportage de la CNN sur l'attaque de Garland le 3 mai

Texas : tentative d’attentat contre un concours de caricatures de Mahomet, la piste islamiste

04/05/2014 – MONDe (NOVOpress)
Un concours de caricatures de Mahomet tourne à la fusillade : les deux terroristes qui voulaient attaquer l’évènement abattus.

Charlie Hebdo, Texas, serait-on tenté d’ironiser. Alors que se terminait un concours de caricatures de Mahomet en présence de l’homme politique néerlandais Geert Wilders, connu pour son combat contre l’idéologie islamique, deux hommes ont surgi de voiture et ouvert le feu en direction du bâtiment. Un officier de sécurité de la ville a été blessé, tandis que les deux terroristes étaient tués par les tirs de riposte de la police.

Cet attentat manqué n’a pour l’heure pas été revendiqué, mais tous les regards se tournent bien sûr vers la piste islamiste. D’ailleurs, le mot-clef #texasattack avait commencé à circuler sur Twitter dès avant l’assaut,notamment sur des comptes pro-islamistes. L’un des assaillants avait été soupçonné par les autorités américaines d’avoir voulu se rendre en Somalie pour le Jihad.

Le concours de caricatures était organisé par l’association « American Freedom Defense Initiative », connue pour ses positions anti-islamistes. Dans un courrier à l’AFP, Geert Wilders s’est déclaré « choqué » et a dénoncé une « atteinte aux libertés de tous ».
En effet, les américains découvrent sur leur sol les dangers de la liberté d’expression appliquée à l’islam que nous connaissons bien ici. La différence étant que leur gouvernement ne s’oppose pas à ladite liberté, comme le fait si bien notre classe politico-médiatique.

Crédit phot : capture d’écran d’un reportage de la CNN sur l’attaque de Garland le 3 mai


Geert Wilders : l’eurosceptique néerlandais qui monte

14/05/2014 – via Euronews
“Cette fois c’est différent”. Voilà le slogan officiel du Parlement européen pour le scrutin de mai. Mais il pourrait tout aussi bien s’appliquer aux eurosceptiques. Le Néerlandais Geert Wilders a promis de former un groupe parlementaire avec des partis d’autres pays partageant ses idées, afin de “démolir l’Union de l’intérieur”. Aux Pays-Bas, il est en tête des sondages.

Publié le
Marine Le Pen se rendra au Parlement néerlandais avec Geert Wilders

Marine Le Pen se rendra au Parlement néerlandais avec Geert Wilders

15/10/2013 – 08h00
AMSTERDAM (via le site de Lionel Baland) –
Le dirigeant du PVV Geert Wilders et Marine Le Pen, la présidente du Front national, se rencontreront aux Pays-Bas en novembre 2013. L’objectif des deux dirigeants de parti patriotique est de travailler ensemble à la résistance face à l’Union européenne. La rencontre est prévue au sein de la Chambre des députés, où Geert Wilders est élu.

Marine Le Pen a déclaré que son parti a beaucoup de similarités avec celui de Geert Wilders. Ce dernier indiquant : « Les partis tels que le Front national et le PVV peuvent rabattre le caquet, lors des élections européennes, aux élites europhiles. »

Lire la suite

77 % des Néerlandais estiment que l’islam n’est pas un enrichissement pour leur pays

77 % des Néerlandais estiment que l’islam n’est pas un enrichissement pour leur pays

02/06/2013- 10h00
AMSTERDAM (via le site de Lionel Baland) –
Les Pays-Bas en ont assez de l’islam. 77 % des Néerlandais trouvent en effet que cette religion n’est pas un enrichissement pour leur pays et 68 % pensent qu’il y a assez d’islam aux Pays-Bas. Il est remarquable que les électeurs de tous les partis partagent en majorité cet avis (depuis le PVV de Geert Wilders jusqu’au SP situé à gauche de la gauche). C’est ce que montre une enquête Maurice de Hond commandée par le PVV et réalisée auprès d’un échantillon de 1.900 personnes.

Lire la suite

Geert Wilders et Marine Le Pen ont déjeuné ensemble à Paris

Geert Wilders et Marine Le Pen ont déjeuné ensemble à Paris

23/04/2013 – 18h00
PARIS (via le site de Lionel Baland) – Le dirigeant du PVV Geert Wilders désire examiner la manière dont il va collaborer avec Marine Le Pen. A cette fin, ils ont déjeuné ensemble ce lundi 22 avril 2013 à Paris. Geert Wilders a expliqué que les deux dirigeants politiques se sont rencontrés afin de faire connaissance et de déterminer s’ils peuvent, par exemple, mener ensemble le combat contre l’euro, l’Union européenne et l’immigration de masse. Et Marine Le Pen a laissé entendre à Geert Wilders qu’elle se rendra cette année aux Pays-Bas.

Crédit photo : DR

Geert Wilders reçoit le « Prix pour la liberté Hiltrud Schröter »

03/02/2013 – 15h45
BONN (Lionel Baland) — Samedi 2 février 2013, Geert Wilders, le président du PVV néerlandais, s’est rendu à Bonn en Allemagne à l’invitation du Mouvement de citoyens Pax Europa (BPE) afin de recevoir le Prix pour la liberté Hiltrud Schröter.

Plus de 300 personnes se sont retrouvées au sein d’une salle de l’Hôtel Maritim afin d’assister à l’événement. La présentation de la réunion a été assurée par Michael Stürzenberger venu de Munich, capitale de la Bavière, où il s’occupe, avec son groupe de membres du parti die Freiheit (La Liberté), de la récolte de 30.000 signatures d’habitants de la ville afin de voir organiser une consultation du peuple à propos de la construction au cœur de la ville d’un grand centre islamique financé par le Qatar.

Lire la suite