Tag Archives: gazoduc

South Stream : Poutine met une nouvelle fois la Commission européenne en échec

South Stream : Poutine met une nouvelle fois la Commission européenne en échec

28/06/2014 – VIENNE (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
La signature mardi dernier d’un contrat entre les groupes d’énergie autrichien OMV et russe Gazprom a scellé l’alliance de l’Autriche au projet italo-russe du gazoduc South Stream. Ce gazoduc doit relier la Russie au sud de l’Union européenne via la mer Noire en évitant soigneusement l’Ukraine.

La Commission européenne, très sensible aux injonctions étasuniennes, a appelé ses 28 pays membres à repousser les propositions russes, alléguant une entrave aux règles européennes en matière de concurrence. Mais certains pays, comme l’Autriche et la Slovénie, très dépendants du gaz russe ou situé sur le tracé du gazoduc ont décidé de s’affranchir des « recommandations » de la Commission. South Stream aura une capacité de 63 milliards de m3 par an, l’équivalent des achats de gaz de l’Union transitant actuellement par l’Ukraine. Il doit entrer en service en Autriche à la fin de 2016. C’est un joli camouflet que Vladimir Poutine vient d’infliger à la Commission européenne.

Crédit photo : chazelles.info, via Wikipédia, (cc).

Vladimir Poutine- Crédit Presidential Press and Information Office, CC - partie

Vladimir Poutine et l’Europe

30/12/2011 – 08h00
PARIS (NOVOpress) –
Le premier ministre russe, Vladimir Poutine,  a qualifié de « projet paneuropéen » la construction du gazoduc South Stream devant acheminer le gaz russe vers l’Europe par le fond de la mer Noire. Il a par ailleurs remercié selon le journal Ria Novosti, lors d’une rencontre avec le ministre turc de l’Energie et des Ressources naturelles, Taner Yildiz, les autorités turques pour avoir donné leur accord à la construction d’une partie du gazoduc South Stream dans sa zone économique exclusive. Le projet South Stream associe le russe Gazprom, l’italien Eni, le français EDF et l’allemand BASF.

Un projet qui a vu le jour grâce à l’action, et ce au grand dam des Etats-Unis, de l’ancien premier ministre italien, Silvio Berlusconi. Dans un rapport « Eurasian Energy Security« , rédigé par Jeffrey Mankoff, spécialiste de la question auprès du think-tank mondialiste « Council of Foreign Relations« , Silvio Berlusconi était considéré comme un allié peu sûr des Etats-Unis et un acteur majeur du rapprochement entre l’Union Européenne et la Russie.

L’approvisionnement en gaz de l’Europe désormais assuré

L’approvisionnement en gaz de l’Europe désormais assuré

10/11/2011 – 18h30
MOSCOU (NOVOpress)  – Mardi 8 novembre, le chancelier allemand Angela Merkel, accompagné du président russe Medvedev et du Premier ministre français François Fillon, a inauguré le nouveau gazoduc Nord Stream. Ce gazoduc reliera désormais la ville russe de Vyborg à la ville allemande de Greifswald. Il permettra d’alimenter 26 millions de foyers européens, d’ici la fin 2012.

L’aboutissement de ce projet titanesque est une bonne nouvelle pour les pays occidentaux

Nord StreamL’itinéraire de Nord Stream passe par les eaux territoriales et les zones économiques exclusives du Danemark, de la Suède, de la Finlande, de la Russie et de l’Allemagne. L’acheminement du gaz russe vers les pays occidentaux se fait désormais directement, sans traverser des pays tiers, ce qui renforce la sécurité énergétique de l’Europe. Adieu donc aux chantages biélorusses qui, en 2009, avaient provoqué des coupures de chauffage et un arrêt de certaines usines dans une bonne partie de l’Europe.

Mais la Russie peut également se frotter les mains. L’opérateur du projet, Nord Stream AG, est détenu en majorité par le russe Gazprom (51 %). Les 49 % restants sont détenus par les allemands Wintershall Holding et E.ON Ruhrgas (15,5 % chacun), le néerlandais Gasunie et le français GDF Suez (9 % chacun). La Russie a donc désormais le contrôle de l’acheminement de son gaz vers ses clients. Elle a les mains libres pour négocier en position de force avec l’Ukraine et la Biélorussie. Jusqu’alors partenaires pour l’acheminement du gaz, ces deux pays ne seront plus, à moyen terme, que des clients dépendants du gaz russe.

Projet Pipeline South Stream et NabuccoLes Américains ne peuvent que constater les dégâts

Le projet de gazoduc américain Nabucco, en butte à de nombreuses difficultés diplomatiques et techniques, n’entrera pas en fonction avant 2017. Son objectif est d’approvisionner l’Europe en gaz non-russe via la Turquie, en contournant la Russie et l’Ukraine. Quant au gazoduc russo-italien South Stream en Méditerranée, il doit entrer en service d’ici 2015…

Pas sûr que les clients européens et les fournisseurs d’Asie centrale aient la patience d’attendre 2017 !

[box class= »info »]Crédits illustrations : chazelles.info/Wikipédia sous licence Creative Common – Boban Markovic/Wikipédia sous licence Creative Common[/box]