Tag Archives: Gatineau

Québec : une mairie recommande aux immigrés d’éviter les odeurs

Québec : une mairie recommande aux immigrés d’éviter les odeurs

10/12/2011 – 08h45
GATINEAU (NOVOpress) — 108 nationalités présentes dans la ville, 1500 immigrés supplémentaires accueillis en 2010, soit une augmentation de 28 % de la population immigrée par rapport à 2009 (la deuxième plus forte augmentation de tout le Canada), et le maire qui trouve tout cela merveilleux : la municipalité de Gatineau au Québec ne saurait a priori être soupçonnée de braver le politiquement correct.

Marc Bureau, maire de Gatineau. Crédit : Ville de Gatineau - gatineau.ca

Marc Bureau, maire de Gatineau. Crédit : Ville de Gatineau - gatineau.ca

Le guide Énoncé des valeurs : des clés pour mon intégration (disponible en téléchargement), que « la Section de la diversité culturelle du Service des arts, de la culture et des lettres de la Ville de Gatineau » vient de publier à l’intention des immigrés est du reste tout dégoulinant de bons sentiments multi-ethniques. La couverture est ornée de la photographie d’une vieillarde (la population québécoise de souche) qui tient dans ses bras une petite fille blonde et un petit Noir, conformément aux canons de l’imagerie métisseuse – toujours un Noir et une blonde, jamais l’inverse. Sous le titre « Bienvenu à Gatineau ! », l’introduction annonce aux immigrés : « La Ville de Gatineau souhaite la bienvenue à toutes les personnes qui ont décidé de s’y établir et de devenir des Gatinoises et des Gatinois. Notre communauté s’enorgueillit de la richesse de sa diversité culturelle alors que plus d’une centaine de pays d’origine différents forment sa population. Ce petit livret a été conçu pour vous aider à réaliser pleinement votre projet d’intégration ». La conclusion est consacrée à « la promotion de l’inclusion et de la lutte contre le racisme et la discrimination ».

Las, même les municipalités les plus politiquement correctes font parfois des erreurs. Au chapitre 12, on trouve cet avertissement : « les citoyens porteront une attention particulière à la propreté, l’hygiène corporelle et la salubrité des lieux publics et privés. Le respect de la qualité de vie d’autrui fait également référence à des facteurs dérangeants ou nuisibles comme le bruit et différentes odeurs perçues désagréables comme la fumée de cigarette, les odeurs d’usines et de moteurs ainsi que les odeurs fortes émanant de la cuisson ».

Il n’en fallait pas plus pour que la mairie de Gatineau se retrouve sur le banc des accusés. Médias et associations antiracistes comparent son guide au célèbre « code de vie » adopté en 2007 par la petite ville d’Hérouxville, qui avait fait scandale parce qu’il interdisait entre autres la lapidation des femmes. « Le ton est infantilisant aux yeux de certains groupes œuvrant auprès des communautés immigrantes ». Pour Baka Asha Tshimanga, du Centre catholique pour immigrants, qui accueille chaque année des centaines de nouveaux arrivants, « ça manque de subtilité ». Le guide « est un peu paternaliste ». « Je ne sais pas, poursuit Baka Asha Tshimanga, dans quelle culture les gens ne se lavent pas ».

Au journal télévisé, le maire de Gatineau, Marc Bureau, a été accusé de vouloir obliger les immigrés à « manger comme des Québécois de huitième génération ». « Et s’ils ont envie de se cuisiner un plat qui dégage des odeurs plus fortes, avec du curry, je ne sais quoi ? » a demandé avec indignation le journaliste. « Ce n’est pas comme Hérouxville, il y a une grande différence », a expliqué le maire de Gatineau, Marc Bureau, qui a souligné que le guide n’imposait rien. « Ce n’est pas un code de conduite ».

Photo en Une : crédit Dulcie via Flickr (cc)