Tag Archives: galette des rois

Mini drame dans la communauté LGBT d’Orléans

Mini drame dans la communauté LGBT d’Orléans

10/01/2015 – ORLÉANS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Les galettes des rois, vendues chez des artisans réputés de la ville royale, tièdes, croustillantes et dorées abritent en réalité des horreurs sans nom. On y trouve, horresco referens, des fèves représentant une famille avec femme, homme, enfants.

Le groupe gay et lesbien du Loiret crie au scandale. Christophe Desportes‑Guilloux, délégué national d’Homosexualité et socialisme (HES), se dit choqué, ce symbole blesse la communauté homosexuelle en lui rappelant les « violences » qu’elle a subies lors du débat sur le mariage pour tous. Les pâtissiers, surpris, disent ne pas avoir fait le rapprochement, s’excusent, et promettent de faire retirer les dites fèves.

La tradition des rois semble bien avoir oublié son origine, un hommage aux Rois mages et à la sainte famille.

On se souvient encore du maire de Brest qui, l’année dernière à la même époque avait interdit le mot Épiphanie, ainsi que les couronnes en carton doré dans les écoles.

Crédit photo : Purple Sherbet Photography, via Flickr, (cc).

[Tribune libre] Lorsque tirer les rois devient un acte de résistance... par Marie Vermande

[Tribune libre] Lorsque tirer les rois devient un acte de résistance… par Marie Vermande

Crédit photo : « Le gâteau des Rois », Jean-Baptiste Greuze, 1774 (Musée Fabre) via Wikipédia (domaine public).

08/01/2014 – 11h00
BREST (NOVOpress) –
Nous sommes en 2014, et l’actualité politique nous fait un peu penser aux heures les plus sombres de notre histoire. Ne vous méprenez pas, je veux parler de la Révolution française, et en particulier de la Terreur.

Pendant cette période de meurtres et de violences de toute sorte, il ne faisait pas bon être opposé au gouvernement. Comme maintenant en fait. Sauf qu’aujourd’hui, on ne paye plus son opposition de sa tête, mais simplement de ce que l’on appelle la diabolisation. Pourtant, les journaleux et politicards de tout bord feraient mieux d’y penser : trop de diabolisation tue la diabolisation. Au point que dorénavant la condamnation de quoi que ce soit par un journaliste ou un politique est le feu vert pour que ce quoi que ce soit s’amplifie. On l’a vu pour les bonnets rouges, on l’a vu pour les quenelles, on le verra peut-être pour la galette des rois ?

Lire la suite