Tag Archives: Gaël Brustier

Le glissement droitier de la société française, Anne Sinclair interviewe le politologue Gaël Brustier

Ce mouvement conservateur qui pèse aujourd’hui en France

18/12/2014 – FRANCE
Dans une tribune publiée sur FigaroVox, Gaël Brustier réagit à l’arrivée de la porte-parole de Sens commun dans l’équipe de Nicolas Sarkozy, ainsi qu’à celle de l’ex-UMP Sébastien Chenu au sein du Rassemblement bleu Marine. Pour l’auteur du livre «Le Mai 68 conservateur», nous assistons en France au développement d’un mouvement conservateur – organisé et puissant – qui parvient à peser dans la vie politique française.

Extraits :

La venue d’un ancien animateur de GayLib, néanmoins d’abord entré en politique contre le traité de Maastricht, au Rassemblement bleu Marine signifie aussi que la dynamique lepéniste bénéficie des difficultés de l’actuelle droite conservatrice (UMP et UDI) après le mariage pour tous sur ces questions. Mais il ne faut pas penser que le FN va occuper une position similaire à celle de Pim Fortuyn hier. Le «moment Fortuyn» est peut-être derrière nous. Si on regarde ce qui se passe au sein du FPÖ autrichien, pourtant fortement marqué par un héritage «libéral» germanique, on constate une montée d’une forme de conservatisme, de défense de la famille traditionnelle qui n’était pas son apanage dans l’histoire politique autrichienne depuis le traité d’Etat de 1955. Oskar Freysinger (de l’UDC suisse), voici quelques années, a prononcé un poème et un discours dans lequel il revendiquait «l’inégalité» entre hommes et femmes, parlant des différences irréductibles entre les deux sexes, dénonçant une «génération d’êtres androgynes». Le modèle Strache ou Freysinger supplante aujourd’hui le modèle Pim Fortuyn, sans doute parce que la crise fait son œuvre et qu’elle a contribué à renforcer le discours conservateur dans la société. Reste, comme ciment des droites radicales européennes, l’hostilité à l’islam…

(…)

Le mouvement conservateur tel que nous le connaissons est actif à la base et entend agir sur tous les partis politiques, de l’UDI au FN. C’est cette organisation «à la base» qu’il faut prendre en compte si on veut en saisir la puissance. Pour la première fois depuis 1945, nous faisons face à un mouvement authentiquement conservateur, organisé, puissant, qui parvient à exercer une pression constante sur les élus de droite et d’extrême droite, est actif à la base et reçoit un écho de la part de la société. Son discours porte. Mais il serait sans doute erroné de le voir se transformer en parti politique: il y perdrait en fait beaucoup. Pourquoi exister électoralement coincé entre Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen, alors qu’il fait efficacement pression sur les deux ?


-

La Manif pour tous : « Un combat pour l’hégémonie culturelle »

22/11/2014 – FRANCE (NOVOpress)
Gaël Brustier, qui vient de publier « Le Mai 68 conservateur : que restera-t-il de la Manif pour tous ? », a accordé un entretien très intéressant à la revue Les Inrocks. D’après le politologue, la Manif pour tous peut apparaître comme « un combat pour l’hégémonie culturelle ».

En voici quelques extraits :

Au début, les tenants de la Manif pour tous ne souhaitaient pas que leur mouvement ait une traduction politique.

La Manif pour tous n’est plus la propriété de l’association qui la porte. Aujourd’hui, ce sont des gens qui ont fait le choix de l’investissement politique : ils se retrouvent à Sens commun à l’UMP, derrière Jean-Christophe Fromantin à l’UDI, ou même autour de Marion Maréchal-Le Pen au FN… Il y a aussi des militants qui ont fait le choix de l’action par l’intellectuel, comme les Veilleurs de Gaultier Bès, qui se tiennent éloignés du pouvoir tout en imposant leurs thématiques. D’autres encore poursuivent leur engagement au niveau associatif. La Manif pour tous a été un mouvement social très vaste qui se traduit aujourd’hui par des stratégies différentes. Le mariage pour tous a permis de cristalliser ces tendances. Maintenant, il y a une lutte pour imposer la vision du monde des Veilleurs. C’est un combat pour l’hégémonie culturelle.

(…)

La Manif pour tous sera donc pérenne ?

Oui, tant que la gauche n’ouvre pas un front culturel. On a une gauche européenne sociale qui préfère parler de politiques publiques (policies) plutôt que de politique (politics). Ce discours-là ne peut pas battre la Manif pour tous. Beaucoup de gens sont heurtés par la société de la rentabilité dans laquelle on vit, une société du chiffre où on évalue les enfants dès 3 ans. Les conservateurs de la nouvelle génération proposent une vision du monde philosophiquement contre-révolutionnaire mais qui répond à ces aspirations-là, en rejetant le productivisme, le consumérisme, et l’économie inféodée à la finance. Ils trouvent écho dans la société.

[Lu sur le Net] "Combat culturel" partout, "combat culturel" nulle part ? Par Gaël Brustier

[Lu sur le Net] « Combat culturel » partout, « combat culturel » nulle part ? Par Gaël Brustier

08/10/2014 – PARIS (via Slate.fr)
Nouveaux paradigmes, bataille des idées, Gramsci, gramscisme, jamais autant le combat culturel n’a semblé si primordial. Le chercheur en politique Gaël Brustier revient pour le site Slate sur le combat culturel, sa pertinence, le gramscisme de droite, la victoire culturelle de la droite et sur la façon dont la gauche doit reprendre le combat culturel. Membre de l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès (fondation liée au Parti socialiste), chercheur en science politique au Cevipol (Université libre de Bruxelles), spécialiste des droites et des dimensions culturelles de la politique, Gaël Brustier est notamment l’auteur de « Voyage au bout de la droite : des paniques morales à la contestation droitière » et de « La guerre culturelle aura bien lieu ».


L’oeuvre d’Antonio Gramsci est au coeur de l’idée de combat culturel. Aujourd’hui, l’expression est utilisée aussi bien par les Veilleurs issus de la Manif pour tous que par les Identitaires. Mais la domination culturelle des droites est d’abord une crise de la gauche, qui dépasse à la fois ses piètres résultats économiques et le cadre strictement français.

Que ce soit au sein de La Manif pour tous ou à la Fête de l’Humanité, au sein du Parti socialiste ou chez les Veilleurs, chez les écologistes ou chez les Identitaires, le terme «combat culturel» est redevenu à la mode, au risque de devenir une nouvelle «tarte à la crème» dénuée de sens.

Loin de se réduire à un combat pour les «valeurs», le combat culturel prend une dimension autre, dimension qui manque manifestement aujourd’hui à la social-démocratie comme à la gauche radicale des pays européens.

Né «à gauche», le combat culturel n’a pas manqué d’être utilisé par les droites, qu’elles soient françaises ou étrangères, néolibérales ou radicales. Confrontée à une crise électorale, politique et idéologique majeure, la gauche française semble quant à elle s’en remettre à son invocation sans toutefois en appréhender les profondes implications.

Lire la suite

[Radio] Une nouvelle nouvelle droite ?

[Radio] Une nouvelle nouvelle droite ?

12/04/2013 – 08h00
PARIS (NOVOpress Breizh) – Mardi dernier, dans l’émission Service public, animée par Guillaume Erner, France-Inter recevait Guillaume Peltier (ci-dessus), de l’UMP, et Gaël Brustier, auteur d’un ouvrage intitulé « La guerre culturelle aura bien lieu » (Mille et une nuits). Une occasion de mesurer le vide consternant de la pensée exprimée par le leader de la « Droite forte ». Autrement plus intéressantes sont les analyses de certains politologues.

Lire la suite