Tag Archives: Front National

fatima-allaoui-s-est-dit-profondement-choquee-par-cette_576090_510x255

Fatima Allaoui rejoint les rangs du Front National

19/12/2014 – FRANCE
Fatima Allaoui avait été déchue de ses fonctions de secrétaire nationale de l’UMP quatre jours après sa nomination pour avoir parallèlement adhéré au SIEL. Après avoir reçu des offres de ralliement de la part notamment de Florian Philippot et Jean-Marie Le Pen, Fatima Allaoui vient de franchir le pas en rejoignant le groupe Front national au Conseil régional de Languedoc-Roussillon.


Le prochain livre de Michel Houellebecq fait déjà polémique

Le prochain livre de Michel Houellebecq fait déjà polémique

19/12/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le dernier livre de Michel Houellebecq, intitulé “Soumission”, sortira le 7 janvier prochain. L’écrivain imagine la France en 2022: un candidat issu d’un parti musulman remporte l’élection présidentielle face au Front national et le pays est bouleversé. Le livre, qui n’est pas encore dans les rayons, fait déjà polémique.

Voici comment Le Nouvel Obs présente l’ouvrage :

Le scénario général est assez simple. Le second mandat de François Hollande s’achève. Les «Indigènes européens», qui naturellement «refusent la colonisation musulmane» et invitent à «préparer la guerre civile», ont pris le relais d’un «Bloc identitaire divisé en multiples fractions qui se comprenaient et s’entendaient mal». C’est la fête.

Là-dessus, élections présidentielles : comme le PS, l’UMP et l’UDI aident Mohammed Ben Abbes (Fraternité musulmane) à l’emporter contre Marine Le Pen (Front National), celui-ci nomme Bayrou premier ministre. Et nous voilà avec un héros qui, lui aussi, s’appelle François. Il pratique les amours tarifées, est spécialiste de Huysmans à «l’Université islamique de Paris-Sorbonne», et se demande s’il doit ou non se convertir à l’islam. Se convertira? Se convertira pas? C’est le fil rouge du livre.

Franck Guiot : « “on est chez nous” n’est pas un gros mot ! » (Présent 8253)

Franck Guiot : « “on est chez nous” n’est pas un gros mot ! » (Présent 8253)

16/12/2014 – PARIS (NOVOpress)

De l’UMP au FN
On est chez nous ! Ces paroles pleines de bon sens proviennent tout droit d’un élu UMP. Eh oui ! Pour être plus précis, d’un ancien UMP. Militant de droite depuis toujours, Franck Guiot vient de rejoindre le Front national, quittant le radeau de la Méduse mené dorénavant par Sarkozy & Co. A l’heure où certains passent de l’UMP au FN avec bruit, d’autres le font avec une discrétion à la mesure de leurs convictions. Portrait sans langue de bois d’un amoureux de la France.

Franck Guiot : « “on est chez nous” n’est pas un gros mot ! » (Présent 8253)— Quel a été votre parcours jusqu’à aujourd’hui ?

— Après une jeunesse au FNJ lors des années Mitterrand, j’ai adhéré au RPR et j’ai participé à la campagne en faveur du non à Maastricht. En 2002, j’ai naturellement adhéré à l’UMP sous l’impulsion d’un Nicolas Sarkozy qui inspirait la rupture face à un système déjà à bout de souffle. Par ailleurs, j’ai été élu au sein de mon village de 1995 à 2014. En 2007, tous les espoirs se sont portés sur Nicolas Sarkozy et sa volonté d’impulser une nouvelle dynamique. Très vite, beaucoup d’espoirs sont tombés (ouverture à gauche, bilan très mauvais sur la maîtrise de l’immigration et sur la sécurité…) et malgré une ligne « Buisson » que j’ai soutenue en 2012, Nicolas Sarkozy a été battu par défaut par un François Hollande acclamé sous une horde de drapeaux étrangers Place de la Bastille. La suite, tout le monde la connaît…

— Quels ont été les arguments pour votre départ de l’UMP et le choix du FN ?

— Dès la victoire de la gauche en 2012, le marasme s’est très vite emparé de l’UMP : divisions, aucune cohérence de ligne politique entre les différents courants, un courant « droite populaire » complètement marginalisé, une élection interne avec des crises d’egos dévastatrices, puis l’affaire Bygmalion…

Pendant ce temps, les idées défendues depuis 40 ans par le Front national démontrent qu’il avait raison : l’Europe est une passoire et n’est pas capable de faire face à une immigration devenue totalement hors de contrôle, de nombreux territoires de non-droit se développent en France, la délinquance explose, les Français sont asphyxiés par une pression fiscale devenue insupportable, nous avons un chômage de masse, bref nous nous dirigeons vers une crise de régime et un chaos sans précédent.

Lire la suite

Le Front national et l’islam : un sujet à risque pour le parti de Marine Le Pen, par Didier Beauregard

Le Front national et l’islam : un sujet à risque pour le parti de Marine Le Pen, par Didier Beauregard

« Les enquêtes d’opinion montrent sans exception que le vote Front national est d’abord motivé par des raisons identitaires et sécuritaires qui l’emportent largement sur les thèmes économiques mis en avant dans le programme actuel du parti, tels la sortie de l’euro ou le protectionnisme “intelligent” ».

La question identitaire est désormais plantée au cœur du débat politique. La volonté des partis institutionnels d’occulter le sujet n’arrive plus à contenir l’inquiétude du corps électoral. La conscience collective nationale a globalement perçu que le sujet de fond de la société française était bien celui de son identité, c’est-à-dire, pour parler clair, le maintien de l’identité d’un peuple français sur ses bases historiques européennes, chrétiennes et laïques.


Pour preuve de cet état de fait, le terme de « Grand Remplacement » a trouvé une place dans le débat public « officiel », même si, presque toujours, il est évoqué négativement en tant qu’expression type d’une paranoïa identitaire.

Renaud Camus

Renaud Camus

La seule personnalité politique – hors FN, bien sûr – à avoir acté cette nouvelle donne est Jean-Luc Mélenchon, qui, après sa déroute européenne, déclarait amer que maintenant « les questions ethniques et religieuses se substituaient à la question sociale ».

Mais la campagne présidentielle de l’UMP s’est révélée riche d’enseignements. La droitisation de l’électorat UMP a contraint Sarkozy à mener une campagne « Buissonnière », marquée par un discours de fermeté verbale sur les problématiques de l’immigration. L’approche minimaliste de la ligne Juppé sur ces thèmes ne semble pas rencontrer les attentes du vote populaire UMP. Dans la perspective des primaires à droite, le « chouchou » des sondages et des médias laisse béant un vaste espace sur son flanc droit ; et c’est aussi sur ce terrain que la bataille se jouera.

Tensions au sein du Front national

Paradoxalement, c’est au moment où l’histoire semble près de basculer que le Front national, seul acteur historique des thématiques identitaires, complexifie et brouille son discours traditionnel.

Lire la suite

Le FN prouve que les banques françaises refusent de lui prêter de l’argent

Le FN prouve que les banques françaises refusent de lui prêter de l’argent

09/12/2014 – PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Elle l’avait promis dimanche sur le plateau de BFMTV. Elle l’a fait hier.

Depuis plusieurs jours, de nombreuses personnalités politiques reprochent au parti de Marine Le Pen d’avoir accepté un prêt d’une banque russe. Xavier Bertrand (UMP) avait même qualifié “élégamment” Marine Le Pen de «menteuse» sur RTL lorsqu’elle avait dit que les banques françaises avaient refusé de faire ce prêt.

Elle a publié cinq lettres de refus qu’elle a reçues de diverses banques françaises (CIC, LCL, BNP Paribas, UBS(France), Crédit Agricole) suite à une demande d’un prêt de 5 millions d’euros. Cet argent est nécessaire pour faire face aux nouvelles dépenses liées à la croissance du Front National. Marine Le Pen a toutefois indiqué que si une banque française était prête à lui accorder un prêt, elle rembourserait de façon anticipée son emprunt russe.

Crédit photo : Remi Noyon, via Flickr, (cc).

Enquête TNS-Sofres décembre 2014 : immigration et insécurité prioritaires pour les Français

Enquête TNS-Sofres décembre 2014 : immigration et insécurité prioritaires pour les Français

09/12/2014 – PARIS (NOVOpress)
Considérant qu’“à la différence des autres grandes démocraties occidentales, en France, au-delà de l’approbation ou de la satisfaction vis-à-vis de l’exécutif, aucun dispositif ne permet de suivre l’évolution des préférences des citoyens sur l’action publique et aucun indicateur longitudinal ne saisit l’importance des différents domaines d’action publique. De même, ni les probabilités de vote ni les intentions de vote ne font l’objet d’enquêtes régulières et les images des leaders ne sont pas étudiées sur le long terme. Pour remédier à ces lacunes, le projet « Dynamiques politiques 2014-2017 » dirigé par Sylvain Brouard au CEVIPOF, a mis en place avec TNS Sofres deux baromètres :

- Le baromètre des dynamiques électorales qui étudie spécifiquement 10 traits associés aux principaux leaders des partis politiques et également les probabilités de vote pour les 10 principaux partis politiques.

- Le baromètre des priorités politiques qui scrute les perceptions de l’état de la France et de son évolution ainsi que les priorités politiques sur 60 enjeux d’action publique – orientations politiques, dépenses publiques et recettes publiques – en terme d’évolution souhaitée et d’importance.”

Et lorsqu’on l’analyse les données propres au baromètre des priorités politiques, l’on se rend compte que pour nos compatriotes arrivent en tête immigration et insécurité, bien loin devant l’Europe, la décentralisation ou même les questions de défense. A tel point que TNS-Sofres voulant pourtant minorer ces éléments reconnait :

La perception, majoritaire dans l’échantillon, d’un accroissement de l’immigration dans les 12 derniers mois, s’accompagne du souhait prévalent d’une politique migratoire restrictive perçue comme une priorité : près des 70% des répondants en octobre 2014 souhaitent une évolution, considérée comme extrêmement importante pour un tiers d’entre eux, de la politique migratoire, dans une direction plus restrictive (indice de direction de -70 en septembre 2014).

De même s’agissant des dynamiques électorales, TNS-Sofres précise pour le Front national :

Le FN (18%) est, quant à lui, le parti le plus cité, devant l’UMP, en particulier pour les problèmes d’immigration, de politique sociale mais aussi de pouvoir d’achat.

souhait-changement-sofres

priorite-changement-sofres

Face aux ambigüités et aux mensonges des dirigeants de l’UMP, Franck Guiot rejoint le Front National

Face aux ambigüités et aux mensonges des dirigeants de l’UMP, Franck Guiot rejoint le Front National

08/12/2014 – Entretien de Novopress avec Franck Guiot, militant historique du RPR puis de l’UMP.

Le FN a au moins le mérite de rassembler des patriotes qui n’ont pas peur de dire qu’en France : « on est chez nous » et qui refusent d’abandonner notre souveraineté aux technocrates de Bruxelles. La France doit rester la France.

Franck Guiot, vous venez d’annoncer sur twitter votre adhésion au FN, merci d’avoir choisi Novopress pour nous expliquer votre choix, qu’est ce qui a motivé votre décision ?

FG : Tout d’abord les valeurs défendues par le FN en matière de lutte contre l’immigration et en faveur de notre identité. Par ailleurs c’est l’un des seuls partis de droite où les dirigeants sont encore en phase avec les sympathisants. J’ai toujours été profondément de droite, ayant été auparavant au RPR, l’UMP était devenu un navire sans cap avec 10 lignes différentes, des divergences profondes sur l’abrogation de la loi Taubira (mariage pour tous), des discours fermes sur l’immigration mais qui se traduisent dans le concret par la construction de mosquées dans nombreuses collectivités UMP… et enfin l’affaire « Bygmalion » dont on ne connaît pas encore les coupables.

Le FN a au moins le mérite de rassembler des patriotes qui n’ont pas peur de dire qu’en France : « on est chez nous » et qui refusent d’abandonner notre souveraineté aux technocrates de Bruxelles. La France doit rester la France.

Vous aviez pourtant soutenu Nicolas Sarkozy en 2012 ?

FG : Nicolas Sarkozy a été un grand homme d’état, même si il a commis des erreurs durant son quinquennat, il n’a pas vu où n’a pas voulu voir le danger que représentait une politique d’immigration non maitrisée. J’ai soutenu Nicolas Sarkozy en 2012 car il était sur la ligne de Patrick Buisson, grand défenseur de l’identité et grand visionnaire.

Malgré votre défection de l’UMP et votre ralliement au Front National, vous avez tenu à voter pour un des candidats à la présidence de l’UMP. Pouvez-vous nous dire pourquoi ? Et est-il indiscret de vous demander sur quel candidat votre choix s’est porté ?

FG : J’étais à jour de cotisation au 30 juin 2014, et je ne vois donc pas pourquoi je me serais abstenu de voter. J’ai apporté mon vote à Bruno Le Maire qui apportait une sorte de « renouveau » bien que je ne partage pas toutes ses idées et que je n’ai pas apprécié son abstention sur le mariage pour tous. Mais c’était le seul candidat à pouvoir faire face à Nicolas Sarkozy, les résultats l’ont montré puisqu’il a obtenu un score honorable de 29 %. Un chef de parti n’est pas un chef d’État, ce n’était pas la place de Nicolas Sarkozy, ancien chef d’État, de reprendre la présidence de l’UMP. Vous imaginez François Hollande à nouveau secrétaire général du PS après 2017 ?

Quelles idées du programme du front national ont motivé votre décision ?

FG : L’arrêt total de l’immigration ; la sortie de l’espace Schengen pour que l’on puisse contrôler qui entre sur notre territoire ; l’abandon pur et simple de l’AME sans conditions ainsi que de toutes les aides aux étrangers clandestins, et enfin le retour au droit du sang.

Le « grand remplacement », ça vous inspire quoi ?

FG : Tout le monde le voit, mais certains ne veulent pas encore le voir… y compris au FN. J’ai participé aux assises de la remigration organisées par le Bloc Identitaire où une excellente synthèse a été faite sur ce sujet. Je constate comme beaucoup de Français qu’il y a beaucoup trop de territoires en France où ce n’est plus la France. Nos politiques ont voulu changer la population puisque la population Française n’était pas d’accord avec eux, mais l’effet obtenu n’est pas celui escompté, la situation est devenue totalement hors de contrôle dans de nombreux territoires « Français » où la police ne peut plus se rendre, et où c’est la loi des racailles qui domine. Nous sommes rendus à un tel niveau d’insécurité en France lié pour une majeure partie à une immigration massive devenue hors de contrôle que tout le monde s’y met pour expliquer que ce n’est pas vrai, qu’il ne faut pas faire d’amalgames… Médias, politiques… C’est dire que la situation est grave lorsque l’on utilise le mensonge pour masquer la réalité

Quelques mots sur le congrès du FN à Lyon ?

Un discours remarquable de Jean-Marie le Pen pour clore la matinée du samedi, un excellent diner de gala dans la pure convivialité, Marion-Maréchal Le Pen arrivée en tête des votes du Comité Central et pour finir le discours de clôture de Marine Le Pen auquel tout le monde n’a pas pu assister par manque de place

A retenir aussi, les actions ultra-violentes de la gauche et de l’extrême-gauche qui ont détruit de nombreux commerces en ville le samedi 29 novembre avec le soutien de certains élus pour protester contre le FN. 900 casseurs et seulement 15 interpellations … les commerçants lyonnais apprécieront…

Congrès du Front national : cap sur l’Elysée (Présent 8242)

Congrès du Front national : cap sur l’Elysée (Présent 8242)

01/12/2014 – LYON (NOVOpress)
Elle n’a pas pris la parole devant les congressistes mais ils ne parlaient que d’elle. La plus jeune députée de France est arrivée en tête du scrutin du Comité central. La plus discrète possible (peine perdue) cachée derrière un rideau de cheveux blonds, Marion Maréchal-Le Pen a distancé nettement Florian Philippot (arrivé 4ème juste devant Bruno Gollinisch et derrière Louis Aliot et Steeve Briois). Marine Le Pen a été réélue pour sa part présidente du Front national (FN) avec un score à faire pâlir d’envie Nicolas Sarkozy.


Paris, Gare de Lyon, samedi, 8 heures du matin : pas de Présent au Relay de la gare de Lyon et Jacques Attali tout desséché qui achète L’Ob’s. Ça commence bien… Pourvu que je ne l’aie pas en vis à vis dans le train, ça va me saper le moral.

Une du numéro 8242 de "Présent"

Une du numéro 8242 de “Présent”

Dès 10 heures au Palais des Congrès de Lyon, la nouvelle qui a fuité dans Le Figaro se répand dans la salle de presse : Marion est plébiscitée par la base. Philippot, pourtant omniprésent dans les médias n’est que 44ème. Ce qui ne changera rien pour Marion Maréchal dans l’immédiat puisqu’elle a refusé d’entrer dans l’exécutif du mouvement mais qui lui donne incontestablement du poids et nous dit quelque chose des préoccupations de la base. La ravissante Marion qui a rattrapé plus d’une fois en matière de questions sociétales les dérapages de Florian Philippot et a fini par incarner un courant plus traditionnel-conservateur, a fait un tabac.

Elle a pris la tête des cortèges des Manifs pour tous où elle était régulièrement acclamée. Elle est présentée par les médias comme celle qui remet en cause le remboursement de l’avortement. Elle a répondu à ce sujet très clairement à nos questions.

Jean-Marie forever

A midi dans la salle plénière, l’arrivée de Jean-Marie Le Pen soulève une véritable ovation. Il rappellera les slogans historiques qui ont jalonné l’histoire du FN : « Unis les Français sont invincibles », « Non à l’islamisme », « Tête haute, mains propres », « Avec nous avant qu’il ne soit trop tard »… Avant de conclure, grave : « Entre nous et le désastre, il n’y a plus aujourd’hui que le Front national et les patriotes qui le suivent. » De longues minutes d’applaudissements debout. Son apparition a été précédée d’un très bon clip retraçant les points forts de sa carrière (coups de gueule à l’Assemblée, minute de silence aux victimes du Goulag, défense de l’Indochine et de l’Algérie) mais aussi le montrant en train de boxer, courir, danser, faire le coup de poing ! Le tout sur une adaptation musicale soul-funk de « Sunny » très enlevée. La foule conquise, est émue et ravie.

Lire la suite

[Exclusivité Novopress] Marie-Christine Arnautu : “Le projet du Front National est un projet de bon sens”

[Exclusivité Novopress] Marie-Christine Arnautu : “Le projet du Front National est un projet de bon sens”

30/11/2014 – NICE (NOVOpress)
Dans le cadre du Congrès du Front National des 29 et 30 novembre, et de l’élection de son nouveau comité central, NOVOpress a décidé de donner la parole à plusieurs cadres du parti de Marine Le Pen.

Après Louis Aliot et Nicolas Bay, c’est aujourd’hui Marie-Christine Arnautu, députée française au parlement européen et vice-présidente chargée de l’administration interne du FN, qui répond à nos questions.


1) Un certain nombre de nos lecteurs étaient sans doute aussi électeurs pour le Comité central du Front National, comment vous présenteriez-vous à eux ?

Je suis une militante de la cause nationaliste depuis toujours. J’ai fait la connaissance de Jean-Marie Le Pen en 1973 et, depuis, je l’ai suivi dans tous ces combats. Dans les années 70, je faisais partie de la mouvance solidariste autour de Jean-Pierre Stirbois. Je rejoins le Front National en 1987 et j’y suis restée fidèle. Je suis mère de trois enfants et j’ai travaillé à Air France de 1975 à 2010, date à laquelle j’ai démissionné pour être aux côtés de Marine Le Pen.

2) Vous êtes depuis ce Congrès vice-présidente chargée de l’administration interne du FN, mais auparavant vous étiez vice-présidente chargée des affaires sociales. On vous a vue impliquée dans le mouvement de défense des familles au sein de La Manif Pour Tous. Pour vous, la question sociale et la préservation de notre modèle familial sont-elles liées ?

La défense de la Nation commence par la défense de la famille, mais aussi la défense des plus faibles et des plus pauvres.

Lire la suite

Entretien avec Didier Patte, président du Mouvement normand - Réforme des régions : "Une formule technocratique" (Présent 8247)

Selon un sondage, une majorité des sympathisants UMP et FN souhaitent des alliances entre les deux partis

29/11/2014 – PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Avant-hier, l’institut Harris Interactive publiait un sondage qui a croisé les regards des sympathisants de l’UMP et du FN à propos d’un rapprochement des deux partis politiques.

Une majorité (6 sur 10) des électeurs de l’UMP comme du FN est favorable à des alliances au second tour des régionales, en particulier si ce rapprochement permet de battre le PS.
Par exemple, une part significative des électeurs proches de l’UMP se dit prête à voter pour Marine Le Pen si la liste qu’elle conduit dans la région Nord‑Pas‑de‑Calais est en position de gagner les élections.

« Dans l’électorat de l’UMP, l’idée que le FN puisse accéder au pouvoir n’est plus absurde » analyse Jean‑Daniel Lévy. Et l’hypothèse consistant à envisager qu’une et même plusieurs régions puissent être gagnées par le FN prend consistance, à la condition cependant de battre, avec l’UMP, une personnalité socialiste.

Congrès du Front national, face aux casseurs : les mesures du Bloc Identitaire Lyon

Congrès du Front national, face aux casseurs : les mesures du Bloc Identitaire Lyon

27/11/2014 – LYON (NOVOpress)
Comme il l’avait fait avant la coupe du monde, en exigeant des autorités qu’elles appliquent l’arsenal législatif existant concernant les méfaits des supporteurs algériens, le Bloc Identitaire Lyon tire une nouvelle fois le signal d’alarme. Car après Nantes, Rennes et Toulouse, l’extrême gauche a clairement annoncé son intention de saccager la ville de Lyon le 29 novembre prochain, lors d’un appel à manifester contre la tenue du congrès du Front National. Dans un communiqué diffusé dans les médias de la mouvance anarchiste, les organisateurs anonymes annoncent une « manifestation offensive », demandant aux manifestants de venir « casqués ». « Quitte à trouver la police sur notre route et à refuser de faire marche arrière ! », il n’est pas possible pour l’extrême gauche que le meeting du Front National « se déroule tranquillement ! » Des menaces claires et précises, passées sous silence par les médias et qu’aucun parti de gauche n’a dénoncées. Des menaces qui peuvent être lourdes de conséquences, voire dramatiques, quand on sait que Lyon va être le point de convergence durant ce week-end de tous les casseurs de France et de certains pays européens (Italie, Allemagne et Suisse).

Le Bloc Identitaire demande donc :

- Au préfet de prendre ses responsabilités et d’interdire en urgence la manifestation pour éviter des blessés inutiles chez les forces de l’ordre, au sein de la population et chez les manifestants parfois très jeunes.

- Aux partis de gauche, le Parti Socialiste et le Front de Gauche, « Collectif Vigilance 69 contre l’extrême droite » ou Conex (Coordination Nationale contre l’Extrême droite) d’arrêter de jouer avec le feu en accueillant dans leurs rangs à chaque manifestation des groupes d’individus armés (batte de base-ball, manche de pioche, matraque, etc), casqués et cagoulés. Les élus de gauche se font très complaisants voire même complices depuis des années de ces bandes armés. Car il suffit de consulter la liste des participants aux différents collectifs (CNT notamment) pour trouver des groupuscules appelant ouvertement à l’émeute et à « casser du flic ».

Lire la suite

[Exclusivité Novopress] Nicolas Bay : "Rétablir notre peuple dans ses droits fondamentaux"

[Exclusivité Novopress] Nicolas Bay : “Rétablir notre peuple dans ses droits fondamentaux”

25/11/2014 – LYON (NOVOpress)
Dans le cadre du Congrès du Front National (FN) se tenant les 29 et 30 novembre prochains, et de l’élection de son nouveau comité central, NOVOpress a décidé de donner la parole à plusieurs cadres du parti de Marine Le Pen.

Après Louis Aliot, c’est aujourd’hui Nicolas Bay, député français au Parlement européen et Secrétaire général adjoint du FN, qui répond à nos questions.

Propos recueillis par Renaud Leroy


Un certain nombre de nos lecteurs seront sans doute aussi électeurs pour le Comité Central du Front National, comment vous présenteriez-vous à eux ?

Âgé de 36 ans, je suis marié et père de trois enfants. Je suis engagé dans le combat politique depuis longtemps puisque j’ai commencé à militer au Front à l’âge de 14 ans. Aujourd’hui encore, par delà mes responsabilités dans la direction du mouvement ainsi que mes mandats de député européen, de conseiller régional de Haute-Normandie et de conseiller municipal d’Elbeuf, je me considère d’abord comme un militant.

Dans une tribune publiée en septembre sur le site Boulevard Voltaire, vous vous êtes livré à un éloge de la frontière que n’aurait pas renié Régis Debray. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre vision du protectionnisme ?

Volontiers, et je précise que l’écriture de ce billet faisait suite à un vif échange lors d’une émission de télé avec une élue PS ancienne directrice de Terra Nova, Juliette Méadel. Je considère tout simplement qu’il ne peut pas y avoir de nation sans protection, et que l’incarnation tangible de cette protection est la frontière. Frontière qui délimite un territoire et donc l’ordre politique, économique, social, qui règne au sein de celui-ci. La frontière n’est pas un mur mais une porte : elle permet de choisir qui, ou quoi, nous laissons entrer dans notre espace et aussi à quelles conditions. De la même façon que tout foyer a une porte, toutes les nations du monde se servent de leurs frontières pour protéger leur économie, leur mode de vie ou leur cohésion. Je considère d’ailleurs que le projet du Front National, en défendant un protectionnisme complet (économique et social, environnemental, mais aussi culturel, et même désormais sanitaire), démontre une cohérence absolue. J’ajoute que le rétablissement de notre souveraineté territoriale n’est pas une manière de s’enfermer ou de se « bunkeriser » comme le prétendent bêtement certains de nos adversaires quand ils se trouvent à cours d’argument : lorsqu’elle maîtrisait ses frontières, la France a commercé et rayonné à travers le monde infiniment plus qu’aujourd’hui, enfermée qu’elle est dans le carcan bruxellois.

Aujourd’hui encore, par delà mes responsabilités dans la direction du mouvement ainsi que mes mandats de député européen, de conseiller régional de Haute-Normandie et de conseiller municipal d’Elbeuf, je me considère d’abord comme un militant.

Quels sont selon vous les chantiers du FN pour les 3 semaines, les 3 mois, et les 3 ans à venir ?

Dans les 3 semaines qui viennent, nous allons poursuivre le développement et la structuration du mouvement. Les remarquables résultats électoraux obtenus récemment lors des élections municipales, européennes et sénatoriales, constituent bien sûr une exigence pour nous : si les Français se tournent vers le Front National et nous confient, dans les prochaines années, le pouvoir politique, il faudra être prêts à exercer ces lourdes responsabilités et à ne pas les décevoir.

Lire la suite

Le Front National et les médias, normalisation ou affrontement ?

Le Front National et les médias, normalisation ou affrontement ?

Source: ojim.fr – Les relations du FN avec les médias sont proverbialement médiocres ou carrément exécrables. Certains d’entre eux comme Médiapart ou le groupe Canal+ sont boycottés et ne peuvent assister aux conférences de presse du FN.

Renaud Revel remarque dans son blog que la perspective des élections présidentielles de 2017 (ou avant …) est en train de changer la donne. Au train où vont les choses, Marine Le Pen pourrait – à défaut de se trouver en tête au premier tour – à tout le moins être assurée de figurer au second tour. Contre qui ? Rien n’est écrit sinon que le président normal risque d’être hors course. Déjà Canal+ a accueilli Florian Philippot sur le plateau de Maïtena Biraben. Un premier pas qui pourrait permettre à Marine Le Pen de renouer avec l’antenne et d’être accueillie normalement comme invité politique.

Au même moment le FN lance son opération « désintox » à la manière de l’équipe de Libération ou « décodeurs » à la sauce Le Monde (Samuel Laurent). Une première vidéo argumentée a déjà été mise en ligne comme l’indique Le Figaro.

Le FN joue ainsi sur deux registres. En dehors de Marine Le Pen qui est une « bête de plateau », ses adjoints les plus médiatiques sont de plus en plus présents sur les plateaux ou les antennes. Florian Philippot est pratiquement doué du don d’ubiquité et la très jeune Marion Maréchal Le Pen – très remarquée pour sa performance face à Alain Juppé sur France 2 – surprend par son aisance.

Un début de normalisation des rapports entre le FN et les médias dominants ?

Crédit photo : DR

Frédéric Pichon : "Les thématiques de l’identité, de la souveraineté et de l’écologie humaine sont indissociables"

Frédéric Pichon : “Les thématiques de l’identité, de la souveraineté et de l’écologie humaine sont indissociables”

30/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
Foi, engagement, Front national, SIEL, Printemps français, Manif pour tous, Europe…. Novopress est allé à la rencontre d’une figure militante infatigable, l’avocat Frédéric Pichon (photo).

Propos recueillis par Maxence Tesner


Pouvez-vous retracer votre itinéraire politique et métapolitique pour les lecteurs de Novopress ?

Je me suis engagé très tôt, à partir de l’âge de 15 ans, avant tout par anticommunisme. C’était en 1985 au FNJ, à l’époque de Martial Bild, Eric Iorio et Catherine Salagnac. Mais en ce temps-là, le Front était sur une ligne ultra-libérale sur le plan économique et atlantiste sur le plan géopolitique. J’ai donc rejoint la mouvance solidariste qui m’avait séduit par son positionnement géopolitique, la fameuse troisième Voie et les réflexions économiques alternatives à la fois au marxisme collectiviste et capitalisme financier. En 1992, cette mouvance a connu plusieurs scissions entre ceux, dont je faisais partie, qui voulaient se rapprocher du Front – également les plus jeunes du Renouveau Etudiant – en raison notamment de son évolution suite à la première guerre du Golfe, et ceux qui prétendaient défendre la ligne de l’orthodoxie idéologique. A la même époque, je suis parti m’engager dans les rangs de la Garde nationale Croate à Osijek puis en Herzegovine à côté de Ravno. A mon retour, je ne peux passer sous silence un retour profond à la foi chrétienne, ce qui a décontenancé certains de mes camarades séduits à la fois par le paganisme et tentés par un activisme désordonné à mon sens, et une violence souvent recherchée pour elle-même ou pour les émotions qu’elle suscitait. Sans compter sur le racisme biologique qui me semblait incompatible avec ma foi. J’ai pris mes distances à cette époque, passé mon concours d’avocat tout en assurant certains travaux avec l’association catholique Ichtus. A partir des années 2000, j’ai fondé avec des amis italiens et allemands un think tank de réflexion qui s’appelait Europae gentes et qui était destiné à réfléchir sur la construction européenne. Il s’agissait d’une synthèse originale entre certaines réflexions de la Nouvelle droite et une dimension chrétienne assumée. Pour ne pas sombrer dans l’intellectualisme, nous organisions également de nombreuses manifestations notamment contre l’entrée de la Turquie dans l’Europe ou par la défense des chrétiens persécutés. En 2009 nous avons publié un ouvrage collectif, Les Alter-européens – Cette autre Europe de Paris à Moscou via Berlin, synthétisant l’essentiel de nos travaux. Enfin, j’ai été engagé l’année dernière dans le combat contre la loi Taubira en tant qu’avocat mais aussi en tant qu’animateur de la mouvance du Printemps français.

A partir des années 2000, j’ai fondé avec des amis italiens et allemands un think tank de réflexion qui s’appelait Europae gentes et qui était destiné à réfléchir sur la construction européenne. Il s’agissait d’une synthèse originale entre certaines réflexions de la Nouvelle droite et une dimension chrétienne assumée.

Lire la suite

Nicolas Bay : "Nous voulons inverser les flux migratoires"

Nicolas Bay : “Nous voulons inverser les flux migratoires”

29/10/2014 – PARIS (via TV Libertés)
Interrogé récemment, Nicolas Bay, député français du Front national au Parlement européen et conseiller régional de Haute-Normandie, a indiqué : “Nous voulons mettre fin l’immigration qui porte atteinte à notre identité, à notre sécurité et à notre liberté”. “Et nous voulons inverser les flux migratoires. Ceux qui ne sont pas assimilés, il faut leur montrer la porte de sortie”.

La conversion à l'islam d'un jeune élu local du Front national dérange logiquement le parti

La conversion à l’islam d’un jeune élu local du Front national dérange logiquement le parti

25/10/2014 – PARIS (NOVOpress) – A 22 ans Maxence Buttey est conseiller municipal Front national à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Il s’est converti du catholicisme à l’islam il y a 3 mois.
Le jeune élu a envoyé une vidéo d’explication aux cadres du bureau départemental du FN, vidéo considérée comme prosélyte.

Résultat : ses responsabilités au bureau départemental du FN lui ont été supprimées.

Gaëtan Dussausaye, le nouveau directeur du Front national de la jeunesse a expliqué cette décision aujourd’hui sur France 3 Ile-de-France :
“La conversion de Monsieur Maxence Buttey n’est absolument pas un problème au Front National. Par contre ce qui pose problème et nous a amené, du moins au niveau départemental, à prendre des décisions un peu plus fermes à son égard c’est le fait qu’il y avait une action de prosélytisme au sein de la fédération du Front national du 93. (…) Nous avons su qu’apparemment Maxence Buttey partageait des vidéos dans l’optique de convaincre tout son entourage, de convaincre les adhérents.”

Selon Maxence Buttey, il a envoyé une vidéo à des cadres du parti pour expliquer sa conversion “Face à l’incompréhension sur mon choix, j’ai voulu m’expliquer, montrer une autre image de cette religion.” C’était sans doute “un mauvais choix” reconnait-il, de diffuser cette vidéo.

Image en Une : copie d’écran d’une vidéo sur YouTube. DR.