Tag Archives: France périphérique

trump-americains-oublies

Donald Trump le promet : il n’y aura plus d’Américains « oubliés »

09/11/2016 – ETATS-UNIS (NOVOpress) : Dans son premier discours de prochain président des Etats-Unis, prononcé devant ses supporters et devant le monde entier, Donald Trump l’a assuré : il n’y a aura plus d’Américains « oubliés ». « Je serai le président de tous les Américains », a affirmé celui qui s’est fait élire au terme d’une campagne sans aucune concession à l’Establishment, celui-là même qui est accusé de mépriser et d’oublier les Américains de l’Amérique profonde.


Unités d'intervention spécialisée

La France périphérique, oubliée des services de sécurité ?

22/04/2016 – PARIS (NOVOpress) : Mardi 19 avril, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a présenté le nouveau schéma national des forces d’interventions. Il s’agit, pour les forces de l’ordre, de se préparer à une tuerie de masse comparable à celle du 13 novembre, qui nécessite l’intervention d’unités d’élite dans les délais les plus brefs.

Afin de réduire autant que possible ce délai d’intervention, et donc le nombre de victimes en cas de nouvelle attaque terroriste, des équipes du RAID ou du GIGN sont pré-positionnées en divers points du territoire national. Trois antennes du RAID vont également être créées à Montpellier, Toulouse et Nancy afin d’assurer un maillage territorial efficace.

La carte ci-dessous, diffusée par l’Agence de presse spécialisée AEF Sécurité Globale, dresse la liste des antennes du RAID et du GIGN réparties sur l’ensemble du territoire.

Unités d'intervention spécialisée

Si la plupart des grandes villes disposent d’une antenne du RAID ou du GIGN, sur place ou à proximité, on ne peut que remarquer un immense vide dans le centre de la France. Ce secteur est pourtant loin d’être un désert, l’aire urbaine de Clermont-Ferrand comptant 470 000 habitants.

Les habitants du centre de la France seront ravis de constater que si des terroristes s’en prennent à eux, les forces de sécurité mettront bien plus longtemps à intervenir que dans la plupart des autres régions…

Le ministère de l’Intérieur répondra sans doute par la proximité du RAID de Lyon, par la faible criminalité, ou par des contraintes techniques. Mais rappelons que le centre de la France est l’exemple-type de la « France périphérique » qu’a analysé le géographe Christophe Guilluy, exclue de la mondialisation et préservée des flux migratoires.

Nous nous posons donc la question : ne s’agit-il pas, de la part de l’Etat et des forces de sécurité, d’un abandon de la France périphérique ? Les catégories populaires françaises, les « petits blancs », sont-ils traités comme quantité négligeables qui peuvent se faire massacrer, tandis que les habitants des métropoles mondialisées font l’objet d’une protection renforcée ?

gordes_3645530976_862c5ae8d6_z

Pour Terra Nova, si la « France périphérique » votait FN, Marine Le Pen serait majoritaire

23/10/2014 – PARIS (NOVOPress via Figaro Vox)
A l’occasion de la publication d’une note de la fondation Terra Nova répondant aux critiques du géographe Christophe Guilluy, le directeur du think tank, Thierry Pech, explique les conclusions de son organisme.

La note de Terra Nova intitulée «La France périurbaine», est-elle une réponse de gauche à la «France périphérique» de Christophe Guilluy ? Thierry Pech apporte certains précisions :

Il y a un débat sur le regard qu’il faut porter sur cette France périurbaine trop souvent et injustement caricaturée. Que ce débat existe est une bonne chose. Mais nos analyses divergent.
Christophe Guilluy essaie de donner un visage géographique à la question sociale. Pourquoi pas? Mais les mailles de son filet sont trop larges. Dire que 61 % des Français vivent dans des territoires de grande fragilité sociale est excessif et ne prend pas assez en compte la diversité de ces territoires. Nos travaux montrent plutôt que 20 à 25 % de la population vit dans cette France en grande difficulté. C’est déjà beaucoup.


 

Christophe Guilluy, le géographe briseur de rêves de la bienpensance

Christophe Guilluy, le géographe briseur de rêves de la bienpensance

21/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le site de l’hebdomadaire Marianne le révèle : la veille du discours de politique générale de Manuel Valls lors du dernier vote de confiance à l’Assemblée nationale (prononcé le mardi 16 septembre), les éditions Flammarion ont du livrer en toute hâte deux exemplaires du livre de Christophe Guilluy, La France périphérique, à Matignon. De fait, des passages entiers du discours du Premier ministre devant les députés sont inspirés du livre du géographe. Ainsi lorsqu’il déclare que le pays se « fragmente entre les gagnants et les perdants de la mondialisation », que « dans les périphéries, les villes moyennes, les petites villes, les espaces ruraux, la vie de tous les jours se dégrade » ou lorsqu’il fait référence aux « abandonnés de la République (…) qui se replient sur eux-mêmes, se désintéressent du débat public et font le choix du repli » il reprend pratiquement mot pour mot des passages du livre de Christophe Guilluy…

Mais la comparaison s’arrête là. La gauche sociale-libérale refuse d’aller au bout du raisonnement du géographe. Libération a ainsi consacré cinq pages à la France périphérique dans son édition du mercredi 17 septembre, jour de sortie de l’essai de Christophe Guilluy. Dans son éditorial du 12 septembre, Laurent Joffrin, le directeur de la rédaction de Libération, y affirmait même que c’est « le livre que toute la gauche doit lire d’urgence ». Peine perdue, c’est pour jeter aux orties une part essentielle du livre qui « légitime le discours identitaire d’une partie de la droite et de l’extrême droite : racisme anti-Blanc, peur de ne plus être majoritaire « chez soi », stigmatisation des élites mondialisées… ». Bref, le quotidien dénonce clairement le constat « clairement ethnicisé et identitaire » du livre de Christophe Guilluy et regrette son « positionnement politique qui semble pointer davantage les oppositions culturelles plutôt que celles qui peuvent exister dans un système économique de plus en plus inégalitaire ».

De fait, l’oligarchie politico-médiatique a une lecture partielle – et partiale – de la thèse du géographe. Dans l’hebdomadaire Marianne qui a lui également consacré un important dossier dans son précédent numéro, le député PS Razzi Hammadi (celui qui parle comme la racaille…) se refuse à établir une différence entre banlieues et France rurale et associe les populations issues de l’immigration et les Français de souche victimes de la mondialisation. Sur RTL, ce 18 septembre, la chroniqueuse Alba Ventura regrette à son tour que Christophe Guilluy oppose la France périphérique et la France des banlieues, établissant une hiérarchie des abandons et craint que le livre ne soit « mal compris ».

Lire la suite