Tag Archives: fonctionnaires

annick_girardin

Polémique sur la revalorisation du salaire des fonctionnaires

18/03/2016 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Le ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, a annoncé une hausse de 1,2 % du point d’indice servant à calculer les rémunérations des fonctionnaires. Cette déclaration survient après une réunion de négociation des syndicats, réunion prévue de longue date, mais repoussée à cause des remaniements.

Que revendiquaient les syndicats ?
Ils réclament, après ces six années de gel, une augmentation importante du salaire des fonctionnaires. Leur point d’indice est gelé depuis trop longtemps, dans un contexte, disent-ils, où le gouvernement n’a cessé de faire l’éloge des policiers et du personnel hospitalier, largement mis à contribution au moment des attentats. « Il y a donc urgence à traduire dans la rémunération la reconnaissance de l’action quotidienne des fonctionnaires ».

Quelle était la situation salariale des fonctionnaires depuis 2010 ?
En réalité, le salaire moyen brut des agents de l’État a augmenté en moyenne de 0,2 % par an en termes réels. Cette faible évolution doit être relativisée, car elle est liée aux nombreux départs à la retraite. Mais ce chiffre cache d’importantes disparités. Les agents en poste depuis deux années de suite, par exemple, ont connu une légère augmentation, mais le pouvoir d’achat des retraités n’a cessé de baisser.

La nouvelle est accueillie bien fraîchement
Inutile de dire que les syndicats auraient espéré mieux. Les fonctionnaires, eux, n’apprécient pas d’être les boucs émissaires de leurs compatriotes vindicatifs pour quelques dizaines d’euros supplémentaires par mois. De son côté la droite ne perd pas l’occasion de s’engouffrer dans la brèche pour dénoncer la majorité, pointant une mesure infinançable. Cette revalorisation représentera un surcroît de dépenses de quelque 2,4 milliards d’euros par an pour l’État, les collectivités locales et les hôpitaux publics. Pour rappel, en 2014, la masse salariale publique s’était élevée à 278 milliards d’euros pour 5,64 millions de personnes, soit près du quart de la dépense publique, selon la Cour des comptes.

La gauche voudrait-elle racheter son électorat de fonctionnaires ?
Une remarque que l’on ne peut s’empêcher de faire.

Emmanuel Macron

La gauche continue de soigner ses électeurs

18/03/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)

Après le geste fait sur les pensions de réversion des paires homosexuelles début mars, le gouvernement de gauche continue de cajoler son électorat. Les fonctionnaires bénéficieront ainsi d’un « geste significatif » sur leur rémunération, Manuel Valls l’a promis. Emmanuel Macron appelle toutefois à la modération, soulignant que chaque point d’indice de la fonction publique coûterait 1,85 milliard d’euros.

cgt_fo_syndicats

Face aux grèves, le gouvernement fait le gros dos

27/01/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)

Encore une série de grèves et de manifestations, mardi, à l’appel des professionnels du syndicalisme : les habituels fonctionnaires-prébendiers étant venus se greffer aux « musclés » chauffeurs de taxi. Tous s’étaient promis — selon la formule consacrée — de lutter contre l’austérité et pour le service public, l’emploi et les salaires.
Avec environ 10 % dans la fonction publique d’État dehors, ce fut un démarrage « prometteur », ne manquant pas la traditionnelle prise en otage des Français. Mais on est resté loin encore des degrés de nuisance observés par le passé. Pour le « mardi noir », on repassera…

Les manifestants étaient ils « unis dans la diversité » ou ont ils manifesté séparément ?
Il n’y a à ce jour pas eu de conjonction des différents mouvements. Mais — signe des temps — on a pu voir le meilleur défiler au milieu du pire. Certains fonctionnaires de l’Éducation nationale ont été soucieux de faire porter leurs voix contre les réformes en cours, fossoyeuses de nos jeunes générations et de la culture.
Mais ce sont bien évidemment les actions, résolument violentes, des chauffeurs de taxi qui ont attiré toute la lumière, ces derniers n’en finissant plus de dénoncer la concurrence des VTC, sans qu’aucune solution viable n’ait, à ce jour, pris corps.

Certaines mesures avaient pourtant d’ores et déjà été mises en place récemment
Mais elles n’ont pas satisfait les intéressés. Les éleveurs bénéficient par exemple de plans d’aide. Mais c’est l’organisation du marché, avec ses prix bas et ses grosses marges qui leur font grief. Quant aux chauffeurs de taxi, les solutions de compromis ne leur suffisent pas : ils demandent la suppression pure et simple des VTC — ce qui n’est pas une revendication audible — ou alors un gros chèque…

A chaque problème sa commission, à chaque grève sa concertation ?
Manuel Valls s’est empressé d’annoncer la tenue d’une concertation, se tenant courant février et devant aboutir dans les trois mois suivants.
Le Front National a quant à lui publié un communiqué dénonçant « le choix du pourrissement » joué par le gouvernement : « C’est ainsi que des conflits traînant depuis des mois voire des années ressurgissent aujourd’hui et ressurgiront encore demain… ».


Paris : la mairie du 20ème face à la montée du communautarisme

Paris : la mairie du 20ème face à la montée du communautarisme

27/09/2014 – PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Le directeur des services techniques de la mairie du 20ème arrondissement de Paris, réputée pour employer de nombreux extra-européens, vient de tirer la sonnette d’alarme : « Les agents n’ont pas à avoir d’échanges entre eux, ni avec les usagers, dans une autre langue [que le français]. Aucune manifestation de communautarisme n’a lieu d’être dans la mairie ». Des propos de bon sens qui ont bien entendu soulevé un concert d’indignations à la CGT ainsi que chez les élus Front de gauche et communistes. De leur côté, les agents de la mairie se défendent de telles pratiques…

Photo Une : façade de la mairie du 20ème arrondissement de Paris. Crédit : LPLT via Wikipédia (cc)

Les fonctionnaires contre la gauche - Une retraite qui pourrait tourner à la débâcle - Par Raoul Fougax

Les fonctionnaires contre la gauche – Une retraite qui pourrait tourner à la débâcle – Par Raoul Fougax

Photo ci-dessus : le Parti Socialiste manifestait en 2010 contre la réforme des retraites Woerth/Sarkozy !

C’est peu de dire que le PS fait le forcing. Il veut dissuader le gouvernement de mettre le doigt dans la spirale de l’alignement, même progressif, des retraites de la fonction publique sur le privé. Les français globalement y sont favorables. 75% d’entre eux se disent favorables à la modification du calcul des pensions des fonctionnaires. C’est ce que montre un très récent sondage BVA pour i-Télé… mais ceux qui comptent ce sont les autres.

Lire la suite

« Ta carrière est fi-nie ! » : le nouveau roman d’Aurélie Boullet

29/08/2012 – 08h00
BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux) –
Un certain nombre de fonctionnaires du Conseil régional d’Aquitaine doivent connaitre quelques troubles du sommeil. En effet, dans une dizaine de jours, Aurélie Boullet, alias Zoé Shepard, remet le couvert avec un nouveau roman intitulé « Ta carrière est fi-nie ! », suite du très polémique « Absolument débordée ».

Vendu à 400.000 exemplaires, ce dernier racontait l’ennui et l’incompétence qui règnent dans une collective territoriale ressemblant à s’y méprendre au conseil régional d’Aquitaine, dirigé par le socialiste Alain Rousset. Elle y révélait un monde où règne le népotisme, où l’on embauche les amis et les maitresses et où l’on réalise les 35 heures par… mois !

Suspendue pendant près de quatre mois, la jeune fonctionnaire n’a donc pas craqué devant la pression et signe une saison 2 dont la sortie est prévue en librairie le lundi 6 septembre prochain.

Le chef de l’administration britannique s’interroge : le Royaume-Uni existera-t-il encore dans quelques années ?

Le chef de l’administration britannique s’interroge : le Royaume-Uni existera-t-il encore dans quelques années ?

29/12/2011 – 10h20
LONDRES (NOVOpress Breizh) – « Nous allons être confrontés, dans les prochaines années à venir, à d’énormes défis, tels que celui de préserver l’unité du Royaume-Uni ». Dans un article publié dans The Telegraph, Sir Gus O’Donnell, Secrétaire du Cabinet, se demande si l’Union sera en mesure de surmonter la pression en faveur d’une indépendance de l’Ecosse.

Sir Gus (photo), qui est à la tête de quelques 440.000 fonctionnaires en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles, affirme que l’avenir de l’Union sera l’un des « nombreux défis » que le monde politique britannique aura à surmonter au cours des années à venir. Les politiques et les hauts responsables de la fonction publique ont été clairement mis en garde par le Secrétaire du Cabinet qui va prendre sa retraite le 1er janvier prochain.

Dans cet article du Telegraph Sir Gus estime en outre que la Grande-Bretagne est également confrontée à d’autres défis majeurs, comme ceux d’une économie chancelante, ou encore d’une certaine routine que la fonction publique doit impérativement surmonter si elle veut aider la Grande-Bretagne à reprendre le chemin de la croissance.

Certains ministres conservateurs ont accusé les fonctionnaires d’entraver les politiques visant à redonner de l’élan à l’économie : « Il ne suffit plus désormais que la fonction publique se contente de répondre à un climat économique dégradé ; elle doit devenir un acteur majeur de la reprise et de la croissance. » Mr O’Donnell ajoute que les députés ont trop souvent tendance à promulguer des nouvelles lois pour traiter les problèmes, ce qui accroît la charge de travail des fonctionnaires. Il encourage les ministres et les hauts fonctionnaires à changer cette approche pour prendre davantage de risques, de façon à ce que les fonctionnaires puissent « tirer les leçons de leurs erreurs ». « Nous devons devenir plus créatifs et innovants dans la manière de résoudre les problèmes sans recourir sans cesse à la mise en place de nouvelles règles, » a-t-il ajouté.

Sir Gus considère que la principale réussite et la grande fierté de sa carrière longue de 32 ans a été, alors qu’il était au Trésor, d’avoir aidé la Grande-Bretagne à rester en dehors de l’euro, à l’encontre du souhait de Tony Blair qui était alors premier ministre. Et d’ajouter à ce propos : « Je suis fier de l’analyse approfondie, étayée de preuves, qui a été réalisée sous le dernier gouvernement, et qui a fait pencher la balance en faveur du choix de ne pas joindre l’euro. Sans cela, les difficultés actuelles seraient bien plus grandes.

Crédit photo : UK in Canada, via Flickr. Licence CC.
Des fonctionnaires de l'Education nationale pour encadrer la future école musulmane de Bordeaux

Des fonctionnaires de l’Education nationale pour encadrer la future école musulmane de Bordeaux

19/07/11 – 10h45
PARIS (NOVOpress)
« Un projet embryonnaire pour l’instant », affirme Abderrahim Guantaoui, le secrétaire de l’association bordelaise « Le Palmier des Savoirs » qui s’est déclarée à la préfecture de la Gironde le 28 juin dernier. Pas tout à fait non plus à l’état fœtal cependant mais déjà plus développé. « Le Palmier des Savoirs » a pour objet « la formation et l’éducation, et notamment la création et la gestion de tous établissements périscolaires et/ou scolaires, maternelles, primaires et secondaires ». Ce projet commencera par l’ouverture d’une classe de maternelle avec un effectif d’une quinzaine d’enfants.

« Un noyau, une graine, d’où pourra germer un véritable groupe scolaire », selon monsieur Guantaoui. « Nous avons la promesse des mosquées de Bordeaux et alentours (six au total) (et conséquemment la bénédiction de l’UOIF(1)) et de nombreuses familles musulmanes quant au financement de ce projet ; nous souhaitons rester indépendants et nous ne pensons pas, dans un premier temps, faire appel à la municipalité de Bordeaux. Toutefois, à terme, nous voulons que nos établissements privés soient sous contrat ».

Ce qui, évidemment, symboliquement et financièrement, n’est pas neutre… Encadrée par des professionnels de l’éducation, cette première maternelle vise « l’excellence ». « De nombreux enseignants nous soutiennent et sont prêts à participer à ce projet ».

Rien là en fait d’étonnant puisque Abderrahim Guantaoui, ainsi que le président (monsieur Nouri) de cette association, qui gérera les lieux, sont des conseillers principaux d’éducation titularisés attachés au rectorat de l’Académie de Bordeaux et attendent pour l’instant leurs affectations pour la rentrée prochaine, probablement dans des zones de remplacement !

On peut se demander ce que pensera le SNES FSU lorsque  les enseignantes de ce groupe scolaire en formation participeront voilées aux corrections des épreuves du brevet ou du bac. Rappelons que le syndicat précité a poussé des cris d’orfraie lorsqu’en Poitou-Charentes des professeurs de l’enseignement privé sous contrat ont corrigés des copies alors qu’elles portaient leur habit religieux. La loi du 15 mars 2004 stipulant que « tout signe ostentatoire d’appartenance à une religion est interdite dans les établissements scolaires », l’épiderme laïcard de la FERC-CGT, de la FSU, du SGEN-CFDT et de l’UNSA Education, sera-t-il aussi sensible face aux signes ostentatoires islamiques ?

Quant à l’emplacement de cette école coranique « le mieux, l’idéal serait pour nous à Bordeaux centre », ajoute Abderrahim Guantaoui. « A défaut, le quartier du Grand Parc conviendrait très bien, puisque nous serions ainsi à proximité immédiate d’une population concernée ». « Nous avons la nécessité d’un espace extérieur, c’est-à-dire d’une cour de récréation, d’au moins une salle, d’un gymnase et d’un lieu de restauration adapté, un lieu qui nous permette de nous développer ». On voit mal comment cette association, qui gérera cette école, puisse se passer de l’accord des opérateurs institutionnels locaux dans cette zone de 9496 habitants et près de 53% d’HLM avec un « urbanisme affinitaire »

Bien qu’aucune date ne soit pour l’instant retenue quant à l’ouverture de cet établissement, « Le Palmier des Savoirs » indique que « seul manque pour l’instant la détermination de l’endroit adéquat ». En fait le projet est déjà bien avancé puisqu’un planning des activités périscolaires est d’ores et déjà organisé : soutien scolaire le soir et le mercredi après-midi, cours d’arabe pour adultes et enfants le dimanche etc.

A en juger par les réactions spontanées et positives de la communauté musulmane de Bordeaux qui s’expriment sur différents réseaux sociaux et les forums qui lui sont destinés, personne ne peut plus douter de la détermination du « Palmier des Savoirs », de leurs réseaux. Personne ne peut plus dire dès à présent que ce projet est un fantasme ou un épouvantail monté en épingle par les opposants à l’islamisation organisée et ainsi pratiquée. La mairie de Bordeaux, le rectorat, le conseil général doivent désormais établir clairement leur position quant à ce sujet face à une possible montée au créneau des bordelais et autres habitants de la CUB mis bientôt au pied du mur d’une confrontation culturelle et éducative et qui s’interrogent légitimement sur le surcroît d’impôts que représente ce projet (aides, subventions « voilées », taxes foncières, taxes d’habitations que ne manqueront pas de concocter les très chères officines institutionnelles, laïques, paraît-il).

1)  Union des Organisations Islamiques de France, émanation du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche dirigé par le sulfureux Cheikh Youssef Al Qardaoui, islamiste notoire, vénéré dans tous les pays musulmans.

Le Conseil européen pour la fatwa et la recherche est une fondation musulmane privée dont le siège se situe à Dublin, en Irlande. Il a vu le jour les 29 et 30 mars 1997 à l’initiative de l’Union des organisations islamiques en Europe (UOIE). Composé de membres cooptés dont les deux tiers résident en Europe, il est dirigé par le Qatariote d’origine égyptienne Youssef Al-Qardaoui.