Tag Archives: Folle Journée

Les Nantais ont plébiscité le Sacre russe

Les Nantais ont plébiscité le Sacre russe

06/02/2012 – 12H00
NANTES (NOVOpress Breizh) –
La Folle Journée organisée à Nantes du 1er au 5 février sur le thème de la musique russe a remporté un énorme succès. Au-delà de la grande qualité de la programmation, le public nantais a été séduit par son caractère identitaire : c’est l’âme russe qui a été célébrée, sous ses multiples formes, pendant cinq jours.

La Folle Journée 2012, dix-huitième édition de la manifestation musicale de masse créée par René Martin, a été un énorme succès. Les 150.000 places mises en vente, pour trois cents concerts, ont pratiquement toutes été vendues. La programmation, consacrée à la musique russe, avait ratissé large, des chants populaires traditionnels au réalisme socialiste de la Fonderie d’acier de Mossolov, des chœurs liturgiques orthodoxes aux passages les plus païens de Stravinsky.

Glinka, Tchaïkosvsky, Rimski-Korsakov, Scriabine, Chostakovitch… les grands compositeurs du 19e et du 20e siècles étaient largement représentés. Les divisions politiques étaient oubliées : Sviridov, prix Staline et Héros du travail de l’Union soviétique, voisinait avec Rachmaninov, émigré en 1917 et longtemps paria dans son pays d’origine.

Les Nantais ont retrouvé avec plaisir des formations déjà présentes lors d’éditions précédentes de la Folle Journée, en particulier la prestigieuse Capella de Saint-Pétersbourg. Ce chœur mixte fondé en 1479 par le tsar Ivan III, le plus fameux de Russie, a fait un triomphe dans la grande salle de la Cité des congrès (1.900 places), rebaptisée auditorium Pouchkine pour la circonstance.

En dépit de quelques afféteries (on avait casé dans le programme des compositeurs anglais du 16e siècle, sous prétexte de visite à la cour de Boris Godounov, et une œuvre du Japonais Atushiko Gondai sur le double thème de Tchernobyl et Fukushima !), cette Folle Journée a été une célébration de l’identité musicale russe, marquée par une confrontation permanente du dérisoire et du grandiose, du bonheur et du tragique, et par une volonté de dépassement de soi. Servie par une organisation impeccable, elle a redonné de la vigueur au concept imaginé par René Martin.

On espère que ce dernier ne tardera pas à programmer une Folle Journée celtique où l’on pourra entendre en cinq jours aussi bien Paul Ladmirault qu’Alexander Mackenzie ou Turlough Carolan.

Mikhaïl YasnovLe succès du Sacre russe n’est pas le seul signe de la russophilie qui s’est emparée de Nantes. La même semaine, l’un des plus connus des écrivains russes contemporains, Andreï Kourkov, présentait ses œuvres à la librairie Coiffard, tandis que la dynamique association Russies étonNantes organisait une journée du cinéma russe et une conférence de Mikhaïl Yasnov [photo ci-contre, NDLR], écrivain et éditeur de Saint-Pétersbourg. Traducteur de nombreux poètes français et auteur d’une Anthologie des contes bretons, Yasnov vient d’éditer en Russie Les Demoiselles de Liré, de l’écrivain paimblotin Paul Perret (1830-1904).