Tag Archives: FLNC

[Chronique corse] Michel-Edouard Leclerc défend le « consommateur » et Manuel Valls la « République » - par Paul Le Guern

[Chronique corse] Michel-Edouard Leclerc défend le « consommateur » et Manuel Valls la « République » – par Paul Le Guern

22/12/2012 — 14h00
PARIS (NOVOpress Breizh) — Nuit du dimanche 9 septembre 2012 :
Les clandestins du Front de libération nationale de la Corse –Union des combattants (FLNC-UC) s’en prennent à la grande distribution. Sept supermarchés, la plupart sous l’enseigne Leclerc, sont soufflés. Dans un communiqué rendu public quelques jours plus tard, le FLNC-UC en revendique la paternité, dénonçant « les prix [qui] n’ont jamais été aussi élevés en Corse […] et des hausses sans aucune mesure avec les nécessités de la saison touristique ». Dans ce texte comminatoire, les indépendantistes mettaient « en demeure [les enseignes visées] de baisser significativement les prix pratiqués avant le mois de décembre 2012 et de modifier leur stratégie en s’imposant comme axe prioritaire une politique privilégiant au maximum les produits issus de l’économie corse ». (Le Monde, 11/12/12)

Lire la suite

L'ancien avocat d'Yvan Colonna assassiné en Corse

L’ancien avocat d’Yvan Colonna assassiné en Corse

Banderole exigeant la libération d’Yvan Colonna. Crédit photo : Baldeadly via Wikipédia (cc).

16/10/2012 — 18h30
AJACCIO (NOVOpress) — Antoine Sollacaro, avocat corse, qui défendait jusqu’au printemps dernier Yvan Colonna – reconnu coupable de l’assassinat du préfet Erignac –, a été tué par balles ce mardi matin à Ajaccio. Il était arrêté au voloant de sa Porsche dans une station-service; lorsque deux hommes à moto ont surgi et ont fait feu sur lui.

Lire la suite

Le Front de libération nationale de la Corse (FLNC) contre "l'argent roi"

Le Front de libération nationale de la Corse (FLNC) contre « l’argent roi »

21/12/2011 – 08h00
PARIS (NOVOpress) – Le Front de libération nationale de la Corse (FLNC) a livré son « analyse politique » de la situation en Corse dans le dernier numéro de sa publication clandestine, « Ribellu, a voce di u fronte ». Pour le FLNC, « la gravité de la situation actuelle » le « conduit à livrer » son analyse et « à exposer un certain nombre de propositions ».  Car « malgré les satisfecits de certains représentants officiels qui continuent à se gargariser de tout ce que l’on fait pour la Corse, les indicateurs économiques et sociaux n’ont jamais été aussi préoccupants depuis bien longtemps. » « L’Etat Français » est le principal responsable de cette situation, participant en outre, non pas à « l’édification d’une Europe des peuples tournée vers le sud », mais à une la construction d’une Union européenne dirigée par le « nord » soumise aux « gesticulations financières ».

Selon le FLNC, l’avenir de la Corse est « livré à des intérêts spéculatifs qui lui sont étrangers ». Pire, cette « logique de l’argent roi » a remplacé l’esprit de « coopération et de partage ». Avant de dénoncer les dérives mafieuses de la société corse : « Pendant ce temps, la part belle a été faite aux groupes mafieux qui ont infiltré un tissu économique, déjà bien fragile, pour mieux le vampiriser. Le trafic de drogue, pourvoyeur de fonds importants et rapidement disponibles, s’est développé parallèlement, avec des effets déstructurants dévastateurs sur la société corse toute entière. »

Par ailleurs, le FLNC a fait plusieurs propositions intéressantes pour défendre son identité.

La lutte contre la spéculation immobilière passe avant tout pour le FLNC par l’instauration d’une « citoyenneté corse », définie par l’Università di Corsica, soit « la résidence  plus la langue corse ». Par ailleurs, face à des lois françaises inadaptées, le FLNC souhaite une mobilisation générale des Corses pour protéger leurs terres agricoles et lutter contre les spéculateurs.

Le FLNC demande par ailleurs aux dirigeants des grandes surfaces « de modérer leurs prix », « de stopper leur prolifération » et surtout de revoir les conditions d’achat, de diffusion et de promotion de la production corse, afin de « laisser toute sa place au commerce traditionnel. »

Pour le logement et les emplois, la seule mesure indispensable passe par l’instauration de la « citoyenneté corse ». Par ailleurs, l’organisation prône la suppression des conseils généraux et des départements, selon elle « au coeur des toutes les dérives clientélistes », et souhaite en revanche que l’assemblée de Corse soit dotée du pouvoir législatif.

Crédit photo : DR

Le FLNC revendique l'assassinat de Christian Leoni

Le FLNC revendique l’assassinat de Christian Leoni

29/11/2011 – 14h15
MORIANI (NOVOpress) –
Dans un texte reçu par le magazine Corsica, le Front de libération nationale de la Corse (FLNC) revendique l’assassinat, le 28 octobre dernier à Moriani, par l’un de ses commandos, de Christian Leoni, 49 ans, soupçonné par les nationalistes corses d’appartenir à la mafia locale.

Le FLNC affirme, via un communiqué clairement authentifié, « avoir procédé à l’élimination physique de Christian Leoni, responsable du groupe mafieux auteur de l’assassinat de notre militant Philippe Paoli» .

Charles-Philippe Paoli, membre de l’exécutif de Corsica Libera et militant de l’organisation avait été assassiné le 29 juin à Folelli, près de Bastia. Le FLNC avait alors renoué avec les conférences de presse clandestines.

Les nationalistes corses avaient alorsannoncé que « ceux qui ont accompli cet acte n’ont pas mesuré sa portée, ni ses conséquences… Notre organisation saura faire face… Cette mort est injuste et inexplicable, mais elle renforce notre détermination».

Et de préciser dans le communiqué reçu récemment : « Si nous sommes intervenus par la force, c’est que nous y avons été contraints. Nous avons répondu militairement avec toute la détermination qui s’imposait après la mort de notre militant, dont le seul tort était de s’investir dans le développement de son entreprise ».

L’organisation termine par une mise en garde contre « tous les groupes ou individus mafieux qui attenteraient à la vie d’un militant nationaliste, qu’après enquête et identification du ou des auteurs », sa réponse serait « implacable ».

Dans le texte reçu par Corsica, le FLNC revendique également 28 attentats contre des villas, qualifiées de « colonisation de peuplement », 5 actions commandos et 5 autres contre « des monopoles d’Etat et des multinationales » (intérêts d’EDF et de Kyrnolia en Corse).

[box class= »info »]Crédit photo : DR[/box]