Tag Archives: Flandre

PEGIDA_1

Réunion internationale des PEGIDA à Aix-la-Chapelle, le 13 décembre prochain [mise à jour : changement de lieu]

08/12/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Si l’on entend régulièrement parler de PEGIDA Allemagne, on connaît moins ses émules belges ou néerlandais. Samedi prochain se tiendra une réunion rassemblant les PEGIDA Flandre, Liège, Pays-Bas, Rhénanie du Nord-Westphalie (NRW). Une partie du rassemblement se fera en français.

PEGIDA a essaimé rapidement depuis ses premiers rassemblements à Dresde en 2014, non seulement partout en Allemagne, mais aussi dans d’autres pays européens. C’est ainsi que PEGIDA Pays-Bas, PEGIDA Flandre, PEGIDA Liège et PEGIDA NRW (Rhénanie du Nord – Westphalie) organisent un grand rassemblement à Aix-la-Chapelle le 13 décembre à 14 h. Une bonne occasion de rencontrer des identitaires et patriotes luttant en Allemagne, en Belgique ou aux Pays-Bas contre l’islamisation de la société.
Des discours, dont une partie en français, des différents responsables, seront ponctués par un défilé (*). Comme souvent en pareil cas, les organisateurs s’attendent à des contre-manifestations de gauchistes et à une importante présence policière.
pegida La télévision interroge le public
Le rassemblement se tiendra à partir de 14 h
Le lieu de rassemblement a changé : il est le Tivoli sur la place située devant le stade de football. (Adresse : Krefelder Strasse 205, 52070 Aachen, Allemagne). le 13 décembre prochain.
Si vous souhaitez vous y rendre, Aix-La-Chapelle est facilement accessible depuis Paris, Lyon ou Marseille en train. Il faudra peut-être changer de train à la gare Centrale d’Aix-la-Chapelle pour se rendre à la gare du Sud d’Aix-la-Chapelle (10 min.). Vous pouvez également prendre l’avion jusqu’à Bonn, puis le train vers Aix-la-Chapelle.
Pays-Bas. PEGIDA a tenu son premier rassemblement aux Pays-Bas ce 11 octobre 2015, à Utrecht
Les mouvements PEGIDA hors d’Allemagne sont très actifs. Aux Pays-Bas, le mouvement a débuté Utrecht puis à Rotterdam. En Belgique, deux organisations sont liées à PEGIDA Allemagne : PEGIDA Flandre organise des manifestations, bien que la première ait été interdite. PEGIDA Liège/Lüttich (Liège en français, Lüttich en allemand) a voulu manifester en novembre 2015, mais la manifestation a été interdite par le maire socialiste. Les autres PEGIDA existant en Belgique ne sont pas reconnus par le mouvement PEGIDA.
Lutz Bachmann, la figure de proue de PEGIDA (Dresde)
(*) Les drapeaux de pays et régions sont autorisés. Sont interdits, les drapeaux ayant trait aux idéologies totalitaires et à l’islam, ainsi que le drapeau palestinien, les armes, couteaux, bouteilles, l’alcool, les objets dangereux. Les banderoles sont autorisées. Les tee-shirts de partis politiques sont interdits.

La Flandre en route vers le modèle bavarois ?

La Flandre en route vers le modèle bavarois ?

23/08/2014 – ANVERS (via le site de Lionel Baland)
Le parti national-centriste flamand – la Nieuw-Vlaamse Alliantie (N-VA) -, dirigé par Bart De Wever (photo), entend désormais grignoter la Belgique de l’intérieur. Alors que le parti dirige, au sein de coalitions réunissant la N-VA, les sociaux-chrétiens et les libéraux [de droite], Anvers (Antwerpen) et la Flandre ; les négociations en vue de former un gouvernement belge incluant ces trois partis néerlandophones et les libéraux francophones [de centre-droit] progressent. Le Premier ministre belge devrait être un social-chrétien flamand (CD&V), mais le vrai maître de ce gouvernement sera la N-VA. Cette dernière a le mérite d’avoir chassé du pouvoir à Anvers, en Flandre et [bientôt ?] au sein du gouvernement belge les socialistes du pouvoir et d’avoir constitué des coalitions sans avoir recours à des partis de gauche (comme les écologistes).

Mais surtout Bart De Wever et la N-VA offrent une vision de société, celle de créer une « Bavière flamande » : conservatrice et patriotique pour sa région.

La N-VA, qui a conquis Anvers (Antwerpen) en 2012 et exporté son modèle à la Flandre et bientôt désormais au sein du gouvernement belge, place ses pions : l’administration au sein de la municipalité d’Anvers, en Flandre et désormais au sein de l’État belge comptera de plus en plus de membres de la N-VA.

Crédit photo : Nieuw-Vlaamse Alliantie (N-VA) via Wikipédia (cc).

Photo du jour : Bruges

Photo du jour : Bruges

14/04/2014 – BRUGGE (NOVOpress) – Bruges, en Belgique, est la plus grande ville de Flandre Occidentale. On l’appelle « Venise du Nord » en raison des nombreux canaux qui la traversent de part en part. La vue ci-dessus est la plus connue de Bruges, prise depuis le Quai du Rosaire. En haut à gauche, l’on voit dépasser le beffroi, symbole du pouvoir des échevins et de la puissance de la ville.

Crédit photo : DR

Quand les antifas font de la pub pour Génération identitaire

Quand les antifas font de la pub pour Génération identitaire

09/04/2013 – 12h00
LILLE (NOVOpress) – Génération identitaire, mouvement de jeunesse s’adressant à des jeunes garçons et filles ayant soucis de défendre leur identité, s’implante un peu partout en France. Dans le Nord, après Lille en décembre 2012, le mouvement s’est étendu à Boulogne -sur-Mer en février, et à proximité de Bailleul samedi dernier, le 6 avril.

Lire la suite

Belgique : le cordon sanitaire contre le Vlaams Belang est brisé !

Belgique : le cordon sanitaire contre le Vlaams Belang est brisé

Kristof Slagmulder, élu du Vlaams Belang (VB) à Denderleeuw, commune où le cordon contre le VB a été brisé. Crédit photo : Vlaams Belang.

11/01/2013 — 08h00
DENDERLEEUW (via le site de Lionel Baland) — Le cordon sanitaire est une mesure antidémocratique qui vise le Vlaams Belang et empêche une alliance d’autres partis politiques avec celui-ci à quelque niveau de pouvoir que ce soit. Cette mesure existe depuis une vingtaine d’années. Dans la partie francophone de la Belgique, le cordon sanitaire est étendu aux médias (ce qui n’est pas le cas en Flandre), qui refusent de donner la parole aux patriotes et souvent les insultent ou manipulent les informations les concernant. L’annulation d’un débat électoral sur la télévision de service public francophone RTBF en 2010 au nom du « cordon sanitaire » a été condamnée par l’association Reporters sans frontières. Suite aux élections municipales d’octobre 2012, des fissures apparaissent au sein du cordon sanitaire qui est désormais brisé à Denderleeuw.

Lire la suite

Flandre : le cordon sanitaire brisé au plus bas niveau de pouvoir

Flandre : le « cordon sanitaire » brisé au plus bas niveau de pouvoir

04/01/2013 — 20h00
BRUXELLES (via le site de Lionel Baland) — Le « cordon sanitaire » est une mesure antidémocratique qui vise le Vlaams Belang et traite ce parti comme une formation politique véhiculant des idées inacceptables. Cette mesure consiste à voir les partis du système politique en place refuser toute alliance avec le Vlaams Belang à quelque niveau de pouvoir que ce soit. Instauré il y a une vingtaine d’années, le cordon sanitaire a tenu le coup durant cette période, mais vient d’être brisé lors de la mise en place des nouveaux conseils municipaux, issus des élections d’octobre 2012, en Flandre ce 2 janvier 2013.

Lire la suite

Gerolf Annemans futur président du Vlaams Belang

Gerolf Annemans futur président du Vlaams Belang

02/12/2012 — 16h00
BRUXELLES (via le site de Lionel Baland) —
Le Conseil de parti du Vlaams Belang a désigné, ce samedi 1er décembre 2012, Gerolf Annemans (ci-dessus) comme futur président du parti. Un congrès des membres est appelé à confirmer, le 16 décembre 2012, ce choix.

Lors du premier tour de scrutin les candidats ont obtenu les résultats suivants :
Gerolf Annemans : 41 voix
Philip Claeys : 33 voix
Bart Laeremans : 19 voix

Au deuxième tour, les deux candidats restants ont obtenu les résultats suivants :
Gerolf Annemans : 51 voix
Philip Claeys : 41 voix

Crédit photo : Vlaams Belang.

Le Vlaams Belang et la gauche radicale au sein de la même manifestation

Les membres du Vlaams Belang et devant eux les drapeaux d’une organisation de la gauche radicale.

29/11/2012 — 21h00
ANVERS (via le site de Lionel Baland) — Une trentaine de membres du Vlaams Belang ont participé à une manifestation du personnel et des usagers de la société de transport public De Lijn contre les conséquences des mesures d’économies. Parmi les membres du Vlaams Belang figuraient Filip Dewinter, Jan Penris et Wim Van Osselaer, ainsi que des élus de conseils de district et même un conseiller municipal d’une commune voisine. Des représentants du groupe d’étudiants nationalistes NSV s’étaient joints à eux.

Continue reading

MEMORABLES 2 – Les classiques de la culture européenne

MEMORABLES 2 – Les classiques de la culture européenne – La légende d’Ulenspiegel

Ce qui est mémorable est « digne d’être conservé dans les mémoires des hommes » dit Le Robert. Celle des Français, en ce début de siècle, semble de plus en plus courte. Dans le seul domaine littéraire, des auteurs tenus pour majeurs par des générations de lecteurs sont tout simplement tombés aux oubliettes. Pas seulement des écrivains anciens, de l’Antiquité, du Moyen Age, de la Renaissance ou des Temps modernes mais aussi des auteurs proches de nous, disparus au cours du XXème siècle.

Lire la suite

[Lu su rle net] Belgique : Marocaine d'origine, future bourgmestre grâce à la NVA

[Lu sur le net] Belgique : Marocaine d’origine, future bourgmestre grâce à la N-VA

23/10/2012 — 21h00
BRUXELLES (via Le Parisien) — Nadia Sminate (photo ci-dessus, note de Novopress), Belge d’origine marocaine, affiche pleinement son appartenance au parti indépendantiste flamand N-VA qui prône la séparation du pays. Elle deviendra même la première bourgmestre (maire) d’origine marocaine de Belgique lorsqu’elle prendra dans trois ans les commandes de la commune flamande de Londerzeele, sous les couleurs de la formation de Bart De Wever qu a récemment raflé aux socialistes la seconde ville du pays, Anvers.

Lire la suite

Anvers : victoire éclatante de la N-VA, défaite du Vlaams Belang

Anvers : victoire éclatante de la N-VA, défaite du Vlaams Belang

L’hôtel de ville d’Anvers. Crédit photo : Wikipédia (cc)

15/10/2012 — 12h00
ANVERS (NOVOpress) — Coup de tonnerre en Flandre, la ville d’Anvers va être gérée par les séparatistes “centristes” de la N-VA, et leur chef Bart De Wever (qui demande déjà au Premier ministre belge la création d’un Etat confédéral). En effet, ces derniers ont obtenu près de 38 % des suffrages exprimés, contre 28, 6 % pour le maire sortant (socialiste) et surtout 10 % pour le Vlaams Belang (VB) mené par Filip Dewinter, qui connaît une baisse de près de 23 points par rapport aux derniers scrutins.

Lire la suite

Municipales à Anvers : le choc des titans

Municipales à Anvers : le choc des titans

12/10/2012 – 12h00
ANVERS (NOVOpress via Lionel Baland) — Le 14 octobre 2012, des élections locales ont lieu en Belgique. À Anvers, la ville la plus importante de Flandre, trois personnalités de premier plan s’affrontent pour la mairie : le bourgmestre socialiste sortant Patrick Janssens, l’homme fort du Parti nationaliste flamand Vlaams Belang Filip Dewinter et le dirigeant du Parti national-centriste flamand N-VA Bart De Wever.

Lors de ce scrutin (qui se déroule à la proportionnelle comme toutes les élections qui ont lieu en Belgique), les électeurs sont appelés à élire les conseils municipaux, qui à leur tour choisissent le bourgmestre (maire) et les échevins (maires adjoints). Les citoyens qui n’habitent pas à Bruxelles votent aussi pour les membres des conseils provinciaux, qui désignent à leur tour les membres des exécutifs provinciaux : les députés permanents. Et seulement à Anvers, les électeurs procèdent également à l’élection des conseils de districts, une sorte de conseils de quartier, qui choisissent ensuite les membres de leurs exécutifs respectifs. Ces élections du 14 octobre 2012 sont déterminantes pour l’implantation locale des partis politiques durant les six prochaines années.

Lire la suite

Élections communales belges : la Belgique politique en bref

Élections communales belges : la Belgique politique en bref

Par Édouard Tressalec, correspondant à Bruxelles pour Novopress sur les questions belges et bruxelloises. Crédit photo : Bruno Desclee via Flickr (cc)

La Belgique est une monarchie constitutionnelle. Elle est également un État fédéral composé de trois communautés (néerlandophone, francophone et germanophone) et de trois régions (la Flandre, la Wallonie et la Région de Bruxelles-Capitale). Si l’on excepte certains cas particuliers (« communes à facilités linguistiques » de Flandre et de Wallonie, minorité germanophone de Wallonie), l’on peut dire que la Flandre et la Wallonie constituent des régions administrativement unilingues, la première étant de langue néerlandaise et la seconde étant de langue française. Ne s’y présentent donc, pour la première, que des listes électorales néerlandophones et, pour la seconde, que des listes électorales francophones. La Région de Bruxelles-Capitale, par contre, est administrativement bilingue. S’y présentent donc des listes électorales néerlandophones et francophones, certaines de ces listes ayant même décidé de constituer des alliances avec des listes appartenant à l’autre communauté linguistique (exemple : MR, libéraux francophones, et Open VLD, libéraux néerlandophones, à Bruxelles-Ville).

Lire la suite

“Immigration-invasion : la nouvelle colonisation” par Filip Dewinter [vidéo]

07/09/2102 — 18h00
ANVERS (NOVOpress) — Comme à son habitude Filip Dewinter, le leader du Vlaams Belang et candidat à l’élection municipale d’octobre prochain à Anvers, ne mâche pas ses mots quand il s’agit de dénoncer l’immigration, le multiculturalisme et l’islamisation de l’Europe. En effet, d’ici quelques jours, Filip Dewinter sortira un livre, associé à un DVD, intitulé « Immigration-Invasion : la nouvelle colonisation ». Dans cet opuscule, Filip Dewinter explique également comment et pourquoi il est possible d’y mettre fin

En attendant cette sortie, voici la vidéo de bande-annonce.

Publié le
Les Wallons aussi veulent quitter la Belgique

Les Wallons aussi veulent quitter la Belgique


18/02/2012 – 12h00
BRUXELLES (NOVOpress via unzensuriert) –
Un nouveau scénario s’esquisse dans le conflit entre Wallons et Flamands. De plus en plus de responsables politiques -dont le Ministre des affaires sociales Laurette Onkelinx, le sénateur Philippe Moureaux et l’actuel Premier Ministre Rudy Demotte- ont admis récemment que les Wallons devraient se préparer à une scission.

Selon l’ex rédacteur en chef du journal Le Soir, Béatrice Delvaux, il est évident que « des personnalités wallonnes de premier plan sont arrivées à un accord et se préparent à un avenir sans la Flandre et sans Bruxelles ». Le fameux plan B. Cet accord découle « d’une conviction qui s’est répandue durant les derniers mois chez les Wallons: la Belgique ne serait que provisoirement sauvée, et il importe maintenant de préparer l’étape suivante ». Cette prise de conscience semble avoir atteint même des gens comme Thierry Bodson, président du syndicat socialiste wallon FGTB, qui participerait avec d’autres cadres socialistes à une cellule de réflexion sur l’avenir de la Wallonie. D’autres encore, comme le Ministre du développement durable Jean-Marc Nollet, évolueraient de plus en plus vers une perspective régionaliste, toujours selon la journaliste.

Les Flamands considèrent la Belgique comme une situation provisoire

Le député du parlement flamand Joris van Hauthem ne considère plus la Belgique comme un pays, mais comme une simple « situation provisoire ». « Que pour de plus en plus de Wallons, la fin de la Belgique ne signifie plus la fin du monde, est une évolution que nous ne pouvons que saluer. Mais il est grand temps que la classe politique flamande sorte de son hibernation et suive l’exemple wallon. Aujourd’hui, nous devons mettre au point le scénario de l’indépendance flamande ». Et le Vlaam Belang veut maintenant sommer le Premier Ministre Kris Peeters d’ordonner à son gouvernement de préparer activement la séparation.

Paix sociale: la Wallonie veut s’associer à l’Allemagne

A intervalles réguliers, l’on philosophe pour savoir vers qui devrait se tourner la partie francophone de la Belgique à l’économie anémiée. Les transferts monétaires depuis le nord, qui permettent de maintenir le système social, n’autorisent pas l’option d’un état indépendant. Paul Magnette, Ministre belge de l’énergie, lui même wallon, a proposé une autre solution. Pour lui, la meilleure option à prendre pour le pays wallon en cas d’explosion de la Belgique, serait de se joindre à l’Allemagne. En Allemagne il y aurait une paix sociale appréciable, et une culture politique beaucoup plus proche [de l’esprit wallon] qu’en France, malgré la communauté de langage.

Le Pen a assuré les Wallons de son soutien

L’évolution économique différente pourrait avoir joué un rôle déterminant pour Magnette. Pendant que la France continue de s’enfoncer dans la récession, l’économie allemande connaît un véritable boom. L’Allemagne serait plus à même de soutenir l’anémique Wallonie.

Mais la Présidente du Front National français a également assuré la Wallonie francophone de son soutien en cas d’effondrement de l’État. Le Pen avait déclaré dans un communiqué de presse de l’an dernier: « les liens historiques et fraternels entre nos deux peuples sont trop forts, pour que la France refuse sa protection à la Wallonie dans une telle situation ».

Crédit photo : fdecomite via Flickr (cc)

Belgique : le Vlaams Belang sort un "guide pour dhimmis"

Belgique : le Vlaams Belang sort un « guide pour dhimmis »

Belgique : le Vlaams Belang sort un "guide pour dhimmis"19/11/2011 – 13h00
BRUGGE (NOVOpress) — Comment peut-on survivre dans une société islamisée, tel est le titre d’un « guide de poche » édité par le Vlaams Belang et dont la distribution gratuite commence incessamment en Flandre, en partenariat avec le mouvement « Villes contre l’islamisation ».

Dans ce guide pratique de 54 pages tiré à 20 000 exemplaires, son auteur Filip Dewinter développe en dix leçons comment un dhimmi (un non-musulman) doit agir dans une société dominée par la charia, où seraient proscris la critique de l’islam, le non-respect du Ramadan, l’inobservation du code vestimentaire islamique, la consommation d’alcool, le tabagisme ou le jeu.

À travers la publication de ce guide, le Vlaams Belang souhaite faire comprendre que l’islam ne s’est en rien édulcoré au contact de la société européenne, et quels seront les effets directs de l’islamisation de nos sociétés. 500 000 tracts publicitaires seront également distribués dans toutes les grandes villes de Flandre (Gand, Anvers, Courtrai, Vilvoorde, Bruxelles, Malines, …). À travers ce coup médiatique, le Vlaams Belang entend bien se présenter comme le seul parti d’opposition à l’expansion de l’islam en Flandre.

Concomitamment à la publication de son guide de poche, le Vlaams Belang formule publiquement cinq propositions choc afin de contrer l’islamisation de la Flandre : arrêter l’immigration en provenance des pays musulmans vers l’Europe ; ni soutien, ni reconnaissance ou financement de l’Islam par le gouvernement ; pas de concessions à l’Islam concernant la détermination des valeurs fondamentales de notre civilisation (interdiction de l’abattage rituel sans étourdissement, pas d’autorisation du foulard, pas de natation séparée par sexe dans les piscines publiques, …) ; mise en place d’un test d’intégration avant l’obtention de permis de séjour définitifs ; mettre un terme à la construction des mosquées, interdiction des minarets et expulsion des imams fondamentalistes.