Tag Archives: firmes transnationales

air_france

Le vrai visage du sans-frontiérisme ! Tribune Libre de Vincent Revel

01/09/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Quand les élites trahissent leur peuple au profit des firmes transnationales, quand les défenseurs des travailleurs promeuvent aussi la mondialisation sauvage et défendent les sans-papiers, c’est que nous sommes dans le règne de la trahison sans-frontiériste.

À l’heure où l’Europe vit selon les volontés allemandes, des technocrates bruxellois et de ceux du FMI, les mots : mobilité, reconversion, disponibilité, délocalisation, chômage, concurrence déloyale, austérité sont, aujourd’hui, devenus courants. Le travailleur doit sans cesse savoir se remettre en cause, mais aussi s’adapter à des changements parfois violents et difficiles. Chaque semaine qui passe nous donne des exemples de ce qu’est un monde sans frontière où les hommes sont devenus de simples marchandises, assujettis aux besoins des marchés selon l’offre, la demande et les intérêts des oligarques mondiaux et des grands groupes internationaux. La suppression de 50 000 emplois par la Banque HSBC, alors que cette institution de la finance enregistre tout de même un bénéfice de 13 milliards de dollars, est devenue un évènement presque ordinaire dans notre monde progressiste et néo-libéral.

Comme dans une tragédie grecque, nos responsables politiques continuent à jouer leur rôle d’hypocrites sans réellement se soucier de savoir s’ils sont crédibles et efficaces. En Occident, comme le disait Cornélius Castoriadis,

il y a longtemps que le clivage gauche-droite ne correspond plus ni aux grands problèmes de notre temps ni à des choix politiques radicalement opposés.

Plus rien ne les émeut tellement ils sont déracinés de la terre de leurs pères. En caste privilégiée, ils se font seulement les relais des grands de ce monde pour qui l’objectif premier du capitalisme n’est pas de produire des valeurs d’usage, mais uniquement « de produire toujours plus de marchandises » au coût de production le plus faible. Même les grands fleurons de notre industrie ne sont plus à l’abri de la trahison de nos élus.
Lire la suite

TPP

Wanted : contenu du traité TPP — Récompense : 100 000 dollars

15/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
100 000 dollars. C’est la récompense qu’offre le site WikiLeaks à qui révélera le « secret le mieux gardé des États-Unis » : les détails de l’accord de partenariat transpacifique (TPP).

« L’heure de la transparence a sonné pour le TPP. Stop aux secrets. Stop aux excuses », écrit Julian Assange, cofondateur de WikiLeaks pour expliquer pourquoi le site offre 100 000 dollars (89 700 euros) à qui révélera le contenu de l’accord de partenariat transpacifique (TPP).
« Cet accord contient 29 chapitres, dont 26 restent secrets », explique WikiLeaks, qui en a déjà révélé trois. Le site mène une opération de financement participatif pour rassembler la somme, dont il manque plus qu’un tiers à récolter à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Dans la stratégie de domination globale des États-Unis, l’économie joue un rôle majeur, surtout sa version libre-échangiste. L’administration Obama négocie ainsi dans la plus grande opacité des traités de libre-échange, entendez « libre » pour les grosses firmes transnationales, sur ses deux rives. Côté Atlantique, l’accord sur le commerce des services (Tisa) et le traité de libre-échange transatlantique (Tafta), de l’autre, c’est le TPP.
Ce projet d’« accord de partenariat transpacifique » est en train d’être négocié dans la plus grande discrétion entre une douzaine d’États situés sur les deux rives du Pacifique, dont les États-Unis, le Canada, le Mexique, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Japon.
Lui aussi est de plus en plus contesté aux États-Unis même, où les opposants à la toute-puissance des transnationales son nombreux et où le caractère secret des négociations attise la méfiance des Américains, à l’instar de la sénatrice US Elizabeth Warren (Parti démocrate) : « [ils] ne peuvent pas rendre cette négociation publique, car si les Américains voyaient ce qu’il y avait dedans, il y seraient opposés ».

Crédit photo : capture d’écran de la vidéo de WikiLeaks appelant à contribuer au financement participatif destiné à financer la récompense de 100 000 US $