Tag Archives: femme

Cluzel Adieu Simone

Le livre de Gabrielle Cluzel va, lui aussi, faire hurler les féministes

1/04/2016 – PARIS (NOVOpress) : Hasard du calendrier éditorial ou offensive concertée ? Le 8 avril 2016 sera un jour noir pour les féministes avec la parution simultanée de deux ouvrages prometteurs dans la déconstruction du discours féministe : celui d’Eugénie Bastié, Adieu Mademoiselle (éd. du Cerf), dont Novopress s’est déjà fait l’écho, mais aussi celui de Gabrielle Cluzel, au titre proche et encore plus explicite : Adieu Simone ! (Le Centurion), en référence bien sûr à la papesse de la « libération de la femme », Simone de Beauvoir.

Gabrielle Cluzel, connue pour ses chroniques dans les journaux Famille chrétienne et Monde et Vie, ou sur le site Boulevard Voltaire, signe là un ouvrage qu’on imagine à l’image de ses écrits habituels, vif et féroce. Sur le site de son éditeur, elle présente ainsi Adieu Simone !, sous-titré : Les Dernières Heures du féminisme :

« Je n’ai pas la prétention de faire une analyse du féminisme depuis des siècles à travers le monde. De remonter à l’âge de pierre pour étudier la condition de la femme dans les grottes préhistoriques. Je veux seulement évoquer ce que je connais. Ce féminisme en mini-jupe, mutin comme une parisienne de Kiraz, que l’on trouvait sur les barricades de Mai 68, devenu ce féminisme imposant et tyrannique, aux allures de rombière de Faisant, que l’on trouve à présent sur les ruines de Mai 68. Une rombière acariâtre et autoritaire avec sa moitié, l’homme occidental, faible et maigrelet, qu’elle morigène toute la sainte journée et fait avancer tête baissée… mais une rombière laxiste, aveugle et masochiste avec les enfants qu’en couchant avec l’amant de toujours, la gauche, elle a engendrés et réchauffés dans son sein : libération sexuelle, laxisme judiciaire et islam impérieux. »

 

8560-Chard

Familles, il vous hait !

04/03/2016 – POLITIQUE (8560 Présent)

François Hollande ne veut plus entendre parler du modèle familial « réactionnaire » précise-t-il. Un papa, une maman et leurs enfants, ça l’insupporte.
« La destruction du modèle familial est toujours l’obsession d’un système impuissant à résoudre les problèmes de la France » a aussitôt relevé Bruno Gollnisch à qui nous empruntons le titre de combat de son communiqué.
8560_Une
« Si j’ai voulu le mariage pour tous », déclare notre président dans une grande interview au magazine Elle, « c’est bien pour donner à tous la possibilité de former une famille, au-delà des questions de genre ». Il va donc corriger – c’est l’urgence du moment – l’intitulé de « ministère de la Famille » au profit de « ministère des Familles » : « afin de les reconnaître toutes, les recomposées, les monoparentales, de même sexe ».

Et les polygames non ? Pourtant les journalistes de Elle lui parlent de ses trois femmes : « Qui vous a sensibilisé à la situation des femmes ? Votre mère, votre première compagne Ségolène Royal, ou encore Valérie Trierweiler ? Ou Julie Gayet ? ».
« Être un socialiste, c’est être un féministe » clame Hollande qui a si longtemps fermé les yeux et les oreilles alors qu’il dirigeait le PS, sur les comportements de DSK qui lui revenaient de toutes parts et parfois de femmes qu’il connaissait bien comme Aurélie Philipetti.

Quand on lui demande quelle « figure féminine » l’inspire, François Hollande cite sa chère Angela Merkel : « l’exemple même d’une femme de pouvoir, un exemple de volonté et de réussite pour beaucoup de femmes ». Pas pour les centaines d’Allemandes agressées sexuellement à Cologne la nuit du 31 décembre par des immigrés en majorité arabo-musulmans que Merkel a fait entrer en masse et qui ont magnifiquement fait triompher ce soir-là l’égalité, le respect et les droits des femmes.

C’est précisément lorsqu’il est interrogé sur Cologne et alors que tout le principe de l’interview consiste à le faire passer pour un défenseur de la cause féminine que François Hollande fait sa réponse la plus lâche et la plus nauséabonde : « Les agressions sexuelles sont toujours découvertes tardivement, même quand elles sont massives : le sentiment de honte s’ajoute au scepticisme et à l’indifférence. »
Ce n’est pas la faute des médias, ni de la police ni des autorités qui ont volontairement caché les faits. C’est la faute des femmes qui ont eu honte. « À Cologne, la gêne était d’autant plus grande que les auteurs pouvaient être des réfugiés. » Bon d’accord, c’est un peu la faute des médias et des politiques, mais il faut les comprendre !

« Or, le respect de la femme est un principe absolu », se croit-il obligé de préciser. Mais qu’ont-ils fait, lui ou ses ministres féministes, les Taubira, Belkacem et Rossignol pour briser l’omerta au nom de ce « principe absolu » ? Ils se sont tus.

Le final propagandiste est tout en beauté : « Tous les jours, dans beaucoup de nos villes, des femmes subissent des harcèlements verbaux ou physiques (…) Et ce n’est pas le fait d’hommes qui viennent d’arriver sur notre territoire ou qui n’auraient pas bénéficié d’une éducation semblable à la nôtre. »

C’est bien ce que le pouvoir officiel a dit. À Cologne il ne s’est rien passé d’extraordinaire.

Caroline Parmentier

famille

La famille

27/01/2016 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Jusqu’à notre époque contemporaine et nos sociétés dépressives, le foyer et la famille furent toujours des piliers essentiels de l’équilibre de nos nations.

Ne nous laissons pas déborder par les multiples sollicitations de la vie moderne ; consacrons du temps à nos enfants ! Violence, alcoolisme, drogue, suractivité, stress et angoisse sont des maux d’adultes qui touchent de plus en plus les jeunes. Pour exemple, le suicide représente chez les 15-24 ans la deuxième cause de mortalité et la première pour les 35-44 ans, pour représenter au total 150 000 tentatives de suicide enregistrées chaque année ! Permettons à nos petits de vivre pleinement leur enfance en les tenants à distance des phénomènes de mode, en leur évitant d’avoir des emplois du temps surchargés par de multiples activités, en les écartant des décisions relevant du monde des adultes et en les éloignant de l’univers écrasant et culpabilisant de la propagande des médias et du star-system. L’enfance est marquée par l’innocence. Ne la tuons pas dès les premières années de son existence.
Lire la suite

famille

Nouvelle enquête de l’Insee : les séparations appauvrissent et déstabilisent les familles

17/12/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Nombre croissant de familles recomposées, multiplication des histoires d’amour brèves, forte hausse de la garde partagée… voilà ce qui appauvrit et déstabilise les familles selon l’étude publiée par l’Insee le 16 décembre.

Quelles tendances mettent en avant cette étude ?
L’étude de l’Insee montre notamment que c’est le modèle des familles monoparentales qui se sont développées au détriment des familles traditionnelles. Les familles recomposées augmentent, elles aussi. Autre fait marquant, de plus en plus de couples éclatent : entre 2009 et 2012, en moyenne, 253 000 couples se sont séparés chaque année. Entre 1993 et 1996, on en comptait 155 000. Soit plus de 59 % !

Qui sont les plus touchés par ces changements ?
L’étude souligne que ce sont les femmes qui pâtissent les premières des divorces et des séparations. 20 % de baisse de niveau de vie : c’est le prix de la séparation pour les femmes dans l’année qui suit un divorce ou une rupture de Pacs. La monoparentalité reste essentiellement maternelle (85 %) et s’est surtout répandue parmi les femmes les moins diplômées. Particulièrement touchées par la précarité, 40 % des familles monoparentales avec enfants mineurs vivent sous le seuil de pauvreté. Ce mouvement serait européen : la part de ces familles monoparentales a également augmenté de 14 % en 1996, contre 19 % en 2012, en Europe. Notons également que l’étude ne pipe pas un mot de l’impact de tels bouleversements pour l’équilibre des enfants.

Quelles sont les observations faites sur les couples plus jeunes ?
Sans surprise, la vie de couple est plus instable. Vivre plusieurs histoires d’amour successives et partager le même toit au cours de sa vie devient de plus en plus fréquent. Ces unions successives touchent aussi les plus jeunes. Les premières histoires sont devenues plus courtes et 30 % des 26/35 ans ont rompu après 5 ans de vie commune contre 9 % de leurs aînés.

Crédit photo : Bibliothèque et Archives Canada via Flickr (CC) = Portrait de la famille de madame Grant, 1936

Politiquement correct : faut-il arrêter de lire les livres écrits par des hommes blancs ?

13/07/2015 – CULTURE (NOVOpress)
Le politiquement correct a encore frappé : une tribune dénonçant leur surreprésentation chez les auteurs agite la sphère littéraire américaine… Comme si Hemingway, George Sand, Confucius, Léopold Sédar Senghor ou Marcel Proust n’avaient de valeur littéraire qu’en tant que mâle américain, femme française, homme chinois ou sénégalais ou encore homosexuel…

o-NIQAB-HASSAN-900

Derrière le Niqab : le monde vu par les femmes musulmanes

20/05/2015 – CULTURE (NOVOpress)
Un reportage photo qui en dit plus long que la plupart des grands discours sur la condition féminine dans les pays soumis la charia : la vie vue au travers du niqab.

Hassan Ammar est photographe pour l’agence Associated Press. Libanais résidant à Beyrouth, il a voyagé dans tout le Moyen-Orient, où il a croisé de nombreuses femmes portant le voile intégral, parfois par choix, parfois sous la contrainte. Ne pas se soumettre au port du voile peut vous coûter la vie dans les zones de Syrie ou d’Irak contrôlées par l’État islamique.
Le photographe a donc décidé de prendre des clichés au travers d’un niqab intégral, montrant ainsi le monde au travers du regard des femmes soumises au port de ce voile islamique.

Crédit photo : Hassan Ammar pour Associated Press
Femmes se promenant sur la Corniche à Beyrouth, l’équivalent de la « promenade des Anglais » à Nice.
Promeneurs dans le parc Al-Azhar du Caire
Un guide égyptien attendant les touristes au pied des pyramides de Gizeh, avec et sans le niqab

Mideast Behind the Niqab Photo Essay

Promeneurs dans le parc Al-Azhar du Caire

Mideast Behind the Niqab Photo Essay

Un guide égyptien attendant les touristes au pied des pyramides de Gizeh

Harcèlement de rue et polémique raciale aux Etats-Unis

Harcèlement de rue et polémique raciale aux Etats-Unis

31/10/2014 – NEW YORK (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
A New York, une jeune femme blanche a voulu témoigner du harcèlement dont elle est régulièrement victime dans les rues de la ville, en réalisant une vidéo. Le résultat en est pour le moins édifiant. Elle a été accostée 100 fois en 10 heures, créant ainsi le « buzz » sur les réseaux sociaux et les sites d’informations.

Cette vidéo, qui interpelle sur la réalité du quotidien des femmes new‑yorkaises, se double d’une polémique raciale. Les hommes qui importunent ou insultent la jeune femme sont en effet en très grande majorité des hommes de couleur, « noirs » ou « latinos ». Si à la fin du montage il est bien précisé « que les expériences de harcèlement ont impliqué des personnes de toutes origines », il n’en fallait pas moins pour que le camp de l’antiracisme monte au créneau, dénonçant une nouvelle « stigmatisation » sur des critères raciaux.

Une expérience similaire avait été conduite dans les rues de Bruxelles en 2012, avec des résultats identiques concernant le profil de la population masculine incriminée, en l’occurrence très majoritairement black ou beur…

Jacques Terpant : "Dans l'avancée du monde la principale perte est celle de la beauté" 2/3

Jacques Terpant : « Dans l’avancée du monde la principale perte est celle de la beauté » 2/3

11/07/2014 – PARIS (NOVOpress)
Né en 1957, Jacques Terpant est un enfant du Dauphiné, même si c’est dans le Forez, plus précisément à Saint-Etienne qu’il suivra les cours de l’Ecole des Beaux-Arts. Débutant sa carrière au sein de l’équipe de Métal hurlant, il vivra de ses illustrations pour la publicité ou la grande presse avant de se faire connaître par ses séries de bande dessinée : Messara, Pirates et plus récemment Sept Cavaliers. Avec cette dernière, il entre dans l’oeuvre du grand romancier des causes perdues Jean Raspail (photo). Magnifique travail d’interprétation qu’il poursuit avec dernièrement Les Royaumes de Borée.

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant


Votre dessin se porte lui aussi vers la haute tenue de vos personnages, votre dessin pourrait lui-même être qualifié d’aristocratique : dans vos sagas historiques comme dans vos planches érotiques. Quel regard portez-vous sur la bande dessinée « mainstream », qui délaisse la qualité esthétique et la beauté du récit pour des considérations humoristiques, plus immédiatement commercialisables ?

Je vous laisse la responsabilité du mot aristocratique pour qualifier mes dessins, disons que j’ai une recherche de la beauté, d’un certain équilibre des choses. Cela dépasse le dessin d’ailleurs, un paysage que l’on dégrade me gêne beaucoup, une belle maison que l’on abime… Je crois que dans l’avancée du monde la principale perte est celle de la beauté. On n’imagine pas ce que nos ancêtres, il y a deux siècles voyaient, l’harmonie du monde, du paysage, rien qui ne le dénaturait. Ceci n’a pas de prix dans l’équilibre d’une vie.

Cela explique le goût actuel, pour le patrimoine, les villages restaurés et préservés. On entrevoit cela aussi en quelques endroits parmi les plus reculés de la terre, un village primitif construit avec les matériaux de la nature, une population qui ne s’habille pas encore avec les rebuts de l’Occident. C’est sans doute cette beauté perdue que Jean Raspail cherchait en courant le monde et les peuples disparus, c’est cela que je cherche en dessin. Le dessin est l’expression de soi, sans masque, j’ai personnellement du mal à abimer les choses en image.

Revenons un instant à votre œuvre érotique, pourquoi ce genre est-il si peu vivace en France ? Il pourrait constituer un noble pendant au déluge de la pornographie commerciale, qui abaisse tout ce qu’elle touche. L’érotisme est pourtant bien une constante de l’âme européenne. Comment expliquez-vous cette hypocrisie de nos sociétés dites « libérées » ?

C’est une œuvre bien mince puisqu’elle se borne à un seul livre – mais que je revendique volontiers – en fait une série d’illustrations sur un texte de Françoise Rey (La femme de papier). L’illustration est déjà un plaisir de dessinateur. La bande dessinée est une longue course de fond alors que l’illustration est une récréation.

Lire la suite

Milan : un musulman bat sa femme pour avoir servi du vin

Milan : un musulman bat sa femme pour avoir servi du vin à son travail

11/02/2014 – MILAN (NOVOpress)
« Elle avait pris une liberté excessive ». C’est ainsi que s’est justifié devant le tribunal de Milan un immigré musulman d’origine marocaine, accusé d’avoir battu et violé sa femme pour la « punir ». Les violences avaient lieu régulièrement, au moins une fois par semaine.

Le Marocain, séduit à l’idée que sa femme allait ramener un salaire à la maison, avait accepté qu’elle prenne un emploi dans un bar de Milan. Mais à une condition : qu’elle se contente de faire la vaisselle à la cuisine, sans contact avec les Italiens. Las, la femme s’était mise à faire le service au bar et, horreur, acceptait de verser un verre de vin aux consommateurs qui en faisaient la demande.

Devant le tribunal, le mari s’est donc montré sûr de son bon droit. « C’est une honte pour la famille, ma femme a outrepassé la liberté que je lui avais accordée. » Les juges ont-ils été sensibles à ces arguments ? Le mari violent et violeur s’en tire avec un an de prison avec sursis et une amende de 7.500 euros.

Crédit photo : pikimola, via Flickr, (cc).

Pour Jean-Michel Apathie, Christiane Taubira élue femme de l’année par « Elle » c’est faire « commerce de la bêtise »

28/11/2013 – 17h20
PARIS (NOVOpress) –
Pour l’une de ses chroniques sur RTL, Jean-Michel Apathie a tenu pour le moins des propos surprenants. Interrogé sur le fait que le magazine Elle a fait de Christiane Taubira sa femme de l’année 2013, le journaliste n’est étonnamment pas allé dans le sens du vent et ne s’est pas félicité comme la plupart de ses confrères d’un tel choix. Au contraire, pour lui, le choix de Elle est d’une bêtise sans nom, ajoutant même que Christiane Taubira est nullement victime…

Publié le
Belgique : La Sénatrice du Vlaams Belang Anke Van dermeersch affiche ses jambes contre l'islam

Belgique : La Sénatrice du Vlaams Belang Anke Van dermeersch affiche ses jambes contre l’islam

Au centre : Anke Van dermeersch. A droite : Filip Dewinter.

20/09/2013 – 14h00
ANVERS (via le site de Lionel Baland) –
Ce 19 septembre 2013, la Sénatrice du Vlaams Belang Anke Van dermeersch a présenté la nouvelle campagne de Femmes contre l’islamisation (Vrouwen Tegen Islamisering – VTI) axée sur des affiches, cartes postales et dépliants en vue de dénoncer l’islamisation des villes européennes. Après l’affiche burqa-bikini d’An-Sofie Dewinter (une des filles de l’homme fort du parti, Filip Dewinter), une nouvelle affiche a pour objectif de mettre en garde les électeurs face aux pratiques de l’islam qui portent atteinte au statut de la femme. La femme est discriminée au sein de la vie sociale, tant dans les pays musulmans qu’au sein des sociétés musulmanes d’Europe occidentale. Les habits portés par les femmes musulmanes sont un symbole de la domination des hommes sur les femmes et du fait que la femme est la propriété de son mari ou de la partie masculine de la famille.

Lire la suite

Cachez ces « miss musulmanes » que l’islam ne saurait voir !

Cachez ces « miss musulmanes » que l’islam ne saurait voir !

19/09/2013 – 08h00
JAKARTA (NOVOpress) – 
« Nous voulons tout simplement montrer au monde que l’islam, c’est beau ». Obabiyi Aishah Ajibola, est l’une des candidates au concours des « Miss Musulmanes », organisé en Indonésie. Pour pouvoir participer à cette première édition, 500 femmes ont dû prouver leur piété islamique. Un interrogatoire durant lequel les « miss musulmanes » ont raconté ce qui les a poussées à porter le hijab (voile islamique), condition sine qua non de leur participation. Les candidates doivent également réciter le Coran, défiler en voile islamique et suivre de nombreuses séances de prières en se levant à 3h30.

Lire la suite

Féminisme + intégrisme = Denim - par Philippe Carlin

Féminisme + intégrisme = Denim – par Philippe Carlin

01/05/2013 – 15h00
PARIS (via Belle et Rebelle) –
Brigitte Bardot et Sylvie Vartan, photographiées en jean’s en décembre 1967 par Jean-Marie Périer à Marbella, faisaient icônes de belles rebelles. La mode était à la Femme (Dieu a fait Eve et Roger Vadim est son prophète), aux jupes ondulantes et aux robes légères, aux cheveux longs et libres, à la moto sans casque, aux pieds nus ou aux spartiates, aux fleurs à la bouche.

Lire la suite

[Tribune libre ] - Peut-on ne pas être féministe aujourd’hui ? Par Jeanne Martin

[Tribune libre ] Peut-on ne pas être féministe aujourd’hui ? Par Jeanne Martin

Manifestation du MLF en 1982. Crédit photo : DR

31/03/2013 – 15h05
PARIS (via Belle et Rebelle) – En dehors de la noblesse la femme faisait le plus souvent le même métier que son mari ou travaillait aux champs. Le travail épuisait donc tout le monde, homme et femme, et si on avait dit à ces gens-là qu’un jour le travail libérerait qui que soit, croyez-moi, ils n’auraient même pas trouvé ça drôle ! Pour employer les termes justes il faudrait dire que ce n’est pas le travail, mais le salariat qui « libéra » la femme, et seulement la femme bourgeoise, sorte de catégorie paresseuse qui, seule, pouvait se passer de travailler.

Lire la suite

Présentation à Vienne de la version allemande du livre d'Anke Van dermeersch sur les femmes et l'islam

Présentation à Vienne de la version allemande du livre d’Anke Van dermeersch sur les femmes et l’islam

Filip Dewinter et Anke Van dermeersch

 23/02/2013 – 16h00
VIENNE (via le site de Lionel Baland) – Filip Dewinter et Anke Van dermeersch du Vlaams Belang ont séjourné à Vienne du 18 au 20 février 2013. Ils y ont rencontré le président du FPÖ Heinz-Christian Strache ainsi que le troisième président du Parlement Martin Graf (FPÖ). L’objet de la visite de la délégation flamande au sein de la capitale autrichienne était la présentation de la traduction en allemand du livre d’Anke Van dermeersch Hoer noch slavin: vrouwen en Islam (Ni pute, ni esclave. Femme et islam.)

La présentation de l’ouvrage a été organisée par 1848 Medienvielfalt Verlag, les éditions du mensuel et site Internet unzensuriert.at, en présence du Député FPÖ  Susanne Winter. La traduction du livre s’est faite à l’initiative de cette dernière qui entretient de bons contacts avec le Vlaams Belang et qui a assisté à Anvers en Belgique à la sortie de l’ouvrage original en flamand. Selon Susanne Winter, ce livre n’a pas pour objet d’exclure les femmes musulmanes, mais au contraire de les aider face aux manquements en matière de liberté, de respect des droits humains, de statut juridique de la femme et de libertés de base qui existent au sein de l’islam.

Précisons que le livre de Filip Dewinter Inch Allah: de islamisering van het Westen! (Inch Allah : l’islamisation de l’Occident!) existe également en version allemande. De plus, une version française est en cours de réalisation.

Crédit photo : DR. D’autres sont visibles sur le site de Lionel Baland

"Une femme à Berlin : 1945" par Dominique Venner

“Une femme à Berlin : 1945” par Dominique Venner

Image de Berlin en ruine en 1945. Crédit photo : DR

16/10/2012 — 16h00
PARIS (via le site de Dominique Venner) — Sur ma table de travail, un livre dont je n’avais pas encore trouvé le temps de parler. Je répare cette défaillance en attirant l’attention sur cet ouvrage exceptionnel qui nous change des sempiternels rabâchages sur la défaite du IIIème Reich. Il réunit les souvenirs dantesques d’une jeune Allemande dans les jours tragiques du printemps 1945. Selon sa volonté, ce Journal écrit à chaud est resté anonyme. Après l’avoir lu, on comprend et on admire cette décision qui va tellement à l’encontre des déballages obscènes d’aujourd’hui. Ce Journal a été publié après la mort de son auteur, exilée aux États-Unis. La traduction française a pour titre, Une femme à Berlin. Journal, 20 avril-22 juin 1945.

Lire la suite

Pas de femmes dans le catalogue Ikea pour l’Arabie saoudite

Pas de femmes dans le catalogue Ikea pour l’Arabie saoudite

02/10/2012 — 08h00
RIYAD (NOVOpress) — Toutes les photos de femmes dans le catalogue Ikea destiné au marché saoudien, ont disparu par rapport à la version originale, diffusée dans les autres pays. Une information révélée lundi par l’édition suédoise du journal gratuit Métro. Cette initiative a scandalisé de nombreux dirigeants suédois. « Cela ne se fait pas de supprimer ni d’effacer les femmes de la réalité. Si l’Arabie saoudite n’autorise pas aux femmes d’être vues, entendues ou de travailler, elle se passe de la moitié de son capital intellectuel », a noté la ministre au Commerce extérieur Ewa Björling. Pour son homologue aux Affaires européennes, Birgitta Ohlsson, c’est « carrément moyenâgeux » de procéder ainsi.

Lire la suite

Arabie Saoudite : la lingerie féminine met le feu au pays de la charia

Arabie Saoudite : la lingerie féminine met le feu au pays de la charia

11/01/2012 – 13h30
RIYAD (NOVOpress) –
Toujours plus d’interdits dans une société régie par l’islam. Le roi Abdallah d’Arabie Saoudite vient de décider qu’aucun homme ne pourra vendre de lingerie féminine dans les boutiques dédiées à un tel commerce. Le décret royal, en application depuis jeudi dernier, réserve désormais cette activité aux femmes de nationalité saoudienne.

Les effets de cette ségrégation des sexes renforcée s’avèrent ubuesques puisque les adeptes de la charia grincent des dents. Le mufti cheikh Abdelaziz Al Cheikh dénonce cette nouvelle loi car « les femmes vont vendre et compter l’argent », ce qui est « contraire à la religion », souligne-t-il. Il a mis en garde les boutiques : elles commettraient ainsi un « crime interdit par la loi islamique ».

Il y a deux ans, déjà, une haute instance religieuse en Arabie Saoudite avait lancé une fatwa interdisant aux femmes de travailler comme caissières de supermarché. Le texte indiquait que les femmes devaient « rechercher des emplois où elles ne peuvent pas être attirées par les hommes ni les attirer ».  En Europe, de nombreux musulmans cherchent à imposer cette logique ségrégationniste.

Crédit photo : robwallace/Flickr sous licence Creative Common