Tag Archives: Femen

Eugenie Bastie

Le livre d’Eugénie Bastié va faire hurler les féministes

29/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Adieu Mademoiselle, d’Eugénie Bastié, qui sera en librairies le 8 avril, va faire hurler les féministes. Journaliste au Figaro et rédactrice en chef politique de Limite, la « revue d’écologie intégrale », elle avait accédé à la notoriété en crevant l’écran, en septembre dernier, sur le plateau de Ce soir (ou jamais !), lançant à Jacques Attali : « Le vieux monde est de retour Monsieur Attali ! ».

Avec ce premier livre, qui a justement failli s’appeler La Défaite des femmes, la jeune et talentueuse journaliste s’en prend à la « misère du néoféminisme contemporain » et accuse « l’idéologie postmoderne » de travailler « à la défaite des femmes ». La thèse : alors que l’égalité des droits est actée, que le contrôle de la fécondité est acquis, que la parité a été rendue obligatoire, « les nouvelles ayatollettes entendent poursuivre sans fin le combat, et lutter sans relâche pour un monde déjà advenu. Quitte, pour exister, à promouvoir les pires cauchemars d’Orwell ».

Selon Eugénie Bastié, les véritables menaces qui pèsent sur les femmes et, plus largement, sur l’humanité tout entière, sont à rechercher du côté des laboratoires de la Silicon Valley, dans le « tapage des Femen », dans le « déni de Cologne », dans les colloques « queer et trans », bref, dans ce mélange de postmodernité politiquement correcte et d’idéologie « transhumaniste » contre lequel s’étaient déjà dressés Eric Letty et Guillaume de Prémare dans leur ouvrage Résistance au meilleur des mondes.

Cours toujours, Attali, le « vieux monde » retrouve de la vigueur et tu ne le rattraperas plus !

Adieu Mademoiselle

8523-Chard

Où sont les féministes ?

13/01/2016 – FRANCE (Présent 8523)

Une discrétion de violette à laquelle elles ne nous avaient pas habitués ! Nos féministes ne disent mot. Elles gardent leur sang-froid ; ces militantes de la « cause des femmes » sont pourtant promptes à s’enflammer et à dénoncer le moindre propos ayant l’apparence du sexisme, du machisme et autres turpitudes dont les hommes sont perpétuellement coupables. Or, à deux pas de chez nous, des hordes de mâles déchaînés, mais organisés, se sont livrés à des agressions sexuelles, attouchements et viols.
8523P1
Près de 600 plaintes ont été déposées en Allemagne « des centaines d’hommes nous ont traitées comme du gibier » a témoigné l’une des victimes. Ailleurs aussi ! En Autriche, en Norvège, en Suède, mais également en France.
Le 19 décembre, une jeune femme monte dans un train à Versailles, une dizaine d’Afghans s’y trouve déjà et commence à l’importuner. La voyageuse est terrorisée. L’un des hommes se livre à des attouchements tandis qu’un autre l’étrangle en serrant son écharpe. Le troisième sort un couteau et l’approche de son visage. Les agresseurs se mettent à la déshabiller. Un voyageur heureusement intervient. Les Afghans, des « migrants », seront arrêtés un peu plus tard.

Mais pour une agression révélée, combien de dissimulées ? En France comme en Suède. Après une fuite dans la presse, la police suédoise a fini par avouer qu’elle avait caché 38 agressions sexuelles et viols perpétrés par des demandeurs d’asile d’origine afghane. Le porte-parole de la police a déclaré : « Nous avions toujours des cas isolés d’agressions sexuelles, mais d’un coup, nous avons eu affaire à de plus grands groupes d’agresseurs qui semblaient presque s’organiser. »

Voilà donc qui devrait trouver les féministes vent debout contre les actes scandaleux dont ont été victimes leurs « sœurs », mais aussi contre la volonté de les cacher à la population. Mais non, ces militantes, elles aussi, sont dans le déni !
Où sont les FEMEN qui se dépoitraillent pour un oui pour un non, de préférence dans les lieux sacrés ? Pourquoi Les Chiennes de garde n’aboient-elles pas ? Et les Georgette Sand qui pétitionnaient, faisaient le siège des parlementaires et manifestaient place du Châtelet pour obtenir la diminution de la TVA sur les produits d’hygiène féminins, trouvent-elles la cause de ces femmes violées indigne d’une telle mobilisation ?

C’est que, pour ces pasionarias gauchistes, le « migrant », le « réfugié », leur est-ce que le bon sauvage est à Rousseau : un être innocent par essence, pur par nature. Le « réfugié » est une victime, comment pourrait-il être un bourreau ? La réalité dément-elle le mythe ? C’est la réalité qui est politiquement incorrecte, elle n’existe donc pas !
Ah, si seulement ces Allemandes avaient eu le bon goût d’être violentées « correctement » par de grands blonds aux yeux bleus, on les aurait vues faire le siège de l’ambassade d’Allemagne sans désemparer !

L’autre matin, on a interrogé Emmanuelle Cosse qui fut présidente d’Act Up avant de devenir la patronne des Verts sur son silence et celui des mouvements féministes. Elle en a convenu. Elle a expliqué ce mutisme par un effet de « sidération ». Depuis, elles n’ont toujours pas retrouvé la parole.

Guy Rouvrais

sara_giromin_ex_femen

Conversion d’une ancienne FEMEN

07/01/2016 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

C’est un retournement total ! Sara Giromin, fondatrice des FEMEN au Brésil, dénonce le féminisme et l’avortement, et s’excuse auprès des chrétiens.
Elle avait lancé le mouvement féministe en 2012. Elle menait des opérations « seins nus » pour protester contre l’exploitation des femmes. En octobre dernier, elle a publiquement renié son engagement…

Elle a dénoncé les abus dont elle a fait l’objet de la part du mouvement féministe
Comme bien d’autres FEMEN, Sara Giromin a quitté le mouvement rapidement après l’avoir intégré, en 2013, dénonçant le « business » qui en était à la base. Elle a alors créé un autre mouvement.
Elle espérait trouver dans ce milieu une aide après être entrée dans la prostitution à l’adolescence. S’en étant ouverte à une universitaire féministe, celle-ci l’avait félicitée pour cette activité… C’est une femme plus âgée, réputée « conservatrice », qui l’a aidée à en sortir.

Elle critique violemment l’idéologie féministe et rejette l’idéologie du genre, « obligatoire » au sein du mouvement
Aujourd’hui, elle dénonce le féminisme comme une « secte » qui utilise les femmes comme des objets, fait la promotion du lesbianisme et « promeut la destruction de la famille traditionnelle et de toutes les valeurs morales de la société ».
Elle écrit encore : « dans le mouvement féministe, les femmes n’ont aucune importance, mais ne servent que de carburant pour alimenter la haine que la secte féministe ne peut pas se permettre de laisser mourir ».

Elle s’est aussi excusée auprès des chrétiens…
… pour avoir échangé un baiser lesbien sur fond de crucifix et d’église, photo devenue un emblème de l’activisme homosexuel et antichrétien au Brésil.
Elle a aussi dit son regret d’avoir avorté jadis, et mis en garde les femmes qui hésitent à avorter.
Ce qui a provoqué ce revirement, c’est la naissance de son enfant, qui lui a fait prendre conscience de la signification de la vie.
L’ancienne FEMEN donne aujourd’hui des conférences pour dénoncer le féminisme, l’idéologie du genre et le marxisme culturel !
En France, ce mouvement sévit toujours…

femen_notre-dame

Nouvelle relaxe pour les FEMEN

29/10/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Ce jeudi, la Cour d’appel de Paris a confirmé la relaxe de huit FEMEN, ce groupe féministe si actif ces derniers mois. Elles étaient jugées pour avoir dégradé une cloche de Notre-Dame en février 2013, lors de la démission du Pape Benoit XVI et le jour où allait être adopté à l’Assemblée le projet de loi sur le mariage homosexuel.

Cette cloche faisait l’objet d’une exposition particulière dans la nef à l’occasion du 850e anniversaire de la cathédrale.
Ces FEMEN, entrées discrètement, avaient fait irruption, seins nus, en criant « Pope no more », « plus de Pape » ou encore « in gay we trust » « nous croyons en l’homosexualité ».
Elles avaient fait sonner ces fameuses cloches avec des morceaux de bois. Elles s’étaient ensuite fait expulser non sans quelques dommages.
Lors de leur procès, ces FEMEN avaient dit avoir pris soin de recouvrir leurs bâtons avec de la feutrine… ce qui laisse perplexe, voire indigné.
D’autant plus que les surveillants qui les avaient maîtrisées ont été condamnés à des amendes avec sursis pour avoir touché à ces femmes.


 

 

 

La « 344e salope » condamnée (Présent 8255)

La « 344e salope » condamnée (Présent 8255)

18/12/2014 – PARIS (NOVOpress)
Ex-militante des Femen, Eloïse Bouton, 31 ans, a été condamnée mercredi à un mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris pour une action « seins nus » dans l’église de la Madeleine à Paris. Elle devra en outre verser 2 000 euros de dommages et intérêts ainsi que 1 500 euros pour les frais de justice au curé de la Madeleine.

La « 344e salope » condamnée (Présent 8255)L’« action », visant à dénoncer les prises de position de l’Eglise dans le débat sur le droit à l’avortement, s’était déroulée le 20 décembre 2013 au matin.

Ce jour-là, l’agitée des roploplos – portant sur le dos l’inscription « Christmas is cancelled » (Noël est annulé) et sur le ventre « 344e salope », en référence au manifeste de 343 femmes appelant à la dépénalisation de l’avortement et à la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse – s’était dirigée, torse nu, vers l’autel de l’église face à une dizaine de personnes présentes alors qu’une chorale répétait dans l’édifice.

Dans sa foulée blasphématoire, elle avait ensuite déposé des morceaux de foie de veau censés représenter l’avortement de l’Enfant Jésus. C’est la deuxième fois en France qu’une Femen est condamnée pour exhibition sexuelle (le 15 octobre, une Femen ukrainienne qui avait attaqué la statue de cire de Vladimir Poutine au musée Grévin avait été condamnée à 1 500 euros d’amende pour exhibition sexuelle et dégradation).

Lire la suite

Vu sur Facebook

Bientôt, un euro pour « lécher le cul » (comme elle l’a dit) de Shevchenko ?

Publié le
Les Femen sont semblables aux Talibans - par Charles Demassieux

Les Femen sont semblables aux Talibans – par Charles Demassieux

13/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Les Femen ont donc été relaxées par le tribunal correctionnel de Paris pour les dégradations commises dans l’enceinte de Notre-Dame, et les vigiles de l’édifice le plus visité de France, quant à eux, condamnés à des amendes avec sursis.

Au-delà de ce jugement inique et partisan – la magistrature française n’en est plus à une aberration près ! –, il est une question qui mérite d’être soulevée : qu’en est-il de la protection du patrimoine religieux et souvent mondial que recèlent nos églises ? Et si la réponse est – permettez-moi de me lâcher ! – « On s’en tape ! », alors je me félicite que les Monuments Men – dont la mission a été remarquablement mise en scène par George Clooney dans son film éponyme – n’aient pas été des Femen !

Ces intégristes laïcardes et faussement féministes ignorent sans doute que, au hasard dans Paris, l’église Saint-François-Xavier renferme une œuvre inestimable de la Renaissance : La Cène du peintre vénitien Le Tintoret ; ou que celle de Saint-Sulpice abrite des fresques sublimes d’Eugène Delacroix, dans une de ses chapelles, dite « des Saints-Anges » : Saint Michel terrassant le Dragon (photo), Héliodore chassé du temple et La Lutte de Jacob avec l’Ange.

Imaginez un instant qu’elles aient jeté leur dévolu sur l’une de ces deux églises ; imaginez que, dans leur exaltation d’adolescentes écervelées et non moins hystériques, il leur soit passé par la tête l’envie irrépressible de détruire les œuvres susnommées. Après tout, ce ne sont là que des graffitis de cathos intégristes !

Evidemment, de bonnes âmes libertaires nous auraient vendu ces dévastations comme le paroxysme de la contestation féminine, oubliant au passage que la culture européenne est viscéralement chrétienne – ce qui ne l’a pas empêchée de représenter la femme sous toutes ses formes et sans burqa ! Amusez-vous, par exemple, à expurger Florence (en Italie) de toutes ses créations chrétiennes : il ne vous restera guère que quelques statues étrusques à présenter !

Lire la suite

Neuf militantes Femen relaxées : un encouragement au terrorisme christianophobe (Présent 8186)

Neuf militantes Femen relaxées : un encouragement au terrorisme christianophobe (Présent 8186)

11/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
La relaxe, ordonnée mercredi par le tribunal correctionnel de Paris, des neuf militantes Femen responsables d’une opération commando menée contre Notre-Dame en février 2013 pour « fêter » le renoncement de Benoît XVI, associée à la condamnation pour « violences » de trois vigiles qui avaient tenté de les arrêter, n’est pas seulement un scandale. C’est aussi, et surtout, un véritable encouragement à la haine et au terrorisme christianophobes. Un message d’ailleurs reçu 5/5 par Inna Shevchenko, leur chef de file en France, qui a d’ores et déjà promis de recommencer.

Écran de fumée

Une du numéro 8186 de "Présent"

Une du numéro 8186 de « Présent »

Elles étaient poursuivies pour des dégradations sur la cloche « Marcel », où des éclats de plus d’un centimètre avaient été relevés dans un procès-verbal. Or, suivant la plaidoirie de leur avocat Me Ghnassia, le tribunal a estimé que ces dégradations avaient pu être causées par des passants ou lors de l’acheminement de la cloche.

C’était d’ailleurs une erreur du Parquet, qui a fait appel mercredi de leur relaxe, de n’avoir retenu que cette seule qualification. En effet, expliquait très justement dans le Figarovox Julie Graziani, porte-parole d’Ensemble pour le bien commun, « en faisant le choix de ne retenir qu’une dégradation sur des biens matériels, le Parquet a non seulement préparé le chemin de la relaxe mais a créé un écran de fumée dissimulant la gravité des faits. (…) La qualification adéquate des faits ressortait de la provocation à la haine religieuse, qui est une sous-catégorie de l’incitation à la haine raciale ».

Incitation institutionnelle

Ce jugement est d’autant plus révélateur de la christinianopobie ambiante et en voie d’institutionnalisation que les gardiens de la cathédrale, qui n’ont fait que leur travail ont, eux, écopé d’amendes avec sursis ! Et c’est là le deuxième message : ceux qui s’opposeront à ce genre d’actes – même si c’est leur métier – s’exposeront à des condamnations.

Lire la suite

Les Femen qui ont dégradé la cloche de Notre-Dame sont relaxées

Les Femen qui ont dégradé la cloche de Notre-Dame sont relaxées

10/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Les arcanes de la justice en France semblent de plus en plus mystérieuses et prennent un tour de plus en plus politique. Pour preuve, les neufs Femen qui avaient dégradé une cloche de la cathédrale Notre-Dame de Paris viennent d’être relaxées. Pis, les trois gardiens de la cathédrale qui avaient mis fin aux actes délirants des neufs furies écopent d’amendes avec sursis car ils étaient poursuivis pour violence. En somme, la justice française vient de donner un laisser-passer aux Femen. Les réseaux sociaux, notamment Twitter, s’insurgent contre cette décision de justice.


Lire la suite

L’adjoint d’Anne Hidalgo, Patrick Klugman, copieusement sifflé à la manifestation pour les chrétiens d’Orient

28/07/2014 – PARIS (via LTL News)
Certains osent tout, c’est même à ça qu’on les reconnait. Cet adage est parfaitement adapté au cas de Patrick Klugman. En effet, l’adjoint au maire de Paris Anne Hidalgo a eu le culot d’intervenir au nom de cette dernière lors de la manifestation en soutien aux Chrétiens d’Orient organisée dimanche 27 juillet devant la Cathédrale Notre-Dame à Paris. S’il est un élu de Paris, Patrick Klugman est surtout l’avocat de Femen, qui avaient profané la cathédrale parisienne. C’est pourquoi, comme on peut le voir dans cette vidéo, il a été hué par les manifestants. Il n’a pu terminer son discours.

Publié le
Procès de l'ex Femen Éloïse Bouton : le curieux traitement journalistique du JDD (vidéo)

Procès de l’ex Femen Éloïse Bouton : le curieux traitement journalistique du JDD (vidéo)

12/07/2014 – PARIS (via L’observatoire de la Christianophobie)
L’hebdomadaire Le Journal du Dimanche (JDD) a mis en ligne hier une vidéo sur l’audience du Tribunal correctionnel de Paris relative à la plainte déposée par le curé de l’église de la Madeleine contre l’ex Femen Éloïse Bouton.

[Le 20 décembre 2013 devant l’autel de l’église et en présence de fidèles elle avait mimé, seins nus, un avortement avec des morceaux de foie de veau Ces morceaux de foie étaient censés représenter l’avortement du fœtus de Jésus puisqu’elle portait dans le dos l’inscription « Christmas is cancelled » (Noël est annulé) à 5 jours de la Noël. A 5 jours de la naissance ce n’était plus d’ailleurs vraiment une simulation d’avortement mais plutôt une simulation de l’infanticide de Jésus.]

Le traitement journalistique du sujet est plutôt… curieux. Seuls s’y expriment des partisans d’Éloïse Bouton : Pauline Hillier, « activiste Femen », Pauline Arrighi, porte-parole de l’association Oser le Féminisme, et Me Michaël Ghnassia, avocat d’Éloïse Bouton. Du côté des plaignants à présent ? Personne. Rien. Zéro.

Pour lire l’article original  sur L’observatoire de la Christianophobie.

Nouvelle profanation haineuse des Femen aux cris de « L’avortement c’est sacré »

Espagne : profanation haineuse des Femen aux cris de « L’avortement c’est sacré »

Deux militantes de Femen Espagne se sont enchaînées vendredi dernier, à 9 h 30 du matin, à un crucifix dans le chœur de la cathédrale de la Almudena de Madrid. La police est intervenue rapidement et les deux militantes enchainées au crucifix ont été mises en examen pour délit d’atteinte au sentiment religieux et délit de profanation. Lire la suite : christianophobie.fr