Tag Archives: évêques

Conférence des évêque de France

Dites, les évêques, c’est quoi un « habitant de France » ?

Livre Evêques13/10/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Les évêques auraient pu écrire aux Français catholiques, ou bien à tous les Français, non, ils ont choisi de s’adresser… aux « habitants de notre pays » ! La formule se veut sans doute consensuelle, elle révèle surtout une profonde méconnaissance du sens des mots. Car dans le même temps, ces mêmes évêques qui forment le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, et sont supposés constituer la fine fleur de l’aristocratique ecclésiale, disent vouloir contribuer à « la réflexion citoyenne » et usent du mot « concitoyen » comme s’il était synonyme de celui d’« habitant ». Comme si celui qui possède le droit de vote, parce qu’il est français, et celui qui ne le possède pas, parce qu’il ne l’est pas, et même celui qui se trouve dans « notre pays » en toute illégalité, devaient mener une réflexion commune sur la présidentielle de 2017…

Car tel est bien le but de la brochure (96 pages) que publient demain les évêques sous le titre Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique (Bayard/Cerf/Mame) : intervenir dans le débat présidentiel et, plus largement sur le débat politique français, ce qui pourrait avoir du sens s’ils le faisaient au nom du catholicisme, mais perd de son poids avec une série de lieux communs empruntés à bien pensance. Ainsi de ce passage sur les personnes « d’origine étrangère » qui « n’arrivent pas à trouver leur place » dans la société – les Français de souche encore moins, si ça peut leur ouvrir des perspectives… –, ou de cet autre, sur les djihadistes : « Sans minimiser en aucune façon leur responsabilité ni celle des commanditaires qui ont manipulé leur destin, il convient de se demander pourquoi l’intégration n’a pu s’opérer. » Ça valait vraiment le coup de faire un livre…

dognin-810x456

Les évêques de Jéhovah

23/06/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Les évêques de France citent l’Ancien Testament pour faire passer leur message immigrationniste, faisant fi de toute interprétation… uniquement lorsque cela les arrange, bien sûr. Par Flavien Blanchon

« S’il se trouve que la fille, quand il l’épousa, n’était pas vierge, on la chassera hors de la porte de la maison de son père, et les habitants de cette ville la lapideront, et elle mourra, parce qu’elle a commis un crime détestable dans Israël, étant tombée en fornication dans la maison de son père : et vous ôterez le mal du milieu de vous ». Si quelqu’un, aujourd’hui, venait vous citer ce verset du Deutéronome (22, 21) pour prouver qu’il faut mettre à mort les filles qui n’arrivent pas vierges au mariage, vous le prendriez pour un maniaque. Vous lui répondriez que c’est bon pour les témoins de Jéhovah, ou éventuellement pour Christine Boutin, de brandir sa Bible de poche en français et d’en assener des passages pris littéralement et hors contexte, comme si la Bible et tout particulièrement l’Ancien Testament ne demandaient pas à être interprétés.

Ce mode de citation est pourtant celui de Nosseigneurs Laurent Dognin, Jacques Blaquart et Renauld de Dinechin, dans leur message aux catholiques de France du 21 juin. Ils y martèlent triomphalement cet autre verset du Deutéronome (10, 19) :

Aimez donc l’immigré, car au pays d’Égypte vous étiez des immigrés.

Voilà qui impose aux catholiques de « changer de regard sur les migrants ».
Lire la suite

vatican

Dhimmitude et repentance pour les évêques italiens

19/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Italie : Pour les évêques, « accueillir les immigrés est une réparation pour la colonisation ». Où comment aller plus loin que le pape ou la conférence des évêques de France, qui poussent déjà assez loin le bouchon de l’immigrationnisme.

Alors que la résistance monte en Italie contre le déferlement sans fin des clandestins, la hiérarchie catholique s’est engagée dans une surenchère immigrationniste de plus en plus violente. Mercredi, lors de l’audience générale, le pape François, comme l’écrit Il Giornale « a lancé un anathème contre ceux qui refusent d’accueillir les immigrés » :

Je vous invite tous à prier, a-t-il lancé, pour que les personnes et les institutions qui repoussent ces frères demandent pardon.

Mardi après-midi, le secrétaire général de la Conférence épiscopale italienne, Mgr Nunzio Galantino a expliqué de son côté sur TV2000 (la télévision des évêques italiens) qu’

aujourd’hui, accueillir les immigrés est une sorte de réparation. Une réparation pour les dommages que nous avons accomplis pendant des années et les vols que nous avons commis.

Selon le prélat, « nous devons l’hospitalité aux migrants pour ce que nous avons fait par le passé dans leurs pays, où nous ne sommes allés que pour voler, coloniser et exploiter. Bref, nous avons été répugnants ».
Mgr Galantino a illustré ces propos par le cas du Congo (ex-Zaïre), où, d’après lui « la Belgique fit réaliser une très longue route, construite non pas pour les Congolais, mais pour mieux transporter les matières premières qui sont volées ». « Parler de honte, a-t-il conclu, n’est même pas assez fort ».

Il y a quand même un point difficile à comprendre. Comment l’accueil des immigrés peut-il être à la fois un enrichissement pour l’Europe et le moyen d’expier la colonisation de l’Afrique ? Si les immigrés sont une ressource si précieuse – on nous le ressasse assez –, où est la réparation ? Et inversement…

Crédit photo : Mike via Flickr (CC) = le Vatican


Lettre ouverte à nos évêques [Tribune]

Lettre ouverte à nos évêques [Tribune]

23/11/2014 – NICE (NOVOpress) – Novopress publie ce dimanche la lettre d’une de nos contributrices, à l’intention des Évêques de France.


Je vous ai désobéi, car j’ai compris avec trente ans d’avance que l’église, à force de tendre l’autre joue, ceux qui ne l’ayant pas désertée et continueraient à vous obéir finiraient par tendre l’autre fesse, puis le cou jusqu’à la décapitation.

Si je vous écris de la sorte aujourd’hui c’est parce que je peux encore le faire, c’est à dire que les chrétiens risquant bientôt de retourner aux cathédrales troglodytes n’y emporteront pas forcément de quoi écrire.

Permettez moi un petit agacement en lisant les termes abscons de certains de vos discours, même et surtout ceux destinés aux jeunes prêtres. « La logique du révolté est de s’efforcer au langage clair pour ne pas épaissir le mensonge universel » (Albert Camus dans L’homme révolté).

Afin d’en finir avec les difficultés des diocèses, et la déprime des presbytères, je vous suggère soit d’aller faire un tour en Corse vous inspirer de leur chemin de croix, soit d’organiser une vraie pastorale pleine de bêtes à Pâques. Bien que préférant éplucher des pommes de terre pour le bon Dieu au lieu de lui ériger des cathédrales, comme disait ma grand mère, par respect pour nos hommes bâtisseurs, je vous en prie, faites donc rayonner leurs voûtes. Cessez  d’arpenter vos couloirs en marmonnant toujours la même chose ! Finies les belles paroles : l’autorité sécurise, la colère est sainte, elle soulage, elle grandit (Zola).

Avec tout le respect que je vous dois,
Océane Guelfucci

Crédit photo : milkaaaaa via Flickr (cc)

Faits & Documents n°380 du 15 juillet au 1er septembre 2014 - Portrait : Mgr Georges Pontier

Faits & Documents n°380 du 15 juillet au 1er septembre 2014 – Portrait : Mgr Georges Pontier

Le nouveau numéro de Faits & Documents du 15 juillet au 1er septembre 2014 vient de paraître, avec (entre autres) un portrait de Mgr Georges Pontier, Président de la Conférence des Évêques de France.


Président de la Conférence des Évêques de France (CEF) depuis avril 2013, Mgr Pontier, a su, en un an, très discrètement imposer un prêchi-prêcha droit-de-l’hommiste de stricte observance. Partisan du sacro-saint « dialogue interreligieux », immigrationniste radical, antinational rabique, ardent défenseur des Roms, ce « souverain poncif » se pare des atouts de l’« Évangile du Christ » pour se faire l’apôtre de sa vision systématique, tout en arguant que ce n’est pas le rôle de l’Église de faire de la politique. Ainsi Georges Pontier, sur son « ton chantant et volubile » (Trombinoscope des évêques 1997), distille-t-il à merveille un discours qui ferait passer l’EHESS ou le Parti radical de gauche pour des officines réactionnaires. L’élection à la tête de la CEF de cet homme aussi habile que discret fut surtout la traduction d’un rétropédalage de l’épiscopat français par rapport à la Manif’ pour tous. Une mise au diapason idéologique de l’Église de France sur ce que le PS compte de plus à gauche, alors que les entrées en séminaire ne cessent de baisser (moins de cent ordinations par an). Mais cela ne semble pas inquiéter outre mesure notre homme qui déclare, sans rire, « Nous vivons une époque où massivement, le christianisme perd de son influence, mais où qualitativement, il devient plus signifiant ».

« Celui que Benoît XVI a nommé archevêque de Marseille en 2006, ville cosmopolite par excellence, s’intéresse de près aux jeunes, aux pauvres et aux immigrés […] Si Jorge Mario Bergoglio assume des idées radicales sur le mariage gay, la fierté d’être catholique, le combat spirituel contre le démon, Georges Pontier incarne une figure moins tranchée sur ces questions, plus “centriste” »
La Vie, 25 avril 2013

« L’homélie solennelle, porte sur “la démocratie” ou sur “justice, politique et charité” »
Le Monde, 24 janvier 2008

« Il devrait devenir un jour président, bien que trop marqué à gauche au goût de plusieurs de ses confrères »
Golias, Trombinoscope des évêques 2013

« Fraternel, généreux, et de vues plutôt ouvertes […] Ne payant pas forcément de mine, peu soucieux d’élégance vestimentaire, Georges Pontier est cependant s’il le faut un homme d’entregent et de contact. […] En résumé, Georges Pontier est un héritier fidèle du Concile Vatican II »
Golias, 17 avril 2013

« Autre facteur important dans le vote épiscopal : son engagement dans le dialogue interreligieux, dont il est l’un des plus ardents défenseurs »
La Croix, 18 avril 2013

« Mgr Pontier a fait le minimum pour s’opposer à la loi Taubira. Pour lui […] un pasteur a d’autres combats à mener que la défense d’une anthropologie étroite et stigmatisante. Il préfère affronter la puissance publique en défendant les Roms. »
Témoignage Chrétien, 25 avril 2013

Georges, Paul Pontier est né le 1er mai 1943 à Lavaur (Tarn). Issu d’une famille de onze enfants, il est le fils d’un vétérinaire, Pierre Pontier et de Marie Massouye. Une de ses soeurs deviendra clarisse. Il garde de ses origines tarnaises une passion pour le rugby et « Un accent du Sud Ouest à couper au laguiole » (Le Monde, 24 janvier 2008) D’abord séminariste à Albi, il est licencié en théologie à l’Université grégorienne de Rome (1964-1966) et a été ordonné prêtre à 23 ans le 3 juillet 1966 par Mgr Claude Dupuy. Il a complété sa formation à l’Université de Toulouse (1966-1969), où il a obtenu une maîtrise (…)

Lire la suite : abonnez-vous à Faits & Documents, Lettre d’informations confidentielles d’Emmanuel Ratier – Abonnements France métropolitaine : 78 euros / an. Abonnements étranger et outre mer : 93 euros / an. En savoir plus : www.faitsetdocuments.com – crédit photo : DR (cc)

Le prétendu « mariage pour tous » : la gauche en plein délire déconstructiviste

Le prétendu « mariage pour tous » : la gauche en plein délire déconstructiviste

Photo : Jean-Marc Ayrault au congrès de Toulouse en octobre 2012. Crédit : -RomZ- via Flickr (cc)

11/11/2012 – 17h25
PARIS (NOVOpress via le Kiosque Courtois) — Alors que tous les indicateurs économiques de la France sont au rouge et que, si l’on en croit les récentes déclarations de l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder notre pays pourrait bientôt connaître le sort de l’Espagne voire de la Grèce, l’État PS n’a rien trouvé de mieux que d’imposer à l’opinion publique un projet de loi profondément nihiliste, sur un prétendu « mariage » homosexuel, également appelé « mariage pour tous » par les communicants socialistes, selon la bonne vieille technique de la sidération : si vous êtes contre le « mariage pour tous », c’est que, nécessairement vous êtes un salaud ! Ou du moins un réac, ce qui revient au même.

Lire la suite

Mariage homosexuel : les pétitions commencent à circuler

Mariage homosexuel : les pétitions commencent à circuler

29/09/2012 – 10h00
PARIS (NOVOpress) — Jacques Bompard, maire d’Orange (84100), a écrit à tous les maires de France le 20 septembre dernier au sujet du projet du gouvernement d’ouvrir le mariage aux personnes de même sexe. Un grand nombre de maires lui ont répondu positivement et lui ont demandé de lancer une pétition. Jacques Bompard leur propose de coordonner leur action d’élus locaux enracinés dans leurs territoires, en dehors de l’action des partis politiques. Son action vise à défendre le bien commun et le droit de chaque enfant à avoir un père et une mère. Pour cela, Jacques Bompard a adressé à tous les maires de France une pétition contre le mariage entre deux personnes, pour l’organisation d’un référendum sur ce sujet et, au cas où cette loi serait adoptée, pour l’insertion d’une clause de conscience pour les élus.

« Tous pour le mariage », la réaction des évêques

De leur côté, les évêques ont également réagi avec une pétition « Tous pour le mariage » qui a déjà recueilli plus de 25000 signatures. Monseigneur Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, qui compte parmi les parrains de cette action, avait notamment déclaré à Nouvelles de France le 15 septembre dernier : « Je pense la refonte structurelle du mariage conduit à une sorte de mutation anthropologique. Le mariage est essentiellement fondé sur l’altérité et aujourd’hui on cherche à remettre en cause ce qui fait l’essence de cette institution. Plus grave encore, on pratique une discrimination à l’égard de l’enfant qui n’a pas plus le droit d’avoir un père et une mère. »