Tag Archives: évasion fiscale

chard

Procès Cahuzac : Hollande s’en tire

09/02/2016 – POLITIQUE (Présent 8542)
Cahuzac s’indigne d’être traité comme un paria. Il fallait y penser avant. Son procès est bien celui de la racaille en col blanc qu’il incarne superbement. Le champion de la rigueur morale, chargé de traquer la fraude fiscale à son poste de ministre du Budget et qui exhortait les Français à payer vertueusement leurs impôts, est devenu le symbole du mensonge et de l’imposture socialistes.

8542P1
Jérôme Cahuzac est représentatif de cette classe politique qui se fout totalement de la morale publique et de l’intérêt général et ne s’intéresse qu’au sien propre. Et qui au passage prend des postures et donne des leçons à tout le monde.
Le scandale Cahuzac aurait dû entraîner la chute du gouvernement Hollande. Son cirque devant l’Assemblée nationale jurant ses grands dieux qu’il n’avait pas de compte en Suisse, restera dans les annales de l’un des plus gros mensonges publics. Hollande était alerté depuis des mois que son ministre des Finances, son étoile montante, fils de résistants, qui devait incarner sa « République exemplaire » détenait un compte caché de 600 000 euros en Suisse. Et pas seulement.

L’instruction a mis au jour une fraude fiscale décrite comme « obstinée », « sophistiquée » et « familiale ». À l’origine de l’entreprise, le chirurgien Cahuzac et sa femme ont tenu une florissante clinique spécialisée dans les implants capillaires. « Le récit des manœuvres de fraude, tel qu’il est fait par les enquêteurs, oscille entre roman de gare et manuel de délinquance financière internationale » souligne L’Indépendant. Est relaté comment Jérôme Cahuzac, sous le nom de code « Birdie », se fait livrer 10 000 euros en espèces, dans la rue, à Paris. Même les comptes de la mère du ministre servent à « blanchir », entre 2003 et 2010, quelque 200 000 euros de chèques établis par les clients de la clinique.

Hollande a fait comme si de rien n’était. S’il avait voulu démêler le vrai du faux à cette époque, il avait tous les moyens pour le faire. Mais surtout il le devait. Il a choisi la lâcheté et l’incapacité à gouverner son propre gouvernement.
Après plusieurs semaines d’audition et les convocations des trois ministres Valls, Moscovici et Taubira, le président de la commission d’enquête parlementaire était arrivé à la conclusion suivante : « Nous avons les preuves que le président a été parfaitement informé. »
Et qu’il s’est parfaitement remis de ce mensonge d’État.

Caroline Parmentier

cahuzac

Cahuzac : le premier d’une longue série

08/02/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
Alors que s’ouvre le procès de Jérôme Cahuzac, il est bon de se rappeler que le ministre-escroc ne fut que le premier d’une litanie de malhonnêtes naviguant dans l’entourage du « président » Hollande.

Hollande avait promis une « République exemplaire », nous avons été servis ! Chargé de redresser les comptes de la France, Jérôme Cahuzac se distinguait rapidement par des comptes cachés en suisse et dans quelques paradis fiscaux. Cette ingénierie d’évasion fiscale est à nouveau sous les feux de la rampe à l’occasion de l’ouverture de son procès ce matin.

Mais on ne peut lui en vouloir, au vu de l’entourage du « président », il devait penser que la malversation était l’exemple à donner.
En février 2014, la ministre déléguée à la Francophonie Yamina Benguigui est mise en cause pour avoir caché une partie de son patrimoine dans sa déclaration de patrimoine.
Puis c’est le conseiller politique du président Aquilino Morelle, qui est poussé vers la sortie par des accusations de prise illégale d’intérêts, révélées par Mediapart en avril 2014, affaire qui sera classée sans suite. Ce n’est pas le cas du secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, Thomas Thévenoud, qui avait « oublié » de payer ses impôts pendant quelques années. Il sera contraint à la démission. Dur pour un malade qui souffrait de « phobie administrative ». N’oublions pas, fin 2014, deux proches du président, Kader Arif, le secrétaire d’Etat chargé des Anciens combattants, puis Faouzi Lamdaoui, conseiller « égalité et diversité », démissionnent, l’un sous le coup d’un enquête préliminaire pour favoritisme, l’autre pour abus de biens sociaux.

C.D.

L’affaire Aquilino Morelle : peut être une nouvelle affaire Cahuzac, en pire…

L’affaire Aquilino Morelle : peut être une nouvelle affaire Cahuzac, en pire…

27/04/2014 – PARIS (Bulletin de réinfo) – Sur le site Media-Presse.info, le docteur Jean‑Pierre Dickès, par ailleurs patron d’émission à Radio Courtoisie, se livre à un certain nombre de réflexions sur l’affaire Aquilino Morelle. Ce dernier était conseiller technique en charge du médicament dans le cadre de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS). Assurément un poste clé pour qui veut jouer les « lobbyistes » au service des laboratoires pharmaceutiques. Cette situation n’est évidemment pas nouvelle. Que l’on se rappelle la position très ambiguë de Roseline Bachelot lors de l’épisode de la grippe H1N1 en 2009, une Roseline Bachelot qui avait été déléguée médicale au sein d’ICI Pharma de 69 à 76, et chargée des relations publiques chez Soguipharm de 84 à 89…

Rien à voir avec les 12 500 € officiellement reprochés à Aquilino Morelle… « Morelle a‑t‑il usé de son influence pour faire admettre l’autorisation de mise sur le marché ou la fixation du prix de médicaments dans le cadre de l’IGAS ? » s’interroge le docteur Dickès. Et le médecin de conclure : « La Haute autorité pour la transparence de la vie publique vient de diligenter « une étude plus approfondie des déclarations d’intérêts et de patrimoine » de l’ex‑conseiller personnel de François Hollande. En filtrant le moucheron, elle cherche, et peut bien trouver, un dromadaire. C’est de cela que Hollande a une peur terrible ».

Crédit photo : stevendutartre via Flickr (cc)

Vu sur Twitter

L’argent de Cahuzac sous la table de Bettencourt et les portables de Sarkozy dans les chaussures d’Aquilino

Publié le
Yamina Benguigui cache bien son grisbi

Yamina Benguigui cache bien son grisbi

01/04/2014 – PARIS (NOVOpress via le bulletin de réinformation)
La Haute autorité pour la transparence de la vie publique a évoqué hier « un doute sérieux quant à l’exhaustivité, l’exactitude et la sincérité » de la déclaration de patrimoine de Yamina Benguigui, la ministre déléguée à la Francophonie. Réélue dimanche dernier conseillère de Paris, Anne hidalgo lui a demandé de démissionner.

Yamina Benguigui risque trois ans d’emprisonnement, 45.000 € d’amende et la confiscation de ses droits civiques pendant dix ans. Que nos ploutocrates se rassurent, madame Benguigui à su s’entourer de l’avocate Malinbaum pour défendre ses intérêts.

Crédit photo : Wim Van de Genachte via Wikipédia (cc)

Vu sur Twitter

Jérôme Cahuzac et sa « lutte » contre la fraude fiscale

https://twitter.com/Guillaume6869/status/405292487851253760

Publié le
Affaire Cahuzac : dernier rebondissement, avant nouvelle explosion puissance 15 ?

Affaire Cahuzac : dernier rebondissement, avant nouvelle explosion puissance 15 ?

16/06/2013 – 19h00
PARIS (NOVOPress/Bulletin de réinformation) – 
Jeudi matin, Pierre Condamin‑Gerbier, qui fut jusqu’en 2009 (donc pendant la campagne électorale de 2007), directeur de la délégation UMP en Suisse, a été auditionné à huis clos par le député socialiste Yann Galut, rapporteur du projet de loi de lutte contre la fraude fiscale. Ce banquier, qui a été associé gérant de Reyl Private Office, une entreprise suisse de gestion de patrimoine qui fait de l’optimisation fiscale, affirme disposer « D’une liste d’une quinzaine de noms d’ex‑ministres ou d’actuels ministres » détenteurs d’un compte en Suisse. Le JDD a publié ce dimanche une interview de lui.

Lire la suite

L’affaire Cahuzac, ou la République du mensonge

L’affaire Cahuzac, ou la République du mensonge

13/04/2013 – 10h00
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) 
« Malheur à celui par qui le scandale arrive »… Mais Cahuzac, l’homme par qui le scandale est arrivé, ne semble pas du tout désarçonné.

« On me dit que j’ai menti sur ma situation personnelle. Cela veut dire quoi ? Qu’il y aurait des mensonges indignes et d’autres qui seraient dignes ?» Ainsi, selon le Canard Enchaîné, s’interroge le député du Lot‑et‑Garonne. Et Cahuzac (photo) de préciser sa pensée : « Quand on ment sur ordre, et pour des raisons politiques, à l’Assemblée, est-ce digne ? A ce compte‑là, j’ai menti devant l’Assemblée sur la possibilité de réaliser 3% de déficit en 2013 ».
Le 13 février dernier, Jérôme Cahuzac qui était encore ministre du Budget, avait en effet affirmé en plein hémicycle que le gouvernement fondait son action sur cet objectif, alors même que l’on sait maintenant qu’en privé, il n’en croyait pas un mot, pas plus que le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici. C’est précisément ce que Cahuzac appelle un « mensonge sur ordre »

Lire la suite

Emmanuel Ratier sur l’affaire Cahuzac et sur Mediapart

Dans le Libre Journal de la résistance française sur Radio Courtoisie, Emmanuel Ratier le 3 avril 2013 s’entretenait avec Jean-Yves Le Gallou, président de Polémia et Benjamin Dormann, chef d’entreprise, écrivain, au sujet de l’affaire Jérôme Cahuzac et au sujet de Mediapart et son directeur Edwy Plenel.
Au passage sont aussi évoqués François Hollande, Valérie Trierviller, et leur déclaration de patrimoine.

Comme toujours Emmanuel Ratier nous permet de mieux comprendre le dessous des cartes…

Publié le
Scandale Cahuzac et scandale Augier : paradis fiscaux et copinage à tous les étages

Scandale Cahuzac et scandale Augier : paradis fiscaux et copinage à tous les étages

06/04/2013 – 18h15
PARIS (NOVOpress via Kiosque Courtois) –
Ministre du Budget, Jérôme Cahuzac était chargé de la lutte contre l’évasion et la fraude fiscale dans la « République exemplaire » (sic) de François Hollande. Il a menti aux Français pendant des mois en niant détenir des comptes bancaires non déclarés en Suisse et à Singapour. Rattrapé par la justice, Cahuzac a avoué ses mensonges. Mais un autre proche de François Hollande vient lui aussi de reconnaitre des comptes dans des paradis fiscaux après qu’ils aient été révélés.

Lire la suite

Jérôme Cahuzac reconnait un compte à l'étranger depuis 20 ans, de 600.000 euros actuellement

Jérôme Cahuzac reconnait un compte à l’étranger depuis 20 ans, de 600.000 euros actuellement

02/04/2013 – 19h50
PARIS (NOVOpress) –
Jérôme Cahuzac, le ministre du Budget démissionnaire, qui s’était dans le passé voulu le pourfendeur des paradis fiscaux et le champion de la lutte contre la fraude fiscale au nom de la gauche morale, a reconnu cet après-midi sur son blog avoir un compte à l’étranger d’environ 600.000 euros, contrairement à ce qu’il a toujours soutenu.

Lire la suite