Tag Archives: Évangile

Entre 1990 et 2013, près de millions de Maghrébins se sont installés en France

Le Rouge et le Noir : « Etudier la conformité de la remigration à l’Evangile » [Présent 8216]

23/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
La remigration ? On en parle de plus en plus. Après un entretien avec Nicolas Bay (Présent du 21 octobre), c’est au tour de l’équipe du blog Le Rouge et le Noir de répondre. Suivront Guillaume Faye, Philippe Vardon, Jared Taylor…

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant


Vous avez lancé durant l’été une grande controverse sur le thème de l’immigration et de l’invasion des flux migratoires. Vous revenez particulièrement sur le nouveau concept de remigration. En quoi cette question vous semble-t-elle incontournable ?

Une du numéro 8216 de "Présent"

Une du numéro 8216 de « Présent »

Il suffit d’ouvrir les yeux et de mettre un pied dans la rue pour se rendre compte de la réalité du « fait migratoire ». En tant que phénomène de masse, l’immigration extra-européenne et islamique modifie durablement le visage de la France. Nos adversaires progressistes tiennent un double discours. D’un côté, ils qualifient de « fantasmée » toute analyse critique de l’immigration. De l’autre, ils montrent, à travers leurs discours, que leur démarche est idéologique. A titre d’exemple, Laurent Fabius déclarait en 2003 : « Quand la Marianne de nos mairies prendra le beau visage d’une jeune française issue de l’immigration, ce jour-là la France aura franchi un pas en faisant vivre pleinement les valeurs de la République. » Réalistes, nous abordons la question essentielle de l’identité. C’est dans ce cadre que la remigration doit être abordée.

Par un travail poussé de réflexion doctrinale, vous souhaitez montrer que la remigration ne relève pas d’une vision fantasmée ou caricaturale de la politique. Vous la présentez comme une démarche concertée, pacifique autant que possible et ne négligeant aucun des ressorts des flux migratoires. Une manière de sortir de l’ornière où étaient bloqués ces sujets ?

L’immigration est un phénomène complexe ; la remigration n’est pas l’unique solution. Cependant, la politique étant, selon Richelieu, « l’art de rendre possible ce qui est nécessaire », il est absurde de ne pas poser la question de la remigration. De deux choses l’une : soit l’on considère que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, il est alors vain d’envisager la remigration. Mais si l’on est réaliste, les tabous sur l’immigration doivent être brisés. Il est nécessaire d’étudier la conformité de la remigration – concept récent – à l’Evangile. D’ailleurs, tous nos auteurs n’ont pas donné leur aval à ce nouveau concept : certains préféreraient redéfinir la citoyenneté ; d’autres, encourager uniquement une politique familiale. Le débat reste ouvert, et notre réflexion doctrinale doit être approfondie.

Votre blog assume un positionnement catholique très clair. Vous êtes probablement les premiers – en dehors des positions épiscopales ou pontificales – à confronter la morale catholique à ces sujets. Comment expliquer un tel silence des catholiques ?

Les catholiques français sont tout autant prisonniers du politiquement correct que les autres contemporains. Ce n’est pas tant le monde catholique qui a brillé par son silence, mais la société dans son ensemble. Le réveil du pays réel vient, mais il est extrêmement tardif ! La passivité des catholiques fut longtemps nourrie par la mauvaise compréhension d’une charité biaisée et par un conformisme bourgeois. La nouvelle génération de catholiques français doit réhabiliter la charité authentique ; la première des charités résidant dans l’engagement politique.

Lire la suite

Abbé Guy Pagès : "Je vois se lever une jeunesse qui dit 'Non ! Ça suffit !'" (2/2)

Abbé Guy Pagès : « L’expansion de l’Islam est soutenue par une mauvaise compréhension de la liberté religieuse » (1/2)

16/05/2014 – PARIS (NOVOpress) – Prêtre catholique, l’abbé Guy Pagès (photo) conduit un apostolat sur Internet par l’intermédiaire de vidéos de formation. Spécialiste de l’islam, ancien missionnaire à Djibouti, nous avons souhaité l’interroger sur son itinéraire et sur les problématiques soulevées par la présence et la diffusion de l’islam en France. 


Monsieur l’abbé, vous êtes aujourd’hui connu pour les vidéos d’apologétique et de critique de l’islam que vous diffusez par internet. Vous avez en revanche rarement l’occasion de revenir sur votre vie de prêtre et ce qui vous engagea sur cette voie. Pouvez-vous nous dépeindre à grands traits votre itinéraire ?

Si la vocation d’un chrétien est déjà un mystère de grâce, a fortiori celle d’un prêtre chargé de représenter in persona Christi Dieu incarné pour ses frères… Après ma conversion à la fin des années 70, qui me fit passer de la mort à la vie, et dix ans de formation à la vie chrétienne, je fus appelé au sacerdoce dans la Fraternité de Jérusalem incardinée dans le diocèse de Paris, et fus ordonné prêtre en 1994 à Vézelay où j’étais allé, avec quelques frères et sœurs, fonder la communauté qui s’y trouve. Mais, plutôt que de m’engager définitivement dans cette communauté, je décidai de rejoindre le clergé séculier.

Malheureusement, j’eus l’occasion de vérifier bien souvent la vérité des propos du Pape Paul VI se plaignant, sitôt après le concile Vatican II, de ce que « les fumées de Satan » s’étaient introduites dans l’Église (29.06.1972). Il disait : « Je vois dans l’Église deux esprits, dont l’un n’est pas catholique, et il est à craindre qu’il devienne le plus fort » (Jean Guitton, Paul VI secret, DDB, 1986, p.112) ; et encore : « Jamais il n’y a eu un tel trouble à l’intérieur de l’Église, même et sans que cela soit aperçu… » (ibid p.168)… Eh bien, cet esprit, qui n’est pas catholique, qui est dans l’Église, et qui est si fort, je l’ai trouvé quasiment partout… de sorte que j’ai dû très souvent changer de paroisses et de diocèses, jusqu’à m’envoler en 2003 pour Djibouti, dans le cadre du Diocèse aux Armées… d’où il me fallut également revenir !

Pouvez-vous revenir plus en détail sur votre expérience de missionnaire à Djibouti ? En quoi a-t-elle été décisive pour vous ?

Mon expérience à Djibouti à été pour moi décisive en ce qu’elle m’a donné l’occasion de commencer une évangélisation directe des musulmans, chose tout à fait incongrue pour la hiérarchie catholique en terre devenue musulmane. En effet, prévaut aujourd’hui entre quelque État musulman que ce soit et l’Église catholique, un accord, plus ou moins tacite, donnant à cette dernière droit de cité à condition qu’elle n’évangélise pas… autrement dit : à condition qu’elle se dénature, car l’Église n’existe ici-bas que pour évangéliser, communiquer le Salut.

Lire la suite

[Lu sur le net] Campagnes christianophobes en Israël

[Lu sur le net] Campagnes christianophobes en Israël

Source : www.france-irak-actualite.com – reproduit avec l’aimable autorisation de Gilles Munier.
Photo : le député israélien Michael Ben-Ari déchirant l’Évangile
[divider_1px]
Dans les territoires occupés par Israël, notamment à Jérusalem, des extrémistes juifs s’en prennent aux Palestiniens chrétiens et aux congrégations religieuses étrangères. Les décisions de l’Unesco en octobre 2011 d’accepter en son sein l’État palestinien, puis d’inscrire en juin dernier – en urgence – la Basilique de la Nativité à Bethléem au Patrimoine mondial de l’Humanité ont rendu furieux Benyamin Netanyahou et les tenants des lobbies pro-israéliens dans le monde. Dans les deux cas, les États-Unis ont voté contre. En France, Richard Prasquier, président du CRIF, est monté au créneau en parlant d’opération « visant à lutter contre la légitimité ou la légalité de l’État d’Israël » (1) ! Rappelons que la ville est située dans les territoires occupés en juin 1967, appelés « Judée-Samarie » par les Israéliens… Pour son maire, Victor Batarseh, Israël n’acceptera d’évacuer les colonies installées dans la région et les résolutions de l’ONU que contraint par un « boycott à la fois commercial, culturel et sportif » (2).
Lire la suite