Tag Archives: Europe

Les nouvelles autorités de Kiev ne parviennent pas à s’imposer dans l'est de l'Ukraine

Les nouvelles autorités de Kiev ne parviennent pas à s’imposer dans l’est de l’Ukraine

Drapeau de l’armée ukrainienne via Wikipédia (cc).

19/04/2014 – KIEV (NOVOpress via le Kiosque courtois)
Cette semaine, la tension en Ukraine est remontée d’un cran. De nombreuses villes de l’est du pays sont en partie aux mains de la population russophone hostile au nouveau pouvoir. Kiev a donc décidé d’une opération militaire dite « anti-terroriste » pour reprendre en main l’est de l’Ukraine. Et ce dans un contexte à hauts risques, puisque 40.000 soldats russes campent aux frontières à l’est du pays.

Des appels à l’apaisement sont venus notamment de l’Union européenne, laissant les Américains et les Russes seuls. Ils se rejettent mutuellement le tort d’avoir déstabilisé l’Ukraine. Les Américains prétendent que les Russes menacent le pays, les Russes que la CIA, dont le patron est venu à Kiev la semaine dernière, a fomenté la révolution.

Lire la suite

L'accord de libre-échange Etats-Unis/Europe se profile

L’accord de libre-échange Etats-Unis/Europe se profile

16/04/2014 – BRUXELLES (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
L’accord de partenariat transatlantique entre les Etats-Unis et l’Union européenne est en cours de négociation. Le sujet ne manque pas d’intérêt puisqu’il déclasse le clivage gauche droite pour poser de véritables questions politiques.

De quand date ce projet de libre-échange ?

La genèse de ce projet est ancienne. Une première tentative avait été lancée au XIXe siècle sous Napoléon III. Elle s’est éteinte rapidement en raison d’un manque d’implication des acteurs. Un an après la chute du mur de Berlin, le projet est réapparu sous forme d’une résolution signée entre les Etats-Unis et la communauté européenne. En 1995, un agenda est fixé ainsi qu’un programme d’action approfondi. En 2003, les réserves émises par le couple franco-allemand sur l’intervention militaire en Irak avaient ralenti les négociations.

Qu’est-ce qui a permis une reprise des négociations ?

C’est la crise de 2008 qui les a accélérées car pour d’aucuns, cet accord est synonyme de croissance et d’emploi. Il permettrait une meilleure circulation des marchandises, une concurrence plus parfaite ce qui explique les mots du secrétaire d’Etat John Kerry (photo) qualifiant l’accord comme « l’un des meilleurs moyens de casser le cycle de la crise en Europe et d’avoir de la croissance ».

Lire la suite

"Comment les Américains vont nous bouffer" selon Marianne

“Comment les Américains vont nous bouffer” selon Marianne

14/04/2014 – PARIS (NOVOPress)
Disponible en kiosque, le magazine Marianne  (photo) propose un dossier traitant d’une menace bien réelle planant au-dessus de l’Europe : le Traité transatlantique. S’attaquer aux normes sanitaires, environnementales et juridiques, est l’objet des négociations que mènent actuellement la félonne Commission européenne avec les Etats-Unis d’Amérique. Marianne se focalise sur cet accord commercial qui se joue dans le plus grand secret et qui est perçu comme une « nouvelle arnaque européenne » par le magazine. Le numéro 886 de Marianne consacré au Traité Transatlantique est en vente du 11 au 17 avril 2014 inclus au prix de 3 €.

"Yann Fouéré, infatigable éveilleur de peuple" – Entretien avec Erwan Fouéré – 2/2

“Yann Fouéré, infatigable éveilleur de peuple” – Entretien avec Erwan Fouéré – 2/2

11/04/2014 – GUINGAMP (NOVOpress)
Militant infatigable de la cause bretonne, défenseur des minorités nationales et promoteur d’un véritable fédéralisme européen, Yann Fouéré (photo) est un des hommes politiques les plus atypiques de la deuxième partie du XXème siècle. Son maître-ouvrage “L’Europe aux cent drapeaux” est incontournable pour tout Européen enraciné. Qu’il suscite l’adhésion ou au contraire la répulsion, son fédéralisme européen s’articule parfaitement avec sa défense des patries charnelles. Nous avons rencontré son fils Erwan Fouéré, ancien ambassadeur européen et très impliqué dans la Fondation Yann Fouéré.

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant.


En parcourant ses éditoriaux dans « l’Avenir de la Bretagne » – que vous avez rassemblés dans un ouvrage paru en 2008 – on est étonné par le ton très “technique” qui est employé. Yann Fouéré semble beaucoup plus préoccupé par les questions économiques et institutionnelles que culturelles et identitaires. Cela vient-il de sa formation de “serviteur de l’Etat” ?

Si les principes de base du fédéralisme sont relativement accessibles pour les non-initiés, il n’en est pas de même lorsque l’on compare les différents systèmes constitutionnels, ou les effets néfastes des systèmes centralisateurs et des conceptions unitaristes sur le citoyen, non seulement du point de vue politique, mais aussi du point de vue économique et social.

Yann Fouéré l’a lui-même reconnu  lorsqu’il évoquait la difficulté de convaincre, non seulement à cause de l’aridité et de la technicité du sujet, mais également à cause de l’enseignement contrôlé par l’Etat centralisateur : « Comment le traiter , afin qu’il soit non seulement clair, mais encore accessible aux non-spécialistes, à tous ceux qui n’ont pas étudié le droit public et constitutionnel, et encore moins le droit comparé, à tous ceux qui ne connaissent de l’histoire des institutions et du droit que des très rares, très partielles et très partiales notions qu’un enseignement étroitement dirigé a pu leur dispenser? »

Lire la suite

"Yann Fouéré, infatigable éveilleur de peuple" – Entretien avec Erwan Fouéré – 1/2

“Yann Fouéré, infatigable éveilleur de peuple” – Entretien avec Erwan Fouéré – 1/2 

09/04/2014 – GUINGAMP(NOVOPress)
Militant infatigable de la cause bretonne, défenseur des minorités nationales et promoteur d’un véritable fédéralisme européen, Yann Fouéré est un des hommes politiques les plus atypiques de la deuxième partie du XXème siècle. Son maître-ouvrage “L’Europe aux cent drapeaux” est incontournable pour tout Européen enraciné. Qu’il suscite l’adhésion ou au contraire la répulsion, son fédéralisme européen s’articule parfaitement avec sa défense des patries charnelles. Nous avons rencontré son fils Erwan Fouéré, ancien ambassadeur européen et très impliqué dans la Fondation Yann Fouéré.

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant.


Yann Fouéré est décédé il y a bientôt trois ans, quelle est aujourd’hui la part vivante de son héritage ?

La Fondation Yann Fouéré, devenue le Fonds de dotation de Bretagne et l’IDBE (Institut de documentation bretonne et européenne) ont été créés dans le but précis de constituer un centre d’archives et de documentation réunissant non seulement tous les écrits et archives de Yann Fouéré accumulés tout au long de sa vie, mais également des documents et articles consacrés au Fédéralisme, à l’Europe des Régions et à la construction de l’Union européenne. Une partie de ces archives sont consultables librement sur le site : fondationyannfouere.org.

Au fil des années le fonds s’est enrichi de dons de militants et sympathisants bretons, ils savent que nous conserverons leurs archives et bibliothèques avec le plus grand soin et surtout que nous ne les disperserons pas. Installé à Guingamp, l’IDBE pourra accueillir des chercheurs et étudiants de toutes les régions et pays d’Europe. Nous envisageons par ailleurs d’ouvrir la bibliothèque à un plus large public dans un avenir très proche.

Mais au-delà de ce Centre, héritage physique de la vie de Yann Fouéré, son héritage  a laissé des traces dans le quotidien de ceux et celles qui luttent pour la reconnaissance et le respect des droits fondamentaux de chacun. Il s’agit des droits linguistiques et culturels, du droit à être consulté avant toute prise de décision des pouvoirs centralisés qui affectent le citoyen au niveau local, ou du droit à une Europe des régions. Ramener le pouvoir au niveau des localités, des régions, et appliquer le principe de subsidiarité devient de plus en plus une exigence répétée des citoyens qui se sentent aliénés par le pouvoir. Face à la crise qu’a subie l’Europe ces dernières années de plus en plus nombreux sont ceux qui ont plaidé pour une réorganisation de l’Europe sur des bases fédérales.

Lire la suite

Et si l’on dissolvait l’OTAN ? - par François Jourdier

Et si l’on dissolvait l’OTAN ? – par François Jourdier

07/04/2014 – BRUXELLES (via Metamag)

Pour une défense européenne indépendante des Etats-Unis

La France n’hésite pas à appliquer des sanctions à 21 Russes et Ukrainiens supposés compromis dans l’annexion de la Crimée. Si ce n’était pas triste, ce serait ridicule. Imaginons le cas inverse que Poutine bloque les comptes de BHL, de Fabius et de quelques autres, cela changerait-il, la politique française, j’espère que non.

Poutine n’a pas grand mal à estimer l’impuissance européenne après le désarmement du continent. Il est vrai que les Etats-Unis ne sont guère mieux lotis, on ne les voit pas repartir à la conquête de Sébastopol, peut-être avec l’aide des Turcs, pour la défense des détroits. On ne voit pas d’ailleurs de quel droit, puisqu’il est question de légitimité, on s’en prend aux avoirs de citoyens étrangers. Que leur reproche-t-on ? Quoi qu’il en soit cette gesticulation un peu ridicule doit bien faire rire Vladimir Vladimirovitch qui a réussi son coup sans tirer un coup de fusil aux applaudissements de son peuple.

Le deuxième niveau de sanction, un accord d’association avec l’Ukraine est autrement inquiétant, non pour la Russie mais pour l’Europe. N’oublions pas qu’une première tentative est à l’origine de la crise Ukrainienne, que l’Ukraine est un pays failli auquel il manque 35 milliards de dollars, et qui est maintenant dirigé par un gouvernement de rencontre sans la moindre légitimité. Quel intérêt l’Europe aurait-elle à s’associer avec l’Ukraine, ce qui conduit toujours à l’adhésion, alors que c’est se brouiller avec la Russie qui considère à juste titre l’Ukraine comme faisant partie de sa zone d’influence et qui n’admettra en aucun cas l’adhésion de l’Ukraine à l’Union Européenne et encore moins à l’OTAN ?

Lire la suite

Le Pentagone prévoit de déployer une nouvelle bombe nucléaire tactique B61-12 dans cinq pays européens

Le Pentagone prévoit de déployer une nouvelle bombe nucléaire tactique B61-12 dans cinq pays européens

Vue aérienne du Pentagone.

28/03/2014 -WASHINGTON (NOVOPress)
Le Pentagone prévoit de déployer une nouvelle bombe nucléaire tactique B61-12 dans cinq pays européens à partir de 2015.

Malgré de nombreuses déclarations du gouvernement américain sur son engagement envers les principes de la non-prolifération des armes nucléaires, le document avant-projet déclassifié de l’armée américaine au sujet propos du budget implique le déploiement de la nouvelle version de cette arme sur les avions de combat F-16A/B belges, néerlandais et turcs, ainsi que les chasseurs-bombardiers PA- 200 Tornado allemands et italiens.

Lire la suite

La crise ukrainienne et la troisième voie géopolitique

La crise ukrainienne et la troisième voie géopolitique

19/03/2014 – KIEV (via Polémia)
Polémia a reçu de son contributeur franco-croate, Jure Georges Vujic, une analyse géopolitique de la crise ukrainienne. Donner accès à la diversité des points de vue fait partie de notre ligne éditoriale. Nous la soumettons donc à la réflexion de nos lecteurs.


Il semblerait que la crise ukrainienne divise la mouvance nationale et eurasiste en deux camps, le premier soutenant l’opposition nationaliste ukrainienne en tant que vivier identitaire et vecteur national-révolutionnaire, le second, le camp des «eurasistes» russophiles, qui, pour des raisons géopolitiques anti-atlantistes, soutiennent l’intervention russe en Crimée. Pourtant, cette vision binaire demeure quelque peu simplificatrice. C’est pourquoi je réitère « qu’il faut savoir raison garder » et que la démesure dans l’analyse géopolitique, le jusqu’au-boutisme et l’engouement belliciste ne font que conforter une fois de plus l’hybris et le conflit entre des peuples européens et, une fois n’est pas coutume, sur la terre européenne.

Bien sûr, il faut rappeler que suite à la décision du gouvernement élu de ne pas signer d’accords commerciaux avec l’Union européenne, le camp atlantiste et américain a tenté d’orchestrer une seconde « Révolution orange » cette fois-ci en s’appuyant et en manipulant des groupes ultranationalistes ukrainiens aux fins d’installer un pouvoir pro-occidental à Kiev. Le nationalisme ukrainien extrêmement dynamique est autant antirusse qu’antioccidental alors que les arguments de l’adhésion à l’UE servent uniquement de levier d’émancipation de la tutelle russe. Par ailleurs, l’expérience de la Hongrie de Orban démontre très bien que l’on peut être dans l’UE et mener une politique nationale et souverainiste.

D’une part, je ne suis pas convaincu qu’il s’agisse d’une confrontation entre une vision eurasiste pro-russe et un nationalisme ukrainien pro-atlantiste. Il faut avoir à l’esprit la question de la légitimité des manifestations du peuple ukrainien systématiquement spolié et paupérisé par des régimes corrompus et oligarchiques successifs, tour à tour pro-occidentaux et pro-russes (la famille du président Viktor Ianoukovitch s’est enrichie de près de 8 milliards d’euros par an). D’autre part, l’opposition entre le sud-est russophone de l’Ukraine et l’EuroMaidan s’est cristallisée en raison du ressentiment antirusse qui s’est développé dans la partie occidentale de l’Ukraine. Si une partie des habitants s’est organisée en formations paramilitaires et a manifesté contre le nouveau gouvernement de Kiev, c’est parce que la révolution a gagné à ses yeux une connotation antirusse plutôt que pro-européenne.

Lire la suite

Conférence d’Aymeric Chauprade le 24 février dernier à Genève [vidéo]

05/03/2014 – VIDÉO REALPOLITIK.TV - Le géopolitologue de renom Aymeric Chauprade – tête de liste Front National en Île-de-France pour les élections européennes – était invité à donner une conférence le 24 février dernier à Genève sur le sujet « Quel avenir pour la civilisation européenne et la francophonie dans le nouveau monde multipolaire ? ».

Publié le
Grèce - Dimitrios Papageorgiou (Patria Magazine) : "Nous avons été la frontière de l'Europe pendant mille ans" (1/2)

Grèce – Dimitrios Papageorgiou (Patria Magazine) : “Nous avons été la frontière de l’Europe pendant mille ans” (1/2)

L’Acropole d’Athènes

27/02/2014 – ATHENES (NOVOPress)
Dimitrios Papageorgiou est l’éditeur de Patria Magazine, référence de la droite radicale grecque. Observateur avisé de la vie politique de son pays, il a bien voulu répondre aux questions de Novopress pour nous parler de la jeunesse hellénique, de la crise grecque, de l’Aube dorée…


Bonjour Dimitrios, pouvez-vous vous présenter pour les lecteurs de Novopress ?

Eh bien, comme disent les Chinois, « je vous maudis à vivre en des temps intéressants ». Être un journaliste à une époque intéressante, je pense que c’est une double malédiction. Car la Grèce traverse des temps “intéressants” en effet. J’ai 32 ans, je travaille dans deux journaux grecs, je suis l’éditeur de Patria Magazine et également, de temps à autre, producteur d’émissions radios. J’ai été engagé dans des mouvements patriotes depuis mes 15 ans et j’ai passé 6 mois, 2 jours et deux heures en prison après avoir été la cible d’un groupe de gauchistes. Mon projet principal est Patria Magazine, qui est bimensuel. J’écris aussi de temps en temps en anglais pour www.alternativeright.com.

D’après vous, quels sont les principaux responsables de la crise grecque ?

Cela dépend de jusqu’où vous souhaitez remonter dans l’histoire de la Grèce. Si vous allez suffisamment loin, vous pouvez blâmer l’occupation turque. La Grèce n’a pas connu de révolution industrielle et c’est une société largement agricole jusqu’à la Seconde guerre mondiale. Ensuite, nous avons subi une longue guerre civile qui détruisit la plupart des infrastructures existantes. Puis est venue la “libération démocratique” qui a mené à la corruption et au triomphe idéologique de la gauche. Si vous ne voulez pas remonter aussi loin dans le passé, les années après la junte militaire était un désastre économique total. Népotisme, corruption et bien sûr l’immigration constituent ce que Guillaume Faye appelle la “convergence des catastrophes”. La crise mondiale actuelle a amené la situation à un point de non-retour et notre économie s’est effondrée. Nous verrons si cela est bon ou mauvais, car la crise économique a réussi à saper le bipolarisme politique en Grèce. Les gauchistes comme les nationalistes sont en pleine croissance, nous verrons qui sera le plus fort, et si le système y survivra.

Lire la suite

“L’Europe en crises…”. Ce soir 21 février sur Méridien Zéro

21/02/2014 – PARIS (NOVOpress) – Ce vendredi 21 février, dans son émission qui sera diffusée de 21 heures à 23 heures, la webradio Méridien Zéro déroule un panorama actualités centré sur les facteurs de crise en France et en Europe. Avec PGL, Adrien Abauzit et Gérard Vaudan.

A la barre, Lt Sturm. A la technique, lord Gandalf.

Important : Cette émission a été enregistrée quelques jours avant les derniers évènements tragiques de la place Maïdan à Kiev, en Ukraine.

Pour écouter Méridien Zéro, c’est ici.

Florian Philippot estime que l’Union européenne a mis de l’huile sur le feu en Ukraine

21/02/2014 – PARIS (NOVOpress)
Interrogé jeudi matin sur RMC par Jean-Jacques Bourdin, le vice-président du Front national, Florian Philippot, estime que l’Union européenne a mis de l’huile sur le feu en Ukraine. Florian Philippot a exhorté l’Union européenne “à se tenir à distance de l’Ukraine”. Il a également taclé Bernard-Henri Lévi, estimant que “partout où il va, les missiles tombent”.

Publié le

De nouvelles révélations sur Stonehenge

06/02/2014 – 08h30
STONEHENGE (vidéo Arte) –
Stonehenge, l’un des plus importants sites de la fin du néolithique, a été construit en plusieurs étapes, de 3.000 à 1.600 avant J.-C. environ. Les techniques employées pour son édification surpassent en ingéniosité celles utilisées durant la préhistoire. Mais une question demeure : comment des hommes de cette époque ont-ils pu transporter puis disposer les pierres géantes qui composent cet ensemble mégalithique ?

De récentes enquêtes, menées par l’archéologue Mike Parker Pearson, de l’université de Sheffield, ouvrent de nouvelles perspectives. Mike Parker s’est lancé dans une entreprise de cartographie qui, grâce à des techniques de magnétométrie, a permis de mettre au jour les vestiges d’un monument cérémoniel à moins d’un kilomètre du cercle principal.

Publié le

Lionel Baland : « La montée du populisme s’accélère en Europe » (2/3)

03/02/2014 –
PARIS (NOVOpress) - Polyglotte, Lionel Baland, spécialiste des droites européennes, réalise depuis de nombreuses années un travail minutieux de veille et d’analyse des partis populistes en Europe. Son blog lionelbaland.hautetfort.com propose de nombreuses traductions, souvent inédites pour le public francophone. Il est l’auteur de “Jörg Haider, le phénix” paru en 2012 aux Éditions des Cimes. La première partie de cet entretien est disponible ici. La seconde partie, ci-dessous, consiste en un questionnaire de Proust, auquel il a bien voulu se livrer pour Novopress.


Lionel Baland

Lionel Baland. Crédit : DR Bernard Lombard

Le principal trait de votre caractère ? Je pense être efficace, réservé et sympathique.
La qualité que vous préférez chez un homme ? La droiture.
La qualité que vous préférez chez une femme ? La beauté.
Qu’appréciez-vous le plus chez vos amis ? Qu’ils soient des patriotes.
Votre principal défaut ? La curiosité.
Votre occupation préférée ? Lire.
Ce que vous voudriez être ? L’homme qui trouve, en étudiant les activités des partis patriotiques en Europe, la formule qui permette au Front National d’arriver au pouvoir.
Où aimeriez-vous vivre ? En Suède.
Vos auteurs favoris en prose ? En Belgique, la bande dessinée est une institution : Hergé, Franquin et de nombreux autres auteurs de « petits mickeys ». Parmi les livres parus au cours des dernières années, un attire tout particulièrement mon attention : « Le Grand remplacement » de Renaud Camus.
Votre chanteur préféré ? Je pense à Jacques Brel.
Votre musicien préféré ? Mozart.
Trois personnages que vous admirez particulièrement ? Napoléon III, Otto von Bismarck et Notger (le premier Prince-Évêque de la Principauté de Liège en Belgique).
Trois noms qui vous sont chers ? Marine Le Pen, Pim Fortuyn, Jörg Haider. Ils ont jeté les bases qui dans leur pays respectif doivent permettre aux patriotes d’arriver au pouvoir. J’ajoute Vladimir Poutine, l’homme qui, je l’espère, nous délivrera de l’oppression mondialiste.
Le fait militaire que vous estimez le plus ? La guerre est quelque chose d’abominable.
Le don de la nature que vous voudriez avoir ? L’éternelle jeunesse.
Comment aimeriez-vous mourir ? Dans mon lit, dans une Europe aux mains des patriotes.

Crédit photo en Une : farbfilmvergesser via Flickr (cc)

Vu sur Twitter

Un referendum sur la Turquie en Europe ?

 

Publié le