Tag Archives: Etat islamique en Irak et au Levant

La guerre civile est à nos portes. Et si Guillaume Faye avait raison ?

Invasion migratoire. L’effrayant diagnostic – par Guillaume Faye

29/07/2015 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)
Depuis le début de l’été 2015, l’Europe est en proie à des vagues de migrations clandestines sans précédent dans son histoire, de plus en plus fortes, qui s’ajoutent à celles encaissées depuis des décennies ; elles s’apparentent à des invasions et mettent tout simplement en péril notre civilisation, dans l’inconscience et la complicité des pseudo élites politiques et médiatiques, anti démocratiques et complètement coupées des intérêts et opinions des peuples européens. Voici la première partie de cette analyse qui en comprendra trois. (1)

Les causes de l’inondation

La déferlante des ”migrants” (euphémisme pour ne pas dire ”clandestins”) qui passe par les portes ouvertes d’une Europe aux dirigeants impuissants et incapables, provient essentiellement du Moyen-Orient (Irak et Syrie) par la voie de la Turquie (complice) ; elle pénètre par la Grèce et les Balkans. Seconde porte d’entrée : la Méditerranée, essentiellement au départ d’une Libye plongée dans le chaos. Une partie des flux invasifs est composée de réfugiés de Syrie et d’Irak qui fuient la barbarie de l’État islamique (Dae’ch), ou bien d’autres qui fuient les guerres tribales et religieuses de Somalie ou d’ailleurs ; mais, ce qu’on n’ose jamais dire, ils sont minoritaires. En effet, profitant de cette aubaine, s’engouffrent dans la brèche des légions de clandestins, souvent faux réfugiés demandeurs d’asile bidon, qui, pour des raisons économiques, veulent s’établir en Europe. Ils proviennent d’Afrique noire, du Maghreb et du Moyen-Orient asiatique, attirés par trois éléments qui jouent comme des appels d’air :

1) La perméabilité de l’espace Schengen et l’absence de protection des ”frontières communes” ; l’UE est le seul espace politique au monde dépourvu de frontières protégées ; les marines européennes portent tous les jours assistance aux boat people au lieu de les refouler (idéologie humanitariste), ce qui agit comme une pompe aspirante. Elles sont une aide à l’invasion et non plus une protection. Du jamais vu dans l’Histoire : des forces armées qui assistent l’envahisseur. Dément…

2) Seconde pompe aspirante : les subventions, assistances, avantages et allocations multiples qu’obtiennent les clandestins dès leur arrivée dans plusieurs pays européens, dont la France. Aux frais des autochtones, dont les plus démunis n’obtiennent pas ces privilèges ! Préférence étrangère… C’est du parasitisme et du chantage à la charité de la part de populations incapables de se prendre en main dans leur propre pays.

3) Troisième pompe aspirante : les intrus savent parfaitement qu’ils sont pratiquement inexpulsables et que les autorités (plus une partie de l’opinion et des médias) sont rongées par la mauvaise conscience, la culpabilité, la paralysie compassionnelle. Ils calculent qu’on n’osera jamais les refouler par la force. D’où, comme on le voit à Calais et ailleurs, et récemment dans les émeutes des Balkans, une impudence et une audace incroyables jusque dans la violence. Les ”migrants”, animés par un sentiment d’impunité, s’arrogent tous les droits, y compris celui de nous envahir ”par le bas”.

La faiblesse larmoyante des dirigeants européens, leur ”droit-de-l’hommisme” délirant, leur ”antiracisme” dogmatique et xénophile, excitent l’agressivité des ”migrants” qui pénètrent de force. Ils se sont – et on les a –persuadés qu’ils ont un droit imprescriptible à se ”réfugier” chez nous, à s’y installer, à s’y faire entretenir. Ils n’oseraient évidemment pas raisonner de même avec Israël, la Russie, l’Australie ni les États-Unis !
Lire la suite

8436-Chard

Accueil de clandestins : Roanne, maire courage

09/09/09/2015 – POLITIQUE (Présent 8436)

Accusé de « racisme » et de « xénophobie » depuis deux jours sur les réseaux sociaux, traîné dans la boue par des médias qui ont sorti l’artillerie lourde pour soutenir les clandestins, condamné mardi par le ministre de l’Intérieur, Yves Nicolin, député-maire LR de Roanne, va-t-il devoir répondre de ses propos devant la justice ? Son crime ? Avoir osé déclarer lundi, devant des journalistes scandalisés, qu’il accueillerait bien des migrants sur le territoire de sa commune, mais « à condition qu’il (s’agisse) de réfugiés chrétiens qui sont persécutés par Daech en Syrie » !

8436-P1

« Prendre toutes les précautions possibles »

Interrogé par France Bleu Saint-Étienne Loire au sujet de la lettre adressée dimanche par Cazeneuve à tous les maires de France, Yves Nicolin a en effet osé émettre des réserves quant à l’accueil des migrants en indiquant notamment qu’il faudra « prendre toutes les précautions possibles » pour s’assurer qu’il ne s’agit pas de réfugiés économiques ni de terroristes. Avant d’ajouter : « ce que je souhaite, c’est qu’on puisse avoir l’absolue certitude que ce ne sont pas des terroristes déguisés, c’est la raison pour laquelle je pense que demander ça, et que ce soit des chrétiens, peut représenter une garantie suffisante ». Une position qu’il a de nouveau défendue un peu plus tard sur France TV Info en posant cette question pleine de bon sens : « qui nous dit que, parmi ces réfugiés, ne se cachent pas des membres du groupe Etat islamique qui ont décidé de prendre le chemin de l’Europe avec de mauvaises intentions ? »

À Belfort aussi

Une position qui choque évidemment les chiens de garde du politiquement correct, mais qui est partagée, en partie du moins, par d’autres élus. Ainsi, peu après le maire de Roanne, c’est celui de Belfort, Damien Meslot (LR), qui disait réfléchir à la possibilité d’accueillir en priorité des « familles de chrétiens syriens et de chrétiens d’Irak, qui sont particulièrement persécutés ».
Et le député-maire LR de répondre très justement aux journalistes indignés de France Bleu Belfort-Montbéliard : « je ne fais pas de tri, je choisis d’accueillir ceux qui sont le plus persécutés : quand on est chrétien en Syrie ou en Irak, on risque la mort et je pense que nous pouvons faire un geste pour ces communautés ».

Franck Delétraz

Armée Syrienne Libre

Les USA et la Turquie pénètrent en Syrie malgré les avertissements de la Russie

Source : LE SAKER FRANCOPHONE
Les USA et la Turquie se drapent derrière la protection de réfugiés, une histoire de jour en jour plus dure à vendre si on connaît la longue implication de la Turquie dans la persécution des minorités.
Par Gordon Duff – Source journal-neo.org – Traduit par Gabriel, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

Le porte-parole de Département d’État, Mark Toner, a commencé dès hier à énoncer les règles d’une Zone d’exclusion que les USA et la Turquie ont décidé d’établir hors des frontières turques. Il déclare que la zone sera occupée par l’Armée syrienne libre et uniquement utilisée pour mener le renversement du gouvernement légal de Damas.

L’Armée syrienne libre

Il y a ici un problème majeur. Il n’y a aucune unité de l’Armée syrienne libre dans le nord de la Syrie. En février 2015, cette force a été démantelée et son état-major a fui en Turquie. La FSA a été réorganisée en 2014 par les Services de Renseignement sous la forme d’une force acceptable par Erdogan, les Saoudiens, les moniteurs qataris aidés par des contractuels américains. La majorité de ceux qui ont créé initialement la FSA ont accepté l’amnistie du gouvernement de Damas ou ont rejoint le Front al-Nusra ou les Forces d’ISIS.
Toutes les unités mises en place par les USA ou la Turquie en Syrie n’ont aucun autre usage qu’assister ISIS dans son combat pour renverser le gouvernement de Damas qui a repris le dessus dans son combat contre les forces terroristes.

Le dernier acte désespéré

On pense que cette nouvelle action agressive est désespérée et provoquée par l’amélioration subite des relations entre la Russie et l’Arabie saoudite et le récent réchauffement des relations entre l’Arabie saoudite et l’Iran. L’Arabie saoudite, dit-on, a retiré son support matériel à ISIS en Irak et en Syrie, laissant cette organisation se débrouiller seule, aidée seulement par Israël, la Turquie et les USA.
Soyons honnêtes. Il s’agit du territoire syrien et l’armée syrienne a tous les droits de bombarder les terroristes et d’opérer librement ici. Ces tentatives des USA ou de la Turquie afin de restreindre les opérations de l’Armée syrienne dans son propre pays aux côtés de ceux que tout le monde connaît pour être des organisations terroristes qui ont pillé la Syrie en compagnie d’Erdogan et de ses bons amis, non seulement le pétrole ou les antiquités, mais qui actuellement démontent une usine d’automobiles complète et des douzaines d’autres usines pour les ramener en Turquie.
Lire la suite

Dwekh Nawsha

Dwekh Nawsha, des Français contre l’État islamique en Irak

30/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
On parle beaucoup des Français rejoignant les rangs de l’État Islamique (Daesh). Ceux qui vont les combattre sont plus discrets : les Dwekh Nawsha

Branche française d’une organisation lancée mi-mai 2014 en Irak, qui a compté dans ses rangs des vétérans américains et britanniques, Dwekh Nawsha France s’est lancé au lendemain des attentats de janvier.
Le but ? Combattre l’État Islamique aux côtés des Kurdes et défendre les chrétiens.

Notre premier but est d’aller combattre Daesh sur son terrain, de défendre les chrétiens d’Orient et de représenter la France et nos valeurs

explique un responsable de Dwekh Nawsha.
Attention, ces « futurs martyrs » (en araméen) ne sont en aucun cas des mercenaires, la loi française interdisant cette pratique. Ces volontaires doivent payer leur logistique, armes et munitions. Cela n’a pas freiné le recrutement, puisque selon l’organisation, « Un groupe d’une quinzaine d’éclaireurs sera en tête de pont. Ce sont principalement des anciens de l’armée, âgés de 25 à 45 ans ». Au total, ce serait une première vague de 50 combattants qui serait opérationnelle à la rentrée.
Le dossier de quelque 200 réservistes

est actuellement à l’étude. Les profils sont sérieux : nous recherchons d’abord la motivation, la maturité, des personnes avec un casier judiciaire vierge et… si cette personne est un ex-militaire, c’est encore mieux

explique Ian, porte-parole des Dwekh Nawsha

Leur moteur ? Défendre la foi chrétienne, bine sûr, mais pas seulement. Dans leurs rangs, pratiquants et athées se côtoient, mais tous sont révoltés par l

a barbarie, les actes de cruauté de l’État islamique. Ce n’est pas concevable de se faire tuer pour sa religion, qu’on soit chrétien, juif ou musulman

témoigne l’un d’eux.

Je le fais pour mes enfants et pour tous les chrétiens. Ma priorité est de faire cesser le massacre et je suis prêt à sacrifier ma vie pour ça

expliquait pour sa part Christophe Cattier.
Les anciens militaires sont bien sur privilégiés, mais des intellectuels, ouvriers, commerçants, fonctionnaires… postulent aussi.
Toutefois, les va-t-en-guerre passeront leur chemin, les témoignages des « anciens » de Dwekh Nawsha montrent que les Kurdes cantonnent les volontaires étrangers en seconde ligne, essentiellement pour éviter la mauvaise publicité que causerait la mort de l’un d’entre eux.
Mais s’ils n’apportent pas un soutien militaire décisif, ils sauvent l’honneur de la France et apportent un soutien moral aux victimes et aux ennemis de l’islamisme.



Père Najeeb Mickael

Avertissement des chrétiens d’Orient : « ouvrez les yeux avant qu’il ne soit trop tard dans votre pays ! »

21/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
Frédéric Pons, rédacteur en chef Monde à Valeurs Actuelles, de retour d’Erbil (Irak), fait part de ce qu’il a vu et des échanges avec les chrétiens d’Orient qu’il a eus sur place.

Pour les chrétiens d’Irak, la France est la cible directe de l’offensive de l’État Islamique (Daesh) et la situation ne peut que se détériorer. La comparaison avec ce qu’ils vivent montre que nous n’avons pas affaire qu’à des attentats isolés, mais que ceux-ci répondent à une vision d’ensemble.

Ils ont déjà vécu notre futur et cela fait frémir.

Nous mettons en regard cet avertissement avec la vidéo de l’ONG Save the Children, conçue pour attirer l’attention sur le sort des enfants en Syrie. Elle montre le destin d’une petite fille qui bascule peu à peu dans la guerre. Si elle nous rappelle le destin tragique des enfants en Syrie ou en Irak, elle illustre aussi à quel point une société paisible peut basculer facilement dans le chaos. À méditer…

Crédit photo : Capture d’écran de la vidéo de Valeurs actuelles : le Père Najeeb Mickael témoigne

Vu sur Twitter

Le PS crée une « commission de travail » sur le terrorisme

05/07/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
On ne se refait pas. Fonctionnaires dans l’âme, les ronds-de-cuir du PS, face à la menace terroriste… mettent en place une commission chargée de produire du vent.

Publié le
Bernard Lugan

Bernard Lugan : « Le drame, c’est que nous avons renversé les islams « sous contrôle »

Source : Boulevard Voltaire Un entretien avec Bernard Lugan qui analyse les raisons de l’expansion de l’islamisme

Comment analysez-vous les vagues de migrants qui déferlent en Europe et l’expansion de l’islamisme ?

Ce sont, entre autres raisons, les conséquences de décisions géopolitiques absurdes. Sous l’influence des États-Unis, les dirigeants occidentaux ont commis une suite d’erreurs fondamentales : Sarkozy et son ministre des Affaires étrangères BHL, ont fait tomber Kadhafi. La Libye, en pleine anarchie, est donc devenue l’entonnoir où s’engouffrent les flux qui, auparavant, étaient bloqués. On notera qu’a contrario, le Maroc, vieille monarchie, tient encore son rôle de barrage. D’autre part, l’expansion islamiste est favorisée parce que nous avons arrêté de soutenir les régimes durs « nationalistes ». On a lâché Ben Ali, alors que la « révolution » tunisienne n’était qu’une affaire de petits-bourgeois. On a ensuite tenté de faire chuter Assad en Syrie, comme on l’avait fait pour Saddam Hussein. Problème : ces dictateurs formaient un glacis empêchant l’islamisme universaliste de sortir de sa tanière. Heureusement, en Égypte, l’armée a joué finement, et a su reprendre le contrôle, après avoir laissé les islamistes se ridiculiser au pouvoir.

Est-il possible que l’État islamique se soit infiltré parmi ces « migrants » ?

C’est une certitude, nos services sont au courant. Des agents « dormants » sont déjà chez nous. Le drame, je vous le répète, c’est que nous avons renversé les islams « sous contrôle ». L’islam universaliste propose un rêve : le retour à la Oumma mythique des premiers siècles. Et les musulmans aiment qu’on leur raconte de belles histoires. Seul les nationalistes à la Nasser freinaient cette tendance. Daech veut détruire les « nations » arabes car ce concept même leur est odieux.

L’Iran a-t-il un rôle à jouer dans l’immense partie d’échecs ?

Absolument. Les chiites ne sont pas nos ennemis. Et il faut garder à l’esprit que nous vivons une lutte entre musulmans avant tout ! Un Iran puissant en finirait rapidement avec le Qatar ou l’Arabie saoudite, qui sont des régimes fantoches ayant financé le radicalisme sunnite. Un grand rééquilibrage est possible.

Propos recueillis par Joris Karl

Docteurs arméniens pendus à Alep en 1916. (par M. Hanay, CC via Wikimedia)

Il était une fois un génocide, par Hélios d’Alexandrie

Source : Poste de Veille – Hélios d’Alexandrie revient sur le génocide des arméniens et autres populations chrétiennes en Turquie. des rappels historiques précieux sur sur le sort des dhimmis en terre d’islam, qui trouve une résonance particulière avec l’actualité de cette région. Le même Etat qui hier perpétrait ce génocide soutient aujourd’hui DAESH dans sa volonté de « purification religieuse » de la région. 

Ils étaient de bons et loyaux sujets du Sultan ottoman, calife de son état, siégeant à la « Sublime Porte » dans la ville de Constantinople. Ils étaient chez eux, dans leur pays, ils appartiennent à une nation trois fois millénaire, fidèlement chrétienne depuis le quatrième siècle. Dans cet empire multiculturel, multiethnique et multiconfessionnel, ils parvinrent malgré leur foi qui leur interdisait l’accès aux postes de commandement, à réussir et à prospérer à force de sérieux et de travail. Comme ailleurs dans le monde islamique ils furent, de par leur statut de chrétiens, les pionniers et les accoucheurs de la modernité.

La résistance à l’oppression

Ils, ce sont les Arméniens, mais également, quoiqu’en nombre à peine moins grand, les syriaques, les Assyriens, les Chaldéens et les Grecs. Si les minorités chrétiennes opprimées réussissent beaucoup mieux que leurs oppresseurs musulmans, c’est que l’injustice et l’oppression sont comme un aiguillon qui les pousse à surmonter les obstacles, à relever les défis, à passer outre aux humiliations et à regagner leur fierté. Les minorités chrétiennes savent se rendre indispensables, leur secret c’est le savoir, la culture, l’ouverture à la modernité, les habiletés manuelles et techniques, le travail dans le silence, l’endurance, l’art précieux de produire la richesse, l’honnêteté, la droiture et la loyauté. Citoyens de seconde zone, mais exemplaires, que peut-on leur reprocher, si ce n’est de résister à leur manière contre le mépris ?

Survivre est également une autre facette de la résistance. Survivre à la haine religieuse et aux persécutions, rester fidèle à sa foi chrétienne, l’approfondir, la célébrer, répliquer à la haine par l’amour en suivant le chemin difficile tracé par les évangiles : « aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous persécutent ! » Dans un empire où ils ne détiennent aucun droit, où ils subissent des brimades au quotidien et sont soumis à l’arbitraire du Sultan, ils savent que rien ni personne ne les protégera le jour où l’autorité politique suprême donnera l’ordre de les annihiler. Ils auraient pu s’affranchir de cette épée de Damoclès suspendue au-dessus de leurs têtes durant cinq siècles, il leur suffisait de céder sur l’essentiel, de cesser d’être eux-mêmes, de s’identifier à leurs persécuteurs, de devenir musulmans comme eux. Quelques-uns cédèrent et obtinrent finalement la paix, mais une majorité écrasante est restée fidèle à la religion de ses ancêtres.

Lire la suite

Un responsable Unicef : une "épuration ethnique et religieuse" dans le Nord de l’Irak

Un responsable Unicef : une « épuration ethnique et religieuse » dans le Nord de l’Irak

02/07/2014 – ERBIL (NOVOpress via Agence Fides) – La vague de réfugiés qui fuient Qaraqosh et les autres villages chrétiens de la Plaine de Ninive sous la pression militaire des insurgés sunnites conduits par les islamistes de l’ État islamique en Irak et au Levant (EIIL) (drapeau en Une) a pris une tournure de catastrophe humanitaire. A Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien, la situation critique a été affrontée avec des organismes d’intervention internationaux et des initiatives d’assistance mises en chantier par les communautés chrétiennes.

« Pour le moment – explique à l’Agence Fides le médecin Marzio Babille, originaire de Trieste (Ialie) et responsable de l’Unicef pour l’Irak « dans la seule ville d’Erbil au moins 8000 réfugiés provenant de la Plaine de Ninive ont trouvé refuge dans des bâtiments publics ou communautaires. Ils ont été répartis entre 19 points d’accueil, en bonne partie concentrés dans le quartier d’Ankawa, principalement habité par des chrétiens. Les premiers arrivés semblaient littéralement terrorisés, après que leur ville avait été assaillie à coups de mortier. En tant qu’Unicef, depuis le début de l’urgence, nous assurons la distribution de biens et de services de première nécessité et, en particulier, nous avons institué deux centres pour l’enfance, où notre personnel s’occupe quotidiennement de plus de 700 enfants, garçons et filles, âgés de moins de 7 ans ».

Lire la suite

Un Califat islamique d'Irak et de Syrie ?

État islamique en Irak et au Levant : un Califat islamique d’Irak et de Syrie ?

17/06/2014 – BAGDAD (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Depuis quelques jours, la situation se dégrade fortement en Irak. Le mouvement islamiste : l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) a pris, entre autres la deuxième ville d’Irak, Mossoul. D’autres régions dans le nord et l’est ont été conquises par les djihadistes.
Carte en Une : en rouge zones contrôlées par l’EIIL en Syrie et en Irak ; en jaune zones réclamées par l’EIIL pour la création d’un Califat islamique de Syrie et d’Irak avec instauration de la Charia.

Les forces occidentales n’ont jamais réussi à pacifier l’Irak

Bien au contraire. Depuis 2003, et l’invasion de l’Irak par les forces menées par les Etats‑Unis lors de l’opération Iraqi Freedom, la situation s’est fortement dégradée. Le dictateur Saddam Hussein menait en effet une lutte contre les islamistes. Depuis, ces derniers ont repris des forces. Et le faible Etat fantoche irakien mis en place par les Américains n’a rien pu faire pour contrer l’avancée des djihadistes. La guerre menée par les islamistes se confond par ailleurs avec la lutte intestine entre sunnites et chiites. 1 700 chiites, également membres de l’armée de l’air, ont été massacrés par l’EIIL.

La réaction des Américains ne s’est pas faite attendre

Les troupes américaines avaient officiellement quitté le sol irakien, il y a maintenant deux ans et demi. Mais Barack Obama a annoncé n’exclure « Aucune option ». Un navire a déjà été envoyé dans le Golfe au cas où. Cinquante marines ont été dépêchés à l’ambassade américaine, qui pourrait être évacuée si la situation continuait à se dégrader. Le Pentagone a cependant ajouté qu’aucune troupe ne serait envoyée au sol. Des propos à prendre avec beaucoup de précautions.

Crédit carte : Wikipédia, (cc).

Offensive djihadiste en Irak : les chrétiens vont‑ils disparaître ?

Offensive djihadiste en Irak : les chrétiens vont‑ils disparaître ?

15/06/2014 – PARIS (NOVOpress via Kiosque courtois)
Après quelques jours d’une attaque extrêmement rapide, les combattants de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) sont à moins de 100 km de Bagdad. Ils ont pris plusieurs grandes villes dont Tikrit et Mossoul, deuxième ville du pays avec 1.5 million d’habitants. Les combattants contrôlent une grande partie du nord et de l’est de l’Irak, s’approchant des zones pétrolières de Kirkouk, sans avoir pour le moment attaqué la zone kurde.

Qui sont les combattants de l’EIIL et quel est l’enjeu du conflit ?

L’EIIL (drapeau en Une) est un groupe dissident d’Al‑Qaida connu pour sa sauvagerie et présent d’abord en Syrie avant de se retourner vers l’Irak. La facilité avec laquelle ils s’y déploient révèle la faiblesse de l’Etat irakien laissé en place par les Américains. Le gouvernement irakien a concentré le pouvoir dans les mains des chiites, et écarté les sunnites, notamment en licenciant les cadres de l’armée et de la police, dont certains ont aujourd’hui rejoint les rangs de l’EIIL. L’objectif des djihadistes est d’établir un califat sunnite englobant l’Irak, la Syrie voire plus. Le conflit pourrait donc s’étendre, et même prendre des proportions mondiales si l’Iran entre dans le conflit pour soutenir les chiites.

Lire la suite