Tag Archives: Estrosi

choregies_d_orange

De l’utilisation politique des subventions

14/03/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
Le ministère de la Culture envisage de suspendre sa subvention aux Chorégies d’Orange. En cause, le « coup de force » de la municipalité de Jacques Bompard (Ligue du Sud) sur le festival. Une décision en forme de vengeance politique.

Le ministère de la Culture a confirmé qu’il souhaite faire respecter « les règles de gouvernance » des Chorégies d’Orange et pourrait suspendre la subvention qui représente 6 à 7 % du budget du festival lyrique. « La ministre Audrey Azoulay constate qu’il y a une situation qu’elle considère comme anormale et, en accord avec Christian Estrosi (le président Les Républicains de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur), elle en tirera les conséquences en tout début de semaine », a déclaré à l’AFP un porte-parole du ministère. Audrey Azoulay et Christian Estrosi « ont échangé samedi sur le sujet et sur la conduite à tenir dans cette affaire »

En cause, le présumé « coup de force » de la municipalité sur la direction du festival. L’affaire remonte à janvier, lorsque le député Thierry Mariani avait annoncé sa démission de la présidence du festival. Selon les statuts de l’association, il revient à Marie-Thérèse Galmard, adjointe à la vie sociale à la mairie, d’assurer l’intérim de la présidence, avant que le conseil d’administration élise un nouveau président. Mais Marie-Thérèse entend rester à la présidence jusqu’à la fin du mandat de Thierry Mariani en 2018, selon le directeur général du festival, Raymond Duffaut, qui a annoncé vendredi sa démission pour dénoncer « ce coup de force ».

« On a une position simple : l’équipe dirigeante des Chorégies a été élue à l’unanimité. Le président démissionne et le texte dit que quand le président est empêché, c’est la vice-présidente qui préside », a pour sa part déclaré dimanche le maire d’Orange, Jacques Bompard. « Il y a un accord [avec le ministère] valable encore deux ans, donc (en menaçant de suspendre les subventions), la ministre affirme qu’elle méprise la loi », a-t-il ajouté. « Par ailleurs, est-ce que la ministre va rembourser toutes les subventions de la ville aux Chorégies depuis 20 ans ? » s’est-il interrogé.

Un bel exemple de chantage politique aux subventions et de l’alignement de Christian Estrosi sur les positions du PS à qui il doit sa victoire aux régionales.

estrosi

Mis devant ses contradictions, Christian Estrosi se couche

20/01/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)

Pour plaire aux manifestants de la Manif pour tous, Christian Estrosi avait nommé Catherine Grenier au conseil général sur les questions de famille. Son engagement pro-famille et contre l’avortement ayant été révélé par le lobby LGBT, le nouveau président de la région PACA rétropédale. On l’aurait mal compris, elle ne sera chargée que des questions intergénérationnelles et pas de la famille.

Faire de la politique semble donc réservé à certains courants d’opinion malgré le cri du réel et l’anniversaire contesté de la loi Veil.

Les 41 ans de la loi Veil ? c’était le 17 janvier 1975
La loi Veil a dépénalisé l’avortement.
Elle fut une véritable « boîte de Pandore », qui a initié toutes les dérives éthiques et morales actuelles en autorisant qu’il puisse être porté atteinte à la vie du plus faible, du plus innocent : l’enfant à naître dans le sein de sa mère.

L’IVG a un impact démographique considérable…
220 000 IVG ont lieu chaque année. Un avortement pour 4 accouchements. En 41 ans, c’est près de 9 millions d’enfants qui n’ont pas vu le jour… À cela s’ajoute la douloureuse réalité du traumatisme post-avortement que connaissent d’innombrables femmes.
On ne peut pas ne pas mettre en parallèle les 200 000 immigrés qui, chaque année depuis 40 ans, entrent en France. Ce double phénomène permet le « Grand Remplacement », selon l’expression de Renaud Camus.

Néanmoins, la culture de mort continue son offensive
La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé vendredi 15 janvier que l’intégralité des actes liés à un avortement (consultations, analyses, échographies…) sera remboursée à 100 % à partir du 1er avril.
Cela n’est pas le cas, par contre, pour les femmes qui poursuivent leur grossesse. Par exemple, les 2 premières échographies ne sont remboursées qu’à 70 % !
Aucune véritable mesure de prévention de l’avortement n’est envisagée. Au contraire, la ministre va supprimer d’ici l’été le délai de réflexion de sept jours exigé pour une femme souhaitant un avortement.

Note positive, selon un sondage IFOP, 25 % des Français restent hostiles à l’avortement sans limites
Et ce malgré le matraquage progressiste quasiment quotidien.
Enfin, ce que ne disent pas ces sondages, ce sont les protestations de jeunes filles pauvres contraintes d’avorter sous la pression de leurs parents ou de leur « copain ». Ce que ne disent pas non plus les sondages, c’est le recul du nombre de médecins acceptant de pratiquer un avortement.


Nice : plus forte implication de Philippe Vardon pour les élections municipales

Nice : plus forte implication de Philippe Vardon pour les élections municipales

23/01/2013 – 10h00
NICE (NOVOpress) – Comme nous vous l’avions indiqué précédemment, l’opposition de droite à Christian Estrosi connaît pas mal de changements ces jours derniers.

Premier changement important et non des moindres, ceux qui concernent Nissa Rebela. Lors de la galette des rois et des vœux prononcés vendredi dernier, Philippe Vardon a indiqué se « mettre en retrait de la direction courante de Nissa Rebela et de la confier à notre Secrétaire Général Benoît Loeuillet. » Raisons de ce « retrait » ? « Tant mon implication désormais TOTALE dans la préparation des municipales – et notre volonté que les identitaires soient prêts à y participer tout aussi totalement, quelle que soit la configuration – que le réel boum que nous connaissons depuis septembre nous ont poussé à réorganiser notre direction. »

Lire la suite

[Exclusivité NOVOpress] quand des militants UMP créent un faux site FN-Nice pour attaquer une candidate du Rassemblement Bleu Marine !

[Exclusivité NOVOpress] quand des militants UMP créent un faux site FN-Nice pour attaquer une candidate du Rassemblement Bleu Marine !

07/06/2012 — 09h30
NICE (NOVOPress) — Depuis hier, divers comptes plus ou moins anonymes sur twitter tentent de faire connaitre le site www.fn-nice.com.

S’ouvrant sur un sondage étonnant, semblant d’emblée s’attaquer à la notoriété de la candidate du FN-Rassemblement Bleu Marine dans la 5ème circonscription des Alpes-Maritimes (elle est évoquée entre Jacques Peyrat, l’ancien maire de Nice, et Philippe Vardon, président de Nissa Rebela et membre de la direction du mouvement identitaire), le site reprend les codes esthétiques des sites officiels du Front National. Un compte youtube FN-Nice a même été créé pour l’occasion.

On comprend pourtant très vite qu’il est en fait question pour ce site de s’en prendre à la candidature de Danielle Cardin, présentée comme « une candidate loin de chez nous ». Il est vrai que la malheureuse n’a pas hésité dans la presse à revendiquer son statut de « parachutée » dans la circonscription (un petit saut, elle vient des alentours de Grasse, mais qui compte terriblement dans un territoire aussi enraciné que le haut-pays niçois), et que les interventions vidéos reprises sur le site sont assez déconcertantes. Les autres candidats lui étant opposés dans le débat, les journalistes de Nice Matin et Radio France Bleu Azur, et même l’ensemble de la rédaction de NOVOpress cherchent encore à comprendre ce qu’elle a voulu expliquer concernant le logement social

Cette candidate a finalement été préférée par la direction du Front National à celle de Philippe Vardon, qui avait demandé le soutien du FN (dans le cadre du Rassemblement Bleu Marine). Las, ne souhaitant pas favoriser la candidature de Christian Estrosi en maintenant la sienne, Philippe Vardon avait décidé dans un geste élégant et responsable de se retirer de la course, concentrant son énergie « à soutenir le rassemblement là où il est une réalité effective : dans la 1ère circonscription avec la candidature de Jacques Peyrat ».  Il participe depuis à dynamiser la campagne de Jacques Peyrat, tant sur le terrain que dans le cadre de différentes réunions publiques dans les quartiers niçois.

Cité dans le sondage d’accueil – et même trois fois sur la page centrale du site – de FN-Nice, Philippe Vardon est ici largement instrumentalisé. Se basant sur tout cela, des esprits tordus auraient certainement pu imaginer que le site en question était une vengeance interne au FN, ou même provenait des rangs identitaires. Il n’en est pourtant rien. NOVOpress est en mesure de vous révéler que ce site a été créé par un militant UMP, des Jeunes Populaires précisément, jouissant d’une certaine proximité avec plusieurs élus des Alpes-Maritimes.

Une simple recherche « who is » permet d’identifier la personne ayant déposé le nom de domaine www.fn-nice.com. Il s’agit d’un certain Alexandre Ajacques.

Poursuivant les investigations (à l’aide d’un simple ordinateur et d’une connexion internet, toutes les informations de cet article étant publiques), on peut découvrir grâce à Twitter et Facebook qu’Alexandre Ajacques est en fait un militant des Jeunes Populaires des Alpes-Maritimes.  Un militant très actif puisqu’on peut le voir dans plusieurs réunions (et même carrément sur la scène) , collant des affiches, ou aux côtés de ses dirigeants (avec Eric Ciotti, Benjamin Lancar, Lionnel Luca ou Christian Estrosi). Il est aussi un fervent propagandiste de ses « héros » sur les réseaux sociaux.

Alexandre Ajacques, « propriétaire » du site, aurait-il été aidé dans sa conception par un autre militant des Jeunes Populaires ? Anthony Bressi semble avoir le profil tout indiqué, lui qui se définit sur son compte twitter comme « Développeur web / Infographiste / Community Manager / Présent sur Twitter sous de multiples identités… ». Un geek en somme, qui semble bien être le tout premier à avoir annoncé l’existence du site www.fn-nice.com, pile au même moment que le compte Twitter « Madame Michu » désormais célèbre relai de l’UMP.

Sur les réseaux sociaux toujours, Alexandre Ajacques n’hésite pas à se faire le zélé défenseur de ses chefs, s’en prenant à ceux qui les égratignent… et par exemple à Philippe Vardon ! Dont il semble pourtant si amoureux quand il s’agit de l’utiliser pour dénigrer Danielle Cardin.
Il semble, à en croire les photos, très proche de Christian Estrosi puisqu’on peut les voir partager des moments de complicité comme une petite partie de baby-foot. Alexandre Ajacques – militant UMP et propriétaire du faux site www.fn-nice.com rappelons-le – apparaît aussi comme un proche de Marine Brenier, jeune conseillère municipale de Nice et responsable des Jeunes Populaires 06.

Si proche, qu’elle fut aussi parmi les premières à « retweeter », c’est-à-dire à relayer donc, l’existence du site www.fn-nice.com et les propos de Mme Cardin que celui-ci rapporte.

Arrivés à ce stade de notre « enquête », il est clairement établi que ce site a été réalisé par un ou des militants de l’UMP pour plomber un peu plus la candidature de Danielle Cardin (FN) dans la 5ème circonscription, et donc favoriser celle de Christian Estrosi. Nous avons aussi établi qu’il existait entre le propriétaire de ce site, Alexandre Ajacques, et Christian Estrosi ou Marine Brenier une proximité évidente. Que celle-ci (conseillère municipale de Nice, avec une délégation, et conseillère métropolitaine tout de même) ait elle-même relayé très rapidement le faux site ne laisse que peu de doutes sur le fait qu’elle en connaisse l’origine.

Alors que l’affaire des faux-vrais tracts de Mélenchon à Hénin-Beaumont ne cesse de faire l’actualité, il serait désormais de bon ton que Marine Brenier et surtout Christian Estrosi s’expliquent sur l’affaire du faux-vrai site FN de Nice !

Jean Gastaud

PS : Lorsqu’il avait appris que le FN ne soutiendrait pas sa candidature et préférait envoyer Danielle Cardin, Philippe Vardon avait écrit : « Christian Estrosi doit en être ravi ». Interrogeant ce dernier, le quotidien Nice Matin lui avait demandé voici quelques jours : « Philippe Vardon, de Nissa Rebela, a renoncé à vous affronter au profit d’une candidate du FN parachutée : c’est un bonus pour vous ? ». Il semble bien que les attaques de l’UMP contre le FN, relayées par ce faux site, confirment cela. Dans cette campagne, la candidature de Danielle Cardin aura bien été une chance pour Estrosi.

Affaire Takieddine : après Copé et Hortefeux… Estrosi [vidéo]

Affaire Takieddine : après Copé et Hortefeux… Estrosi [vidéo]

14/10/2011 – 15h15
NICE (NOVOpress) – C’est Nissa Rebela qui le rappelle : le député-maire de Nice Christian Estrosi fait également partie du cercle d’amitiés du sulfureux Takieddine.

Ziad Takieddine est l’un des intermédiaires de la tragique affaire de Karachi (où tout tend à démontrer que c’est l’absence de versement de rétrocommissions occultes aux militaires pakistanais qui serait à l’origine de l’attentat ayant coûté la vie à 14 personnes dont 11 Français le 8 mai 2002).

Ziad Takieddine est également connu dans les Alpes-Maritimes, puisque comme l’indique Nissa Rebela en reprenant la fiche Wikipédia, il « était depuis le début des années 1980 le gérant de la station de sports d’hiver Isola 2000. Il y avait fait la connaissance entre autres de François Léotard, qui deviendra ministre de la Défense en 1993 alors que le contrat Sawari traînait en longueur depuis quatre ans, parce que les Saoudiens, justement, voulaient un “contrat propre”. C’est alors que Ziad Takieddine est devenu leur conseiller. »

Or, avant de devenir député-maire de Nice, Christian Estrosi a été président du conseil général et, selon Nissa Rebela, « homme fort des vallées niçoises ».

Mais surtout, le magazine Complément d’enquête (extraits ci-dessous repris dans le Zap Télé) montre Ziad Takieddine et Christian Estrosi comme larrons en foire.

Vraiment une sale période pour la “Sarkosie”…


Zapping télé du 12 octobre 2011 par zap-tele

[box class= »info »]Phto : capture d’écarn du magazine “Complément d’enquête”[/box]

Pour Nissa Rebela, les Niçois en assez d'être un simple enjeu dans la carrière parisienne d'Estrosi

Pour Nissa Rebela, les Niçois en ont assez d’être un simple enjeu dans la carrière parisienne d’Estrosi

29/07/2011 08h00
Nice (NOVOpress) –
Alors que les problèmes ne cessent de s’accumuler dans sa ville, le maire de Nice, Christian Estrosi, préfère jouer les chevaliers blancs de l’anti-Front national en organisant un réunion publique le 11 septembre prochain contre les journées d’été de Marine Le Pen qui se tiendront tenant à Nice cette période-là.

Pour Nissa Rebela, “Les Niçois en ont assez d’être un simple enjeu dans le plan de carrière parisien d’Estrosi, qui ne cherche ici qu’à faire une ridicule démonstration de force. Non pas face à Marine Le Pen, mais en réalité dans un enjeu interne à son parti. Christian Estrosi est dans un conflit ouvert avec Jean-François Copé et n’a pas manqué de rappeler ces derniers jours qu’il dirigeait la deuxième fédération UMP de France.”

De plus, “si le maire de Nice avait vraiment voulu jouer la confrontation, il pouvait profiter du passage de Marine Le Pen pour lui proposer un débat
qui aurait certainement intéressé de nombreux Niçois. Mais quand on songe qu’il fuit ne serait-ce que quand il nous croise sur un marché et que notre présence au Conseil municipal (voir encore la semaine dernière…) est toujours vécue avec angoisse, il y avait peu de chances qu’il se lance dans une telle aventure”
, précise Nissa Rebela.

D’autant que “les Niçois savent bien comment l’UMP remplit ses réunions. Quand on attribue des marchés, quand on subventionne des associations, et surtout quand on dirige les trois principales collectivités locales (ville de Nice, département, Communauté urbaine), on ne peine pas à trouver du monde pour occuper les chaises, fussent-ils des employés. Tout le monde ici sait bien que dans le cadre des meetings de l’UMP il ne faudrait pas parler d’invités, mais plutôt de ‘convoqués’”, indique Nissa Rebela.

Nissa Rebela voit quand même un motif à se “réjouir” de cette “gesticulation grotesque” de Christian Estrosi. En effet, “Estrosi ne pourra pas se rendre à New York pour les commémorations des attentats du 11 septembre 2001. Rappelons que son déplacement dans cette ville en janvier 2008 avait coûté 138 000 euros aux contribuables !”

Philippe Vardon et l'Entente Républicaine s'insurgent contre la trahison d'André Chauvet

Philippe Vardon et l’Entente Républicaine s’insurgent contre la trahison d’André Chauvet

11/07/2011 – 15h10
NICE (NOVOpress) – Comme NOVOpress vous l’annonçait en exclusivité dès ce matin, l’élu de Nice André Chauvet, l’un des deux représentants de l’Entente Républicaine (le parti local de Jacques Peyrat, l’ancien maire de Nice), a entériné ce matin son rapprochement avec la majorité UMP de Christian Estrosi. Il a en effet été nommé pour une délégation en tant que représentant du conseil municipal auprès de l’Opéra de Nice. Maigre récompense pour une trahison dans les règles… Si André Chauvet n’a pas encore officialisé son ralliement total à la majorité, et donc la fin du groupe Entente Républicaine (ne restant plus qu’un seul élu sur les onze entrés en 2008 ! ), on s’attend à ce que cela se fasse lors du prochain conseil.
Ce matin, une dizaine de représentants et militants de l’Entente Républicaine, accompagnés du dirigeant identitaire niçois Philippe Vardon, assistaient au conseil municipal et ont symboliquement quitté la salle lors de l’annonce des nouvelles fonctions d’André Chauvet. Lui tournant le dos tout comme lui le tourne aux milliers d’électeurs qui avaient voté pour la liste Peyrat en choisissant une alternative – de droite – au sarko-estrosisme.
Notons que Jean-Claude Mari, dernier élu peyratiste du conseil municipal et beau-frère de l’ancien maire, a voté contre cette nomination, alors même qu’il siégeait encore à côté d’André Chauvet. Christian Estrosi s’est offert la peau d’un opposant à peu de frais, André Chauvet lui ayant à plusieurs reprises causé des soucis par ses actions en justice contre les décisions de la ville de Nice.

Nice : Estrosi s'offre l'un des deux derniers conseillers municipaux peyratistes

Nice : Estrosi s’offre l’un des deux derniers conseillers municipaux peyratistes

11/07/2011 – 10h15
NICE (NOVOpress) – L’élu de Nice André Chauvet, l’un des deux représentants de l’Entente Républicaine (le parti local de Jacques Peyrat, l’ancien maire de Nice), devrait annoncer ce matin lors du conseil municipal qu’il rallie la majorité UMP de Christian Estrosi. Il ne resterait alors plus qu’un seul élu – Jean-Claude Mari – ayant obtenu son siège en étant candidat sur la liste de Jacques Peyrat à ne pas voir cédé aux sirènes estrosistes. Il s’agit du propre beau-frère de Jacques Peyrat ! Ce sont 11 élus qui étaient entrés sous les couleurs de l’Entente Républicaine en mars 2008, et ce sont donc 10 d’entre-eux qui ont oublié que les Niçois les avaient justement élus en se prononçant pour une alternative – de droite – à Christian Estrosi et son équipe.

Ce qui a pu pousser André Chauvet à trahir ainsi son ami Jacques Peyrat (il y a encore quelques semaines, Peyrat retrouvait son activité d’avocats et installait son bureau dans les locaux de son collègue Chauvet) ? Les rumeurs vont bon train dans les rues du Vieux-Nice, et ne sont pas à la gloire d’André Chauvet. Nous devrions en savoir plus dans la journée ou les jours à venir.

Interrogé par NOVOpress ce matin, Philippe Vardon – président de Nissa Rebela qui a conclu un accord avec Jacques Peyrat lors des élections cantonales, en vue d’une liste commune aux prochaines élections municipales – nous déclarait : « Pour vouloir saborder de la sorte un groupe composé de seulement deux élus, Christian Estrosi doit être bien fébrile. Il a bien raison ! Car les conseillers municipaux que nous ferons élire et qu’il devra affronter lors de la prochaine mandature, il ne pourra les acheter d’aucune manière ! »