Tag Archives: Espagne

eglise_de_notre_dame_de_carmen

Des PADAMALGAM / Kazisolés/ déséquilibrés vandalisent une église au sud de l’Espagne

05/11/2015 – MONDE (NOVOpress)
Des PADAMALGAM / Kazisolés/ déséquilibrés vandalisent une église au sud de l’Espagne au cri de Allahu Akbar, ce qui doit vouloir dire « nous sommes des chances pour l’Espagne ».

La police espagnole est à la recherche d’extrémistes musulmans qui ont vandalisé lundi dernier l’église de Notre Dame de Carmen dans la ville de Rincon en Andalousie avec des tags au nom d’Allah et en détruisant des crucifix et des statues sacrées.
Le clergé local du diocèse de Malaga a déclaré que cette action ne devait pas discrimer la population musulmane de la région et a également appelé au « respect et à la fraternité entre les différentes communautés religieuses ».
L’Andalousie a connu une augmentation significative de sa population musulmane ces dernières années.
Un Marocain avait déjà été arrêté le mois dernier, pour avoir tenté d’endommager une statue de la Vierge Marie. La police a affirmé que l’homme de 27 ans a lancé un pavé vers la statue tout en scandant Allahu Akbar, qui signifie « Dieu est grand ».


manif independance catalogne 02

La Catalogne bientôt indépendante ?

04/08/2015 – MONDE (NOVOpress)
Le président de la Catalogne espère transformer les élections régionales anticipées en plébiscite sur l’indépendance de la région à moyen terme.

Les indépendantistes catalans veulent jouer le tout pour le tout. En anticipant d’un an les élections régionales, dont la date a été fixée lundi au 27 septembre, le président catalan, Artur Mas, espère accélérer le processus vers une souveraineté irréversible.
Bien que le texte d’organisation des élections régionales se garde de toute référence à l’indépendance, le président espère une sorte de feu vert en vue d’obtenir à moyen terme la sécession de la région, qui pèse 20 % du PIB national.

Madrid, qui s’oppose farouchement au processus indépendantiste, n’a cessé, par l’intermédiaire des tribunaux, de faire avorter les différentes initiatives de l’Exécutif catalan, dont le référendum d’autodétermination.
Interdit par Madrid et sans valeur légale, le scrutin du 9 novembre 2014 avait obtenu 80 % de « oui » pour l’indépendance, pour 40 % de participation. Un bon score pour un scrutin libre.
Artur Mas, le président de la région, a assuré à l’avance que le décret d’organisation des élections régionales serait « juridiquement inattaquable », mais

Politiquement, l’élection constituera un plébiscite pour la liberté et la souveraineté de la Catalogne

a-t-il annoncé.
Lire la suite

Risque élevé d’attentat terroriste djihadiste en Espagne

10/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
« Nous sommes au niveau d’alerte maximum depuis les attentats du 11 mars 2004 à Madrid », qui firent 191 morts et 2.000 blessés, affirme le ministre espagnol de l’Intérieur Jorge Fernandez-Diaz, jugeant que la « menace djihadiste » place la situation sécuritaire à son niveau « le plus critique » depuis les attentats du 11 mars 2004.

Bravo les frères Kouachi : le terrorisme cela paye ! - par Jean-Yves Le Gallou

Risque terroriste : la France au niveau de la Somalie

09/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Le ministère des affaires étrangères britannique présente sa carte des risques d’attaques terroristes dans le monde. La France est en bonne compagnie, avec la Tunisie, la Somalie ou le Pakistan.

Deux semaines après l’attentat djihadiste de Sousse, en Tunisie, qui a laissé le Royaume-Uni sous le choc de ses 30 victimes britanniques (sur 38), le ministère des affaires étrangères britannique réévalue le risque terroriste visant ses ressortissants à travers le monde.

Le système de classement est sommaire, avec son échelle à 4 niveaux d’intensité de menaces terroristes : « basse », « sous-jacente », « générale » et « haute » et pour le Foreign & Commonwealth Office, on a vite fait de se retrouver dans le peloton de tête :
la moitié nord du continent africain et la grande majorité des pays moyen-orientaux sont classés dans la catégorie la plus à risques. Selon le classement, seuls le Koweït, l’Iran, la Jordanie et les Émirats arabes unis ne sont pas classés en menace « haute ».
On y trouve aussi des pays a priori plus « fréquentables » comme la Thaïlande et l’Australie, la France, le Royaume-Uni, la Belgique et l’Espagne.

Au niveau en dessous, figure l’Allemagne, tandis que plusieurs pays d’Europe de l’Est — Pologne, Hongrie ou République tchèque — obtiennent le classement le plus favorable. Quelques pays seulement échappent à une classification négative, parmi lesquels l’Islande, la Corée du Sud ou la Bolivie.



http://bcove.me/2zzsm99x

Vu sur Twitter

Les communistes 2.0 de Podemos

05/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Une excellente analyse du mouvement Podemos par l’essayiste espagnol Javier Portella, publiée chez nos confrères de Polémia : à lire !

Publié le
Chard-Présent-8368

Décevant Felipe VI (Présent 8368)

04/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)

Bien sûr, Sa Majesté a fait cette véritable déclaration d’amour à notre pays. Bien sûr, elle a émis le souhait de voir se maintenir en Europe « une France sûre d’elle-même, fidèle à ses valeurs et déterminée à les défendre ». Bien sûr encore, elle s’est engagée à ce que nos deux pays avancent « main dans la main »… Mais comment pardonner à Felipe VI, dont le père n’a dû son trône qu’à Franco, d’avoir rendu hommage aux Républicains espagnols en participant à l’inauguration du Jardin des combattants de la Nueve ?

Un roi très républicain8368-Une
Il est vrai que l’intervention du monarque dans l’enceinte même du Palais Bourbon avait fait grincer des dents quelques nostalgiques de la guillotine. Une grogne cependant vite ensevelie sous les nombreux applaudissements qui ont ponctué le discours de Felipe VI.
S’exprimant dans un français impeccable, le roi devait d’abord se souvenir que son père avait été le premier souverain étranger invité à prononcer un discours dans cette enceinte en octobre 1993, et, ce faisant, rappeler que par ce geste, la France et l’Espagne avaient alors exprimé « leur loyauté sans faille envers des valeurs que nos deux nations partagent : la défense de la liberté, le respect et la promotion des droits de l’homme, l’équité sociale et le respect de la justice ».

Après quoi, Felipe VI devait exprimer à notre pays sa « reconnaissance face à la leçon de fermeté et de dignité dont ont fait preuve le peuple français et ses institutions lors des tragiques attentats » de janvier. « Les Espagnols, devait-il préciser, savent très bien ce que le peuple français a subi (…), car pendant des décennies, nous avons subi et combattu le terrorisme, et grâce à votre aide, nous l’avons vaincu ». Et le roi d’ajouter : « Je vous assure ici et maintenant que face à toute agression, l’Espagne sera à vos côtés ».

Puis, évoquant longuement l’Europe et la crise économique qui la bouleverse, Felipe VI devait déclarer qu’« en tant qu’ami et admirateur de votre pays, je tiens à vous dire que sans la France, il n’y a pas d’Europe. Sans une France sûre d’elle-même, fidèle à ses valeurs et déterminée à les défendre, l’Europe et le monde perdraient (…) une référence fondamentale. Voilà pourquoi nous voulons plus de France. Pour nous rappeler que la liberté, la fraternité et l’égalité ne sont pas une évidence, mais que nous devons lutter chaque jour pour les préserver ».

Une injure au Caudillo
Bref, un discours mêlant bon et mauvais, et qui n’aura pas suffi à chasser de notre mémoire l’hommage que le souverain avait rendu le matin même aux Républicains espagnols de la Nueve. Lui, dont le père n’a dû son trône qu’à la volonté de Franco, et règne donc aujourd’hui sur l’Espagne grâce au Caudillo, devait non seulement accepter de participer à cette cérémonie orchestrée par Anne Hidalgo, mais y expliquer en outre que ce jardin sera le symbole de… « la liberté et de la tolérance » ! A croire que l’ingratitude coule dans le sang des Bourbons d’Espagne.

Franck Delétraz

Espagne : Pour les clandestins, les immigrationnistes se mettent à poil

Espagne : Pour les clandestins, les immigrationnistes se mettent à poil

15/04/2014 – ESPAGNE (NOVOpress)
C’est leur manière de protester contre les expulsions des clandestins africains qui prennent d’assaut l’enclave espagnole de Melilla, une des principales portes pour l’invasion de l’Europe – ils voudraient qu’on les fasse tous rentrer.

Trois militants du groupe espagnol Pallasos en Rebeldía (« Clowns en Rébellion ») ont escaladé une des clôtures de Melilla et se sont déshabillés devant le Centre d’accueil temporaire pour clandestins (photo).

Les immigrationnistes ont expliqué qu’ils voulaient protester ainsi contre « l’injustice et la violation des droits des immigrés » et, plus généralement, contre « l’aberration » que constituent, selon eux, toutes les frontières dans le monde.

Les immigrationnistes ont fièrement posté leurs photos dénudées sur Facebook et Twitter et ont également mis en ligne une vidéo :

Peut-on espérer que le spectacle serve à dissuader les Africains ?

Crédit photo : DR.


 

Des manifestations contre l'islam interdites en Espagne, « pourraient poser un risque grave pour la sécurité publique »

Des manifestations contre l’islam interdites en Espagne, « pourraient poser un risque grave pour la sécurité publique »

27/01/2015 – MADRID (NOVOpress) – Les gouvernements autonomes de Madrid et Valence ont interdit les manifestations anti-islamisation en face des deux des plus grandes mosquées du pays.

Un groupe inspiré par le mouvement allemand PEGIDA et un groupe identitaire appelé Alianza Nacional ont essayé d’organiser une manifestation en face de la plus grande mosquée de Madrid, mais le Bureau régional du ministère de l’intérieur espagnol leur a demandé de ne rien faire vendredi dernier en disant qu’une telle marche « pourrait poser un risque grave pour la sécurité publique. »

PEGIDA, abréviation allemande pour « Patriotiques Européens contre l’Islamisation de l’Occident » a ouvert plusieurs comptes de réseaux sociaux en Espagne. La branche espagnole de l’organisation a créé un compte Twitter qui a déjà près de 1500 abonnés .

L’une des publications du groupe indiquait que « l’islam n’a pas sa place dans des sociétés libres et démocratiques comme en Europe ». La branche espagnole de PEGIDA a également mis en ligne une peinture représentant l’expulsion des arabes de Grenade en 1492 avec le commentaire suivant :« Nous l’avons fait il y a 400 ans, nous le referons à nouveau ».

Source : Morocco World News

La Grande mosquée de Madrid, lieu de recrutement pour le jihad de l'Etat Islamique

La Grande mosquée de Madrid, lieu de recrutement pour le jihad de l’Etat Islamique

07/01/2015 – MADRID (NOVOpress via Observatoire de l’islamisation)
Largement commenté dans la presse espagnole, le démantèlement d’une filière jihadiste au sein même de la grande mosquée de Madrid (photo) inaugurée en grande pompe par le roi Juan Carlos d’Espagne et le roi Fadh d’Arabie Saoudite en 1992, fait couler de l’encre outre-pyrénées. Mais ce qui se passe dans la plus grande mosquée d’Europe n’intéresse pas les médias français.

Une brigade de l’Etat Islamique dénommée Al-Andalus et dirigée par un ancien prisonnier de Guantanamo vivant en Espagne, Lahcen Ikassrien, a été mise à jour par le juge anti terroriste Pablo Ruz. La très officielle mosquée de Madrid appartenant à la Ligue islamique mondiale, bras prosélyte de l’Arabie Saoudite, était un lieu de rendez-vous privilégié pour endoctriner les recrues dont certaines sont déjà mortes sur le terrain entre la Syrie et l’Irak. Un membre de la cellule est imâm dans la ville voisine de Yunquera de Henares où il donnait les cours de coran aux enfants de la communauté rapporte El Pais.

La cafétéria était ouvertement le lieu où les islamistes s’entretenaient avec des adeptes de plus en plus nombreux, au sein de l’établissement qui accueille 2000 personnes le vendredi pour la prière. La cafétéria a été fermée par la police en décembre dernier suite à l’affaire.

Lire la suite

Le spectre de l’indépendance catalane continue d’inquiéter Madrid

Le spectre de l’indépendance catalane continue d’inquiéter Madrid

11/11/2014 – BARCELONE (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
La tentative de référendum indépendantiste, pourtant suspendue par le tribunal constitutionnel espagnol, a eu lieu dimanche en Catalogne. Le gouvernement central s’est attaché à réduire l’impact de l’événement en le présentant comme un acte de mobilisation indépendantiste, sans aucun caractère légal ni officiel. L’absence de listes, de commission électorale ou de lieu de vote officiel pour le non semble plaider en faveur du caractère peu orthodoxe de cette consultation, mais le ministre de la justice espagnole a pourtant déclaré que « personne ne s’opposerait à l’exercice de la liberté d’expression des citoyens ». Le souci était d’éviter à tout prix l’image d’un gouvernement espagnol antidémocratique, saisissant les urnes et violentant le processus de vote. Un peu plus de 5 millions de personnes étaient attendues lors de la consultation. Pour les indépendantistes, le processus est surtout symbolique et devait permettre de mobiliser les militants favorables à l’indépendance. Le principal résultat devait donc être le taux de participation.

Plus de 80 % des citoyens ayant participé au vote symbolique se sont prononcés en faveur de l’indépendance, selon les résultats provisoires diffusés dans la nuit de dimanche à lundi. Sur les 2 millions de votants, 1,6 million de personnes ont voté en faveur de l’indépendance de la Catalogne. Quelques 5,4 millions de Catalans pouvaient en théorie participer à cette consultation, ce qui invite donc à relativiser la portée du vote.

Il est certain que le bras de fer a été d’autant plus fort que les forces en présence étaient fragilisées. Artur Mas, président catalan, était affecté par des soupçons d’évasion fiscale, tandis que le Parti populaire de Mariano Rajoy était lui aussi éclaboussé par des scandales. Par ailleurs, les élections européennes de mai 2014 avaient marqué un fort recul des deux grands partis de gouvernement, pour le plus grand bénéfice de la gauche radicale de Podemos, issue du mouvement des Indignés. Refusant tout dialogue, Mariano Rajoy s’est peut-être révélé moins habile que son homologue britannique David Cameron vis-à-vis de l’Ecosse.

Crédit photo : Pere prlpz via Wikipédia (cc).

Des musulmans protestent contre les actes de l'Etat islamique en brûlant son drapeau

L’Etat islamique appellerait à une reconquista à l’envers

09/09/2014 – MADRID (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Des djihadistes de l’Etat islamique appellent à reconquérir la péninsule ibérique, qui fut sous domination musulmane de 711 à 1492. Dans une vidéo récente, les islamistes clament qu’ils ne cesseront pas tant qu’ils n’auront pas récupéré Al‑Andalus. « Les bombardements ne cesseront pas tant que la croix n’aura pas été détruite, les porcs assassinés et la loi islamique établie. Nous rétablirons l’islam par la coercition, en vous rouant la face de coups et en vous coupant la tête. »

De leur côté les autorités marocaines ont prévenu la police espagnole que certains des djihadistes partis commettre leurs exactions barbares en Syrie et en Irak sont sur le chemin du retour et pourraient chercher à pénétrer en Espagne par les frontières des enclaves espagnoles en Afrique du Nord.

Nouvelle profanation haineuse des Femen aux cris de « L’avortement c’est sacré »

Espagne : profanation haineuse des Femen aux cris de « L’avortement c’est sacré »

Deux militantes de Femen Espagne se sont enchaînées vendredi dernier, à 9 h 30 du matin, à un crucifix dans le chœur de la cathédrale de la Almudena de Madrid. La police est intervenue rapidement et les deux militantes enchainées au crucifix ont été mises en examen pour délit d’atteinte au sentiment religieux et délit de profanation. Lire la suite : christianophobie.fr

Photo du jour : los Picos de Europa (Espagne)

Photo du jour : los Picos de Europa (Espagne)

07/06/2014 – SANTANDER (NOVOpress) – Les pics d’Europe (en espagnol : Picos de Europa, souvent appelés Los Picos), massif le plus élevé de la cordillère Cantabrique, sont situés entre les provinces des Asturies, León et la Cantabrie, à une trentaine de kilomètres de la mer. Ils culminent au Torre de Cerredo, à 2 648 m. Pour les marins venant de l’ouest sur l’Océan Atlantique qui naviguaient à vue, Los Picos étaient les premières terres visibles à l’horizon, ce qui explique l’origine du nom. Les Pics d’Europe ont vu se dérouler à l’été 722 la bataille de Covadonga, qui opposa le califat omeyyade au royaume des Asturies. La victoire asturienne marque le début traditionnel de la Reconquista, qui s’étalera sur plusieurs siècles.

Source : Wikipédia

Crédit photo : max_westby via Flickr (cc)

Abdication, monarchies et allongement de la durée de vie

Abdication, monarchies et allongement de la durée de vie

L’abdication n’est pas une démission

« Le roi est mort, vive le roi ». La formule a peut-être fait son temps. En effet la monarchie a le mérite d’évoluer et de s’adapter pour survivre et assurer son rôle essentiel, la continuité de la nation au-dessus des partis.

Aujourd’hui, avec l’allongement de la durée de la vie, les souverains qui meurent dans leur lit le feront à des âges très avancés. Le sang neuf  lui-même sera déjà bien âgé quand il montera sur le trône. L’abdication du roi d’Espagne après celle du pape montre que les souverains, seraient-ils pontifes, prennent la mesure du changement. Le changement de génération, l’indispensable renouvellement, ne peut plus attendre la mort. Le  geste de Juan Carlos (dessin en Une) sera sans doute imité de plus en plus souvent, à l’exception notable sans doute de la reine d’Angleterre.

Quand les rois mouraient à 40 ans, leurs enfants de 18 ans ou bien plus jeunes prenaient la relève. Certes il y avait de longs règnes mais pas, sauf à de rares exceptions, de règnes interminables. Et puis du temps de Ramsès II ou de Louis XIV, c’est le monarque qui faisait l’époque. Aujourd’hui les souverains qui ont fait leur temps sont trop décalés. Pour maintenir, il faut tout changer pour que rien ne change comme l’expliquait « Le Guépard » et cela passe maintenant  dans notre monde de communication, par la personne et l’image du roi. Et puis, c’est vrai qu’un jeune souverain ne peut pas être déjà vieux….  Si Alexandre était monté sur le trône à 60 ans, il n’aurait sans doute pas conquis le monde.

Lire la suite