Tag Archives: élections

Le Front national et l’islam : un sujet à risque pour le parti de Marine Le Pen, par Didier Beauregard

Le Front national et l’islam : un sujet à risque pour le parti de Marine Le Pen, par Didier Beauregard

« Les enquêtes d’opinion montrent sans exception que le vote Front national est d’abord motivé par des raisons identitaires et sécuritaires qui l’emportent largement sur les thèmes économiques mis en avant dans le programme actuel du parti, tels la sortie de l’euro ou le protectionnisme “intelligent” ».

La question identitaire est désormais plantée au cœur du débat politique. La volonté des partis institutionnels d’occulter le sujet n’arrive plus à contenir l’inquiétude du corps électoral. La conscience collective nationale a globalement perçu que le sujet de fond de la société française était bien celui de son identité, c’est-à-dire, pour parler clair, le maintien de l’identité d’un peuple français sur ses bases historiques européennes, chrétiennes et laïques.


Pour preuve de cet état de fait, le terme de « Grand Remplacement » a trouvé une place dans le débat public « officiel », même si, presque toujours, il est évoqué négativement en tant qu’expression type d’une paranoïa identitaire.

Renaud Camus

Renaud Camus

La seule personnalité politique – hors FN, bien sûr – à avoir acté cette nouvelle donne est Jean-Luc Mélenchon, qui, après sa déroute européenne, déclarait amer que maintenant « les questions ethniques et religieuses se substituaient à la question sociale ».

Mais la campagne présidentielle de l’UMP s’est révélée riche d’enseignements. La droitisation de l’électorat UMP a contraint Sarkozy à mener une campagne « Buissonnière », marquée par un discours de fermeté verbale sur les problématiques de l’immigration. L’approche minimaliste de la ligne Juppé sur ces thèmes ne semble pas rencontrer les attentes du vote populaire UMP. Dans la perspective des primaires à droite, le « chouchou » des sondages et des médias laisse béant un vaste espace sur son flanc droit ; et c’est aussi sur ce terrain que la bataille se jouera.

Tensions au sein du Front national

Paradoxalement, c’est au moment où l’histoire semble près de basculer que le Front national, seul acteur historique des thématiques identitaires, complexifie et brouille son discours traditionnel.

Lire la suite

Obama perd le Congrès (Présent 8225)

Obama perd le Congrès (Présent 8225)

06/11/2014 – WASHINGTON (NOVOpress)
De notre correspondant permanent aux Etats-Unis.

Coup au but pour le parti républicain. Il voulait transformer le président Barack Obama en lame duck, en canard boiteux, c’est-à-dire en chef de l’exécutif ayant perdu tout lien avec un pouvoir législatif à sa dévotion. C’est fait depuis mardi soir à 23 h 30 – moment crucial où l’on a appris que celui qui va encore occuper la Maison Blanche pendant deux ans devra, lorsqu’il cherchera à présenter un projet de loi, claudiquer, autrement dit passer sous les fourches caudines de l’opposition.

Obama perd le Congrès (Présent 8225)Le parti républicain contrôlait déjà la Chambre des représentants. Il lui manquait le sénat, qui constituait le grand suspense de cette confrontation électorale. Il lui manquait exactement six sièges pour passer de 45 à 51 sur un total de cent. Au milieu de la nuit de mardi, il en décrocha sept : la Virginie occidentale, l’Arkansas, le Colorado, le Dakota du sud, le Montana, l’Iowa et la Caroline du nord. Le parti républicain aura donc 52 sièges – deux de plus que la majorité absolue, ce qui représente un beau succès.

Succès d’autant plus remarquable qu’il est jumelé avec celui qui a pour cadre la Chambre des représentants. Là, le parti républicain détenait 234 sièges, soit une majorité de 17 sièges. Mardi soir, il en a ajouté une douzaine : un record pour l’opposition dans une élection de mi-mandat. Cela ne s’était pas vu depuis la présidence d’Harry Truman dans les années quarante.

La kermesse tourne court

Lire la suite

Etienne Chouard "La situation n'est pas catastrophique pour ceux qui financent les élus"

Etienne Chouard “La situation n’est pas catastrophique pour ceux qui financent les élus”

30/10/2014 – PARIS (NOVOpress) – Etienne Chouard était invité de l’émission Ce soir (ou jamais !) de Frédéric Taddeï sur France 2. Ce soir (ou jamais !) est une des rares émissions où le politiquement correct ne s’étale pas à fond, ce qui lui a d’ailleurs été reproché en particulier par le journaliste Patrick Cohen et par Caroline Fourest. C’est ce caractère relativement politiquement incorrect qui a sans doute valu à l’émission de passer de quotidienne à hebdomadaire.

Etienne Chouard, enseignant, conférencier et blogueur, nous explique en particulier pourquoi la situation n’est pas catastrophique pour ceux qui en réalité choisissent les élus ; pourquoi les banques achètent les journaux ; comment on donne “l’impression de la pluralité” dans les médias ; comment on fait élire les deux partis qui alternent au pouvoir “peu importe l’un ou l’autre ils vont faire la même politique”.

Pour interrompre ce système Etienne Chouard souhaite la réécriture de la constitution par des citoyens tirés au sort et non plus par des politiques ou des “élites” qui l’écrivent pour ne donner aucun pouvoir au peuple. Dans le même but il défend le référendum d’initiative populaire.

Cette intervention date de septembre dernier mais garde une actualité brûlante.

Crédit photo : Revenu de base, via Flickr, (cc).

Elections de parents d'élèves : la FCPE mène une campagne (très) polyglotte

Elections de parents d’élèves : la FCPE mène une campagne (très) polyglotte

17/10/2014 – PARIS (NOVOpress) – Nécessité de campagne électorale témoignant de la répartition des parents d’élèves ou conviction, à l’école élémentaire Saussure, 101 Rue de Saussure, 75017 Paris, la FCPE, principale fédération de parents d’élèves des écoles publiques, a mené une campagne très polyglotte pour les élections des représentants de parents d’élèves de ce mois d’octobre. Et probablement ailleurs dans Paris car les affiches sont signées “FCPE Paris”.

Rien n’y manque dans les explications pour savoir comment voter, avec des dessins pour bien faire comprendre.

Ci-dessous affichage à l’école élémentaire Saussure.

Elections de parents d'élèves : la FCPE mène une campagne (très) polyglotte

Elections de parents d'élèves : la FCPE mène une campagne (très) polyglotte

Lire la suite

Le Sénat basculera-t-il à droite dimanche et le Front National y entrera-t-il ?

Le Sénat basculera-t-il à droite dimanche et le Front National y entrera-t-il ?

27/09/2014 – PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Ce dimanche, le Sénat renouvelle la moitié de ses 348 élus. Lors des dernières élections sénatoriales de 2011, le Sénat avait basculé à gauche pour la première fois de la Ve République grâce à six voix d’écart. Cette élection par suffrage universel indirect pourrait inverser la tendance politique. En effet, les sénateurs sont élus par des grands électeurs tels que les conseillers municipaux, départementaux et régionaux. Or les dernières élections municipales ont été très favorables à la droite et au Front National. Si le Sénat bascule à droite, les prochains mois risquent d’être animés entre les deux chambres parlementaires.

Un des enjeux de ces élections, c’est notamment la possibilité pour le Front National d’obtenir quelques sièges de sénateur. Le parti de Marine Le Pen présente des candidats dans les 58 départements renouvelables, mais ce sont surtout Stéphane Ravier (photo en Une), le maire du VIIe secteur de Marseille, et David Rachline, le maire de Fréjus, qui sont donnés favoris.

Photo en Une : Stéphane Ravier caricaturé à une fête de quartier de Marseille. Crédit photo : le compte Facebook de Stéphane Ravier: DR.

Percée historique de la droite patriote en Suède

Percée historique de la droite patriote en Suède

14/09/2014 – STOCKHOLM (via 20 Minutes)
Assisterait-on à un réveil des peuples chez nos cousins scandinaves ? En effet, la formation patriotique (les Démocrates de Suède) est devenue la troisième formation du pays aujourd’hui à l’issue des élections législatives, “avec quelque 10,5% des voix, contre 5,7% il y a quatre ans”. Un signe dans un pays gangrené par l’immigration et l’islamisation.

“C’est un nouveau triomphe personnel pour leur président, Jimmie Åkesson, 35 ans, qui a fait de cette formation anti-immigration, autrefois marginale dans l’électorat, une force qui compte. Toutefois, les Démocrates de Suède (SD) restent frappés d’ostracisme par les sept autres partis du Riksdag , qui ont exclu de discuter avec eux.”

Pour lire l’article dans son intégralité

Photo Une : le palais du Riksdag. Crédit : Holger.Ellgaard via Wikipédia (cc).

Malgré les tripatouillages, les régionales pourraient être une nouvelle victoire pour le FN

Malgré les tripatouillages, les régionales pourraient être une nouvelle victoire pour le FN

05/06/2014 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
La nouvelle carte régionale annoncée mardi devra être avalisée dans le cadre d’une loi – qui devra aussi se prononcer sur le mode de scrutin pour les élections régionales.

Justement, la majorité socialiste est dans une impasse électorale

Première solution : elle réforme le mode de scrutin. Les socialistes pourraient le rendre plus favorable aux barons locaux, en supprimant la proportionnelle ; ils transposeraient alors le scrutin nominal à deux tours des conseillers départementaux, qui demeure défavorable au Front national. Cependant, les socialistes s’exposeraient à l’accusation d’un nouveau tripatouillage électoral.

La seconde solution est de laisser le mode de scrutin tel quel…

C’est l’option que retient le gouvernement à ce stade. Or dans la nouvelle configuration politique, le mode de scrutin actuel pourrait se révéler favorable au Front national. Les élections régionales sont en effet une élection à la proportionnelle où, comme pour les municipales, une prime est attribuée à la liste arrivée en tête. Concrètement, pour remporter la majorité absolue des sièges, il suffit d’arriver en tête au second tour avec au moins un tiers des voix.

Cette réforme-tripatouillage qui avait été introduite après les régionales de 1998, pour éviter de nouvelles alliances RPR‑FN, pourrait au contraire cette fois‑ci servir le Rassemblement bleu marine !

Lire la suite

Les élections présidentielles de dimanche dernier à Kiev

Les élections présidentielles de dimanche dernier à Kiev

27/05/2014 – KIEV (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Petro Porochenko (photo), élu à la tête de l’Ukraine, n’a rien d’un insurgé patriote. Appelé le « roi du chocolat » pour son empire commercial dans les confiseries, sa fortune personnelle s’élève à 1,6 milliard d’euros. Il appartient donc à ce club très restreint d’oligarques lancés dans la vie politique trouble du pays. Il était d’ailleurs ministre dans le gouvernement du Ianoukovitch jusqu’à novembre 2012.

Quelle évolution attendre d’un changement aussi… relatif

C’est que cet homme est un choix des urnes. Le dialogue de sourds de ces derniers temps avait aussi sa racine dans le coup d’Etat de février dernier.

L’élection à la tête de l’Ukraine de Petro Porochenko libère quelque peu la situation dans ce pays déchiré depuis des mois : Sergei Lavrov- ministre des Affaires étrangères russe – a déclaré : « Nous sommes prêts à un dialogue pragmatique, sur un pied d’égalité, basé sur le respect de tous les accords, en particulier dans les domaines, commercial, économique et gazier ».

Viktor Ianoukovitch, l’ancien Premier ministre a annoncé respecter le choix du peuple. Il a toutefois demandé a ce que soit pris en compte l’avis du sud‑est du pays, russophone.

Barack Obama a de son côté été plus grandiloquent en saluant le courage des électeurs. Il a par la suite annoncé vouloir travailler avec le nouveau gouvernement.

La dérive sociétale sanctionnée par le vote musulman, les immigrés contre la gauche- Par Raoul Fougax

La dérive sociétale sanctionnée par le vote musulman, les immigrés contre la gauche – Par Raoul Fougax

Affiche ci-dessus : « Quelles valeurs pour une société en mutation ? L’Homme, la famille, le vivre-ensemble »

Le grand « remplacement électoral » n’aura pas lieu. C’était l’une des grandes espérances de la gauche. Garder la majorité notamment dans les grandes villes grâce au vote immigré. L’analyse des dernières municipales le prouve, les immigrés, notamment musulmans, de loin les plus nombreux, ne votent plus en majorité à gauche. La stratégie consistant à palier le vote populaire et ouvrier de souche par un apport de suffrages communautaristes a fait long feu.

Affiche ci-dessus : « Quelles valeurs pour une société en mutation ? L’Homme, la famille et le vivre-ensemble »Comme annoncé ici, avant tout le monde, il y a bien eu dans les banlieues, vis-à-vis du pouvoir PS, une «  quenelle municipale ». Cela est dû à l’échec des politiques de la ville mais surtout aux évolutions sociétales du PS et de la gauche autour du sexe et des sexes. Les musulmans de France, comme les juifs d’ailleurs, rejoignent les catholiques et une partie de l’électorat attaché aux valeurs traditionnelles sur ces sujets. Les musulmans sont plus proches aujourd’hui de la droite et du FN, que du PS. Il faut bien sur être prudent. Ce renforcement des mobilisations pour les valeurs traditionnelles est initié tout de même par un rassemblement islamiste proche des frères musulmans. Le FN le sait bien qui tente de ne pas tout mélanger.

Lire la suite

Election présidentielle en Algérie : la corruption au pouvoir

Election présidentielle en Algérie : la corruption au pouvoir

19/04/2014 – ALGER (NOVOpress via Kiosque courtois)
Jeudi, les Algériens étaient appelés à élire un nouveau président parmi les six candidats, dans un climat de tension palpable. Plusieurs incidents ont éclaté dans plusieurs villes du pays : des bureaux de vote ont été saccagés, au sud‑est d’Alger. Des affrontements violents ont même éclaté entre des jeunes et la police dans le nord‑est du pays.

Ces élections se sont exportées également en France, où environ 815 000 Algériens se sont inscrits sur les listes électorales, sur les cinq millions vivants en France.

Le président actuel Bouteflika (photo), favori de l’élection, a été réélu avec plus de 81 % des voix. Son principal adversaire, l’ex‑Premier ministre Ali Benflis, l’accuse de fraude électorale…
Pourtant, Bouteflika fait l’objet de nombreuses critiques. A raison, car ses trois mandats ont été marqués par d’innombrables affaires de corruption.

Lire la suite

"Le quartier Barbès a-t-il été annexé par l’Algérie ?" par Fabrice Robert

“Le quartier Barbès a-t-il été annexé par l’Algérie ?” par Fabrice Robert

15/04/2014- PARIS (via Boulevard Voltaire)
Le quartier Barbès, dans le XVIIIème arrondissement de Paris, est bien connu : il s’agit d’un laboratoire grandeur nature du Grand Remplacement en cours. Ses boutiques halal, ses prières de rue, ses coiffeurs avec emplacement réservé pour les femmes voilées, ses trafics à ciel ouvert… Si les Parisiens connaissent bien cette destination exotique, un certain nombre d’entre eux ont toutefois pu être surpris — et cela à juste titre — d’y découvrir des tracts et des affiches pour une campagne électorale algérienne. En effet, alors que l’élection présidentielle mobilise les énergies à Alger, les portraits d’Ali Benflis et d’Abdelaziz Bouteflika s’affichent aussi dans les rues de Paris.

Quel silence assourdissant de la part des autorités publiques, des médias et des politiques, mis à part, peut-être, la réaction du député UMP Éric Ciotti qui a écrit sur son compte Twitter : « Je m’étonne du silence du gouvernement et du préfet de police face aux différentes publicités électorales algériennes en plein Paris [...] Ces tracts et affiches électoraux pour les élections présidentielles algériennes n’ont pas leur place dans notre capitale. » Une simple déclaration non suivie d’effet, car la règle est de tout faire pour ne pas froisser un électorat potentiel, même si celui-ci se sent aussi concerné par des élections en Algérie…

Lire la suite

Défaite de l'identité au Québec

Défaite de l’identité au Québec

Le château Frontenac –Vieux-Québec à Québec. Crédit photo : Hurteau, Paul ; Parent, Claude via Wikipédia (cc).

09/04/2014 – MONTREAL (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Ce lundi, les Québécois votaient pour élire leur nouveau gouvernement lors des élections provinciales. 18 mois après le départ du gouvernement libéral de Jean Charest suite aux mobilisations étudiantes ainsi qu’aux diverses accusations de corruption touchant des députés et ministres libéraux, c’est le Parti libéral du Québec qui remporte à nouveau les élections. Philippe Couillard devient donc le nouveau Premier ministre du Québec, à la tête d’un gouvernement majoritaire libéral.

Cette victoire libérale est avant tout une défaite souverainiste

En effet, les véritables perdants de cette élection sont les souverainistes du Parti québécois qui avaient remplacé les libéraux, en 2012. Victimes du changement de population et de mentalités au Québec, ils n’ont pas su imposer leur programme séparatiste et tourné vers une identité québécoise. Par souci de ménager une partie de leur électorat hostile à toute revendication indépendantiste ou séparatiste, le PQ a adopté un discours moins clair sur la question lors de cette campagne. Le PQ a donc choisi de s’attaquer au problème de l’identité nationale en rédigeant une « Charte des valeurs québécoises », sorte de « Charte de la laïcité » qui avait pour but de laïciser les services publics en y interdisant le port de signes religieux ostentatoires et imposant aux employés provinciaux de travailler tête nue et visage découvert. Le PQ s’est donc retrouvé dépassé sur la question de l’indépendance par un parti au discours beaucoup plus clair, Option nationale, et a dû faire face à une levée de boucliers bien‑pensants autour de la Charte.

Lire la suite

L’Ukraine pourrait à nouveau être présidée par un oligarque du cacao

L’Ukraine pourrait à nouveau être présidée par un oligarque

03/04/2014 – KIEV (NOVOPress/Bulletin de réinformation)
C’est ce que l’on appelle tomber de Charybde en Scylla : après les soubresauts en Ukraine, l’éviction foudroyante de Viktor Yanukovich et la sécession de la Crimée, l’Ukraine organise cahin-caha ses élections présidentielles, qui auront lieu le 25 mai prochain. Et un candidat insolite s’est invité parmi les candidats.

Petro Porochenko est un ancien entrepreneur en chocolat, fonds de commerce qui lui a manifestement souri, puisqu’il est parvenu à se hisser parmi les plus importantes fortunes du pays. Surnommé le “roi du cacao” (en Une chocolats de sa marque Roshen), Petro Poroshenko peut se targuer de quelques soutiens de poids, c’est le moins que l’on puisse dire s’agissant de l’ancien boxeur Vitali Klitshko un temps en lice pour les présidentielles.

Dans le contexte actuel, Petro Poroshenko peut facilement passer pour un homme providentiel dans une Ukraine en perdition et il est en tête de tous les sondages. Youlia Timoshenko un temps favorite du scrutin n’est plus que l’ombre d’elle‑même. Celle qui fut la passionaria de la révolution orange a depuis vu son étoile pâlir suite à ses déboires avec la justice et son passage subséquent par la case prison.

Lire la suite

L'abstention, grand chiffre des municipales

L’abstention, grand chiffre des municipales

26/03/2014 – PARIS (NOVOpress / Bulletin de réinformation) - 51,3 %, ce chiffre qui fait majorité, ce sont les Français qui ont refusé d’aller voter dimanche dernier. L’abstention, c’est bien ce chiffre qui a été omis par tous les analystes. D’autres chiffres en effet ont été analysés : le score de Steeve Briois à Hénin‑Beaumont, ou celui de Robert Ménard à Béziers, celui de Florian Philippot à Forbach, l’éventuel retour de la droite à Paris, le candidat PS réélu à plus de 65 % à Tulle, soi‑disant fief de François Hollande, président de la République…

Les analystes interprètent le vote Front national comme un vote anti-système. Que pourraient‑ils dire des millions de voix qui ont refusé de s’exprimer ? L’abstention est en effet cinq fois plus nombreuse que les suffrages recueillis par le Front national. L’abstention augmente d’année en année et a gagné deux points par rapport au dernier scrutin. Au fil des affaires, de Karachi à Cahuzac, le désintérêt des Français pour la vie politicienne n’a fait que s’accentuer. Les dirigeants français, grands donneurs de leçons de démocratie au monde entier, feraient bien de s’interroger sur l’état de cette même démocratie dans leur pays…

Crédit photo : julien_hillairet via Flickr (cc)

Echéances électorales de 2014 : épreuve à haut risque pour un système politique à bout de souffle, par Didier Beauregard

Les échéances électorales de 2014 : une épreuve à haut risque pour un système politique à bout de souffle

« Le pouvoir socialiste agit comme si la société française était une réalité virtuelle qu’il pouvait manipuler à sa guise. »

« L’enjeu de l’échéance électorale que nous allons vivre dans quelques jours dépasse la question du choix d’une nouvelle majorité politique. Il pose plus fondamentalement la question d’un éventuel changement du paradigme politique qui structure la vie publique nationale depuis plus de trois décennies. »
C’est sur cette interrogation que nous introduisions un article sur l’élection présidentielle de 2012 qui se proposait de dégager les nouvelles tendances politiques en fonction des évolutions de la sociologie profonde du pays : « L’élection 2012 ou la perspective heureuse d’une nouvelle donne politique » (*).


Le bilan traçait des perspectives de fond que nous pouvons résumer rapidement, au risque de simplifier quelque peu la complexité du sujet, à partir de ses principales conclusions.

La sociologie politique française inexorablement se « droitise ». Cette droitisation se traduit, notamment, par un rapprochement des positions des électorats UMP et FN et par un rejet global de la classe politique. Ce que le Système dominant dénonce comme une dérive « populiste ».

Lire la suite