Tag Archives: EDL

dudley

L’EDL défile à Dudley pour s’opposer à la construction d’une méga mosquée

08/02/2015 – DUDLEY (NOVOpress)
Plus de 1000 personnes appartenant au groupe de l’EDL (English Defence League) ont manifesté le samedi 7 février à Dudley (près de Birmingham) pour protester contre la décision qui a été prise par le Conseil municipal de la ville d’y construire une « Méga Mosquée ».

Un militant de l’EDL interrogé par la BBC a dit « Je ne veux pas que mes enfants grandissent dans un pays autorisant la sharia ».

Il faut également noter que c’est la première fois que L’EDL utilise – dans une de ses manifestations – les mêmes banderoles que PEGIDA.



Crise identitaire au Royaume-Uni

Crise identitaire au Royaume-Uni

22/04/2014 – LONDRES (NOVOPress via le Bulletin de réinformation)
Le Royaume-Uni semble être au pic d’une véritable crise identitaire. A la veille d’élections européennes qui s’annoncent triomphales pour le Parti eurosceptique britannique UKIP, le climat interne du Royaume-Uni semble plus tendu et divisé que jamais.

David Cameron a été vivement critiqué ce lundi…

Effectivement, dans une lettre ouverte publiée par le Daily Telegraph, des scientifiques, des écrivains, des académiciens et autres notables se sont émus d’une déclaration faite par le Premier ministre David Cameron (photo) la semaine dernière. Ce dernier, dans un entretien accordé au journal de la communauté anglicane le Church Times, était en effet revenu sur sa propre foi et avait estimé que la Grande-Bretagne devait faire preuve de « davantage d’assurance quant à son statut de pays chrétien ». Les signataires de la lettre ouverte parue ce lundi l’ont épinglé en déclarant que la Grande-Bretagne n’est pas ou plus un pays chrétien, que c’est une « société plurielle » qui est « d’abord non religieuse ». Ils entendent ainsi souligner le fait que, pour eux, la société britannique n’est plus une société chrétienne, malgré son Histoire et son identité. Une façon de penser qui semble être illustrée par les changements dans les statistiques du recensement : en effet, en 2011, seul 59 % de la population anglaise et galloise s’identifiait comme chrétienne, contre 72 % en 2001. David Cameron, multirécidiviste, avait quant à lui déjà déclaré, en 2011, que la Grande-Bretagne était un pays chrétien et « qu’elle ne devait pas avoir peur de le dire ».

Lire la suite

Le leader de l'EDL grièvement blessé lors d'une agression par des "jeunes"

Le leader de l’EDL grièvement blessé lors d’une agression par des « jeunes »

26/12/11 – 17h30
LONDRES (NOVOpress) –
La nouvelle semble être passée sous silence en France depuis quelques jours : Tommy Robinson, le leader de l’English Defense League (photo d’une manifestation de l’EDL), groupe en pointe dans le combat contre l’islamisation du Royaume-Uni, a été agressé le 23 Décembre.

Alors qu’il rentrait chez lui, un groupe de musulmans lui est tombé dessus et l’a roué de coups (coups de poings américain, batte de baseball) , le laissant inanimé. Souffrant de nombreuses contusions au visage et d’ecchymoses au cerveau, ses jours ne seraient pas en danger. Pour le moment, il n’a pas encore fait appel aux services de police, estimant dans un rapide entretien donné au quotidien ‘The Sun » que le racisme anti-blanc ne semble pas concerner la police et la justice anglaise.

L’English Defense League est en proie à de nombreuses agressions et tentatives d’intimidation depuis que l’organisation est devenue le ralliement d’une classe ouvrière anglaise refusant l’islamisation du pays de la reine.

Crédit photo : DR.

L’English Defense League victime du zèle policier

L’English Defense League victime du zèle policier

12/11/2011 – 14h00
LONDRES (NOVOpress) –
La police britannique vient une nouvelle fois de s’illustrer en arrêtant préventivement près de deux cents membres de l’English Defense League réunis le 11 novembre 2011 à Londres pour rendre hommage aux morts de la Grande Guerre.

Dans cet article de Chris Greenwood publié par le Daily Mail, on voit les militants de l’EDL arrêtés par la police à leur sortie du Red Lion pub où ils s’étaient donné rendez-vous.

Le prétexte avancé par la police est leur volonté de préserver la dignité de la commémoration.

Dans la mesure où aucun Britannique n’aurait avalé tout cru le prétexte cousu de fil blanc que l’EDL aurait envisagé de manquer de respect aux morts, le patron de la police londonienne, Bernard Hogan-Howe, a sorti de son chapeau une rumeur repêchée sur internet affirmant que des membres de l’EDL avaient l’intention de s’en prendre au campement d’indignés devant la cathédrale anglicane de Saint Paul.

Les photographies publiées par la presse mettent en évidence la mauvaise foi de la police, car les membres de l’EDL ont été arrêtés dans des tenues incompatibles avec des combats de rue et nombreux étaient ceux qui avaient des bouquets de fleurs à la main. Difficile de croire qu’il s’agissait d’armes par destination.

[box] Image en Une : copie d’écran de la page d’accueil du site de l’EDL pour le 11 novembre 2011. [/box]

l'English Defence League serait-elle devenue la voix des travailleurs anglais ?

[Kiosque étranger] L’English Defence League serait-elle devenue la voix des travailleurs anglais ?

16/09/2011 – 16h00
LONDRES (NOVOpress) –
Sur le site du Telegraph, l’éditorialiste catholique Damian Thompson pose cette question à la suite de la vidéo révélée récemment par Brendan O’Neill où des jeunes gens bien mis de la gauche bien pensante « anti-fasciste » révèlent leurs préjugés snobinards et bourgeois sur les militants de l’EDL.

Ces courageux antifascistes ont ri en voyant une jeune fille de l’EDL se faire tabasser par d’autres exemplaires militants de gauche. Ils ont admis à contrecœur que ce n’est pas bien de frapper une femme mais ils affirment qu’on peut admettre une exception dans le cas des filles de l’EDL car : « ce ne sont pas des femmes, ce sont des chiennes ».

Comme le remarque Damian Thompson, ces affrontements entre l’EDL et l’extrême-gauche issue des beaux quartiers n’a rien de nouveau. Elle fait écho aux bagarres opposant le British National Front et l’Anti-Nazi League dans les les années 1970.

Toutefois, poursuit le commentateur, l’EDL n’a plus grand chose à voir avec le BNP. Les sympathisants de l’EDL semblent plus représentatifs des classes populaires anglaises que ne l’ont jamais été les différentes moutures de la vieille extrême-droite.

Les gauchistes quant à eux n’ont pas mis à jour leur logiciel. Ils réfléchissent toujours aussi peu et se contentent de chercher des cibles symboliques pour faire marcher le tiroir caisse de leurs supporteurs devenus de riches bobos périurbains et mobiliser les fils à papa en recherche d’émotions fortes.

Cette démarche marketing des dinosaures de l’extrême-gauche des sixties explique qu’ils prennent pour cible l’EDL. Mais ils ont fort à faire pour faire passer ce jeune mouvement par des grilles d’analyse hérités de la révolution bolchevique.

Comment dénoncer une EDL qui défend les droits des homosexuels à vivre leur vie et qui les accueille à bras ouverts dans ses rangs ?

Comment dénoncer une EDL qui défend les Juifs persécutés par les islamistes dans certains quartiers de Londres ?

La volonté de l’EDL de développer des liens avec des populistes et des identitaires sur le continent contraste avec les préjugés de la vieille droite anglaise. Ces militants insulaires ont compris qu’un combat s’engage à l’échelle de l’Europe contre l’islamisation et l’immigration de peuplement.

Face à cette nouvelle génération de jeunes anglais prêts à mouiller la chemise pour défendre leur droit à demeurer eux-mêmes, l’extrême-gauche ne peut que ressasser de vieux slogans et dévoiler aux yeux de tous une haine de classe rancie et stérile.

[Kiosque étranger] Agression raciste dans Londres : des militants de l'English Defence League attaqués par une centaine de jeunes musulmans

[Kiosque étranger] Agression raciste dans Londres : des militants de l’English Defence League attaqués par une centaine de jeunes musulmans

06/09/2011 – 09h38
LONDRES (NOVOpress) —
Un autobus chargé de militants de l’English Defence League a été attaqué par une centaine de jeunes musulmans quand le véhicule a eu la malchance de tomber en panne dans une rue de Tower Hamlets, dans l’est de Londres, un ghetto à forte présence islamiste.

Pour faire bonne mesure, la police a interpellé les militants de l’EDL agressés. Aucun jeune musulman n’aurait été arrêté.

[box class= »warning »]Lire l’article (en anglais) : dailymail.co.uk[/box]

Vidéo (filmée par les assaillants)

l'English Defence League serait-elle devenue la voix des travailleurs anglais ?

Londres : Une marche de l’EDL arrêtée par la police [mise à jour, vidéo]

ADDENDUM AU 05/09/2011 — VIDÉO en bas de l’article

04/09/11 – 15h30
LONDRES (NOVOpress) –Une nouvelle fois, l’EDL (English Defence League) n’a pu aller au bout de son intention de manifester samedi dans les quartiers Est de Londres. Habituellement interrompue par les violences de manifestants « antifascistes », cette fois c’est sur ordre des autorités de police que l’EDL a du renoncer à sa manifestation dans l’East London.

Une centaine de résidents et de militants anti-fascistes encadrés par un dispositif de police impressionnant (3000 agents) s’étaient regroupés à proximité de la mosquée du quartier de l’East London pour protester contre la réunion statique organisée par l’EDL. Un regroupement statique afin de contourner l’interdiction des défilés suite aux récentes émeutes ethniques qui ont eu lieu sur le sol anglais en août.

Depuis les émeutes de Brixton il y a 30 ans et alors que subsistent encore de vives tensions engendrées par ces violences ethniques du mois d’août, c’est la première fois que la police décide d’interdire une manifestation.

Alors qu’il débutait son discours, Tommy Robinson, le fondateur de l’EDL, a été évacué par la police. Pour contrecarrer tout afflux des supporters du mouvement patriote anglais vers les quartiers de l’Est londonien, l’entrée du métro à la station King’s Cross au nord de Londres a été bloquée.

Cela n’a pas empêché plus de 1 000 personnes de se rassembler à proximité d’une station de métro située à quelques encablures de la mosquée des quartiers Est de Londres.

Le long de Whitechapel Road dans les quartiers Est de Londres, les amalgames douteux et les caricatures nauséabondes chers à l’antifascisme reprenaient leurs droits. Pancartes et panneaux sur lesquels étaient accolées les portraits de Tommy Robinson et Anders Breivik étaient brandis avec pour slogan : « des visages différents, une haine identique » entonnant le célèbre (mais efficace ?) refrain « ils ne passeront pas ». Les musulmans accusent l’EDL d’encourager les discours haineux à l’encontre de leur communauté en dénonçant l’islamisation progressive de la Grande-Bretagne.

Dans la foule, certaines personnes comparaient cette opposition antifasciste à celle de la bataille de Cable Street qui 75 ans auparavant s’était dressée contre le défilé du parti d’Oswald Mosley.

Le Guardian a interrogé plusieurs opposants venus se solidariser avec le mouvement antifasciste. Donnant la parole au révérend Alan Green, de St John on Bethnal Green, un des organisateurs d’une coalition luttant contre l’EDL, ce dernier déclara: « Une très grande majorité de la population est très heureuse de vivre dans la diversité ».

Il faut croire que non suite à l’écho favorable reçu par le mouvement de Tommy Robinson au sein de la population britannique et surtout comme l’ont prouvé les récentes émeutes ethniques qui ont embrasé le pays.

:: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

Pour la police britannique c’est moins dangereux d’être face à l’English Defence League, que face aux émeutes ethniques qui ont eu lieu en août !