Tag Archives: DSK

8375 Chard

DSK président ? (Présent 8375)

15/06/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)

Dominique Strauss-Kahn est innocent. De tout. À New York, dans l’affaire du Sofitel, le procureur a abandonné les poursuites pénales. À Paris, la plainte pour viol de Tristane Banon a été classée sans suite, les faits étant prescrits. Et à Lille, il vient d’être acquitté du chef de proxénétisme en bande organisée, car, nous a dit le procureur, dans ses ébats collectifs il n’était que le client de prostituées. Cela a dû étonner DSK de l’apprendre, car il a toujours cru et affirmé ne se livrer à la débauche qu’avec d’authentiques femmes du monde.
Pénalement blanc comme neige, innocent multirécidiviste, rien ne lui interdit de se présenter à la présidence de la République. D’ailleurs, une grande conscience comme Jack Lang n’y verrait que des avantages : « C’est un homme d’une grande compétence, un homme brillant, intelligent, qui a une connaissance, en particulier, de l’économie mondiale. S’il souhaite entreprendre un nouveau combat politique, il sera le bienvenu. » Il semble pourtant que les Français, eux, si l’on en croit les sondages, ne lui disent pas « bienvenue », ayant une objection… morale.8375-Une
Quoi ! Vous avez dit « morale » ? Qu’est-ce que la morale vient faire là-dedans ? À Lille, le président du tribunal avait annoncé d’emblée qu’il n’était pas le gardien de « l’ordre moral », d’accord en cela avec le procureur qui, au terme des débats, a précisé que la justice se rend avec « le Code pénal » et non pas « le code moral ». Observons au passage que la formule « ordre moral » est une tautologie, l’ordre est moral ou il n’est pas, un ordre immoral, ce n’est pas l’ordre, mais le désordre dans la Cité.
Donc, la loi et la morale font chambre à part si, en l’espèce, on ose la formule. Mais quand la justice condamne un voleur, n’est-ce parce que c’est mal de voler ? Oui, nous dit-on, mais parce que cela lèse le prochain. Certes, mais pourquoi est-ce mal de léser son prochain ? Parce que léser son prochain empêche de vivre paisiblement en société. Mais pourquoi est-ce bien de vivre paisiblement en société ? Pour ne pas subir la loi de la jungle. Celle des animaux qui suivent leurs instincts ? Exactement. L’homme n’est pas un animal, le lion qui dévore une antilope n’est pas immoral, c’est dans sa nature de prédateur.
Or un individu qui, selon le témoignage des prostituées, se jette sur elles, pour se livrer à des pratiques dégradantes, violentes, obscènes, malgré leurs protestations, pour satisfaire ses bas instincts, n’est-ce pas un prédateur ? Ce qu’il dévore ce ne sont pas des antilopes, mais des femmes. De Lille, la justice nous dit : « Ça ne nous regarde pas. » Ce qui se passe entre adultes consentants, nous n’avons pas à en connaître, même quand DSK reconnaît avoir sexuellement des « pratiques plus rudes que la moyenne. » La « rudesse » subie par ses victimes n’intéresse pas la loi non plus. Elles ont consenti, n’est-ce pas ? Alors, elles n’ont plus que leurs yeux pour pleurer sur leur corps abîmé. Mais combien auraient consenti, si elles avaient pu vivre décemment sans ces passes humiliantes avec de libidineux notables aux désirs sordides ? C’est une de ces questions qui relève du « code moral » dont le procureur ne veut pas entendre parler. Il a la loi pour lui. Tout est donc bien qui finit bien : le droit est respecté, DSK est innocenté et la route de l’Élysée lui est rouverte. Que demander de plus, si ce n’est un vomissoir ?

Guy Rouvrais

zemmour_rtl

Pour Éric Zemmour, le procès du Carlton de Lille n’est que paradoxes et contradictions

14/02/2015 – FRANCE (NOVOpress)
« Des rires et des larmes, des méchants et des victimes, des riches et des pauvres, des puissants et des faibles, des hommes et des femmes, de l’argent, du sexe et de la violence : il y a tout dans le procès du Carlton », lance Éric Zemmour. « Tout sauf du droit », corrige-t-il.

Le journaliste rappelle que le procureur de la République ne voulait pas ce procès, « lui qui se souvenait encore que le grand progrès apporté par un État de droit est que les vices ne sont pas des crimes ».

Mais un juge d’instruction obstiné en a décidé autrement, « faisant du vide juridique un trop-plein médiatique, un mélange de voyeurisme et de puritanisme, un modèle de tartuferie et de grands sentiments ».

« Dominique Strauss-Kahn accrédite cette fumisterie en affirmant ne pas savoir à qui il avait affaire. Il est dans la nasse de tous les progressistes de gauche – ou même de droite – pris entre leurs instincts de mâle dominant et leurs discours féministe », lâche Éric Zemmour.


Des millions de dollars étouffent l’affaire DSK-Diallo

Des millions de dollars étouffent l’affaire DSK-Diallo

12/11/2012 –  08h00
NEW YORK (NOVOpress) –
Un accord financier confidentiel a été confirmé lundi à New York entre Dominique Strauss-Kahn et la femme de chambre guinéenne qui l’accusait d’agression sexuelle à New York. Selon certaines informations, DSK aurait déboursé six millions de dollars pour étouffer l’affaire démarrée le 14 mai 2011 dans la suite de l’hôtel Sofitel de New York de l’ex-patron du FMI. Selon l’avocat et ancien procureur Matthew Galluzzo, ce montant serait plausible.

Lire la suite

[Tribune libre] Le Parti socialiste n’est plus socialiste depuis mars 1983, par Paul Le Guern

[Tribune libre] Le Parti socialiste n’est plus socialiste depuis mars 1983, par Paul Le Guern

Dominique Strauss-Kahn : « le socialisme, c’est l’espoir, l’avenir et l’innovation »

07/10/2012 — 08h30
PARIS (NOVOpress Breizh) —
On a le droit de s’interroger : Le Parti socialiste est-il encore « socialiste » ? Une réponse s’impose : de gauche « sociétale » certainement, de gauche « sociale » plus du tout.

Pourtant « socialiste » le PS l’a été. A l’époque de François Mitterrand, avant qu’une idéologie de substitution – l’européisme – ne vienne remplacer le socialisme. Avec quelques grands moments : prise du pouvoir par M. Mitterrand au congrès d’Epinay (11-13 juin 1971), signature du programme commun de gouvernement avec le PCF (27 juin 1972). Selon Jean-Pierre Chevènement, la gauche « avait pris de bonnes résolutions. J’en sais quelque chose : j’étais sa plume à travers les deux programmes du Parti socialiste que François Mitterrand m’avait chargé de rédiger : “Changer la vie” en 1972, le “Projet socialiste” en 1979 » (« La France est-elle finie ?», Fayard).

Lire la suite

DSK

DSK : reflet des mœurs politiciennes d’aujourd’hui ?

31/03/2012 – 08h00
LILLE (NOVOpress) –
Chaque jour qui passe apporte son lot de révélations plus fracassantes les unes que les autres sur la vie de Dominique Strauss-Kahn, mis en examen lundi pour « proxénétisme aggravé en bande organisée » dans le cadre des parties fines à l’hôtel Carlton de Lille. Pourtant, la classe politique française ne semble pas s’en émouvoir plus que ça. Comme s’il s’agissait d’une gêne coupable.

Rappel des faits : l’ancien directeur du Fonds monétaire international (FMI) est soupçonné d’avoir participé à l’organisation de parties fines, d’avoir sollicité les services de « fournisseurs » de call-girls pour en faire bénéficier des amis. De plus, les juges lui reprochent d’avoir utilisé un appartement parisien, proche de la tour Eiffel, pour y organiser des rencontres tarifées.

Nouveautés du dossier : Le Parisien a révélé le 29 mars que Titouan Lamazou aurait reçu un « cadeau » de DSK . Traduction : une jeune femme. Le Monde a également publié les procès verbaux des auditions de l’ex-patron du FMI, des 21 février et 26 mars. On y apprend que l’ancien espoir socialiste aux élections présidentielles françaises de 2012, traite les femmes comme du « matériel ». Il écrit notamment dans l’un de ses SMS : « Veux-tu (peux-tu) venir découvrir une magnifique boîte coquine à Madrid avec moi (et du matériel) le 4 juillet ? ».

Le Parisien relate certains souvenirs de ce « matériel » : « c’était de l’abattage », témoigne une « amie ». Ou de la « pure consommation sexuelle », estime une escort-girl. Les deux décrivent des scènes « bestiales » ou violentes. Bien avant la révélation de ces scandales, Dominique Strauss-Kahn visait les sommets de l’Etat. Peu de voix s’élèvent à gauche comme à droite pour condamner ce symbole de décadence morale. Un signe qui ne trompe pas sur l’état des mœurs politiciennes en France ?

Crédit photo : International Monetary Fund, via Flickr. License CC.

DSK s’invite dans une soirée étudiante nantaise

DSK s’invite dans une soirée étudiante nantaise

12/11/2011 – 19h00 NANTES
(NOVOpress Breizh) – « Ben dis donc, on ne te voit plus à l’Hôtel…? ». La question, posée par une jolie femme de chambre en tenue légère, sur le flyer invitant les étudiants nantais à se rendre à un tonus étudiant intitulé sobrement « DSK », fait du bruit dans la ville.

DSK s’invite dans une soirée étudiante nantaiseManifestement inspirées par l’actualité la plus chaude, sept associations étudiantes de l’Université de Nantes ont en effet dénommé leur prochaine soirée dansante «Tonus DSK». Le tonus aura lieu non pas au Carlton de Lille – c’est trop loin – mais plus prosaïquement au LC Club de Nantes le 24 novembre prochain.

Revendiquant haut et fort « leur droit à l’humour potache », les apprentis juristes, médecins, dentistes et autres kinés entendent bien faire valoir leur droit à la dérision, renouant ainsi avec l’esprit rabelaisien qui a longtemps prévalu dans les corpos étudiantes.

Cette initiative n’aura pas été du goût de tout le monde. Le Syndicat des étudiants nantais (SEN) et Sud étudiant – un syndicat d’extrême-gauche mondialiste – ont, d’après le quotidien Presse-Océan, dénoncé «une campagne sexiste» (sic).

« Syndicat étudiant qui se veut offensif afin de préserver les droits des étudiants mais également d’en gagner de nouveaux », le SEN édite un journal étudiant « engagé et engageant ouvert à toutes les plumes de bonne volonté » intitulé le ‘Nouvel Obsen’ (!). Des esprits malicieux pourraient penser qu’un papier consacré aux activités présumées lubriques de l’ex-futur candidat socialiste à la présidentielle Dominique Strauss-Kahn, dans un journal intitulé « Le Nouvel Obsen », ça ne manquerait pas de sel…

Affaire du Carlton de Lille : DSK lâché les siens pour ses relations avec des jeunes femmes consentantes

Affaire du Carlton de Lille : DSK lâché par les siens pour ses relations avec des jeunes femmes consentantes


31/10/2011 – 15h30
PARIS (NOVOpress) —
 Dans un article du 29 octobre dernier, signé Ariane Chemin et David Revault d’Allonnes, la quotidien de gauche Le Monde s’étend sur l’abandon d’un homme lâché par tous ses amis et soutiens politiques, à quelques rares exceptions, tournant en rond dans sa « prison dorée » : Dominique Strauss-Kahn.

Extraits : « Après le Sofitel, on l’appelait, glisse une de ses têtes chercheuses. Là, c’est fini. On ne lui téléphone plus. Plus envie. » « Je suis très en colère. On a été trompés. Il nous a trompés. Je ne veux plus jamais entendre parler de ce mec. » « C’est plus que de la déception, c’est de la colère. On est tous très marqués par cette affaire. On trouve inimaginable de n’avoir rien su, rien vu. C’est comme dans les dénis de grossesse, où l’entourage immédiat ne voit rien non plus. C’est vertigineux. »

Emblématique d’une bourgeoisie parisienne intellectuellement et moralement délabrée, l’objet de cette rage et de cette amertume n’est ni la plainte pour tentative de viol sur une femme de chambre du Sofitel New York en mai 2011, qualifiée de « relation inappropriée » selon l’intéressé ; ni la plainte pour agression sexuelle sur une autre jeune femme, la journaliste Tristane Banon, déposée le 5 juillet dernier et classée sans suite pour des raisons de délais de prescription. Plus simplement : la « strauss-kahnie », plus à un paradoxe près, reproche à son leader déchu des relations tarifées avec des professionnelles, consentantes de fait.

Affaire du Carlton de Lille : DSK laché les siens pour ses relations avec des jeunes femmes consentantes

"DXK" : un film pornographique sera même réalisé à partir des frasques de l'ancien directeur du FMI. Crédit photo : mypornproductions.com

En attendant les romans et biographies de circonstance qui ne manqueront pas de surgir dans les prochains mois sur la question, c’est l’industrie du cinéma, d’un genre un peu particulier, qui s’est emparée du sujet, avec le projet d’un film pornographique sobrement intitulé « DXK », dont le synopsis est le suivant : « La parodie X de la plus médiatique affaire de moeurs impliquant un important dirigeant politique et économique international et une femme de ménage dans un hôtel de luxe. David Sex King (Roberto Malone), patron d’une grande institution financière, ne résiste pas aux charmes de la femme de chambre (Katia Dé Lys) qui vient faire son travail… ».

D’ici la sortie de ce monument du cinéma, les internautes pourront toujours patienter en revisionnant l’excellente opération d’Action discrète menée à Reims en novembre 2008 à l’occasion du congrès du Parti Socialiste. Que ceux qui n’étaient pas au courant lèvent la main…

DSK interviewé par Claire Chazal : une opération de com

DSK interviewé par Claire Chazal : une opération de com !

[box]Extrait de l’hebdomadaire “Minute” de ce mercredi 21 septembre. En kiosque ou sur Internet.[/box]

De mauvais esprits se sont étonnés du choix de Chazal pour réaliser cette interview [sur TF1, dimanche soir] sous prétexte qu’elle copine avec Anne Sinclair. Regrettable suspicion ! Saluons au contraire le courage de la journaliste : quand on voit ce dont les amies de sa fille accusent DSK, celles de sa femme ont toutes les raisons de se méfier. De docteur Strauss-Kahn en mister Kro, interviewer ce client-là, aujourd’hui, pour une femme, c’est presque aussi dangereux qu’un reportage de guerre – avec une ceinture de chasteté en guise de gilet pare-balles.

Commentant cette émission, la presse parle aujourd’hui d’une « opération de com ». Du m au n, il n’y a qu’une lettre. A aucun moment, la journaliste n’a insisté sur un point dérangeant, ni mis en cause les assertions de l’invité cher ami concernant, par exemple, le rapport du procureur, qui, à l’en croire, le lave de tout soupçon.

Ce n’est pas exactement ce qu’écrit le magistrat, qui argue surtout, pour demander l’abandon des poursuites, de l’impossibilité de se fier au témoignage de Nafissatou Diallo. Que la victime présumée soit une menteuse ne répond pas à toutes les interrogations, concernant notamment la brièveté de sa rencontre avec Dominique Strauss-Kahn – brièveté qui avait conduit le procureur new-yorkais à penser que la liaison n’avait probablement pas été consentie.

Chazal n’a pas cherché non plus à savoir pourquoi les avocats de Strauss-Kahn avaient prétendu, au début de l’affaire, qu’il n’avait pas rencontré la femme de chambre. A menteuse, menteur et demi ? De même, après avoir déclaré que rien ne s’était passé entre lui et la journaliste Tristane Banon, qui le poursuit en France pour tentative de viol, l’ancien patron du FMI aurait reconnu devant les policiers qu’il avait essayé de « l’embrasser ». Sur ce point non plus, Chazal n’a pas jugé bon d’insister…

Les sous-titres des images projetées au fond du plateau suffisaient à résumer l’intention de l’émission: d’abord « les explications » (on aurait pu écrire: les justifications); ensuite: « l’avenir »: on a eu droit à l’analyse de la crise économique par l’ancien patron du FMI. Comment se passer d’un si grand homme? Il s’agissait, en somme, de préparer le retour de DSK dans la vie politique française, dont une majorité de Français, selon un sondage publié par le « JDD », ne veulent pas. Malheureusement, l’acteur n’a pas été à la hauteur de la mise en scène: Dominique Strauss-Kahn a surjoué et pas dans le sens attendu. Il s’est montré arrogant, agressif, revanchard. L’exercice avait-il été trop bien préparé et trop souvent répété ? Strauss-Kahn s’est montré bien mauvais comédien. Si ça pouvait être la dernière séance !

François Couteil

DSK interviewé par Claire Chazal : une opération de com

Robert Ménard : "Au CSA, ce sont des faux culs de première !"

Robert Ménard : « Au CSA, ce sont des faux culs de première ! »

Par Emmanuel Berretta. Extraits de Le Point.fr.

Robert Ménard réagit à la mise en demeure par le CSA de Sud Radio, la station qui bouscule les ondes par sa libre antenne.

[question]Le Point : Vous avez été bousculé par des propos sexistes et racistes d’auditeurs de Sud Radio. N’y a-t-il pas un problème de filtrage des appels sur la station ?[/question]

[answer]Robert Ménard* : Mais je n’ai pas envie que les auditeurs soient filtrés ! Je vois que RMC prétend choisir ses auditeurs et ses thèmes. On ne veut pas faire du RMC. On veut justement apporter autre chose. […][/answer]

[question]Fallait-il pour autant pousser les auditeurs, comme l’a fait votre collègue Éric Mazet à lancer un débat sur le thème « DSK soutenu par le lobby juif » ?[/question]

[answer]Éric Mazet a été mis à pied et, moi qui le connais, je peux vous dire qu’il n’est pas antisémite. Dire qu’il existe un lobby juif, qu’il y a des solidarités confessionnelles, ce n’est pas antisémite. Je suis pied-noir et je peux vous dire que le lobby pied-noir en France, c’était quelque chose ces 25 dernières années ! D’ailleurs, aux États-Unis, ça ne choque personne de parler de « lobby juif ». […][/answer]

[answer][…] Je suis contre le fait que le CSA s’érige en grand prêtre de ce qui est acceptable et ne l’est pas. Ainsi, il condamne Sud Radio en 48 heures sans même nous entendre. Mais quand Jean-Michel Larqué, sur RMC, le 12 août, tombe dans la caricature sur l’argent et les juifs à propos d’Arsenal, je ne vois pas le CSA se précipiter. Aucune décision n’a été rendue à ce jour. Deux poids, deux mesures. Au CSA, ce sont des faux culs de première ![/answer]

[question]Certains de vos confrères se moquent de vous sur le mode : « Ménard a trouvé, sur Sud Radio, plus facho que lui ». Qu’est-ce que ça vous inspire ?[/question]

[answer]Moi, un facho ? J’ai fondé Reporters sans frontières, je me suis battu contre la censure et je serais un facho ? Parce que je me déclare plus du côté des victimes que des agresseurs, parce que je suis pour le rétablissement de l’autorité parentale, ça ferait de moi un facho ? Parce que je ne me battrais pas pour empêcher la condamnation à mort de Marc Dutroux, je serais un facho ? Eh bien, dites-moi, on est un sacré paquet de fachos en France ! J’ai été viré de RTL parce que j’ai dit que j’étais d’accord avec certaines idées du Front national et que j’estimais anormal qu’un parti qui pèse de 15 à 20 % dans l’opinion n’ait pas de représentants au Parlement. Qu’on s’entende bien, je ne vote pas pour le Front national. […]

Robert Ménard : "Au CSA, ce sont des faux culs de première !"Quand je vois que Christopher Baldelli (le patron de RTL, NDLR) ose, en cette rentrée, parler d' »impertinence » sur RTL… Le monde du journalisme vit coupé du pays réel. On parle en euphémismes. Moi, je fais avec la vie ! Et je fais partie de ceux que ça ne gêne pas d’aller voir. La vérité, c’est que Sud Radio gêne RTL, RMC et Europe 1.[/answer]

* Robert Ménard est à l’antenne de Sud Radio, de 7 heures à 8 h 30, du lundi au vendredi.

[box class= »info »] Source et article complet sur Le Point.fr. [/box]

Crédit photo : Philippe Leroyer, Flickr. Licence CC.

Pour Michel Rocard, DSK est “un malade mental”

Pour Michel Rocard, DSK est “un malade mental” [vidéo]

Michel rocard, retiré de la vie politique mais apportant encore son concours à l’action de Nicolas Sarkozy, n’a pas fait hier, lundi 29 août, dans la dentelle lors du Grand Journal de Canal +. L’ancien Premier ministre a en effet affirmé que DSK était “un malade mental” !

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Affaire DSK: Après Hollande, Fillipetti entendue

Affaire DSK: Après Hollande, Fillipetti entendue

La députée PS Aurélie Filippetti

La députée PS Aurélie Filippetti

22/07/2011 – 09h30 – PARIS (NOVOpress) — La police judiciaire parisienne, chargée d’enquêter sur la tentative de viol qu’aurait commise Dominique Strauss-Kahn sur la journaliste Tristane Banon, envisage d’entendre à ce sujet la députée PS Aurélie Filippetti. Déjà, mardi dernier, elle avait procédé à l’audition de François Hollande.

Les deux édiles auraient en commun d’avoir été informés de l’agression dont Tristane Banon dit avoir été victime. François Hollande avait pour sa part, à l’époque, déconseillé à l’entourage de la jeune fille de porter plainte, selon son avocat.

Cette affaire s’avère embarrassante pour les socialistes à l’heure où débutent leurs primaires à l’élection présidentielle de 2012. Pour le moment, tous font bloc derrière leurs condisciples et dénoncent une « manipulation politique ». Peut-être sentent-ils qu’au rythme où vont les révélations, Aurélie Fillipetti ne sera sans doute pas la dernière socialiste à être entendue à ce propos.

Tristane Banon / DSK : une affaire politique selon François Hollande [vidéo]

Tristane Banon / DSK : une affaire politique selon François Hollande [vidéo]

21/07/2011 – 07h00
PARIS (NOVOpress) — Derniers rebondissements dans « l’affaire DSK/Banon » : à l’issue de son audition par la police, François Hollande a dénoncé « une opération politique visant à mettre {son} nom dans la presse » et menacé de poursuites judiciaires ceux qui tenteraient de l’y impliquer. Au final, il n’y a qu’au Parti Socialiste où les frasques sexuelles de l’ancien directeur du FMI et présidentiable Dominique Strauss-Kahn étaient ignorées. Vidéo © BFM TV