Tag Archives: droit de vote

François Hollande relance la polémique sur le droit de vote des étrangers

François Hollande relance la polémique sur le droit de vote des étrangers

16/12/2014 – PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
« Je suis favorable au droit de vote des étrangers », c’est ce que a nous rappelé François Hollande, hier après midi durant son discours d’inauguration au musée de l’Histoire de l’immigration ouvert en 2007. Alors que sa côte de popularité est au plus bas et que le fameux collectif des « frondeurs » prend de l’ampleur, François Hollande souhaite unifier la gauche en reprenant un de ses thèmes favoris : l’accueil des étrangers. « Il faut que la France soit représentée par toutes les couleurs, toutes les forces vives du pays »  a‑t‑il expliqué avant de comparer l’arrivée des 200 000 immigrés par an sur le sol français à une accumulation de « talents » et de « chances ».

Dans cet éloge de l’immigration, François Hollande évoque tout de même la poussée du Front National

Tout à fait. Si il attaque le Front National en les traitant de démagogues, mais il dénonce aussi la poussée des nationalismes en Europe dont on a vu l’illustration aux dernières élections européenne, en les comparant, je cite : « A des vents mauvais qui soufflent de plus en plus ». Quant à la montée de l’islam radical en France, il assure que l’islam est tout à fait compatible avec les lois de la République.

Le président qui voulait rassembler les Français, ignore une fois de plus les Français de souche

Eh oui ! Le président refuse toujours de prendre en compte l’avis des Français sur le sujet. Pourtant, dans un récent sondage Odoxa, 60 % des Français, seraient opposés au droit de vote des étrangers.

L’immigration n’est pas une fatalité ? 

Eh non ! Contrairement à l’idéologie bien pensante qui sévit en France depuis près de 40 ans. En Espagne par exemple, une loi de sécurité citoyenne a été adoptée jeudi dernier par le congrès des députés qui prévoit une reconduite immédiate des immigrés clandestins à la frontière.

Le droit de vote des étrangers, le retour !

Le droit de vote des étrangers, le retour !

21/05/2013 – 18h10
PARIS (NOVOPress) –
Lors de sa conférence de presse de jeudi dernier, tout le monde se demandait ce que François Hollande allait bien pouvoir dire aux Français. Et voilà que celui-ci nous ressort cette vieille histoire de la gauche : le droit de vote des étrangers. Vous me direz, ce n’est pas nouveau ! C’était un sujet abordé dès 1981 avec François Mitterrand, et ensuite c’était l’une des promesses de la campagne de François Hollande. Oui, mais, pourquoi maintenant ?

Lire la suite

Élections communales en Belgique : une parlementaire belge dénonce ouvertement le racolage ethnique intensif

Élections communales en Belgique : une parlementaire belge dénonce ouvertement le racolage ethnique intensif

26/09/2012 – 02h56
BRUXELLES (NOVOpress) —
Sfia Bouarfa, députée Bruxelloise (PS) et conseillère communale à Schaerbeek, l’une des 19 communes bilingues de la Région de Bruxelles-Capitale en Belgique, renonce à se présenter aux élections communales et dénonce ouvertement le racolage ethnique intensif auquel se livrent les partis en présence.

Elle a ainsi déclaré dans Le Soir du 25 septembre 2012 : « Autrefois, on entrait dans un parti pour défendre un projet, avec une vision de société. Il y avait des militants de tous bords : universitaires, ouvriers, syndicalistes issus de l’immigration ou non… Désormais, les partis racolent, le PS en tête ! regrette la députée. On cherche des « profils », on vise des « créneaux ». L’électorat est devenu un capital à conquérir, dans une logique purement utilitariste. La fin justifie les moyens : on recrute des gens incompétents sans projets, sans idéal politique ; on exploite leur origine ethnique ou sociale ; on leur fait croire que le parti va servir d’ascenseur social quand les autres voies d’émancipation (école, emploi…) ont échoué. Quant à l’électorat populaire, on le manipule aussi. Il est à mille lieues de la politique, mais tout est bon pour engranger ses voix. »

Cette situation est à mettre en parallèle avec la récente élection de François Hollande en mai 2012, le poids décisif du vote immigré vers le Parti Socialiste, et n’est pas sans rappeler le projet de la gauche d’ouvrir les élections aux étrangers sur le sol français.

Les Français de plus en plus hostiles au droit de vote des étrangers

Les Français de plus en plus hostiles au droit de vote des étrangers

21/09/2012 — 12h30
PARIS (NOVOpress) –  Deux sondages publiés cette semaine -et réalisés les 18 et 19 de ce mois- indiquent que la population française est nettement opposée au droit de vote des étrangers extra-européens. A 63% dans le sondage CSA pour RTL et à 61% dans celui réalisé par l’IFOP pour Atlantico.

Et il y a « pire », pour le CSA la grande majorité (40%) des 63% opposés à ce droit de vote y est « Très opposé », alors que seule une petite minorité (12%) des 37%  favorables y est « Très favorable » ; cette répartition des « Très » est analogue dans le sondage IFOP.

Lire la suite

Un référendum sur le droit de vote des étrangers !

Un référendum sur le droit de vote des étrangers !

08/07/2012 — 18h30
PARIS (NOVOpress) —
Le Bloc Identitaire réclame un référendum sur le droit de vote des étrangers et une pétition « Droit de vote des étrangers : nous voulons que le peuple s’exprime ! » est lancée pour l’obtenir.

Dans ses motifs le Bloc explique :

La gauche a gagné les élections législatives. Mais elle a perdu la bataille du droit de vote des étrangers. En effet, elle ne dispose pas au Parlement des 3/5ème d’élus nécessaires au vote d’une réforme de la Constitution, préalable à une loi sur ce sujet.

Le Bloc Identitaire s’en félicite. Pour autant, le débat ne doit pas être esquivé. Le peuple doit pouvoir s’exprimer. Il faut interdire à l’avenir à la gauche, par un vote clair et net, de continuer à entretenir un doute malsain sur ce sujet.

Le vote des étrangers aux élections locales était clairement défendu dans le projet du candidat Hollande. Le président Hollande et son gouvernement avaient affirmé qu’ils le réaliseraient rapidement. Depuis des mois, les socialistes et leurs alliés (politiques ou médiatiques) nous ont expliqué que les Français y étaient favorables.

Nous pensons pour notre part l’inverse. Comme nous, la majorité des Français sont encore attachés au lien entre nationalité et citoyenneté. Un lien fondamental, que la gauche voudrait détruire après avoir déjà brisé celui entre identité et nationalité.
[…]

La pétition se trouve ici.
Elle sera remise à Jean-Marc Ayrault (Premier ministre), François Hollande (Président de la République), Claude Bartolone (Président de l’Assemblée nationale), Jean-Pierre Bel (Président du Sénat).

Et la pétition de conclure : « Ensemble, mettons les socialistes face à leurs contradictions. Forçons-les à consulter le peuple, notre peuple ! Ensemble, exigeons un referendum pour dire définitivement NON au droit de vote pour les étrangers ! Avant que ce soit les étrangers naturalisés par nos gouvernements successifs qui en décident… »

Crédit photo : Rama via Wikipédia, licence CC.

Nicolas Sarkozy : La République est-elle « submergée par une immigration incontrôlée » ?

Nicolas Sarkozy : La République est-elle « submergée par une immigration incontrôlée » ?

05/03/2012 – 08h00
BORDEAUX (via Infos Bordeaux) —
Les clins d’œil envers l’électorat du Front national se multiplient. Après la dernière sortie du ministre de l’intérieur, Claude Guéant, associant immigration et insécurité, c’est le président de la République qui a poursuivi cette stratégie samedi à Bordeaux devant près de 8000 personnes.

Oubliant qu’il y avait été favorable, Nicolas Sarközy a déclaré que « donner le droit de vote aux étrangers, (…) c’est porter atteinte à la République, parce que c’est ouvrir la voie au vote communautaire ».

Récupérant la dernière proposition de Marine Le Pen sur l’étiquetage halal, le président de la République souhaite étiqueter la viande selon les méthodes d’abattage. Rompant avec le politiquement correct (ce qui a du faire frémir Alain Juppé, maire de Bordeaux), celui-ci s’est inquiété des vagues migratoires qui mettent depuis des années notre identité en danger : « La République ne peut accueillir dignement que si elle n’est pas submergée par une immigration incontrôlée (…) l’immigration peut être aussi un problème ».

Si les propositions du candidat ont soulevé l’enthousiasme des militants UMP, le décalage entre ses nouvelles promesses et son bilan est pourtant criant. Pourquoi Nicolas Sarközy ferait lors de son hypothétique prochain quinquennat, ce qu’il n’a pas voulu faire lors du premier ?

« Les promesses n’engagent que ceux qui y croient » avait déclaré Charles Pasqua il y a quelques années. Il n’est pas évident que les Français, « cocus » depuis cinq ans, lui repassent la bague au doigt !

Crédit photo : DR.

Entretien avec Catherine Blein, porte parole du collectif "citoyens contre le droit de vote des étrangers" [audio]

Entretien avec Catherine Blein, porte parole du collectif « citoyens contre le droit de vote des étrangers » [audio]

21/11/2011 – 12h10
PARIS (NOVOpress) —
Début Décembre, au sénat, il se pourrait que l’on assiste à une petite « révolution ». En effet, depuis que la gauche a remporté les élections sénatoriales, une proposition de loi sur le droit de vote accordé aux étrangers lors des élections locales a été ressortie des cartons par le parti socialiste.

Cette proposition de loi avait déjà été adopté par l’assemblée nationale lorsque la gauche y était majoritaire. La validation par le Sénat de cette proposition signifierait donc l’obligation pour le président de la République de soumettre cette proposition ou bien au peuple, par référendum, ou bien à l’ensemble des députés et sénateurs réunis en assemblée extraordinaire.

La droite, majoritairement hostile à cette loi, n’a jamais fait spécialement preuve de virulence pour la faire rejeter, laissant ainsi de nombreux citoyens « orphelins », s’estimant non défendus par la représentation politique. C’est en ce sens qu’a été crée le collectif « citoyens contre le droit de vote des étrangers », à l’origine d’une pétition en ligne qui devrait être remise avant le vote au Sénat au premier ministre ainsi qu’au président de la République.

Qui est derrière ce collectif ? Quel message ces citoyens veulent ils faire passer ? Le débat sur le droit de vote des étrangers doit-il s’élargir à un débat sur la refonte du code de la nationalité ?

Pour répondre à ces questions, Catherine Blein, électrice française et porte parole du collectif, a accepté de nous répondre.

Propos recueillis par Yann Vallerie pour Novopress France

[MEDIA not found]

[box class=warning]Liens : Accéder à la pétition en ligne / Accéder à la page Facebook[/box]

Une pétition “Contre le droit de vote des étrangers – Défendons notre identité – Défendons notre nationalité”

Une pétition « Contre le droit de vote des étrangers – Défendons notre identité – Défendons notre nationalité »

19/10/11 – 13h50
PARIS (NOVOpress) –
Le collectif « Citoyens contre le droit de vote aux étrangers » a lancé hier une pétition pour s’opposer à l’instauration du droit de vote des étrangers en France.

Les auteurs de la pétition rappellent que :

« Le droit de vote est la manifestation politique la plus importante de l’appartenance d’une personne à sa collectivité nationale.
Comme citoyens français, nous pouvons voter aux élections locales, régionales et nationales.
Comme citoyens européens, depuis le traité de Maastricht de 1992, nous pouvons voter aux élections locales et aux élections au parlement européen quel que soit notre pays de résidence.
Par ces gestes citoyens nous donnons une réalité à notre triple espace d’appartenance, la région, le pays et l’Europe. »

Le collectif appelle à se mobiliser d’urgence pour éviter que la « Gauche xénophile » « avec l’aide de centristes, régularise massivement les clandestins et les pseudo-réfugiés, et fasse adopter le droit de vote aux étrangers comme préambule au grand remplacement dont rêvent les idéologues du Parti socialiste ou leurs alliés de SOS Racisme : comme le peuple ne vote plus à gauche, changeons le peuple.
Ce ne sont pas des mots en l’air, Martine Aubry a déclaré publiquement que c’était un objectif prioritaire du Parti socialiste si la gauche reprend le pouvoir en 2012.
 »

Le collectif souhaite que la pétition soit signée « pour démontrer qu’au-delà des appartenances partisanes et des divergences idéologiques » le peuple français « ne veut pas se voir diluer dans un magma multiculturel ou la nationalité française ne serait plus qu’une qualité administrative lorsque l’on voyage, ou un titre honorifique. »

Le texte complet de la pétition est lisible ici.

De mauvaise foi, des députés UMP s'insurgent contre le projet du PS de donner le droit de vote aux étrangers extra-communautaires

De mauvaise foi, des députés UMP s’insurgent contre le projet du PS de donner le droit de vote aux étrangers extra-communautaires

03/01/2011 – 16h00
PARIS (NOVOpress) –
On voit bien que la thématique identitaire sera au cœur des prochaines élections. Ainsi, dans un communiqué, des députés UMP, en l’espèce des membres de la Droite populaire, s’insurgent contre le projet du PS (notamment défendu par Martine Aubry) d’accorder le droit de vote et d’éligibilité des étrangers non communautaires.

Parlant même de trahison, ces parlementaires affirment : « Si on applique cette mesure, demain des étrangers non communautaires pourront non seulement voter mais aussi être élus dans nos communes, nos départements, nos régions, sans être Français et seulement parce qu’ils se trouvent sur le sol national depuis au moins 5 ans. Ainsi, des personnes de n’importe quelle nationalité dans le monde pourront diriger nos communes, nos départements, nos régions !? Et cela sans aucune réciprocité ? Sans que nous puissions seulement voter ou peut être même séjourné dans ces pays-là ? » Et toujours selon ces élus, « donner de tels droits à des ressortissants étrangers issus quelquefois de pays qui ne respectent pas les valeurs fondamentales de notre démocratie est assimilable pour le moins à un total abandon et même à une trahison de la part de ceux qui veulent assumer la magistrature suprême. »

Seul souci, derrières ces rodomontades bien patriotiques, ces élus UMP ont soutenu une politique qui tient également de la trahison. Quelques chiffres éloquents : la barre des 200.000 entrées régulières a été franchie en 2010, la France reste le premier pays de destination des demandeurs d’asile (avec en 2010, plus de 50.000 étrangers qui ont sollicité l’asile en France et les places en CADA – Centre d’accueil des demandeurs d’asile – ont été multipliées par quatre depuis 2002, passant de 5.000 à 20.000) et moins d’expulsions que de régularisations (par exemple : 70.000 clandestins estimés pour la seule Côte d’Ivoire).

[box class= »info »]Crédit photo : Rama/Wikipédia sos licence Creative Common[/box]

Les électeurs du canton de Vaud refusent d'étendre les droits politiques aux étrangers

Les électeurs du canton de Vaud refusent d’étendre les droits politiques aux étrangers

07/09/2011 10h30
LAUSANNE (NOVOpress) –
Le résultat est sans appel, près de 70 % des électeurs du canton de Vaud en Suisse qui se sont exprimés ont refusé dimanche de donner des droits politiques cantonaux aux étrangers. Ils se sont opposés lors d’une votation à l’initiative des partis de gauche et du centre et des associations immigrationnistes intitulée « Vivre et voter ici ». Cette initiative visait à accorder à des non‑Suisses des droits politiques complets au niveau cantonal. Et elle aurait fait du canton de Vaud le premier canton à accorder autant de droits.

« Vivre et voter ici » prévoyait d’accorder les droits politiques cantonaux aux étrangers établis depuis dix ans en Suisse et depuis trois ans dans le canton. Depuis 2003, les étrangers remplissant les mêmes conditions peuvent déjà voter et être élus au niveau communal, ce qui représente 85 000 personnes. Pour les partisans de « Vivre et voter ici », il est injuste que des personnes qui vivent depuis longtemps en Suisse et y paient des impôts n’aient pas leur mot à dire sur les scrutins cantonaux.

Un oui aurait impliqué la possibilité pour un étranger d’être élu au Grand Conseil, au Conseil d’Etat ou au Conseil des Etats —cette élection relevant aussi du droit cantonal. Pour les opposants à « Vivre et voter ici », principalement les partis de droite, les étrangers désireux de participer à la vie politique cantonale devaient plutôt se naturaliser. Vaud est un des cantons qui a le plus simplifié et rendu accessibles les procédures pour obtenir le passeport suisse. Cette votation est la preuve manifeste que les citoyens veulent défendre leur identité.

[box]Carte : carte de la Suisse, le canton de Vaud est en rouge. Source Wikipédia Commons[/box]