Tag Archives: dissolution

Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je gouvernerai et François Hollande inaugurera »

03/09/2014 – PARIS (via France Info)
Dans la suite de son discours prononcé à Brachay, la présidente du Front national, Marine Le Pen, a indiqué que si elle gagnait les élections législatives suite à une dissolution de l’Assemblée nationale, elle gouvernerait malgré la situation de cohabitation et laisserait le président de la République, François Hollande… inaugurer. Pour leur part, les responsables de l’UMP ont indiqué refuser cette cohabitation si leur formation gagnait de telles élections législatives.

Publié le
Le Boc Identitaire demande la dissolution de l’Assemblée Nationale

Le Bloc Identitaire demande la dissolution de l’Assemblée Nationale

27/08/2014 – PARIS (NOVOpress) – Mardi dans un communiqué le Bloc Identitaire a demandé la dissolution de l’Assemblée Nationale « et donc de nouvelles élections législatives pour rendre la parole au peuple ».

Pour le Bloc : « Après les élections municipales suivies des élections européennes du 25 mai dernier qui sont venues confirmer un rejet massif du Parti Socialiste, ce dernier connaît une crise interne sans précédent avec la dissolution du gouvernement Valls I. Le « gouvernement de combat » voulu par François Hollande aura finalement été l’un des plus courts de la Ve République… »

Il estime que la « cacophonie qui règne au sein du pouvoir exécutif » et le « rejet du Président de la République » en particulier à travers les sondages, nécessite une décision pour que le pays soit gouverné selon la volonté des Français, alors que « François Hollande et Manuel Valls semblent vouloir continuer dans la même voie. »

Une pétition « Nous demandons la dissolution de l’Assemblée Nationale ! » a été lancée et des autocollants dans ce sens sont disponibles (image en Une).

France : mariages et… dissolution, par Raoul Fougax

France : mariages et… dissolution, par Raoul Fougax

Dissolution, l’hypothèse est reprise de Minute à Marianne et agite le petit monde des commentateurs politiques. Elle a été évoquée ici en premieril y a déjà plusieurs mois. C’est une confirmation de notre méthode critique. On n’a pas besoin de dormir devant l’Elysée et de cultiver un journalisme de connivence pour devancer certains événements. Il suffit de peser objectivement le pour et le contre des possibilités.

Il faut dire que le président n’a pas beaucoup de possibilités. La meilleure, la plus simple, c’est la dissolution de l’assemblée nationale (photo en Une) et l’organisation de nouvelles élections législatives. Cela entraînerait normalement une large victoire de la droite. Celle-ci serait appelée a Matignon par le président et se « cramerait » en deux ans, le temps pour François Hollande de se refaire à la « Mitterrand » une nouvelle santé présidentielle.

Cela pourrait intervenir tout de suite après les municipales mais même avant. En effet le pouvoir est pat comme on dit aux échecs, il ne peut plus bouger, il ne peut plus rien faire. De bavures en reculades le pouvoir n’a plus de marge de manœuvre.

Tout le monde est tenté d’en profiter

L’UMP n’y arrive pas car le parti est en situation de dissolution du mariage entre sa branche droite et son corps mou, entre orléanistes et bonapartistes. Le Fn qui a le vent en poupe demande la dissolution, mais en fait le président ne peut donner l’impression de céder à une demande politique du FN. Cette pression de Marine Le Pen pourrait retarder les choses et même pousser à l’autre hypothèse un remaniement majeur du gouvernement.

Le mariage pour tous connait donc des limites entre Hollande et les français, Hollande et sa compagne, Hollande et la gauche, Hollande et les bretons. Mariage pour tous sauf pour le président dont plus personne ne veut…. En tout cas pour le moment et politiquement.

Le mariage pour tous d’actualité au centre

France : mariages et… dissolution, par Raoul FougaxL’Union des démocrates et indépendants (Udi) de Jean-Louis Borloo et le Mouvement démocrate (MoDem) de François Bayrou (photo ci-contre) veulent faire renaître un pôle de centre droit à l’issue de plusieurs années de brouille. Le centre réunifié compte tirer son épingle du jeu entre un Parti socialiste confronté à la dure réalité économique et une Ump divisée entre ses chefs et parfois accusée de chasser sur les terres du Front national. Ce partenariat est le résultat d’un rapprochement engagé l’été dernier entre François Bayrou et Jean-Louis Borloo, qui ont dû faire des concessions mutuelles. Mais le centre n’est pas un espace tranquille stable et immobile.

France : mariages et… dissolution, par Raoul FougaxEn 2002, une partie de l’Udf, dont Jean-Louis Borloo (photo ci-contre), a rejoint l’Ump créée par Jacques Chirac et Alain Juppé. En 2007, les trois quarts des troupes de l’Udf ont rejoint l’Ump de Nicolas Sarkozy et ont créé le Nouveau Centre (Nc). En septembre 2012, Jean-Louis Borloo, membre du Parti radical, une composante de l’Udf puis de l’Ump, a quitté cette dernière pour créer l’Union des démocrates et des indépendants (Udi). Le regroupement du centre irrite l’Ump, qui n’a pas pardonné à François Bayrou d’avoir refusé de soutenir Nicolas Sarkozy en 2012 mais aussi en 2007, et voit une concurrence nouvelle émerger sur le centre de l’échiquier politique.

Cela étant, qui au centre du centre ? Deux noyaux pour un seul centre c’est beaucoup et, après ce mariage, on aura droit, dans un certain temps, à une dissolution. Car le problème des mariages modernes c’est qu’ils sont peut-être pour tous mais pas pour très longtemps.

Raoul Fougax

Source : Metamag.

Crédit photos de haut en bas : Richard Ying et Tangui Morlier, Jackolan1, Claude Truong-Ngoc. Via Wikipédia, (cc).

Affaire Méric : il y a 40 ans dissolution d'Ordre Nouveau

Affaire Méric : analogie avec la dissolution d’Ordre Nouveau

28/06/2013 – 14h00
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) – Le 28 juin 1973, il y a donc exactement 40 ans, le mouvement nationaliste Ordre Nouveau était dissous sur décret du gouvernement. Les circonstances de cette dissolution ne sont pas sans rappeler l’actuelle « affaire Méric », dont la mort a servi de prétexte à l’actuel gouvernement pour dissoudre un certain nombre d’organisations nationalistes, alors que les antifas sont les agresseurs.

Le 21 juin 1973, Ordre Nouveau tenait meeting au Palais de la Mutualité, ceinturé pour la circonstance par les forces de l’ordre. Les hommes de main de la Ligue communiste, une organisation paramilitaire dirigée par Alain Krivine, se lancèrent alors à l’assaut du Palais.

Lire la suite

La mort d'un militant d'extrême gauche affole la classe politique

La mort d’un militant d’extrême gauche affole la classe politique

10/06/2013 – 13H40
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) –
Clément Méric, étudiant à Sciences Po Paris, est mort la semaine dernière au terme d’une bagarre. Le jeune homme, antifasciste, militait dans divers groupes d’extrême gauche. Mercredi soir, c’est avec un groupe de militants nationalistes, issus vraisemblablement des Jeunesses nationalistes révolutionnaires de Serge Ayoub, qu’il s’est battu.

Les antifas, les agresseurs

Les grands médias ont rapidement parlé d’une agression dont aurait été victime Clément Méric. Pourtant, les témoignages de personnes extérieures aux deux groupes tendent à minorer la responsabilité des skinheads. Un vigile du magasin devant lequel s’est déroulée la bagarre, considéré comme témoin « principal » par la police, a par exemple affirmé que « Les skinheads ne cherchaient pas la bagarre ». Pire, selon le même vigile, l’un des membres du groupe antifasciste, équipé de gants de boxe en pleine rue, a invité ses trois complices à se battre, et Clément Méric a déclaré à propos des skinheads « Ce sont des gens qui ne devraient même pas être vivants. ». Les nationalistes, eux, auraient tenté de partir discrètement pour éviter la bagarre.

Lire la suite

Diffamé par le Mouvement des jeunes socialistes, le Bloc identitaire en demande la dissolution et porte plainte

Diffamé par le Mouvement des jeunes socialistes, le Bloc identitaire en demande la dissolution et porte plainte

18/04/2013 – 19h00
PARIS (NOVOpress) –
A croire que la plainte déposée par le Bloc identitaire contre Yann Galut, député PS du Cher, pour diffamation n’est pas une information importante pour Thierry Marchal-Beck. Toujours est-il que l’inconnu et dispensable président du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) s’est permis lui aussi de diffamer le mouvement identitaire.

Lire la suite

Clap de fin pour le R-UMP de Fillon

Clap de fin pour le R-UMP de Fillon

15/01/2013 – 13h30
PARIS (Novopress) – Mardi 15 janvier 2013, le groupe filloniste R-UMP a été officiellement dissous lors de la conférence des présidents de groupe à l’Assemblée Nationale. Cette dissolution sera ensuite publiée mercredi 16 janvier au Journal officiel, comme l’a indiqué à la presse Christian Jacob, président du groupe UMP.

Lire la suite

Après la Convention d'Orange, Julien Dray veut la dissolution de toutes les structures identitaires

Après la Convention d’Orange, Julien Dray veut la dissolution de toutes les structures identitaires

06/10/2012 — 10h00
PARIS (NOVOpress) — Il faut croire que certains cadres du parti socialiste (PS) ont du mal à accepter certaines décisions de leur gouvernement. Tel est le sentiment que l’on peut avoir à la suite des dernières déclarations de Juien Dray. En effet, ce « modèle » de vertu et d’honnêteté républicaines souhaite, malgré l’avis négatif du gouvernement, la dissolution de toutes les structures identitaires.

Lire la suite