Tag Archives: discrimination

eric_zemmour-2477023

Le CSA veut faire taire Eric Zemmour

03/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Le CSA ne veut plus que l’essayiste Eric Zemmour puisse s’exprimer librement à la télévision, ni à la radio. Clairement, le Conseil supérieur de l’audiovisuel veut le faire taire. L’instance chargée du flicage des plateaux ne tolère – éventuellement – sa présence que dans la stricte mesure où le « journaliste » qui l’a invité lui porte une contradiction musclée. C’est ce qui ressort de la « mise en garde » adressée par le CSA à RTL et à France Télévisions, divulguée le 1er décembre.

Dans ce communiqué qui s’apparente à un oukase de la police de la pensée, le CSA indique sans aucune honte s’être réuni sur la base de « nombreuses plaintes » d’auditeurs et de téléspectateurs ayant « dénoncé » (sic) au Conseil « un discours qu’ils percevaient comme une forme de racisme et d’islamophobie » ! On notera d’une part que le CSA valide la délation, d’autre part la formulation alambiquée qui permet au CSA d’insinuer sans affirmer, et donc, espèrent-ils sans doute, d’échapper aux poursuites en diffamation que pourrait engager l’auteur d’Un quinquennat pour rien.

L’instance présidée par Olivier Schrameck — qui fut directeur de cabinet de Lionel Jospin à Matignon – estime donc « que la maîtrise de l’antenne doit être proportionnée au discours de l’invité et donc particulièrement forte lorsque ce dernier se caractérise par l’exacerbation des antagonismes au sein de la société française et la justification de comportements discriminatoires. Dans le cas de l’émission Bourdin direct, le Conseil a estimé que la maîtrise de l’antenne avait été effectuée par le journaliste, dans la mesure où les propos de l’invité ont fait, le plus souvent, l’objet d’une contradiction parfois vive, et en a fait part à l’éditeur. » Traduction : Jean-Jacques Bourdin n’a pas laissé Eric Zemmour s’exprimer, donc tout va bien !

En revanche, poursuit le CSA, « s’agissant des émissions C à vous et 6 minutes pour trancher, le Conseil a estimé que la maîtrise de l’antenne avait été insuffisamment assurée au regard de la gravité des propos tenus et a mis en garde les responsables de RTL et de France Télévisions contre le renouvellement d’un tel manquement ».

Poing noir

Afrique du Sud : 400 000 Blancs vivent dans des bidonvilles

28/04/2016 – PARIS (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Selon un récent article du Daily Mail, 10 % de la population blanche vit aujourd’hui dans la pauvreté, dans 80 bidonvilles, souvent sans eau courante, électricité, ni accès aux soins. Beaucoup sont sans emploi. Leur nombre a énormément augmenté depuis l’abolition de l’apartheid, où « politique de développement séparé », en 1994. C’est le résultat de la politique gouvernementale de « discrimination positive » en défaveur des Blancs des classes populaires. Les entreprises qui n’engagent pas assez de non‑Blancs sont pénalisées.

Manifestement, l’Afrique du Sud n’en a pas fini avec la « discrimination ». Le ministre sud‑africain des Sports a menacé, lundi, d’annuler la candidature de la Fédération de rugby à l’organisation de la Coupe du monde 2023. La raison ? L’équipe n’a pas atteint l’objectif de « mixité » raciale. Peu importe donc la qualité des sportifs. Sous la pression du gouvernement, l’équipe devra donc inclure au moins sept joueurs « non blancs » parmi les 31 sélectionnés pour le Mondial 2015, avec objectif de 50 % de joueurs non-blancs d’ici à 2019.

8431-Chard

Rentrée scolaire : illettrés, incultes, mais… « Charlie » !

02/09/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Source : (Présent 8431)

« Débats citoyens », ateliers dessins « en faveur de la liberté d’expression »… Alors que l’Armée dénombre chaque année pas moins de 40 000 illettrés lors de la Journée d’appel et de préparation à la Défense, le ministère de l’Éducation nationale, loin de se recentrer sur sa mission première, a fait le choix d’accélérer le décervelage des enfants dès la rentrée 2015 en renforçant sa propagande républicaine et laïcarde.

Laïcité à tous les étages

C’est que, explique Najat Vallaud-Belkacem dans la lettre qu’elle a adressée mardi à tous les parents d’élèves, « L’École que nous refondons participe pleinement au combat contre toute forme de discrimination, de violence et de harcèlement. C’est une École forte et fière de transmettre les valeurs républicaines, avec son nouvel enseignement moral et civique qui, dès la rentrée, concernera tous les élèves de la maternelle à la terminale. »
8431-P1
Et quel enseignement ! Ici, pas question d’apprendre à aimer ni à servir notre pays, mais à « être Charlie » en « réfléchissant » sur les attentats qui ont frappé Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennes. Bien orientés par de nouveaux manuels les incitant à réaliser leurs propres dessins « en faveur de la liberté d’expression » et à « désigner des porte-parole » chargés de s’exprimer dans le cadre de « débats démocratiques », tous les élèves auront ainsi droit au lavage de cerveau républicain.

L’hystérie démocratique belge

Un programme qui suscite quand même quelques craintes et réticences chez les enseignants exerçant dans les banlieues et qui ont encore en mémoire les incidents qui ont accompagné l’évocation des attentats, en janvier dernier.

Une crainte et, pour certains, une opposition, auxquelles les Belges sont en train d’apporter une réponse : le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles devrait en effet soumettre le mois prochain à l’approbation du Parlement une nouvelle disposition décrétale, qui imposera aux enseignants qui exprimeraient des opinions « non respectueuses des principes démocratiques », même en dehors de l’exercice de leurs fonctions, un « devoir de loyauté vis-à-vis de la Communauté française », sous peine de sanctions.

Franck Delétraz

racisme_usa

Une vidéo pour tenter de dénoncer le racisme aux États-Unis

21/07/2015 – ÉTATS-UNIS (NOVOpress)
Une vidéo mettant en scène un acteur blanc et un acteur noir cherche à prouver les discriminations dont seraient victimes les Africains-Américains. Par contre, rien n’est dit sur la discrimination positive dont ils bénéficient…

Selon le site américain Vox :

Si le racisme institutionnalisé n’est pas une réalité, alors pourquoi les Africains-Américains ont-ils quatre fois plus de chances d’être arrêtés pour consommation de marijuana que leurs alter-ego blancs, alors que les deux populations ont le même taux de consommation ? Pourquoi les Africains-Américains ont-ils environ deux fois plus de chances de se faire arrêter sur la route, et deux fois mois de chances d’être rappelés par un employeur après avoir envoyé leur CV ?


Discrimination anti-française-le témoignage d'Angelo-SDF

Soutenons Angelo, SDF victime de discrimination anti-Français

16/07/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Novopress se faisait récemment l’écho du sort d’Angelo, SDF ne bénéficiant d’aucune aide car Français, non-clandestin. L’association Entraide Solidarité a trouvé une solution pour ce père, sa femme et leur enfant de 6 mois, mais ils ont besoin de soutien financier. Luttons nous aussi contre les discriminations… anti-Français !

 

Hasna Ankal DailyRacism bijeenkomst in Brussel

La justice va mieux traquer… les discriminations

21/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Hausse de la délinquance et des menaces terroristes, Christiane Taubira prend le problème à bras-le-corps… et veut booster les stages de citoyenneté pour lutter contre les discriminations.

Citoyenneté et République sont décidément les deux mamelles du discours idéologique de notre gouvernement, la lutte contre le racisme l’ultime mantra du pouvoir pour conjurer tous les problèmes.
Pour preuve, alors que les chiffres de la délinquance, malgré les maquillages, sont toujours aussi mauvais, que les prisons se vident au grand dam des Français, quelle action entreprend le ministère de la Justice ? Il a réuni mercredi dernier à Paris les quelque 200 magistrats référents en matière de racisme et d’antisémitisme pour les encourager à recourir davantage aux stages de citoyenneté pour lutter contre les discriminations.
Existant depuis plus de dix ans, souvent organisés par des associations locales, ces stages peuvent être une alternative à des poursuites ou faire office de peine. En 2014, 5.000 ont été prononcés, souvent dans des affaires d’atteinte à l’autorité et de dégradations de biens publics. L’ambition du gouvernement est de les généraliser cette approche en développant notamment des modules « antiracistes » dans le cadre de stages plus généraux, explique Robert Gelli, directeur des Affaires criminelles et des grâces.

« Ceux qui insultent les policiers, ça ne fait peut-être pas de mal qu’ils aient une piqûre de rappel »,

dit-il. On pense aussi et surtout à tous les « déviants » qui subissent les foudres de la justice pour avoir critiqué le gouvernement, caricaturé l’un de ses membres ou commis des actes aussi graves que la « quenelle » de Dieudonné.
Ces derniers ont par exemple eu droit à un stage de citoyenneté conçu pour les auteurs de faits racistes et lancé en 2014 par le Mémorial de la Shoah en partenariat avec le parquet de Paris, qui a été présenté aux magistrats. D’autres bénéficiaires de ce stage sont des mineurs et des majeurs ayant proféré des insultes ou menaces à caractère raciste sur internet, indique une source judiciaire.

Crédit photo : Hasna Ankal via Flickr (CC)


Ecole

L’école, lieu de discriminations contre la France populaire

23/04/2014 – FRANCE (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Claude Meunier‑Berthelot a fait toute sa carrière dans l’Education nationale. Elle publie aujourd’hui un livre sans concessions intitulé C’est l’identité française qu’on assassine, dont Jean‑Yves Le Gallou a rédigé la préface.

Tout l’intérêt du livre est de mettre en lumière le fait que le « Grand remplacement » évoqué par Renaud Camus a pour condition de possibilité un « grand effacement », celui de l’histoire française et européenne. Et le lieu de cette opération est précisément l’école. Ainsi, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, toutes les réformes éducatives ont peu à peu conduit à oblitérer les éléments centraux de la culture française. L’allègement des programmes, invoqué au nom du bien‑être des élèves, a conduit à négliger des pans entiers d’histoire de France.

L’école, lieu de discriminations contre la France populaire

Le livre évoque aussi la panne de l’ascenseur social et la mise en place de l’éducation prioritaire
La notion de reproduction forgée par Pierre Bourdieu sert d’arme de combat politique à la gauche pour condamner la culture française associée à une culture dominante illégitime. Au nom d’un idéal égalitaire abstrait, les dirigeants français ont mis en place le collège unique, qui a rompu la dynamique de sélection des meilleurs éléments, indépendamment de leur origine sociale.

Pour compenser cet échec, les mêmes gouvernements ont alloué plus de moyens aux zones d’éducation prioritaire
On a vu de multiples filières parallèles d’accès à de grandes écoles se mettre en place exclusivement au profit de certaines minorités. Il apparaît en définitive que les classes populaires non issues de l’immigration ne jouissent pas des moyens offerts désormais aux populations issues de l’immigration. En somme, la discrimination positive repose sur une discrimination négative envers les populations de souche. Comme le disait fort justement Jean Macé « qui tient les écoles tient la France » ; le projet de nos gouvernants semble être de modifier en profondeur le visage de la France.

Discrimination positive au forceps

Discrimination positive au forceps

04/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Interrogé par les lecteurs du Parisien, François Hollande a déclaré vouloir mettre en place des class group pour les discriminations contre les entreprises comme il l’a déjà fait pour les consommateurs contre l’industrie agro-alimentaire. Cette mesure d’inspiration américaine et très redoutée outre-Atlantique consiste à permettre des actions de justice de façon groupée. Les entreprises fortement tapées au porte-monnaie par la justice n’auront guère d’autre choix que celui de se soumettre. L’effet pervers est déjà prévisible dans une période de crise à fort taux de chômage. Des gens vont se regrouper en communautés d’homosexuels, de femmes, d’Arabes, de Noirs et faire le chantage au racisme, à l’homophobie, au sexisme pour extorquer une embauche ou de l’argent. Car dans les faits, soyons clairs, jamais un patron ne dit qu’il n’embauche pas sur de tels critères, il invoque d’autre raisons si tel est le cas. Il ne pourra donc être que présumé coupable devant la minorité oppressante qui estera contre lui. Une justice déjà saturée par ce genre d’extorsions pénales sera encore un peu moins efficace pour lutter contre les crimes et délits. Une véritable main-mise dans le monde du travail par les dites minorités se fera inévitablement. La majorité se retrouvera un peu plus exclue comme elle l’est déjà dans d’autres sphères. Toute méritocratie sera remplacée par les critères ethniques ou sexuels (il ne faudra plus être bon, mais être de couleur, homosexuel, femme).
Cette idée n’est pas neuve en France, mais poussée depuis deux ans par plusieurs parlementaires de gauche. Elle a fait l’objet de deux propositions de loi. L’une au Sénat de l’élue EE-LV Esther Benbassa, l’autre à l’Assemblée nationale du député socialiste Razzy Hammadi. Le défenseur des droits Jacques Toubon s’est également prononcé pour ces actions collectives à plusieurs reprises. Christiane Taubira avait annoncé sa volonté le mois dernier de légiférer sur cette question.
Comme de nombreuses mesures ces dernières années, elle va dans le sens d’un « vivre sans nous » de plus en plus prégnant.

Italie : « Appartement à vendre, 6.000 euros de rabais aux non-Européens »

Italie : « Appartement à vendre, 6.000 euros de rabais aux non-Européens »

24/02/2015 – PADOUE (NOVOpress)
C’est une annonce qui fait du bruit. À Battaglia Terme, petite ville de la province de Padoue, en Vénétie, un Italien a mis en vente un appartement (70 m2, « meublé en style ethnique ») en affichant un panneau ainsi conçu : « Appartement en vente au rez-de-chaussée. De préférence pour acheteurs Roms – Roumains – Chinois ». Et encore, pour être plus concret, ce panneau-ci, accroché sur la grille de l’immeuble : « Particulier vend appartement au rez-de-chaussée. Rabais de 6.000 euros aux étrangers non-membres de l’Union européenne, Roumains, Chinois et Roms » [la Roumanie fait pourtant partie de l’Union européenne depuis le 1er janvier 2007, N.d.T.] (image en Une). Le prix de base est de 130.000 euros, ce qui, pour 70 m2 au rez-de-chaussée à Battaglia Terme, n’est pas précisément donné.

En l’absence de toute réaction des autorités, des inscriptions indignées ont été rajoutées sur le panneau extérieur : « Ici c’est l’Italie », « Raciste », « Honte »… (image en Une) Jeudi dernier, la section de Padoue du parti nationaliste Forza Nuova a affiché de son côté une banderole : « Halte au racisme anti-italien ». « La discrimination mise en œuvre par le propriétaire de cet appartement, a accusé Luca Vardanega, secrétaire local de Forza Nuova, est le fruit de la semence sinistre que l’État italien plante tous les jours contre les Italiens. Nous en avons assez de la manière dont ce gouvernement impose le favoritisme pro-immigrés ».

Interrogé par le journal local, Il Mattino di Padova, le vendeur a commencé par se défendre en expliquant : « Ma mère est croate, d’ethnie rom, et c’est pourquoi, pour des raisons familiales, je préfère traiter avec des étrangers non membres de l’Union européenne, y compris justement les Roms. Il n’y a rien de mal là-dedans, je ne suis pas raciste ».

Puis il a utilisé l’argument d’autorité suprême – ou censé tel : « Le pape François dit qu’il faut aider ceux qui sont dans le besoin. C’est justement ce que je veux faire, j’évalue et je me réserve de faire un rabais à ceux qui veulent acheter mon appartement et qui sont le plus dans le besoin ».

Car des Italiens et des Européens dans le besoin, c’est bien connu, il n’y en a pas. Sinon, le pape François en parlerait…

Crédit photo : copie d’écran du dernier lien cité. DR.

Le peuple de souche, méprisé par l’oligarchie et discriminé par rapport aux immigrés

Le peuple de souche, méprisé par l’oligarchie et discriminé par rapport aux immigrés

Ci-dessus : l’oligarchie utilise la novlangue pour agir. Crédit image : Novopress, (cc).

21/09/2014 – PARIS (via le Blog de Guillaume Faye)
Nous assistons à une fracture majeure dans la société française, à la fois sociologique, politique, culturelle et idéologique (et…ethnique) entre deux blocs nouveaux qui ne sont plus ni la gauche ni la droite traditionnelles : un bloc délaissé et défavorisé constitué par les classes populaires de souche, en déshérence et contraintes à une ”émigration intérieure” à la fois géographique et morale ; et un autre bloc constitué par la bourgeoisie ”bobo”, ouverte à la mondialisation, et par les nouvelles populations immigrées en majorité islamiques et largement protégées, en croissance constante. Globalement, l’oligarchie politique et médiatique favorise le second bloc, ce qui est probablement suicidaire. Et le Front National s’impose comme le porte-parole du premier bloc. Réussira-t-il ?

Ce bouleversement est analysé dans cet article, en cinq parties : 1) Ridiculiser les classes populaires de souche. 2) L’antipopulisme, idéologie de la haine du peuple de souche. 3) La déportation intérieure des classes populaires de souche. 4) Le calvaire des ”petits Blancs” 5) La guerre des deux France.

 

Ridiculiser les classes populaires de souche.

L’amuseur Nicolas Canteloup s’est permis sur la station Europe 1 une saillie polémique contre le journaliste Jean-Jacques Bourdin qui interviewe les politiques sur RMC, la station concurrente et détestée. Hors de toute réalité, il sous-entendait que Bourdin et RMC roulaient pour le FN et flattaient le ”populisme” et la vulgarité. ”Radio Bière Foot” et ”Radio Marine Championne” ont été les qualificatifs employés par Canteloup. Bourdin a eu un coup de sang qui se comprend, puisque son émission est une des rares à être non partisane et à donner la parole à tout le monde. Cette affaire est très significative : RMC serait ”vulgaire”, la radio des petites gens, qui pensent mal, qui votent pour Marine Le Pen, bref les Beaufs.

Lire la suite

Allemagne : interdire de manger des chiens ou des chats serait discriminant.

Allemagne : interdire de manger des chiens ou des chats serait discriminant

18/11/2013 – 08h30
BERLIN (NOVOpress) –
Sauf pour les aliment dont la toxicité est notoire, ce qui habituellement se mange ou ne se mange pas est généralement affaire culturelle et/ou religieuse. L’évocation de cuisses de grenouilles fait traditionnellement fuir l’Anglais; contrairement aux Français, l’Allemand boude le lapin domestique; pour l’Europe chrétienne, l’hippophagie était une pratique païenne. Un interdit pourtant mis de côté en France à la fin du XIXème siècle pour des raisons sanitaires: il sembla nécessaire d’empêcher les miséreux des villes de s’en aller voler de la viande avariée chez les équarrisseurs.

Et ce n’est qu’en 1986 que la République fédérale allemande se sentit obligée d’épargner légalement l’abattoir aux chiens et aux chats, ce dont les préservait jusque là une longue tradition culturelle. Une interdiction contre laquelle est parti en guerre le mouvement des Jeunes Libéraux de Saxe-Anhalt (ex-RDA), pépinière locale du FDP (Parti libéral démocrate).

Lire la suite

Brésil : le gouvernement propose des quotas de Noirs dans la politique et la fonction publique

Brésil : le gouvernement propose des quotas de Noirs dans la politique et la fonction publique

13/11/2013 – 09h00
BRASILIA (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
Des quotas de Noirs dans la politique et la fonction publique, c’est ce que propose de mettre en place le gouvernement de Dilma Rousseff (ci-dessus). C’est pour pallier les inégalités sociales que le gouvernement propose de mettre en place des quotas obligatoires pour les Noirs et les Métis dans la sphère politique mais aussi dans la fonction publique.

Déjà, en août 2012, une telle mesure avait été adoptée dans les universités brésiliennes et 20 % des inscriptions sont désormais réservées aux personnes de couleur. Le projet de loi actuel prévoit qu’au moins la même proportion en sièges soit octroyée aux afro‑descendants au Congrès et dans les Assemblées législatives de chaque Etat fédéré. Si la loi est adoptée, le quota concernerait jusqu’à deux tiers des députés. Peut‑être une réminiscence de la discrimination positive proposée par Sarkozy…

Crédit photo : Agência Brasil via Wikipédia

Gramat (Lot) : discrimination à l'embauche en faveur de l'islam

Gramat (Lot) : discrimination à l’embauche en faveur de l’islam [MàJ]

Mise à jour 21/06/2013 – 16h35 – Pôle Emploi à répondu à Fabrice Robert. L’organisme regrette l’incident et a supprimé l’annonce. Voir détails à la fin de notre article.

14/06/2013 -16h00
GRAMAT (NOVOpress) –
Vous êtes de confession musulmane ? vous voulez travailler ? A Gramat dans le Lot, on pense à vous. C’est une annonce surprenante trouvée hier sur le site de Pôle emploi par un de nos correspondants (ci-dessus) : « Vous ferez l’abattage halal de palmipèdes gras. Vous êtes de confession musulmane. »

Lire la suite

Indice mondial de persécution 2013 : les pays musulmans en tête

Indice mondial de persécution 2013 : les pays musulmans en tête

10/01/2013 – 16h00
RIYAD (NOVOpress) – À l’exception de la Corée du Nord, les pays figurant en tête du classement mondial de persécution 2013, publié par l’association Portes Ouvertes, sont des nations musulmanes. L’Arabie saoudite, l’Afghanistan et l’Irak se classent ainsi aux deuxième, troisième et quatrième rangs. Cinq nouveaux États, tous situés en Afrique subsaharienne, font leur entrée au classement cette année : Tanzanie, Kenya, Ouganda, Niger et Mali. Ce dernier pays se hisse à la septième place : les islamistes imposent la charia (loi islamique) au nord, en brûlant les églises et déportant les chrétiens vers Bamako.

Lire la suite

Discrimination politique à Guerlesquin : le parquet de Brest n’est pas intéressé

Discrimination politique à Guerlesquin : le parquet de Brest n’est pas intéressé

Fresque représentant la justice de Luca Giordano, via Wikipédi (cc).

21/12/2012 – 14h00
BREST (NOVOpress Breizh) –
En septembre dernier, Yann Vallerie, président de l’association Jeune Bretagne, avait porté plainte pour discrimination politique à son encontre auprès du procureur de la République de Brest. Une plainte qui est restée à ce jour lettre morte. Le point sur une affaire emblématique à bien des égards.

Lire la suite