Tag Archives: DGSI

hollande-destitution

Les Républicains demandent la destitution de François Hollande

08/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : A l’initiative de Pierre Lellouche, député (LR) de Paris, le groupe Les Républicains de l’Assemblée nationale, présidé par Christian Jacob, a engagé aujourd’hui la procédure de destitution de François Hollande, sur la base de l’article 68 de la Constitution. Celui-ci prévoit qu’« en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat », le président de la République peut être destitué par le Parlement, réuni en Haute Cour.

« Nous considérons que le président de la République a manqué à ses responsabilités vu ce qui est publié dans le livre [Un président ne devrait pas dire ça…] sur différentes opérations, des rançons, des cartes classées secret défense. Non, un président ne peut pas tout dire », a expliqué Christian Jacob

Dans l’ouvrage écrit par deux journalistes du Monde, sur la base de très nombreux entretiens réalisés par le chef de l’Etat, François Hollande se vante notamment d’avoir donné son feu vert aux services secrets français pour quatre « opérations Homo » (pour « homicide »), une incroyable violation du « secret Défense » qui a fait bondir jusqu’à son ministre de la Défense, qui est pourtant l’un de ses derniers fidèles, Jean-Yves Le Drian.

Ils voulaient décapiter un gradé français (Présent 8397)

16/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)

C’est Hollande pressé de se faire mousser, qui a éventé l’info, au grand dam des services d’enquête. Car le sauveur de la Grèce est aussi le pire cauchemar des terroristes islamistes, vous ne vous en doutiez pas ? « Cette semaine, nous avons également prévenu des actes terroristes qui auraient pu être produits ». Du coup Cazeneuve a dû organiser une conférence de presse précipitée pour éclairer ces paroles énigmatiques. Et nous n’avons pas été déçus…
Une nouvelle décapitation atroce en préparation. C’est la tendance forte de la saison. Quatre djihadistes français âgés de 16 à 23 ans projetaient de prendre en otage un haut gradé de l’armée française et de filmer sa décapitation pour la diffuser sur internet. L’attentat était prévu pour le mois de janvier 2016 en hommage au massacre de Charlie-Hebdo et des policiers. La période en question s’annonce chargée.
8397-Une
Le groupe terroriste a été démantelé la veille du 14 juillet, à l’aube. Quatre barbares de 16 à 23 ans, tranquillement installés chez nous, vivant des divers avantages de notre beau pays, occupés à trouver la façon la plus ignoble de nous frapper, ont été interpellés dans le Nord, le Rhône, les Bouches-du-Rhône et les Yvelines. Parmi eux, un ancien militaire réformé de la Marine nationale.
Le plus jeune des islamistes âgé de 16 ans, a été nous dit-on « remis en liberté » mercredi soir, car il aurait été écarté du projet. Un projet pour lequel il avait néanmoins présenté un vif intérêt, le fait qu’il soit à nouveau dans la nature avec le challenge de faire la preuve de ses compétences n’a rien de rassurant !

L’autre mineur de 17 ans avait été repéré fin 2014 par la DGSI pour son « activisme sur les réseaux sociaux » et ses « velléités de départ » en Syrie. Ce jeune candidat au djihad voulait passer à l’acte, mais c’est l’ancien militaire qui aurait apporté des idées précises en proposant notamment de cibler une base du sud de la France dans laquelle il avait servi avant d’être réformé. Le troisième gardé à vue, âgé de 19 ans, avait lui aussi été repéré pour ses liens avec la mouvance radicale.
Mais quand donc le gouvernement (au lieu d’employer son énergie jour après jour à dissimuler l’origine de l’attentat à l’usine pétrochimique de l’Etang de Berre) va-t-il se décider à prendre les mesures de guerre qui s’imposent ? Combien va-il falloir de décapitations pour que l’on se mette à purger radicalement notre réservoir terroriste ? A démanteler les mosquées salafistes, déchoir de la nationalité française et expulser vers leur pays d’origine en cas de double nationalité les apprentis terroristes et toute leur famille (ascendants et descendants), à mettre en place des procédures d’exception et des prisons disciplinaires à vie pour les ressortissants exclusivement français ?
C’est d’abord un énorme signal de faiblesse politique qui est envoyé aujourd’hui par la France aux égorgeurs islamistes.

Caroline Parmentier

[Chez nos confrères] Entretien avec Xavier Raufer : « Comment faire pour lutter contre le "gangsterrorisme" ? »

[Chez nos confrères] Entretien avec Xavier Raufer : « Comment faire pour lutter contre le « gangsterrorisme » ? »

11/01/2015 – PARIS (via Boulevard Voltaire)
Xavier Raufer est docteur en géopolitique et criminologue. Il enseigne dans les universités Panthéon-Assas (Paris II), George Mason (Washington DC) et Université de Sciences politiques et de droit (Pékin).

Propos recueillis par Nicolas Gauthier


Après la tuerie perpétrée dans les locaux de Charlie Hebdo, les officiels, notamment le Premier ministre, avouent des « failles » dans le dispositif antiterroriste. Qu’en pensez-vous ?
C’est un réel plantage du Renseignement intérieur, la DGSI. C’est même le quatrième à la file : Merah, Nemmouche, le « Bilal » de Joué-lès-Tours et maintenant le double drame journal Charlie Hebdo – magasin Hyper-Casher. Issu d’une fusion ratée entre les ex-Renseignements généraux et la DST, ce service semble ignorer que les terroristes djihadistes « pur sucre » à la Ben Laden n’existent plus et que, désormais, le péril vrai vient d’hybrides, voyous « réislamisés, toxicomanes… alcooliques parfois… psychotiques », même agissant seuls ou en petits noyaux familiaux, fratries, etc. Même si, soyons juste, le refus de l’instance de contrôle de prolonger des écoutes sur Kouachi, au nom des « libertés », n’a rien fait pour arranger les choses…

Enfin, que ces hybrides dangereux n’évoluent pas en Irak/Syrie, mais en France même, sous leur nez – regardez où adviennent les attaques, et d’où partaient ces « gangsterroristes » : Toulouse… Joué-lès-Tours… Charleville-Mézières.

C’est un réel plantage du Renseignement intérieur, la DGSI. C’est même le quatrième à la file : Merah, Nemmouche, le « Bilal » de Joué-lès-Tours et maintenant le double drame journal Charlie Hebdo – magasin Hyper-Casher. Issu d’une fusion ratée entre les ex-Renseignements généraux et la DST, ce service semble ignorer que les terroristes djihadistes « pur sucre » à la Ben Laden n’existent plus et que, désormais, le péril vrai vient d’hybrides

Il y a donc eu une vraie erreur de diagnostic sur la nature et la localisation du péril crucial – ce que j’ai écrit dix fois depuis un an. Or, maintenant, on a la preuve de cela. Lors même de la prise d’otages de l’Hyper-Casher de Vincennes, le terroriste Coulibaly a déclaré à un média « n’être pas parti en Syrie pour ne pas attirer l’attention ». Or, des mois durant, ensemble, des médias, des ministres et autres officiels du ministère de l’Intérieur ont seriné que le vrai et seul danger émanait des djihadistes rentant d’Irak ou de Syrie : ils se sont fait berner par les Kouachi, Coulibaly & Co.

Lire la suite