Tag Archives: débat

Récit d'un débat entre Alain de Benoist et Rémi Brague

Récit d’un débat entre Alain de Benoist et Rémi Brague

Source : le Rouge & le Noir – « le christianisme et l’Europe : un mariage heureux ou contre-nature ? ». [RÉCIT] Duel païens vs. chrétiens au sommet.

Le duel était prometteur. Sujet du débat : « le christianisme et l’Europe : un mariage heureux ou contre-nature ? » En ce quatrième jour du mois dédié au dieu Mars, s’affrontaient à Paris dans un duel intellectuel entre païens et chrétiens deux personnalités de haut niveau. Côté chrétien, Rémi Brague, écrivain, philosophe, universitaire à la Sorbonne et à la Ludwig-Maximilian Universität de Munich.
Côté païen, Alain de Benoist, politologue, journaliste et cofondateur du Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (GRECE). Entre les deux, Louis Daufresne, rédacteur en chef à Radio Notre Dame.

Dans la salle paroissiale de l’église Saint-Lambert de Vaugirard se presse un public composite, mêlant jeunes, trentenaires et cheveux gris. On croise Karim Ouchikh, conseiller politique de Marine Le Pen à la Culture. « Est-ce que les païens viendront nombreux ce soir ? » demande ingénument un étudiant catholique à ses voisins, comme s’il parlait d’australopithèques. « Moi, en tout cas, je suis là ! » lui répond vivement une jeune femme, qu’il avait sans doute confondue avec une paroissienne de ses semblables. Alain de Benoist, impérial dans son pardessus sombre, et Rémi Brague, l’étiquette de la Lufthansa encore accrochée à sa valise, prennent place.[…]

Plutôt Homère que Torquemada

Ouvrant les débats, Alain de Benoist donne des éléments sur son parcours personnel, décrivant son abandon de la foi catholique de son enfance, et son rejet de l’héritage chrétien. Il développe longuement l’éradication, criminelle selon lui, du paganisme par le christianisme en Europe, évoquant la « destruction de la culture gréco-romaine », et la « décapitation des chefs saxons » par Charlemagne. Il termine sa diatribe par un lapsus freudien : « le tribut du sang a été payé plus par les chrétiens que par les païens ». Le cofondateur du GRECE, en passant par un hommage appuyé à Nietzsche, « idéal indépassable, sauf par Heidegger », réfute le terme de « racines chrétiennes » de l’Europe. En effet, le christianisme est une religion importée du Moyen-Orient, et la culture européenne était préexistante à Jésus-Christ. Il conclut son intervention par un point Godwin : « Je me suis toujours senti plus proche d’Homère et d’Aristote que de saint Augustin, et a fortiori de Torquemada » Sentant que l’intervenant en profite pour lancer le débat à sa manière, Louis Daufresne le coupe alors, et donne la parole à Rémi Brague.

Le christianisme : catalyseur de l’Europe

Rémi Brague, en bon prof, rassemble ses notes et annonce, d’un air bonhomme et caustique : « revenons à la méthode ! » Il déclare écarter d’emblée du débat les éléments culturels : après tout, dit-il l’universalisme de saint Paul se retrouve dans le stoïcisme, tout comme la « règle d’or » de Jésus a un équivalent chez Confucius. Autre obstacle auquel il met en garde : « les hiers qui chantent ». « Les absents ont toujours raison : ce qui aurait pu se passer est forcément plus beau », prévient Brague, qui donne quelques exemples : « Ah, si le paganisme avait terrassé le christianisme ! » Signé Gibbon [1]. Ah, si Charles Martel n’avait pas arrêté les arabes à Poitiers ! Signé Nietzsche. » Un trouble traverse alors les rangs néo-païens, qui ne semblent pas apprécier ce rappel fort peu identitaire. […]

L’intégralité de ce récit est consultable sur le site Le Rouge & le Noir.

Samedi 13 décembre à Oullins (Rhône), colloque sur le Traité transatlantique

Samedi 13 décembre à Oullins (Rhône), colloque sur le Traité transatlantique

10/12/2014 – OULLINS (NOVOpress)
Samedi 13 décembre, à Oullins (Rhône), aura lieu un colloque débat consacré au Traité transatlantique. Intitulé « Le Traité transatlantique, une menace face au libre-échange », Ce colloque se tiendra de 11 heures à 20 heures, salle du pôle social du Golf, 4 rue Salvador-Allende. Participation aux frais : 5 euros. Les débats seront animés par Karim Ouchikh, président du SIEL, Jean-Marc Chevillard, délégué régional Rhône-Alpes du SIEL, Muriel Coativy, secrétaire départementale adjointe du Rhône du Front national, et Yannick Jaffré, du collectif Racines.

Seront présents à ce colloque : Bernard Monnot, député français FN/RBM au Parlement européen, et Gilles Lebreton, député français SIEL/RBM au Parlement européen.

A noter que plusieurs auteurs seront présents lors de ce colloque pour y dédicacer leurs ouvrages. Vous pourrez notamment y rencontrer Yannick Jaffré, pour « Vladimir Bonaparte Poutine, Essai sur la naissance des Républiques », aux Editions Perspectives Libres, Nikola Mirkovic, pour « Le martyr du Kosovo » chez Jean Picollec, et Kader Hamiche, éditeur, pour la réédition du livre du Bachaga Boualam, « Mon pays, la France ».

Informations et réservations : 06 26 82 00 27 et oullinsbleumarine@orange.fr

La "zemmourisation" du débat public ? (Présent 8236)

La « zemmourisation » du débat public ? (Présent 8236)

21/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le scepticisme grandissant des Français à l’égard de politiciens charlatanesques peinant de plus en plus à dissimuler leur impuissance sous des faux-semblants usés jusqu’à la trame, est à l’origine sans doute de l’intérêt de nombreux lecteurs pour le livre d’Eric Zemmour, Le Suicide français (sous-titré Les 40 années qui ont défait la France).

Un succès qui inquiète les tenants de l’idéologie dominante sur laquelle repose tout à la fois leur pouvoir intellectuel, moral et politique. Une idéologie que le polémiste multimédia du Figaro Magazine et d’I-Télé, s’emploie à torpiller méthodiquement. Signe de cette inquiétude grandissante : le canonnage que Le Monde, Libération, L’Express et autres médias de la bien-pensance dominante déclenchent depuis un mois contre Eric Zemmour, l’accusant tour à tour d’homophobie, de sexisme, de xénophobie, de racisme et, bouquet final, d’être « un agent électoral de Marine Le Pen », un « sous-marin de la stratégie de dédiabolisation du Front national ». Et même un suppôt maréchaliste. Autant dire une sorte de mini « mal absolu » à lui seul.

Une du numéro 8236 de "Présent"Une haine, selon Denis Tillinac, « de facture quasi djihadiste », avec tentative de lynchage et de lapidation sur la place médiatique. Mais le pompon de cette curée hystérique revient sans conteste au Premier ministre déclarant à la télévision : « Eric Zemmour ne mérite pas qu’on le lise. » Une sorte de petit autodafé verbal ?

L’un des grands prêtres de cette « petite cléricature médiatique » en folie, en l’occurrence Christophe Barbier, reconnaît toutefois : « Le Suicide français n’est pas seulement un ouvrage politique, c’est aussi un essai sociologique, qui dresse, souvent avec justesse, l’inventaire accablant soixante-huitard. » Un fatras de tabous idéologiques qui « accable » en effet la société française depuis quarante-six ans et que Zemmour brise dans un fracas jubilatoire. Sans oublier d’établir le procès-verbal des dégâts occasionnés : individualisme et hédonisme de masse corrodant le lien social ; multiculturalisme ; obsession du principe de non-discrimination au point d’interdire toute préférence nationale, notamment dans l’embauche d’un salarié. Au point également d’assimiler le nationalisme d’abord, puis ensuite le patriotisme, au racisme.

Lire la suite

ben_affleck_rect-620x412

Pour Ben Affleck, il ne faut pas confondre islam et État islamique !

07/10/2014 – WASHINGTON (NOVOpress) – Invité de l’émission « Real Time » sur HBO, le réalisateur Ben Affleck a pris la défense des musulmans lors d’un débat sur l’État islamique.

Le débat a été lancé sur la plateau par Sam Harris, un spécialiste des neurosciences très connu aux États-Unis pour ses critiques à l’égard de la religion islamique. Ben Affleck s’est alors emporté : « Donc vous êtes censé être la personne qui comprend les codes de la doctrine islamique ? Vous dites que l’islamophobie n’est pas une réalité. C’est répugnant et raciste ! C’est comme dire ‘les Juifs sont sournois’ ! »

Mais Sam Harris ne s’est pas laissé démonter :

La grande confusion c’est que toute critique de l’islam est considérée comme une attaque de l’islam, comme de l’islamophobie, ce qui est intellectuellement ridicule.

Réponse de Ben Affleck : « Pourquoi ne parle-t-on pas du milliard de personnes qui ne sont pas des fanatiques, qui ne battent pas leurs femmes, qui veulent juste aller à l’école et manger des sandwiches, et ne font aucune des choses que vous les accusez de faire ? »

Oui, pourquoi pas. Mais que penser alors de cette grande majorité de musulmans qui préfère rester silencieuse et se refuse à condamner ouvertement les exactions de l’État islamique ?

Michel Onfray : « Alain Finkielkraut n’est pas le diable »

14/09/2014 – PARIS (via France Inter)
Interrogé vendredi 12 septembre dans le 7/9 de France Inter lors des questions d’auditeurs, Michel Onfray est revenu sur ces propos sur l’école (cf. cet article de Novopress) et a surtout pris la défense d’Alain Finkielkraut :

Je trouve terrible cette façon qu’on a de mépriser Alain Finkielkraut et de ne pas le lire. On peut le lire et ne pas être d’accord avec lui et on peut débattre et respecter les idées qui sont les siennes sans l’insulter sans le traiter de fasciste et de tous les noms. On gagne quand on est intellectuel à lire le travail des autres et puis à débattre. Je préfère des proximités avec Alain Finkielkraut qui n’est pas le diable que je sache, plutôt qu’avec d’autres intellectuels.

Publié le

Union des croyants : le débat Philippe Vardon – Christine Boutin

12/06/2014 – PARIS (NOVOpress)
Mardi 10 juin, dans le cadre du Libre Journal des débats sur Radio Courtoisie, Benjamin Blanchard a reçu Philippe Vardon et Christine Bouton. Thème du débat : « L’union des croyants ? », à savoir catholiques et musulmans unis contre les involutions anthropologiques ?

Publié le
Fournée/Le Pen : dérapage ou débat de fond - par Raoul Fougax

Fournée/Le Pen : dérapage ou débat de fond – par Raoul Fougax

09/06/2014 – Paris (via Métamag)
Le tollé provoqué au FN par la « fournée » de Le Pen père, incluant la condamnation de sa fille et sa riposte, est sans doute la dernière étape de la mue du Fn. La mise à mort du « père » est un classique dynastique.

Pour certains, il est temps que Jean-Marie Le Pen se taise et prenne sa retraite – c’est le très fantasque Collard qui l’affirme – sous entendu, il a fait son temps, il ne sait plus ce qu’il dit, il est gâteux. Ce jugement est le plus facile et permet au « FN canal respectable » de se laver les mains de la crucifiction médiatique de son ancien messie.

Il y a cependant une autre explication, comme le disait un militant de la droite plus radicale : « Au FN les collabos font de la résistance ». Derrière cette boutade il y a une réalité, c’est une ligne de rupture entre le Front de Jean-Marie et le mouvement bleu marine. Pour les marinistes, il faut s’adapter à l’époque mais ils admettent aussi certaines valeurs et une lecture de l’histoire. Pour les frontistes purs et durs, il faut lutter contre l’idéologie dominante et ses vérités auto-proclamées. Seul un langage libre peut changer au fond les choses.

En gros, d’un côté on veut prendre le pouvoir ou y participer, de l’autre il ne sert à rien de se normaliser en se reniant. Il y a deux logiques et deux sensibilités. Il y a certes un fossé de génération mais également un fossé idéologique. Si le Front de marine ne peut plus supporter les paroles du Front de Jean-Marie, cela prouve à quel point, en 30 ans, le politiquement correct a su s’imposer même chez ceux qui affirment le combattre. La preuve par la condamnation de Marine.

Lire la suite

Le clash Florian Philippot-Edouard Martin : « Elle était bonne la soupe ? »

08/05/2014 – PARIS (via le JDD)
Dans leur affrontement mercredi à l’occasion du débat du JDD consacré aux européennes, Edouard Martin, ex-syndicaliste devenu tête de liste socialiste, a interpellé le candidat du FN Florian Philippot, l’accusant d’aller « à la soupe » en se présentant à cette élection.

Publié le
Le journaliste Nick Robinson déclare : “la BBC a commis une énorme erreur sur l’immigration”

Le journaliste Nick Robinson déclare : “la BBC a commis une énorme erreur sur l’immigration”

07/01/2014 – 21h00
LONDRES (NOVOpress) –
Nick Robinson (photo), le chef du service politique de la BBC, reconnait que cette dernière n’a pas abordé honnêtement le sujet de l’immigration dans les années 1990 et 2000. Il critique même sa société pour avoir commis « une énorme erreur » dans son traitement de l’information sur l’immigration, reconnaissant une censure de peur de provoquer du racisme.

Nick Robinson précise que les responsables de la BBC de cette période pensaient qu’une approche trop brutale sur les thèmes de l’immigration aurait «  laissée sortir le coté obscur du public britannique ». Dans une interview au Sunday Times il déclare notamment : « Ils avaient peur d’avoir un débat sur l’immigration, ils avaient peur des conséquences ». Les reportages décrivant les angoisses des téléspectateurs face à une immigration qui fait baisser les salaires et menace l’emploi n’ont jamais été diffusés par la chaîne.

Cette réaction suit un rapport officiel qui a trouvé que la BBC n’avait pas représenté correctement les sentiments de son public sur l’immigration car ouvertement ancrée dans « un discours ultra-libéral ».

Lire la suite

[Tribune libre] Emission "Mots croisés" sur le mariage homo : les leçons d'un débat - par Frédéric Barnier

[Tribune libre] Emission « Mots croisés » sur le mariage homo : les leçons d’un débat – par Frédéric Barnier

17/01/2013 – 16h00
PARIS (NOVOpress) – Lundi soir sur France 2, l’émission Mots croisés donnait la parole à quelques acteurs du débat sur l’ouverture du mariage aux homosexuels : Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement ; Henri Guaino, ancienne plume de Nicolas Sarkozy ; Bruno Gollnisch du FN ; Barbara Pompili, co-présidente du groupe EELV à l’Assemblée et l’abbé Grosjean du diocèse de Versailles. Un constat s’impose : le camp des « anti » a remporté la bataille. C’est si rare que la droite gagne un débat d’idées qu’il est important de le noter. On peut tirer plusieurs leçons de cette foire d’empoigne qui, pour une fois, n’a pas viré à la victoire triomphante du camp autoproclamé du Progrès.

Lire la suite

Vardon-Fourest

Confrontation Caroline Fourest – Philippe Vardon hier à Paris

14/11/2012 — 20h00
PARIS (NOVOpress) — Hier, Philippe Vardon a débattu avec  avec Caroline Fourest (photo ci-dessus), et ce dans le cadre du tournage d’un documentaire pour France 5. Discussion de fond, courtoise et argumentée.

Seul problème :  cet échange a duré une heure alors que les réalisateurs ne doivent en garder que 6 minutes au montage. Diffusion du documentaire complet en janvier.

Bientôt le clash Vardon-Fourest sur vos écrans ?

29/10/2012 — 17h15
PARIS (NOVOpress) — Une société de production travaillant avec Caroline Fourest (dont les jugements sur les Identitaires sont particulièrement simplistes et mensongers), sur un projet de documentaire pour France 5, a contacté Philippe Vardon pour lui proposer un débat avec Caroline Fourest dans le cadre de ce documentaire. A suivre…

Publié le
Clash Eric Zemmour vs. Edwy Plenel sur la colonisation : voir ou revoir les images [vidéo]

Clash Eric Zemmour vs. Edwy Plenel sur la colonisation : voir ou revoir les images [vidéo]

Vendredi soir dernier, les « 2 Éric », Zemmour et Naulleau, recevaient Edwy Plenel, ancien directeur de la rédaction du Monde et cofondateur de Mediapart, dans le cadre de leur émission sur Paris Première. Rappelant les grandes heures d’On n’est pas couché, cette rencontre a donné lieu à un échange musclé sur le thème de la colonisation.

En résumé

Edwy Plenel : « Je veux voir votre colère folle, car c’est une colère d’un hybris colonial justement. Vous ne voulez pas voir comment la vie tourne. »

Eric Zemmour : « Moi je remercie la colonisation française, car elle m’a apporté la culture et la littérature française. Je bénis la colonisation française parce que l’histoire de l”humanité, c’est l’histoire des colonies. »

Russie : un débat télévisé qui a du punch [vidéo]

Russie : un débat télévisé qui a du punch [vidéo]

19/09/2011 – 11h00
MOSCOU (NOVOpress) – Les téléspectateurs français, qui ont tendance à s’ennuyer à mourir devant les débats télévisés français très politiquement corrects et aseptisés, vont-ils se tourner vers les chaînes de télévision russes, qui semblent bien plus animées ?

En effet, la semaine dernière, lors d’un débat télévisé sur la crise financière, deux hommes d’affaires russes en sont venus aux mains sur la plateau de la chaîne NTV.

Après que Sergueï Polonski, ex-patron d’un groupe immobilier, a déclaré, au sujet de certains invités, qu’il voulait « leur en coller une dans la gueule », le millionnaire russe Alexandre Lebedev, manifestement visé, s’est levé et a renvoyé son homologue dans les cordes du plateau à de coups de poing au visage.

Explication de l’intéressé : Lebedev a souligné, qu’après avoir entendu Polonski être menaçant, il lui était hors de question de recevoir le premier coup.

Une scène impensable sur une chaîne de télévision française, tant le conformisme et l’auto-satisfaction semblent être de rigueur. Politique, show-bizz ou analystes confondus…