Tag Archives: david cameron

8566-Chard

Franxit ? OUI !

14/03/2016 – FRANCE (Présent 8566)

La possibilité accordée aux Britanniques de se prononcer pour ou contre l’appartenance de leur pays à l’Union européenne fait des envieux. Ceux qui voudraient en bénéficier en Europe, ce sont d’abord les Français. C’est ce qui résulte d’une enquête de l’université d’Édimbourg effectuée le mois dernier auprès de 8 000 électeurs dans six pays : Allemagne, France, Pologne, Irlande, Espagne et Suède.
8566P1
53 % de nos compatriotes souhaitent qu’on leur demande s’ils veulent continuer la folle course vers « une union toujours plus étroite », selon la formule des traités européens. Les Français sont les seuls à être majoritairement partisans d’une telle consultation pour leur pays (45 % en Allemagne, 47 % en Espagne, 49 % en Suède, 39 % en Pologne…) Cette étude, publiée le 10 mars, est la première à interroger les opinions publiques européennes à l’occasion de la consultation au Royaume-Uni.

Si les Français sont majoritairement en faveur d’un référendum au sujet du Franxit, ils sont aussi les plus favorables à la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE. Comme si, faute de bénéficier du même droit, ils se réjouissaient de celui de leur voisin. Fort logiquement, c’est en France que l’on souhaite le plus mettre fin à la liberté de circulation en Europe.
C’est aussi chez nous que 53 % de nos concitoyens veulent réduire l’accès aux aides sociales des étrangers. Au moins que l’on obtienne le peu que les Britanniques ont arraché au Conseil européen, à savoir un délai de quatre ans avant que ces étrangers aient les mêmes prestations que les nationaux !

La classe politique française ne s’émeut guère du vœu des Français. Quoique les dirigeants des partis n’aient que les mots « démocratie », « concertation », « respect » à la bouche, aucun ne songe à interroger les électeurs pour savoir ce qu’ils veulent, sauf le Front national qui annonce un référendum sur l’euro, lié à l’UE. Ces mêmes partis s’étonnent ensuite de la montée en puissance des souverainistes, des nationalistes, qu’ils appellent « populistes » de façon péjorative. En l’absence de consultation directe, ceux qui veulent exprimer leur refus de cette Europe-là votent pour les formations qui la récusent.

Mais il est vrai que cette même enquête révèle aussi qu’en cas de référendum, 45 % des Français voteraient pour rester dans l’UE, 33 % pour quitter (22 % sans opinion). Que les eurocrates ne s’en réjouissent pas trop vite ! Ils ont la mémoire courte. Rappelons que, lors du référendum sur la Constitution européenne, selon les sondages le oui l’emportait massivement en octobre 2004, à 69 % contre 31 % pour le non.
Six mois plus tard, en avril 2005, c’est le non qui faisait la course en tête 54 % contre 46 % pour le oui, ce qui correspondra au verdict final le mois suivant. Pour ce qui est du traité de Maastricht, le oui ne l’emporta que sur le fil, alors qu’au début de la campagne il était massivement plébiscité.
Il est sûr que l’annonce officielle d’un référendum sur l’appartenance à l’Union européenne, en faisant renaître l’espoir, susciterait un élan vers l’émancipation de la tutelle bruxelloise. À ceux qui en doutent, socialistes, centristes, républicains, nous disons « chiche ! ». Hélas, ils ne se risqueront pas à proposer un référendum…

Guy Rouvrais

sommet_franco_britannique

Les immigrés ont une place d’importance dans la partie d’échecs entre la France et l’Angleterre

04/03/2016 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Hier se tenait le sommet franco-britannique annuel réunissant François Hollande et David Cameron. Bien sûr, la question brûlante de cette rencontre portait sur le Brexit qui risque de bouleverser le visage de l’Union européenne. La veille, Emmanuel Macron avait fait planer une menace en affirmant que si la relation entre l’Angleterre et le reste de l’UE se rompait, « les migrants ne seraient plus retenus à Calais ».
De plus, le ministre de l’Économie a subodoré qu’en cas de Brexit, le Royaume-Uni n’aurait plus un accès complet au marché unique et que Paris pourrait inciter les services financiers à quitter le Royaume-Uni pour la France. Dans une telle situation, les immigrés sont une masse bien utile pour le gouvernement français et le Brexit un bon moyen pour s’en débarrasser.
François Hollande a cependant affirmé que ce n’était pas à la France de faire pression sur les Britanniques pour dicter leurs choix.

8551-Chard

Brexit pour les dupes

22/02/2016 – EUROPE (Présent 8551)

David Cameron était allé à Bruxelles pour participer au Conseil européen, avec mission de défendre les intérêts des Britanniques en secouant la tutelle bruxelloise, il en est revenu en petit télégraphiste de ses pairs pour convaincre ses compatriotes de rester au sein de l’Union européenne en votant oui au référendum. Pour cela, il faut qu’il ait lui-même l’air convaincu. Il a donc essayé, dès son retour, de démontrer qu’il avait gagné sur toute la ligne… ou presque, et la face de l’Union allait en être changée, comme celle des îles britanniques.
8551_une
Le Premier ministre a assuré aux sujets de Sa Majesté que l’accord « nous donne le meilleur des deux mondes », le beurre et l’argent du beurre, les avantages de l’UE sans les inconvénients : « Le Royaume-Uni ne fera jamais partie d’un super État de l’Union européenne, le pays n’adoptera jamais l’euro, nous ne participerons pas aux parties de l’Union qui ne fonctionnent pas. » Il peut donc faire campagne pour le oui, ses revendications ont été satisfaites. Mais cela, c’est un discours à usage interne…

Tout est changé, dit-il. Rien n’est changé, répondent ses homologues. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a certes déclaré que l’accord « renforce le statut spécial de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne. Pas glamour, mais sans concession sur les valeurs fondamentales de l’Europe ».
Et sans « dérogation aux règles » européennes, s’est empressé d’ajouter François Hollande, qui a précisé : « Il n’y a pas de révision prévue des traités et de droit de veto du Royaume-Uni sur la zone euro, ce qui pour la France était très important. » Est-ce donc l’histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein ? Non, il s’agit d’un marché de dupes : en échange d’un engagement ferme du Premier ministre britannique de soutenir le oui, il n’a reçu que des promesses conditionnelles, à l’accomplissement lointain ou hypothétique.

Parmi ses revendications, il y avait l’abrogation, ou au moins la réduction, du versement des allocations familiales pour les travailleurs européens dont les enfants sont restés au pays. Accordé ! Mais l’adoption définitive dépend du vote du Parlement européen qui n’interviendra qu’après le référendum du 23 juin ! Quant au veto des parlements nationaux sur les projets européens, il se traduit par ceci : quand 16 de ces 28 parlements nationaux s’accorderont pour contester un texte de la Commission contraire au principe de subsidiarité, à ce moment-là, figurez-vous que l’accord prévoit de déclencher… « une discussion approfondie » (sic) au Conseil.
C’est tout !

David Cameron demandait d’échapper à l’engagement vers une « Union toujours plus étroite », l’un des piliers de la construction européenne. Il a obtenu cette exemption. Laquelle sera effective quand elle sera intégrée au traité européen lors d’une prochaine révision à une date inconnue… si révision il y a. Ce qui signifie que la Grande-Bretagne est toujours soumise à cette clause. David Cameron voulait un délai de quatre ans pour les ressortissants de l’UE au Royaume-Uni avant de bénéficier des aides sociales, il n’a obtenu qu’une limitation de ces aides.

Il est douteux qu’avec un tel bilan, Cameron convainque ses concitoyens de dire oui à cette Europe-là, alors que le non a le vent en poupe. Le Brexit est pour bientôt.

Guy Rouvrais

Zemmour

Éric Zemmour : « David Cameron épluche les oignons, Donald Tusk pleure »

04/02/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Un compromis a été trouvé à Bruxelles entre les Anglais et les Européens pour éviter une sortie de l’Angleterre de l’Union européenne. Mais il ne semble satisfaire personne.

« C’est la rencontre du sadique et du masochiste : l’un dit “fais-moi mal”, l’autre lui répond “pas question” ! », lâche Éric Zemmour. « Entre Londres et Bruxelles, les deux compères sont de mèche : c’est David Cameron qui épluche les oignons et Donald Tusk qui pleure », poursuit-il. Le journaliste note que « quand le Premier ministre anglais fait semblant de vouloir quitter l’Europe, le président du Conseil européen fait semblant de supporter toutes les offenses pour le retenir ». Il parle d’une « alliance de deux faibles » : d’un côté l’Anglais, « parce que son parti et son peuple veulent quitter l’Union européenne » ; de l’autre Bruxelles, « car la crise grecque et celle des migrants sont en train de saper un édifice européen déjà branlant ».

Éric Zemmour enfonce le clou :

Les oligarques européens ont sapé eux-mêmes des principes qu’ils jugeaient éternel. Comme l’URSS de jadis, cette construction impériale sans empire est en train de se désagréger. Tout acharnement thérapeutique serait contraire à sa mort dans la dignité.


Publié le

L’État islamique menace la Grande-Bretagne

05/01/2016 – MONDE (NOVOpress)
Une vidéo postée par l’État Islamique met en scène l’exécution de cinq espions britanniques et des menaces contre l’Angleterre et David Cameron.

Les cinq victimes de Daesh confessent leurs activités : transmission de documents sur les conditions de vie à Raqqa, ou d’informations sur les déplacements de l’État islamique. Vêtus de la fameuse tenue orange, ils attendent leur exécution d’une balle dans la tête pendant le discours d’un des djihadistes. Celui-ci s’adresse en anglais au Premier ministre britannique. Il le menace d’envahir la Grande-Bretagne pour instaurer la charia. Il met également en garde les militaires anglais qui viendraient combattre l’État islamique.


Publié le
csiro_scienceimage_7007_plague_locusts_on_the_move

Cameron : « nuée » de clandestins à Calais, pas politiquement correct !

30/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
Pour avoir évoqué des « nuées » de personnes tentant de traverser la Manche (« swarm of people »), David Cameron s’attire les foudres de la bien-pensance des deux côtés du « channel ». Il est tellement plus confortable de juger de l’orthodoxie politiquement correcte d’un mot plutôt que de se pencher sur la réalité des choses ! Décidément, il va finir par être presque sympathique, ce Britannique !

James Cameron

L’Angleterre prépare le référendum sur son maintien dans l’UE

28/05/2015 – MONDE (NOVOpress)
Le projet de loi sur le référendum relatif au maintien de la Grande-Bretagne dans l’UE est présenté aujourd’hui au parlement britannique. Cameron ne veut pas traîner sur ce dossier, qui doit l’aider à renégocier la place de son pays dans l’Union.

« Le Royaume-Uni doit-il rester membre de l’UE ? ». Telle est la question à laquelle les Britanniques devront répondre par « oui » ou par « non ». Cette formulation positive figurant dans le projet de loi place les europhiles dans le camp du « oui ».

C’est la première fois depuis quarante ans que le peuple britannique a son mot à dire sur notre place dans l’UE

a souligné un proche du Premier ministre.
Cette consultation est surtout pour Cameron un moyen de pression sur l’Union afin de réformer certains aspects de l’adhésion du Royaume-Uni à l’UE. Il vise notamment la répartition des pouvoirs entre les instances européennes et le parlement de son pays et les règles d’accès aux aides sociales pour les ressortissants de l’UE. Une négociation qui risque de s’avérer compliquée, la France et l’Allemagne ayant déjà opposé une fin de non-recevoir et préconisé au contraire un renforcement du fédéralisme.

Laurent Fabius a de son côté qualifié ce projet de référendum de « très risqué ». Il a raison, en démocratie, le recours au peuple est un risque inacceptable.


david_cameron

Le délit d’opinion, bientôt en Angleterre ?

22/05/2015 – MONDE (NOVOpress)
Pour David Cameron, ceux qui profèrent des « discours de haine », de « fanatisme » ou de critiques de l’homosexualité et du féminisme ne seront plus « à l’abri des réprimandes de l’État »
»

Le premier ministre britannique, lors de la préparation d’une nouvelle loi antiterrorisme qui devrait sortir d’ici la fin du mois, a indiqué que l’idée d’un État qui n’intervient pas dans la vie des gens sous prétexte que ces derniers respectent les lois, constituait une « approche vouée à l’échec. »

Trop longtemps, notre société s’est montrée tolérante et passive, en disant au citoyen : tant que vous respectez la loi, nous vous laissons tranquille. Cela a souvent impliqué de notre part une attitude neutre entre des valeurs différentes. Et cela a contribué à promouvoir une narration faite d’extrémisme et de haine. Ce gouvernement tournera définitivement la page de cette approche perdante et vouée à l’échec.

L’affaire fait du bruit outre-Manche, la Grande-Bretagne ne connaissant pas de lois similaires à nos lois mémorielles ou de délit d’opinion. Le journal londonien The Independent a qualifié ces propos de « chose la plus épouvantable jamais prononcée par David Cameron. »

« Ceux qui s’opposent à l’homosexualité, au multiculturalisme ou au féminisme pourraient-ils se voir accusés de menacer les valeurs de tolérance et d’égalité ? » se demande de son côté Mark Easton de la BBC.

Poser la question, c’est y répondre.

Scotland Yard a également averti les citoyens britanniques que le simple fait de visionner une vidéo de décapitation de l’EI pourrait mener à leur arrestation sur la base de ces lois antiterroristes. Ces dernières donneront en outre à l’autorité de régulation des télécommunications, l’Ofcom, le « pouvoir d’agir contre les chaînes qui transmettent des contenus extrémistes. »
Ce que l’on entend exactement par « discours de haine » ou « contenus extrémistes » reste bien entendu tout à fait subjectif, mais à en juger par les propos de David Cameron devant l’ONU, il faut y inclure ceux exprimant des opinions politiques « non-mainstream. »

Royaume-Uni : Cameron veut un Premier ministre originaire d’Asie pour diriger son pays

Royaume-Uni : Cameron veut un Premier ministre originaire d’Asie pour diriger son pays

13/11/2014 –  (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Le 5 novembre dernier, David Cameron s’est rendu au GG2 Leadership Awards (photo), une cérémonie qui récompense les personnalités issues des minorités ethniques du Sud-est asiatique pour leur contribution au rayonnement de la Grande-Bretagne.

A cette occasion, le Premier ministre britannique a laissé libre cours à son lyrisme cosmopolite. Il a en effet déclaré : « Un jour je veux entendre le titre « Premier ministre » suivi d’un nom de famille à consonance anglo-asiatique. » Et celui-ci de poursuivre « Il n’y a encore aujourd’hui que trop peu de représentants issus des minorités ethniques qui occupent les plus hauts postes de notre pays. (…) L’absence de ces personnes est flagrante au sein des Conseils d’administration, au Parlement, chez les dirigeants de clubs de football, dans les instances des tribunaux, pour piloter nos avions d’attaque, nos navires de guerre, pour commander nos bataillons de soldats au combat dans le monde. ».

Que Cameron ne s’inquiète pas, le calife de l’Etat islamiste sera bientôt candidat au poste de chef du gouvernement…

Crédit photo : Number 10, via Flickr, (cc).

davidhaines_Bxc2PFRIIAED3-7.jpg large

L’Etat islamique affirme avoir décapité l’otage britannique David Haines

15/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
David Haines (en tenue orange sur la photo), Ecossais de 44 ans retenu en Syrie depuis mars 2013, a donc été exécuté par l’État islamique. Père de 2 enfants, David Haines était un travailleur humanitaire qui venait notamment en aide aux réfugiés syriens. Dans une vidéo de 2 minutes 27 secondes intitulée « Un message aux alliés de l’Amérique », les djihadistes reprochent au Royaume-Uni d’avoir rejoint la coalition des Etats-Unis, qui mènent des frappes contre l’Etat islamique en Irak.

L’Elysée condamne « l’odieux assassinat » de David Haines. C’est évident sauf que cela fait déjà plusieurs mois que des vidéos de décapitation circulent sur le Net sans réaction vraiment officielle de l’exécutif français. Récemment, un père franciscain a été égorgé en Syrie par les assassins islamistes. Les têtes n’auraient donc pas toutes la même valeur ?

David Cameron aux musulmans sur le sol anglais : « soyez plus britanniques »

David Cameron aux musulmans sur le sol anglais : « soyez plus britanniques »

20/06/2014 – LONDRES (NOVOpress) – Les religieux musulmans au Royaume-Uni qui défendent le terrorisme et refusent la liberté d’expression, l’égalité et la démocratie se verront opposer une vigoureuse défense de « l’identité britannique », a déclaré le Premier ministre David Cameron.

Lors d’une déclaration musclée visant principalement les « prêcheurs de haine », le Premier ministre a indiqué que l’absence de réaction face à ces prédicateurs violents « a permis à l’extrémisme de se développer ».

Il prévoit de profiter du 800ème anniversaire de la Magna Carta pour réaffirmer les valeurs britanniques avec une « Magna Carta moderne ».

Le temps est venu de cesser de « critiquer l’identité britannique », et de dire à tous ceux qui vivent ici que leur refus d’accepter les lois et la vie britanniques n’est « pas une option ».

Lire la suite

L'alcoolisme de Jean-Claude Juncker, vraie raison de l'hostilité de David Cameron ?

L’alcoolisme de Jean-Claude Juncker, vraie raison de l’hostilité de David Cameron ?

Photo : Jean-Claude Juncker (à gauche) et Herman Van Rompuy, prêts pour le casting d’un prochain Bal des vampires ? Crédit : europeancouncil (cc)
02/06/2014 – BRUXELLES (NOVOpress) – Le Premier ministre britannique a menacé ses partenaires européens d’une sortie de son pays de l’UE si le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker devenait président de la Commission européenne. L’argument avancé serait « qu’une figure des années 80 ne peut pas résoudre les problèmes des cinq prochaines années » (Challenges) faisant sans doute référence à la vision ultra-fédéraliste de Jean-Claude Juncker.

La presse luxembourgeoise évoque quant à elle les penchants pour l’alcool de Jean-Claude Juncker, « un fumeur invétéré et un buveur », qui le rendraient indésirable à la tête de la Commission européenne. « Juncker est un fumeur invétéré et un buveur ». C’est avec ces mots que Jeroen Dijsselbloem, actuel président de l’Eurogroupe, a décrit son prédécesseur luxembourgeois lors de l’émission humoristique «Knevel & Van den Brink», dont des extraits ont été diffusés lundi soir sur la chaîne DFT tv/De Telegraaf. Une affirmation tonitruante survenue après une question relative à la consommation d’alcool lors des réunions européennes.

Crise identitaire au Royaume-Uni

Crise identitaire au Royaume-Uni

22/04/2014 – LONDRES (NOVOPress via le Bulletin de réinformation)
Le Royaume-Uni semble être au pic d’une véritable crise identitaire. A la veille d’élections européennes qui s’annoncent triomphales pour le Parti eurosceptique britannique UKIP, le climat interne du Royaume-Uni semble plus tendu et divisé que jamais.

David Cameron a été vivement critiqué ce lundi…

Effectivement, dans une lettre ouverte publiée par le Daily Telegraph, des scientifiques, des écrivains, des académiciens et autres notables se sont émus d’une déclaration faite par le Premier ministre David Cameron (photo) la semaine dernière. Ce dernier, dans un entretien accordé au journal de la communauté anglicane le Church Times, était en effet revenu sur sa propre foi et avait estimé que la Grande-Bretagne devait faire preuve de « davantage d’assurance quant à son statut de pays chrétien ». Les signataires de la lettre ouverte parue ce lundi l’ont épinglé en déclarant que la Grande-Bretagne n’est pas ou plus un pays chrétien, que c’est une « société plurielle » qui est « d’abord non religieuse ». Ils entendent ainsi souligner le fait que, pour eux, la société britannique n’est plus une société chrétienne, malgré son Histoire et son identité. Une façon de penser qui semble être illustrée par les changements dans les statistiques du recensement : en effet, en 2011, seul 59 % de la population anglaise et galloise s’identifiait comme chrétienne, contre 72 % en 2001. David Cameron, multirécidiviste, avait quant à lui déjà déclaré, en 2011, que la Grande-Bretagne était un pays chrétien et « qu’elle ne devait pas avoir peur de le dire ».

Lire la suite

david-cameron

David Cameron veut préserver les peines de perpétuité réelle

03/01/2014 – 08h30
LONDRES (NOVOpress) –
Le ministre de la Justice du Royaume-Uni Damian Green étudie actuellement différentes options qui permettraient de contourner un jugement de la Cour européenne des droits de l’homme rendu en juillet dernier, stipulant que la prison à vie sans aucune perspective de libération constitue un traitement inhumain et dégradant.

Cette décision de Strasbourg a ouvert une brèche qui incite des condamnés britanniques à faire appel. Une des pistes envisagées par David Cameron serait de mettre en place des peines de cent ans, à l’image de la loi américaine : « Il y a des gens qui commettent des crimes si atroces qu’ils doivent être envoyés en prison et pour lesquels perpétuité doit signifier perpétuité réelle. Quoi qu’en dise la Cour européenne, nous devons prévoir des aménagements pour nous assurer qu’il en soit toujours ainsi », a-t-il prévenu.

Parallèlement, Damian Green travaille à l’élaboration du manifeste pré-électoral du Parti conservateur, qui prévoit de réformer les relations entre le Royaume-Uni et la Cour européenne. Les ministres les plus influents s’accordent sur la nécessité de conférer à la Cour suprême britannique l’autorité ultime d’interpréter la législation des Droits de l’homme, afin d’empêcher Strasbourg d’étendre son pouvoir dans sa juridiction. « Les lois britanniques doivent être faites en Grande-Bretagne. Je veux restaurer la respectabilité des Droits de l’homme. Je pense qu’il est absurde et préjudiciable que ce terme soit désormais agité comme un épouvantail », a expliqué Damian Green, qui voit dans cette dérive « un signe que le système se détraque horriblement ».

Crédit photo : number10gov via Flickr (cc)

600 interprètes afghans et leurs familles obtiennent le droit de s’installer au Royaume-Uni

600 interprètes afghans et leurs familles obtiennent le droit de s’installer au Royaume-Uni

26/05/2013 – 16h30
LONDRES (NOVOpress via Bulletin de réinformation) –
Alors qu’explosent en Europe les ravages de l’immigration de peuplement, les élites politico-médiatiques aveuglées par la doxa métisseuse continuent leur folle politique. Le gouvernement britannique vient en effet de céder au chantage de trois interprètes afghans pour que 600 de leurs confrères qui travaillent en Afghanistan pour l’armée britannique, rejoignent le Royaume-Uni avec leurs familles.

Lire la suite

Cameron veut stopper l’immigration en Angleterre – La revanche des “fleuves de sang”

Cameron veut stopper l’immigration en Angleterre – La revanche des « fleuves de sang »

Dans un discours appelé à devenir historique s’il est suivi d’effets, le premier ministre anglais David Cameron vient d’annoncer le quasi arrêt de l’immigration au Royaume-Uni. Il est le premier dirigeant politique européen a avoir eu le courage de prendre le problème à bras le corps.

La foudre tombant sur Big Ben n’aurait pas eu plus d’effet! Le 25 mars à Ipswich, dans l’est de l’Angleterre, David Cameron, le Premier ministre tory (conservateur), a sans doute tenu le discours le plus important de sa carrière. Face à un parterre d’étudiants, cet homme peu suspect d’extrémisme a en effet annoncé que le Royaume-Uni allait durcir sa législation sur l’immigration: « Le solde migratoire doit être drastiquement réduit, de plusieurs centaines de milliers de personnes par an à quelques dizaines de milliers ».

Lire la suite