Tag Archives: Dalil Boubakeur

Bruno Le Maire : "Vladimir Poutine n'est plus le bienvenu le 6 juin" (vidéo)

Le dhimmi du jour est… Bruno Le Maire, qui refuse de défendre les églises contre leur transformation en mosquée

15/07/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Bruno Le Maire explique à qui veut l’entendre qu’on lui a demandé 10 fois de signer la pétition « Touche pas à mon église » et qu’il a toujours refusé.

Certes, on les défendra mieux en les remplissant qu’en signant des pétitions, mais celle lancée par Valeurs actuelles le 9 juillet intitulée « Touche pas à mon église » a le mérite d’exister.
Signée entre autres par Nicolas Sarkozy ou Éric Zemmour, elle entreprend de « sauver les églises de France » et fait suite au ballon d’essai lancé trois semaines plus tôt par le recteur de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, qui avait évoqué sur Europe 1 la possibilité de transformer les églises désaffectées en mosquées.

Mais elle ne plaît pas à tout le monde chez Les Républicains. selon le Canard enchaîné de ce 15 juillet, Bruno Le Maire, le quasi-candidat, a fermement refusé d’y apposer son paraphe :

Moi, on m’a demandé dix fois de signer cette pétition avec Zemmour, et j’ai refusé. Car c’est une pétition contre le vivre-Ensemble, de nature à opposer les communautés les unes contre les autres et à alimenter l’islamophobie.

Donc pour M. Le Maire, défendre les églises de France, c’est mettre en cause le vivre ensemble avec des communautés qui ne veulent par ailleurs pas s’intégrer ?


nuit du ramadan 2013

La Nuit du Ramadan, payée par les Parisiens, simple problème de vocabulaire ?

06/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Culturel ou cultuel ? La nuit du Ramadan à la mairie de Paris, petit souci de vocabulaire ou dhimmitude et communautarisme sans vergogne ?

Amis de gauche, défenseurs de la laïcité et de la République, il faut vraiment que l’on vous dise… Sans vouloir vous faire de peine, il fallait un peu mieux suivre les cours de Français à l’école. « Culturel » et « Cultuel », cela n’est pas pareil. Non, vraiment pas.
Culturel, cela a trait à la culture d’un pays. Dans « cultuel », j’entends le mot… le mot… culte, qui a trait à la religion. Vous êtes sur le point de faire une grosse boulette, là…

Par exemple, quand la mairie de Paris célèbre ce soir la « traditionnelle Nuit du ramadan », un « événement culturel, créé en 2001 à l’initiative de Bertrand Delanoë » (dixit Paris.fr), dont le point d’orgue est la rupture du jeûne, à une heure précise édictée par un imam, 21 h 56 cette année, il y a confusion. La bonne formulation qu’aurait dû employer le site web de la mairie est un « événement CULTUEL, créé en 2001 à l’initiative de Bertrand Delanoë ».
Lire la suite

collegiale_saint-martin_etampes

Transformer des églises en mosquées ? Et pourquoi pas en… églises ?

18/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Le « ballon d’essai » lancé par Dalil Boubakeur continue de faire réagir. La transformation d’églises en mosquées ? Les prêtres répondent : pas touche à nos églises, lieu de culte et de mémoire, sauf pour les transformer… en églises!

Il y a ceux qui s’indignent, il y a ceux qui se laisseraient bien tenter par un peu de dhimmitude, comme Mgr Michel Dubost, évêque d’Évry, qui dans une interview au Figaro, indique préférer que les églises deviennent des mosquées plutôt que des restaurants.
Et puis il y a les prêtres de terrain, que le bon sens n’a pas quitté. Ainsi de l’abbé de Tanoüarn, qui répond à Mgr Dubost :

Cher Mgr, comme je vous comprends : des églises en trop ça doit être crucifiant. Si vous avez une église en trop dans votre diocèse, avant d’en faire une mosquée, pensez à moi et à mes fidèles du Centre Saint-Paul : je dis la messe dans 100 mètres carrés, un magasin de fripes transformé en chapelle comme dans la primitive Église… Je suis sûr que beaucoup de prêtres des communautés nouvelles sont dans mon cas…

Interrogé par Valeurs Actuelles, l’abbé Pierre-Hervé Grosjean, curé de Saint Cyr l’École, abonde dans le sens de faire des églises des lieux de culte chrétiens, apostrophant les Français :

S’ils tiennent à leur église, il faut aussi qu’ils en reprennent le chemin… Il faut que ces églises soient des lieux vivants. Il y a eu là comme un sursaut instinctif, bien au delà du cercle des pratiquants : « ne touchez pas à nos églises ! » Je m’en réjouis. Il faut maintenant aller plus loin, plus en profondeur, et que chaque français puisse redécouvrir l’église de son quartier, de sa ville, de son village. »

Au delà de la dimension cultuelle, l’abbé Grosjean pointe la dimension identitaire de ces lieux, que l’on soit croyant ou non :

On ne joue pas avec le sacré, les symboles et l’histoire. Des générations ont prié là, dans ces églises… ces clochers sont les témoins et les signes de l’histoire de notre pays, de notre mémoire, de nos racines, de notre culture. C’est notre identité. On doit la respecter.

On ne saurait mieux dire sinon de renvoyer M. Boubakeur dans ses buts, comme le fait l’abbé Grosjean en posant la question de la réciprocité de la pratique religieuse en terre d’islam, soulevée notamment par le pape François dans son encyclique Evangelii Gaudium (novembre 2013) :
« je prie et implore humblement ces pays [de tradition islamique] pour qu’ils donnent la liberté aux chrétiens de célébrer leur culte et de vivre leur foi, prenant en compte la liberté dont les croyants de l’Islam jouissent dans les pays occidentaux » (EG §253).

Crédit photo : kristobalite via Flickr (CC) = Collégiale Saint-Martin à Etampes

50 000 terroristes islamiques en France selon les calculs de Dalil Boubakeur

Boubakeur propose de récupérer des églises vides pour les transformer en mosquées

15/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Dalil Boubakeur, président du Conseil français du culte musulman et recteur de la grande mosquée de Paris, était l’invité de Jean-Pierre Elkabbach ce lundi.

Interrogé sur la mise en place d’une « instance de dialogue » sensée mieux défendre les intérêts des musulmans en France, celui-ci a notamment déclaré : « Diverses formules ont été essayées. Actuellement, on veut faire intervenir en plus du CFCM d’autres personnalités, d’autres mosquées qui n’étaient pas présentes dans le CFCM. C’est une recherche d’efficacité ». Plusieurs questions seront abordées lors de cette première réunion : « la sécurité des lieux de cultes, la lutte contre les actes antimusulmans et l’image de l’islam », « la construction et la gestion des lieux de cultes », « la formation et le statut des aumôniers et des cadres religieux » ainsi que les « pratiques rituelles » comme la viande halal, la fête de l’Aïd, et le pèlerinage à la Mecque. En revanche, les personnes présentes se garderont bien de traiter de la radicalisation des musulmans en France…

Mais Dalil Boubakeur a surtout proposé de récupérer des églises pour les transformer en mosquées :

A l’heure actuelle, il existe 2.500 mosquées en France et 300 sont en construction. Un chiffre bien trop insuffisant selon lui.
Pour pallier à cette pénurie, le recteur de la grande mosquée de Paris suggère de récupérer « des églises vides » pour servir le culte musulman. « C’est un problème délicat mais pourquoi pas » ?



Boubakeur : "Des églises vides pour servir au… par Europe1fr

Entente Boubakeur-Frères musulmans : le nouveau visage de « l’islam de France » ?

Entente Boubakeur-Frères musulmans : le nouveau visage de « l’islam de France » ?

Source : Boulevard Voltaire – « Entente Boubakeur-Frères musulmans : le nouveau visage de [l’islam de France] ? »
Samedi dernier, Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris et président du Conseil français du culte musulman, a estimé que les 2.200 mosquées que compterait actuellement notre pays n’étaient pas suffisantes pour les 7 millions de musulmans résidant en France. Il a ainsi réclamé le doublement du nombre de mosquées dans les deux années à venir !

C’est en tant qu’invité d’honneur de la Rencontre annuelle des musulmans de France (RAMF), organisée au Bourget par l’Union des organisations islamiques de France dont chacun connaît, ou devrait connaître, les liens directs avec les Frères musulmans islamistes, que Dalil Boubakeur s’exprimait.

En 32 éditions, le recteur de la Grande Mosquée de Paris ne s’était rendu qu’à trois reprises à cette rencontre. Et sa présence, cette année, ne doit rien au hasard : depuis plusieurs mois, alors que leurs relations ont longtemps été tumultueuses, une entente s’est nouée entre l’UOIF et la Grande Mosquée de Paris. Les deux courant sont confrontés à la fois à la volonté gouvernementale de rénover la représentation des musulmans en France (chacun cherchant à maintenir sa position au sein du CFCM, obtenue lors de sa création par Nicolas Sarkozy) et à la mainmise grandissante du courant salafiste sur les jeunes musulmans.

S’appuyer sur les Frères musulmans pour contrer les salafistes, donc ? En réalité, salafistes et Frères diffèrent davantage sur la méthode que sur le fond, et leur affrontement tient surtout de la rivalité ou de la concurrence. Quand l’État islamique diffuse des images des Frères musulmans emprisonnés en Égypte, c’est pour montrer l’échec de leur stratégie, pas critiquer leur doctrine. Rappelons tout de même qu’à l’UMP – de Sarkozy à Juppé en passant par Estrosi –, les islamistes de l’UOIF font pourtant figure de partenaires tout à fait fréquentables : l’un les a introduits au sein du CFCM, l’autre soutient leur projet de grande mosquée à Bordeaux, tandis que le dernier les subventionne et leur loue des locaux.

Le « modéré » Dalil Boubakeur fait donc désormais office de paravent aux Frères musulmans de l’UOIF, lui-même se servant d’eux pour rompre son isolement, maintenir un semblant de représentativité, et ne pas perdre totalement le contact avec la base musulmane et, en particulier, la jeunesse. Voici où en est le fameux « islam de France » : dirigé par un président sous tutelle étrangère (la Grande Mosquée de Paris est en perfusion directe avec le régime algérien) s’adossant, à présent, aux représentants des Frères musulmans dans notre pays. Beaucoup avaient vanté le CFCM pour en finir avec « l’islam des caves » : in fine, les imams radicaux sont sortis des caves et ont désormais pignon sur rue ! Et par une logique d’entraînement évidente, ils se trouvent désormais débordés par plus durs qu’eux.

L’après-Charlie nous réserve décidément bien des surprises, et l’offensive politique n’est pas là où on aurait pu le croire ou l’espérer. Samedi, complétant les propos de son invité, le président de l’UOIF Amar Lasfar a déclaré : « Nous avons le droit de construire des mosquées, [le droit] que les maires ne s’y oppose pas. » Lundi, il réclamait sur Europe 1 des « mosquées-cathédrales ».
Rappelons-lui (et rappelons-nous) que nous avons, nous aussi, des « droits » et des cathédrales – matérielles mais aussi spirituelles et symboliques – à défendre.

Philippe Vardon

Crédit photo : Alain Bachellier via Flickr (cc)

Les Français face à l’islam : entre incompréhension et dégoût

Les Français face à l’islam : entre incompréhension et dégoût

26/09/2014 – PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
La décapitation mercredi d’Hervé Gourdel par des djihadistes kabyles a provoqué un profond traumatisme dans l’opinion publique française

Cette décapitation, filmée, répond à un rituel désormais bien rodé. Les Français, tout formatés qu’ils soient par les médias bien-pensants, n’ont pas attendu cet acte abject pour éprouver une répugnance croissante vis-à-vis de l’islam. Dans un sondage Ipsos-Le Monde de janvier 2013, 74 % des Français jugeaient l’islam intolérant et incompatible avec les valeurs de la société française. Un chiffre qui monte à 81 % dans un sondage CSA-Atlantico en date du 30 juin dernier.

L’égorgement, qui révulse tout individu civilisé, semble être un rituel très prégnant en islam…

Ainsi, de l’égorgement — en une seule journée — des hommes de la tribu juive des Banu Qurayza (de 600 à 900 hommes selon les sources) à Yathrib (la future Médine). Un massacre qui, par parenthèse, n’a rien à envier à ceux commis par les Hébreux lors de leur conquête de Canaan… Ainsi, de l’Aït‑el‑kébir, la plus importante fête de l’islam, au cours de laquelle le musulman égorge rituellement le mouton devant sa famille. Ainsi, de nombreux témoignages de policiers des quartiers de l’immigration : les menaces de mort dont ils sont quotidiennement victimes s’expriment très naturellement par un index plaqué en travers de la gorge…

Lire la suite

Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, se rapproche des Frères Musulmans de l'UOIF

Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, se rapproche des Frères Musulmans de l’UOIF

04/08/2012 — 08h00
PARIS (via l’Observatoire de l’islamisation) — Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris (photo ci-dessus) – parangon de l’islam modéré –, allié aux islamistes ? Il refuse de « jetter la pierre » contre l’invitation par l’UOIF de cheikhs voulant tuer les Juifs,  les homosexuels, les apostats  et conquérir Rome.

Lu dans un entretien d’oumma.com du 19 juillet :

« Oumma.com: Faut-il comprendre que vous allez vous rapprocher de l’UOIF (Union des organisations islamiques de France) ?

D. Boubakeur: Je me rapproche de ceux qui travaillent. Le fait que l’UOIF a été la première composante à quitter le CFCM, à exprimer son désaccord, pour d’autres raisons que les nôtres, nous rapproche indéniablement. L’UOIF compte des cheikhs internationaux en son sein, je ne jette pas la pierre comme cela a été fait durant le congrès du Bourget, même si cela fait peur à une certaine presse ou à la classe politique, je n’ai rien vu d’illégal à cela.(…) L’UOIF est composé de musulmans très rigoureux pour lesquels j’éprouve respect et fraternité, notamment pour El Hadj Brez Touhami qui est un homme que j’estime beaucoup. Je suis profondément musulman et désireux de me rapprocher de mes frères qui pratiquent leur religion  avec rigueur. (…) Nous avons besoin de vérité, et pour moi, la vérité se situe plus dans la position de mes frères de l’UOIF. »

Lire la suite