Tag Archives: CRAN

chaines

Esclavage : aujourd’hui la repentance, demain les réparations ?

11/05/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Inauguration du Mémorial ACTe sur l’esclavage : au delà de la repentance hémiplégique habituelle, se dessine la possibilité de réparations. La preuve, Hollande l’a exclu.

La grand-messe de la repentance sur la traite négrière s’est tenue hier. C’était la journée nationale de commémoration de la traite et de l’abolition de l’esclavage. François Hollande a inauguré, à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe Mémorial ACTe, centre caribéen d’expressions et de mémoire de la traite et de l’esclavage. Le plus grand centre au monde consacré à la question a coûté au contribuable la bagatelle de 80 millions d’Euros, un argent que les Guadeloupéens auraient peut-être préféré voir investi dans des activités plus rentables pour l’île en crise.
Au delà de l’exercice désormais traditionnel de repentance sur le commerce triangulaire, on entend toujours aussi peu de bonnes âmes sur la traite des blancs par les Barbaresques ou sur la traite des Africains par d’autres Africains ou des Arabes (dont la rédaction avoue ne pas savoir si elles sont abordées par le mémorial ACTe…).

L'esclavage à enseigner aux enfants

Musée DA SILVA – L’esclavage à enseigner aux enfants – Porto Novo – Bénin

On n’a pas non plus entendu François Hollande rappeler le respect de la dignité humaine lors de son voyage en Arabie saoudite, sujet sûrement trop sensible chez ce partenaire économique de la France qui monte en puissance. Pas un mot enfin sur la traite d’esclaves sexuelles, principalement chrétiennes, par les troupes de l’État Islamique. Le seul lien avec l’actualité fait par François Hollande concernait les trafiquants et passeurs d’immigrés clandestins en Méditerranée, ce qui lui a valu en substance d’être traité d’imbécile par sa ministre de la justice. On en a démissionné pour moins que ça, mais au vu du silence radio sur l’épisode, il semble que l’immunité totale reste acquise à Christiane Taubira.

L’autre couac est venu du CRAN : Le Conseil Représentatif des Associations Noires de France a annoncé par l’intermédiaire de son président Louis-Georges Tin avoir assigné en Justice le baron Ernest-Antoine Seillière pour « crime contre l’Humanité et recel de crime contre l’Humanité ». L’association communautariste accuse l’ancien président du Medef de jouir d’une fortune forgée grâce à la Traite négrière. Louis-Georges Tin a souligné que « Les descendants des esclavagistes ne sont pas coupables, mais ils sont bénéficiaires et leur fortune est faite de biens mal acquis », ajoutant « Et en refusant toute réparation, ils deviennent solidaires de fait du crime dont ils essaient de se démarquer en vain ». En parallèle, la section CRAN Guadeloupe a assigné la France en personne pour les mêmes chefs d’accusation.

Dans le droit français, les crimes contre l’humanité sont imprescriptibles, ce qui en théorie rend la plainte valide. Il n’est donc pas absurde qu’elle aboutisse, au besoin avec l’appui des cours européennes de justice, toujours promptes à créer ce type de précédent jurisprudentiel.
Preuve supplémentaire de la crédibilité de cette plainte : François Hollande excluait au même moment dans son discours toute indemnisation relative à l’esclavage…

Crédits photo : 1/ Heloïse Crt via Flickr (CC) = chaînes sur la plage. 2/ Loic Pinseel via Flickr (CC) = Musée DA SILVA – L’esclavage à enseigner aux enfants – Porto Novo – Bénin


patisserie

Le Conseil représentatif des associations noires condamné à manger ces pâtisseries de Grasse ?

17/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Le Conseil d’Etat a annulé jeudi la décision du tribunal administratif de Nice qui avait interdit fin mars l’exposition de pâtisseries en forme de figurines nues en chocolat noir, accusées d’être «racistes» par le Conseil représentatif des associations noires (Cran) qui avait saisi la justice administrative.

Le juge des référés du Conseil d’Etat a justifié sa décision en ces termes :

Si l’exposition de pâtisseries figurant des personnages de couleur noire présentés dans une attitude obscène et s’inscrivant délibérément dans l’iconographie colonialiste est de nature à choquer, l’abstention puis le refus du maire de Grasse de faire usage de ses pouvoirs de police pour y mettre fin ne constituent pas en eux-mêmes une illégalité manifeste portant atteinte à une liberté fondamentale.


gâteaux

Antiracisme fou : la justice ordonne à un pâtissier de retirer des gâteaux qui portent « atteinte à la dignité humaine »

26/03/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Le Cran (Conseil représentatif des associations noires) avait décidé de s’en prendre à Yannick Tavolaro, un pâtissier grassois. L’association antiraciste voyait dans certains gâteaux, des « caricatures négrières, obscènes et injurieuses qui puisent dans la vieille tradition du racisme colonial » (sic). Après avoir menacé de porter plainte pour incitation à la haine raciale, le Cran avait déposé un référé-liberté contre la ville de Grasse.

Le boulanger-pâtissier avait vivement réagi :

Je ne comprends ni pourquoi ni comment est née cette controverse. Ce n’est pas nouveau. Je fais ces pâtisseries depuis 15 ans et il y en a dans mes trois magasins.

Le tribunal administratif de Grasse a rendu son arrêt ce jeudi matin. Il ordonne à la ville, pour «faire respecter l’ordre public», d’interdire à la boulangerie «Aux délices de Grasse» de mettre en vitrine ses gâteaux nommés «Dieux» et «Déesses» en raison d’une «atteinte à la dignité humaine».

Accusé de « racisme », Haribo avait éliminé ses bonbons noirs. C’est aujourd’hui au tour d’un pâtissier d’arrêter de fabriquer de simples gâteaux…

Il est fortement conseillé de consulter la page Facebook de soutien au pâtissier.


Rassemblement de soutien pour le boulanger de Grasse le 6 mars

Rassemblement de soutien pour le boulanger de Grasse le 6 mars

05/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Depuis le mardi 3 mars 2015, un boulanger de la ville de Grasse (Alpes Maritimes) est l’objet des persécutions du CRAN. A l’origine de cette chasse aux sorcières : des gâteaux au chocolat nommés Dieux et Déesses ayant été modelés sous les formes d’Africains et d’Africaines. Il n’en fallait pas plus pour le taxer de « racisme colonial ».

Dans son communiqué, l’association antiraciste paradoxale (puisqu’elle ne défend que les Noirs) se fend d’un brulot à la susceptibilité exacerbée. L’infortuné pâtissier Yannick Tavolaro tombé sous les fourches caudines de Louis-Georges Tin, le Président du CRAN a beau se défendre de toute intention raciste, la machine à broyer s’est emballée contre lui. Ainsi, sa création culinaire rappelant plutôt le style Art-Déco aux grandes années du Jazz est qualifiée de « caricatures négrières, obscènes et injurieuses ». Ses pâtisseries se vendaient depuis 15 ans sans problèmes avant de tomber sous le regard d’un professionnel de l’indignation. Et les voici devenues des « fantasmes coloniaux concernant les Noirs (regards ahuris, bouches surdimensionnées, nudité obligée, organes sexuels protubérants) ». Et plus encore : de par leur nom (dieux et déesses ), « ces pâtisseries tournent en ridicule les religions africaines en présentant ces divinités sous un jour grotesque, tout juste bonnes à être croquées. » Il suffit pourtant de visiter le musée des arts premiers à Paris pour se rendre compte que les divinités africaines sont représentées par des statuettes du même acabit.

On pouvait espérer que l’outrance s’en tiendrait là, elle se trouve portée au pinacle dans un crescendo confinant au délire : la boulangerie se trouve à proximité d’écoles, l’auteur de ces gâteaux est le Président d’un club de foot local, tout ceci inquiète le CRAN.

Et les sanctions exigées ne sont pas en reste : « le retrait immédiat de ces pâtisseries racistes, demande au maire de la ville, Jérôme Viaud, de prendre position, et invite les autorités compétentes à s’interroger sur la pertinence de garder comme président du club sportif un individu de cet acabit. Le cas échéant, le CRAN se réserve le droit de porter plainte pour incitation à la haine raciale. »

Face à ce harcèlement, Yannick Tavolaro demande du soutien lors d’un rassemblement prévu le vendredi 06 mars 2015 à 10h avenue du Maréchal Juin à Grasse.

patisserie

Un pâtissier accusé de vendre des gâteaux « racistes » porte plainte contre le CRAN

05/03/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Depuis quinze ans, le pâtissier Yannick Tavolaro vend à Grasse des gâteaux nommés « Dieux » et « Déesses » qui sont aujourd’hui au centre d’une polémique aussi stupide que préoccupante. En effet, certains considèrent que ces pâtisseries porteraient une représentation raciste des noirs.

Pour le CRAN (Conseil représentatif des associations noires), ces gâteaux sont des « caricatures négrières, obscènes et injurieuses qui puisent dans la vieille tradition du racisme colonial ». L’association « antiraciste » exige donc « le retrait immédiat de ces pâtisseries racistes et se réserve le droit de porter plainte pour incitation à la haine raciale ».

Blessé par de telles accusations, Yannick Tavolaro a décidé de déposer plainte contre le CRAN.

Une page Facebook de soutien au pâtissier a également été ouverte.



cran

Pour le CRAN, « Tintin au Congo » est « particulièrement raciste »

09/12/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le 8 décembre, des membres du collectif « Groupe d’Intervention Contre le Racisme » ont inséré des stickers sur des albums de la bande dessinée « Tintin au Congo », en vente à la FNAC aux Halles, à Paris, pour protester contre son caractère qu’ils jugent raciste et marqué par le colonialisme…

Il s’agit, en fait, d’une action menée par le CRAN (Conseil représentatif des associations noires de France). Le président de cette association, Louis-Georges Tin, explique que « Tintin au Congo » est « particulièrement raciste » alors qu’il s’agit de l’album de la série le plus vendu au monde…


Vu sur Twitter

Le Cran dénonce les villes dirigées uniquement par des blancs…

Publié le
Délitement communautariste de la France : nouvelles lois contre les « discriminations »

Délitement communautariste de la France : nouvelles lois contre les « discriminations »

15/09/2013 – 16h00
PARIS (NOVOpress via Kiosque courtois) –
C’est en effet la question que l’on peut légitimement se poser avec les deux propositions de lois déposées mardi au Sénat et à l’Assemblée nationale. A l’initiative du député PS de Seine-Saint-Denis Razzy Hammadi (photo) et de la sénatrice Europe Ecologie Les Verts Esther Benbassa, ces propositions de lois visent à mettre en place un recours collectif en matière de discrimination.

Ces recours sont inspirés des modèles américains des « class actions ». Ces derniers offrent la possibilité, pour des personnes s’estimant victime d’un préjudice commercial, environnemental, social ou encore sanitaire, lié à son genre, son orientation sexuelle, son handicap ou son origine ethnique, de déposer plainte de façon collective. Aux Etats-Unis, ces recours collectifs ont abouti sur une « judiciarisation » exponentielle de la société : tout devient désormais sujet de possibles condamnations devant les tribunaux.

Lire la suite

Esclavage : Repentances, exigences et Black mic-mac - Chronique de Claude Lorne

Esclavage : Repentances, exigences et Black mic-mac – Chronique de Claude Lorne

Il fallait s’y attendre : instituée par Jacques Chirac en 2006, la « Journée de la mémoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions » a, cette année, donné lieu au déluge de repentances et de mensonges par omission de la part du pouvoir, et d’exigences ahurissantes de la part des « victimes ».

Motus sur la traite arabo-africaine, les chrétiens razziés et l’esclavage moderne

Lire la suite

Affaire des bijoux « style esclave » : le Cran falsifie l’Histoire

Affaire des bijoux « style esclave » : le Cran falsifie l’Histoire

05/03/2013 – 12h00
PARIS (NOVOpress) –
Le Cran (Conseil représentatif des associations noires de France), a dénoncé hier la mise en vente par Mango d’une gamme de bijoux intitulée « style esclave » (ci-dessus). Le groupe de prêt-à-porter espagnol a expliqué que l’utilisation du terme « esclave » pour décrire des bijoux vendus sur son site Internet français était due à une erreur de traduction.

Dans un communiqué, le Cran « ne peut qu’exprimer son indignation face à cette série de bijoux, qui visent à donner une vision élégante et colonialiste à un phénomène qui a fait le malheur de dizaines de millions d’êtres humains pendant près de quatre siècles ». En faisant remonter l’esclavagisme à « quatre siècles » et au « colonialisme », ce groupuscule communautariste profite de l’affaire pour faire croire que les Européens sont responsables de l’esclavage des Africains. Alors que les traites intra-africaines et musulmanes ont déporté respectivement 14 et 17 millions bien avant l’expansion européenne vers le Nouveau Monde. Ainsi, la traite musulmane a débuté dès le VIIème siècle. Tandis que de nombreux pays musulmans sont toujours esclavagistes. Sans doute historiquement incorrect pour le Cran…

Crédit photo : Capture d’écran

Descendants d’esclaves ou descendants de maîtres d’esclaves ? par Jean-Yves Le Gallou

Descendants d’esclaves ou descendants de maîtres d’esclaves ? par Jean-Yves Le Gallou

L’arbre généaologique de Barack Hussein Obama. Crédit photo : DR

22/01/2013 – 18h15
PARIS (NOVOpress Breizh) –
A grand renfort de publicité médiatique, une Française d’origine guadeloupéenne Rosita Destival vient d’assigner l’Etat pour « crime contre l’humanité » en tant que « descendante d’esclave ». Sur un sujet que les Nantais connaissent bien – la municipalité Ayrault cultive depuis des années la repentance –,  Jean-Yves Le Gallou, ancien député européen, essayiste et président de la fondation Polemia, lui répond.

Lire la suite

Pour le Cran, Miss France incarnerait un communautarisme blanc

Extrait audio réalisé par les contributeurs de Fdesouche.

11/12/2012 — 16h00
PARIS (NOVOpress) — Officine communautariste financée par des fonds publics, le Conseil représentatif des associations noires (Cran) a un vrai problème avec le concours Miss France. Malgré l’action xénophile et prométissage de l’ancienne présidente du comité, Geneviève de Fontenay, le Cran a violemment critiqué le dernier concours qui a vu la victoire de Miss Bourgogne.

Continue reading

Publié le
Manuel Valls et le Conseil représentatif des associations noires sont favorables aux statistiques ethniques

Manuel Valls et le Conseil représentatif des associations noires sont favorables aux statistiques ethniques

10/12/2012 — 16h00
PARIS (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation) — En débat face à Marine Le Pen jeudi dernier, Manuel Valls avait affirmé qu’il était favorable à la réalisation de statistiques ethniques. Selon le ministre de l’Intérieur : « Il faut mieux connaître la réalité de notre pays ».

Vendredi, le Conseil représentatif des associations noires (Cran) lui a emboîté le pas. L’association communautariste va même plus loin : « La loi à venir devrait avoir pour but non pas de rendre possibles les statistiques ethniques, mais de les rendre obligatoires » avant de préciser, prudente, « dans tous les domaines où elles sont pertinentes ».

Crédit photo : Jackolan1 via Wikipédia (cc).

Patrick Lozès, ex-président du Cran, poursuivi par la Brigade de la répression de la délinquance économique

Patrick Lozès, ex-président du Cran, poursuivi par la Brigade de la répression de la délinquance économique

02/11/11 – 16h00
PARIS (NOVOpress)
– Le fondateur et ex-président du Conseil représentatif des associations noires poursuivi pour blanchiment, cela pourrait sembler être une plaisanterie de plus ou moins bon goût.

Mais c’est en réalité une affaire très sérieuse qui pourrait compromettre l’avenir du candidat à l’élection présidentielle qui est l’objet d’une enquête préliminaire pour abus de confiance et blanchiment.

L’enquête, confiée à la Brigade de répression de la délinquance économique, se pencherait notamment sur des transferts de fonds entre le compte du Cran et le compte personnel de Patrick Lozès.

De son côté Patrick Lozès, dont le slogan électoral est « En 2012, ne votez pas blanc », clame bien entendu son innocence et en appelle au procureur pour être rapidement lavé de tout soupçon.

L’actuelle direction du Cran a tenu, pour sa part, à « se dissocier catégoriquement de Monsieur Lozès » et se dit prête à fournir tous les pièces nécessaires au bon déroulement de l’enquête.

Crédit photo : betacontinua via Flickr, licence CC.