Tag Archives: contrôle de police

Burghausen bavière

La Bavière ferme ses frontières

26/06/2015 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Mardi dernier, le gouvernement hongrois avait tourné le dos aux directives européennes, et décidé de couper les vannes de l’immigration sur son territoire. Violant le règlement européen « Dublin III », Viktor Orban avait suspendu pour une période indéterminée la règle contraignant son pays à examiner toutes les demandes d’asile déposées chez lui.
Cette attitude, même s’il a fait machine arrière depuis, n’a pas manqué de susciter des émules. La Bavière s’est en effet engouffrée dans la brèche. Elle a annoncé hier qu’elle réintroduirait des contrôles permanents le long de sa frontière avec l’Autriche. Seuls les contrôles ponctuels sont permis par les accords de Schengen ; la Bavière avait mené ce type de contrôles ponctuels pour protéger la réunion du G7, le 6 juin dernier.
Elle avait alors constaté près de 6 000 réfractaires aux droits de séjour, parmi lesquels on dénombrait quelques dizaines de criminels. Le ministre président de Bavière a donc rétabli les contrôles de manière permanente.

Trois ministres du gouvernement suédois ont présenté des mesures visant à faciliter l’expulsion de migrants provenant d’autres pays de l’Union européenne.

Crédit photo : Heribert Pohl via Flickr (CC) = Burghausen, vieille ville et château sur la rivière Salzach en Haute Bavière Upper


police

Contrôle au faciès, l’Etat condamné pour la première fois

24/06/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Le candidat François Hollande s’était engagé, en 2012, à lutter contre le « délit de faciès ». La Cour d’appel l’a pris de court. 13 hommes noirs et arabes ont obtenu hier la condamnation de l’Etat pour des contrôles d’identité. 5 d’entre eux bénéficieront même des dommages et intérêts à hauteur de 1 500 €. La Cour d’appel de Paris a considéré qu’ils ont été victimes de contrôles au faciès. Elle explique que l’Etat a échoué à démontrer en quoi ces contrôles étaient justifiés.
Les associations antiracistes se frottent les mains. Le porte parole du collectif « Stop le contrôle au faciès » s’appelle Sihame Assbague. Il a qualifié cette nouvelle de géniale et considère qu’il s’agit d’une brèche dans le droit et ajoute

Nous voulons convaincre les victimes de contrôles abusifs de la nécessité de porter plainte.

Effectivement, avec 1 500 € à la clé c’est une mesure plutôt incitative… C’est aussi une contrainte de plus pour les policiers.
Crédit photo : marcovdz via Flickr (CC) = policiers.jpg